Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #MONTMARTRE. Rues et places.
Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

    La rue de la Tour d'Auvergne tracée sur les anciens terrains de l'abbaye de Montmartre porte comme plusieurs rues du quartier, le nom d'une des abbesses.

 

L'Abbaye de Montmartre (1626)

L'Abbaye de Montmartre (1626)

     II s'agit de Louise Emilie de La Tour d'Auvergne (1667-1737), douzième enfant de Frédéric Maurice de La Tour d'Auvergne. Elle est abbesse de Montmartre entre 1727 et 1735. Après elle, il n'y aura plus que deux abbesses, Catherine  de La Rochefoucauld et Marie-Louise de Montmorency-Laval, sourde et aveugle, guillotinée en 1794 pour avoir conspiré sourdement et aveuglément selon l'accusation du Tribunal Révolutionnaire qui ne manquait pas d'humour (noir)!

 

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

     Avant de prendre ce nom , la partie située entre les rues des Martyrs et Rodier s'appelait rue de la Nouvelle France tandis que celle située  entre les rues Rodier et Rochechouart s'appelait rue de Bellefond (encore une abbesse de Montmartre, Marie-Eléonore de Bellefond).

C'est par cette partie que nous commençons à remonter la rue.

Début de la rue à partir de la rue Rochechouart.

Début de la rue à partir de la rue Rochechouart.

     Evidemment beaucoup d'immeubles anciens ont disparu remplacés par des constructions plus modernes, mais souvent (pas toujours) la numérotation reste la même et permet à notre imagination de s'envoler! Même si c'est derrière la façade, dans de petits hôtels qui ne sont pas visibles que bien des "gloires" de la rue ont vécu.

Le 1 aujourd'hui

Le 1 aujourd'hui

     Il y eut au 1 la demeure d'Henry Murger (1922-1861), l'auteur des "Scènes de la vie de bohême". C'est d'ailleurs rue de la Tour d'Auvergne que vit son héros, Rodolphe, un autre lui-même!

                                         Henry Murger (Nadar)

On sait l'importance qu'eut cette œuvre qui plus que toute autre nous renseigne sur la vie difficile que menaient les artistes dans ce Paris où ils espéraient devenir célèbres.

Murger définit la bohême comme "un état social qui peut déboucher sur la reconnaissance (l'académisme), la maladie (l'Hôtel Dieu) ou la mort (la morgue).

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

Rodolphe (Louis Jourdan) dans "La vie de Bohême" de Marcel L'Herbier.

     Il y eut de nombreuses adaptations de cette œuvre pour le théâtre, l'opéra ("La Bohême de Puccini, "La Bohême" de Leoncavallo) et le cinéma ("La vie de Bohême" de Marcel L'Herbier, "La vie de Bohême" de Kaurismaki).

Murger mourut jeune comme bien des artistes bohêmes de sa génération. Il est enterré au cimetière de Montmartre où la muse Erato fait pleuvoir des fleurs sur sa tombe.

Le 14

Le 14

   Le 14 est un petit immeuble de la première moitié du XIXème que Murger a pu connaître.

Le 15

Le 15

    Au 15 a vécu pendant plus de trente ans le sculpteur Albert Ernest Carrier Belleuse qui forma dans son atelier une génération de sculpteurs dont le plus célèbre fut Rodin. 

 

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

Carrier Belleuse par Rodin

    Il participa à la décoration de nombreux monuments comme le Louvre où il réalisa le stuc de plusieurs plafonds, l'Opéra où son ami charles Garnier lui obtint la commande des deux torchères monumentales qui flanquent le grand escalier...

                       Torchère par Albert Ernest Carrier Belleuse

Le 16

Le 16

       Au 16 a vécu le peintre Léon Barillot (1844-1929) qui choisit de devenir Français après l'annexion de sa région, la Moselle, par les Prussiens. 

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

     Peintre de plein air, il aime les paysages de bord de Seine et les troupeaux qui y paissent.

Le 16

Le 16

     On trouve à la même adresse un autre peintre, Jules Frédéric Ballavoine (1842-1914) qui fut considéré comme un maître du nu féminin.

     Il aima la rue de la Tour d'Auvergne puisqu'à partir de 1872, il  y habita et eut son atelier au 6, puis au 12 et enfin au 16!

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

    Ses toiles sont d'une facture académique et sans inspiration. Leur seule "audace" est de dénuder en partie les belles poseuses qui sont habillées et dénudées à la fois, leur poitrine se montrant rétive au carcan des tissus dont elle s'échappe en douceur...

Le 21

Le 21

   C'est encore un peintre que nous rencontrons au 21 (l'immeuble a été reconstruit en 1861). Et quel peintre! Un des grands du XIXème siècle malgré sa courte vie : Théodore Chassériau (1819-1856)

Esther

Esther

     Son domicile, fenêtres donnant sur l'église Notre-Dame de Lorette, 2 rue Fléchier là où il mourut n'était pas éloigné  de la Tour d'Auvergne où il avait son atelier.

Suzanne au bain

Suzanne au bain

     Nous le retrouverons dans le cimetière Montmartre où il repose et nous lui consacrerons une étude plus attentive. Mais il suffit de regarder ses œuvres auxquelles Théophile Gautier, son  ami, consacra plusieurs critiques élogieuses, pour se persuader de son génie.

                                          Vénus anadyomène

    Ambiances oniriques, chairs vibrantes, femmes magiciennes, orient fantasmé… toute son œuvre, synthèse d'Ingres et de Delacroix, traduit sa sensibilité et sa sensualité.

                                          Alice Ozy (Chassériau)

Pour la petite histoire, Victor Hugo vexé d'avoir été éconduit par la belle actrice Alice Ozy qui lui préféra le peintre, ne le lui pardonna pas! 

Hero et Léandre (Chassériau. Musée du Louvre)

Hero et Léandre (Chassériau. Musée du Louvre)

     Parmi les œuvres les plus importantes de Chassériau, il est possible aujourd'hui d'admirer ses toiles conservées au musée du Louvre où une salle lui est consacrée ou dans l'église Saint-Merri… Mais ce qu'il considérait comme sa plus grande œuvre, les fresques de la Cour des Comptes au palais d'Orsay auxquelles il consacra trois années de sa courte vie, disparurent en fumée sous la Commune. 

        Fragment récupérés après l'incendie de la Cour des Comptes

     Un autre peintre de Montmartre, Gustave Moreau, dont la maison transformée en musée rue de la Rochefoucauld est un des lieux les plus poétiques de Paris, le considérait comme son maître et pour lui rendre hommage peignit "le jeune homme et la mort".

                             Le jeune homme et la mort (Gustave Moreau)

Le 22

Le 22

    On aura du mal à imaginer qu'il y eut au 22 un théâtre, "L'Ecole Lyrique" où débutèrent quelques unes des plus célèbres comédiennes du Second Empire comme Mlle Agar ou Réjane.

                                                      Réjane

La façade plate et triste ne donne aucune idée de cette époque brillante!

Le 24

Le 24

,     Dans cette rue où la musique était chez elle, pas étonnant de trouver au 24 un compositeur : Ernest Reyer (1823-1909)

Il fut ami de Théophile Gautier qui écrivit pour lui le scénario d'un ballet, les paroles d'une ode symphonique et plus prosaïquement celles, parodiques et licencieuses, d'un "De profundis morpionibus" sur une marche funèbre composée pour un maréchal.

Paix à son âme et à celle des petites bêtes!

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

     Reyer connut une célébrité passagère grâce à ses opéras "Sigurd" ou "Salammbô" bien oubliés aujourd'hui. 

                                                    Le 26

     Pas de comparaison avec la célébrité de celui qui est né dans l'immeuble voisin, au 26, et dont l'opéra "Carmen" est le plus joué dans le monde : 

 

     Quand il épousera Geneviève Halévy en 1869, il vivra non loin de là, au cœur de la Nouvelle Athènes dans le somptueux hôtel Halévy de la rue de Douai.

A défaut de photo de Georges enfant, celle de son fils Jacques.

A défaut de photo de Georges enfant, celle de son fils Jacques.

     Mais le jeune Alexandre César Léopold Bizet qui sera rebaptisé Georges en 1840 dans l'église Notre-Dame de Lorette, est né sous de bons auspices puisque son père est professeur de chant et sa mère pianiste. 

Croisement avec la rue Rodier

Croisement avec la rue Rodier

    Nous traversons la rue Rodier et arrivons côté impair devant le 27, bistro et hôtel dont une photo nous donne à voir son avatar du début du XXème siècle.

 

    De l'autre côté, au 30 une horreur d'architecture lourde et sans esprit…

Il s'agit de la poste qui écrasa à cet endroit l'entreprise Chaboche qui elle-même avait pris la place d'un hôtel particulier du XVIIIème siècle, propriété d'une danseuse de l'Opéra, Marguerite Vadé de Lisle. Béranger y habita ainsi que Reyer après avoir quitté le 24.

 

 L'entreprise Chaboche occupa les lieux en respectant dans un premier temps l'hôtel particulier puis en le sacrifiant pour s'étendre et élever ses hauts murs de briques...

 

    Dans l'usine qui tournait à plein s'assemblaient les célèbres salamandres, poêles qui connaissaient un grand succès et remplaçaient les cheminées dans les appartements parisiens.

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

    Il ne reste plus rien de l'hôtel particulier et de Chaboche, sinon quelques photos. On passera vite devant l'immeuble qui l'a remplacé!

Le 31

Le 31

     Un peu plus loin côté impair, après la rue Milton, nous trouvons une école (aujourd'hui collège Paul Gauguin) qui décline en céramique les lettres de l'alphabet. Elle a été construite à la fin du XIXème siècle sur des maisons dont l'une au 31 fut l'adresse d'Alphonse karr avant qu'il n'habite rue Vivienne.

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

     Il fut ami de Victor Hugo et comme lui s'exila après le coup d'état de Napoléon III. Il choisit alors de vivre à Nice qui était à l'étranger, dans le royaume de Piémont-Sardaigne.

 

  Il a encore en commun avec Hugo de s'être engagé pour la défense des animaux . Il présida la Ligue Populaire contre la Vivisection (dont Hugo fut président d'honneur.)

 

Il écrivit de nombreux romans où se développait son  esprit satirique et primesautier. Il fut d'ailleurs l'unique rédacteur des Guêpes, une revue qui s'amusait à démolir les gloires de son temps.

Alphone Karr et les guêpes. Caricature de Nadar.

Alphone Karr et les guêpes. Caricature de Nadar.

     Bien des mots d'esprit écrits ou prononcés par lui couraient tout Paris! Le plus souvent ils ne manquaient pas de profondeur comme le montre ces quelques exemples :

-La politique, plus ça change, plus c'est la même chose.

-N'ayez pas de voisins si vous voulez vivre en paix avec eux.

-L'âge auquel on partage tout est généralement l'âge où on n'a rien.

-Si on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.

-La vérité est le nom que donnent les plus forts à leur opinion.

-Entre deux amis, il n'y en a qu'un qui soit l'ami de l'autre.

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.

     Au 36 s'ouvre une impasse constituée de beaux immeubles post-haussmanniens élevés en 1896 sur les plans de l'architecte Henri Tassu à qui l'on doit 25 immeubles parisiens.

Rue de la Tour d'Auvergne. Paris.
Le 34 ter

Le 34 ter

     Au 34 ter a vécu pendant presque deux ans Louis Armstrong.

Il y habitait un studio où Stéphane Grappelli et Django Reinhardt venaient improviser avec lui.

Pour une fois l'immeuble n'a pas changé et nous le voyons tel que ce trompettiste unique l'a connu.

Le 37

Le 37

   Une façade quelconque au 37 dissimule comme souvent dans les rues du quartier de petits hôtels particuliers que nous ne pouvons que deviner quand le porche est ouvert. 

Une erreur de numérotation y loge Victor Hugo qui y aurait habité de 1848 à 1851 après avoir quitté son domicile de la Place des Vosges à la suite des journées révolutionnaires de 1848.

Le 41

Le 41

          Il s'agit d'une erreur répercutée par de nombreux sites (Wikipédia, Paris Révolutionnaire) car le 37 de 1848 est en réalité le 41 d'aujourd'hui. Ce 41 assez moche dissimule un bel hôtel particulier qui donne sur l'arrière, Cité Charles Godon.

   C'est là qu'Adèle Hugo et son mari  furent invités en 1848 par Madame Hamelin femme d'esprit au charme frondeur, surnommée "le plus grand polisson de Paris" à vivre au 1er étage dans un grand appartement aux larges fenêtres.

 

Pendant trois ans, cet appartement accueillit, chez le poète, des soirées poétiques et musicales où se rencontraient  nombre d'écrivains et de musiciens qui comptaient à l'époque.

                                                Hugo en 1848

Ce salon brillant cessa avec le coup d'état de Napoléon III et l'exil de Hugo qui ne reviendra qu'après la chute de l'Empire pour habiter, non loin de là, 66 rue de La Rochefoucauld.

Le 44

Le 44

    Pas possible de visiter une rue de ces quartiers sans retrouver la Commune. Au 44 a vécu Charles Mayer, colonel de la Commune qui fut condamné à mort avant que sa peine ne fût commuée en déportation en Nouvelle Calédonie.

                                  Charles Mayer place Vendôme

     Amnistié en 1880, il publia ses souvenirs et raconta notamment  la destruction de la colonne de la place Vendôme dont la responsabilité fut attribuée à Courbet qui se ruina à payer sa restauration.

 

 

 

Le 43

Le 43

     Au 43, ancien 45 il faut imaginer un hôtel particulier qui irait jusqu'à la rue des Martyrs. Il s'agit de l'ancien hôtel de Lesdiguières qui abrita un cabaret ouvrant sur des jardins : le Carillon.

     Un  des évènements qui marqua ce lieu fut la première donnée par Chopin, en 1839, de sa célèbre marche funèbre!

 

     C'est pour les soirées dans les jardins du Carillon que Courteline écrivit quelques unes de ses pièces en un acte et c'est là qu'Henry Dreyfus (qui deviendra Fursy) galvanisait son public avec ses "chansons rosses"

48 rue de la Tour d'Auvergne et en face l'ancien  hôtel du Carillon.

48 rue de la Tour d'Auvergne et en face l'ancien hôtel du Carillon.

     Le 48 a servi de cachette à Raymond Callemin, dit Raymond la Science, de la Bande à Bonnot. Il y fut arrêté en avril 1912 et guillotiné un an plus tard, en avril 1913.

 

     Lors de son arrestation, il aurait dit aux policiers : "Vous faites une bonne affaire! Ma tête vaut 100 000 francs, chacune des vôtres sept centimes et demi. Oui c'est le prix exact d'une balle de Browning."

 

Le 50

Le 50

     Au 50 une photo d'un ancien commerce "immortalise" la jolie propriétaire qui vendait des objets d'occasion et se spécialisait dans le "rachat de garde-robes"!  Aujourd'hui, la boutique a des couleurs de ciel et personne ne nous sourit sur son seuil! 

 

     C'est là que nous quittons la rue de la Tour d'Auvergne...

... Une rue de Paris qui cache derrière ses façades parfois monotones tout un monde d'esprit, de culture, de couleurs, de rencontres, de luttes et de misères qui donne à notre ville son incroyable profondeur et son enracinement dans un passé qui ne cesse d'irriguer le présent.

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Robert le Vigan. (Les bas-fonds. Renoir)

Robert le Vigan. (Les bas-fonds. Renoir)

     Robert le Vigan, on souhaiterait l'aimer sans restriction comme on aimerait partager sans arrière-pensée l'avis de Colette : "Acteur saisissant, sans artifices, quasi céleste"

     Hélas, ce Montmartrois s'est compromis pendant les années de l'occupation et il a participé à sa manière à l'œuvre de mort initiée par les Nazis et leurs complices de Vichy.

Rue de la Charbonnière à gauche (où est né Le vigan). A droite rue de la Goutte d'or.

Rue de la Charbonnière à gauche (où est né Le vigan). A droite rue de la Goutte d'or.

     Montmartrois, il l'est puisque c'est au pied de la Butte, dans le quartier de la Goutte d'Or, 42 rue de la Charbonnière qu'il est né le 7 janvier 1900, dans une famille de la classe moyenne, son père étant vétérinaire.

                                                           

     Il se sent très tôt attiré par le théâtre et c'est contre l'avis de son père qu'il entre au conservatoire où il reste un an, assez pour recevoir un 2nd prix de comédie. Il courra par la suite les petits cachets dans les music halls ou les théâtres. Il jouera le Misanthrope ou l'Idiot, des rôles de marginal tourmenté qui  lui conviennent.

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

     Mais c'est au cinéma qu'il pourra enfin se réaliser, en 1931, où il est choisi par Julien Duvivier pour tenir un rôle dans son film : "Cinq gentlemen maudits". C'est déjà une histoire inquiétante avec morts brutales et sorcier. Le Vigan y est à l'aise et sa prestation est remarquée.

Elle aura son influence sur sa carrière future. Notons qu'il y joue avec un autre Montmartrois, acteur immense, qui repose aujourd'hui dans le vieux cimetière Saint-Vincent : Harry Baur. 

                                         

     En 1934, Julien Duvivier lui fait tenir le rôle du Christ dans son film "Golgotha."

 

    Le Vigan s'investit à plein dans ce rôle. On raconte qu'il se fit arracher quelques dents pour que ses joues soient plus creusées. Si sa prestation est intense, se rapprochant par l'expressivité de la Jeanne d'Arc de Falconetti, le rôle le marquera durablement. Jean Tulard écrira après la mort de l'acteur : "Il ne s'est jamais remis d'avoir incarné Jésus dans le film Golgotha de Duvivier".

 

     C'est en Algérie où se tourne le film qu'il rencontre celle qui sera sa compagne pendant dix ans, Antoinette Lasauce, dite Tinou.

12 rue Girardon. Immeuble où vivaient Le vigan et Tinou

12 rue Girardon. Immeuble où vivaient Le vigan et Tinou

    Il l'épouse en janvier 1936 et vit avec elle au cœur de la Butte, 12 rue Girardon, dans le petit appartement qu'il occupe depuis un an.

     

                                                      Gen Paul

     Gen Paul est son voisin. Son atelier est situé 2 impasse Girardon. On peut voir sur la photo ci-dessous, en arrière plan, les toits de l'immeuble où habite Le Vigan... 

                       Atelier de Gen Paul 2 impasse Girardon

    C'est chez le peintre qu'il rencontre Céline qui vit avec Lucette Almanzor rue Lepic, avant de migrer début 1941, au 4 rue Girardon . Les trois hommes forment une petite bande de machos antisémites sous la conduite charismatique du grand écrivain!

Bardamu-Céline (Gen Paul)

Bardamu-Céline (Gen Paul)

Immeuble où vivaient Céline et Lucette, rue Girardon.

Immeuble où vivaient Céline et Lucette, rue Girardon.

Comme dira plus tard Tinou :

"Céline, c'était Jupiter. Il régnait en maître sur ses amis. Dans cette bande, les femmes n'avaient pas droit à la parole, encore moins Lucette que les autres. Céline l'appelait "la pipe".

                                             Lucette Almanzor

     Son influence sur le Vigan est évidente et si l'acteur avait des tendances racistes, elles se trouvent justifiées et exacerbées par Céline en pleine rédaction de ses pamphlets antisémites ("Les beaux draps" sont écrits rue Girardon) qui jettent pour toujours une ombre sanglante sur l'homme.

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

    1936, c'est aussi l'année où Le vigan est choisi par Jean Renoir pour tourner dans son film : "Les Bas fonds." 

Curieuse année de grande fraternité et de progrès sociaux avec le Front Populaire et d'exacerbation de mouvements racistes. 

Louis Jouvet, Le Vigan (les Bas-fonds)

Louis Jouvet, Le Vigan (les Bas-fonds)

     "Les Bas-Fonds" sont marqués par l'humanisme de Renoir qui s'engage alors dans la défense du Front Populaire. Le Vigan qui joue le rôle d'un acteur alcoolique, halluciné, rivalise par son charisme avec les deux acteurs principaux: Louis Jouvet et Jean Gabin.

 

     C'est alors qu'il vit rue Girardon avec Tinou que Le Vigan tombe sous le charme d'un chat vendu à la Samaritaine. Sa femme le pousse à l'acheter et le couple rentre à Montmartre avec ce petit félin qui ne savait pas quel destin exceptionnel l'attendait!

Appartement de LeVigan de Tinou et du chat

Appartement de LeVigan de Tinou et du chat

     Tinou reporte son instinct maternel sur l'animal. D'autant plus qu'elle ne peut garder l'enfant dont Le Vigan est le père. Elle confiera que c'est Céline qui aurait poussé Le Vigan à la faire avorter au 5ème mois de grossesse. Céline convainquant son "ami" qu'il n'était pas fait pour être père, la fonction étant réservée aux médiocres et non aux artistes. Il faut avouer aussi que Le Vigan n'avait pas la fibre conjugale et appréciait certaines demoiselles, dont l'une "Pomme" n'avait pas eu de mal à lui faire croquer le fruit défendu!

     Le chat qui s'appelle Chibaroui (Tinou dira qu'elle ne sait pas pourquoi il avait été nommé ainsi) vit en semi liberté et aime explorer les jardins et la petite impasse villageoise qui s'ouvre en face de son immeuble

                          7 rue Girardon. L'impasse villageoise

   Frédéric Witoux a consacré un beau livre à ce chat. Il raconte que le pauvre animal était maltraité par le couple Tinou-Le Vigan. Lucette aurait été apitoyée et aurait convaincu sans mal Céline de l'adopter. On sait que le chat deviendra un personnage à part entière des romans de l'exil et que, dans le délire célinien il représentera la part de réalité, de vérité et pour tout dire d'humanité!

                                           Céline et Bébert

     Certes il est étonnamment présent et attachant, intelligent et malin, fidèle et drôle. Mais il est faux de prétendre qu'il a été mal aimé par ses premiers maîtres. C'est tellement faux que pour l'adopter, Lucette a dû dépenser des trésors de persuasion et d'insistance afin de faire céder Tinou qui aimait son chat et Le Vigan qui le regardait comme un petit bonhomme à part entière. Le chat ne traînait pas dans les rues comme Céline l'a prétendu, mais il connaissait le quartier où on le respectait et où il aimait passer une partie de la journée avant de revenir sur le seuil de son immeuble où Tinou le récupérait.

                                                 Céline et Bébert

     Bref, le chat est cédé à contre-coeur et de Chibaroui se transforme en Bébert, sans doute pour se moquer de son premier maître Robert Le Vigan. Il a gagné au change puisqu'il est devenu par cette adoption le chat le plus célèbre de la littérature!

Robert Le Vigan dans "le quai des brumes".

Robert Le Vigan dans "le quai des brumes".

     En 1938, Marcel Carné fait jouer Le Vigan dans le film qui réunit Gabin et Michèle Morgan "Le Quai des Brumes". Il y incarne un peintre qui tente de représenter, toile après toile, non pas la réalité, mais "les choses derrière les choses".

Robert Le Vigan (essai pour "Les enfants du paradis").

Robert Le Vigan (essai pour "Les enfants du paradis").

     Marcel Carné pensera encore à lui lorsqu'il tournera "Les Enfants du Paradis" en 1943 pour tenir le rôle de Jéricho. Mais il y aura autour de l'acteur, la chute du nazisme approchant, un parfum trop nauséabond. Pourtant le personnage, sinistre mouchard, aurait convenu à un acteur qui lui même avait joué ce rôle sous l'occupation!

Jéricho (Pierre Renoir) et Nathalie (Maria Casarès). "Les enfants du paradis".

Carné tourne un essai avec Le Vigan mais il donne le rôle à son frère  Pierre Renoir (encore un Montmartrois,fils d'Auguste Renoir, qui avait passé une partie de son enfance rue Girardon!)

     Arletty qui est l'inoubliable Garance a regretté Le Vigan qu'elle admirait et dont elle dira  qu'il était  "un acteur halluciné dont le génie un peu fou n'a pas été remplacé"

Robert Le Vigan (Les disparus de Saint Agil)

Robert Le Vigan (Les disparus de Saint Agil)

     Dans la même année 38, Le Vigan tourne dans "Les disparus de Saint Agil" de Christian Jaque. Un film qui remporte un grand succès populaire.

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

    En 39 il est mobilisé et part pour Oran. L'armistice signé, il revient à Paris où il se compromet en acceptant des rôles dans de petits films de propagande pro nazie et en animant des émissions sur Radio Paris de sinistre mémoire. On se rappelle Pierre Dac, un autre Montmartrois, un résistant celui-là, dénonçant cette radio : "Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est all'mand!"

Hôtel Majestic avenue Kléber, siège de la Propagandastaffel nazie.

Hôtel Majestic avenue Kléber, siège de la Propagandastaffel nazie.

    Non content de participer à ces sinistres émissions, Le Vigan  travaille pour la Propagandastaffel (hôtel Majestic) et donne des informations sur des artistes et des comédiens dans une paranoïa qui lui fait voir des Juifs partout, surtout chez ses rivaux qu'il jalouse. Nul doute que cette obsession antisémite est nourrie chez lui par l'admiration qu'il porte à Céline, infiniment plus compromis que lui.

Céline, lui, a une piètre idée de l'homme mais lui reconnaît du génie comme acteur : "Donnez lui un cheval et une armure et il vous fait Jeanne d'Arc mieux qu'elle!"

Les ignominies céliniennes publiées par Denoël sous Vichy.

Les ignominies céliniennes publiées par Denoël sous Vichy.

     En 1940, Le Vigan se brouille avec Céline. La raison en est obscure et dit beaucoup des manigances de Le Vigan. Le traducteur allemand de l'ignoble pamphlet "Bagatelles pour un massacre" et agent du Service de Renseignement Arthur Pfannstiel avec qui Céline et Le Vigan allaient allègrement au bordel, confie à l'écrivain que l'acteur l'aurait dénoncé comme défaitiste aux Allemands! 

 

Rue Washington

Rue Washington

     Le Vigan réagit avec dépit à la colère de son "ami". Il décide de quitter Montmartre qu'il aime tant. Il vend tout ce qu'il possède et notamment les tableaux de Gen Paul (il a bien fait car ce sont des œuvres mineures), de Dufy (il a eu tort) et il va habiter 36 rue Washington, loin de la Butte.

Robert Le Vigan dans "Le Chien Jaune".

Robert Le Vigan dans "Le Chien Jaune".

     La brouille entre les deux hommes dure presque 2 ans et ce n'est qu'après avoir reçu les excuses de Céline que Le Vigan qui a du mal à se passer du climat de la Butte revient à Montmartre.

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

    En 1941, Christian Jaque le fait jouer dans "l'assassinat du père Noël" où il retrouve Harry Baur.

Ce qui est étonnant quand on connaît les engagements de ce réalisateur qui sera FFI et Croix de Guerre. Peut-être dut-il subir la pression de l'occupant, le film étant produit par une firme allemande. Toujours est-il que l'oeuvre connut un succès considérable.

L'assassinat du père Noël

L'assassinat du père Noël

     En 1942, la vie conjugale devient orageuse et Tinou ne supporte plus les infidélités et les excès de son mari. Elle a elle même un amant et désire retrouver sa liberté. "Ma vie de couple battait de l'aile. Je fais dresser un constat d'adultère avec mon amant  l'aviateur René Guédon".

         Le divorce est prononcé en avril 1943.

Robert Le Vigan (Goupi mains rouges)

Robert Le Vigan (Goupi mains rouges)

     1943, c'est aussi l'année où Le Vigan tient son dernier grand rôle dans le film de Jacques Becker "Goupi mains rouges". Dans cette sombre histoire de sang et de frustrations dont l'ambiance malsaine est à l'unisson de celle que vit le pays sous l'occupation, Le Vigan joue Tonkin un personnage violent et jaloux. Et comme le dirait Céline, il "vous fait" Tonkin, mieux que lui!  

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

     1943! C'est encore l'année où il adhère au Parti Populaire Français de Doriot. Drôle d'idée alors que l'on est proche de la défaite nazie, de prendre sa carte dans ce parti fascisant et collaborationniste! Sans doute l'influence de Céline qui a toujours apprécié ce parti (mais s'est bien gardé de s'y inscrire) a t-elle joué une fois de plus.

Le château de Sigmaringen

Le château de Sigmaringen

    1944 c'est la fuite préventive de Céline, Lucette et Bébert vers l'Allemagne. Lucette a des centaines de pièces d'or cousues dans ses vêtements et un véritable magot dissimulé dans le sac qui sert de panière au chat. Le Vigan, désargenté les rejoint à Baden Baden puis à Sigmaringen où Pétain, Laval, son gouvernement d'opérette lugubre et quelques milliers de Français collaborateurs l'ont devancé. Que du beau monde!

                            Céline et Arno Brecker le sculpteur officiel nazi.

     Nous connaissons cette histoire amplifiée, déformée, génialement restituée et arrangée à sa sauce par Céline dans ses trois romans "D'un château l'autre, "Nord" et "Rigodon". Le Vigan y tient un rôle qui lui échappe et qui dit plus sur l'écrivain que sur l'acteur. 

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

     La suite de la vie de Le Vigan est sinistre et sans doute méritée bien qu'il ait été infiniment moins "collaborateur" que Céline. Ramené en France, il est jeté en prison, à Fresnes où il reste jusqu'à son procès en 1946.

                        Robert Le Vigan et son avocat

Il a moins de chance que Céline qui, emprisonné au Danemark de 1945 à 1947, échappe au retour en France et au procès qui sans nul doute l'aurait condamné à mort.

Céline humant le parfum des chambres à gaz. Dessin de Dussault pour l'ouvrage "Céline, la race, le juif de Dussault-Taguieff).

Céline humant le parfum des chambres à gaz. Dessin de Dussault pour l'ouvrage "Céline, la race, le juif de Dussault-Taguieff).

     Pendant son procès, Le Vigan qui joue son dernier grand rôle, se montre loyal envers son ami et refuse de témoigner contre lui. Il est condamné à 10 ans de travaux forcés, à l'indignité nationale et à la confiscation de tous ses biens malgré le rapport d'un médecin aliéniste et les témoignages de Jouvet, de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault qui tentent de le faire passer pour irresponsable et quasi fou.

       Procès : on reconnaît Fernand Ledoux, J.L. Barrault, M. Renaud, Pierre Renoir.

Madeleine Renaud : "Je ne puis dire que je le considère comme un homme parfaitement normal. Il est susceptible de subir des entraînements que rien de sensé ne peut justifier". 

"Il dormait avec une hache et un vélo, prêt à se défendre et s'enfuir".

Le Vigan avec son avocat maître Charpentier

Le Vigan avec son avocat maître Charpentier

     Sa santé se dégrade vite en prison. Il est libéré et réussit à quitter la France. Il vit en Argentine en trouvant de petits boulots comme chauffeur de taxi. Il est oublié du monde du spectacle, à une exception près, François Truffaut, qui lui propose de revenir en France pour tourner dans un film en 1960. Le Vigan refuse. 

Il se remarie en 1956 et meurt en 1972.

Robert le Vigan à Montmartre. Son chat....

     Et maintenant que reste t-il de Le Vigan, homme faible, influençable, "victime de Céline qui l'a utilisé dans ses romans"? 

 

    Il reste le cinéma et ses images qui transmettent la vérité 24 fois par seconde comme dit Godard.

 

Il reste ces mots de Renoir : "Le Vigan n'était pas seulement un grand acteur, il était l'acteur né pour vivre sur les planches. Le Vigan n'était pas un acteur, c'était un poète".

 Il reste la vérité d'un acteur hors pair dont on s'accorde à reconnaître l'immensité du talent. En cela la postérité en fait un petit frère de Céline, célébré comme un des plus grands écrivains français et à jamais marqué comme homme du signe infamant du racisme, de la délation et de la haine.

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

     Au musée de Montmartre, dans l'hôtel consacré aux expositions, en allant visiter celle, ratée, qui est consacrée aux "Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" impossible gageure, nous avons eu la surprise de découvrir au rez de chaussée, alignés comme à la parade des dessins d'enfants datant des années 1914-1918. 

 

 

A l'occasion des soldats atteints de la tuberculose, une quête est organisée en leur faveur… 4 février 1917.

Pérès

     La société "Le vieux Montmartre" avait lancé, dès le début de la guerre, un concours pour les poulbots des écoles élémentaires des rues Lepic et sainte Isaure (ils ont entre 6 et 13 ans).

Les femmes meurent par le fer. Les maisons sont brûlées.

Les enfants meurent par la faim.

Les hommes pour la patrie.

Huye

     Il s'agissait de témoigner de cette période sombre avec des dessins et des rédactions. C'est ainsi qu'il a été recueilli à cette occasion plus de 1300 dessins et plus de 150 rédactions.

Le père manque car l'enfant se déchire. La mère raccommode!

Horn. M.

     C'est une petite partie de ces dessins qui nous est offerte aujourd'hui. Un trésor précieux, fait de naïveté, de révolte, de reconnaissance  envers les soldats, de fierté… 

                                                      Le départ

Les jeunes élèves s'engagent avec leur foi dans la victoire, avec aussi leur sensibilité et leurs émotions devant les spectacles qui les ont frappés… 

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Ce que j'ai vu au marché boulevard Ornano. Zouave ayant le bras coupé fait le marché avec sa femme et son fils.  

Pérès.

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

     Nous regretterons que les cachets des écoles soient maladroitement tamponnés sur les dessins alors qu'il eût été facile de les apposer au verso.

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Avec elle l'année 1917 amène le succès final, ce qui est notre vœu à tous, Français et alliés…!    

Pérès 1er janvier 1917

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Distribution gratuite de pommes de terre à la société des coopératives rue Marcadet, 18ème arrondissement.

12 mars 1917. Honoré.

     Bien sûr la radio, la presse, les conversations des adultes imprègnent la sensibilité des petits mais elles ne les empêchent pas de vivre leur vie de gosse, leurs jeux dans le maquis qui existe encore.

     Ils font penser par certains de leurs dessins au père des gosses, Francisque Poulbot!

Un coin de Montmartre : Au coin de la rue St-Vincent, les enfants jouent à la guerre.

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

22 Xbre 1916. "C'est des Boches qui martyrisent les enfants belges, faut aller les délivrer."

Levasseur

     Lisons leurs mots tracés avec une écriture soignée. On les imagine tirant la langue pour réussir chaque lettre ! 

Regardons leurs dessins appliqués, soucieux de vérité et parfois irrigués de poésie et de révolte (ce sont des synonymes!)

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le 18 mai 1917. 

Le corbeau : "Ah! Ah! Moi on ne m'empêchera pas de manger de la viande…"

Jolivet

……………………………………………………………………………………………………..

(Quel humour noir chez cet enfant qui est sans doute privé de viande et qui fait parler le corbeau qui se gave sur les champs de bataille non sans rappeler celui du Douanier Rousseau dans son tableau "La guerre".

 

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Madame faites vos provisions de viande car à partir du 25 avril il y aura 1 jour sans viande et à partir du 1er juin 2.  

Prud'homme

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le samedi 29 janvier 1915. Les zeppelins sur Paris. La poursuite du zeppelin par nos aviateurs.

Levasseur

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le zeppelin abattu. Nuit du 20 au 21 février.

Horn

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le torpillage du Medjerda. Le mercredi 16 mai 1917.

Agard

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

La lutte acharnée autour de Verdun. 6 avril 1916.

Pérès

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Français et Anglais reprennent un fortin qui avant l'attaque paraissait imprenable, le 4 avril 1917.

Jolivet

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Pour la victoire :

Ils donnent leurs sous

Ils donnent leur sang

Horn

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

10 octobre 1916

-Moi maman m'avait donné 3 sous pour des bonbons et du chocolat mais je les garde pour l'Emprunt.

-Ah zut j'ai oublié moi!

-Anti-patriote va!

…………………………………………………………………………………………………..

Citoyens pendant que les poilus donnent leur sang, eh bien vous donnez votre or!

Les deux actes sont pour la victoire et crions ensemble : Vive la France!

Pérès

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Charles Clerc -15 décembre 1917- 2ème classe.

Les femmes des mobilisés quittent leur travail habituel pour fabriquer des obus et des armes dans les usines.

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Tramway St-Ouen - Opéra conduit par une wattwoman rue Ramey. 20 janvier 1917.

René P Miguel

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Un blessé arrive à l'hôpital du bastion Clignancourt. 5 mai 1916.

Soulat.

     Quelques noms de jeunes élèves se détachent et reviennent plusieurs fois. Des dessinateurs en herbe dont on aimerait connaître ce qu'ils sont devenus : Pérès, Jolivet, Horn, Levasseur, Miguel...

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Coin de la rue Hermel et Marcadet.  

Miguel René Paul. 21-1-16.

…………………………………………………………………………..…………………………………………………..

Il y avait déjà des trottinettes!

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Les troubles pendant la mobilisation. "A bas Maggi! Le boche!"

Le pillage de la Maggi rue du poteau 18. (3 août 1914)

Pérès.

……………………………………………………………………………………………………………………………………….

Ce dessin n'est pas compréhensible sans un peu d'histoire! La société suisse Maggi avait ouvert de nombreuses laiteries et épiceries en France au début du XXème siècle. Quand la guerre éclata, il sévit dans notre pays un climat d'espionite aigüe dans la population française. La rumeur selon laquelle les publicités Maggi placardées à des points stratégiques servaient de points de repères aux bombardiers allemands se répandit à Paris et dans les provinces! Il n'en fallut pas plus pour entraîner des saccages de magasins, bris de vitrines, agression de personnel. L'enfant qui a fait ce dessin a été marqué par l'attaque du "Maggi" de la rue du Poteau.

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

14 juillet 1916. Défilé des troupes alliées sur les grands boulevards après la revue passée sur l'esplanade des Invalides.

Pérès

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

15 juillet à Gaumont. Matinée offerte aux soldats alliés ayant pris part à la revue du 14 juillet

Horn

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le coq gaulois annonce la victoire et la paix. 14 juillet 1916.

M Gendre

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

Le drapeau étoilé va flotter à côté du drapeau tricolore, nos mains vont se joindre et nos cœurs battront à l'unisson. (discours de mr Ribot à la Chambre et au Sénat le 5 avril 19217)

Le 22 avril 1917 Jolivet

Dessins des enfants de Montmartre pendant la guerre de 14-18. Musée de Montmartre.

     On imagine la richesse du fonds que possède le Vieux Montmartre et qui fera peut-être un jour l'objet d'une édition.

     Tous ces enfants ne sont plus de ce monde mais leurs dessins sont toujours vivants. D'autant plus émouvants que ces jeunes ont eu une vingtaine d'années quand a éclaté la 2ème guerre et la collaboration avec ces "boches" qu'ils avaient dessinés sans imaginer qu'un jour ils défileraient sur les Champs-Elysées dans Paris vaincu.

Liens : les personnages de Montmartre

L'exposition se tient au musée de Montmartre rue Cortot jusqu'au 12 février 2019

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Album. Photos de décembre à Montmartre.

Lumière du soir rue Utrillo

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Nuit mouillée place du Tertre

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

La ville comme un lit de braises

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Ombres devant la basilique

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Le Sacré-Coeur se met en rose

 

Album. Photos de décembre à Montmartre.

La Butte ou le Mont Chauve

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

Saint-Louis le soir et le matin...

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Arc en ciel après la pluie

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

Quand la nuit tombe comme un rideau de scène

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Les fumées de la ville

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Un gilet jaune rue Utrillo

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Les parapluies de Montmartre, place du Tertre

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

Toujours sur son socle la statue vivante s'anime 

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Rue Paul Albert. Vers les arbres en hiver.

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Chaperon rouge sur détresse noire

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Le peintre et son modèle ont le même coiffeur! Place du Tertre.

Album. Photos de décembre à Montmartre.

Nosferatu à Montmartre?

Album. Photos de décembre à Montmartre.

25 décembre. Soleil sur la Basilique.

Album. Photos de décembre à Montmartre.

26 décembre soleil d'un soir d'hiver

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

29 décembre. Jouer au foot dans le ciel!

Album. Photos de décembre à Montmartre.

30 décembre. On s'est déjà rencontrés quelque part! Place du Tertre.

Album. Photos de décembre à Montmartre.

31 décembre. Après la nuit, la Basilique s'éveillera en 2019!

Album. Photos de décembre à Montmartre.
Album. Photos de décembre à Montmartre.

… Et en ce passage de relais entre deux années, les conseils précieux des escaliers du Passage des Abbesses!

Liens:

Les albums photos de Montmartre mois après mois

Escalier d'Henri Alekan, rue du Chevalier De La Barre.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #MONTMARTRE. Rues et places.
Décembre 2018

Décembre 2018

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     C'est la place du vieux village, là où l'on se retrouvait le dimanche, près de l'église qui paraît aujourd'hui si modeste à l'ombre blanche de l'imposante basilique.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.
Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Un Montmartrois évite cet épicentre touristique avec ses terrasses et ses restaurants qui dès le printemps envahissent le terre-plein pour ne laisser qu'un petit espace aux peintres, portraitistes, caricaturistes obligés de s'installer tant bien que mal tout autour de la place.

Le plus sympathique; le peintre ami des pigeons sur la place du Tertre 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.
Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     J'ai donc préféré la photographier en hiver, sans la foule, sans les tentes des restaurants! Parfois, au petit matin ou dans le soir mouillé, elle redevient par magie une place sans esbrouffe, avec ses pigeons et ses rares passants.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Il faut remonter très loin dans le temps, à l'époque de l'Abbaye qui régnait sur la Butte et à laquelle presque tout, terrains, maisons, vignes, appartenait...

Le choeur des Dames. Partie de l'église réservée à l'abbaye.

Le choeur des Dames. Partie de l'église réservée à l'abbaye.

     Nous sommes au Moyen-Âge. Disons sans chercher trop de précision, au XIIème siècle… Quelques maisons se sont construites, surtout un peu plus bas, vers l'actuelle place Jean-Baptiste Clément qui était alors le centre du village, sa place principale (alors appelée place du Palais).

Fragments de la pierre tombale de l'Abbesse Catherine de La Rochefoucauld.

Fragments de la pierre tombale de l'Abbesse Catherine de La Rochefoucauld.

     Plus tard, sans doute au XIVème siècle, le terrain (qui n'est pas encore une place) est bordé côté est par un mur épais qui fait partie de l'enceinte de l'Abbaye. Au centre de l'espace qui s'étend à ses pieds, les abbesses qui possédaient le droit de justice avaient fait installer fourches patibulaires et gibet.

    Le seul chapiteau historié de l'abbaye qui subsiste. Son interprétation n'est pas évidente. Il représenterait la luxure, un des sept péchés capitaux! Un homme à tête de sanglier (?) chevauche à l'envers un cheval dont il tient la queue. 

     Sans doute quelques malheureux y furent exposés mais l'exécution, la seule dont nous ayons trace au XVIIIème siècle concerne un certain Pierre Lavallée qui fut pendu en juin 1775. Il était accusé du viol de deux fillettes. 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     La place n'avait pas son aspect actuel et trois maisons étaient édifiées en son centre. Elles furent détruites au milieu du XIXème siècle et ce n'est qu'en 1921 que la ville racheta la partie privée de l'espace central.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Le nom de "place du Tertre" qui fait évidemment allusion à son emplacement au sommet de la colline n'apparaît que tardivement, au XIXème siècle.

Elle faillit disparaître quand un décret de 1867, un an après le rattachement de Montmartre à Paris, avait prévu sa suppression afin d'élargir la rue Norvins. Par chance le projet imbécile fut abandonné!

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Nous allons la visiter, comme de bons touristes, curieux mais pas trop, car chaque numéro ou presque ayant son histoire, il faudrait un blog complet pour en venir à bout! Chaque maison remarquable a fait ou fera l'objet d'un article à part sur ce blog.

 

Le 3... (enfin le début du 3!)

Le 3... (enfin le début du 3!)

     Nous commençons par un premier mystère! le numéro 3 qui apparemment ouvre sur la place Jean Marais (jadis place de l'église) pour se prolonger à angle droit et former le côté est de la place du Tertre.  Il porte à deux endroits fort différents la même plaque indiquant que la première mairie de Montmartre y aurait été établie en 1790.

                                                 La 1ère plaque

     Mais où s'installa t-elle cette fameuse mairie?  Dans le petit immeuble qui donne sur la place Jean Marais ou dans celui qui est vraiment sur la place?

Le 1 sur la rue Saint Eleuthère!

Le 1 sur la rue Saint Eleuthère!

     Et où est passé  le n°1?

     Faut-il le chercher rue Saint Eleuthère, de l'autre côté de la place?

     Faut-il considérer que tout le pâté de maison appartient à cette fameuse place? Mystère qui n'intéressera peut-être que les Montmartrois purs et durs comme moi qui ne devraient pas trop être surpris car la Butte est prodigue en incohérences, en légendes, en infox…

Admettons que le 1 et le 3 avec son prolongement, faisant partie d'un  même pâté de maisons partagent la même adresse historique malgré les évidences!

Toujours le 3

Toujours le 3

     Il y a donc, après la boutique de souvenirs "A Saint-Pierre", toujours au 3, un restaurant, "Au clairon des Chasseurs"dont une partie donne vraiment sur la place et dont la cuisine ne lui vaudra jamais ni 3 étoile, ni deux, pas même une minuscule.

Il s'élève à l'emplacement d'une maison qui appartenait aux abbesses et servait  d'hôtel aux visiteurs de marque qui bien évidemment n'étaient pas autorisés à passer la nuit dans l'abbaye.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Il reçoit des musiciens qui animent des soirées de jazz, notamment manouche.

On ne comprendrait pas l'origine de son nom car par chance notre butte n'abrite pas de hordes de chasseurs viandards, avec ou sans clairon, si l'on ignorait le nom complet du restaurant "Le clairon des chasseurs à pied"! Hommage aux chasseurs de la Garde Impériale! 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.
Encore et toujours le 3!

Encore et toujours le 3!

     Le 3, toujours lui, accueille un peu plus loin l'Œuvre des Poulbots dont Francisque Poulbot bien qu'ayant perdu son autonomie physique, fut le président d'honneur.

La fameuse deuxième plaque y situe notre mairie voyageuse ! 

 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Nous savons que, quel qu'ait été son emplacement véritable, elle occupait le premier étage qui lui même jouxtait le domicile de Félix Desportes, premier maire du village dans les années troublées de 1790-1792.

Ce caméléon politique, fut par la suite appelé à une belle carrière comme tous ceux qui savent changer de couleur avec les circonstances! 

L'homme est enterré à deux pas, dans le cimetière du Calvaire qui est celui de la vieille église du village, et qui n'est ouvert qu'une fois par an, à la Toussaint. 

Le 5

Le 5

Le 7

Le 7

     Le 5 se cache derrière sa porte secrète avant que le 7 avec le 9 ne forment le côté sud de la place.

 

Une plaque due au sculpteur Robert Mathieu, inaugurée en 1929, est apposée sur la façade  du 7 : "Maurice Drouard, sculpteur dessinateur né à Montmartre, habita cette maison qu'il quitta le 3 avril 1914 pour aller défendre avec le 236ème régiment d'infanterie la Butte, sa vieille église, ses moulins. Il fut tué à Tahure en pansant des blessés. 1886-1915."

Maurice Drouard (Modigliani 1909)

Maurice Drouard (Modigliani 1909)

    Maurice Drouard qui a illustré Mac Orlan est surtout connu aujourd'hui pour avoir été proche de Modigliani qui a peint de lui des portraits saisissants d'intensité.  

On le voit, à gauche sur cette photo, sa maîtresse Raymonde tout à fait à droite à côté de Paul Alexandre (coiffé d'un fez) l'ami et le protecteur de Modigliani.on voit sur le mur du fond deux tableaux de Modigliani dont le portrait de Drouard.

Du 7 au 9

Du 7 au 9

Le 9

Le 9

     Si au 7 nous pouvons réjouir nos papilles avec les gaufres et les pâtisserie de Carette, au 9 ce sont nos mirettes que nous mettrons à la fête avec les œuvres d'art vendues dans cette galerie gardée par un gorille(sans sexe)  qui ne semble pas plaisanter!

 

 

 

    Le 9 est aussi l'adresse d'un peintre qui est presque l'homophone de celui que Modigliani a peint et qui habitait au 7. Le premier s'appelait Maurice Drouard, le second s'appelle Maurice Douard (né en 1951). 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Il travaille sur la lumière, le mouvement, la perception mouvante et les effets d'optique. Il y a souvent chez lui un cadre géométrique et simple dans lequel bougent et vivent des gens en mouvement et statiques à la fois, pris dans les vibrations de la vie.

 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.
Le 11

Le 11

     Le 11 fait l'angle avec la rue du Calvaire que nous traversons pour tomber sur le 11 bis, maison construite dans les années 50 avec une terrasse où jamais personne ne se prélasse, préférant ne pas se donner en spectacle à la foule des touristes!

 

 

 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.
Le 13

Le 13

    Le 13 est un des restaurants de la place qui ne désemplit pas pendant les beaux jours. Il s'est appelé "La Potinière" à l'époque où les Montmartrois préféraient dire qu'ils allaient "chez Georges", le patron chaleureux et disert.

              Marcel Aymé en passe-muraille (par Jean Marais)

    Marcel Aymé qui appréciait l'animation de la place y venait, quand il n'allait pas au Clairon, pour y faire des parties de dominos, un jeu qui ne requérait pas trop de concentration et lui permettait d'observer et d'écouter ce qui se disait autour de lui.

Morelli

Morelli

     Le nom "Les sabots rouges" rappellerait un meurtre qui fit du bruit dans l'ancien village, l'assassin ayant été trahi par des traces de sang sur ses sabots de bois.

Rappelons que la grande, l'inégalée Monique Morelli y chantait le soir, peu avant minuit quand ne restaient autour des tables que des noctambules et des amateurs de bon vin et de bonne chanson (de Carco par exemple).

Le 15

Le 15

     Le 15 est, quelle surprise, un  restaurant : "La Crémaillère". Il y eut au début du siècle une crémerie et c'est en 1926 que le lieu devint ce qu'il est. Son principal atout est un beau jardin impossible à deviner depuis la place. Le décor 1900 n'a rien d'authentique hélas et fait penser aux manèges en plastique qui copient le véritable art forain et le dénaturent.

    

Le lieu a reçu, comme la plupart des établissements de la Butte, des peintres, des artistes, des poètes. Celui-là choisit de mettre en avant l'Américain Michel Polnareff (n'est-on pas du pays où l'on paye ses impôts?) qui y fit ses débuts.

Le 17-19

Le 17-19

     Le 17 est…. comment est-ce possible?.... un restaurant!

     Il s'agit de "Chez Eugène". Si des artistes s'y sont produits, on ne voit pas à quoi fait allusion le site officiel quand il nous dit qu'il a inspiré "le célèbre refrain de Jacques Brel"! Il y a bien un restaurant chez Eugène dans la chanson "Madeleine" de Brel, mais il faut prendre le tram 33 pour y aller car c'est à Bruxelles!

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Avant de continuer à tourner autour de la place, arrêtons-nous un instant sur cette carte qui nous montre ce qu'était le village au début du siècle et notamment ce côté où nous avons vu "le Sabot Rouge", "La Crémaillère" et "Chez Eugène"!  On y voit de petits commerces, de simples habitants…. "la forme d'une ville change plus vite hélas que le cœur d'un mortel"!

Le 21

Le 21

Le 21, lui, n'a pas trop changé et c'est un... Non! … Est-ce  possible?... Le 21 n'est pas un restaurant!

Il est resté tel qu'il était au début du XXème siècle, une modeste maison qui sert de repaire au syndicat d'initiative.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Une plaque rappelle un événement d'importance mondiale! Enfin! Disons nationale! Le 24 décembre 1898, une voiturette à pétrole pilotée par Louis Renault atteignit la place du Tertre! Heureuse époque où l'on n'imaginait pas quelle catastrophe écologique allait provoquer la bagnole!

 

 

 

     Nous traversons la rue pour visiter la dernière partie de la place (côté nord) qui en réalité a pour adresse la rue Norvins.

 

    A côté d'un Starbuck qui s'est implanté sans mal et sans scandale au cœur de Montmartre,  "Au petit comptoir" (au 8) à défaut d'être un restaurant traditionnel vous sert toutes les crêpes, tous les burgers, toutes les pâtes que  vous voudrez avaler si vous n'êtes pas trop exigent !

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

   Au 6 nous trouvons la célébrissime "Mère Catherine" contre laquelle j'ai une dent, vous comprendrez pourquoi.

Il y avait là avant la Révolution le presbytère où vivait le curé de la paroisse (on sait que l'église était divisée en deux parties, l'une "St Denis" réservée aux religieuses, l'autre "St Pierre" aux villageois.

La nef de l'église (St-Pierre) réservée aux villageois. Elle était séparée par une grille du chœur réservé aux Dames.

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Avec la Révolution et la confiscation des biens religieux, la maison est vendue et achetée par Catherine Lamotte qui en fait un café-restaurant. Un des clients d'alors n'est autre que Danton!

Le billard en bois de la Mère Catherine

Le billard en bois de la Mère Catherine

     Il y aura après la mort de la mère Catherine d'autres propriétaires dont le deuxième maire de Montmartre M. Lemoine qui fat installer un  billard en bois qui connut un grand succès et lui valut d'être surnommé "le Père la bille".

La plaque sur le façade rappelle le sixième centenaire de la place : 1366-1966

La plaque sur le façade rappelle le sixième centenaire de la place : 1366-1966

   Depuis bien des années le lieu a perdu son âme et est devenu un attrape-touristes. Les pauvres victimes s'imaginent en y entrant qu'ils consommeront une succulente cuisine traditionnelle dans un lieu authentique!

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Le restaurant prétend que le mot "bistro" serait né ici lorsqu'après la défaite de Napoléon, les cosaques venus occuper Paris s'y faisaient servir à boire et pour hâter le service criaient "bistro bistro" ce qui phonétiquement et approximativement signifie en russe "vite vite".

La chose est contestée et contestable mais elle fait partie de la légende montmartroise faite de galéjades et d'infox mêlées à la vérité!

Le défunt "Singe qui lit"

Le défunt "Singe qui lit"

     Et maintenant, voilà pourquoi j'ai une dent contre cette Mère Catherine. Il y avait jusqu'à la mi-2018, jouxtant le restaurant, une boutique  qui faisait et fait toujours partie de l'histoire montmartroise, "le Singe qui lit". Elle inaugura les friteries parisiennes, elle abrita un personnage hors du commun, Emile Boyer, brocanteur artiste qui y exposait des toiles et des dessins de ses amis et qui lui même se risqua à l'art de peindre.

 

     La Mère Catherine devenue ogresse dévora en 2018 le pauvre Singe pour en faire une extension de son commerce.

Elle n'en garda rien, pas même la vieille enseigne qui avait survécu. Tout se fit sans qu'il y eut protestations, manifestations, réactions des associations de défense de Montmartre. Le Singe qui lit n'est plus! La Mère Catherine l'a avalé tout cru dans le silence assourdissant des défenseurs de la Butte!

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Le 4 est une fois de plus un restaurant! "Au Cadet de Gascogne"! L'établissement appartenait à Henri Borde, une grande figure de Montmartre. Le nom lui vient d'une vieille coutume gasconne qui donnait tout l'héritage familial à l'aîné et poussait ainsi le cadet à aller chercher fortune à Paris. C'était il y a fort longtemps et nous ne savons rien de ce cadet entreprenant.

 

     Henri Borde (1928-2002), fils d'Henri Borde (!) est né dans cette maison. Nous l'avons déjà rencontré sur la place car il ouvrit un autre restaurant "Chez Patachou" qui n'avait aucun rapport avec la chanteuse, là où nous avons visité la galerie d'art et son gorille, à l'angle avec la rue du Calvaire.

Le 2

Le 2

Le 2

Le 2

     Il ne nous reste pour terminer le tour complet de la place que le 2. Bien sûr un restaurant !  "La Bohême".

C'est un petit immeuble mal intégré, construit à l'emplacement de "l'hôtel du Tertre" qui fait partie de l'histoire montmartroise.

 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

    Au-dessus du café Bouscarat, l'hôtel du tertre, bon marché accueillit de nombreux artistes ou écrivains qui devinrent célèbres par la suite. Jugez du peu : Satie, Mac Orlan, Modigliani, Max Jacob….

 

     L'un d'entre eux qui fut un habitué plus constant a droit à sa plaque côté rue du Mont-Cenis. Il s'agit de Gaston Couté que chanta Morelli.

 

Place du Tertre. Coeur de Montmartre.

     Nous pouvons quitter la place en beauté, en faisant travailler notre imagination pour oublier les foules occupées à se selfier, oublier les commerces au pittoresque laborieux.

   Malgré son aspect vénal la place du Tertre n'est pas près de mourir ou de geler sur site puisque, comme on le sait, seuls "les pays privés de légendes sont condamnés à mourir de froid!

Et Dieu sait, aussi bien que le Diable que légendes et Montmartre ne font qu'un!

 

Voir les commentaires

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog