Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.
Dans la vitrine du "Lord of Barbès".

Dans la vitrine du "Lord of Barbès".

Rue Labat, au carrefour avec la rue de Clignancourt, Lord of Barbès intrigue avec ses vitrines surréalistes où bondieuseries, poupées, masques et autres objets hétéroclites sont exposés.

C'est un lieu étrange qui évoque Breton (Nadja vivait non loin de là, rue Becquerel), bien à sa place sur cette frontière de Montmartre entre quartiers aujourd'hui riches où jadis les artistes se réfugiaient et quartiers populaires où l'on entend chanter les langues les plus diverses et où les jeunes créateurs se sentent chez eux.

Il s'agit d'une maison de production qui compte une cinquantaine de réalisateurs parmi les plus inventifs .... le nom de ces "lords" et de ces "ladies" peut se trouver sur le site du "Lord of Barbès".

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.
Le 36

Le 36

Le 36

Le 36

Le 36 est un bel immeuble Louis-Philippe avec sur le plexiglass protecteur du rez-de-chaussée un personnage dansant!

Il faut se lancer dans la traversée du Barbès toujours encombré pour découvrir la dernière partie de la rue Labat (en réalité le début de la numérotation).

Alors que l'ambiance change et que l'atmosphère se charge de senteurs orientales, quelques beaux immeubles sont plantés là, témoins des projets ambitieux des promoteurs d'avant la première guerre mondiale.

Rue Labat depuis le boulevard Barbès

Rue Labat depuis le boulevard Barbès

A l'angle avec le boulevard, un immeuble de pierres de taille (1914) qui ne déparerait pas les beaux quartiers, accroche sur ses frises des grappes de raisin et des feuilles de vigne. Nous retrouvons souvent ce thème aux alentours de la Butte, sur des terres où jadis les Abbesses de Montmartre possédaient des vignes qui produisaient le vin blanc "Goutte d'or" apprécié des parisiens en goguette.

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.

Le 18 construit en 1900, est dû aux architectes Deloeil et Vedel qui n'ont pas choisi pour décor la vigne mais l'univers marin avec algues et dauphins.

Les poissons du 18

Les poissons du 18

J'ai reçu des précisions intéressantes du gestionnaire de cet immeuble qui m'indique que ces décorations marines ont été choisies comme décor parce qu'une partie de l'immeuble devait être un établissement de bains. Un puits d'une profondeur de 80 mètres allait chercher de l'eau dans la nappe phréatique. Ce puits existe toujours.

Un dauphin du 18

Un dauphin du 18

Le projet fut abandonné car à la fin du XIXème les nouveaux immeubles étaient équipés d'une salle de bains et l'entreprise risquait d'être peu rentable.

L'immeuble fut revendu en 1900 et divisé en appartements dans les étages et en ateliers au rez-de-chaussée et au sous-sol.

Ecole de théâtre au 18

Ecole de théâtre au 18

Au rez-de-chaussée une école de théâtre est installée "sur" Paris et "sur" Londres, et non pas "à" Paris et "à" Londres! Il faut croire qu'elle assure ses cours en lévitation!

 

Le 80 boulevard Barbès.

Le 80 boulevard Barbès.

Le 80 boulevard Barbès partage un mur en copropriété avec le 18 rue Labat.

Les propriétaires les plus âgés se rappellent qu'ils avaient parfois à régler quelques problèmes avec le propriétaire du 80, Fernand Contandin, alias Fernandel!

C'est encore au 18 qu'a vécu, trente ans après la Commune le colonel d'état major de la Garde Nationale : Alexis Dardelle.

Incendie des Tuileries

Incendie des Tuileries

Après les journées révolutionnaires, il faillit être fusillé car il était gouverneur des Tuileries quand le palais fut incendié en mai 1871. Il se défendit en prétendant qu'il obéissait aux ordres de Bergeret et que malgré son supérieur il avait tenté en vain de s'opposer aux incendiaires.

Alexis Dardelle était également comédien de son métier... Il sut être convaincant!

Entre Barbès et les poissonniers

Entre Barbès et les poissonniers

Le 7

Le 7

Le 7 ne mériterait pas d'être remarqué s'il n'avait conservé dans sa cour, bien caché aux regards des curieux, un des ancien puits du village.

Je n'ai pas pu le photographier. Les photographes sont suspects dans ce quartier!

5 rue Labat 1908

5 rue Labat 1908

Le 5 aujourd'hui

Le 5 aujourd'hui

Le 5 a abrité pendant la guerre une fillette juive dont le père avait été arrêté, emmené à Drancy avant de mourir à Auschwitz.

​"Un boucher juif, devenu kapo (revenu des camps de la mort, il a rouvert boutique rue des Rosiers) l'aurait abattu à coups de pioche et enterré vivant, un jour où il aurait refusé de travailler. C'était un shabbat : il ne faisait aucun mal, aurait-il dit, il priait seulement Dieu pour eux tous, victimes et bourreaux."

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.

La fillette, Sarah Kofman, est devenue plus tard philosophe, amie de Deleuze. Avant de se suicider à 60 ans, elle a raconté son histoire dans un livre bouleversant : "Rue Ordener rue Labat".

Elle y raconte sans littérature l'arrestation de son père, la survie de sa mère et de ses cinq frères et sœurs trop jeunes pour avoir été arrêtés. Elle y parle de ce refuge où la "dame de la rue Labat" l'a accueillie et comment elle l'a préférée à sa mère pendant ces années terribles.

Un livre écorché vif.

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.

Sarah et sa mère

"Le maréchal Pétain avait organisé dans les écoles un concours : il s'agissait d'écrire la plus belle des lettres à l'occasion de la fête des mères qu'il venait d'instituer. Je fus l'une des gagnantes et reçus "La Cigale et la Fourmi" illustrée. L'on m'envoya lire tout haut ma lettre dans chaque classe de l'école et exhiber le prix que m'avait offert celui qui remettait à l'honneur le travail, la famille et la patrie".

Dessin de Sarah Kofman

Dessin de Sarah Kofman

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.
Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.

Nous arrivons au carrefour avec la rue des Poissonniers... Il est temps de rebrousser chemin et de remonter vers Montmartre... comme le fit Sarah Kofman le jour où sa mère décida de la confier à la maison d'enfants juifs de la rue Lamarck :

"J'avais le hoquet et je vomis à l'arrivée. Ma mère remplit les formalités administratives et partit. Dans l'escalier, elle m'entendit pleurer, crier, hurler. Elle revint sur ses pas, et je repartis avec elle.

Dans la nuit qui suivit, la gestapo se rendit rue Lamarck et les enfant juifs furent tous déportés."

A gauche, l'institution Juive où furent arrêtés et déportés les enfants réfugiés.

A gauche, l'institution Juive où furent arrêtés et déportés les enfants réfugiés.

Liens :

Les rues de Montmartre

Rue Labat Ière partie

Rue Labat. Montmartre (2) de la rue de Clignancourt à la rue des Poissonniers.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Art du partage, art éphémère, l'art urbain est une des formes les plus dynamiques de la création contemporaine.

Quelle surprise et quelle aventure que de découvrir toute une rue offerte à l'imagination et au talent

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Je ne suis passé rue Véron qu'en décembre alors que les collages y avaient été réalisés en octobre.

C'est le destin de cette rue, parallèle à la rue des Abbesses de rester dans l'ombre de sa voisine, alors qu'elle fait partie de l'histoire artistique de Montmartre et continue de le faire...

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Le hasard m'a fait rencontrer l'initiateur de l'accrochage hétéroclite sur des fils qui courent d'un immeuble à l'autre d'objets utilitaires ou improbables...

Il s'agit de Joël Knafo dont la galerie est située au 21.

Il a proposé à deux peintres et non des moindres d'habiller ou de déshabiller la rue...

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Levalet y  délègue ses personnages mi Chaplin mi Kafka.

Ils sont  des habitués des rues parisiennes où ils investissent les anfractuosités, écartent les cadres, sautent par-dessus les bornes... 

Ils nous entraînent dans un film muet entre tendresse et drôlerie..

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Ici, ils font leur bonne action.

A l'aide d'une fourche ou d'un balai, Ils sont les support du fil à étendre le linge.

Philippe Hérard nous introduit dans un autre univers, poétique lui aussi mais plus inquiétant.

Ses personnages sont à la fois fragiles et naïfs. Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive mais le vivent comme si c'était naturel.

Ils ont besoin de bouée pour se rassurer mais il n'est pas certain qu'elle les sauvera du danger.

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Dans la rue Véron, ils n'ont pas échappé au danger des échafaudages qui se sont élevés contre eux et les mutilent. 

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

... et sur les fils pendent des objets, des animaux qui racontent une histoire. Réalité qui existe derrière les façades, rêves qui restent prisonniers dans les appartements et dans les chambres.

L'imagination des deux peintres se fait complice.

Complice d'eux mêmes et complice des habitants de la rue.

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Les deux artistes se sont amusés à étendre à la vue de tous leur garde-robe de fantaisie, leurs objets décalés...

On ne devine pas toujours ce qui appartient à l'un ou à l'autre...

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)
Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

On ne saura pas ce qui a disparu et dont il ne reste que des ombres blanches...

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Mais on gardera des images selon notre sensibilité, un canard qu'on aimerait libérer, un requin qui n'a pas fini d'avaler son repas, un nounours à côté d'un dentier...

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Art urbain, art éphémère

Mains tendues, cœur ouvert

 

.. La rue Véron depuis octobre vous invite à sourire et rêver.

 

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

Street Art. Rue Véron. Levalet. Philippe Hérard. Décembre 2016. (II)

En voilà un qui s'y connaît en art urbain, c'est le chat de la rue Véron qui jette un œil sur les poissons accrochés au fil!

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES...Divers
Poème du métro. Direction de l'Etoile.

 

Métro. Direction de l'Etoile.

 

 

J’aimais les voûtes froides

Igloos immenses dans la nuit des tunnels

J'aimais les trains illuminés

Comme dans un film de Miyazaki

 

Quand je voyais une vieille femme

Mal assurée sur ses jambes de faon

Ou un vieillard agrippé à la barre

Je me levais pour lui céder la place

 

Et puis un jour semblable aux autre jours

C'était hier direction de l'Etoile

 

Un jeune homme étranger

Entre Pigalle et Blanche

S’est levé de son siège

Et m’a cédé la place

 

.

 

Poème du métro. Direction de l'Etoile.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #VOYAGES...
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Fra Angelico. San Marco.

Fra Angelico. San Marco.

De retour de Florence, j'ai gardé dans mes valises quelques images, quelques éblouissements, quelques surprises... autant de cartes postales qui font déjà partie du passé mais qui pour certaines gardent un reflet d'éternité...

Fra Angelico, Masaccio, Uccello, Lippi....  et quelques autres.... j'ai toujours vécu avec les peintres, connus ou inconnus. Ils sont les fenêtres de mes prisons...

Florence a plus de fenêtres que de murs! 

Résurrection du fils de Théophile. Filippino Lippi.Capella Brancacci.

Résurrection du fils de Théophile. Filippino Lippi.Capella Brancacci.

Masaccio. Le baptême des néophytes. Capella Brancacci.

Masaccio. Le baptême des néophytes. Capella Brancacci.

Florence photos en automne.
Buonaiuti. Chapelle des Espagnols. Santa Maria Novella.

Buonaiuti. Chapelle des Espagnols. Santa Maria Novella.

Florence photos en automne.
San Marco

San Marco

San Marco. Fra Angelico.

San Marco. Fra Angelico.

Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Masaccio. Capella Brancacci.

Masaccio. Capella Brancacci.

Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
San Marco; Fra Angelico.

San Marco; Fra Angelico.

Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Street art... Stromae à Florence!

Street art... Stromae à Florence!

Filippino Lippi. Capella Brancacci.

Filippino Lippi. Capella Brancacci.

Uccello. Santa Maria Novella.

Uccello. Santa Maria Novella.

Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Fra Angelico.

Fra Angelico.

Florence photos en automne.
Fra Angelico.

Fra Angelico.

Buonaiuti. Santa Maria Novella.

Buonaiuti. Santa Maria Novella.

Florence photos en automne.
Fra Angelico

Fra Angelico

Fra Angelico

Fra Angelico

Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.
Florence photos en automne.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Escalier de la rue Paul Albert avec la rue Ronsard à droite...

Escalier de la rue Paul Albert avec la rue Ronsard à droite...

Quand Montmartre ne faisait pas partie de Paris, c'est à dire avant 1860, la rue Ronsard n'était qu'un chemin de terre, le chemin Saint André, qui longeait la Butte et où l'on trouvait ici et là de pauvres constructions de planches semblables à celles du maquis qui recouvrait la pente nord, de l'avenue Junot actuelle à la rue Caulaincourt.

En 1850 quand Montmartre était indépendant!

En 1850 quand Montmartre était indépendant!

Les carrières de gypse étaient exploitées depuis l'époque où la Butte était gallo-romaine avec ses deux ou trois villas  et ses temples dont quelques colonnes ont été réemployées dans l'église Saint-Pierre.

Elles fournissaient un plâtre très utilisé pour les constructions parisiennes. 

C'est pourquoi l'on aime dire qu'il y a plus de Montmartre dans Paris que de Paris dans Montmartre!

Rue Ronsard le long des grilles du square.

Rue Ronsard le long des grilles du square.

La rue Ronsard, longue de 152 mètres reçut son nom en 1875. Contrairement à tant de rues de la Butte elle ne porte pas le nom d'un propriétaire foncier mais du poète de la Renaissance qui conseilla aux jeunes filles de cueillir sans attendre les roses de la vie et dont quelques poèmes mis en musique par Léonardi furent chantés par Monique Morelli qui habitait rue Paul Albert non loin de là. 

 

Les falaises de la rue Ronsard vues de la rue André Del Sarte.

Les falaises de la rue Ronsard vues de la rue André Del Sarte.

Rue Ronsard vue de la rue andré Del Sarte.

Rue Ronsard vue de la rue andré Del Sarte.

La rue longe, côté impair, les jardins et les falaises qui avaient été imaginés par Alphand mais réalisés après sa mort par Formigé, à la fin du XIXème siècle.

C'est un des charmes de cette rue que ces rocailles alpestres où s'accrochent les arbres et les buissons qui font de ce paysage urbain l'un des plus romantiques de Paris.

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard et escalier Sainte Marie. A gauche ancienne grotte-entrée.

Rue Ronsard et escalier Sainte Marie. A gauche ancienne grotte-entrée.

Rue Ronsard et escalier de la rue Paul Albert.

Rue Ronsard et escalier de la rue Paul Albert.

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

A son extrémité la rue vient buter contre les escaliers de la rue Paul Albert, jadis escaliers Sainte Marie.

Ils étaient précédés par une grotte qui servait d'entrée dans les jardins et qui hélas a été bouchée et transformée en remise pour les jardiniers.

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

C'est sous ces falaises que furent extraits les blocs de gypse qui permirent à Cuvier d'élaborer sa théorie sur l'étude des fossiles trouvés dans les couches terrestres et d'être considéré comme l'inventeur de la paléontologie (c'est à lui que l'on doit le nom de "jurassique" donné à une période de l'ère secondaire). 

Il étudia la célèbre sarigue de Montmartre ("peratherium cuvieri") le petit marsupial dont une partie du squelette avait été conservée dans le gypse. La sarigue datait de l'éocène et sautillait sur la Butte il y a  33 millions d'années.

Si Cuvier n'avait pas fait passer ses convictions religieuses avant la science, il aurait été un des précurseurs de l'évolutionnisme. 

 Mais la parole divine étant indiscutable, il se débrouilla avec ses fossiles pour envisager une théorie, conforme avec le créationnisme biblique! Dieu aurait bien créé toutes les espèces mais à la suite de catastrophes naturelles, certaines disparurent. Dieu se remit au travail et en créa d'autres, telles quelles, tout droit sorties de son imagination féconde. Il y aurait donc eu plusieurs créations.

Quoi qu'il en soit ses découvertes furent utiles à Lamarck et à Darwin pour illustrer leurs thèses.

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Un peu plus loin, une autre grotte apparaît. Elle recevait à l'origine le ruisseau qui prenait naissance en haut des jardins, près du couple enlacé sculpté par Derré et qui serpentait dans le jardin avant de tomber en cascades sous les voûtes où il emplissait le bassin. 

Il paraît que le bruit des cascades gênait les voisins. L'eau a cessé de circuler dans le jardin et la grotte s'est asséchée.

Place Louise Blanquart

Place Louise Blanquart

Côté pair, une place a été créée en 2011.   

C'est une spécialité de la Ville de donner, chaque journée de la femme, à un espace parfois improbable le nom d'une femme remarquable.

Ainsi ces quelques mètres carrés qui ne servent d'adresse qu'à trois magnolias sont-ils devenus "place Louise Blanquart"

Louise Blanquart a vécu non loin de là, rue Tardieu

Sans cette plaque peu de gens connaîtraient son nom sinon ceux qui l'ont côtoyée dans ses engagements sociaux chrétiens la première partie de sa vie puis communistes après qu'elle eut perdu la foi. Militante à la CGT, elle fut rédactrice en chef d'Antoinette, le journal des femmes de la Centrale avant d'écrire pour l'Humanité.

Elle est aujourd'hui coincée entre Ronsard et Nodier mais sans doute apprécie t-elle la proximité de Louise Michel dont les jardins portent le nom! 

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Le seul immeuble d'habitation qui donne sur la rue Ronsard n'a aucune entrée de ce côté.

On y entre par la rue Nodier ou la rue Cazotte .

Il ressemble à un navire de pierre, la proue dirigée vers le nord...

Rue Ronsard, angle rue Cazotte.

Rue Ronsard, angle rue Cazotte.

Côté impair la rue  continue de longer les jardins. Une des entrées se trouve au numéro 3

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

La maisonnette des gardiens prend une allure de chaumière pour Petit Poucet!

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.
Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Côté pair s'élève le bâtiment le plus remarquable de la rue, miraculeusement préservé du vandalisme des années pompidoliennes où l'on sacrifiait sans vergogne les  Halles de Baltard ou le cirque Medrano sur le boulevard de Rochechouart!

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Il s'agit du Marché Saint-Pierre, aujourd'hui appelé Halle Saint-Pierre.

 La halle serait l'œuvre d'un disciple de Victor Baltard dont les Halles centrales, étaient en construction depuis 1852 et qui ouvraient au cœur de Paris un immense parapluie de verre et de fonte.

J'ai recherché en vain le nom de ce disciple, moins connu qu'Auguste Magne qui édifia son marché à La Chapelle....

Le marché a été transformé en 1900 et il faillit disparaître au milieu du siècle. Aujourd'hui, sa partie nord abrite un gymnase et sa partie sud le musée de l'art brut et de l'art singulier qui organise des expositions, découvertes de mondes à part, loin des formes académiques, loin des écoles....

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Des marginaux, des poètes, des fous, sans ambition mercantile, habités par le besoin de créer, donnent naissance à des univers où s'expriment des obsessions, des désirs, des peurs qui éveillent en nous un écho primitif.

On a inventé pour eux le nom d'art brut. Mais depuis longtemps on sait qu'il y a du génie chez le facteur Cheval ou le curé de Rothéneuf... sans qu'il soit besoin de qualifier leur œuvre...

Le toit de la Halle Saint Pierre deouis le jardin

Le toit de la Halle Saint Pierre deouis le jardin

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

La rue Ronsard donne sur la place Saint-Pierre. Elle est empruntée par les touristes qui ne veulent pas prendre le funiculaire ni passer par les jardins. On a pensé à eux en installant une sanisette Decaux sur le trottoir de la Halle, dans un recoin qui s'était transformé en pissotière à ciel ouvert depuis que les anciennes vespasiennes avaient été détruites

Sanisette en voie d'installation

Sanisette en voie d'installation

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Sur la place Saint Pierre et la rue Ronsard, sur les terrains qui n'étaient pas encore aménagés, il y eut le 7 octobre 1870 un événement  qui eut pour témoins les Montmartrois  enthousiastes....

Le départ de Gambetta. On reconnaît en haut la tour Solférino et sur la droite la rue Ronsard envahie par la foule.

Le départ de Gambetta. On reconnaît en haut la tour Solférino et sur la droite la rue Ronsard envahie par la foule.

Le même événement peint par Noro (musée de Montmartre)

Le même événement peint par Noro (musée de Montmartre)

Alors que Paris était encerclé par les troupes prussiennes, Gambetta, ministre de l'Intérieur de la Défense Nationale s'envola avec le ballon "Armand Barbès" afin de franchir les lignes et rejoindre, après bien des péripéties la ville de Tours où s'organisait la résistance.  

Il n'y eut pas de ballons six mois plus tard pour sauver les Montmartrois massacrés pendant la Semaine Sanglante...

Victor Hugo n'eut pas à écrire pour eux ce qu'il écrivit pour Gambetta :

"Il faisait beau. un doux soleil d'automne. Au-dessous du ballon pendait une flamme tricolore. On a crié : Vive la République"!

Rue Ronsard. Montmartre. Grotte. Cuvier. Halle saint Pierre.

Voir les commentaires

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog