Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Carherine (30 décembre 2014)

La Mère Carherine (30 décembre 2014)

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

" La mère Catherine" est une légende et une réalité.

Le restaurant existe bel et bien depuis 1793 (une année de sinistre mémoire!) mais autour de lui sont venues se greffer des histoires à la montmartroise, faites d'exagération ou d'invention pure et simple.

Montmartre et Marseille auraient-ils des points communs?

Soleil des derniers jours de 2014 à la terrasse de la Mère Catherine

Soleil des derniers jours de 2014 à la terrasse de la Mère Catherine

Revenons aux origines et au n°6 de la Place du Tertre (en réalité rue Norvins qui forme le côté nord de la place).

Avant la Révolution, c'était la rue Trainée, parfois appelé Trenette, allusion à la façon dont on chassait le loup qui au début du XIXème siècle s'aventurait encore sur la Butte.

On traînait sur le sol une charogne que l'on déposait dans un piège. Maître loup par l'odeur alléché suivait la piste et se faisait prendre. La méthode a été abandonnée trop tôt. Elle aurait été fort utile pour piéger les promoteurs qui firent main basse sur Montmartre. Il aurait suffi de traîner sur le sol une bonne liasse de billets de banque.

Jacques Maillet de Montbreton de Norvins (Ingres)

Jacques Maillet de Montbreton de Norvins (Ingres)

En 1868 la rue reçut le nom de l'illustrissime jacques Maillet de Montbreton de Norvins (1768-1854) connu pour avoir écrit une Histoire de Napoléon 1er. C'était une manière comme une autre de rappeler au Napoléon n°2, surnommé par Hugo "le petit", qu'il n'arrivait pas à la cheville du 1er!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

Les maisons où le restaurant s'est installé sont de vieilles demeures villageoises. Au XIVème siècle à l'époque où Montmartre était loin de Paris, il y avait à l'emplacement du n°6 un presbytère où vivait le curé de l'église voisine qui était placée sous la double protection de Saint-Pierre (partie abbatiale) et Saint-Denis (partie paroissiale).

La Révolution passant par là guillotina quelques abbesses, prit possession des bâtiments dont le presbytère qu'il vendit au plus offrant.

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

C'est ici qu'apparaît la fameuse mère Catherine. Nous sommes en 1793. Catherine Lamotte qui est alors trop jeune pour mériter le nom qui la rendra célèbre acquiert la maison vendue comme bien national. Elle la transforme en café puis en restaurant.

Elle a le temps de voir s'attabler un client célèbre devant lequel on se tient à carreaux. C'est Danton en personne qui rend visite à son ami Félix Desportes qui habite toujours Montmartre après en avoir été le 1er maire de 1790 à 1792 (en réalité il a succédé à Valeteau révoqué après trois jours!)

Ces amicales visites et ces moments passés chez la mère Catherine faillirent coûter la tête à Desportes lorsque Danton fut condamné pour traîtrise!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

En 1814 après la défaite de Napoléon pendant la Bataille de Paris, les Alliés entrent dans la capitale et parmi eux les Cosaques grands amateurs de boissons fortes! Ils occupent la Butte et par la même occasion fréquentent le café de la mère Catherine. Une plaque apposée sur la façade du restaurant proclame haut et fort que c'est là que pressés d'être servis et resservis ils auraient crié de leur belle voix de basse : "Bistro" ce qui dans leur langage signifie "vite".

Le premier bistro de France serait donc né chez la mère Catherine!

Acceptons la légende même si l'apparition attestée du mot date de 1884! Même si les linguistes se disputent pour savoir si le mot vient du provençal "bistroquet" ou du poitevin "bistraud"...

Pour nous Montmartrois qui ne sommes pas à une légende près, le bistro est né chez nous et peu importe la triviale réalité!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

Catherine Lamotte, bonne vivante qui aime plaisanter avec ses clients devient vite un personnage haut en couleurs (avant les peintres!) de la Butte. Elle n'hésite pas à boire (modérément) avec les habitués et elle devient naturellement "la mère" des amateurs de piquette.

En 1844, elle a alors 76 ans, elle meurt au combat sans abandonner ses troupes. En effet, alors que l'on est occupé à boire dans les salles du restaurant, elle transporte à la cave une pièce de vin qui la déséquilibre et lui passe sur le corps.

Vérité ou légende? C'est en tout cas ce que l'on dit à Montmartre depuis que la mère Catherine l'a quitté.

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

Le café-restaurant continua sa carrière malgré le rattachement de Montmartre à Paris (à moins que ce ne fût le contraire) et la perte de l'avantage de la détaxation.

Parmi les successeurs de Catherine Lamotte, on a retenu le nom de "Gros Guillaume". Il s'appelait Guillaume, il était gros et il était auréolé du prestige d'avoir été Garde National en 1870 (ne pas confondre avec Robert Guérin dit "Gros Guillaume", un des plus populaires acteurs français du XVIIème siècle).

Que les amis des animaux lui pardonnent d'avoir, pendant la disette qui suivit la Commune, fait disparaître de Montmartre tous les chiens, tous les chats, tous les rats et souris. Il paraît que sa gibelotte était fameuse et attirait les bourgeois des beaux quartiers!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

Au début du XXème siècle le restaurant change de propriétaire. C'est Lemoine (un nom qui sied à un ancien presbytère) qui en prend la direction et gère le bureau de tabac attenant.

Il est connu pour avoir été le 2ème maire de la Commune libre de Montmartre fondée en 1920 par Dépaquit.

Il est aussi connu pour avoir installé dans son bistro un billard en bois, jeu qui était alors très populaire et qui servait d'annonce à la bonne Franquette rue Saint-Rustique.

Aux Billards en Bois (la Bonne Franquette)

Aux Billards en Bois (la Bonne Franquette)

Guillaume est surnommé le Père la Bille. Il est populaire sur la Butte où il assiste à toutes les festivités. Son surnom lui serait venu de son goût pour le fameux billard...

Hélas le billard ne suffit pas à faire marcher les affaires qui périclitent et à vendre une partie du restaurant, la grande salle, qui devient une boulangerie.

Le père La Bille!

Le père La Bille!

Pendant la guerre, Montmartre est apprécié des Allemands et des collabos. Ils apprécient cabarets et bistros sans oublier celui de la Mère Catherine!

Juin 1940. La Commune libre ne l'est plus.

Juin 1940. La Commune libre ne l'est plus.

L'établissement changera ensuite de patron. Albert Mériguet et Thérèse jusqu'en 1950 puis Jacques Mériguet jusqu'en 1960... Mais la grande époque est terminée pour Montmartre.

Ni Leprin ni Gen Paul ne sont là pour accrocher leurs toiles dans le bistro de la Mère Catherine, ni Utrillo pour le peindre, ni Léon Bloy pour s'y installer et y écrire.

Le restaurant accueille les touristes à l'heure où sur la place les barbouilleurs barbouillent. La cuisine y est moyenne et sans inventivité, l'accueil y est parfois revêche (les avis sont partagés et ma malheureuse expérience est peut-être accidentelle!)

Son principal atout reste le décor et l'emplacement...

Un Starbuck a ouvert ses portes à quelques mètres...

Souhaitons qu'aucun Père Macdo ne prenne un jour la place de la Mère Catherine!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

....Un jour qui sait la Mère Catherine remontera de sa cave, se remettra aux fourneaux et offrira une tournée à tous les amoureux de Montmartre!

La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.
La Mère Catherine. Le plus vieux "bistro". Légende et réalité.

En l'attendant.... voici quelques toiles représentant le célèbre restaurant...

Utrillo

Utrillo

Utrillo

Utrillo

André Renoux

André Renoux

Utrillo

Utrillo

Gazi

Gazi

Renoux

Renoux

Monique Langlois

Monique Langlois

Monique Langlois

Monique Langlois

Jacqueline Remon

Jacqueline Remon

Jean Jacques Marie (voir lien ci-dessous)

Jean Jacques Marie (voir lien ci-dessous)

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Je suis Charlie.

 

 

Ils se sont habillés de noir

Pour tuer ceux qui vivaient en couleurs

Ils ont caché leur visage

Pour tuer ceux qui les regardaient en face

Ils ont choisi la violence

pour tuer les hommes de paix

Ils ont choisi la haine

Pour tuer la fraternité

 

Ont-ils entendu

Dans le bruit et le sang

Leur dieu qui leur criait

"Je suis Charlie"

Je suis Charlie.
Je suis Charlie.
Je suis Charlie.
Je suis Charlie.
Je suis Charlie.
Je suis Charlie.
Je suis Charlie.

Voir les commentaires

Publié le par christian Wacrenier
Publié dans : #POEMES...Divers, #POEMES. AMOUR., #POEMES. ALZHEIMER PERE
Poème. 6 Janvier. Naissance.

 

 

Naissance

 

Il avait neigé sur les arbres noirs

Le gel claquait ses dents d'acier

Sur les chats qui tentaient de vivre

Si on avait ouvert la fenêtre

L'hiver aurait bondi comme un loup

 

J'aurais senti sur moi son haleine rouge

Dans ma poitrine l'éclat de sa morsure

 

Il avait neigé sur les arbres noirs

Les flocons entraînaient les comètes

Qui s'éteignaient sur les pavés

Si on avait ouvert la fenêtre

La nuit les aurait jetées dans la maison

 

Je les aurais avalées dans mes cris

J'aurais connu le goût du ciel

 

Il avait neigé sur les arbres noirs

C'était le six janvier dans un album

Où les photos perdent mémoire

On a tranché le lien qui me tenait à elle

On m'a posé humide entre les draps

J'ai remué les bras pour nager vers son ventre

 

Il faisait si chaud ce jour-là dans la chambre

Qu'un coup de vent soudain

A ouvert la fenêtre

 

 

.

 

Poème. 6 Janvier. Naissance.
Poème. 6 Janvier. Naissance.

Voir les commentaires

Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

C'est une des artères les plus célèbres de Montmartre, l'une des plus recherchées et des plus opulentes. Sur les terrains où vivaient les plus pauvres des Montmartrois s'est construite une avenue réservée aux plus riches!

En effet c'est le "nettoyage" du Maquis qui a libéré un espace offert aux spéculateurs. Quelques irréductibles maquisards ont résisté aussi longtemps qu'ils ont pu et c'est grâce à eux que subsistent au milieu des immeubles et des villas quelques arpents de nature!

Le maquis. L'avenue Junot se termine là, en rejoignant la rue Caulaincourt.

Le maquis. L'avenue Junot se termine là, en rejoignant la rue Caulaincourt.

Fin de l'avenue Junot, rue Caulaincourt et place Constantin Pecqueur..

Fin de l'avenue Junot, rue Caulaincourt et place Constantin Pecqueur..

... Par bonheur, le projet initial qui prévoyait la destruction du château des Brouillards et de l'impasse Girardon a été modifié in extrémis!

La destruction du maquis se réalisa en plusieurs étapes.

En son centre fut tracé un axe qu'on appela "rue" Junot en 1893 mais ce n'est qu'en 1910 que commença le lotissement de la portion comprise entre les rues Simon Dereure et Caulaincourt et en 1912 entre Girardon et Dereure.

Le maquis. L'impasse Girardon.

Le maquis. L'impasse Girardon.

C'est par un décret de 1910 que la rue est promue en "avenue" Junot!

Promotion imméritée pour ses 450 mètres de long et ses 20 mètres de large!

Le général Junot et sa femme, la duchesse d'Abrantès.  (Marguerite Gérard)

Le général Junot et sa femme, la duchesse d'Abrantès. (Marguerite Gérard)

Le nom de Junot convient à cette avenue tracée à grands coups de sabre dans le village de bric et de broc où survivaient ferrailleurs, chiffonniers, rempailleurs, marchands des 4 saisons et leur marmaille joueuse et frondeuse qui inspira à Poulbot ses plus beaux dessins.

Le général Junot (1771-1813) surnommé La Tempête par Napoléon est un guerrier audacieux , colonel général des Hussards, toujours aux avant-postes, prêt à recevoir tous les coups. Et il en reçut tant que de Campagne d'Egypte en Campagne de Russie, il en perdit la tête et se jeta par la fenêtre du logis paternel où sa santé mentale l'avait exilé.

Sa femme la duchesse d'Abrantès mériterait autant que lui de donner son nom à une rue! A la mort de son mari, elle a une liaison avec le jeune Balzac qui pense à elle en écrivant "La femme de trente ans". Elle a rédigé ses mémoires, corrigés par le même Balzac, Elle a tenu un salon à la mode. Elle a sa demeure éternelle au cimetière Montmartre voisin, contrairement à son mari enterré en Bourgogne, à Montbard.

La Duchesse d'Abrantès. (Goya)

La Duchesse d'Abrantès. (Goya)

Le début de l'avenue peut déconcerter car côté impair il porte le nom de l'impasse Girardon.

Début de l'avenue (à dte impasse Girardon) photo de Kertesz

Début de l'avenue (à dte impasse Girardon) photo de Kertesz

Impasse Girardon (côté pair de l'avenue Junot!)

Impasse Girardon (côté pair de l'avenue Junot!)

Quelques maisons modestes de l'ancien village y ont survécu et c'est au 2, que Gen Paul avait son atelier.

L'atelier de Gen Paul.

L'atelier de Gen Paul.

Gen Paul (1895-1975) de son vrai nom Eugène Paul est un authentique Montmartrois né 69 rue Lepic (immeuble peint par Van Gogh) et qui a vécu toute son existence sur la Butte. En simplifiant on peut le classer parmi les Expressionnistes et, hélas sans simplifier, parmi les artistes antisémites qui ne voyaient pas d'inconvénient moral à rencontrer Otto Abetz. Pas étonnant qu'il ait eu pour ami Céline, son voisin de la rue Girardon qui lui rendait visite régulièrement.

Alors qu'à l'épuration Céline dut s'enfuir, Gen paul resta à Montmartre et ne fut pas inquiété !

Cette "injustice" nourrira le ressentiment de l'écrivain qui se vengera en donnant à "Jules" personnage de sa "Féérie pour une autre fois" les traits peu flatteurs et peu flattés du peintre!

Paysage Montmartre. Gen Paul.

Paysage Montmartre. Gen Paul.

Les fans de Céline continuent de crier à la discrimination en constatant qu'aucune plaque commémorative n'est apposée sur son immeuble alors qu'il y en a une, sur la maison de Gen Paul et que des lettres de belle taille : "ATELIER DE GEN PAUL" peintes au-dessus des fenêtres rendent hommage au peintre qui ne se contentait pas de créer en cet endroit mais qui y recevait en même temps que Céline quelque amis collaborateurs!

Pochoir sur l'immeuble de la rue Girardon. (Photo du blog "Le petit Célinien").

Pochoir sur l'immeuble de la rue Girardon. (Photo du blog "Le petit Célinien").

.

Ils tentent de réparer cet affront avec des pochoirs qui rappellent le passage de l'écrivain sur la Butte et commémorent avec émotion le couple qui s'aima en ce lieu pendant les années terribles et les rafles. Ils pourraient ajouter que de leur fenêtre avec vue imprenable, les tourtereaux purent voir stationner sur l'avenue les bus de la rafle du Vel d'Hiv chargés de nettoyer Montmartre de sa "juiverie".

Impasse Girardon. Le jardinet de l'atelier de G.P

Impasse Girardon. Le jardinet de l'atelier de G.P

Côté impair, au n° 1, derrière le moulin de la Galette, le Ciné 13 théâtre qu'on appelle plus simplement "le 13" est proche de l'ancien théâtre du Tertre, transformé dans les années 70 en cinéma par Claude Lelouch qui le décora dans le style des années 30 pour servir de cadre à son film "Edith et Marcel". Il est aujourd'hui dirigé par la fille du réalisateur, Salomé Lelouch, elle -même metteur en scène.

J'ai connu le temps pas très éloigné où l'on pouvait regarder des films, installés dans de grands fauteuils de cuir rouge, une flute de champagne à la main!

Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

Une allée privée s'ouvre à côté du 13. De petits immeubles ont été construits sur le parc qui entourait le Moulin de la Galette.

Le parc installé sur la propriété du meunier Debray peu avant sa destruction

Le parc installé sur la propriété du meunier Debray peu avant sa destruction

Le moulin vu de la rue Lepic. Derrière lui passera l'avenue Junot.

Le moulin vu de la rue Lepic. Derrière lui passera l'avenue Junot.

Arrière du moulin où sera tracée l'avenue Junot.

Arrière du moulin où sera tracée l'avenue Junot.

Entrée bien gardée de l'allée privée

Entrée bien gardée de l'allée privée

Immeubles construits sur les anciens terrains du moulin

Immeubles construits sur les anciens terrains du moulin

le moulin qui montre son derrière à l'avenue Junot!

le moulin qui montre son derrière à l'avenue Junot!

Côté pair, passé le square, un immeuble moche et sans aucun style, le n° 10, s'est élevé là où des fouilles archéologiques avaient retrouvé le plan d'une villa gallo romaine, rappel de l'occupation antique de la Butte quand des temples dédiés à Mercure et à Mars s'y élevaient, ancêtres païens du Sacré coeur!

(quelques colonnes antiques ont été remontées dans l'église Saint-Pierre.)

Le 10 à l'emplacement d'une villa gallo romaine.

Le 10 à l'emplacement d'une villa gallo romaine.

Le 12 a été construit en 1925. Ses lignes fortes et rythmées sont typique de l'Art Déco.

Le 12.
Le 12.

Le 12.

La grande guerre ayant interrompu les travaux, c'est dans les années 20 qu'ils reprirent et firent de cette "avenue" un véritable musée Art Déco.

Le 5

Le 5

Il n'y a rien à dire du 5, banal et BCBG, sinon qu'il est sur la ligne jadis marquée par des repères de bronze du méridien de Paris.

Il subsiste ici et là quelques médaillons à l'effigie d'Arago.

Le 9.
Le 9.

Le 9.

Le 9 est un bel immeuble des années 20. C'est une belle architecture dominée par une tour avec vue panoramique....

Le 11. Accès interdit!
Le 11. Accès interdit!

Le 11. Accès interdit!

Passez votre chemin devant le 11. C'est tout juste si quelques ouvertures dans le blindage vous permettent d'y jeter un oeil! C'est pourtant là que vécut Suzanne Valadon de 1925 jusqu'à sa mort en 1938.

La maison fut achetée par Maurice Utrillo qui profita des moyens que lui apporta un contrat passé avec Bernheim.

Avenue Junot. Suzanne Valadon et son fils!

Avenue Junot. Suzanne Valadon et son fils!

11 et 13 avenue Junot. La maison de Poulbot. (Utrillo)
11 et 13 avenue Junot. La maison de Poulbot. (Utrillo)

Le 13 est un des immeubles les plus photographiés. C'est la maison de Poulbot sans qui Montmartre ne serait pas Montmartre (il est vrai que le contraire est vrai, Poulbot ne serait pas Poulbot sans Montmartre!)

Là où vivaient les gosses qu'il avait tant dessinés, Poulbot se fit construire cette imposante villa.

Le 13

Le 13

En même temps qu'il faisait construire cette maison, il finançait pour les gosses un dispensaire, rue Lepic.

Il dessina pour la façade quelques mioches dont les gros visages en mosaïques forment une frise. Ils ont perdu l'insolence et la fraîcheur des premiers dessins et préfigurent les poulbots botoxés qui sont vendus aux touristes place du Tertre et qui sont reproduits sur les cartes postales.

Le 13 et ses gros poulbots

Le 13 et ses gros poulbots

Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

..

Traversons la rue poursuivis par ce cauchemar ... et réfugions-nous au 14bis.

Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

... et reposons-nous avant de poursuivre la visite de l"avenue Junot! 

(à suivre)

l'avenue Junot (photo de Kertesz). On reconnaît à gauche la maison de Poulbot et, mitoyenne, celle d'Adolf Loos pour Tzara.

l'avenue Junot (photo de Kertesz). On reconnaît à gauche la maison de Poulbot et, mitoyenne, celle d'Adolf Loos pour Tzara.

Voir les commentaires

Le 15.

Le 15.

Après la visite de la première partie de l'avenue, nous arrivons devant le 15, un des immeubles les plus remarquables.

Remarquable il l'est au moins pour deux raisons.

D'abord parce qu'il fut construit par Adolf Loos dont il est la seule et unique réalisation en France. Ensuite parce qu'il fut la demeure de Tristan Tzara,

Projet de Loos pour Chicago.

Projet de Loos pour Chicago.

Adolf Loos est un architecte viennois (1870-1933) en rupture avec les modes de son temps. Il exècre le "décor" sous lequel l'Art Nouveau dissimule les structures et les matériaux. Son ouvrage principal est un manifeste : "Ornement et Crime"!

Il importe pour lui d'être fonctionnel, sans afféterie. Le matériau brut est lui-même décor. Loos n'est pas sans influence sur Le Corbusier et sa mouvance.

Maison Loos classée "monument historique".
Maison Loos classée "monument historique".
Maison Loos classée "monument historique".

Maison Loos classée "monument historique".

Il ouvre la voie à l'architecture dépouillée qui s'imposera bientôt avec des architectes qui n'auront ni l'audace ni le talent des précurseurs et construiront des barres et des tours sans fantaisie qui pèseront sur leurs habitants comme sur les paysages violentés.

N'oublions pas que le Corbusier, le dieu intouchable, avait prévu au coeur de Paris, le long de la Seine et dans le Marais des tours semblables et alignées à la place des vieux quartiers!

Le plan Voisin par Le Corbusier. Le Louvre échappe à la reconstruction et le Marais historique n'est plus qu'un souvenir!!!

Le plan Voisin par Le Corbusier. Le Louvre échappe à la reconstruction et le Marais historique n'est plus qu'un souvenir!!!

Maison Loos-Tzara. La salle de séjour. Ne subsiste de l'ancien décor que la cheminée.

Maison Loos-Tzara. La salle de séjour. Ne subsiste de l'ancien décor que la cheminée.

C'est Tristan Tzara (1896-1963) qui voulut cette demeure rigoureuse, lui le poète du hasard et de la fantaisie.

On connaît son rôle dans la création du dadaïsme. Quand il débarque à Paris, il habite d'abord chez Picabia avant d'emménager dans la grande maison fonctionnelle, avec Gréta Knutson, sa femme.

Tristan et Greta Knutson (1926)

Tristan et Greta Knutson (1926)

Tzara par Delaunay.

Tzara par Delaunay.

Tristan Tzara.

Tristan Tzara.

Greta Knutson (1899-1983) artiste suédoise, peintre et poète, vit avec son mari dans cette maison jusqu'en 1942.

C'est là que naît en 1927 leur fils Christophe qui jouera dans les rues de Montmartre et passera sous les fenêtres de Poulbot.

Portrait de la 1ère épouse de René Char. (Greta Knutson 1944)

Portrait de la 1ère épouse de René Char. (Greta Knutson 1944)

Après avoir quitté Tzara, Greta Knutson connaîtra une brève histoire d'amour avec René Char.... Mais voilà qui nous entraîne loin de Montmartre et de l'avenue Junot!

Avenue Junot (2) Montmartre. Du 15 au 23 et villa Léandre. Loos. Tzara...

Notons qu'il y eut un autre occupant célèbre de la maison de Tzara, c'est l'acteur-metteur en scène- réalisateur Jacques Fabbri qui y veut son domicile parisien jusqu'à sa mort à Tourgéville en 1997.

Vestiges du maquis et boulodrome.
Vestiges du maquis et boulodrome.
Vestiges du maquis et boulodrome.

Vestiges du maquis et boulodrome.

Le maquis à l'arrière du moulin. C'est à travers lui qu'est tracée la rue puis l'avenue Junot.

Le maquis à l'arrière du moulin. C'est à travers lui qu'est tracée la rue puis l'avenue Junot.

Le maquis derrière le moulinj

Le maquis derrière le moulinj

Après le 15, une parcelle de maquis a survécu. C'est ainsi que le 17 abrite un boulodrome dont les membres ont tenu tête aux promoteurs. Les boulistes du CLAP ont gagné la partie et continuent de tirer et pointer librement!

Traversons et jetons un coup d'oeil aux numéros pairs...

Le 16

Le 16

Charles Berling et Michel Bouquet. ("Comment j'ai tué mon père." Anne Fontaine)

Charles Berling et Michel Bouquet. ("Comment j'ai tué mon père." Anne Fontaine)

Montmartre plaît aux artistes. Il n'est donc pas étonnant qu'un de nos meilleurs acteurs, Charles Berling ait élu domicile dans cette belle maison claire de l'avenue.

Le 16 bis.
Le 16 bis.

Le 16 bis.

Le 18
Le 18

Le 18

Le 18bis

Le 18bis

Les 20 et 22.

Les 20 et 22.

Solange Moret
Solange Moret

Le 20 a vu passer quelques célébrités.

Pierre Feuillère (1906-1945), acteur connu surtout pour avoir été le mari d'Edwige Feuillère y vécut avec sa deuxième femme, Solange Moret (1908-1945), actrice belge. C'est dans cette maison qu'ils se suicidèrent le 13 juin 1945.

Nagui. Photo Télé Première.
Nagui. Photo Télé Première.

C'est encore au 20 qu'un célèbre animateur télé vécut de 1998 à 2002. Il s'agit de Nagui qui resta fidèle à Montmartre et déménagea à quelques centaines de mètres de l'avenue, place du Calvaire, dans une des plus hautes demeures de la Butte : la maison Borde, son jardin luxuriant, ses hauts murs qui interceptent les regards indiscrets.

Derrière ses murs et ses grilles on aperçoit la maison actuelle de Nagui....

Derrière ses murs et ses grilles on aperçoit la maison actuelle de Nagui....

Le 22
Le 22
Le 22

Le 22

Le 22 est une belle maison de briques avec décor floral stylisé art-déco.

A la hauteur du 23, on peut deviner un passage barré par un énorme rocher, c'est le passage Depaquit, dit de la Sorcière.

Il rejoint la rue Lepic et bien que mentionné par tous les guides touristiques, il est réservé depuis quelques années aux riverains et aux boulistes, privant les amoureux de Montmartre de son charme et de son utilité!

Il y a en son milieu une fontaine en rocaille désaffectée qui s'appelait à l'origine "fontaine du sourcier". Avec le temps elle se transforma en fontaine de la sorcière, puis, l'eau une fois tarie en rocher de la sorcière.

Passage Dépaquit côté rue Lepic.

Passage Dépaquit côté rue Lepic.

C'est une histoire de litige comme il en existe tant entre les copropriétaires riverains du passage, exaspérés par le manque d'entretien, par la présence de dealers et la mairie du XVIIIème peu empressée à en assurer la restauration et l'entretien.

Bref ce n'est pas l'intérêt commun qui a triomphé et le passage bien pratique pour se rendre du bas Montmartre au haut Montmartre est désormais privé !

Les copropriétaires s'étant montrés peu conciliants et ne prenant en compte que leur propre avantage se sont "payés" ce passage public sur le dos des habitants du quartier et des touristes.

Mais gageons que l'histoire n'est pas finie! La pétition des Montmartrois attachés à la liberté du passage est forte de milliers de signatures parmi lesquelles celles d'acteurs célèbres (Richard Berry, Charles Berling)... qui habitent le quartier.

La sorcière n'a pas dit son dernier mot, elle a des pouvoirs qui se révèleront un jour et feront tombert les grilles!

Passage Depaquit. Le rocher.

Passage Depaquit. Le rocher.

Gros-plan sur le rocher.

Gros-plan sur le rocher.

Les moulins. De gauche à droite : La Petite Tour, le Blute Fin (la Galette), le moulin Vieux, le moulin Neuf.

Les moulins. De gauche à droite : La Petite Tour, le Blute Fin (la Galette), le moulin Vieux, le moulin Neuf.

Toujours au même niveau de l'avenue, se dressait un des moulins qui le long de la crête (au-dessus de la rue Lepic) se succédaient.

C'était le Moulin Neuf édifié en 1741 et propriété d'un certain Jean-Jacques Devaux qui avait acheté auparavant le Moulin Vieux (situé à la hauteur du 11 avenue Junot). Sur le terrain entourant ce dernier, il fit construire le nouveau.

Villa Léandre.

Villa Léandre.

Au 23bis s'ouvre une impasse pittoresque, la Villa Léandre, gagnée elle aussi sur le maquis. Des petits pavillons qui évoquent les chalets de bord de mer se serrent les uns contre les autres, épaule contre épaule.

Villa Léandre

Villa Léandre

La femme torpille. (Charles Léandre, l'Assiette au Beurre)

La femme torpille. (Charles Léandre, l'Assiette au Beurre)

La voie fut crée en 1926 et s'appelait villa Junot.

C'est en 1936 qu'elle prend le nom de villa Léandre, rendant hommage à un peintre, dessinateur, caricaturiste prolifique et doué, ami des plus grands comme Steinlen ou Forain...

Dessin publicitaire. Charles léandre.

Dessin publicitaire. Charles léandre.

Mille détails nous transportent loin de la ville ; on se croirait dans une province tranquille, on s'imagine que la plage n'est pas loin!

Villa Léandre (détails)
Villa Léandre (détails)
Villa Léandre (détails)

Villa Léandre (détails)

C'est le meilleur endroit pour faire une pause avant de repartir à la découverte de la dernière partie de l'avenue Junot!

...à suivre..

Chemin derrière le moulin, emplacement de l'avenue Junot!

Chemin derrière le moulin, emplacement de l'avenue Junot!

Voir les commentaires

Nous arrivons dans la dernière partie de l'avenue, celle qui file après un tournant vers la rue Caulaincourt. Après la villa Léandre, le 26 est une maison originale avec grandes surfaces vitrées.

le 26

le 26

L'immeuble harmonieux et audacieux a pour architecte Adolphe Thiers (ne pas confondre avec l'autre, le massacreur de 1871!).

Nous aurons l'occasion de le rencontrer plusieurs fois dans l'avenue. Les immeubles les plus intéressants sont ses oeuvres!

Le 28 côté Junot
Le 28 côté Junot

Le 28 côté Junot

Côté rue Simon Dereure) Bas-relief, le sculpteur au travail.

Côté rue Simon Dereure) Bas-relief, le sculpteur au travail.

Le 28 est de lui!

C'est le seul immeuble, avec la maison d'Adolf Loos à être classé "monument historique". Ce qui est mystérieux, avouons-le! Toutes les réalisations de Thiers devraient l'être!

Flore (Louis Lejeune). Photo blog Nitescences.

Flore (Louis Lejeune). Photo blog Nitescences.

Il a été construit en 1927 pour le sculpteur Louis Lejeune alors en pleine activité.

Louis Lejeune se double d'un humaniste soucieux d'aider les artistes et il défend le projet de construction sur le maquis de la rue Ordener d'une "Cité" aux loyers modérés réservée aux créateurs.

Cité "Montmartre aux Artistes" rue Ordener (photo Structurae)

Cité "Montmartre aux Artistes" rue Ordener (photo Structurae)

Nous consacrerons des articles à cette cité : "Montmartre aux artistes"

C'est un endroit exceptionnel dont l'architecte, choisi par Louis Lejeune n'est autre que notre Adolphe Thiers.

Claude Nougaro au 28 (photo Ginies 1952)

Claude Nougaro au 28 (photo Ginies 1952)

Lejeune aurait été heureux d'apprendre que sa maison serait un jour la propriété d'un artiste aux dons multiples, poète, musicien, chanteur, dessinateur... Claude Nougaro!

Claude Nougaro (photo Claude Delorme)

Claude Nougaro (photo Claude Delorme)

Nougaro y vécut des années. Il appréciait Montmartre et fréquentait en voisin le Lapin Agile.

Il dut à contrecoeur abandonner son domaine montmartrois quand les créanciers lui tombèrent sur le dos. Le succès foudroyant de Nougayork vint trop tard remettre à flot celui qui des années après sa mort continue de pulser son énergie et sa sensibilité à fleur de peau...

Pour moi, l'avenue Junot c'est l'avenue Nougaro!

Le 30.

Le 30.

Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
Photos du 36

Photos du 36

Le 36 étonamment moderne avec ses grandes baies vitrées et ses volumes cubistes est encore une réalisation d'Adolphe Thiers, la dernière de l'avenue, hélas

Le 35. Son architecte a laissé son nom qur la façade : Dargent 1931.

Le 35. Son architecte a laissé son nom qur la façade : Dargent 1931.

Le 37.

Le 37.

Le 39 aujourd'hui et hier.
Le 39 aujourd'hui et hier.

Le 39 aujourd'hui et hier.

Suzy Delair et Pierre Fresnay (l'assassin habite au 21)
Suzy Delair et Pierre Fresnay (l'assassin habite au 21)

Le 39...encore un numéro qui a son importance dans la riche histoire cinématographique de la Butte.

L'ancien hôtel Alsina servi en effet de décor en 1941 au film de Clouzot "l'assassin habite au 21".

Il fallut bien sûr changer la plaque! L'hôtel devint la pension "les mimosas".

Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
Léaud et Harry Max dans Baisers Volés.
Léaud et Harry Max dans Baisers Volés.

Deux ans plus tôt en 1968, on le reconnait dans le film de Truffaut "Baisers Volés". Antoine Doisnel (Jean-Pierre Léaud) veilleur de nuit y reçoit la visite du détective. Les escaliers qui longent l'hôtel, rue Juste Métivier servent également de décor à une des scènes du film.

Le 39

Le 39

Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...

Edith (Piaf qui eut plusieurs adresses à Montmartre) y loua une chambre à l'année et c'est là qu'il lui arrivait de recevoir Yves Montand ( mais Chutt!!!! ne jouons pas les colporteurs de ragots!)

Dans le même immeuble mais au 41, une triste vitrine ne peut nous laisser deviner qu'il y eut à cette adresse le cabaret "Chez elle".

Le 41

Le 41

Celle qu'on surnommait "la Dame en bleu" ouvrit son établissement avec Van Parys au piano, en 1940, pendant les années noires.

Le cabaret qui se voulait différent des autres et plus intime, une "bonbonnière" disait la dame, portait, apposé sur sa façade un écriteau : "Interdit aux Juifs".

La chose n'était pas rare dans le Paris vichyssois mais elle peut surprendre quand on sait que la "patronne" n'était autre que Lucienne Boyer et qu'un an avant l'ouverture de son cabaret, elle avait épousé Jacques Pills qui était juif.

"Chez nous"! et non pas "Chez elle"!

"Chez nous"! et non pas "Chez elle"!

L'immortelle interprète de "Parlez-moi d'amour" avait-elle voulu par cette ruse détourner l'attention des autorités qui faisaient la chasse aux Juifs et protéger son mari?

C'est ce qu'elle a affirmé après guerre.

Modiano fait allusion à elle, pendant l'année 1942, dans "Livret de famille" :

Ce soir-là, Lucienne Boyer se produisait en vedette, et juste avant qu'on annonçât la nouvelle année, elle a chanté une chanson interdite, parce que l'un de ses auteurs était juif :

"Parlez-moi d'amour... Redites-moi... Des choses tendres..."

Cette audace de la chanteuse plaide en sa faveur et rend plus crédible la raison qu'elle donna d'avoir apposé le fameux écriteau sur son établissement.

Lucienne Boyer en 1940. (studio Harcourt)

Lucienne Boyer en 1940. (studio Harcourt)

Lucienne Boyer. Le Clair de Terre de Guy Gilles. Au 1er plan Patrick Jouané.
Lucienne Boyer. Le Clair de Terre de Guy Gilles. Au 1er plan Patrick Jouané.

Guy Gilles (Juif lui même) n'en douta pas, lui qui l'invita dans son film bouleversant "le Clair de Terre" où elle joua son propre rôle de chanteuse.

Les 45 et 47.

Les 45 et 47.

Les derniers immeubles de la rue ressemblent à ceux de la rue Caulaincourt. Ils ont été élevés dans les mêmes années. Ce sont des constructions de style composite post-hausmannien. Ils n'ont pas l'originalité des maisons art-déco de Thiers.

Le 49

Le 49

Le 49. Cage d'escalier originale en façade.

Le 49. Cage d'escalier originale en façade.

Dernier immeuble côté impair.

Dernier immeuble côté impair.

L'avenue Junot qui avait cédé sa première partie à l'impasse Girardon se rattrape en fin de parcours en ne comptant plus que des numéros pairs jusqu'à la place Constantin Pecqueur.

Le 40, signé Griès frères 1910.

Le 40, signé Griès frères 1910.

Le 42 et la place Constantin Pecqueur.

Le 42 et la place Constantin Pecqueur.

Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
Avenue Junot (3). Montmartre. Du 26 à la fin. Clouzot. Lucienne boyer. Nougaro...
D'une banque à l'autre!

D'une banque à l'autre!

Arrivé à cet endroit vous pouvez vous intéresser au square Joël Le Tac où est érigé le monument à Steinlen, à la rue Caulaincourt ou à la statue d'Eugène Carrière

Vous n'aurez que l'embarras du choix.. Montmartre a des trésors inépuisables qu'il offre aux promeneurs, aux curieux et aux rêveurs...

Avenue Junot. Leprin (1912)

Avenue Junot. Leprin (1912)

Avenue Junot. Percement de l'avenue. Renaudin (1913)

Avenue Junot. Percement de l'avenue. Renaudin (1913)

Avenue Junot. Sous le Blutefin (Galette). Eugène Schlumberger (1912)

Avenue Junot. Sous le Blutefin (Galette). Eugène Schlumberger (1912)

Avenue Junot. Course cycliste. Bruno Emile Laurent.

Avenue Junot. Course cycliste. Bruno Emile Laurent.

Avenue Junot. Maison de Poulbot. Utrillo.

Avenue Junot. Maison de Poulbot. Utrillo.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Saisons. Divers
Bonne Année!

2015 vient de naître avec toutes les promesses, tous les possibles, tous les mystères aussi!

Je souhaite que cette année vous apporte douceur et tendresse.

Je souhaite continuer à partager avec vous Montmartre et ses secrets et qui sait vous rencontrer en haut d'un escalier ou au détour d'une rue !

Bonne Année!

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog