Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES. AMOUR.
Poème Amour. Anniversaire de Nicole.

7 mars Anniversaire

 

Tu as les bras ouverts d’un horizon à l’autre

Tu déplies les journées comme un accordéoniste

Tu es le nom caché de tout ce qui existe

 

Tu es le sexe et le champagne

Le cinéma

Les îles grecques

Tu es la danse des chevaux

Les meubles rouges

Les perles de verre

Tu es la vue sur la lagune

Les quatre visages des tours de pierre

 

Tu es les toits bleus de Paris

La nuit du silence à Bali

Tu es le mois de mai sur les pavés

Tu es la ville des jujubes

Tu es les amis inconnus

La chambre d’hôtel à Ispahan

 

Tu es le temps des cerises brodé sur ta robe d’enfant

Tu es le chat tombé du ciel

Les ongles faits des coquillages

Tu es l’écran qui s’illumine

Tu es Céline et Julie

 

Tu es le moineau qu'on tient entre les mains

Tu es la fourmi qui court entre les tombes

Tu es le jour

Toujours premier

De notre éternité

 

 

​.

Poème Amour. Anniversaire de Nicole.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES...Divers
Manguite dans le jardin d'Arras

Manguite dans le jardin d'Arras

Une grand-mère. Poème.

Une grand-mère

​.

Veine après veine il descend dans les profondeurs de son âme

C'est ainsi qu'il appelle la géologie de sa mémoire

Il n'a pas d'autre mot que ce mot trompeur

​​

Il cherche des éclats dans les galeries qu'il parcourt

Parfois sa lampe frontale éclaire un recoin de l'enfance

Une ammonite couchée en rond comme un ourson dans son hiver

Une femme rassurante et sévère lui tient la main

Sur une plage du nord où les vipères du sable ondoient

Et lui mordent les jambes sans y croire

C'est fou l'importance que prend une grand-mère

Dans la nuit d'un enfant sans amour

Comment sur son visage s'attarde la lumière

.

La maison dans la dune referme ses volets

Il s'endort dans l'odeur âpre des argousiers

Avec à ses côtés la morte

Qui a conservé le pouvoir de reprendre l'histoire

Là où elle était heureuse

​.

Une grand-mère. Poème.
Une grand-mère. Poème.
Une grand-mère. Poème.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES ENFANTS
Le loup amoureux d'une brebis. Poème pour les enfants et quelques autres.

Le loup amoureux d'une brebis

 

Un loup aimait une brebis

Qu'un jour il avait découverte

En recherchant sur l'herbe verte

Un bon gigot pour son midi

 

Il s'arrêta devant la belle

Qui ruminait dans la prairie

Quand les moutons tout autour d'elle

En un clin d'oeil s'étaient enfuis

 

Elle avait le regard rêveur

Et mâchonnait un pissenlit

Sans un tremblement de frayeur

Devant le loup qui fut séduit

 

Le désir rend le loup charmeur

Il sut plaire à la demoiselle

Qu'il léchouilla avec ardeur

Entre la nuque et les oreilles

 

Après cinq mois d'un bonheur fou

Il leur vint au monde un petit

Moitié loup et moitié brebis

Qui reçut le nom de Bilou

 

Vous ne croyez pas mon histoire

Pour vous le loup est un barbare

Un vil égorgeur de brebis

Un tueur d'agneaux sans merci

 

Si vous voulez savoir pourquoi

Je vous ai dit la vérité

Q'un vieux berger m'a racontée

Encore un peu écoutez-moi

 
 

Si les deux parents amoureux

Se sont trouvés et se sont plu

C'est que l'un d'eux était bigleux

Et l'autre avait perdu la vue

 

 

Moralité :

L'amour est aveugle!

 
 

 

'
 
 
 
 
 

 .

Le loup amoureux d'une brebis. Poème pour les enfants et quelques autres.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Clignancourt-Custine... la traversée des élèves du collège

Clignancourt-Custine... la traversée des élèves du collège

Croisement avec la rue Custine vers Château Rouge

Croisement avec la rue Custine vers Château Rouge

Librairie Montezer
Librairie Montezer

La rue de Clignancourt dans sa dernière partie tourne le dos à la Butte et file plein nord vers la rue Championnet où elle achèvera sa carrière.

Elle traverse la rue Custine et passe devant l'ancienne librairie "Montezer" au 64. Notons que dans ce quartier populaire, on pouvait trouver ce genre de commerce devenu si rare aujourd'hui!

La rue de Clignancourt avant le carrefour Labat. A droite le librairie Montezer. Quelques passants et quelques chiens!

La rue de Clignancourt avant le carrefour Labat. A droite le librairie Montezer. Quelques passants et quelques chiens!

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Le 64 est un bel immeuble témoin de la volonté des promoteurs d'étendre le périmètre que Montmartre avait rendu attractif et à la mode. La première guerre est venue interrompre cette transformation.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Vient ensuite le croisement avec la rue Labat, celle où vécut Robert Sabatier (au 75) et qu'il évoqua dans ses deux romans consacrés à son enfance montmartroise : David et Olivier , Les Allumettes suédoises.

Celle où vécut également Sarah Kofman, philosophe amie de Deleuze. Elle fit le récit de cet épisode douloureux de sa vie dans son livre bouleversant : Rue Ordener Rue Labat (éditions Galilée). Après l'arrestation de son père déporté à Auschwitz, elle trouva refuge pendant les années d'occupation chez celle qu'elle appelle "la dame de la rue Labat".

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Une belle maison s'élève à l'angle des deux rues, aux 69 et 71. Elle détonne dans ce quartier car elle ne ressemble ni aux maisons villageoises du vieux village, ni aux immeubles construits à la fin du XIXème siècle.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Elle a été construite en 1856, avant le rattachement du village à Paris et elle est représentative de ces édifices entre ville et campagne que la bourgeoisie édifiait dans la périphérie de la capitale. En pierres de taille avec trois étages carrés sur rez de chaussée, avec ses lucarnes et ses corniches à modillons, elle ne manque ni d'élégance ni de charme.

La poste en 1902

La poste en 1902

Un peu plus bas, côté pair se trouvait l'ancien bureau de poste....

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
La poste après reconstruction et agrandissement 1930

La poste après reconstruction et agrandissement 1930

... et puis il y a cinq ans, la poste fut détruite pour être transférée sur le boulevard Barbès, métro Château Rouge.

A son emplacement furent édifiés des immeubles dont l'insignifiance architecturale surprend quand on connaît l'inventivité de certains concepteurs de logements sociaux actuels.

Emplacement de l'ancienne poste. Façades plates et tristes. Grand prix de l'insignifiance!

Emplacement de l'ancienne poste. Façades plates et tristes. Grand prix de l'insignifiance!

Ces immeubles n'ont aucune chance d'obtenir le prix qui récompensa un autre immeuble social aux 75-77 de la rue.

75-77 rue de Clignancourt

75-77 rue de Clignancourt

Cet immeuble fut en effet lauréat du premier concours d'habitations à bon marché de la Seine. Il fut édifié en 1897 sur les plans d'Ernest Duquesne pour la Société Philanthropique, association née en 1780, créatrice avec les soupes populaires des premiers restos du coeur...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Georges-Picot, historien alors renommé (prix de l'Académie) présidait l'association. Son nom est immortalisé sur cet immeuble, ancêtre des HLM.

Le banquier Michel Heine (cousin du poète H. Heine) finançait ces projets. Les banquiers d'aujourd'hui pourraient s'inspirer de lui!

Ils pourraient aussi protéger des artistes comme le fit Michel Heine avec Sarah Bernhardt qui en guise de reconnaissance l'appelait son cochon doré!

Avant de terminer sa course vers Championnet, la rue nous réserve quelques belles surprises.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
photo fruit du dragon
photo fruit du dragon

Un mobile s'envole dans le ciel... Une artiste a eu l'audace de lancer entre les immeubles ce cerf volant onirique...

J'ai trouvé dans le 18ème du Mois ces mots de leur créatrice, Charlotte Castanier :

« Cela a commencé par un pompon. Un pompon que j’ai fait pendre à l’aide d’une canne au-dessus du trottoir depuis mon balcon et que les passants essayaient d’arracher à la façon des enfants sur un manège… J’y glissais des petits mots... Les policiers sont venus me demander de remonter légèrement mon dispositif : les passants grimpant sur le toit des voitures de police pour gagner le trophée, cela faisait désordre… J’ai obtempéré, bluffée par la gentillesse de la force publique. "

De nombreux mobiles se sont succédé, offrant aux passants de nouvelles surprises. Ici l'esprit de Montmartre s'est réfugié, esprit de création et de partage!

Photo fruit du dragon

Photo fruit du dragon

Photo scoopnest

Photo scoopnest

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Une dernière surprise! Une vitrine étrange au 82 attire notre attention...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Des créatures lapinoïdes sont installées devant un rideau rouge. Elles sont chez elles dans ce refuge qui a pour nom "Le Terrier" et qui abrite bon nombre de leurs congénères.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

L'artiste qui leur a donné vie s'appelle Paul Toupet. Il est déjà connu pour son travail et a participé à diverses expositions.

Les figures qu'il crée en ce moment sont habillées de blanc, couleur de l'innocence. L'impression que donnent ses personnages à masque de lapin est mêlée. Enfance, jeu, banalité des occupations qui vont de soi, jouer à la poupée, sauter à la corde....

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Et en même temps inquiétude, doute, peur. On sent la matière, l'épaisseur, la rugosité dans les vêtements d'apparence légère, comme si dès l'enfance les jeux étaient faits. Le temps qui sclérose et file vers la mort est à l'œuvre.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Nous sommes dans un conte de fée derrière des barbelés. Alice n'est pas in Wonderland mais dans une réalité où l'on se masque pour cacher une identité incertaine. Cependant, un masque de lapin avec de grandes oreilles ne change pas la nature de ceux qui le portent ni leur condition d'humains.

Je sais... c'est mon ressenti qui me renvoie sans doute à moi même... rien d'autre...

Mais je sais aussi que cet artiste donne naissance à un monde fascinant et inquiet, un monde où l'innocence est marquée par un vice originel, le sceau de la mort posé sur tout vivant.

A défaut d'une foi qui tente de donner un sens à cette absurdité, on peut préférer rester lapins, nounours, enfants toute sa vie...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

C'est avec les lapins que nous quittons la rue de Clignancourt, dans cette périphérie de Montmartre où la présence d'artistes évoque, mieux que la place du Tertre, le temps où l'esprit créatif soufflait sur la Butte!

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Place des Hirondelles carrefour Clignancourt-Christiani-Myrrha-Poulet.

Place des Hirondelles carrefour Clignancourt-Christiani-Myrrha-Poulet.

Place des hirondelles.

Place des hirondelles.

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

Après les immeubles Dufayel, s'ouvre un espace qui correspond à la rencontre de plusieurs rues : la rue Christiani, la rue Myrrha et la rue Poulet qui toutes trois se jettent dans la rue de Clignancourt. On appelait jadis cet endroit "Place des hirondelles".

C'est là que se trouvait le terminus de la Compagnie des omnibus de l'hirondelle, créée sous la Monarchie de Juillet.

Intersection des rues de Clignancourt, Poulet, Myrrha (la rue Christiani est à droite, non photographiée)

Intersection des rues de Clignancourt, Poulet, Myrrha (la rue Christiani est à droite, non photographiée)

Le 8 mars 2016, branle-bas de combat sur l'ancienne place. Plusieurs voitures de police bloquent l'accès, des service de la voierie enlèvent les motos, des panneaux sont installés avec leurs plaques recouvertes de plastique gris sac-poubelle.

Anne Hidalgo est attendue avec quelques notables parisiens. Elle va rebaptiser la place! Les vieux habitants se réjouissent déjà! Les hirondelles vont revenir avec le printemps!

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.
Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

Mais non! Sont-ils bêtes! Le 8 mars journée de la femme on ne donne pas de noms d'oiseaux aux places! On leur donne des noms de femmes! Chaque année une dizaine de rues, de places, de promenades, d'impasses, de ruelles, de culs de sac font sortir de l'oubli des héroïnes du passé.

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

.... Même si aucun numéro ne correspondra à cette résistance, surnommée "la plastiqueuse à bicyclette" : Jeanne Bohec (1919-2010)

Bretonne qui rejoignit l'Angleterre avant que les Allemands n'investissent Brest, elle lutta avec les FFL. Après la guerre, elle vécut à Montmartre, avenue Junot.

A droite, Jeanne Bohec

A droite, Jeanne Bohec

Le 39

Le 39

Sandrine Bonnaire et Agnès Varda. "Sans toit ni loi" 1985
Sandrine Bonnaire et Agnès Varda. "Sans toit ni loi" 1985

Au 39, donnant sur l'ancienne place des hirondelles, a vécu pendant plusieurs années une actrice exceptionnelle par sa sensibilité et sa "présence", Sandrine Bonnaire. Je l'ai croisée souvent, je l'ai vue quelques fois en compagnie d'Agnès Varda. J'aimais qu'elle ait choisi de vivre dans ce quartier populaire.

Le 41

Le 41

Théo Ferré.
Théo Ferré.

Au 41 vivait un des héros de la Commune, Théophile Ferré, dit Théo Ferré, blanquiste, membre du Comité de vigilance de Montmartre aux côtés de Louise Michel qui avait pour lui une grande admiration. Chez lui se tenaient les réunions du Comité.

Théo Ferré fut exécuté à Satory en 1871.

Il est enterré dans le cimetière de Levallois où plus tard Louise Michel son amie de la Commune l'a rejoint.

Louise Michel (Néraudan)

Louise Michel (Néraudan)

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

"Du mur des fusillés de mai 71, j’aurais voulu saluer les morts des hécatombes nouvelles, les martyrs de Montjuich, les égorgés d’Arménie, les foules écrasées d’Espagne, les multitudes fauchées à Milan et ailleurs, la Grèce vaincue(...)
Puisqu’il n’est plus permis d’y parler hautement, c’est mon livre que je leur dédie ; de chaque feuillet soulevé comme la pierre d’une tombe s’échappe le
souvenir des morts".


Louise Michel 'La Commune"

Rue de Clignancourt. A droite immeuble avec bistro à l'angle avec la rue Poulet (36 Clignancourt)

Rue de Clignancourt. A droite immeuble avec bistro à l'angle avec la rue Poulet (36 Clignancourt)

Aujourd'hui, toujours un café!

Aujourd'hui, toujours un café!

Même vue prise à hauteur de la rue André Del Sarte (on voit les colonnes Morris de l'ancienne place des hirondelles)

Même vue prise à hauteur de la rue André Del Sarte (on voit les colonnes Morris de l'ancienne place des hirondelles)

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.
En 1913! (document cparama)

En 1913! (document cparama)

Aujourd'hui le 36.

Aujourd'hui le 36.

On peut constater avec ces photos que depuis fort longtemps un bistro occupait cet endroit, à l'angle des rues de Clignancourt et Poulet. En 1913, il s'agissait de "Millier" Vins et tabac. Il y en eut d'autres avant.... Aujourd'hui, le café s'appelle " Le Diplomate"!

Mais le temps est révolu où l'on posait joyeusement devant l'établissement, avec enfants et petit chien rigolo, une tache sur l'œil!

Intersection Clignancourt, Muller et Ramey....

Intersection Clignancourt, Muller et Ramey....

La rue continue son ascension jusqu'à l'intersection avec la rue Muller et la rue Ramey, son point culminant.

La rue de Clignancourt prise au niveau de la rue Muller

La rue de Clignancourt prise au niveau de la rue Muller

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.
Angle Clignancourt-Muller

Angle Clignancourt-Muller

L'immeuble de proue entre Clignancourt (droite) et Ramey (gauche)

L'immeuble de proue entre Clignancourt (droite) et Ramey (gauche)

Un immeuble est amarré comme un paquebot entre la rue de Clignancourt et la rue Ramey. Des photos anciennes montrent qu'il a depuis toujours abrité des commerces.

Le même immeuble en 1907

Le même immeuble en 1907

Personnel et propriétaires du magasin à la pointe des rues Ramey et Clignancourt. Mais! Où est le petit chien?

Personnel et propriétaires du magasin à la pointe des rues Ramey et Clignancourt. Mais! Où est le petit chien?

Une photo avec employés, propriétaires et clients gardent le souvenir de cette époque où les rues étaient vivantes, où l'on se promenait d'une boutique à l'autre, où les piétons étaient rois de la ville!

Château Rouge 1847
Château Rouge 1847

A partir de cette pointe, la rue de Clignancourt amorce sa descente vers le nord. Elle s'éloigne peu à peu de Montmartre comme à regret. Elle longe une série d'immeubles de pierre assez monotones qui ont été édifiés sur les terrains du célèbre bal du Château Rouge, haut lieu de l'histoire parisienne et théâtre de drames pendant la Commune.

Bal du Château Rouge sous l'Empire

Bal du Château Rouge sous l'Empire

Parc du Château Rouge. Les généraux Lecomte et Thomas y sont jugés avant d'être fusillés rue du Chevalier de la Barre.
Parc du Château Rouge. Les généraux Lecomte et Thomas y sont jugés avant d'être fusillés rue du Chevalier de la Barre.

Il y a tant à dire sur cet endroit que je ne peux que vous renvoyer aux articles qui lui sont consacrés dans ce blog : Château Rouge historique

52 bis (emplacement des jardins du château Rouge)

52 bis (emplacement des jardins du château Rouge)

Quelques souvenirs photographiques ont traversé les décennies... Ainsi, au 52 bis y avait-il une boutique spécialisée dans les dentelles et les broderies...

Le 52 bis en 1904. "Aux Artisans".

Le 52 bis en 1904. "Aux Artisans".

La rue continue sa descente vers le nord. Avant de croiser la rue Custine, elle passe devant le collège Dorgelès au 63.

A gauche l'école et la maternelle devenues collège Dorgelès.

A gauche l'école et la maternelle devenues collège Dorgelès.

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.
Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.
Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

L'école fut fréquentée par quelques enfants devenus célèbres... Paul Doumer bien sûr qui a sa plaque sur le mur et dont il faut sans doute apprendre aux élèves (comme sans doute à la plupart des passants!) qui fut cet écolier du passé, de même que Pierre Lazareff ou Marcel Bleustein Blanchet dont les familles faisaient partie des émigrants Juifs venus de Russie mais qui n'ont pas droit à une plaque commémorative, pourtant grande spécialité montmartroise.

Une autre plaque apposée sur la façade comme sur toutes les façades des écoles montmartroises rappelle que des enfants furent arrêtés et emmenés dans les camps de la mort.

Montmartre où ils étaient nombreux garde comme une plaie ouverte le souvenir de ces crimes, de ses poulbots assassinés...

Jean Gabin entre ses parents

Jean Gabin entre ses parents

Rue de Clignancourt (2ème partie) Montmartre.

Un autre enfant célèbre fréquenta cette école. Il s'agit de Jean Gabin, né boulevard de Rochechouart. Ses parents habitaient à quelques pas de là, 17 rue Custine. Ils étaient artistes et ne pouvaient s'encombrer d'un gosse qu'ils mirent au vert, à Mériel chez sa sœur aînée. Il revint plus tard à Montmartre, dans cette école où il obtint son certificat d'études.

Avec sa gouaille et son accent, Gabin est un véritable gars de Montmartre qui lui a rendu hommage en donnant son nom, à une place à deux cents mètres du collège, rue Custine.

(à suivre... 3ème partie... de Custine à Marcadet)

Classe de CP années 50

Classe de CP années 50

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.
La rue de Clignancourt en 1908

La rue de Clignancourt en 1908

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Voilà une rue qui échappe à l'invasion touristique, limite orientale de Montmartre et zone intermédiaire entre la Goutte d'Or et le XVIIIème à la mode.

Elle court sur 1325 mètres de Rochechouart à la rue Championnet et porte le nom du vieux village que la Révolution intégra à Montmartre et qui était relié à Paris par la Chaussée de Clignancourt.

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.
Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

La rue actuelle est formée par l'ancienne chaussée dans sa première partie et par l'ancienne rue du Château Rouge.

Le nom de Clignancourt vient une nouvelle fois du propriétaire des lieux à l'époque gallo-romaine, un certain Clenius ("Curtis" signifie le domaine rural et se retrouve dans de nombreux noms de lieux en "court" comme "Billancourt", le domaine de Billa.)

A gauche, le bistro des Deux Marronniers

A gauche, le bistro des Deux Marronniers

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.
Aujourd'hui!

Aujourd'hui!

La rue s'ouvrait au début du XXème siècle avec côté impair un bistro: "Les deux marronniers" qui possédait un décor remarquable de feuilles et de fruits. Je suis assez vieux pour l'avoir connu puisqu'il ne fut détruit que dans les années 80 pour être investi par Tati qui ratiboisa feuillages de bronze et carreaux de faïence mais qui garda le nom : Tati les Deux Marronniers". Le contraire eût été préférable!

"La forme d'une ville change plus vite, hélas, que celle de notre cœur!" (Baudelaire)

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.
A droite le restaurant du mont Saint-Michel

A droite le restaurant du mont Saint-Michel

Années 20, le même restaurant transformé en "Lion d'Or" à l'époque du tramway.

Années 20, le même restaurant transformé en "Lion d'Or" à l'époque du tramway.

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Côté pair, un restaurant réputé proposait poissons et fruits de mer. Il s'appelait "Le Mont St Michel".

Une carte postale plus tardive nous apprend que le restaurant changea de nom pour se métamorphoser en Lion d'Or.

Les boutiques de fringues bon marché se succèdent année après année à son emplacement. Nous en sommes aujourd'hui à la Halle aux Chaussures qui a remplacé Jennyfer...

Barricade avril 1871

Barricade avril 1871

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Pendant la Commune, s'éleva entre ces deux immeubles du début de la rue, une barricade à laquelle participa Nicolas Gaillard, le célèbre "barricadier". Elle utilisa quelques uns des canons de Montmartre et résista héroïquement, avec le renfort des femmes du quartier. Louise Michel y était présente (elle y fut laissée pour morte) avec Marguerite Diblanc et Blanche Lefebvre qui fut tuée le 23 mars

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.
Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

On oublie aujourd'hui en flânant dans les rues de Montmartre ce que furent pour les habitants ces jours de lutte et d'espoir et dans quel bain de sang ils s'achevèrent.

Entre le 1 et le 5.

Entre le 1 et le 5.

Entre le 1 et le 5 actuels de la rue s'élevait un cabaret très fréquenté par les parisiens qui franchissaient l'octroi pour y trouver des vins meilleur marché. Il s'agit du "Petit Ramponneau".

Son nom rendait hommage à Jean Ramponneau, cabaretier du XVIIIème siècle, créateur du "Tambour Royal" dont la réussite fut spectaculaire car bien qu'à l'intérieur de Paris, il proposait des prix comparables à ceux des bistros au-delà de la barrière. Sa célébrité fut telle que son patronyme devint un substantif désignant un cabaret.

Le 5

Le 5

Quand le sieur Nicollet, propriétaire du Petit Ramponneau décéda, ses biens passèrent à son neveu, un certain Lallemand.

Le quartier devenait à la mode avec l'inauguration des Grands magasins Dufayel et Lallemand vendit son Ramponneau et ses terrains. Des immeubles d'habitation y furent édifiés.

Jusqu'en 1913, il y eut entre le 5 rue de Clignancourt et le 4 bis rue d'Orsel une galerie marchande comme on en trouve encore près des Grands boulevards.

Entrée de la galerie côté Orsel.

Entrée de la galerie côté Orsel.

Entrée de la galerie côté Clignancourt.

Entrée de la galerie côté Clignancourt.

Il subsiste de la galerie "Lallemand" les porches d'entrée sur les rues de Clignancourt et d'Orsel.

Le 2

Le 2

Pas grand chose à dire des immeubles suivants. Quelques décors de stuc sont restées d'un ancien commerce ​ au 2. Une enseigne chasse l'autre sans prendre la peine d'effacer le nom précédent. Ici Undiz a chassé Etam qui lui même etc...

Le 4.

Le 4.

Le 7

Le 7

Le 7 est un bel immeuble avec bow-windows et frises de céramique... Il est signé de J. Lamiral, 1900. Je n'ai rien trouvé sur cet architecte.

Le 8 (document cparama)

Le 8 (document cparama)

Le 8
Le 8

Au 8 un photographe a immortalisé la maison Lebas, beurre, œufs, fromages...

Comme sur de nombreux clichés de cette époque un petit chien bâtard prend la pose avec la famille. On l'imagine aussi malicieux et affectueux que celui de Charlot dans "Une Vie de Chien"!

Une boutique de cosmétiques a pris la place. On y vend d'autres crèmes pour d'autres usages!

Le 9

Le 9

Le 9 avec ses motifs art-déco a des petits airs méditerranéens, ce qui convient à ce quartier où de nombreux habitants viennent des rives de la Grande bleue!

Le 10

Le 10

Au 10, l'hôtel Montmartre Saint-Pierre a des allures modestes... pourtant il est couronné de trois étoiles!

Le 12. Vendeurs du "Grand Bazar".

Le 12. Vendeurs du "Grand Bazar".

Le 12

Le 12

Le 12
Le 12

Un grand bazar occupait l'immeuble du 12. Il est aujourd'hui remplacé par Leader Price.

Rue Picard

Rue Picard

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

De beaux immeubles de pierre avec pan coupé ouvrent la rue Picard qui file vers la Halle Saint-Pierre et le square du Sacré-Coeur. Ils témoignent de cette époque, à la fin du XIXème où le quartier était recherché et où il attirait une nouvelle population qui peu à peu chassait les habitants moins argentés....

Café branchouille 13 rue de Clignancourt (Café du Commerce)..Ancien commerce de vins....
Café branchouille 13 rue de Clignancourt (Café du Commerce)..Ancien commerce de vins....

Café branchouille 13 rue de Clignancourt (Café du Commerce)..Ancien commerce de vins....

Le 15

Le 15

Le 15 ne paie pas de mine. Petit immeuble de l'ancien village, il abrita cependant une brasserie suisse, le cabaret Guillaume Tell où avait lieu chaque semaine la bourse des ramasseurs de cataplasmes qui les revendaient au meilleur prix afin qu'en soit extraite l'huile de lin. A cette époque, rien ne se perdait!

22

22

Il y avait au 22 bis, à l'emplacement d'un immeuble moderne qui fait aujourd'hui partie de la BNP un marchand de vins dont la cave était réputée.

C'est à cette adresse qu'était installé le bureau de "l'Ami du Peuple" le journal créé par Maxime Lisbonne, haute figure de la Commune, condamné à mort.

Maxime Lisbonne

Maxime Lisbonne

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Sa peine fut commuée en exil en Nouvelle Calédonie où il retrouva Louise Michel. De retour en 1880, il dirigea les Bouffes du Nord où il fit jouer "Nadine" une pièce de Louise Michel.

Celui qu'on surnommait "le Colonel", créateur du cabaret des Frites Révolutionnaires, habitait à cinquante mètres du 22 bis de la rue de Clignancourt, au 8 rue André Del Sarte, une rue toujours hantée par sa silhouette impressionnantes et par ses coups de gueule.

22-26

22-26

Pelle de Stark devant le 26
Pelle de Stark devant le 26

Pelle de Stark devant le 26

Sur la statue de Dalou
Sur la statue de Dalou

L'imposant immeuble des Grands Magasins Dufayel sont occupés par la BNP qui a détruit le dôme, le théâtre, les serres, le phare de cet ensemble unique.

Par chance le grand portail, bien qu'il ait perdu ses vitraux et ses groupes de bronze de Falguières (que sont-ils devenus?) a conservé le fronton de Dalou, le sculpteur inspiré de la statue du Triomphe de la République, place de la Nation au pied de laquelle s'achèvent les grandes manifestations populaires, comme celle qui suivit l'attentat contre Charlie.

Le fronton de Dalou. "Le Progrès entraînant le Commerce et l'Industrie..."

Le fronton de Dalou. "Le Progrès entraînant le Commerce et l'Industrie..."

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Le 26 était l'entrée principale, face à la rue André Del Sarte.

En 1990 la BNP céda une grande partie des bâtiments qui furent détruits au profit d'immeubles d'habitation.

La galerie des meubles des Grands Magasins Dufayel

La galerie des meubles des Grands Magasins Dufayel

Angle avec la rue Christiani. Immeuble de Bruant.

Angle avec la rue Christiani. Immeuble de Bruant.

Rue de Clignancourt (première partie du 1 au 34). Montmartre.

Les anciens magasins se prolongent avec cet immeuble qui fait l'angle avec la rue Christiani et où, le succès commercial venu, Aristide Bruant, le pourfendeur des promoteurs qui saccageaient la Butte, acheta un grand appartement où il vécut plusieurs années et où il mourut en 1925 (53 rue Christiani​).

Comme le chantera plus tard, avec nostalgie, Fréhel :

​.

.

"Des maisons d'six étages

Ascenseur et chauffage

Ont r'couvert les anciens talus

Le p'tit Louis réaliste

Est d'venu garagiste

Et Bruant a maint'nant sa rue.

Face à l'entrée Dufayel, la rue André Del Sarte.

Face à l'entrée Dufayel, la rue André Del Sarte.

Le 29 et sa date de construction.

Le 29 et sa date de construction.

Le 29 abrite comme à la fin du XIXème siècle une pharmacie, qui comme la plupart des anciens commerces a perdu son placage extérieur et son décor de bois et de cuivre.

La pharmacie (29) et le restaurant "Au Dôme"

La pharmacie (29) et le restaurant "Au Dôme"

Le restaurant au 33 ne fait plus allusion au dôme et au phare des Grands Magasins Dufayel, il a pris le nom de Gigi en 1989. Admettons pour notre plaisir qu'il rende ainsi hommage à la Montmartroise que fut Dalida et à son succès international "Gigi l'amoroso"!

à suivre : 2ème partie de la rue de Clignancourt : d'André Del Sarte à Marcadet...

La rue de Clignancourt 2. (prochain article)

La rue de Clignancourt 2. (prochain article)

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Après le croisement avec la rue du Chevalier de la Barre, la rue Lamarck descend plein nord...

Bâtiment rue du Chevalier de la Barre et 18 rue Lamarck (à droite) abritant le diorama.

Bâtiment rue du Chevalier de la Barre et 18 rue Lamarck (à droite) abritant le diorama.

Le 18

Le 18

Au 18 actuel (dont nous avons dit un mot dans l'article précédent) s'élevait un des trois "Dioramas" de Montmartre, dont le but était de proposer aux pèlerins qui gravissaient la Butte pour se rendre au Sacré Cœur, une halte spirituelle devant de grandes toiles représentant les lieux saints et exposées de telle sorte qu'il se trouvait pris dans le paysage.

Le 18 rue Lamarck aujourd'hui.

Le 18 rue Lamarck aujourd'hui.

Le Diorama ouvrait sur la rue Lamarck, à l'emplacement des immeubles sans inspiration qui y ont été construits depuis.

Le grand panorama de Jérusalem qui y était exposé a été peint par Olivier Pichat.

Panorama de Jerusalem (Olivier Pichat)

Panorama de Jerusalem (Olivier Pichat)

Olivier Pichat n'a pas laissé une trace éblouissante dans l'histoire de la peinture et s'il est encore connu aujourd'hui, c'est surtout pour le portrait du "Général Noir" de la Révolution, Thomas Alexandre Dumas, père d'Alexandre Dumas!

Le général Dumas (père d'Alexandre Dumas). Olivier Pichat.

Le général Dumas (père d'Alexandre Dumas). Olivier Pichat.

Face au 18, le 9 abrite le Cénacle ou plus exactement ce qu'il en reste. Les terrains qui s'étendaient sur une partie de la rue ont été lotis au profit d'immeubles de médiocre architecture à vocation sociale.

Le Cénacle 9 rue Lamarck.

Le Cénacle 9 rue Lamarck.

Le Cénacle, établi à Montmartre en 1890, compte aujourd'hui cinq sœurs engagées dans l'organisation de retraites et de rencontres pour l'approfondissement de la Foi.

Immeubles de briques sur les anciens terrains du Cénacle. On se croirait dans une ville minière!
Immeubles de briques sur les anciens terrains du Cénacle. On se croirait dans une ville minière!

Immeubles de briques sur les anciens terrains du Cénacle. On se croirait dans une ville minière!

Le 22

Le 22

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Le 22 est un joli petit hôtel particulier construit dans la deuxième moitié du XIXème siècle. C'est un pastiche harmonieux de la Renaissance, clin d'œil au passage du Vert Galant sur la Butte! Mais c'est à François Ier qu'il se réfère avec sa salamandre!

Le 22

Le 22

Il est édifié en retrait sur un jardin. On remarquera ses fenêtres ornées de cintres et l'oriel (fenêtre en encorbellement) sur un cul de lampe, au centre de la façade.

C'est un bâtiment annexe de la crèche israélite qui porte le nom de Bleustein Blanchet bienfaiteur de l'institution.

Le 24

Le 24

Le 24 est lui aussi un autre bâtiment remarquable de la rue. Petit hôtel construit en 1885 du temps où la Butte avait encore un aspect campagnard.

C'est un banquier qui offrit cette jolie demeure à sa maîtresse, à l'écart de l'agitation et des embarras du centre de Paris et propice aux rencontres discrètes!

Le 24

Le 24

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Il est aujourd'hui transformé en hôtel de charme, très apprécié des Américains. Sur les murs de l'entrée une fresque de Roland Dubuc (1924-1998) évoque le quartier. Dubuc a connu Utrillo et son style s'en ressent, en plus rustaud et barbouilleur.

Le 32

Le 32

Les 32 et 34 sont de bons gros immeubles bourgeois d'un style opulent et ostentatoire tels qu'ils prolifèrent sur les anciens chemins villageois de Montmartre! Edifiés pendant la guerre de 1914, ils sont dus à l'architecte Raoul Daunay dont je n'ai pas trouvé d'autres œuvres parisiennes.

Le 34
Le 34

Le 34

Le 4 rue Becquerel où vécyt Nadja.
Le 4 rue Becquerel où vécyt Nadja.

Le 34 donne en partie sur les escaliers de la rue Becquerel, chère aux admirateurs d'André Breton. C'est en effet au n°4, chambre 54 que vécut Nadja "aux yeux de fougère" pendant les quelques jours que dura sa passion avec le poète, avant la crise de folie et la descente aux enfers.

Rue Becquerel

Rue Becquerel

Rue de la Bonne

Rue de la Bonne

Côté impair s'ouvre la rue de la Bonne avec la maison de retraite construite sur les terrains du Cénacle.

La rue de la Bonne et Becquerel depuis la rue Lamarck en 1903

La rue de la Bonne et Becquerel depuis la rue Lamarck en 1903

Au centre immeuble à l'emplacement du Panorama de Patay
Au centre immeuble à l'emplacement du Panorama de Patay

Nous pouvons remarquer sur cette carte postale un intrigant bâtiment qui donne en partie rue de la Bonne et en partie rue Becquerel à l'emplacement de l'immeuble de proue qui aujourd'hui s'élève entre les deux rues.​

Le Panorama de Patay avec sa rotonde de bois

Le Panorama de Patay avec sa rotonde de bois

Il s'agit du panorama de la bataille de Patay (non pas celle au cours de laquelle s'illustra notre Jeanne d'Arc nationale mais de celle de 1870 contre les Prussiens).

On peut voir sur ce document la rotonde de bois où était exposée la grande toile peinte par Charles Castellani alors qu'il vivait à Montmartre.

Bataille de Loigny (Patay) Charles Castellani

Bataille de Loigny (Patay) Charles Castellani

Castellani caricaturé par son ami Gill
Castellani caricaturé par son ami Gill

Charles Castellani (1838-1913) était connu pour ses panoramas, le plus célèbre étant celui de la bataille de Waterloo peint pour la rotonde de Bruxelles.

Après le tournant, la rue Lamarck descend en droite ligne vers la rue Caulaincourt.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)
Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

On peut y voir côté pair des immeubles sans grande originalité. Certains sont la version hausmannienne de la 3ème République (entre 1911 et 1914). Leur falaise de pierres assombrit la rue...

Les numéros 36bis, 38, 38bis sont signés de la même doublette d'architectes : Francis Veber et Albert Michau)

Ils sont responsables d'une vingtaine d'immeubles à Paris et de nombreux autres à Neuilly où une rue presque entière (les 3-8-9-11-11bis-15-16-17 rue Angélique Vérien) leur est due!

Dans notre quartier, on retiendra les 13-15 rue du Baigneur...

Le 31

Le 31

Le 31 (angle Lamarck et rue du Mont-Cenis)son histoire liée à la vie spirituelle et caritative qui se développa sur la Butte autour du Sacré Cœur en construction.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Il a été construit en 1896 grâce à la générosité du comte Gaston Chandon de Briailles, président de l'Œuvre des Pauvres du Sacré Cœur à laquelle il sert de siège.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

"La maison est une ruche de pauvres où tous sont reçus à bras ouverts. Un médecin distingué leur prodigue des soins et une sœur de l'Espérance exécute les pansements et délivre les potions ordonnées."

On y trouve également un bureau de placement, un vestiaire, une grande salle de bains, une pièce-bibliothèque où les hommes (car l'Oeuvre est réservée aux mâles) peuvent recevoir de l'aide pour leur courrier.

En 1896, 2388 "pauvres" sont pris en charge. L'œuvre est diversement appréciée et certains lui reprochent son prosélytisme car les pauvres sont "invités" à assister aux offices avant de recevoir en récompense une miche de pain!

Elle ne disparaît qu'en 1950. Il n'en reste plus que cette grande maison d'un certain style, construite par l'architecte William Hemet dont je n'ai trouvé aucune autre réalisation!

Le 46

Le 46

Le 46
Le 46

Le 46

En face côté pair le 46 a un certain style, coloré et joyeux. C'est un immeuble de rapport construit en 1870​.

​Il abrite un atelier pour enfants où on espère que les petits poulbots bobos retrouvent le goût de la création qui fut si vivace à Montmartre et qui est si galvaudé aujourd'hui!

Le carrefour avec la rue du Mont-Cenis (côté nord) en 1905. On reconnaît le 46 (droite) épicerie - marchand de vins et spiritueux "Les Caves du Centre" aujourd'hui atelier créatif!

Le carrefour avec la rue du Mont-Cenis (côté nord) en 1905. On reconnaît le 46 (droite) épicerie - marchand de vins et spiritueux "Les Caves du Centre" aujourd'hui atelier créatif!

Carrefour Mont-Cenis. Le restaurant "Au Bon Coin". Aujourd'hui c'est une brasserie cool et honnête : "Le Relais"

Carrefour Mont-Cenis. Le restaurant "Au Bon Coin". Aujourd'hui c'est une brasserie cool et honnête : "Le Relais"

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)
Photo prise avant le croisement avec la rue du Mont-Cenis (vers le nord-ouest)

Photo prise avant le croisement avec la rue du Mont-Cenis (vers le nord-ouest)

Le 52

Le 52

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Le 52

A cette adresse, à l'angle avec la rue de l'Abbé Patureau, on trouve un restaurant. Il aurait existé à cet emplacement dès la fin du XVIIIème siècle.

Avec sa terrasse sur les escaliers qui semble suspendue, il ne manque pas de charme et il n'est pas étonnant qu'il ait été fort à la mode quand Edouard Carlier s'y installa en 1974

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Edouard Carlier fut un Montmartrois engagé, Grand Mousquetaire de la République de Montmartre, Grand Amphytrion de la Commanderie du Clos-Montmartre! (Tout est grand dans le minuscule Montmartre, à commencer par les assemblées folkloriques et picrocholines ).

Il donna à son restaurant le nom de Beauvilliers, cuisinier français à qui on prête la création du premier restaurant digne de ce nom, chef cuisinier du Prince de Condé et Officier de bouche de Louis XVIII.

Carlier entre Mireille et Rika
Carlier entre Mireille et Rika

Le Beauvilliers fut fréquenté pendant les années 80 et 90 par les célébrités gourmandes qui appréciaient la cuisine de Carlier et le décor un peu kitch de son établissement.

A la mort de Carlier (2003), le restaurant faillit disparaître. Après s'être métamorphosé en "Nouveau Beauvilliers", il jeta définitivement le cuisinier de Louis XVIII aux oubliettes et devint le "Chamarré Montmartre", en 2008, sous la houlette d'Antoine Heerah, venu du Chamarré dans le 7ème arrondissement et qui rénova le lieu et le mit à la mode un tantinet exotique.

C'est Carlier qui régale! Brialy, Françoise Dorin, Line Renaud, Andréa Férréol, Dalida, Mireille Mathieu, Mourousi....

C'est Carlier qui régale! Brialy, Françoise Dorin, Line Renaud, Andréa Férréol, Dalida, Mireille Mathieu, Mourousi....

Le 54

Le 54

Jules Romain par Emile Bécat (1922)
Jules Romain par Emile Bécat (1922)

Le 54 ne retiendrait pas l'attention si un écrivain célèbre n'y avait vécu quelques années. Il s'agit de Jules Romains dont un nombre considérable de collèges de l'hexagone porte le nom! Il est vrai que son œuvre est imposante même si elle est un peu passée de mode. Le jeune Jules de son vrai nom Louis Henri Farigoule y débarqua à l'âge de dix ans en 1895.

Le 43

Le 43

Les lions du 43
Les lions du 43

Les lions du 43

Plus bas, côté impair, Le 43 porte une plaque apposée sur sa façade. Elle rappelle au passant ignorant que le peintre suisse Marius Borgeaud y vécut de 1916 à 1924. "Vécut" est sans doute exagéré, ce qui est sûr c'est qu'il y mourut pendant le mois de Juillet 1924 après avoir passé la majorité de son temps en Bretagne, de Pont-Aven au Faouet. C'est là qu'il peignit ses plus belles œuvres.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Borgeaud est un peintre original, riche héritier et amateur de peintures qui après avoir dilapidé sa fortune, vint tenter sa chance à Paris.

Il a la quarantaine quand il commence à peindre avec son ami Picabia. Ses débuts sont marqués par l'impressionnisme jusqu'au jour où il découvre les peintres bretons.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Il devient alors ce qu'il cherchait sans doute, le peintre des intérieurs qui sous leur apparente banalité recèle un mystère, une présence étrange.

Il y a dans ses toiles un sens du sacré, par le silence, l'ordre, la lumière qui les habitent. On pense aux intérieurs flamands qui auraient laissé entrer à flots le soleil et les embruns. On pense aussi à Matisse, aus couleurs qui s'émancipent et prennent vie autonome. Ce mélange de profondeur et de décor un peu naïf confèrent à ses œuvres leur originalité.

Le chat noir de Bruant exilé en Bretagne!

Le chat noir de Bruant exilé en Bretagne!

Borgeaud n'eut pas le temps de donner toute sa mesure. Il mourut à 62 ans, dans son appartement de la rue Lamarck, à quelques pas du Cat's Cottage de son compatriote Steinlen dont certains chats s'étaient glissés dans ses toiles bretonnes!

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Quelques immeubles se font encore remarquer par leur architecture en représentation, pierres de taille et larges fenêtres. Ils donnent à l'endroit son "look" de "beau quartier"!

Mais ce style sans imagination des années d'avant première guerre peut sembler monotone et tristounet. Nous sommes loin de la folie créatrice du Modern Style, des Guimard et autres génies. Il faut dire que l'exubérance et l'originalité ne plaisaient pas à la bourgeoisie qui prenait possession de la butte.

Le 45

Le 45

CCF de Mulhouse par Paul Marozeau.
CCF de Mulhouse par Paul Marozeau.

Le 45 à l'angle avec la rue Gaston Couté est de Marozeau (comme le 47). Le même architecte a laissé son nom gravé dans la pierre de quelques immeubles du XVIème arrondissement. Cette partie de Montmartre a parfois été appelée le XVIème de la Butte! Ce n'est pas étonnant car la même population était attirée par ces deux quartiers à la mode. Ceux qui choisissaient Montmartre pensaient se donner un supplément d'âme artistique!

Angle Lamarck-Couté

Angle Lamarck-Couté

La rue Gaston Couté ressemble à certaines artères du XVIème. Elle en a l'ostentation et la monotonie, seule la géographie montmartroise en courbes et en pentes lui confère quelque charme.

Dans la vitrine du 45 quelques oursons patriotes!

Dans la vitrine du 45 quelques oursons patriotes!

Le 49
Le 49

Le 49

82-84 rue Beaubourg (A. Coudert)
82-84 rue Beaubourg (A. Coudert)

Le 49, dernier immeuble avant la rue Caulaincourt est signé A Coudert. On peut voir rue Beaubourg un bel immeuble de bureaux de 1923 qui est son œuvre.

Lamarck et rue des Saules

Lamarck et rue des Saules

Lamarck-rue des Saules

Lamarck-rue des Saules

La rue des Saules

La rue des Saules

Lamarck et rue des Saules au temps du maquis.

Lamarck et rue des Saules au temps du maquis.

Là où s'interrompt la rue Lamarck avant de reprendre de l'autre côté de la rue Caulaincourt, la rue des Saules vient la rencontrer. Cette rue mythique de Montmartre a gardé un aspect pittoresque. On voit à quoi elle ressemblait au début du XXème siècle quand le maquis la recouvrait en partie. Les cartes postales donnent une idée de ce qu'était le Montmartre d'alors. C'était le quartier des chiffonniers et des gosses des rues, celui des artistes fauchés et des poulbots...

La rue Lamarck (à droite) quand elle croise la rue Caulaincourt (à gauche)  vers le sud et le haut de la Butte.

La rue Lamarck (à droite) quand elle croise la rue Caulaincourt (à gauche) vers le sud et le haut de la Butte.

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

La rue Lamarck continue de descendre après avoir franchi la rue Caulaincourt....

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Elle s'enfonce vers le nord ouest... et plus elle s'enfonce, plus elle s'éloigne de Montmartre, plus elle se banalise...

Nous la laisserons là puisque la rue Caulaincourt marque la frontière entre Paris et la Butte!

La rue Lamarck quand elle croise la rue Caulaincourt vers le bas de la Butte!

La rue Lamarck quand elle croise la rue Caulaincourt vers le bas de la Butte!

Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)
Rue Lamarck - 2- (de la rue du Chevalier de La Barre à la rue Caulaincourt)

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Le début de la rue Lamarck (en 1904) aujourd'hui Cardinal Dubois.

Le début de la rue Lamarck (en 1904) aujourd'hui Cardinal Dubois.

C'est une des plus longues rues de Paris (1555 mètres)...

En 1867, elle allait de la rue Eugène Carrière à la rue du Chevalier de la Barre où elle cédait la place aux terrains vagues et au chantier de la basilique.

Ce n'est qu'en 1881 qu'elle fut prolongée jusqu'au sommet de la Butte et la rue Foyatier.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).
Rue Lamarck. Montmartre. (début).

La partie haute de la rue Lamarck qui passait au pied du Sacré Cœur changea de nom en 1930 pour prendre celui du Cardinal Dubois, archevêque de Paris mort une année plus tôt.​

La rue Lamarck actuelle commence donc à la hauteur de la rue Utrillo avant d'entamer sa descente plein nord.

Rue du Cardinal Dubois, ancienne rue Lamarck.
Rue du Cardinal Dubois, ancienne rue Lamarck.

Rue du Cardinal Dubois, ancienne rue Lamarck.

La rue Lamarck à hauteur de la rue Muller (Utrillo aujourd'hui)

La rue Lamarck à hauteur de la rue Muller (Utrillo aujourd'hui)

Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Le premier immeuble qui a la rue Lamarck pour adresse fait l'angle avec la rue Utrillo (ancienne rue Muller.)

Il abrita en rez de chaussée un restaurant qui portait le nom de la cloche du Sacré- Cœur: La Savoyarde.

Utrillo en fit en 1912 une toile : "Restaurant, coin de la rue Muller" sans savoir qu'un jour la rue Muller porterait son nom.

Utrillo. Coin de la rue Muller.

Utrillo. Coin de la rue Muller.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Le même endroit vu de la rue Lamarck. Les immeubles n'ont pas changé.

Côté des numéros impairs, les 1-3-5 et 7 sont attribués au complexe du Sacré-Coeur. On ne voit sur cet espace qu'une grille et un jardin sauvage qui évoque le maquis.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).

... Et pourtant il y eut à cet endroit, débordant sur la rue Lamarck alors inexistante un célèbre moulin, le seul qui ait appartenu aux dames de l'abbaye, le moulin de la Lancette.

A droite, dans les arbres, l'emplacement du moulin.

A droite, dans les arbres, l'emplacement du moulin.

La butte au XVIIème sècle. A l'extrême droite, notre moulin de la Lancette.

La butte au XVIIème sècle. A l'extrême droite, notre moulin de la Lancette.

Elevé en 1635, donnant en partie sur le chemin de la Fontenelle (aujourd'hui escalier de la rue du Chevalier de la Barre) et débordant de l'autre côté de la rue Lamarck qui alors n'existait pas, c'était une épaisse tour de pierres qui devait son nom à son premier propriétaire, Pierre Hié, chirurgien de son état et spécialiste comme ses confrères des comédies de Moliére, du clystère et de la lancette, le premier pour purger, la seconde pour saigner!

Escalier du Chevalier de la Barre, ancien chemin de la fontenelle.

Escalier du Chevalier de la Barre, ancien chemin de la fontenelle.

La Lancette au 1er plan
La Lancette au 1er plan

Pour accéder au Paradis et écarter la menace d'avoir à subir en enfer le traitement qu'il avait infligé à ses victimes, le chirurgien légua une partie de ses biens dont le fameux moulin aux dames de Montmartre !

Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Avec la Révolution qui préféra le couperet à la lancette, le moulin changea de propriétaire et, menacé par les carrières qui risquaient de l'engloutir, fut détruit en 1816.

23 ans plus tard, fut édifiée à son emplacement une tour qui devint rapidement un lieu très fréquenté par les parisiens en quête de dépaysement : la tour Solferino.

La tour vue depuis la place Saint-Pierre et la halle du marché.

La tour vue depuis la place Saint-Pierre et la halle du marché.

Cette tour disparue a laissé un souvenir qui flotte toujours dans l'air de la Butte! Elle permettait aux curieux de grimper ses 80 marches pour jouir d'un panorama unique sur Paris et ses alentours.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).
Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Une guinguette et un bal permettaient de se dégourdir le gosier et les pattes! les immeubles des 12 et 14 sont élevés sur son emplacement.

Les fameux canons de Montmartre et la tour Solférino décapitée.

Les fameux canons de Montmartre et la tour Solférino décapitée.

Les canons.
Les canons.

En 1870, pour ne pas servir de repère aux Prussiens, la tour fut décapitée et perdit deux de ses quatre étages avant de disparaître tout à fait après la Commune.

Auparavant, le 18 mars 1871, le général Lecomte fit enfermer dans l'enceinte du bal Solférino, des soldats du 88ème régiment de ligne qui avaient fraternisé avec les Fédérés.

Dans cette même enceinte, le maçon Germain Turpin, garde national, fut abattu par des sergents de ville qui prêtaient main forte aux troupes versaillaises venues enlever les canons.

C'est le même jour que les soldats se révoltèrent contre leur général et le firent prisonnier... La suite on la connaît... le fusilleur fut à sont tour fusillé.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Montmartre est toujours peuplé des fantômes de la Commune et le haut de la rue Lamarck en particulier.

L'aspect paisible et cossu du lieu ne trompe pas les amoureux de la Butte qui y respirent la poudre des canons et le sacrifice des hommes et des femmes qui luttèrent pour la liberté contre l'envahisseur et ses collaborateurs versaillais, annonciateurs d'une autre invasion et d'une autre collaboration quelques décennies plus tard.

Croisement chevalier de La Barre.

Croisement chevalier de La Barre.

Le foyer et la crèche (à droite) aujourd'hui protégés par l'armée.

Le foyer et la crèche (à droite) aujourd'hui protégés par l'armée.

A l'emplacement du 16 où se trouve aujourd'hui le foyer Israélite, il y eut un fameux restaurant qui fut très fréquenté pendant la 2ème moitié du XIXème siècle : le Rocher Suisse.

Rue Lamarck. Montmartre. (début).
Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Le restaurant possédait également un jardin comme les guinguettes montmartroises. Il abrita des réunions socialistes et fut le théâtre en 1886 de la création de la Société du Vieux Montmartre opposée aux destructions sauvages de la Butte et à la disparition des espaces naturels.

Elle eut pour principal titre de gloire la sauvegarde de la vieille église du village qui fut à deux doigts de disparaître.

Crèche israélite au 1er plan et immeuble du 18 (ancien panorama)

Crèche israélite au 1er plan et immeuble du 18 (ancien panorama)

Le restaurant fut remplacé par la crèche israélite où vécurent pendant la guerre des enfants dont les parents avaient été arrêtés ou tués.

Ils furent à leur tour déportés à Auschwitz.

Il est poignant de voir qu'aujourd'hui cet endroit est de nouveau menacé et qu'il doit être protégé par des militaires en armes.

A gauche, bâtiment du Panorama

A gauche, bâtiment du Panorama

De l'autre côté de la rue du Chevalier de la Barre, devant le Rocher Suisse, au 18 rue Lamarck il y eut à la fin du XIXème siècle un "hangar" abritant un panorama, très à la mode à l'époque. Il s'agissait du "Panorama de Jérusalem" chargé d'édifier les pèlerins qui se rendaient sur la Butte en les immergeant dans une immense toile d'Olivier Pichat (peinte en 1887) et représentant la Ville Sainte avec tous les lieux de la Passion du Christ.

En 1903, le panorama de Jérusalem fut remplacé par celui de Rome et puis... la ville éternelle, disparut à son tour et de petits immeubles luxueux et sans style s'édifièrent sur ses ruines!

Rue Lamarck. Montmartre. (début).
Rue Lamarck. Montmartre. (début).

Pour terminer la visite de la partie haute de la rue Lamarck, revenons au tout début, au 1 où il y eut un immeuble dont le couple de gardiens risqua sa vie en faisant de sa loge la boîte aux lettres du réseau Interallié dont fit partie la fameuse "chatte" qui habitait à deux pas de là, rue Cortot.

Aujourd'hui il y a en ce début de rue des toilettes publiques!

(... à suivre...)

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES...Divers
Poème. Les mains rouges. C'est quoi la poésie aujourd'hui?

Les mains rouges

​.

.

Avec les couchers de soleil

Avec les étoiles

Avec la mer et les îles

Il écrivait des poèmes

Il croisait ses fuseaux

Comme une dentellière aux doigts d'illusionniste

Souviens-toi comme c'était beau

Et sans problème

Le moulin tournait rond

La meule transformait les mots en farine blanche

Où Pierrot se roulait au clair de la lune

.

Avec la peur

Avec les mauvaises nouvelles

Avec les salles d'attente et les sursis

Il écrit des poèmes

Il se sent frère des animaux

Qui n'ont pour vivre que l'instant

Et la terreur de ce qui est devant

Il voudrait n'avoir que leurs cris

Et l'empreinte de leur marche

Dans la boue

Mais il est né du côté des hommes

Et c'est pour toi qu'il écrit des poèmes en posant ses mains rouges

Sur les parois de papier

Poème. Les mains rouges. C'est quoi la poésie aujourd'hui?

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
La place du Calvaire du temps où elle était vraiment une place!

La place du Calvaire du temps où elle était vraiment une place!

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

la place du Calvaire est un des endroits les plus pittoresques, les plus campagnards de notre Montmartre.

Bien qu'à proximité de la place du Tertre et ses barbouilleurs patentés, elle offre un espace de calme, un oasis ombragé avec balcon sur Paris!

Le calvaire dans les jardins de l'église Saint-Pierre.

Le calvaire dans les jardins de l'église Saint-Pierre.

Elle doit son nom (comme la rue et le cimetière paroissial) au calvaire édifié dans les jardins de l'église Saint-Pierre en 1805.

Le vieux calvaire est toujours debout bien que dégradé. On peut l'apercevoir derrière le chevet de l'église, depuis la rue du Chevalier de la Barre.

Le 2

Le 2

Le 4

Le 4

Au 4, on trouve aujourd'hui le restaurant "Chez Plumeau".

Il remplace un établissement plus ancien : le restaurant du Coucou (maison Vincent).

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

De nombreuses cartes postales gardent le souvenir de sa terrasse qui accueillait fêtes et banquets.

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La grille du 3 (maison Neumont)

La grille du 3 (maison Neumont)

Une gravure plus ancienne le désigne comme "cabaret des coucous"!

On peut y voir avec précision la construction qui fermait la place et l'ancienne grille du 3 (maison Neumont actuelle).

Le restaurant du coucou devint dans les années 50 le cabaret "Chez Plumeau" où les chansonniers tentaient de garder vivant l'esprit moqueur, iconoclaste et provocateur de la Butte (aujourd'hui disparu).

Les hommes politiques comme les travers de l'époque y étaient passés à la moulinette!

Chez Plumeau, le biberon de champagne tenu par une jolie nourrice!

Chez Plumeau, le biberon de champagne tenu par une jolie nourrice!

On compte parmi les faits historiques et linguistiques dont Montmartre se prétend géniteur (comme ce fameux "bistro" de la place du Tertre), l'expression que certains emploient encore et qui serait née ici : "Va te faire voir chez Plumeau", ce qui signifie "Va au diable" ou plus vulgairement : "Va te faire foutre"!

Deux fautes à corriger! Au secours les chansonniers! : "qu'il s'y fît" et "naquit"! Eternelle confusion entre indicatif et subjonctif!

Deux fautes à corriger! Au secours les chansonniers! : "qu'il s'y fît" et "naquit"! Eternelle confusion entre indicatif et subjonctif!

Remarquons, mine de rien, que l'expression apparaît au début du XXème siècle alors que le cabaret Plumeau n'existait pas!

Il existe diverses explications plus ou moins fantaisistes. La plus logique prétend que le plumeau, instrument connu des ménagères, est appelé à la rescousse dans cette expression pour chasser un intrus, comme on dirait de nos jours "du balai"!

Nous nous permettrons de dire "Va te faire voir chez Plumeau" au rédacteur des panneaux explicatifs exposés par le restaurant, avec des fautes de grammaire!

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

Le 1 et le 3 sont une seule et même adresse.

Il y a à cet endroit une maison qui a gardé le nom du peintre qui l'habita jusqu'à sa mort en 1930 : Maurice Neumont.

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

C'était à l'origine une simple demeure villageoise dont Neumont confia en 1905 la transformation à un architecte inventif qui a laissé de nombreux ouvrages aujourd'hui classés : Louis Brachet (1877-1968).

Gare de Gentilly. Brachet (1933)
Gare de Gentilly. Brachet (1933)

Cet architecte a évolué avec son temps : partisan de l'Art Nouveau au début de sa carrière, il se convertit à l'Art Déco et aux innovations du Bauhaus.

Il a parfois été surnommé l'architecte ferroviaire car de nombreuses gares, notamment de la ligne de Sceaux lui sont dues!

La maison Neumont en 1906

La maison Neumont en 1906

La maison Neumont appartient à sa première période...

Jardin de la maison neumont
Jardin de la maison neumont

Jardin de la maison neumont

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

Certains éléments décoratifs sont typiques du Modern Style dont les stations de Guimard sont des exemples inspirés et poétiques.

Ainsi en est -il de la poulie sur la façade ou de la porte.

Poulie sur la façade

Poulie sur la façade

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

Maurice Neumont (1868-1930), le maître d'œuvre, est un des grands Montmartrois, fondateur avec Forain, Poulbot et Willette de la République de Montmartre!

Le retour au foyer (Neumont)

Le retour au foyer (Neumont)

Neumont est un peintre d'un certain renom dont la spécialité est l'affiche engagée.

La Baïonnette (Neumont)

La Baïonnette (Neumont)

Il est très productif avant et pendant la première guerre et participe notamment comme illustrateur à la revue La Baïonnette.

Louis Icart
Louis Icart

Après la mort de Neumont, la maison est achetée en 1943 par Louis Icart qui y vivra jusqu'à sa mort en 1950.

Comme Neumont, Louis Icart est peintre.

Son domaine est plus frivole puisqu'il dessine pour les revues de mode et pour les maisons de haute couture.

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

Il acquiert grâce à ses représentations sophistiquées des femmes, le surnom de "peintre de la Parisienne"?

Soir de Paris (Icart)

Soir de Paris (Icart)

Parfois, il échappe au conformisme et donne des images fantasmées de la séductrice.

Léda (Icart)

Léda (Icart)

Echos de la valse (Icart)

Echos de la valse (Icart)

L'exode (Icart)
L'exode (Icart)

Il lui arrive de quitter le domaine frivole pour représenter les réalités tragiques de la guerre.

Après sa mort, la maison cesse d'être habitée par des artistes.

Il faut une fortune pour acheter de telles demeures et ce sont les banquiers ou les grands capitalistes qui en ont les moyens.

Parfois, comme c'est le cas de la maison Borde de la rue du Calvaire voisine, un animateur de télé et de radio.

Le 6

Le 6

Le dernier numéro sur la place du Calvaire est le 6, petit immeuble de rapport de la première moitié du XIXème siècle.

C'était à l'origine une modeste construction qui abritait des gens sans grands moyens qui profitaient des loyers modestes de la Butte.

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.

Le m2 y est aujourd'hui un des plus chers de Montmartre!

On le comprend quand on respire sur la place l'air le plus pur de Paris, devant des jardins sauvages préservés et des abeilles qui produisent le célèbre miel de la Butte!

La place vers la rue Poulbot

La place vers la rue Poulbot

Le jardin aux abeilles entre la rue Gabrielle et la place du Calvaire

Le jardin aux abeilles entre la rue Gabrielle et la place du Calvaire

Voilà! Il y a parfois de petits miracles...

Au cœur d'un Montmartre souvent défiguré par l'exploitation touristique, quelques endroits gardent un charme intact....

Telle est la place du Calvaire...

Depuis la place vers la rue Gabrielle

Depuis la place vers la rue Gabrielle

La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
La place du Calvaire. Montmartre. Neumont. Icart. Plumeau.
Place du calvaire (Georges Cara Madre)
Place du calvaire (Georges Cara Madre)

Liens

Les rues et places de Paris

(Désolé pour la qualité des photos mais mon Reflex est en réparation et j'utilise un autre appareil sympa mais pas Reflex du tout!)

Place du Calvaire. (Monique Langlois )

Place du Calvaire. (Monique Langlois )

Place du Calvaire (Michel Delacroix)

Place du Calvaire (Michel Delacroix)

Place du Calvaire  (Willy Roonis )

Place du Calvaire (Willy Roonis )

Place du Calvaire la nuit. (Hervé Roulben)

Place du Calvaire la nuit. (Hervé Roulben)

Voir les commentaires

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog