Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Agostina Segatori. Le Tambourin 62 boulevard de Clichy. Van Gogh....Agostina Segatori. Le Tambourin 62 boulevard de Clichy. Van Gogh....
Agostina Segatori. Le Tambourin 62 boulevard de Clichy. Van Gogh....Agostina Segatori. Le Tambourin 62 boulevard de Clichy. Van Gogh....

Elle est connue de tous... 

Et pourtant... Peu de gens se rappellent son nom!

 

Les passionnés de peinture sauraient la "reconnaître" sans pouvoir la nommer…. 

 

 

Manet

Manet

    Et comment pourrait-il en être autrement quand on a servi de modèle à Corot, Manet, Gérôme, Van Gogh...?

                      Agostina Segatori!

     Femme sensuelle aux traits bien dessinés et au regard profond, elle est la passion amoureuse la plus longue (trois mois) de Van Gogh pendant les deux années où il a vécu à Paris....

                                                                       Degas

     Avant son apparition dans la capitale, on ne sait pas grand chose d'elle sinon qu'elle a vu le jour en 1841 à Ancône, ville portuaire sur l'Adriatique connue aujourd'hui des cinéphiles pour avoir servi de cadre aux Amants Diaboliques de Visconti! 

 

     Comment est-elle venue à Paris? On raconte que Corot, lors d'un de ses voyages l'aurait remarquée et lui aurait proposé de le suivre afin de poser pour lui. Hypothèse contestée par certains historiens de l'art qui ont débusqué dans le centre de Paris une tante d'Agostina qui aurait invité la jeune fille à venir chez elle.

     La beauté naturelle, le visage décidé et rêveur à la fois, plaisent aux peintres. Corot est le premier à éclairer la toile de sa jeunesse.

                                                     Agostina (Corot 1866)

   Il la prend pour modèle pour sa Bacchante au tambourin

 

.. et pour la Lecture Interrompue 

 

     Elle pose également pour Manet, Gérôme et quelques autres, avant de rencontrer en 1874 Edouard Dantan.

                                            Autoportrait (Edouard Dantan)

     Il est peintre évidemment (d'un naturalisme assez conventionnel) et sensible aux attraits de son modèle! Tous deux vivent une liaison intermittente. Ils ont un fils, Jean-Pierre Segatori. Pas question pour Dantan qui est d'un milieu "honnête" (!) de le reconnaître! Il se montre moins gentleman que ne se montrera Utrillo avec Valadon et le petit Maurice!

                          Entracte à la Comédie Française (Edouard Dantan. 1886)

     En 1875 Dantan trouve chaussure à son pied et se marie. Agostina rencontre alors un certain Monsieur Morière dont on ne sait pas grand chose, sinon qu'il l'épouse et donne son nom au petit Jean Pierre ignoré de son vrai père.

     Agostina qui garde la tête sur les épaules et qui voit s'enfuir les années de jeunesse décide d'ouvrir un café, 27 rue de Richelieu. Peut-être en référence au tableau de Corot, peut-être aussi parce que cet instrument de musique fait partie du folklore de sa région natale, elle l'appelle "Au Tambourin".

                                               Au Tambourin, rue de Richelieu.

     Le quartier n'est pas celui qui convient le mieux à son établissement et elle déménage en 1885 au 62 boulevard de Clichy, au cœur du Montmartre des artistes et de la vie nocturne.

                                             Au Tambourin, boulevard de Clichy.

Le 62 boulevard de Clichy aujourd'hui.

Le 62 boulevard de Clichy aujourd'hui.

     Nous possédons peu de documents sur ce café qui eut pour habitués quelques uns des plus grands peintres de l'époque. Nous savons qu'il était décoré d'un mobilier en forme de tambourins. Ces tambourins étaient décorés par les peintres qui fréquentaient l'établissement : Gauguin, Van Gogh, Lautrec! Ils ont hélas disparu!

 

     Edouard Dantan aide son ancienne maîtresse à décorer les murs;  il y accroche quelques unes de ses toiles et il peint un bouc sur un tambourin.

     Parmi les relations amoureuses que noue Agostina, figure un peintre du nord, le suédois Auguste Hagborg qui vit à quelques centaines de mètres du Tambourin, 45 boulevard de Rochechouart.

                                              Jeune fille songeuse (August Hagborg)

 

Mais c'est avec un autre peintre qu'elle entre dans la légende, un autre peintre du nord!

                                                      Van Gogh peint par Lautrec.

      C'est au Tambourin que Vincent Van Gogh fait sa connaissance en 1887.

     D'après l'ami du peintre, Emile Bernard, ils se plurent aussitôt et vécurent une passion de plus de trois mois...

     Vincent vient en voisin depuis la rue Lepic où il vit chez son frère Théo. Le Tambourin devient sa cantine et comme il n'a pas les moyens de payer l'addition, il donne des tableaux (des natures mortes) à sa maîtresse qui les expose sur les murs.

                                      54 rue Lepic. Domicile de Théo Van Gogh

     Maxime Lisbonne publie dans sa Gazette du Bagne un petit article sur le Tambourin qui "n'a rien des auberges dont la nudité et le délabrement des murs fait la pauvre originalité. (...) C'est en effet madame Segatori, la propriétaire, qui a réuni, placé avec un sentiment artistique, les œuvres des maîtres qui ont transformé son établissement en une des plus intéressantes galeries de tableaux qui se puisse voir. Pour ajouter à l'attrait de son établissement, elle s'est adjoint les plus charmantes collaboratrices qui se puissent voir, fraîches fleurs écloses au soleil d'Italie et épanouies dans le rayonnement chaud de notre capitale."

     C'est au Tambourin que Vincent organise une exposition des estampes japonaises dont il a la passion et qu'il a achetées avec son frère chez le célèbre marchand Bing. 

                                             Hiroshige qui fascine Van Gogh

     Toujours au Tambourin, Gauguin, Anquetin, Bernard et lui exposent leurs œuvres en espérant les vendre. Anquetin et Bernard seront les principaux bénéficiaires de l'opération car ils vendent effectivement, chacun, une de leurs toiles. Vincent, comme on le sait, ne vend rien. La seule toile que vendra son frère pendant son séjour provençal est "la vigne rouge".

                   Emile Bernard de face et Vincent de dos au bord de la Seine à Asnières.

Agostina Segatori au Tambourin (Van Gogh)

Agostina Segatori au Tambourin (Van Gogh)

     La Segatori et Van Gogh restèrent proches, une fois éteints les feux de leur amour passager. Nous avons deux portraits de sa maîtresse peints par lui. Elle semble résignée et mélancolique sur le portrait peint au Tambourin.

.

L'Italienne (Van Gogh)

L'Italienne (Van Gogh)

     Elle est plus solaire sur celui qui la campe sur un fond jaune, couleur des tournesols.... Elle porte le costume traditionnel de Ciociaro d'où serait originaire sa famille.

     Vincent quitte Paris en 1888 pour vivre son aventure de voyant et d'écorché. La Segatori voit peu à peu décliner son établissement. Le tambourin n'est plus à la mode, détrôné par les cabarets de Pigalle.

                                                            Place Pigalle (Utrillo)

     Le Tambourin est vendu pour devenir en 1893 le Cabaret de la Butte... et après quelques années le Cabaret des quat'z arts.

 

    Agostina Segatori avait été contrainte de vendre pour presque rien le mobilier, les tambourins décorés par des peintres aujourd'hui célèbres, les toiles qui ornaient ses murs et notamment les natures mortes de Van Gogh.

                                          Nature morte les coings (Van Gogh 1988)

     Elle ne parvint à survivre que grâce à la générosité de certains habitués de son établissement et surtout à celle du père Tanguy, qui si l'on en croit le site qui porte son nom la recueillit.

                                                    Le Père Tanguy (Van Gogh) 

    Elle meurt en 1910 et quitte notre monde avec le passeport pour l'immortalité provisoire que Vincent Van Gogh, son amant d'une saison, lui avait donné... 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.
Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue du Mont-Cenis

     Chaque année, au troisième trimestre, peu avant les vacances, les écoliers de Montmartre investissent les escaliers avec des craies de toutes les couleurs. Chaque école réalise son projet de décoration  avec plus ou moins de bonheur mais avec des rires et des sourires à foison!

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue du Chevalier de La Barre

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue Utrillo

     Comme une nuée de moineaux, les petits s'envolent après avoir usé leurs craies. Ils rendent les escaliers aux passants dont les semelles peu à peu effacent les traces fragiles, aussi vulnérables que les irisations sur les ailes des papillons...

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue du Mont-Cenis

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue Foyatier

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue Foyatier

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Rue Chappe

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Mont-Cenis

Les escaliers de Montmartre en couleurs...
Les escaliers de Montmartre en couleurs...

Chevalier de La Barre

Les escaliers de Montmartre en couleurs...

     Parmi ces artistes de craie, il y aura peut-être, un jour, un peintre, un chanteur, un poète... un de ces aventuriers qui sans être un premier de cordée, nous ouvrira des horizons nouveaux et mettra des couleurs sur les pavés!

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.
Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

    Voilà une rue dont j'ai longtemps hésité à parler tant sont lourds les souvenirs qui m'y attachent. Le temps a passé et je me résous à y revenir et à la revoir, changée et semblable...

    Elle a vu le jour en en 1830, en pleine époque romantique et elle porte le nom d'une victoire de la coalition franco-anglo-russe sur la flotte turco-égyptienne pendant la guerre d'indépendance grecque.

 

    

    Les massacres perpétrés par les Ottomans, grands experts en boucherie et futurs génocidaires du peuple arménien avaient bouleversé l'Europe qui décida d'intervenir

Chios. Un lieu de mémoire que l'on n'oublie pas l'avoir visité.

Chios. Un lieu de mémoire que l'on n'oublie pas l'avoir visité.

   Hugo qui habitera plus tard ce quartier avait écrit dans les Orientales quelques poèmes engagés dont le célèbre " Enfant ":

"Les Turcs ont passé par là. Tout est ruine et deuil.

Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil (…)"

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

     La rue commence côté pair avec un opulent immeuble de pierres qui donne également sur la rue des Martyrs, construit en 1903 et signé des architectes Elie Charlet et Henri Michel.

    Le maître boulanger qui y fait son pain est tellement apprécié des habitants du quartier qu'il n'a aucun mal à les faire marcher à la baguette.

 

Le 3

Le 3

Le 4. Une "dent creuse".

Le 4. Une "dent creuse".

                  Au 4, une vieille photo garde mémoire du bougnat qui y tenait boutique.

                      Aujourd'hui le bougnat a cédé la place au restaurant "Belle Maison".

 

Le 5

Le 5

Le 7 aujourd'hui

Le 7 aujourd'hui

Le 7 en 1906

Le 7 en 1906

    Le 7 a plus fière allure aujourd'hui qu'au début du XXème siècle mais il est resté comme à ses origines un hôtel. Il a seulement accroché quatre étoiles à son ciel.

    Il rend hommage à Sacha Guitry et joue sur une décoration théâtrale qui vous donnera l'illusion, une fois couché, d'être regardé par des spectateurs attentifs, dans les loges et les balcons du  papier peint !

Le 9

Le 9

     Le 9 est un petit hôtel particulier  de style troubadour qui portait en façade, dans la niche, une statue de la Vierge à l'enfant. Quand l'hôtel fut racheté pour devenir une maison close spécialisée dans les pratiques sado-maso, les habitants du quartier pétitionnèrent pour que fût enlevée la Vierge. Elle le fut et disparut corps et âme. Nul ne sait ce qu'elle est devenue. A moins que… l'Assomption l'ait ravie comme son illustre modèle.

 

     La dame de cérémonie s'appelait Christiane. Il y avait encore lorsque j'y ai vécu quelques chaînes et quelques instruments dentés fixés dans les murs du dernier étage. 

Pendant la deuxième guerre, les nazis le fréquentèrent, ce qui n'étonnera personne, le sadisme étant leur spécialité!

Le 11

Le 11

    Le 11 est l'un des rares immeubles à être inscrit au PLU (plan local d'urbanisme). Il a abrité le peintre Hébert de 1850 à 1880. Les deux premiers étages servaient d'habitation et les étages supérieurs d'atelier.

                                              Ernest Hébert. Autoportrait.

     Ernest Hébert (1817-1908) est un grand peintre injustement oublié bien qu'il eût son musée à La Tronche et dans le VIème arrondissement, dans l'hôtel de Montmorency-Bours. Ce dernier est fermé car l'immeuble classé a la tremblote et nécessite des consolidations. Il dépend du musée d'Orsay, où par chance quelques toiles de Hébert peuvent être vues.

                             La malaria. Ernest Hébert. (musée d'Orsay)

     Ce cousin de Stendhal, amoureux comme lui de l'Italie où il vécut après son prix de Rome, fut très apprécié pendant le 2nd Empire. On aimait alors ses portraits dont le réalisme se teintait souvent d'une atmosphère onirique qui permet d'y voir les prémices du symbolisme.

              Le baiser de Judas. Hébert. Prêt du musée d'Orsay au musée de La Tronche.

     L'immeuble sert de siège aujourd'hui au Conseil International de la Langue Française chargée de favoriser le rayonnement du français dans un monde presque entièrement contaminé par le globish!

 

Le 12

Le 12

     Le 12, petit immeuble anodin et sans charme a été le siège de nombreuses associations culturelles liées au Parti Communiste au temps où il existait vraiment!

                                                                  Aragon

     Parmi ces associations on peut retenir:

-la Maison de la Culture (1934) présidée par Aragon.

-"Ciné-Liberté" (Front Populaire) qui regroupait de nombreux techniciens et d'artistes engagés.

-L'Union des Théâtres indépendants" présidée par Charles Vildrac (plus de 300 troupes indépendantes).

Le 14

Le 14

     Le 14 (qui  serait aujourd'hui les 18-20) fut le domicile d'un écrivain, homme d'esprit, utopiste et combattant pour la liberté de penser: Louis Desnoyers (1802-1869)

    La plaque commémorative devrait être apposée sur  l'immeuble de briques des PTT au 20. Mais puisqu'elle est là, rappelons qui est ce Desnoyers.

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

    Ses romans pour la jeunesse eurent un grand succès mais c'est surtout pour son engagement dans la création de la Société des Gens de Lettres qu'il est aujourd'hui connu. C'est lui qui rédigea les statuts de cet organisme chargé de protéger les auteurs et de prévoir un fonds de solidarité.

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

     Une plaque rappelle que furent approuvés les statuts de cette Société, par près de 50 écrivains dont Dumas, Hugo, Lamennais...

Desnoyers en fut élu Président, battant son concurrent Victor Hugo de huit voix.

Le 16

Le 16

     Au 16, Paul Vayson, peintre provençal qui se fit édifier un hôtel particulier en 1879 rue Fortuny, eut son atelier. Quand il était au travail, des bêlements devaient retentir dans la rue car on ne compte pas le nombre de toiles qu'il exécuta avec bergères, bergers, moutons, brebis, béliers, agneaux! Son monument à Avignon représente comme il se doit, une bergère et son troupeau!

 

 

  Il a également participé au décor d'un des plus beaux restaurants de Paris, le Train Bleu de la Gare de Lyon où il a peint la ville d'Hyères.

 

Le 17

Le 17

   Le 17 fut jadis un hôtel dont les fenêtres donnaient sur le parc Botherel en face. Il portait le nom du grand collège de l'avenue Trudaine voisine, le collège Rollin aujourd'hui Jacques Decour.

 

Les 18-20

Les 18-20

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

     Les 18-20 (jadis le 14, l'immeuble du début de la rue, à l'angle avec la rue des Martyrs ayant fait disparaître deux numéros) sont un pesant ensemble dont la masse écrase la rue. Ils occupent pourtant ce qui était le plus bel endroit du quartier : l'hôtel Botherel et son parc .

 

 

     L'endroit fut un vivier intellectuel et de nombreux écrivains ou artistes y vécurent. L'hôtel  construit vers 1830 par le Baron Botherel, ami des arts et des lettres, eut pour habitants : Amédée Achard, Louis Desnoyers, Anaïs Fargueil, Théophile Gautier, Nerval, Auguste Vacquerie, Fortunata Tedesco…. et j'en oublie!

 

    Le plus célèbre d'entre eux fut Théophile Gautier qui collectionna les adresses parisiennes. C'est pendant les années 1840-1841 qu'il prend possession des 1er et 2ème étages. En bon sportif, il aime grimper aux arbres, faire sa gymnastique dans le parc et dit-on pratiquer la pêche en faisant jeter chaque dimanche des poissons vivants dans le bassin. (information sur le site du Père Tanguy).

                                                          Théophile Gautier

     Il héberga son ami, condisciple du lycée Charlemagne et ancien voisin de la rue du Doyenné, Gérard de Nerval qui commence en 1841 à fréquenter la maison de santé du Docteur Blanche rue Norvins.

                                                           Gérard de Nerval

     Parmi les autres habitants :

                                             Anaïs Fargueil (1819-1896) fut une comédienne qui eut un certain renom dans le théâtre de vaudeville.

                                          Caricature d'Anaïs Fargueil par Marcelin

                                                Auguste Vacquerie (1819-1895) poète et dramaturge qui eut des liens étroits avec Hugo. Cette amitié fut à l'origine de la rencontre de son frère Charles avec Léopoldine Hugo, de son mariage en 1843 et la fin tragique des deux époux.

                                         Victor Hugo et auguste Vacquerie

 

 

 

Le 19

Le 19

Le 22

Le 22

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

     Le 22 hébergea pendant la 2ème guerre mondiale la famille Aznavourian, Micha et Knar ainsi que leur fils et leur fille.

                                                         La mère d'Aznavour

     Charles Aznavour évoquera ses souvenirs de la rue de Navarin :

"Au rez-de-chaussée vivait un couple d'homosexuels juifs. Ma sœur jouait des morceaux de musique juive pour eux."

     La relation la plus marquante fut celle du père et de la mère d'Aznavour avec le couple Manouchian, Missak et Mélinée qu'ils hébergèrent. On sait que le groupe Manouchian fut exécuté et que la célèbre affiche rouge présenta ses membres comme des criminels et des étrangers.

 

Le 23

Le 23

     Le 23 est l'inévitable catastrophe architecturale que l'on trouve dans chaque rue (ou presque de Paris). Arrière d'un garage-parking du 20 rue Clauzel, il illustre bien l'indigence et le radinisme de constructions faites pour le profit et rien d'autre!

Le 24

Le 24

     Pour le 24, juste un petit signe à Etienne Daho qui, débarqué de sa Bretagne, y vécut à son arrivée à Paris. Notons qu'aujourd'hui il se partage entre Londres et Montmartre, rue Durantin.

 

Fin de la rue vers la rue Henry  Monnier

Fin de la rue vers la rue Henry Monnier

Le 33

Le 33

     Le 33 est le dernier immeuble de la rue qui soit digne d'intérêt. Une plaque y est apposée qui rappelle qu'un des plus grands cinéastes français y vécut pendant son enfance…

 

    On sait que le petit François était né sous de mauvais auspices, sa mère Janine l'ayant mis au monde "clandestinement" pour éviter la "honte" à sa famille bourgeoise de donner vie à un enfant dont le père était inconnu. Le petit fut placé en nourrice et il fallut attendre le mariage de sa mère avec Roland Truffaut pour qu'il retrouve une vie familiale.

 

    Plus tard Truffaut recherchera l'identité de son père et découvrira qu'il s'agissait de Roland Lévy, un Juif qui du fait de son origine aurait été rejeté par une famille traditionnelle au catholicisme teinté d'antisémitisme.

 

    Quand il tourne les 400 Coups, film en partie autobiographique Truffaut situe le logement de la famille du petit Antoine à deux pas de la rue de Navarin, place Toudouze.

 

     On retrouve Montmartre à plusieurs reprises dans ses films. C'est rue de Steinkerque, au pied du Sacré-Coeur qu'habite Antoine Doinel, c'est à l'hôtel du 39 avenue Junot qu'il est veilleur de nuit dans  Baisers Volés.

 

    La rue de Navarin s'achève rue Henry Monnier (où vivaient les grands-parents de Truffaut). Le cinéaste a vécu des années difficiles dans ce quartier et il n'est pas étonnant qu'il ait pu écrire :

"L'adolescence ne laisse un bon souvenir qu'aux adultes ayant mauvaise mémoire"

Rue de Navarin. Montmartre. Truffaut. Gautier.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #VOYAGES...
Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

     Un goéland posé entre la Salute, la plus belle église de Venise et le campanile de San Marco

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

    Je ne vois qu'une concurrente à mon Montmartre et c'est Venise!

    J'aime Istamboul, Ispahan, Luang prabang…

    Mais c'est à Venise que j'éprouve le besoin de revenir chaque année, comme on retrouve un premier amour épargné par le temps.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

           A la Giudecca, avec la Salute pour décor

   Mais Venise a tant d'amoureux! Elle a été photographiée par tant de fidèles que tout ce qui la concerne relève du cliché et de l'évidence. Elle est une star qui ne cesse de provoquer de nouvelles passions, toutes plus exclusives, plus définitives les unes que les autres.

Devant San Marco

Devant San Marco

Alors… j'ai demandé aux goélands de me guider, de voler, comme le lion de Saint-Marc au dessus des canaux et des îles…. de guider mon regard au-dessus des touristes….

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

    Les goélands aiment le lion de bronze qui est le symbole même de la ville, le lion doux et sauvage, les pattes posées sur l'Evangile, les ailes déployées.

Chaque fois que je suis passé au pied de sa colonne, j'ai vu des goélands. Ou plus exactement UN goéland...

Sur les ailes...

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Entre les pattes...

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.
Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Sur la tête...

     La statue date du XIIIème siècle et a sans doute été faite en transformant une sculpture orientale qui représentait un dragon-chimère venu de Perse.

    Napoléon qui aimait Venise au point de la piller (comme les Vénitiens aimèrent Constantinople!) a fait transporter ce lion à Paris où il s'est morfondu pendant onze ans sur la fontaine des Invalides avant d'être rapatrié sur son perchoir dans le ciel.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

    Ce perchoir est une des deux colonnes volées à Constantinople. Attention, ne passez pas entre elles. Soyez prudent comme les Vénitiens qui savent que c'est là, entre le lion et saint Théodore terrassant le dragon qu'avaient lieu les exécutions capitales...

 

    Les lions sont si nombreux à Venise que le goéland a l'embarras du choix!…

   Parmi mes préférés, les lions géants de la place de l'Arsenal

    Cet extraordinaire lion est grec. Il a été volé par un doge vénitien en 1687 au port du Pirée. Ce même doge qui fit tirer sur le Parthénon occupé par les Turcs, provoquant la destruction d'une partie du temple où étaient entreposées les munitions!

La France rendit à Venise les chevaux de San Marco volés par Napoléon (chevaux déjà volés par les Vénitiens à Constantinople).

    Venise devrait rendre au Pirée ce lion majestueux qui donnait son nom au port du Lion.

   Voilà un autre lion sur lequel ne se posera aucun goéland! C'est celui que Carpaccio a représenté pour la scuola Dalmata di San Giorgio dans la toile retraçant la vie de saint Jérôme…

     Il est si reconnaissant d'avoir été soigné d'une blessure à la patte qu'il se lie à la vie à la mort à celui qui l'a aidé. Le jour où le saint mourra il se laissera à son tour mourir...

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Revenons à nos goélands….

Celui-là est à la Giudecca...

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

… Avec la Salute pour décor

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

     Cet autre se promène sur la place Saint-Marc avec les pigeons et avant l'invasion des hordes barbares armées de smartphones.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Guglie, sur le canal de Canareggio

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Sur le Campanile, place San Marco.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.
Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Plus rapide que les bateaux. Devant San Giorgio.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

    Sur la piazzeta, en face du Palais des Doges un véritable palais a été édifié en 1547 pour servir de bibliothèque et recevoir les milliers de manuscrits et d'ouvrages précieux de la Biblioteca Marciana.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Les statues de la façade sont appréciées des goélands qui jouissent sur la tête des divinités grecques d'un point de vue idéal sur la lagune.

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

     D'autres se laissent flotter sur les canaux, regardent passer les gondoles sous les ponts ou se posent sur les toits… 

Sur le canal San Barnaba

Sur le canal San Barnaba

Sur le pont de la Ca Rezzonico

Sur le pont de la Ca Rezzonico

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.
Au bord du canal de l'Arsenal...

Au bord du canal de l'Arsenal...

Et moi qui suis de retour à Montmartre, j'aimerais, d'un coup d'aile pouvoir regagner la ville sublime pour m'y poser sur la tête du lion...

… et …redescendre sur le quai des Schiavoni pour siroter un spritz couleur soleil!

 

Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.
Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.
Venise et les goélands. Juin 2018. Le lion.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #album
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

11 avril. Retour de Thaïlande dans un mois d'avril clair et léger. Le footballeur-acrobate du parvis du Sacré-Coeur est là, avec son ballon étoilé. Il fait la passe au centre...

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

12 avril, esplanade du Sacré-Coeur. On dirait que l'Apollon du Belvédère s'apprête à faire pipi!

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

13 avril. Deux armées au sommet.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

14 avril. Le funambule de la place du Calvaire.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

15 avril. Poulbots rue du Chevalier de La Barre.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

16 avril. La pêche aux pièces de monnaie. Bassin des Tritons. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

17 avril. Bassin des Tritons.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

18 avril Vintage en Noir et Blanc! Rue Cardinal Dubois.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

19 avril. Les poètes ont laissé leurs chaussures avant de partir en voyage!

Rue Lepic.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

20 avril. Un couple à une tête. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

21 avril Le cheval du manège devant le Sacré-Coeur.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

11 mai, les sanglots longs des violons de la rue du Calvaire...

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

12 mai. A la queue leu leu… Rue du Chevalier de la barre.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

13 mai. Un petit restaurant pour BD. Rue Tholozé.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

14 mai. Envol. Parvis du Sacré-Coeur.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

15 mai. Mais l'amour ? Rue du Cardinal Guibert.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

16 mai. La joueuse de Hang. Place du Calvaire.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

17 mai. La Belle au Bois souriant. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

18 mai. La mariée met les voiles. Square Louise Michel.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

18 mai. Repos au bord du monde. Place du Calvaire.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

19 mai. Guitariste place du Calvaire.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

19 mai. Kiss et baiser ça va de pair!

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

20 mai. Le funambule a mis un masque. Place du Calvaire.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018
Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

21 mai. Saut périlleux sur les toits du 10ème étage. Rue de Clignancourt.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

22 mai orage de grêle. Le marchand de parapluies. Parvis du Sacré-Coeur.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

23 mai. Blondes sur toits gris. Square Louise Michel

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

24 mai. La révérence. Rue Utrillo.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

25 mai. Smiling in the rain. Rue des Abbesses.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

26 mai. Avant l'orage. Rue Muller.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

27 mai. Fête des mères et anniversaire de la mienne. 97 ans! 

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

29 mai. Paris au bout du doigt. Parvis du Sacré Cœur.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

30 mai. Les pigeons Art-Nouveau. Métro Blanche.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

31 mai. La goualante de la Butte. Rue du Calvaire

      Dernier feu d'un mois excessif, jours froids, jours brûlants, ciels gris, ciels bleus, averses de grêle, pluies torrentielles… mais comme dit Monsieur Trump, le réchauffement climatique est une escroquerie inventée par les écolos. De la même eau que notre ministre Travers, le bien nommé qui affirme que rien ne prouve que les animaux castrés à vif, mal étourdis, égorgés vifs et dépecés  encore vivants souffrent vraiment! 

                             Dans le médaillon! Rue de l'Abreuvoir (31 mai)   

      Juin va commencer et rien ne va changer. Montmartre restera le centre du monde. Mais le monde avec ses merveilles, somptueuses ou modestes, continuera d'être malmené, exploité, sacrifié aux dieux de l'argent et du profit à courte vue.

Montmartre. Photos. Avril-mai 2018

Cimetière Montmartre (31 mai)

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog