Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Cimetière.
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Elle fait partie des artistes qui vous impressionnent, au sens profond du mot. De ceux qui vous laissent sur la peau et dans la mémoire une trace indélébile, un tatouage en forme de sourire à la fois lumineux et las...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Jeanne Moreau!

Nous avons appris sa mort au cœur de l'été, dans la saison du soleil-roi et de l'insouciance.

Baie des Anges... Jules et Jim... Viva Maria...Eva.... Le journal d'une femme de chambre...Ascenseur pour l'échafaud... et... tant d'images dans le désordre qui tournent dans notre mémoire et font partie de notre tourbillon de vie!

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Visage de celle dont la voix n'a cessé de nous accompagner de sa petite musique...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Chacun de nous a ses préférences pour tel ou tel de ses films.... Moi je n'ai pas oublié une seule seconde de Jules et Jim, l'histoire plus vraie que la vie d'un amour libre et joyeux et grave...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

De retour à Paris, je suis allé au cimetière Montmartre où elle a été enterrée.

Enterrée!

Comme si on mettait dans la terre les écrans de lumière où Jeanne Moreau reste vivante de son éternité de cinéma.

Je pense au si beau film de Noémie Lvovsky : "Demain et tous les autres jours".

La mère qui perd la raison demande à sa fille où sont passés tous les anniversaires, les années de jeunesse... Sa fille répond : "dans une boîte au fond de l'océan".

C'est ça l'enterrement :  Une boîte protégée par les profondeurs de la terre, avec bien vivants tous les moments de nos vies...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

A quelques mètres de la dalle noire et brillante qui est posée sur Truffaut, elle "repose" ...si près...

 

 

Sous le ciment qui attend de recevoir le monument définitif, le nom de Jeanne Moreau, "Mademoiselle Jeanne Moreau", est gravé sur une plaque provisoire.

 

L'endroit est bien choisi, comme si, avant sa mort, mademoiselle Jeanne Moreau s'y était attardée et avait pensé qu'un jour ou une nuit, elle y serait bien, près de Truffaut qui l'avait aimée...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

De l'autre côté de l'allée, c'est le cimetière juif.... Ce n'est pas Monsieur Klein mais Brauner qui est là, juste en face, avec sa sculpture du double visage et pourtant unique, celui du ciel et celui de la terre.

 

Si vous voulez vous promener dans le cimetière et vous arrêter un instant devant la tombe, c' est facile.... 

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Une pleureuse vous montre le chemin, celle qui se penche douloureusement sur la tombe de Meilhac (Halévy son complice repose à une trentaine de mètres de là).

Vous prenez l'avenue Cordier après être passé devant Berlioz emprisonné dans un monument sinistre et noir, lui qui était passion et flamboyance...

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Le jour où je suis allé au cimetière, il y avait un tournage : des cameramen, cadreurs, scripts.... une équipe était là, autour de Jackie Berroyer qui tournait "le malheur des autres".

 

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

C'est la vie qui continue, celle du cinéma qui respire de toutes les respirations disparues et de toutes celles à venir, le grand fleuve des images qui fertilisent notre vie.

 

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)
Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

Au revoir Madame, vous dont j'aurais aimé recevoir une flèche en plein cœur comme Charles Denner dans "La Mariée était en noir"!

Je n'ai pas la mémoire qui flanche quand je pense à vous... 

Je reviendrai en espérant que sera claire et chaude la pierre que l'on posera sur vous et où les chats du cimetière viendront dormir en rond...

 

Tombe de Jeanne Moreau. Cimetière Montmartre. (mise à jour 30 novembre)

    Je suis revenu le 30 novembre dans le cimetière. La tombe avait été achevée. Elle n'est pas de marbre blanc éclatant, elle n'est pas de marbre noire comme celle de Truffaut.... elle est grise, elle est triste, elle est banale.... 

    Elle vous va si mal que je suis rentré le cœur lourd à Montmartre. Vite j'ai écouté vos chansons. Je suis sûr qu'un arc en ciel s'est posé sur vous...

 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

     C'est une courte rue (249 m) qui va de la rue Pierre Fontaine à la rue Blanche.

     Elle a été créée en 1825 sur des terrains qui appartenaient à la famille Chaptal. Elle recevra le nom de son plus illustre représentant, le chimiste à qui l'on doit l'augmentation du taux d'alcool dans le vin par sucrage. Méthode appelée aujourd'hui "chaptalisation".

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

    Notre savant aurait pu ne jamais honorer Bacchus si, conformément à ses vœux il avait persévéré dans la médecine. Mais, un jour où il pratiquait une dissection sur un jeune homme, il vit ce dernier se réveiller et se lever comme Lazare devant le Christ. Jean Chaptal en ressentit un tel effroi qu'il laissa là son scalpel  pour entamer des études de chimie !

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

    Bon! Il n'est pas désagréable que notre vignoble montmartrois ait pour presque voisin un tel bienfaiteur du genre humain amateur de bonnes bouteilles.

Le 1

Le 1

     A l'angle de la rue Pigalle, il y avait le grand café "GAVARNIE" connu pour ses belles entraîneuses. C'était un des nombreux repaires à Pigalle des trafiquants en tout genre. Mais si nous le mentionnons aujourd'hui c'est parce qu'il accueillit pendant les années de la 2ème guerre un jeune pianiste plein de talent, amateur de jazz... Louis de Funès!

 

 

Pointe entre la rue Chaptal et la rue Fontaaine

Pointe entre la rue Chaptal et la rue Fontaaine

Les 2 et 4
Les 2 et 4

Les 2 et 4

Les 2 et 4, un peu austères sont dus à l'architecte L. Pelte. Ils datent de 1882.

Le 3
Le 3

Le 3

Le 3 est un immeuble lourdement cossu avec ses stalactites de pierre.

Les 6 et 8

Les 6 et 8

Le 7
Le 7

Le 7

     Le 7 aux larges baies et à l'architecture fin de siècle est dû à Henri Petit (1856-1926) qui avait choisi de vivre et de mourir en Algérie où il réalisa de nombreux bâtiments qui font aujourd'hui partie du patrimoine algérien de style néo mauresque.

L'immeuble est une de ses belles et trop rares contributions au bâti parisien.

 

 

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...
Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...
Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

     Le 9 richement décoré est intéressant à plus d'un titre.

     Il fut le siège de la société Goupil de 1860 à 1890. Adolphe Goupil est célèbre pour avoir été un des plus importants marchands  et éditeurs d'art du XIXème siècle.

 

    C'est dans sa galerie qu'à son arrivée à Paris, désargenté et vivant grâce à Théo son frère, Vincent Van Gogh exerça quelques mois l'emploi de vendeur.

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...
Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

    C'est encore au 9 que vécut et mourut le grand compositeur grec Iannis Xenakis. On a oublié parfois qu'il fut adepte et collaborateur de Le Corbusier avant de se consacrer à la musique. Il se réfugia en France en 1947 à cause de la terrible guerre civile qui fit plus de 150 000 morts et causa l'exil de nombreux communistes (ce qu'il était).

    S'il habitait dans ce bel immeuble, c'est rue Massé, au 17, qu'il avait un studio où il travaillait.

Le 10

Le 10

     Au 10, il y eut le siège de la Société des Auteurs, Compositeurs, Editeurs, créée en 1850. Il s'agit de l'ancêtre de la SACEM à laquelle Xenakis devait être inscrit!

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

    Une belle sculpture rappelle cette histoire, avec muses musiciennes et en médaillon un Beethoven hirsute et mécontent

Le 11

Le 11

    Le 11 reçoit parfois la visite de pèlerins admirateurs de Serge Gainsbourg. C'est en effet à cette adresse que vécut pendant des années la famille Ginsburg. Le père est pianiste et se produit dans les bars du quartier, la mère est chanteuse lyrique, deux artistes passionnés qui donneront à leurs enfants le goût de la musique.

 

Joseph et Olia Ginsburg

Joseph et Olia Ginsburg

    Ils ont quitté la Russie pour se réfugier à Paris où ils n'imaginaient pas que les Juifs seraient un jour persécutés. Ils obtiennent la nationalité française mais sont contraints de porter l'étoile jaune, l'étoile de shérif comme dira Serge.

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

     En 1941 ils quittent Paris pour se réfugier d'abord dans la Sarthe, ensuite près de Limoges. L'année de la rafle du Vel d'Hiv qui aurait pu emporter toute la famille si elle avait été présente à Paris, ils sont déchus de leur nationalité.

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

   Juste en face du 11, l'école porte la plaque qui rappelle que 300 enfants de l'arrondissement furent arrêtés et exterminés.

 

Jane birkin et Charlotte Gainsbourg devant le 11.

Jane birkin et Charlotte Gainsbourg devant le 11.

     Quelle belle revanche sur le malheur et sur la haine ce jour où fut apposée sur le mur une simple plaque, en présence de Jane et de Charlotte.... qui rappelait qu'un "artiste majeur" avait vécu à cet endroit!

 

     Serge Gainsbourg a gardé bien des souvenirs de son enfance dans ce quartier. Un des plus marquants fut celui de sa rencontre avec Fréhel, alors très populaire, qui habitait cité Chaptal (elle mourra seule et misérable des années plus tard, rue Pigalle). Le jeune Lulu venait de recevoir la croix d'honneur dans son école et rentrait fièrement, en l'exhibant.

     Fréhel passait par là et émue par le gamin se pencha sur lui.

 

 

    Voici comment en parlera Gainsbourg :

"J'avais neuf-dix ans et voilà que je croise Fréhel qui ressemblait à un tas immonde et qui habitait à deux pas, dans l'impasse Chaptal où il y avait le Grand Guignol. Elle se baladait dans la rue avec un pékinois sous chaque bras, en peignoir, avec un gigolo à distance réglementaire, cinq mètres derrière, comme à l'armée. Je revenais de mon école communale et j'avais la croix d'honneur sur mon tablier. Fréhel m'a arrêté, elle m'a passé la main dans les cheveux, elle m'a dit : T'es un bon petit garçon (elle ne me connaissait pas!). Tu es sage à l'école, je vois que tu as la croix d'honneur, alors je vais te payer un verre. Je revois parfaitement la scène, c'était en terrasse du café qui fait le coin de la rue Chaptal avec la rue Henner. Elle s'est pris un ballon de rouge et m'a payé un diabolo grenadine et une tartelette aux cerises."

 

L'annexe 15 rue Chaptal.

L'annexe 15 rue Chaptal.

     Au 15 rue Chaptal, le café et sa terrasse sont toujours là. A nous d'imaginer Fréhel et ses deux pékinois, assise à côté de Lulu qui arborait sa croix d'honneur, peu de temps avant de la remplacer par l'étoile jaune, son "étoile de shérif".

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

    On pense alors au scandale que provoqua la Marseillaise chantée en reggae...

    On regrette que des esprits étroits n'aient pas compris qu'il s'agissait d'un hymne d'amour pour le pays et les gens qu'il aimait et pour qui il habillait de douceur et de sensualité les paroles guerrières.

Le 14

Le 14

    Le 14 ne paie pas de mine. C'est qu'il a été construit sur un jardin qui agrémentait un petit hôtel particulier qu'on peut apercevoir depuis la Cité Chaptal

    Il fut en 1876 l'adresse de Maurice Barrès. L'écrivain n'aura pas l'occasion de croiser le jeune Lulu qui habitera la rue un demi siècle plus tard ! Il n'aura pas le loisir de lui expliquer pourquoi il écrivit : "Le Juif n'a pas de Patrie au sens où nous l'entendons. Pour nous, la Patrie, c'est le sol et les ancêtres, c'est la terre de nos morts. Pour eux c'est l'endroit où ils placent leur plus grand intérêt." 

 

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...
allée du 16

allée du 16

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...

     Ici une allée de grands marronniers conduit à un domaine enchanté où le temps s'est arrêté avec les romantiques.

     Nous sommes dans le jardin qui entoure l'hôtel particulier d'Ary Scheffer, aujourd'hui devenu le musée de la Vie Romantique.

 

    Nous avons consacré plusieurs articles à ce lieu hanté qui semble avoir traversé les années....

 

    Le salon, le bureau semblent encore habités. De nombreuses toiles du peintre ornent les murs et dans les vitrines sont exposés des objets ayant appartenu à Georges Sand. Impressionnants sont les moulages des mains de Chopin et de Sand, si proches et cependant figées, comme interdites de se réunir avant la nuit et le départ des visiteurs, à l'heure où tous les rêves prennent le dessus...

... Et comment n'auraient-ils pas laissé d'empreintes tous ces artistes qui se retrouvèrent ici : Dickens, Tourgueniev, Géricault, Rossini, Delacroix ?

Rue Chaptal. 1ère partie du 1 au 15. Gainsbourg. Xénakis. Fréhel...
Chopin (Ary Scheffer)

Chopin (Ary Scheffer)

   C'est dans le jardin, dans la douceur de l'automne, saison romantique s'il en est, que nous nous arrêtons.... en écoutant chanter le piano de Chopin...

Nous poursuivrons la visite de la rue Chaptal la prochaine fois....

... Suite au prochain numéro!

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
La rue d'Aumale vers la rue La Rochefoucaud

La rue d'Aumale vers la rue La Rochefoucaud

...C'est une rue qui ne se monte pas du col et qui sans faire d'histoire suit son petit bonhomme de chemin entre la rue Saint-Georges et la rue de La Rochefoucaud. elle est pourtant exceptionnelle car elle a gardé pour l'essentiel son aspect originel qui fait d'elle un musée architectural de la Restauration et de la Monarchie de Juillet.

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Elle est ouverte en 1846 et porte le nom d'un des fils de Louis-Philippe, Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822-1897).

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Nous sommes dans la période de la colonisation de l'Algérie et le duc D'Aumale s'illustre (si on peut dire) en prenant en 1843 la Smala d'Abd El Kader. Il est considéré comme un héros qui mérite bien que la nouvelle rue porte son nom!

Le jour viendra peut-être où une "communauté" demandera qu'on débaptise la rue, comme si effacer un nom c'était effacer l'histoire avec ses ombres. 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

La rue commence au niveau de la rue Saint-Georges, au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes.

Certains immeubles sont construits selon les goût de la Restauration (bien que nous soyons alors sous la Monarchie de Juillet), c'est à dire avec sobriété, peu de décoration mais un rythme régulier. Ils sont en pierre de taille, scandés par des bandeaux d'appui horizontaux.

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Nous sommes dans des années où l'urbanisation se développe avec des immeubles de rapport qui assurent de confortables revenus à la bourgeoisie triomphante. De grands programmes sont lancés dans plusieurs quartiers de Paris, Saint-Vincent de Paul, François 1er et Saint-Georges où se trouve notre rue...

Le 3.

Le 3.

Le 3 est aujourd'hui connu grâce au passage dans ses murs de Wagner, venu à Paris présenter son Tannhäuser.

 

A l'en croire, il n'a pas gardé un très bon souvenir de ce deuxième étage où il déménagea après avoir été chassé de la rue Newton par les travaux du Baron Haussmann!

"Je me suis donc mis à la recherche d'un autre logement et j'en trouvai un, misérable et lugubre, rue d'Aumale. Par un temps exécrable, il nous fallut déménager à la fin de l'automne. Fatigué par ces opérations et les répétitions, je fus finalement terrassé par une fièvre typhoïde."

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Wagner travaille d'arrache-pied pour donner une version en français de son œuvre. Il y ajoute un ballet censé séduire les Parisiens. Mais c'est un fiasco! Sifflets, quolibets, cabale...

Il est vrai que cette cabale prend un tour politique et est menée par les anti-bonapartistes, saisissant l'occasion de s'opposer à Napoléon III qui a voulu que Wagner vienne à Paris et qui a donné l'ordre à l'Opéra de représenter son œuvre.

 

Après la troisième représentation, Wagner retire son œuvre et quitte Paris. Malgré la qualité de ses défenseurs (parmi lesquels Baudelaire, Mendès, Gounod) il ne reviendra pas et ce n'est que trente ans plus tard qu'un de ses opéras sera représenté sur la scène de l'Opéra (Lohengrin en 1891).

 

Le 6

Le 6

Le 6 a pour architecte Emile Godeboeuf (1809-1879) qui s'est illustré en concevant la mairie du XVIème arrondissement et l'église luthérienne de la Résurrection dans le XVème.

Le 8

Le 8

Le 10

Le 10

Les 8 et 10 viennent rompre l'harmonie des immeubles à l'architecture plus simple du début de la rue.  Ils sont spectaculaires et somptueux dans le plus pur style haussmannien. Ce style qui donne à Paris son unité et en fait une ville unique...

 

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Leur architecte est Adrien Sibert et ils ont été construits en 1864, année de l'achèvement du lotissement de la rue.

 

Le 10 possède une remarquable cour en fer à cheval que l'on ne peut pas visiter, hélas. Paris est ainsi fait de trésors cachés derrières des façades hermétiques... 

Mais par chance, je suis repassé par la rue un jour où le portail était entrouvert et où des travaux étaient en cours...

 

J'ai pu admirer la cour aux colonnes corinthiennes, les anciennes remises pour les voitures et la fontaine-abreuvoir pour les chevaux...

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 9

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 11

Le 12

Le 12

Au 12, un historien un peu oublié de nos jours a vécu des années avant d'y rendre l'âme. Il s'agit de François Mignet.

 

Sa grande œuvre est son "Histoire de la Révolution Française" qui se démarque des écrivains-philosophes en privilégiant la narration, aussi objective que possible. Son "Histoire" connaît un grand succès et vaut à son auteur l'admiration du poète Heinrich Heine. tous deux resteront amis et Mignet sera très atteint par la mort de Heine qu'il accompagne lors de son enterrement au cimetière de Montmartre.

 

Une autre amitié indéfectible est celle de Thiers dont l'hôtel somptueux et ses jardins jouxtent la rue d'Aumale. Hôtel qui sera brûlé pendant la Commune. On connaît le rôle que joua Thiers pendant ces jours terribles. Ce personnage ne fait pas partie de ceux que les Montmartrois gardent dans leur cœur!

 

Le 14 qui fait partie du même ensemble ouvre sur une cour classée où étaient construites des écuries autour d'une fontaine-abreuvoir. La cour ouvrait à l'arrière sur les jardins de Thiers, ce qui permettait à Mignet de prendre ce raccourci pour rencontrer son vieil ami!

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
Partie des anciens jardins de l'hötel de Thiers. (aujourd'hui square Alex Biscarre).

Partie des anciens jardins de l'hötel de Thiers. (aujourd'hui square Alex Biscarre).

     Dans cet immeuble a vécu une des créatrice de bijoux les plus célèbres de Paris, Suzanne Belperron. Son histoire est liée à celle de la joaillerie. Venue à Paris (elle habita d'abord rue Lamarck) elle travailla pour Jeanne Boivin, sœur de Poiret, avant de gagner la maison Herz et de "révolutionner le monde du bijou par ses sculptures à la main de pierres précieuses". (Vogue)

 

    Herz fut arrêté par la Gestapo et assassiné dans les camps. Suzanne devint résistante et risqua plus d'une fois sa vie. Après guerre, elle reprend son activité créatrice et travaille pour les stars d'Hollywood, pour les cours d'Europe ou pour les plus grands couturiers.

     Elle meurt en 1985.

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 15 n'est pas très original avec sa façade Louis XIII de briques et de pierres. Il est dû à Pigny architecte qui l'a conçu pour son beau-frère, le peintre chic et snob de la haute bourgeoisie : Edouard Dubufe.

 

Gounod, Pigny et Dubufe

Gounod, Pigny et Dubufe

Notons au passage que ces deux beaux-frères en avaient un troisième, Charles Gounod! Les trois hommes avaient en effet jeté leur dévolu sur trois sœurs Zimmerman. Charles Gounod épousa Anna, Jean-Baptiste Pigny épousa Berthe, Edouard Dubufe épousa Juliette. Il y avait une quatrième sœur, Zéa, qui fut l'épouse de Pigache, un médecin de Napoléon III!

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

     Dubufe avait tant de commandes qu'il ne parvenait pas à les honorer toutes! On faisait queue dans son atelier et toute famille en vue se devait de faire portraiturer la maîtresse de maison...

Zola, ami de Cézanne, parlait de sa peinture "aux effets de crème fouettée"!

     Les amateurs de théâtre auront l'occasion d'y goûter pendant les entractes dans la salle du foyer de la Comédie Française puisque le plafond est l'œuvre de Dubufe!

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

     Un petit arrêt devant le 19, immeuble à pan coupé richement sculpté, dont une partie donne sur la rue Taitbout. Il date de 1854 et les sculptures sont l'œuvre de Joussot. 

 

Il servit de siège à une des premières compagnies d'assurance, le groupe Prévoir créé en 1910, qui devint en 1923 Le Devoir...

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 22

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 23

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

     Le 24 est un bel immeuble post haussmannien (1896) qui écrase un peu ses voisins. Son architecte est Ch. Michel.

 

    C'est ici, au deuxième étage que passa plusieurs années de son enfance et son adolescence une chanteuse qui illustra la période Yéyé mais qui dès ses débuts eut une image à la fois romantique et moderne. Il s'agit de Françoise Hardy dont l'étoile n'a jamais pâli et qui les années passant s'est révélée écrivaine attentive et profonde.

Elle a 16 ans quand elle suit les cours du Petit Conservatoire....

 

Elle a voulu revoir l'appartement où elle vécut avec sa mère et sa sœur. Elle écrit à ce propos :

"Rien n'avait changé. Je me suis arrêtée à la porte de notre ancien appartement. Il y avait du bruit. Je n'ai pas osé frapper."

 

Peut-être pensa t-elle alors à une de ses chansons "La maison où j'ai grandi".

(...) Quand j'ai quitté ce coin de mon enfance

Je savais déjà que j'y laissais mon cœur.

(...)

Le temps a passé et me revoilà

Cherchant en vain la maison que j'aimais..."

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Une plaque rappelle qu'au même 24 vécut Joseph Limon, un jeune homme, arrêté parce que résistant et déporté au camp d'Hersbrück en Bavière, où il mourut.

Savait-il que bien des générations avant lui, un autre Joseph Limon, âgé comme lui de 24 ans, fut fauché sur le champ de bataille de Waterloo?

Mémorail du crématorium d'Hersbrück

Mémorail du crématorium d'Hersbrück

Le camp d'Hersbrück fonctionna moins d'un an mais plus de 4000 déportés y moururent...

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.
La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 26 est représentatif de cette rue dont il est l'un des premiers qui ait été édifié (1849). Il date de Louis-Philippe et il s'orne d'un riche décor néo Renaissance.

 

La rue d'Aumale. Dubufe. Wagner. Françoise Hardy.

Le 27

     Toute la rue pourrait être classée tant elle est harmonieuse dans son unité qui conjugue pourtant plusieurs styles.

   Elle est un bel exemple de la vitalité architecturale de Paris qui au XIXème siècle devint la capitale artistique de l'Occident!

 Et cela malgré la "crème fouettée" d'Edouard Dubufe!

 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #OLERON PLAGES
Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.
Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Il y a dans l'île d'Oléron un endroit unique où l'on a l'impression de marcher dans un paysage de début du monde, fait de sable et de ciel, d'eau et de forêt. C'est la plage qui va de Saint-Trojan à la baie de Gatseau.

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Pas une maison, pas un pylône, pas une trace de présence humaine. La mer parcourue de courants violents n'en fait qu'à sa tête et nul ne s'est avisé de la dompter. Les imprudents qui se sont aventurés à s'y baigner ont parfois été avalés....

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     C'est sur cette plage que l'été, des amoureux de la nature viennent s'installer pour la journée, loin des foules et des cris des baignassoutes (comme on appelle ici les touristes balnéaires)!

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Pour se protéger du soleil et du vent, ils ont construit des cabanes de bric et de broc, élevées avec le bois flotté et les branches des arbres morts. En effet à cet endroit, la dune a été attaquée et la forêt trop proche de la côte a péri peu à peu.

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Une de ces cabanes plus grande que les autres ne manque pas d'attirer l'attention. Amoncellement de bois, bazar de troncs et de branches, improbable construction foutraque et pourtant solide. On peut parler à son sujet d'art brut....

 

     Le toit de serviettes ou de branches qui la couvre pendant l'été a disparu mais il reviendra, espérons-le, l'année prochaine.

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Les promeneurs qui s'y sont arrêtés y ont laissé une trace de leur passage, faisant de ce refuge un lieu de rencontre et de partage...

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Les cabanes sont souvent, pour nous, liées à l'enfance, à ces jours où l'on aimait se construire une maison à soi, à l'abri des adultes, une maison où l'on se réfugiait quand on avait le cœur gros et où on refaisait le monde afin qu'il nous soit plus doux.

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

    Avant de reprendre ma marche je m'y suis arrêté. J'y ai entendu des rires, des chansons, mêlés au rythme des vagues...

     J'ai retrouvé l'enfant qui se cachait dans les dunes de Berck dans une hutte de branches et d'oyats...

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     C'est le pouvoir magique de la cabane du rêve... chacun y retrouve, mélancolique, des instants de sa jeunesse... douceur et solitude... soleil et pluie...

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

     Après les tempêtes de l'hiver, il se peut que la cabane parte à la mer.... 

     Le rêve, lui, reviendra, mouillé d'écume et de sel et il conduira d'autres architectes de l'éphémère à lui construire une nouvelle cabane....

 

 

Oléron. Plage de Maumusson. La cabane du rêve.

Liens : Oléron.

Les plages

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #MONTMARTRE. Rues et places.
Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.
Mlle Mars (Gérard)

Mlle Mars (Gérard)

....On  imagine mal aujourd'hui la popularité des grandes actrices de la première moitié du XIXème siècle.

     Lorsque Mademoiselle Mars est conduite au cimetière du Père Lachaise, une foule immense l'accompagne. Une foule dans laquelle sans doute étaient minoritaires ceux qui avaient eu la chance de la voir sur scène. 

 

Mlle Mars (Lagrenée)

Mlle Mars (Lagrenée)

     C'est que la sympathie et l'admiration qu'elle suscitait étaient liées à l'histoire tourmentée de la France et à la fidélité d'un grand nombre de Français à Napoléon. Il se trouve que Mademoiselle Mars avait été l'actrice préférée de l'empereur et qu'elle lui était restée attachée, allant jusqu'à le rencontrer après son retour...

Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.

     Elle voit le monde en 1779. Son père est acteur à la Comédie Française et auteur de pièces appréciées de Marie Antoinette. Sa mère est actrice, elle aussi; elle se fait appeler Madame Mars et désespère de perdre l'accent provençal qui nuit à sa carrière.

     Ils ne sont pas mariés et, lorsque son père revient d'un séjour de plusieurs années en Suède (où il aurait fui des poursuites après avoir été surpris en flagrant délit avec un garçon dans les jardins du Palais Royal) il a convolé en justes noces avec une jolie polonaise qui lui a donné trois enfants.

Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.

     Mademoiselle Mars est alors une fillette plutôt secrète et taciturne. Le nouveau compagnon de sa mère, Valville, se prend d'affection pour elle et comme il est acteur à Versailles, il lui obtient de petits rôles qui lui donnent à la fois de l'assurance et du goût pour les lumières de la scène.

Mlle Mars en Célimène

Mlle Mars en Célimène

     En 1799, elle entre à la Comédie Française où elle restera pendant plus de 40 ans! Elle excelle dans les pièces de Molière et si à ses débuts elle est une délicieuse Agnès, elle devient plus tard une Célimène spirituelle et charmante. Stendhal qui était exigeant et fin connaisseur écrit à deux reprises dans son journal, après avoir assisté à une représentation : "Elle est divine, elle est parfaite". Il ajoute qu'il fermait les yeux quand l'émotion était trop forte "de crainte de tomber amoureux".

 

     Il n'est pas le seul à apprécier sa grâce, son regard intense, sa diction claire et sensuelle. Napoléon assiste avec plaisir à ses spectacles. Il lui confie son admiration. Sans nul doute lui a-t-elle également confié la sienne! Entre eux deux une estime solide s'établit qui jamais ne se délitera.

     Pendant les Cent jours, elle portera sur scène des violettes nouées à ses rubans, signe de connivence des partisans de l'Empereur.

 

    La vie amoureuse de l'actrice n'est pas des plus simples. A 19 ans elle a pour amant Nicolas Bronner, un homme séduisant mais peu intéressé par le théâtre et occupé à des transactions commerciales qui restent mystérieuses pour son amie. Pendant cinq ans, ils vivent ensemble, pas encore rue de la Tour des Dames mais rue Richelieu (alors rue de la Loi). Trois enfants naissent de cet amour: ils seront plus tard reconnus par leur père. Nul doute que ce fut un amour profond et fécond. On ne sait pourquoi Vicor Bronner disparut mystérieusement en 1801. 

Mlle Mars (Isabey)

Mlle Mars (Isabey)

    Son deuxième amant a un nom romantique, René Ange, et il est le fils d'une actrice de la Comédie Française qui l'avait aidée au début de sa carrière. Nous sommes en 1802. Leur histoire durera 4 ans. Ce qui prouve que mademoiselle Mars n'était pas volage et que ses passions éphémères étaient durables!

Charles de Flahaut

Charles de Flahaut

     Le troisième amant, en 1814, est Charles de Flahaut, lui même amant de la reine Hortense, belle fille de Napoléon. Une lettre enflammée de Mademoiselle Mars tomba subrepticement entre les mains d'Hortense qui mit en demeure son Charles de rompre avec la comédienne. Ce qui fut fait. 

 

     Le quatrième amant se fait appeler Colonel de Brack. Il a toutes les qualités. Il est beau, spirituel, le visage harmonieux et.... il est un ancien de la Garde Impériale! Il a remporté de nombreuses victoires amoureuses et, sûr de ses charmes, il a tendance à profiter des largesses de ses conquêtes!

     C'est à cette époque que Mademoiselle Mars achète le magnifique hôtel de la Tour des Dames  au Maréchal Gouvion de Saint-Cyr. Il avait été construit pour l'explorateur Bougainville en 1820 par Louis Visconti, sur le modèle antique, un peu austère qui plaît dans ce quartier qu'on nommera la Nouvelle Athènes.

Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.

     Le bâtiment harmonieux possède cinq travées sur la rue de la Tour des Dames et son porche d'entrée est entouré de colonnes doriques. Il faut imaginer le grand jardin sur lequel il donnait et qui descendait jusqu'à la rue Saint-Lazare. Il n'en reste que des souvenirs!

 

     L'intérieur était décoré dans le goût du temps avec une certaine sobriété. Le vestibule d'entrée, aujourd'hui classé, est sans doute la plus belle pièce de l'hôtel. 

 

     L'architecte est Louis Visconti, celui-là même à qui l'on doit le tombeau de l'Empereur aux Invalides.

 

     Pendant qu'elle vit dans cet hôtel, proche de celui de Talma, il arrive deux mésaventures à la diva. Celle que l'on surnommait "le diamant" pour son regard et les facettes éclatantes de son jeu, possédait de nombreux bijoux. Elle était coquette et s'habillait avec recherche. Elle donnait souvent le ton et mettait à la mode rubans et couleurs qu'elle arborait

 

     En 1827, première mésaventure. Deux de ses domestiques, François Scipion l'Africain et son épouse lui volent la plus grande partie de son trésor. Et Dieu sait qu'il était somptueux puisque, par crainte d'une occupation par les alliés en 1815, elle fit fabriquer plus de quarante boites de fer pour les cacher!

Gérard par Isabey

Gérard par Isabey

     En 1837, elle est bouleversée par la mort du peintre Gérard, "un de ces êtres qu'on ne remplace pas", son véritable ami, son confident qu'elle rencontrait régulièrement depuis des années et qui avait assisté à toutes ses créations. Leur lien était si profond que la rumeur tenace courut qu'ils étaient amants. 

Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.

     En 1838, elle est victime d'une deuxième tentative de vol. Le cambrioleur entre par une fenêtre et la menace avec un couteau quand par chance des domestiques alertés par ses cris le font fuir. Ces deux événements marqueront l'actrice et la conduiront à envisager de quitter son hôtel de la tour des Dames. 

     Mais revenons à ses amours. Nous avons laissé le beau colonel de Brack dans les bras de son amante. Nous le retrouvons en 1825, loin de cette rue, courant d'autres aventures, après avoir rompu militairement. Il n'empêche que leur liaison fut plus qu'une passade puisqu'elle dura 9 ans!

 

     Il reste à notre amoureuse éplorée à espérer trouver enfin le dernier homme de sa vie. Et tout arrive!  Mademoiselle Mars a fait mieux que Brigitte Macron puisque c'est avec un homme de 25 ans son cadet qu'elle trouve le réconfort. Il s'appelle Charles de Marnay. Il sera son dernier amant et lui restera attaché jusqu'à sa mort.

 

     Il y a un grand amour dont nous n'avons pas parlé et qui fut sans doute le plus important de sa vie, c'est le théâtre, c'est le public à qui elle aurait pu chanter comme Barbara :  "Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous"!

 

La bataille d'Hernani. Comédie Française. (Besnard)

La bataille d'Hernani. Comédie Française. (Besnard)

    Car elle ne jouait pas que les grands classiques, elle était passionnée par le théâtre de son temps et ses auteurs d'avant-garde. Le plus audacieux de tous s'appelait Victor Hugo. Pas étonnant qu'elle eût voulu participer à la création tapageuse d'Hernani et à la célèbre "bataille". C'est elle qui interpréta Dona Sol, elle qui tint ferme sous les quolibets et les huées, elle enfin qui reçut au dernier acte un triomphe de hourras et de bouquets! 

     Plus tard, elle jouera encore dans "Angelo Tyran de Padoue" du même Victor Hugo. elle aura alors pour rivale Marie Dorval.

 

     En 1841, elle fait sa dernière apparition au théâtre. En dépit son âge, elle continue de tenir des rôles de jeunes femmes. Pourtant, malgré ses talents et l'intensité de son jeu, son étoile pâlit tandis que monte à l'horizon une étoile plus jeune, une étoile noire et lumineuse à la fois : Rachel.

 

     Mademoiselle Mars vend son hôtel de la Tour des Dames. Elle meurt en 1847. On découvre en ouvrant son testament qu'elle a, avec soin, effacé toutes les dettes de ceux qui lui devaient de l'argent et qui étaient nombreux.

Son hôtel est aujourd'hui une auberge de jeunesse... un lieu de vie et d'échanges...

 

Mademoiselle Mars. Rue de la tour des Dames.

Liens :

Personnage célébrités de Montmartre

Rues de Montmartre

 

     Certains sites racontent sans aucune base historique que la mort de Mlle Mars aurait été provoquée par la teinture au plomb qu'elle aurait utilisée pour dissimuler ses cheveux blancs. Je n'ai rien trouvé qui puisse justifier une telle hypothèse. 

   Elle garde pour nous la beauté charnelle à la chevelure noire qu'immortalisa Gérard.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres
https

gabrielle-d-estrees-1.jpg

 

C'est un des tableaux les plus célèbres de la Renaissance, emblématique de l'Ecole de Fontainebleau. Il est une source inépuisable de rêverie, de fantasmes, de questions...

Et une fois qu'on en a donné une explication rationnelle, il garde toute son étrangeté. 

gabrielle-d-estrees-teton.jpg

A gauche la duchesse de Villars, Julienne d'Estrées, pince le téton de sa soeur Gabrielle. La "belle Gabrielle" est la favorite du roi Henri IV depuis 1591 (le tableau est peint en 1594) et elle attend un premier enfant de lui. On la voit dans sa baignoire de cuivre recouverte d'un drap comme on le faisait alors pour éviter tout contact du corps avec le métal.

La duchesse prend délicatement entre pouce et index le téton gonflé de sa soeur qui attend un enfant. 

Ces doigts qui enserrent avec tendresse le téton donnent à la scène sa force troublante. Ils évoquent ceux de l'amant, de l'amoureux des femmes qui connaît la douceur et la délicatesse de ce bourgeon de chair.

gabrielle d'estrees4-copie-1

Gabrielle tient avec la même délicatesse une bague. Main de la femme, main de l'amante qui elle aussi connaît la sensibilité de son amant dont elle effleure et touche la "bague" du sexe.

Gabrielle-henri-4-en-mars-jacob-bunelJacob_Bunel_Henri_IV_e.jpg

      Henri IV en Mars (Jacob Bunel. 1605). Tableau peint pour la Galerie de Diane à Fontainebleau. Allusion à peine voilée dans la main droite du sexe royal!

Cette bague a une histoire et rappelle la quasi royauté de la favorite. C'est un cadeau du roi qui désirait l'épouser et en était empêché par l'impossible répudiation de la reine officielle, Marguerite de Valois  avec laquelle il ne vivait plus depuis des années.    

En février 1599, cinq ans après ce tableau et comme pour en réaliser la prédiction, le roi, lors d'un bal donné au Louvre annonce son intention de passer outre aux obstacles dressés par la reine et par le pape. Il offre à Gabrielle l'anneau du sacre. Une fois de plus l'art devance la réalité! 

Ce que n'annoncent pas les corps gracieux et clairs, les chairs épanouies, la sérénité des visages, c'est que six semaines après le bal du Louvre, la belle Gabrielle, enceinte d'un quatrième enfant est emportée par une apoplexie foudroyante. Son agonie est épouvantable. Son beau visage convulsé noircit, au point que les rares témoins diront qu'elle a été étranglée par le diable.

Le roi ne se remettra pas de cette mort. Alors qu'il lui était interdit comme à tous les rois de France, de porter le deuil, il s'habille de noir. Il dit  "la racine de mon coeur est morte". Il ajoute qu'elle ne "rejettera pas", c'est à dire qu'elle ne donnera aucun rejet, aucun espoir de renaissance. Ce roi galant et amateur de femmes est aussi un grand amoureux, fidèle à celle qu'il aime passionnément depuis des années.

gabrielle-d-estrees4.jpg

Le tableau se présente comme une scène théatrale. Les rideaux rouges s'écartent et les deux stars apparaissent dans le plus simple appareil, avec un naturel étonnant. Elles sont nues et elles sont belles. Peu importe l'avis des grincheux! Elles se savent regardées et n'en éprouvent aucune gêne, leur regard est tourné vers le spectateur qui entre dans la pièce intime. Un instant nous sommes nous-mêmes, devant le tableau, le roi qui regarde, ému, la beauté de ces corps.

gabrielle-d-estrees-1-copie-1.jpg

Dans la perspective une couturière est penchée sur son ouvrage, sans doute un vêtement destiné à l'enfant qui va naître. Au-dessus de la cheminée, un tableau nous laisse entrevoir les jambes écartées d'un homme dont le sexe est recouvert d'un tissu rouge. Allusion au royal amant censé cacher sa relation!

Ce qui frappe dans cette scène, c'est la sensualité et l'élégance. Un équilibre entre hiératisme quasi religieux et érotisme. Les deux femmes sont droites, leur port de tête élancé évoque les tableaux de la Vierge.

chats-chenonceau-loches-081.jpg

La nudité et le gonflement des seins n'est pas sans rappeler l'Agnès Sorel de Fouquet.

La rencontre de la théâtralité de la scène, des échos mystiques et de la nudité charnelle est sans doute la source de la  fascination qu'exerce cette oeuvre.

gabrielle-diane-clouet.jpg

Le tableau s'inspire d'une oeuvre de Clouet fort connue, représentant Diane de Poitiers. 

On y voit Diane au premier plan, la main droite posée sur une planche recouverte d'une toile chargée de fruits et de bijoux. Cette habitude de tendre une toile sur la table avant d'y disposer les parfums, les brosses et les bijoux, a donné en français le mot "toilette".

En perspective une solide nourrice donne le sein à un poupon, tandis qu'un enfant la main sur le rebord de la baignoire louche vers la coupe de fruits et tend la main vers une grappe de raisin. Toujours dans la perspective, comme sur la toile qui nous intéresse, on voit une servante devant une cheminée.

Gabrielle_dEstrees_au_bain3.jpg

Le tableau de Clouet est quasiment copié en 1596, Diane étant remplacée par Gabrielle.  Le garconnet gourmand et chapardeur serait alors César, l'enfant annoncé dans le premier tableau. Le poupon dans les bras de la nourrice serait Catherine Henriette, soeur de César.

Gabrielle-Ecole-de-fontainebleau-femme-a-sa-toilette.jpg

 

Le thème est souvent traité par les peintres de Fontainebleau. On en voit ici une autre version. On reconnaît le même geste de la main dont les doigts tiennent une bague. En perspective une servante est penchée sur un coffre. La nudité de la femme est pudiquement recouverte d'un voile transparent comme on le devine sur le tableau précédent. 

gabrielle-lyon.jpg

Il existe au musée de Lyon un 3ème tableau de Gabrielle au bain. L'attitude des jeunes femmes est différente. Julienne ne touche plus sa soeur. Il n'est pas nécessaire de vérifier si elle attend un enfant puisque le rejeton est né. On le voit dans les bras de la nourrice. Le sein de sa mère s'est donc gonflé de lait pour rien! A moins que le royal amant n'en ait profité. Le collier de perles rares est sans doute un cadeau du roi reconnaissant à sa maîtresse de lui avoir donné un garçon.

Ce tableau qui ne manque ni d'élégance ni d'étrangeté a cependant moins de mystère, moins de magie que le premier, celui qui est exposé aujourd'hui au Louvre, là où le roi Henri un soir de février eut l'audace d'annoncer son mariage avec son amoureuse peu de temps avant que sa beauté ne fût saccagée par la souffrance et anéantie par la mort.

gabrielle d'estrees4-copie-1

Le peintre qui a réalisé cette oeuvre ne l'a pas signée. Il est un des anonymes les plus célèbres de la longue histoire de la peinture!

.............................................................................................................

Comme la Joconde, comme beaucoup d'oeuvres célèbres, le tableau se prête à la parodie et à la caricature. Il est particuliérement parodié dans le monde gay. On peut s'en amuser avant de revenir à l'original et à sa trouble sensualité.

gabrielle_d-estrees-Eleazar.jpg

                                                                     Eleazar

Gabrielle Qiu Mei Xian

                                 A la manière de Gabrielle d'Estrées. Qiu Mei Xian

3043955717_b5773efe6d_z.jpg

                                                                      Harald

gabrielle-robert-combas.jpg

                                                                Robert Combas

gabrielle-luzier.jpg

                                                                            Luzier

gabrielle-nils-and-phil-bertrand-david.jpg

                                         Nils and Phil. Polaroïd. Bertrand David.

gabrielle-francesco-marero.jpg

                                                           Francesco Marero

gabrielle-large.jpg

                               François et Jean-François par Large


....................................................................................................................................................................

gabrielle d'estrees4-copie-1

 

...................................................................................................................................................................

Liens tableaux célèbres :


Chagall. Abraham et les Anges. L'hospitalité.

Camille Bombois. La femme. (II)

Séraphine de Senlis

Fontevraud. Fresques de Thomas Pot.

Tombeau d'Agnès Sorel. Loches.


Gustave Moreau. Le christ et les deux larrons.

Gustave Moreau. La Vie de l'Humanité.

Gustave Moreau. Jupiter et Sémélé.

Gustave Moreau. Prométhée foudroyé.


Lautrec. CHA-U-KAO la clownesse.

Lautrec. André Gill. Le Lapin agile.

 

..............................................................................................................



 


Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #album, #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Saisons. Divers
Montmartre. Octobre. Photos.

Montmartre est un des rendez-vous du monde entier...

Tant de rencontres... tant de surprises... 

Et comment choisir parmi tous ces instants, parmi tous ces passants?

.... Alors c'est un peu au hasard que j'ai choisi ces photos, comme on rapporte à la maison des feuilles d'automne, ramassées parmi d'autres feuilles.... 

 

 

Montmartre. Octobre. Photos.

1er octobre. La rue André del Sarte devient Andrea del Sarto et rend hommage au peintre florentin.

Montmartre. Octobre. Photos.

2 octobre. La musique c'est la couleur!

Montmartre. Octobre. Photos.

3 octobre. Devant le Sacré-Coeur. Le cheval adoucit les mœurs.

Montmartre. Octobre. Photos.

4 octobre. Le croqueur de touristes affiche son autoportrait! Rue du Chevalier de la Barre.

Montmartre. Octobre. Photos.

4 octobre. La chanteuse et son reflet, rue du Calvaire.

Montmartre. Octobre. Photos.

5 octobre. Joconde japonaise sur les marches du Sacré-Coeur.

Montmartre. Octobre. Photos.

6 octobre. Artiste de rue et son mannequin. Rue Ronsard.

Montmartre. Octobre. Photos.

7 octobre. Théâtre des Abbesses. Impératif de Pina Bausch.

Montmartre. Octobre. Photos.

8 octobre. Deux amies. Escalier du Sacré-Coeur.

Montmartre. Octobre. Photos.

9 octobre. Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre. Square Louise Michel.

Montmartre. Octobre. Photos.

9 octobre. Le reflet du Triton. Square Louise Michel.

Montmartre. Octobre. Photos.

10 octobre. Square Frédéric Dard. Apparition en bleu.

Montmartre. Octobre. Photos.

11 octobre. Lectrice. Place Goudeau, devant le Bateau Lavoir.

Montmartre. Octobre. Photos.

12 octobre. Fontaine Wallace place Emile Goudeau.

Montmartre. Octobre. Photos.

13 octobre. Mini Poulbot dans les escaliers rue Berthe.

Montmartre. Octobre. Photos.

13 octobre. Le funambule de la place du Calvaire.

Montmartre. Octobre. Photos.
Montmartre. Octobre. Photos.

14 octobre. Fête des Vendanges rue Caulaincourt. Danse du Portugal et de Bolivie...

Montmartre. Octobre. Photos.

14 octobre. Rue Caulaincourt. Défilé des Vendanges. Spectateur en tenue camouflage!

Montmartre. Octobre. Photos.

15 octobre. Hindouistes square Louise Michel.

Montmartre. Octobre. Photos.

16 octobre. Les sœurs Selfie! Square Louise Michel.

Montmartre. Octobre. Photos.

17 octobre. Un stupa à Montmartre!

Montmartre. Octobre. Photos.

18 octobre. Au bord du ciel. Parvis du Sacré-Coeur.

Montmartre. Octobre. Photos.

19 octobre. Le saxo de JC Yebga... Square Louise Michel

Montmartre. Octobre. Photos.
Montmartre. Octobre. Photos.
Montmartre. Octobre. Photos.

20 octobre. Vacances de Toussaint. La fête. Rue Utrillo.

Montmartre. Octobre. Photos.

21 octobre. Les cheveux du soleil. Square du Sacré-coeur;

Montmartre. Octobre. Photos.

22 octobre. Selfie sur les chevaux du carrousel. Square Louise Michel.

Montmartre. Octobre. Photos.

23 octobre. Achar le chat-vedette du square vient saluer son camarade vendeur de sacs Vuitton!

Montmartre. Octobre. Photos.

24 octobre. L'Homme qui rêve. Rue Ravignan.

Montmartre. Octobre. Photos.

25 octobre. Elégance et couleurs de l'Inde sur la Butte

Montmartre. Octobre. Photos.

26 octobre. Sous le regard du squelette cosmonaute. Rue du Calvaire.

Montmartre. Octobre. Photos.

27 octobre. Chaque homme est un mystère. Boulevard Rochechouart. Métro Anvers

Montmartre. Octobre. Photos.

28 octobre. Rue Azaïs. L'homme qui marche dans le ciel.

Montmartre. Octobre. Photos.

29 octobre. Paris mes amours. Square Louise Michel

Montmartre. Octobre. Photos.

30 octobre. Rencontre black and white. Place Suzanne Valadon

Montmartre. Octobre. Photos.

31 octobre. Boulevard de Clichy. "Cachez cette cigarette que je ne saurais voir".

Montmartre. Octobre. Photos.
Montmartre. Octobre. Photos.

Et maintenant... en noir et blanc, le corbeau du cimetière du Calvaire annonce Novembre et ses brumes...

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Cimetière.
Cimetière du Calvaire. Saint-Pierre de Montmartre.  Ajout de photos 2017.
Cimetière du Calvaire. Saint-Pierre de Montmartre.  Ajout de photos 2017.

Ouverture des portes sous haute surveillance le 1er novembre 2017!

cimeti-re.jpg

 

 



    La porte de la Résurrection de Gismondi, ne s'ouvre qu'une fois par an, le 1er novembre.
    Elle donne accès au petit cimetière, dit du Calvaire, un des plus secrets de Paris.


 

     Par un matin brumeux, un matin de fantômes et de souvenirs, j'ai donc gravi les trois cents marches qui me séparent de l'enclos funéraire.


 

    Je suis entré, presque seul, dans le cimetière.
    Ce qui surprend tout d'abord, c'est l'abandon...
    Des pierres tombales cassées, des morceaux de colonnes, de la mousse sur les inscriptions.      
    Tout semble en place pour un film d'épouvante, avec vampires et revenants. 




     Le cimetière date de 1688 et a été créé à l'emplacement d'une nécropole mérovingienne plus étendue.

     Au XVIIème siècle, Marie-Anne d'Harcourt, abbesse bénédictine de Montmartre cède une partie du verger de l'abbaye à la paroisse. L'enclos de 600m2 recevra des sépultures jusqu'à la Révolution.
     D'Artagnan n'en a jamais été l'hôte malgré la rumeur persistante, par contre Pigalle y fut réellement inhumé. Il ne reste rien de sa tombe, pillée à la Révolution, mais n'hésitez pas à entrer dans l'église pour contempler une de ses oeuvres : un Christ athlétique, prêt à s'envoler de l'étroite chapelle du baptistère où il a été exilé depuis peu par un curé qui ne le trouvait pas à son goût!


 

     Le cimetière a été réouvert en 1801 et a reçu jusqu'en 1835 les sépultures de familles aristocratiques qui avaient choisi d'habiter, sous la Restauration, le quartier à la mode, la Nouvelle Athènes, qui s'étend au pied de la Butte, dans le IXème arrondissement actuel.



     Edouard de Fitz James (1776-1838) jouit d'une tombe bien entretenue.
    C'est un personnage sans grande envergure, ultra royaliste, pair de France (...etc).
    En 1815, lors des procès conduits par les monarchistes contre ceux qui s'étaient ralliés à l'empereur, il réclame la mort du maréchal Ney, comme il le fait contre son propre beau frère, le général Bertrand, fidèle parmi les fidèles à Napoléon. Les journaux de l'époque fustigent sa conduite :

"Fitz-James de Judas renouvelant le crime
Vient de vendre son frère et de trahir sa foi...."




     Une simple colonne est le vestige de la tombe de louis Antoine Bougainville (1729-1811). Elle se dresse devant la stèle de son épouse, Marie Joséphine Flore qui passait pour une des plus jolies femmes de son temps.


   L'homme est bien connu pour ses expéditions, notamment en Océanie, la découverte d'îles nouvelles, sa participation à la guerre d'indépendance des Etats-Unis.
  Le botaniste Philibert Commerson embarqué avec lui, baptisera une fleur, inconnue jusque là en Europe, la bougainvillée.
 Le corps de Bougainville repose au Panthéon, et seul son coeur est resté à Montmartre...



  
    Bien des représentants des Montesquiou (famille d'ancienne noblesse dont l'origine remonte aux mérovingiens) sont regroupés ici, à l'ombre du clocher de Saint-Pierre. Le célèbre homme de lettres, Robert de Montesquiou qui inspira Huysmans (Des Esseintes de "A rebours") et Proust (le baron Charlus) n'est pas admis ici parmi ces gens bien! Il est enterré à Versailles dans une tombe anonyme surmontée de la statue de l'ange du silence.


  Notons que la légende de d'Artagnan inhumé dans ce cimetière, vient de ce que la famille des Montesquiou s'est divisée en deux branches dont l'une a fait la souche des seigneurs d'Artagnan. 




     La tombe du général Mathieu Dumas est en assez bon état. Elle a été restaurée par une association attachée à sauvegarder les monuments napoléoniens.

 


    Ce général a une longue carrière. Il a traversé bien des régimes, tout en restant fidèle à Napoléon. 
    Il a été aide de camp de Lafayette. C'est lui qui fut chargé de ramener à Paris, Louis XVI arrêté à Varennes. 
   Malgré ses diverses occupations, il trouva le temps d'écrire en 18 tomes (!) un Précis des Evènements militaires de 1799 à 1812.




   La curiosité du cimetière est assurément ce moulin, perché sur la tombe des Debray.



    Ces meuniers font partie de la grande histoire, en partie légendaire, de Montmartre.


    En 1814, les Russes veulent prendre position sur la Butte. Ils doivent affronter les habitants valeureux et notamment les 4 frères Debray qui défendent leur moulin. Trois frères sont tués. Le dernier qui a été artilleur dans les troupes napoléoniennes, parvient à récupérer des canons et à décimer une partie de la colonne russe.  Il est fait prisonnier, découpé en morceaux qui sont attachés aux ailes de son moulin!
   Son fils aîné est transpercé par une lance et laissé agonisant au pied du moulin. Il survivra cependant et restera invalide. Une cruelle invalidité puisque cet amateur de bon vin ne pourra plus jamais boire que du lait!


  C'est lui qui transformera plus tard son moulin en guinguette.
  C'est ainsi que le Blute-fin changera de nom pour devenir le moulin de la Galette.

   Notons que plusieurs centaines de soldats anonymes, tués lors des combats de 1814, furent jetés dans une fosse commune, creusée hâtivement dans ce cimetière.



     Une modeste stèle porte le nom de Louis Philippe de Rigaud, marquis de Vaudreuil (1723-1802), officier de marine dont les parents sont nés au Québec. Il participe à la guerre d'indépendance des Etats-Unis et remporte plusieurs succès. C'est lui qui revient en France en 1783, avec la flotte victorieuse.


 



    Et voici une gloire locale bien de chez nous : Félix Desportes,

premier maire de Montmartre, surnommé bien avant Kouchner et autres Besson, le caméléon politique!
Il se rallia au Directoire, au Ier Consul, à l'Empire, aux Bourbons et de nouveau à Napoléon.... (ouf!)



   Sophie Swetchine, née Sophia Petrovna Soïmonov, est la fille du conseiller le plus proche de l'impératrice Catherine II. Elle vient vivre à Paris après s'être convertie au catholicisme (à la lecture paraît-il des oeuvres de Joseph de Maistre). Elle tient un salon où se rencontrent et discutent Victor Cousin, Dupanloup, Lacordaire, Tocqueville...


   Elle poursuit avec ces deux derniers une correspondance suivie qui a été éditée et a provoqué une réaction très négative du héros de Huysmans, des Esseintes (rencontré plus haut à propos de Montesquiou) :

"Ses oeuvres avaient dégagé pour lui un inaltérable et accablant ennui ; elles étaient plus que mauvaises, elles étaient quelconques..."

 


    Parmi les gloires oubliées ou contestées du cimetière, on peut citer Monseigneur Bernier (1762-1806) évêque d'Orléans. Il est considéré comme un des chefs vendéens qui n'eut de cesse de combattre la République. Aujourd'hui, il est l'hôte d'une République bonne fille, celle de Montmartre et des poulbots!



   Antoine Portal (1742-1832), médecin anatomiste et biologiste qui est nommé premier médecin du roi Louis-Philippe puis de Charles X. Il contribue à la création de l'Académie de médecine qui regroupe les meilleurs médecins et chirurgiens français. Comme Desportes, il passe aisément d'un régime politique à un autre et se montre assez courtisan pour obtenir de chacun d'eux, titres, médailles et récompenses! Exercice qui le maintient en forme jusqu'à 90 ans!



   Jean Sébastien Calanis n'a pas eu le loisir d'atteindre un tel âge. Ce capitaine au long cours disparut en mer pendant la guerre, en novembre 1940. À sa mémoire quelques vers de Valéry :

Que la nuit s'éclaircisse ou que le jour succombe
Le tourment de la mer berce la mort sans tombe
                Et chante amèrement
D'une voix éternelle errante entre deux mondes
Un sacrifice sombre accompli sous les ondes



Quelques souvenirs encore...






Le calvaire qui a donné son nom au cimetière... 

 




     Et puis... J'ai compris que,poussant la porte de la Résurrection et filant entre les doigts de bronze, une petite fille avait brisé sa tombe et était passée à travers le miroir de la mort :

Liens

Cimetière Montmartre. Classement alphabétique. Calvaire et Saint-Vincent.

  le cimetière saint Vincent fin d'annee

 

 




 



 




 







 




Lien :

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog