Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES ENFANTS


zebre-dessin-005.JPG




Le petit zèbre mécontent


maman je suis trop laid
Dans mes habits rayés
L'éléphant gris argent
Est bien plus élégant

Non c'est toi le plus beau
Mon amour de zébreau

Pourquoi l'hippopotame
le monsieur et la dame
S'habillent gris satin
quand ils sortent du bain

Ton habit noir et blanc
Est beaucoup plus charmant

Le lion n'a pas de tache
De la queue aux moustaches
Et ses petits lionceaux
Sont clairs jusqu'au museau

Tes lignes verticales
Sont plus originales

Maman je suis un zèbre
Des sabots jusqu'aux lèvres
Mais je voudrais vraiment
Etre noir ou bien blanc

Si les hommes venaient
Et qu'ils t'emprisonnaient
Les barreaux j'en suis sûre
Cacheraient tes rayures


zèbre 002


zèbre



Lien :

 

Liste des poèmes pour les enfants. Liens.


Poème enfant. Saisons.



Poème enfant. Le Koala.



...
... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.

BertheBarsaq-095.JPG
                               Début de la rue. Les arbres du square Louise Michel et le toit du funiculaire.

       Les courageux qui empruntent les escaliers de la rue Foyatier plutôt que le funiculaire, ne peuvent manquer de découvrir cette rue typique du quartier... elle n'a rien d'exceptionnel sinon son charme dû à la diversité de ses immeubles et au relief du terrain.

BertheBarsaq-093.JPG
                                                        Porte du 2 (où vécut A. Barsacq)


     Le premier immeuble, le 2 et le 2bis est une opulente construction édifiée vers 1925. On ne craignait pas alors d'écraser le village de Montmartre, comme le regrettait Fréhel : "Des maisons d'six étages, ascenseur et chauffage, ont r'couvert les anciens talus"...

 

Il y  avait au numéro deux, alors que cette partie de rue portait encore le nom de Berthe, une chapelle protestante. Elle fut désaffectée et à son emplacement fut construite, à la fin du XIXème, une guinguette au nom pertinent : L'Echelle de Jacob

 

.Echelle-de-Jacob.JPG

 

Ce document rare montre l'escalier de la rue Barsacq depuis la rue Foyatier, la guinguette et les immeubles de la rue Chappe.

BertheBarsaq-086.JPG

                        Entrée du 2bis. Belle composition inspirée par le style art déco. 

BertheBarsaq-082.JPG
                              L'immeuble imposant à l'angle avec la rue Chappe.

     Cette rue, depuis 1879, prolongeait la rue Berthe. Et puis, un beau jour du mois d'août 1978, elle a été rebaptisée. La pauvre Berthe, fille d'un propriétaire foncier, se trouva amputée de 140 mètres au profit d'André.


BertheBarsaq-090.JPG
                                                           Immeuble du 3.

    Est-ce pour cette raison que le 3, indigné, s'est mis à tanguer et rouler? Le restaurant italien qui s'y est installé, le Michelangelo n'en attire que mieux les affamés qui ont la dalle en pente!

   André Barsacq, donc, fut choisi et à juste titre puisqu'il habita pendant des années le numéro 2.
   Il rejoignit Charles Dullin au théâtre de l'Atelier, à trois cents mètres plus bas. Il y travailla avec Antonin Artaud, J.L. Barrault ou Roger Blin. En 1940, Dullin lui confia son théâtre...
  André Barsacq travailla également avec des grands cinéastes comme L'Herbier, Grémillon ou Max Ophuls.
  Il participa à de mémorables spectacles d'opéra,
 notamment avec Callas dans Médée et La Tebaldi dans Tosca. 
 
  Il est, à ma connaissance, le seul hôte illustre de cette rue!



BertheBarsaq-081.JPG
                                     La Galerie Chappe, à l'angle avec la rue du même nom, au 4.


barsacq-004.JPG

     La galerie est très active et ses murs sur l'escalier de la rue Chappe se décorent de fresques souvent renouvelées.

barsacq-002.JPG

        A l'angle de la rue, côté pair, une clinique pour porcelaines et faïences cassées.

barsacq-005.JPG


barsacq-006.JPG

Dans la vitrine, quelques éclopés attendent leur résurrection...


barsacq-013.JPG 
                                                          Le 6.

     Le petit immeuble au n° 6 ne présente aucun intérêt architectural mais il a été le théâtre d'un fait divers sanglant  qui émut tout le quartier et la presse spécialisée, en 1899.
    Le Petit Journal nous raconte comment on découvrit la tenancière de cet hôtel meublé de modeste apparence, baignant dans son sang, au pied de son lit, la tête fracassée. La brave femme, Mme Bertrand, honnête veuve dont le frère était curé en Belgique, avait été sauvagement assassinée par des voleurs qui ne trouvèrent que quelques sous. Le Petit Journal affirme que les auteurs auront du mal à échapper au châtiment qu'ils méritent.
Plus d'un siècle plus tard, ils courent toujours!!!


crime-002.JPG
                    Couverture du supplément illustré du Petit Journal du 5 novembre 1899. (document de "La vie secrète de Montmartre" de Philippe Mellot).


BertheBarsaq-077.JPG

      Le 11 est une maison, jolie comme un décor de théâtre.


 BertheBarsaq-079.JPG

     Les rideaux rouges vont s'ouvrir et Colombine va se pencher à la fenêtre...


BertheBarsaq-071.JPG

     Le 13 a gardé les grandes baies vitrées d'un atelier d'artiste, Montmartre oblige. J'ignore si un peintre y habite. Il est loin le temps où les rues de la Butte abritaient des artistes venus de toute l'Europe... Le Bateau lavoir, situé à 250 mètres de là, a replié ses voiles et ses toiles depuis longtemps.


BertheBarsaq-072.JPG

     Des amours batifolent sur la façade. On espère qu'ils sont aussi actifs à l'intérieur...

BertheBarsaq-048.JPG
                                           La rue en descente vers l'Est.


BertheBarsaq-070.JPG


BertheBarsaq-066.JPG
                                                                   Le 17

                Petit immeuble de rapport de la seconde moitié du 19ème. Une certaine harmonie due au rythme des trois fenêtres et des pilastres.


BertheBarsaq-065.JPG
                                                          Le 19

BertheBarsaq-058.JPG
                                                                 Le 23. Luturlu...suite

Une devanture  désaffectée qui a gardé son nom rigolo. Elle me fait penser à une chanson du 17ème siècle sur les amours de Monsieur :

                   Vous êtes un gentil Luturlu
                     Tutaine tonton tutaine
                               Tu tu
                         Pour faire cocu
                              Ton ton
                      Monsieur Ribaudon
                      Tutaine tuton tutu



BertheBarsaq-064.JPG


 BertheBarsaq-055.JPG

           Côté pair, quelques immeubles avec jardinets qui fleurissent au printemps et donnent à Montmartre son air campagnard.


BertheBarsaq-052.JPG

                La porte du 27, petit immeuble typique du Montmartre de la 1ère moitié du 19ème siècle, construit lors de l'ouverture de la rue Drevet, en 1840.


BertheBarsaq-049.JPG

        La fin de la rue avec les traces de son ancien nom et une lanterne dans le ciel...

... ensuite commence la rue Berthe :



Liens : Montmartre.La rue Andre Del Sarte (rue Saint-André) au 19ème siècle.
Montmartre. Rue Feutrier.

Montmartre. Rue Saint Rustique.

Montmartre. Réservoir et fontliaine rue Lepic

Montmartre. Rue Norvins.

Montmartre. Impasse Traînée. Rue Poulbot.

Montmartre. Place du Tertre.





....




 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #WACRENIER

dad 003


Ce poème de mon père, ma soeur Sylvie l'a lu, au moment où le cercueil allait descendre dans le caveau.
Le poète ne se laisse pas enterrer, il s'encielle...
Son cercueil est un bateau qui repart en voyage.

A condition d'aimer, on peut le suivre des yeux...


Scarbo

Scarbo, le petit nain
Qui crachait des étoiles
Est mort sur le chemin
Où l'entraînait son rêve ailé comme une voile

Il n'était pas méchant
Et parfois s'il croquait la lune
C'était pour parfumer ses dents
D'une fraîche haleine de brume

Il ne pensait jamais au mal
La mer était sa grande amie
Il avait un brillant cheval
De soleil et de pierreries

Scarbo, le petit nain
Qui crachait des étoiles
Est mort sur le chemin
Où l'entraînait son rêve ailé comme une voile

On l'a mis dans une cassette
Clouée avec grand soin d'opalines planètes
Et ce matin
Le petit nain
Fut enterré dans un nuage
Qui a poursuivi son voyage
Vers le beau pays des images
Où finit la Réalité. 



chassiron-035.jpg


Note : Scarbo est un personnage que l'on rencontre dans 4 poèmes d'Aloysius Bertrand (Gaspard de la Nuit). C'est un gnome diabolique dont mon père a fait un petit être rêveur, un poète.
...

Lien : Louis wacrenier. Derniers poèmes d'amour (1)









... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #ASIE
guimet-100.JPG

    Un paravent coréen du musée Guimet "Le coq jaune" attire l'attention des visiteurs et si j'en crois le léger sourire qui éclaire leur visage, les rend heureux.
    Il est de l'époque Choson, fin 17ème, début 18ème.

guimet 094


    Huit panneaux de 131,5 sur 042,5 déplient un paysage paisible, autour d'un lac.
    Les couleurs que le temps a atténuées, restent nettes, tandis que l'arrière plan de ciel et de bosquets donnent une profondeur impressionniste à la composition.

guimet-104.JPG

    Le 5ème panneau nous montre, presque au centre, le fier coq "jaune" qui donne son nom au paravent.
    Il attend sur son rocher qu'approche la femelle énamourée du 4ème panneau.


guimet-102.JPG

    Elle vient entre l'herbe et l'eau, dans son plumage de mariée, bec en avant, oeil vif.


guimet-096.JPG

   Les autres animaux sont des canards.
   Sur le 2ème panneau, celui là qui semble sourire, se tourne vers l'autre qui nage vers lui, sous les feuilles rouges.


guimet-098.JPG

   Ces feuilles rouges que l'on retrouve sur les huit panneaux et qui donnent à l'ensemble son côté joyeux de fête sous les lampions.

guimet 100

A la rencontre sur les eaux, correspond la rencontre dans le ciel.

guimet-105.JPG

   La composition est encadrée par les arbres aux feuilles colorées (3 panneaux de droite et 3 panneaux de gauche) qui se penchent vers le lac.


guimet-107.JPG

   La vie est là calme et tranquille... 
   Les fleurs, les eaux, les animaux...

   Le visiteur se pose sur le banc qui fait face au paravent et je suis sûr qu'il se prend un instant pour le coq jaune! 





Lien : Guimet : Un paravent japonais. Ecole de Kano.Guimet  





.... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #Paris


BertheBarsaq-120.JPG


       Un jour clair de février, en passant sur le pont Saint-Michel, j'ai rencontré les mouettes rieuses.

BertheBarsaq-121.JPG

BertheBarsaq-119.JPG

BertheBarsaq 117

Celle-là a revêtu avant les autres son plumage nuptial (tête noire).

BertheBarsaq-111.JPG

D'autres, moins pressées gardent encore leur costume internuptial....

BertheBarsaq 100


BertheBarsaq-101-copie-1.JPG 

Mais les plumes commencent à changer de couleur... Bientôt les noces! 

BertheBarsaq-113.JPG

BertheBarsaq-104.JPG

BertheBarsaq-114.JPG

BertheBarsaq 109 

L'heure du sandwich... et l'espoir de quelques miettes....

BertheBarsaq 118 

     J'ai été heureux de voir mes amies les mouettes dans l'île de la Cité. Elles m'ont donné des nouvelles de mon île d'Oléron où je les retrouverai au printemps...



...
Goélands et autres oiseaux.... Oléron  



.... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES ENFANTS




poulbot 027
          Poulbot ( Poulbot. Panneaux de Faïence. Rue Damrémont. Montmartre.)



Quatre saisons



L'hiver est un grand loup blanc
Il se promène dans les champs
Avec la louve et ses enfants
Qui pour jouer mordent le vent

Le printemps est un ouistiti
Il détricote le ciel gris
Et dépose avec ses petits
Les brins de laine au creux des nids

L'été est un lion rouge et fier
Il a le soleil pour litière
Et quand il remue la crinière
La nuit se cache sous la terre

L'automne est une grand-mère
Dont les yeux ne voient plus très clair
Elle a tant d'amour pour grand-père
Qu'elle en repeint la terre entière.


Musee Maillol 059
Séraphine de Senlis : Séraphine de Senlis




Lien :

 

Liste des poèmes pour les enfants. Liens.


Poème enfant. Dormir. Peur du noir.



...



 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.



St-Andr-.jpg

La rue Saint-André en 1880. (Pour la rue aujourd'hui voir : rue André Del Sarte Montmartre. )

      Le Bulletin du Vieux Montmartre  nous donne de précieux renseignements sur notre rue du temps où elle s'appelait rue Saint-André.
La gravure ci-dessus nous montre l'escalier Sainte-Marie (aujourd'hui rue Paul Albert) avec à droite, au niveau de l'arbre, la rue Saint André qui se prolongeait tout au long de l'actuelle rue Ronsard pour arriver Place Saint-Pierre.

2010 0102Ronsard0006
                                          La rue André Del Sarte au moment où elle change de nom pour s'appeler rue Ronsard. 

    Pour redonner vie à la rue du 19ème siècle, je cite le texte écrit par Eugène Gaignette dans le Bulletin du Vieux Montmartre de 1922.

"Mes parents sont venus, un peu avant la guerre de 1870, habiter  le logement que j'occupe actuellement. C'est vous dire que j'ai connu toutes les transformations de l'ancienne rue Saint-André, d'abord simple sentier aboutissant à la Butte, ensuite rue finissant en impasse, aboutissant ensuite à la place Saint-Pierre, par un retour en équerre, qui englobait alors les rues actuelles Charles Nodier, Cazotte, le marché couvert, la rue Ronsard et de l'autre côté, la rue Foyatier."


Ière surprise : Gaignette écrit :

" Au numéro 15, Benjamin Constant eut son atelier. Il ne reste personne pour parler de lui."

del-sarter-001.JPG
                                           Le 15 aujourd'hui. 
 
         Benjamin Constant, une des grandes figures politiques et littéraires de la  fin du 18ème et de la 1ère moitié du 19ème, aurait travaillé dans notre rue!
         L'amant de Mme de Staël, l'auteur d'Adolphe, aurait respiré l'air rupestre de Montmartre!

Benjamin-Constant-La-butte-1878--1-.jpg

Benjamin Constant. La butte (1878). On reconnaît le coude que fait la rue vers la rue Ronsard actuelle et à droite on devine l'escalier Sainte-marie (paul Albert aujourd'hui) le long des baraques.


  Eh bien non!
 Il ne s'agit pas de lui mais d'un peintre qui eut un grand renom en son temps : Jean-Joseph Benjamin Constant(1845-1902). Il fut élève de Cabanel avant d'être influencé par Delacroix et de s'inspirer de l'Orient. On lui doit entre autres oeuvres, le plafond de l'Hôtel de ville de Paris, celui de l'Opéra Comique et quelques fresques murales de la Sorbonne. C'est lui qui aurait milité pour que la rue porte le nom du peintre florentin.

benjamin-constant-peintre-orientaliste-L-3.jpeg
                        "Entrée de Mohamed II à Constantinople" Benjamin Constant (1876).
 
 "La rue Saint-André prit le nom de Luc-Lambin, à l'époque de la Séparation de l'Eglise et de l'Etat et quelques années après celui d'André Del Sarte, à l'instigation, je crois de Benjamin Constant."

 Poursuivons la lecture de Gaignette :

 " La poste, peu familiarisée avec le grand peintre italien, dirigeait nos lettres rue Saint-André-des-Arts, d'autant plus que le public les adressait souvent rue Saint André-del-Sarthe!"
 
   Les habitants de la rue souriront, eux qui reçoivent si souvent des enveloppes libellées rue "André del Sarthe" quand ce n'est pas "André del Sartre"!

2010_0214andredelsarte0002.JPG
               Le 2 et le 4, modestes immeubles qui sont restés tels que Gaignette les a connus. Le 2, comme le 10 sont protégés. Le 2 date du tout début du 19ème puisqu'il figure sur le cadastre de 1810.Il est très caractéristique de l'ancien village de Montmartre.

2010_0214andredelsarte0003.JPG
                                 Le 6 où a vécu Gaignette.


"Quand nous sommes venus là, les numéros 2, 4 et 6 étaient ce qu'ils sont aujourd'hui. Le 8 était un petit pavillon séparé du 6 par un jardin tonnelle où l'on venait banqueter "à la campagne". Lisbonne était mon voisin au numéro 8. Il avait acquis une voiture ayant appartenu au duc de Brunswick, et qu'il avait peinte en rouge. Dans cet équipage, attelé de deux chevaux étiques, adornés de grelots, le colonel revenait se coucher à 2 ou 3 heures du matin et réveillait toute la rue par le bruit de ferraille de son véhicule."

Deuxième surprise : Maxime Lisbonne, un des héros de la Commune dont il fut surnommé le d'Artagnan, l'homme de théâtre, le créateur de cabarets, le combattant infatigable pour la justice et la mémoire... Cet homme exceptionnel a vécu, de retour du bagne en 1880, dans notre rue qu'il n'a quittée que dans les dernières années de sa vie pour aller mourir à la Ferté Allais, en mai 1905, quelques mois après sa vieille amie, Louise Michel!


2010_0214andredelsarte0004.JPG
                       Le 8 aujourd'hui. Un immeuble de briques a remplacé la maison du colonel Lisbonne et la tonnelle qui abrita des repas champêtres! Même le café, le Del Sarte qui s'y était installé a fermé ses portes il y a une dizaine d'années!

   Il y aurait beaucoup à dire sur ce personnage hors du commun, patriote, républicain qui s'éleva contre le silence, l'indifférence et le mépris des radicocos et des saucissialistes (dixit Willette) sur le sort fait aux fédérés traités comme des criminels et envoyés au bagne.

  Il créa plusieurs journaux : l'Ami du Peuple et plus tard, le Citoyen de Montmartre.
  Il dirigea les Bouffes du Nord où il monta Nadine, une pièce de Louise Michel. 
  Il ouvrit sur le boulevard Clichy, la Taverne du Bagne, décorée de fresques dénonçant les horreurs de la déportation.
  Plus tard, il créa la Brasserie des Frites Révolutionnaires où les frites étaient servies par une voiture cellulaire. C'est là que Marcel Legay chanta "Ecoute ô mon coeur", la chanson qui fait toujours monter aux yeux des Artésiens, quelques larmes!

Chapeau l'artiste! Nous sommes fiers d'être, à quelques générations près, tes voisins!

Revenons à notre Gaignette :

"Il y avait deux puits dans la rue. L'un au numéro 4, partie de la boutique où le marchand de vin serre maintenant son charbon, un autre entre le 17 et le 19 affectant une forme circulaire au-dessus de l'échoppe".

Ta--Ta--125.jpg
Le puits cadenassé au 17 bis. C'est l'ancienne échoppe dont parle Gaignette.


Ce dernier puits existe toujours, c'est celui que les habitants du quartier nomment le puits des insurgés et qui aurait permis aux combattants de la Commune de se désaltérer.

"Au 12 était une vacherie qui disparut peu avant celle de la rue Carrière, aujourd'hui Seveste, et attenante au bureau de tabac au coin de la rue d'Orsel."

2010_0214andredelsarte0005.JPG
                        Le 12. Plus de vaches mais un marchand de BD pour bédéphiles éclairés et un cabinet d'infirmières!


   "Après le 12, des petites cabanes, comme aux deux côtés de l'escalier Sainte-Marie de si curieux aspect. (...) derrière les cabanes de gauche, une chaumière occupée par la Mère aux Chèvres dont les élèves étaient les libres occupants."

maquis-001.JPG
           Cabanes du maquis (peuvent donner une idée des cabanes de la rue Saint-André)



maquis-002.JPG
                                              cabanes du maquis de Montmartre


2010_0214andredelsarte0011.JPG
                Un des immeubles bâtis à l'emplacement des cabanes.


Ultime précision donnée par Gaignette sur la dernière maison au 24:

2010_0214andredelsarte0008.JPG

24-002.JPG


 
"Au 24 actuel, maison avec statuette en terre cuite entre deux jardins dont le second était limité par la rue pierre Picard. A la suite petit monticule, au tournant de la rue (...) Sur cet emplacement un hôtel borgne et une masure d'un étage, le tout au lieu-dit la Butte aux Cochons."

Et voilà! Ne manquaient que les cochons!

Et la panthère... qui surveille la rue, depuis son appui de fenêtre, au numéro 13...

2009 1217MontmartreNeige0008

Je tiens à remercier Hélène G., qui m'a fait parvenir ce document exceptionnel qui m'a permis d'écrire cette page.  

Liens : 

rue André Del Sarte Montmartre.

Rue Andre Del Sarte. Cartes postales anciennes.

 

Autres rues à proximité :


Montmartre. Rue Feutrier.


rue Ronsard Montmartre.

 

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

.............................................................................................................

 

..




Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES. AMOUR.

sdb-nini-033.jpg
_______________________________________________________________________________________



                         J'ai bu où ta bouche avait bu
           Et depuis
           Je vous aime

____________________________________________


           Dors-tu en cet instant
           Sens-tu que je te regarde
           Et que j'embrasse tes paupières fragiles



_____________________________________________

          Comme un petit animal
          Nicole en boule sur son lit
          Ne pense à rien
          Et puis pour s'échapper du banal
          D'un battement de ses longs cils
          Très doucement devient coussin


___________________________________________


          Avant toi
          Je ne le savais pas
          Que tu étais pour moi
          Comme la main pour l'eau
          Le ventre chaud pour les chatons
          Le ciel pour les orages
          Avant toi
          Je ne le savais pas
          Que tu étais la femme où je serais un homme
          Qu'au minuit de ma nuit
          Tu serais mon Noël


___________________________________________


Laisse peser la tête sur mon épaule
 Laisse peser la tête jusqu'à cette douleur
 Qui me fait me tourner vers un autre sommeil
 Qui me fait doucement me détacher de toi
Comme on laisse un soleil pour se coucher à l'ombre

Laisse peser la tête jusqu'à cette prière :
Mon Dieu gardez toujours ma femme auprès de moi
Ne me laissez jamais tendre les mains dans le vide
Comme un aveugle
Comme un mort

___________________________________________

Lien : Liens : poèmes d'amour de Christian Wacrenier.


oleron-2007-005.JPG



Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.



chatsFeutrier-155.JPG

   A l'écart du flot touristique, la rue Feutrier dévale la pente Est de Montmartre, entre la rue Paul Albert et la rue André Del Sarte (
rue André Del Sarte Montmartre. )


chatsFeutrier-172.JPG

   Elle s'ouvre sur le ciel et les arbres du square Louise Michel.
  
      Mais qui était ce Feutrier dont elle porte le nom?
 
      Il y a bien à Beauvais une artère à la gloire de François-Jean-Hyacinthe Feutrier, évêque de cette bonne ville et fils héritier de Jean
  le propriétaire des terrains qui furent lotis dans la première moitié du XIXème et dont la partie basse était incluse dans la commune de Montmartre. C'est vraisemblablement de ce propriétaire que la rue perpétue le nom...  

chatsFeutrier-156.JPG

    Le dernier immeuble abrite au numéro 40, un lieu convivial qui porte un nom exotique (le français est ringard paraît-il). Ce n'est pas une école d'art mais une Art school. Précisément : Paglieri Art School. 
 On y "customise des fringues, crée des accessoires, apprend la peinture, achète des créations..."

chatsFeutrier-170.JPG

    On y apprend peut-être à consolider les immeubles de la rue qui ont une fâcheuse tendance à se disloquer, comme tant d'autres dans ce quartier construit sur les carrières.


chatsFeutrier-173.JPG

 
chatsFeutrier-174.JPG


chatsFeutrier-168.JPG

   Mais je vous invite à descendre la rue et à vous arrêter un instant devant le 21.

chatsFeutrier-175.JPG

   Petit immeuble montmartrois à la porte bleue que des touristes allemands viennent photographier.
  De 1894 à 1896, il abrita Rosa Luxembourg. Elle y reçut quelques amis engagés dans la rédaction du journal social-démocrate : La Cause Ouvrière.

chatsFeutrier-176-copie-1.JPG

    Si j'en crois les délibérations des élus parisiens, une plaque commémorative devrait être apposée sur la façade :
"Lors de son exil parisien, Rosa Luxembourg (1871-1919) militante internationaliste, a résidé ici."
Cette inauguration est prévue le 8 mars 2010, journée de la femme.

Voir : inauguration du 8 mars : Rue Feutrier. Rosa Luxembourg.

chatsFeutrier-177.JPG

chatsFeutrier 171

chatsFeutrier-178.JPG

chatsFeutrier-181.JPG

Quelques jolies portes de fonte...

chatsFeutrier-183.JPG

Un tournant d'où l'on aperçoit le Sacré-Coeur...

chatsFeutrier-184.JPG

chatsFeutrier-186.JPG

   Et au croisement avec la rue Müller, le Blue Note, bar musical, ancien Jazz'O'Brasil, venu de la rue Mouffetard, pour s'installer en 2001 sur les pentes de la Butte.

chatsFeutrier-187.JPG

Une brocante...

chatsFeutrier-188.JPG

Un bar et un hôtel meublé (il faut payer très cher quand on est pauvre pour pouvoir habiter Paris).

chatsFeutrier-190.JPG

Un immeuble pittoresque comme on dit...

chatsFeutrier-191.JPG

chatsFeutrier-193.JPG

Quelques couleurs dans le gris dominant...

chatsFeutrier-195.JPG

Et puis un pincement au coeur devant la devanture des Editions Sindbad, liquidées en 1994. Elles faisaient un travail remarquable en traduisant la littérature arabe et persane. Aujourd'hui, le nom s'efface peu à peu... Un bon génie sortira-t-il de la lampe pour lui redonner vie?

chatsFeutrier-196.JPG

Une boulangerie dont l'entrée donne sur la rue André Del sarte... Elle existe depuis la création de la rue.

andre-del-sarte-004-copie-1.jpg


Peut-être Rosa Luxembourg y acheta-t-elle son pain quotidien... 

En quittant cette rue de Montmartre, pourquoi ne pas souhaiter la voir changer de nom? Que le propriétaire Feutrier laisse la place à Rosa Luxembourg qui pourrait ainsi dialoguer avec Louise Michel dont le square n'est qu'à quelques pas...


chats 002
            Non ce ne sont pas nos deux révolutionnaires mais des passantes insolites, rue Feutrier...



.. rue Ronsard Montmartre.


... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES...Divers



sylvie-004.JPG


Pour ma petite soeur Sylvie qui prit le TGV de Montpellier pour venir voir son père mourant et qui arriva trop tard. Apparemment.




Entre Montpellier et Paris




Galopez chevaux noirs
Galopez chevaux blancs
Que vos sabots frappent les rails
Qu'ils soulèvent le train
sur le tapis des étincelles

Mon père va mourir
Et je sais qu'il m'attend

Volez crinières noires
Volez crinières blanches
Que vos drapeaux prennent le vent
Qu'ils emportent le train
dans le battement de leurs ailes

Mon père va mourir
Et je sais qu'il m'attend

Hennissez bouches noires
Hennissez bouches blanches
Que vos cris dégagent la route
qu'ils libèrent le train
Et pulvérisent les barrières

Mon père va mourir 
Et je sais qu'il m'attend

Couchez-vous chevaux noirs
Couchez-vous chevaux blancs
Que vos genoux se ploient 
Et que le train s'arrête
Je vois descendre un cheval d'or

Mon père est mort
Il vient me bénir en passant


...


sylvie-009.JPG




Lien :  Poème.Dernier Visage de mon père.




...




 

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog