Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES Chats.. photos..articles
Ulysse

Ulysse

   Depuis des années déjà chaque mois de juillet je donne des nouvelles de ce refuge d'où viennent mes deux chattes des rues, précieuses et délicates.

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

    Et malheureusement, comme chaque année des chats que je connaissais pour les avoir brossés entre câlins et ronrons, sont morts. 

Cerise

Cerise

     Parmi eux certains que dans mes rêves où je possédais un grand jardin j'adoptais et choyais comme la petite Cerise dont j'étais parrain et qui a fermé les yeux le mois dernier après quinze ans dans le refuge.

Miel en 2018

Miel en 2018

    Il y a aussi ceux qu'il avait fallu regrouper dans un espace à part parce qu'ils étaient atteints de leucose, de "sida" ou de calicivirose. Parmi eux Miel le plus familier et le plus quémandeur de caresses...

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

     Ou Saphir… Le beau chat aux yeux bleus, soigné pendant des mois pour une maladie de peau, guéri, heureux, reconnaissant, familier… Un chat comme on rêve d'en avoir pour petit compagnon. Il a été atteint lui aussi de calicivirose. Il a fermé ses yeux de ciel.

Plume
Plume

Plume

        A propos de calicivirose, je voudrais redonner de l'espoir à ceux dont le chat souffre de cette maladie. Plume que j'ai recueillie au refuge en souffrait. Après arrachage de dents et traitement de trois année à la cortisone, elle est guérie, heureuse, infiniment reconnaissante. 

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.
Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

     La vie du refuge continue avec ses petits et grands bonheurs, avec le dévouement remarquable des bénévoles. C'est un lieu à part sur notre planète qui saigne. Une petite planète qui redonne espoir.

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

                Je vous avais parlé il y a deux ans de Lily la chatte tricolore du port. Une cabane avait été installée pour elle et elle était suivie et nourrie par Cosette.

Il était devenu difficile de s'occuper d'elle en saison où les touristes trop nombreux et trop curieux la faisaient fuir.

Sa cabane a été remontée dans le refuge et Lily est devenue une des plus ronronnantes pensionnaires! La surprise! On a découvert qu'elle avait un tatouage et qu'elle avait été perdue ou abandonnée il y a 8 ans. Les maîtres contactés par téléphone n'ont pas réagi.

Lily qui a 17 ans terminera sa vie de chatte dans le refuge où dès son arrivée elle s'est sentie à sa place, aimée et respectée!

3 parmi la bande des 9

3 parmi la bande des 9

… Et tous les autres… chacun avec son nom et sa personnalité. Parmi eux, les 9 comme on les appelle parce qu'ils ont été accueillis ensemble.

Ils habitaient dans une caravane où une femme les avait ramassés dans les rues ou ils erraient. Elle a dû partir sans pouvoir les prendre. Elle les a confiés au refuge. Ils sont là toujours ensemble. Ils attendent peut-être le retour de celle qui les avait sauvés et aimés. C'est fou comme ils savent attendre, les animaux, toute une vie s'il le faut. Sans ressentiments, sans récriminations… avec dans leur tête une image qui ne s'éteint pas, celle du visage aimé qui les accompagne jusqu'au bout.

 

     Il y a quelques jours, devant le refuge, quelqu'un a déposé une chatte et ses quatre chatons.

Pas un mot, pas un coup de fil, rien. Seulement ces petits animaux laissés là, confiés à des gens qui ont le cœur assez grand pour les accepter. Le matin de mon départ de Paris, il y avait en plein soleil, devant le cabinet du vétérinaire de ma rue, une panière avec un chat effrayé, posée là par des gens qui partaient sans doute en vacances.

On est consternés, déprimés par cette désinvolture de ceux qui gardent des chats ou des chiens tant qu'ils ne les gênent pas et puis s'en débarrassent sans scrupules comme si la peur, l'angoisse ne pouvaient toucher ces êtres sans importance!

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.
Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

     J'ai photographié quelques uns des chats du Bastion en ce mois de juillet brûlant. Je leur souhaite de vivre longtemps grâce au dévouement et à la douceur des bénévoles. 

Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.
Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.
Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.
Le refuge des Pachats du Bastion au Château d'Oléron. Juillet 2019.

Liens : Les Pachats du Bastion. Saisons et années...

 

Les Pachats 2013

Les Pachats 2014

Les Pachats 2016

Les Pachats 2017

Les Pachats 2017 (2)

Les Pachats 2018

Le refuge. Entrée du bastion sur les remparts.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Les 2 versions proposées.
Les 2 versions proposées.

Les 2 versions proposées.

     La maison-musée de Gustave Moreau, rue La Rochefoucauld au pied de la Butte, est une inépuisable fabrique de rêves. Il suffit de se tenir devant une des œuvres laissées à l'emplacement qu'elles occupaient à la mort du peintre, pour entrer dans un monde de sensualité et de symboles...

 

Dessin de Gustave Moreau

Dessin de Gustave Moreau

   Les amours de Zeus et de Léda ont inspiré de nombreux peintres et Gustave Moreau plus que d'autres puisque plus de vingt de ses toiles et dessins leur sont consacrés. 

Dessin (encres de Chine) de Gustave Moreau.

Dessin (encres de Chine) de Gustave Moreau.

     Le mythe de Léda raconte comment le roi des dieux à l'appétit sexuel insatiable, réussit à posséder la femme du roi de Sparte. 

Pour séduire l'épouse fidèle, il demanda conseil à Aphrodite qui imagina une ruse efficace : elle se transforma en aigle et poursuivit Zeus métamorphosé en cygne.

Léda. (Musée G. Moreau)

Léda. (Musée G. Moreau)

     Léda qui était assise au bord des marais vit le bel animal effrayé venir se réfugier en battant des ailes vers elle. Prise de pitié, elle lui ouvrit les bras afin de le protéger.

 

    Le mythe connaît plusieurs versions mais c'est cette dernière qui est la plus répandue et que Moreau interprète dans les deux toiles qui nous intéressent aujourd'hui.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     La 1ère version, celle que je trouve la plus belle, moins travaillée dans le détail que la 2nde, représente Léda abandonnée, déjà conquise, les yeux clos comme dans un rêve.

Son corps est androgyne. Le buste est celui d'un adolescent tandis que le visage évoque le profil d'un héros grec.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

   Le cygne se dresse contre Léda, un peu en arrière comme pour ne pas la réveiller du charme qui s'empare d'elle. Sa tête semble la protéger tandis que son aile gauche se lève.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     Sur la gauche du tableau c'est l'aile sombre de l'aigle qui se déploie. Les deux ailes, la blanche et la noire, sont comme celles du même prédateur, prêtes à se rejoindre et à se refermer sur le corps désiré. C'est l'originalité audacieuse de cette version que l'on ne retrouve pas ailleurs.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     L'aile noire d'Aphrodite, l'aile blanche de Zeus, métaphore d'un désir ardent qui enveloppe sa proie.

Léda est passive à l'abri de son apparent sommeil. Elle attend l'étreinte du dieu. Peut-être est-il possible d'interpréter cette attente de Léda comme celle, plus ou moins consciente, du peintre lui-même, attiré par les hommes mais n'assumant pas ce désir. Cette attirance est souvent présente dans son œuvre où elle se réfugie et se dissimule dans la représentation des mythes.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     Les génies assistent à la scène, tenant bien haut le feu qui pourrait embraser le monde.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

    Tout est soumission et abandon dans le corps de Léda. Le décor est à peine esquissé. Nous sommes dans l'ambigüité et l'incertitude du songe, au moment où le corps s'abandonne à  l'amour, dans une passivité qui écarte la culpabilisation et le remords à venir.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     La deuxième toile, exposée en bonne place dans le musée est la version la plus officielle et la plus achevée. Si la composition est la même, plusieurs éléments différent...

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     Le corps de Léda est cette fois féminin, les hanches larges, la poitrine  affirmée.

Comme dans la première version, ses yeux se ferment. Aucune protestation devant l'insistance du cygne dont la volonté ne fait aucun doute.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

    Le bras gauche de Léda est levé, comme attaché à des liens que son désir suscite. En réalité ce sont des fleurs qui entourent sa main mais qui suggèrent des entraves telles que l'on en utilise dans certains jeux amoureux. 

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     Le cygne s'est rapproché, sa tête s'appuie sur celle de Léda. Son aile levée s'estompe dans le décor et le voile blanc entre les jambes de la femme glisse comme du lait pour laisser place au séducteur.

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.
Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

Les génies veillent à la scène en portant la couronne du roi des dieux et le feu sacré tandis que l'amour vainqueur s'envole vers d'autres conquêtes...

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.
Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

     L'éclair divin forme comme un ostensoir derrière le couple, donnant au mystère de l'amour une dimension mystique.

Le couronnement de la Vierge Marie, elle aussi séduite par un dieu, n'est pas loin!

     Dans le décor confus où l'œil averti doit se frayer un chemin, on devine le monde des divinités qui peuplent la nature, tandis qu'agenouillé, les bras ouverts Pan accueille l'univers vibrant et aimant.

 

     Hymne à l'amour, au mystère, à la force des désirs, la 2ème œuvre comme la première est féconde en interprétations et en balades imaginaires. 

 

 Elles nous invitent à la rêverie… 

Les toiles de Moreau ressemblant à la Nature dont parle Baudelaire :

 

                 "L'homme y passe à travers des forêts de symboles

                             Qui l'observent avec des regards familiers."

Léda. Gustave Moreau. Comparaison deux versions.

Liens : les œuvres de Moreau étudiées dans ce blog :

 

Jupiter et Sémélé

La vie de l'humanité

Le Christ et les 2 larrons

Prométhée foudroyé

Les Rois Mages

Les Prétendants (la toile où "l'homosexualité" de Gustave Moreau se révèle le mieux.

Orphée sur la tombe d'Eurydice

 

La tombe de Gustave Moreau au cimetière de Montmartre

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Monuments. Cabarets. Lieux
Le 14 rue de l'abreuvoir. Maison Georges.

Le 14 rue de l'abreuvoir. Maison Georges.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     La rue de l'abreuvoir, une des plus pittoresques de Montmartre, n'a pas échappé aux destructions du XXème siècle et aux transformations du vieux village en quartier résidentiel et touristique.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Une adresse a résisté un peu plus longtemps que les autres (si l'on excepte la Maison Rose, sauvée par les peintres qui l'ont souvent représentée), c'est le 14, la Maison Georges.

 

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Ce fut jusqu'au début du XXème siècle, une épicerie de village, spécialisée comme de nombreuses épiceries d'alors dans la vente de vin. L'enseigne et le panneau peint sur le mur pignon ont subsisté après la vente de son commerce par monsieur Georges.

 

Vente qui eut lieu en 1924 lorsque les époux Baillot s'en firent acquéreurs. Henri Baillot, ancien combattant de la première guerre, le transforma en bar-restaurant : "l'Abreuvoir".

Un nom bien choisi! L'abreuvoir qui a donné son nom à la rue était utilisé par les paysans pour y faire boire leurs bêtes, le bar dut étancher d'autres soifs!

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Pendant l'occupation, les Baillot qui ont vu les bars du bas-Montmartre spoliés de leur comptoir de zinc par l'occupant nazi, s'empressent de dissimuler le leur en le murant derrière une paroi de plâtre.

Le comptoir échappe à la fonte et réapparaît à la Libération, nimbé de son aura de résistant.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     C'est lui que nous voyons aujourd'hui au musée de Montmartre!

 

    Le couple Baillot accueillait dans son restaurant le 2ème mardi de chaque mois le dîner du Dernier Carré de Montmartre, des amoureux de la Butte qui essayaient de lutter contre le vandalisme architectural des années d'après-guerre. 

La belle cabaretière (Marcel-François Leprin. 1924)

La belle cabaretière (Marcel-François Leprin. 1924)

     En 1957 le restaurant ferma ses portes et fut transformé en maison d'habitation. Louis Baillot, le fils des restaurateurs qui y avait vu le jour en 1924 y habita et c'est lui qui offrit le fameux comptoir au musée de Montmartre.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Louis Baillot faisait partie de la Société du Vieux Montmartre et se sentait Montmartrois d'âme et de cœur. 

L'essentiel de son engagement, résistance, lutte contre la politique coloniale, députation… l'inscrit dans la tradition humaniste et généreuse de la Butte.

 

   Le 14 rue de l'Abreuvoir est bien différent aujourd'hui mais son vieux comptoir de zinc, nostalgique, nous parle encore, à deux cents mètres de là,  d'un temps "que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaître!"

 

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.
Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #VOYAGES..., #Peintres
Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

Chemises blanches, chemises de fête et de  noces...

Mais la boue et le sang comme des balafres qui lient les corps des amoureux dans la souffrance et la mort.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

L'exposition du peintre bosniaque Safet Zec (né en1943) devenu vénitien rend hommage à deux amoureux fauchés en pleine jeunesse en 1993 à Sarajevo.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

     Ils sont les Roméo et Juliette victimes d'une guerre non pas entre deux familles mais entre deux "peuples" qui avaient appris avant la folie meurtrière à s'apprécier et à vivre en paix.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

    Bosko est serbe et chrétien. Sa famille a quitté Sarajevo pour se réfugier à Belgrade mais lui n'a pas voulu fuir. Il est resté parce qu'il aime Admira, bosniaque et musulmane, qui lui rend son amour.

Les deux amoureux devant le danger de plus en plus menaçant et le risque d'être torturés et assassinés par les factions qui n'admettent pas que l'on puisse trahir son camp, décident de partir, de franchir le pont de Vrabna vers la Tchécoslovaquie.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

     Les soldats serbes et bosniaques les autorisent à passer. Est-ce l'un d'eux, est-ce un sniper? Bosko est abattu le premier, il tombe face contre terre. Admira rampe vers lui et l'enlace avant d'être tuée à son tour. Les amoureux vont rester ainsi une semaine entière, liés l'un à l'autre, avant d'être ramassés et inhumés.

Photo d'Admira et Bosko

Photo d'Admira et Bosko

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

    Safet Zec qui en 2017 exposait dans la même église de la Piéta sur le quai des Schiavoni, à deux pas de la place Saint-Marc, des toiles racontant le voyage souvent mortel des migrants (Exodus) nous invite cette année à être témoins de l'assassinat des deux amoureux pour qui les luttes politiques et les intransigeances religieuses comptaient peu devant la liberté d'aimer.  

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

S'embrasser, s'enlacer, s'accrocher l'un à l'autre pour ne pas se séparer… 

Les toiles nous donnent à voir cette urgence de l'étreinte que la mort n'interrompt pas.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

Parfois ce n'est que le jaillissement de la couleur rouge qui nous rappelle que nous sommes devant une étreinte tragique. Un éclat, une zébrure, un trait de feu...

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

Quelques œuvres évoquent la descente de croix et le corps supplicié reçu par la femme aux bras et au cœur ouverts qui porte l'homme et le tient debout.

 

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

Sur d'autres toiles, la couleur du sang n'apparaît pas. Le blanc des linges domine. Linge de linceul ou tumulte des vêtements sous l'urgence des caresses?

 

 Dans la contemplation des œuvres qui sont à leur place dans cette église, le spectateur comprend que si la violence impose sa loi c'est la force inouïe de l'amour qui s'exprime… 

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

C'est bien ce qui domine dans cette exposition, ce sentiment de la vérité des corps qui se tiennent l'un à l'autre face à la barbarie.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

"Embraces" 

Embrassements c'est le nom de l'exposition qui dans cette biennale 2019 exceptionnelle de Venise fait écho aux ponts construits par Lorenzo Quinn, ces mains qui se réunissent par dessus les eaux vertes.

Safet Zec. Exposition EMBRACES. Venise. Les amants de Sarajevo.

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #album
Montmartre. Photos de mai-juin 2019

14 mai escalier dans le square Louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

15 mai. Amoureux dans l'escalier Foyatier.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

16 mai. Le dormeur de la Butte. Pelouse du parvis du Sacré-Coeur.

Mai le joli mai… c'est un mois qui se plaît à Montmartre malgré les souvenirs d'abord exaltants puis tragiques de la Commune. C'est la dernière semaine de ce mois printanier qu'eut lieu la Semaine Sanglante dont la Butte a gardé pour toujours mémoire.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

17 mai. Solitude… Là où commença l'insurrection der la Commune...

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

18 mai. Simone et les chats du square Louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

20 mai. Attente. Rue du Mont-Cenis.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

21 mai. Confidences. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

22 mai. Prise dans la bulle! Rue du Calvaire.

Le square qui portait le nom de Willette a été rebaptisé et porte désormais celui de Louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

23 mai. Farniente boulevard de Clichy.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

24 mai. Rencontre. Rue Norvins.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

25 mai. L'accordéoniste. Place Jean-Baptiste Clément.

Il joue sans doute "le temps des cerises"!

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

26 mai. La mariée dans les roses. Rue du Cardinal Dubois.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

27 mai. La mendiante. rue Azaïs.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

28 mai. Pour immortaliser un grand amour. Place du Tertre.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

29 mai. Public en herbe pour batterie de cuisine. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

30 mai. Devant la fontaine des tritons.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

31 mai. Rue du Chevalier de La Barre.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

1er juin. D'une main à l'autre. Passe-muraille.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

2 juin. Retour à la vie sauvage. Rocailles du square louise Michel.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

3 juin. La gym joyeuse. Esplanade du Sacré-Cœur.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

4 juin. Deux sans-abris. Square louise Michel

Juin a joué cette année les capricieux. Il a commencé par le soleil puis s'est laissé aller à la pluie...

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

13 juin. Paris-pluie. Place Saint-Pierre.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

14 juin. Différence-Indifférence. Quai de Seine.

J'ai été infidèle à Montmartre pendant plusieurs jours et à mon retour d'Italie, j'ai continué de l'être quelques jours encore pour les quais du bassin de la Villette.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

16 juin. Face au canal. Quai de Seine.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

17 juin. La balançoire. Jardins Renoir. Rue Cortot.

Et puis.. j'ai retrouvé mes lieux de prédilection, comme les jardins Renoir où l'impressionnisme semble toujours vivant.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

18 juin. Baiser mis en scène. Rue Cortot.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

19 juin. Accordez accordez donc l'aumône à l'accordéon… rue St-Eleuthère.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

21 juin. Lever du soleil vers Clignancourt.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

22 juin. Au sommet du monde. Terrasse du Sacré-Coeur.

La chaleur est arrivée soudain. D'abord tolérable puis au fil des jours tyrannique.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

23 juin. Lever du jour. 5h30. Rue Muller.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

24 juin. Chaleur sur Paris.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

25 juin. Montmartre en guerre?

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

26 juin. La recherche de l'ombre.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

27 juin. Conciliabule. Marches du Sacré-Cœur.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

28 juin.  Sauter à la corde un jour de canicule! Rue Utrillo.

Montmartre. Photos de mai-juin 2019

La canicule est si écrasante que je ne sors plus de chez moi. 39° sont prévus aujourd'hui! Pour la dernière photo avant les vacances, je triche un peu avec ces écoliers passant hier devant le Monde en Couleurs rue André Del Sarte.

...Je souhaite à  tous de belles vacances en couleurs!

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog