Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #CHARENTE MARITIME
Louise Michel. De l'arrestation à la Nouvelle Calédonie. Le voyage.

En septembre j'ai retrouvé Louise Michel à Rochefort où le musée de la Vieille Paroisse présente une expo sur le bagne et les insurgés de la Commune. 

                                            Musée de la Vieille Paroisse

Musée de la Vieille Paroisse

Musée de la Vieille Paroisse

Comme beaucoup je voue une admiration sans limite à celle que Victor Hugo appelait sa chère fille et qui est toujours vivante à Montmartre où le square qui porte son nom escalade la Butte à deux pas de chez moi.

                                                Le square Louise Michel

Rappelons qu'elle est arrêtée après son dernier combat sur la barricade de la Chaussée de Clignancourt à la fin de la Semaine Sanglante. Le 16 décembre 1871, elle est mise en jugement par le 6ème Conseil de guerre de Versailles. Elle refuse d'être défendue : "Si vous me laissez vivre, je ne cesserai de crier vengeance".

                                           Le conseil de guerre à Versailles

Elle est condamnée à l'unanimité à la déportation et transférée à la prison d'Auberive, ancienne abbaye où sont regroupées les femmes. Elle y retrouve Nathalie Le Mel, figure majeure de la Commune.

                                         Cloître de l'abbaye d'Auberive

20 mois plus tard, elle est transférée en voiture cellulaire à La Rochelle.

Elle fait partie d'un double convoi de 24 femmes qui arriveront à la maison d'arrêt de La Rochelle, rue du Palais, les 6 et 7 août, après plus de 17 heures de voyage.

 

Dans la maison d'arrêt, rue du Palais, elle reste pendant deux jours. Sur les 24 femmes convoyées, 20 sont jugées aptes au long voyage pour la Nouvelle Calédonie. 13 sont condamnée à la déportation simple, 7 dont Louise Michel à la déportation en enceinte fortifiée.

Louise Michel. De l'arrestation à la Nouvelle Calédonie. Le voyage.

La quasi-totalité de ces femmes viennent de Paris où elles exerçaient de petits métiers, blanchisseuses, lingères, relieuses, coiffeuses et, pour Louise Michel, institutrice. Six sont célibataires et l'une d'elles, Lucie Boisselin, épouse Leblanc, âgée de 29 ans est incarcérée avec son garçon de 6 ans et sa fille de 6 mois née en prison. Son mari Auguste Leblanc fait partie du voyage.

Louise Michel. De l'arrestation à la Nouvelle Calédonie. Le voyage.

Les 20 femmes, ainsi que 149 condamnés dont Henri Rochefort embarquent sur la Comète pour atteindre l'île D'Aix où mouille la frégate la Virginie qui doit les emmener jusqu'à Nouméa. Avant de monter à bord, elles reçoivent leur tenue pénale : une longue robe de bure et un fichu de coton.

Louise Michel. De l'arrestation à la Nouvelle Calédonie. Le voyage.

La Virginie est un bâtiment de 52,8 m de long et 13,4 de large. Elle a été construite à Rochefort en 1827 et baptisée "Niobé". Elle change de nom en 1839 pour devenir la Virginie. Elle participe à la guerre de Crimée en 1854 avant d'être utilisée plus tard pour le transport des condamnés.

La Virginie à Brest

La Virginie à Brest

La frégate appareille le 10 août 1873 sous l'autorité du Commandant Launay. Elle doit parcourir 30 000 km en quatre mois.

Grâce aux souvenirs de Louise Michel, nous pouvons suivre ce long périple. Les conditions de vie sont difficiles. Un espace grillagé est réservé aux femmes qui dorment dans des hamacs.

Louise Michel. De l'arrestation à la Nouvelle Calédonie. Le voyage.

Une heure par jour, par souci d'hygiène, elles montent sur le pont. Il est à noter que le médecin major Perlié est soucieux de la santé des condamnées. Il n'y aura aucun décès pendant la traversée et contrairement à ce qu'il advint pendant d'autres transports, le scorbut est évité. Ce qui n'empêche pas Henri Rochefort d'être malade, pris de vomissements et de diarrhées pendant tout le voyage! 

                                                                Henri Rochefort

    Louise Michel passe plus de temps à s'occuper des autres qu'à penser à elle-même.

      Elle assiste notamment Nathalie Lemel qui souffre du mal de mer.

Une anecdote est révélatrice : le Commandant Launay voyant Louise Michel pieds nus sur le pont transformé en patinoire par la glace décide de lui donner des chaussons. Il sait qu'elle n'acceptera rien venant de lui. Il demande alors à Rochefort de les lui donner en prétendant que sa fille les avait mis dans son paquetage mais qu'ils étaient trop petits pour lui. Louise Michel les accepte. Le 3ème jour ils se retrouvent aux pieds d'une autre déportée qu'elle avait jugée plus faible et plus fatiguée qu'elle.

                                                           Maquette de La Virginie

Elle ne se plaint pas et n'intervient que pour aider les autres et les défendre comme elle le fera bientôt pour les Canaques.

Un autre aspect de sa personnalité et de sa force apparaît dans ses mémoires. Plutôt que de se morfondre et s'enfermer dans la peine et le regret, elle prête attention aux oiseaux de mer, aux rivages aperçus, aux vents et aux vagues. elle s'émerveille, elle dessine.

 

Elle écrit à la date du 16 août : "Le soleil fait mille facettes sur les lames; deux rivières de diamants semblent glisser sur les flancs du navire."

A l'approche du Cap de Bonne Espérance : "La haute mer au Cap fut pour moi un ravissement (...) Nous vîmes la mer polaire au sud où, dans une nuit profonde, la neige tombait sur le pont."

                Panorama de Nouméa

Panorama de Nouméa

Quand le 8 décembre la Virginie arrive en rade de Nouméa, Louise Michel qui n'a cessé d'écrire des poèmes qu'elle veut envoyer à Victor Hugo avec qui elle correspond, écrit : "Je me reprochais vraiment de trouver le voyage si beau."

Déportés débarqués par la Danaé

Déportés débarqués par la Danaé

 les sept condamnées à la déportation en enceinte fortifiée sont débarquées à la presqu'île Ducos où rien n'est préparé pour les recevoir. L'aumônier des déportés réussit à convaincre l'administration de les transférer à Bourail où les conditions sont plus favorables pour des femmes. Louise Michel refuse : "On cherche comme toujours à faire un sort à part aux femmes. si les nôtres sont plus malheureux à la presqu'île Ducos, nous voulons être avec eux."

La presqu'île Ducos

La presqu'île Ducos

    Elle y reste donc, fidèle à elle-même et dans le baraquement réservé aux femmes, elle recueille des animaux blessés ou affamés, chiens, chats, chevreaux. Pour elle la manière de traiter les animaux est liée à la manière dont on conçoit la société : "Plus l'homme est féroce avec la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent."

 

   La grande aventure calédonienne de Louise Michel commence.... Elle fait l'apprentissage de la langue, se passionne pour la culture et obtient une baraque pour faire l'école aux Canaques. Jamais désespérée, jamais défaitiste, elle agit comme elle pense, avec son cœur.

      Film "Louise Michel le rebelle" avec Sandrine Testud. (Solweig Anspach)

J'aime cette femme éprise de justice et d'idéal. Elle devrait reposer au Panthéon, dans la ville qu'elle aima et pour qui elle lutta. 

 

La belle exposition de Rochefort m'a donné l'occasion de penser à elle, loin de Montmartre où elle est si présente.  Merci aux organisateurs et à Hervé Porcher auteur d'un numéro de "Roccafortis" dédié à Louise Michel qui m'a fourni de précieux renseignements.

 

Avant de retrouver Louise Michel dans un prochain article sur ses années de bagne, voici quelques mots qu'elle écrivit et qui sont plus d'actualité que jamais :

"Chacun cherche sa route; nous cherchons la nôtre et nous pensons que le jour où le règne de la liberté et de l'égalité sera arrivé, le genre humain sera heureux."

 

                                                         Louise Michel en Nouvelle Calédonie

Liens vers un article consacré à Louise Michel dans ce blog :

Louise Michel à Montmartre

Artistes, personnalités, personnages historiques de Montmartre

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #CHARENTE MARITIME
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

    Le 11 septembre est une triste date pour les animaux libres et sauvages. C'est l'ouverture de la chasse qui met en branle une armada de canardeurs, pour la plupart des hommes dont la virilité est peut-être aléatoire.

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

J'ai voulu rendre visite aux animaux du zoo de la Palmyre, un endroit unique où l'on sauve des bêtes et tente de préserver certaines espèces menacées. La forêt alentour résonne déjà des détonations qui signent l'arrêt de mort des chevreuils et des lièvres quand ce n'est pas celui d'oiseaux menacés d'extinction.

 

 

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

 J'ai pris quelques photos, comme ça, sans déranger les bêtes, observateur admiratif de leur beauté et de leur naturel.

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

On se promène dans ce grand parc comme s'il n'y avait pas de grillages, comme si le paradis promis, de Saint François et d'Isaïe se réalisait enfin. Illusion passagère bien sûr mais qui fait du bien quand partout dans la nature confisquée, les guerriers d'opérette que le gouvernement subventionne plus que n'importe quel autre, sont à l'affût, prêts à tuer les animaux innocents et sauvages.

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

Je n'ai jamais compris quel plaisir on pouvait prendre à faire souffrir et à tuer des êtres qui ne vous demandent rien, ne font de mal à personne et tentent d'assumer l'existence qu'ils ont reçue, comme nous.

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

Beauté du monde, beauté de la nature, beauté des animaux... nous avons charge de la protéger, de la chérir et de la remercier de nous aider à vivre différemment notre condition de grand singe évolué, seul animal capable de s'inventer des dieux mortifères et des livres "sacrés" qui nous empêchent d'être intelligents et sensibles

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.
Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

Seul animal capable de s'arroger le droit de vie et de mort sur tout ce qui existe, océans, forêts, faune et flore...

Avec le résultat que nous subissons aujourd'hui.

Zoo de la Palmyre. Ode à la vie loin des chasseurs.

Montmartre secret Liens  : La Charente Maritime

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #OLERON, #Peintres, #Paris
Rue d'un village oléronais (Christian Couillaud vers 1940)

Rue d'un village oléronais (Christian Couillaud vers 1940)

    Une belle exposition au musée de l'île d'Oléron à Saint-Pierre permet de voyager avec les peintres qui ont, de la fin du XIXème siècle au milieu du XXème aimé notre île dont ils ont voulu fixer sur la toile les lumières. 

Entrée du hameau de Sauzelle. (Gaston Boucart - 1910)

Entrée du hameau de Sauzelle. (Gaston Boucart - 1910)

    Si Oléron n'a pas en ce domaine les lettres de noblesse de la Normandie ou de la Provence, toutes deux immortalisées par les plus grands peintres, c'est qu'elle n'était pas à la mode et n'avait pas aux yeux des parisiens les qualités des régions susnommées (proximité de Paris pour l'une, charme dépaysant de la Méditerranée pour l'autre).

Sur la plage de La Cotinière. Louis Lessieux (1919)

Sur la plage de La Cotinière. Louis Lessieux (1919)

    L'île a néanmoins inspiré des artistes, comme elle continue de le faire aujourd'hui, et la richesse de l'exposition en est une preuve éclatante.

Port de La Cotinière vu des tamarins. (Louis Lessieux -1920)

Port de La Cotinière vu des tamarins. (Louis Lessieux -1920)

    Je n'ai pas voulu suivre le parcours proposé organisé par thèmes : Les ports, la côte, les moulins etc... mais j'ai sélectionné quelques unes des toiles qui m'ont particulièrement plu. Un choix subjectif bien sûr que je qualifierais d'amoureux. Je suis en effet amoureux d'Oléron et je pourrai chanter, un collier de langoustines autour des reins : "J'ai deux amours, Oléron et Montmartre..."

                                      Départ des pêcheurs du Château d'Oléron (1938)

 

    L'exposition s'ouvre avec une toile remarquable de Balande qui représente les pêcheurs quittant le port du Château. Le ciel tourmenté est de ceux que j'aime, comme j'aime ce paysage d'avant le pont, avec le fort Louvois et au loin le clocher de Marennes.

  Balande qui est un enfant de Charente (Saujon) s'est formé à Paris, notamment dans l'atelier de Cormon à Montmartre. Quand il habite près de La Rochelle il se noue d'amitié avec Marquet dont l'influence est sensible dans son travail.

Le Phare de Chassiron (Balande. 1950)

Le Phare de Chassiron (Balande. 1950)

   Une autre de ses toiles représente dans un style à la fois vigoureux et coloré le phare de Chassiron, le point extrême de l'île.

Anse et prieuré de La Perroche (Louis Alphonse Combe-Velluet 1880)

Anse et prieuré de La Perroche (Louis Alphonse Combe-Velluet 1880)

     Beau paysage qui traduit bien la lumière précise de l'île surnommée "la lumineuse". Si l'influence de Corot y est manifeste c'est qu'Alphonse Velluet le connut et sur ses conseils décida de se consacrer aux paysages. Un petit détail amusant sur le nom du peintre qui se transforma en Combe-Velluet, s'inspirant du nom de sa femme Lucie lacombe. Cette modification visait à figurer dans les premières lettres afin d'être exposé dans les salons dans les premières salles qui avaient l'habitude de classer les peintres par ordre alphabétique. 

Rue de village (Louis Suire - 1950)

Rue de village (Louis Suire - 1950)

    Plus moderne dans son épure la rue de village de Louis Suire va à l'essentiel par sa composition entre lumière sur les murs blancs et ombre. Deux oléronaises coiffées de leur quichenotte animent sans prendre la vedette cette scène ensoleillée.

Louis Suire (1899-1987) est un peintre charentais qui avait connu à Paris le fauve Albert Marquet. Il avait une maison dans l'île de Ré mais explora à plusieurs reprises Oléron, notamment pour illustrer le livre d'Yvan Delteil paru en 1935 : "L'île d'Oléron, la dernière escale de Pierre Loti".

Moulin des Anglais à La Brée-Les-Bains. (Mario Pinetti - vers 1950)

Moulin des Anglais à La Brée-Les-Bains. (Mario Pinetti - vers 1950)

                                            Sortie du chenal de Boyardville (Mario Pinetti)

    Loin des scènes ensoleillées dont on a l'habitude, Pinetti privilégie les ciels gris et les nuances vertes des chenaux.

Italien d'origine Pinetti (1895-1964) remporta de nombreux prix dont une médaille d'or au Salon des Artistes Français. Grand voyageur, c'est à Oléron qu'il choisit de se fixer avec sa famille et d'installer son chevet dans les marais dont il aimait les nuances de gris soudain pailletés de soleil.

Moulin de La Cotinière (Louis Lessieux 1920)

Moulin de La Cotinière (Louis Lessieux 1920)

    Les deux peintres oléronissimes sont le père et le fils Lessieux. Il y a souvent confusion entre les deux car l'un se prénomme Ernest Louis (1848-1925) et l'autre Louis Ernest (1874-1938)! Nous sommes allés à la rencontre de Louis Lessieux dans un article que nous lui avons consacré.

                                    Plage nord de La Cotinière (Louis Lessieux. 1921)

Après les deux tableaux du fils, voici deux tableaux du père

                            Rue du Colombier à La Cotinière (Ernest Lessieux 1910)

Ce dernier tableau je le préfère aux innombrables aquarelles qui donnent parfois dans le cliché!

Anse de Maumusson (Ernest Lessieux vers 1910)

Anse de Maumusson (Ernest Lessieux vers 1910)

Vers le pertuis de Maumuson (Jean-Baptiste Castaignet - 1910)

Vers le pertuis de Maumuson (Jean-Baptiste Castaignet - 1910)

     Peu de tableaux de tempêtes ou d'océan dans cette exposition. Parfois comme ici le jeu de la lumière sur l'eau qui ressemble à une rivière dans le pertuis. Tous les amoureux des rivages aiment ces moments où le soleil dessine à la surface de la mer ces grands chemins qui brillent comme des miroirs.

                       Anse de Saint-Trojan vue de Marennes (Castaignet - 1919)

Jean-Baptiste Castaignet (1852-1934) est clerc de notaire à Bordeaux et peintre une fois hors de son étude. Il aime les contrastes et les teintes sombres à la Courbet.

Bien que l'île d'aujourd'hui se prêtât aux représentations naîves avec ses petites maisons, ses cabanes de couleurs, ses bateaux bariolés et ses roses trémières, nous trouvons peu de représentants de cette école, comme celui, resté anonyme de cette rue de Saint-Pierre :

 

Ou comme cette vue de la plage du Château due à Willy, peintre sur lequel je n'ai rien trouvé. 

Paysages d'Oléron par les peintres de la première moitié du XXème siècle. Exposition du musée de l'île d'Oléron.

Peut-être est-ce lui qui représenta ces navires de pêche sur l'océan à St Jean de Monts.

 

    Toujours dans cette sensibilité nous découvrons une belle toile de Camille Laroche peinte en 1910 au nord de l'île. La plupart des oeuvres représentées sont peintes au sud de l'île, si on excepte Chassiron et Saint-Pierre, partie plus touristique et plus proche....

                                             Place de l'église à Saint-Denis

      Parmi les toiles qui m'ont intéressé figurent celles d'Yvon Massé :

Plage du port du Château ('Massé - 1944)

Quai et cabanes du port de St-Trojan (Yvon Massé - 1942)

Quai et cabanes du port de St-Trojan (Yvon Massé - 1942)

    Les paysages sont peints avec légèreté et en ce qui concerne le quai de St-Trojan quelque chose de naïf là encore. Notons que le quai n'a pas beaucoup changé même si quelques cabanes se sont métamorphosées en restaurants (dont le très bobo "Poissons Rouges) et en galeries d'art. 

Le port aujourd'hui

Le port aujourd'hui

    On retrouve le quai aux cabanes de Saint-Trojan dans la toile d'Ernest chevalier. Le port modeste aux cabanes de planches a plu aux peintres, comme il plaît aujourd'hui aux photographes amateurs dont je suis.

                  Ernest Chevalier. Port et cabanes de Saint-Trojan (1900)

Ernest Chevalier (1862-1917) est un artiste très lié aux peintres de son temps, que ce soit Puvis de Chavannes ou, à Montmartre, Toulouse Lautrec et Satie.

Café l'Océan à Saint-Georges (Auguste Heiligenstein -1930)

Café l'Océan à Saint-Georges (Auguste Heiligenstein -1930)

  Une toile nocturne et onirique d'Auguste Heiligenstein (1891-1976) qui vient de Saint-Denis, non pas celui d'Oléron mais celui de la Seine-Saint-Denis! Il est céramiste, émailleur, maître vitrier et peintre. 

Sortie du port de Saint-Trojan (P. Bonnin, 1884)

Sortie du port de Saint-Trojan (P. Bonnin, 1884)

    Deux toiles me paraissent fort belles, signées de P. Bonnin sur qui je n'ai rien trouvé et dont l'exposition ne nous dit pas un mot.

Port de Saint-Trojan (P. Bonnin - 1884)

Port de Saint-Trojan (P. Bonnin - 1884)

    Je voudrais terminer par une aquarelle sans grand intérêt sinon celui de nous montrer deux moulins dans la ville du Château :

           Le moulin de la quille de chien, au Château. (François Desnoyers - 1920)

Desnoyers (1894-1972) fut élève de Bourdelle avant de découvrir à Paris le fauvisme dont il sera un représentant.

     L'intérêt de cette aquarelle est de nous montrer deux moulins parmi les nombreux moulins que comptait l'île (une parenté avec ma butte favorite). Celui qui est au 2ème plan a été sacrifié aux appétits des promoteurs, le second qui faillit être détruit a été sauvé ainsi que la maison du meunier. Il est aujourd'hui au milieu d'un  parking de supermarché!

 

Je préfère terminer sur ce paysage incertain, animé par les pêcheuses à pied coiffées de leur quichenotte qui accrochent la lumière.

                              Départ de pêche à pied au Château d'Oléron (1914)

     Un coup de chapeau aux organisateurs de l'exposition qui propose des fiches sur la plupart des peintres exposés et qui a sélectionné des œuvres de grand intérêt, déclarations d'amour à cette île changeante, miroitante, entre vents et marées. Une île qui supporte mal le pont qui l'enchaîne et semble ruer les jours de tempête pour se libérer et prendre le large!

                                   Plage de Vert-Bois (Ernest Lessieux. 1910)

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

1er août. Le portable en vacances au bord de la mer!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

2 août. Les bâtisseurs.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

3 août. Jeux sportifs comme une frise sur un vase grec!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron
Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

4 août. Spectacle magique des cygnes sauvages sur le Pertuis de Maumusson.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

5 août. Mon chien, ne sois pas inquiet, je sais nager!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

6 août. Jamais sans mon livre. (Plage de Grand-village)

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

7 août. Le club des bouées intrépides. (Plage des Allassins)

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

8 août. Sans vagues, le surfeur a besoin de tendresse.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

9 août. Moïse et le rouleau de la Torah.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

10 août. L'endroit rêvé pendant la canicule. 

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

11 août. 9 heures ce matin sur la Grande Plage de Saint-Trojan.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

12 août. Le radeau de la Méduse!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

13 août. Apprentissage de la zénitude sur la plage du Château.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

15 août. Jamais sans mon chien.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

16 août. Amour des vagues.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

17 août. La pêche aux louisettes (tellines) en famille.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

18 août. Les lutins joueurs.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

19 août. Matin brouillé sur le port de St-Trojan et le pertuis de Maumusson.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

20 août. 18h sur la plage de Grand-village. Une lumière de fin de saison.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

21 août. Une vie de chien. Compagnons jusqu'au bout du monde.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

22 août. Vite! Les vagues nous attendent!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

23 août. Le cercle solaire.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

24 août. Saint-Christophe 2022.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

25 août. Naissance de mini-Vénus.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

27 août. Et dire que dans cinq jours c'est la rentrée!

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

28 août. L'homme des sables.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

29 août. Ombre chinoise.

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

30 août. Vague à l'âme du surfeur sans vagues

Photos août 2022 dans l'île d'Oléron

31 août. Ciel d'orage pour le dernier jour du mois.  

     Encore un mois de nos étés qui s'achève. Demain c'est septembre, le mois de la rentrée des élèves et de la sortie des chasseurs. Les premiers pour apprendre, les seconds pour tuer.

Voir les commentaires

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog