Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par chriswac

C'est un musée à part, à quelques centaines de mètres du port des Minimes, un musée magique, hors du temps, où de petits personnages costumés s'animent à votre passage, avec des mouvements lents et saccadés comme si la vie leur revenait par pulsions.

Place Utrillo et boulevard de Rochechouart

Place Utrillo et boulevard de Rochechouart

Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver soudain, passées les premières salles, dans un Montmartre naïf de dessin animé ou de fête foraine!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

...dans un décor hésitant entre kitsch et théâtre, peuplé d'automates exposés dans les vitrines ou installés sur les trottoirs, comme ce peintre, figure emblématique d'un Montmartre de chromo.

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Une plaque au-dessus de sa tête indique le nom de la rue : 18ème arrdt, rue Philippe Rabanit.

Voilà une rue qui a échappé à ma sagacité de Montmartrois ! Porte t-elle le nom d'un artiste inconnu de moi ?

Il s'agit en réalité du maquettiste qui a conçu le décor et qui est présenté comme "le plus parisien des Rochelais"!

Encore un qui loin de sa butte en a gardé la nostalgie malgré les charmes de la cité charentaise!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Les autres plaques portent des noms réellement montmartrois : Lepic, Poulbot, Rochechouart, Utrillo.... sans aucun souci d'un réalisme qui n'a rien à faire dans cet univers de cartoon !

Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!

Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!

Un métro aérien tel qu'il n'existe pas à Pigalle (puisqu'il rentre sous terre à Barbès) passe devant le Moulin Rouge et les cabarets qui firent la renommée sulfureuse de l'endroit : L'Enfer,le Paradis, l'Abbaye de Thélème...aujourd'hui disparus.

Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.

Le métro aérien (!) et les cabarets.

Dans la rue Lepic on trouve comme il se doit des commerces et surtout une épicerie qui expose dans ses vitrines des automates. L'un d'eux genre Banania est caractéristique du début du XXème siècle et l'autre, un groom, est tout aussi représentatif d'une belle époque qui ne l'était pas pour tous et véhiculait bien des clichés ...

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

En revanche,sur la façade, les inscriptions publicitaires sont bien dans le goût potache des chansonniers!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Autre singularité, d'un côté nous sommes rue Lepic et de l'autre boulevard Rochechouart!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Sur la place Utrillo une colonne Morris fait la publicité pour les Grands Magasins Dufayel de la rue de Clignancourt...

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

On ne peut manquer de tomber sur un bougnat qui s'appelle Lenoir tandis que la laverie est tenue par Madame Leblanc!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

....Enfin les bistros sont bien là, puisque paraît-il le mot est né à Montmartre pendant l'occupation russe de Paris et la hâte des Cosaques qui réclamaient à boire avec cette injonction "bistro" qui signifie "vite" en russe. Etymologie discutée puisque le mot serait une abréviation du provençal "bistroquet".

Peu importe nous restons dans la légende et la fantaisie!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Des automates grandeur nature sont à l'intérieur. Un Normand amateur de calva et un garçon, noir et rieur.

Ce boulevard de Clichy devrait s'appeler boulevard des clichés!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

La balade s'achève avec les Caves de Montmartre, histoire de rappelr la tradition pinardière de la Butte et les défilés folkloriques qui chaque année parcourent les rues avec leurs confréries de buveurs au nez rouge.

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Avant de quitter le musée nous rendons visite au Pierrot qui lui aussi est un personnage montmartrois qui donna son nom à un journal et à un personnage célèbre créés par Willette (artiste de talent mais antisémite notoire) : le Pierrot de Montmartre.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Jardin de Boboli (2) Florence.

Nous poursuivons notre balade dans le jardin de Boboli, loin des hordes touristiques et des groupes scolaires qui aux beaux jours envahissent Florence!

Parmi les curiosités les plus étonnantes figure la grotte de Buontalenti (ou Grotta Grande).

A la fin du XVIème siècle, un vivier qui se trouvait à cet emplacement fut transformé en grotte, suivant les plans de celui dont elle a pris le nom, Bernardo Buontalenti.

La façade de la grotte ornée de figures allégoriques de la Paix et de la Justice (del Tadda. 1587)

La façade de la grotte ornée de figures allégoriques de la Paix et de la Justice (del Tadda. 1587)

Les murs de la première pièce sont dégoulinants de stalactites qui mangent les personnages en voie de pétrification!

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Sur les côtés de la grotte étaient placés les célèbres esclaves de Michel Ange qui sont aujourd'hui avec David, les vedettes du musée de l'Academia.

Des reproductions les ont remplacés.

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

La voûte est ornée de fresques de Poccetti représentant des animaux passant entre les ruines dans une nature exubérante qui reprend ses droits...

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Il faut faire un effort d'imagination pour se représenter la grotte telle qu'elle était à l'origine avec au centre de la voûte un bassin de cristal où tournaient des poissons multicolores et sur les murs le ruissellement incessant de l'eau qui arrivait par des conduits invisibles et passait sur les stalactites et les coquillages!

Jardin de Boboli (2) Florence.

Dans la seconde pièce un groupe de marbre représente Thésée et Hélène. Il a été sculpté par Vincenzo dei Rossi. On devine à l'arrière plan, dans la partie la plus secrète la Vénus de Jean Bologne...

.

C'est un lieu magique, hors du temps, protégé par des grilles de l'incursion des touristes.

Jardin de Boboli (2) Florence.

L'impressionnante allée des cyprès est ornée de statues de marbre de la fin du XVIème ou du début du siècle suivant..

Hygie. (1608. Caccini)

Hygie. (1608. Caccini)

Esculape et Hyppolite. 1608. Caccini.

Esculape et Hyppolite. 1608. Caccini.

L'automne. Fin XVIème. Francavilla.

L'automne. Fin XVIème. Francavilla.

L'été. Fin XVIème siècle. Francavilla.

L'été. Fin XVIème siècle. Francavilla.

Avant d'arriver au Bassin de l'Île, deux groupes sculptés, négligeant l'antiquité et les allégories, représentent des scènes populaires.

.

Il s'agit de garçons occupés à jouer au "Saccomazone" et à la "Pentolaccia".

Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.

Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.

Le Saccomazzone consiste à se donner des coups sans se voir car les lutteurs ont les yeux bandés.

.

La pentolaccia est un récipient, marmite ou pot de terre qu'il faut renverser , les yeux toujours bandés pour y trouver des friandises ou de menues pièces de monnaie.

.

.

On arrive enfin au Bassin de l'Île (Vasca dell'Isola). Les portails qui permettent d'accéder à la fontaine centrale interdisent le passage. Ils sont surmontés de caprins très appréciés des pigeons!

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Au centre du bassin, se dresse fièrement le groupe sculpté de l'Océan, oeuvre de Jean Bologne (1576).

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

L'oéan est une copie de la statue de Romanelli exposée au musée du Bargello. sur le piédestal trois fleuves sont représentés : le Nil, le Gange et l'Euphrate...

De quoi nous inviter au voyage!

Nous errons quelques moments encore dans le jardin sans avoir la prétention de tout voir. Un vrai jardin est celui qui garde assez de mystère pour que les ombres qui le peuplent ne soient pas dérangées...

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #VOYAGES...
Jardins de Boboli (1) Florence.

Après avoir fait la queue pour entrer aux Offices, après avoir piétiné devant les chefs d'oeuvre innombrables et attendu patiemment que s'éloignent les groupes compacts venus des 4 coins du monde qui est pourtant rond, rien de plus reposant et revigorant que de passer le Ponte Vecchio et de flâner dans le jardin de Boboli, loin des foules et sous l'ombrage des cyprès!

voici quelques aspects de ces jardins alors que le printemps commençait à chanter...

Le bassin de Neptune.

Au centre se dresse le dieu, le trident à la main sur un rocher où se dissimulent quelques divinités marines en partie estropiées...

L'ensemble a été sculpté en 1571. La statue est l'oeuvre de Stoldo Lorenzi.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Après le bassin apparaît en haut des escaliers une gigantesque statue de marbre qui devait à l'origine être installée sur la place San Marco. Elle a été commencée par Jean de Bologne et terminée par Pietro Tacca et sebastiano Salvini. Il s'agit d'une allégorie de la prospérité avec ses épis dorés brandis dans le ciel et la corne d' abondance tenue sous le bras...

Elle a les traits de Jeanne d'Autriche, femme de François Ier.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Le jardin du chevalier

C'est l'endroit le plus magique des jardins. Sa terrasse donne sur les collines toscanes, les paysages les plus harmonieux dont on puisse rêver.

Le pavillon construit au début du XVIIème siècle abrite le musée des porcelaines (ennuyeux). Le cardinal Léopold de Médicis aimait y rencontrer hommes de lettres et savants.

Au centre du jardin se dresse la fontaine des singes. Ce sont eux qui ont donné son nom à la fontaine et non l'amour de marbre blanc qui y est perché et qui serait l'oeuvre de Pierino de Vinci.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Les jardins restent un musée vivant de la sculpture. Ainsi peut-on y découvrir une tête géante due à Igor Mitoraj (né en 1944) sculpteur franco polonais. Elle évoque la statuaire colossale antique et semble être sortie de la mer...

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

La fontaine des Mostaccini.

Il y avait près de la charmille un dispositif destiné à attraper les oiseaux dans des filets. Triste pratique qui ne faisait pas le détail. On peut voir aujourd'hui cette fontaine qui descendait par palier de bouche monstrueuse en bouche monstrueuse, emplissant les petits bassins où les oiseaux venaient s'abreuver pour leur malheur...

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

A proximité de la fontaine, veille un Jupiter sévère qui semble s'ennuyer dans son marbre blanc sculpté par Jean Bologne....

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

....Arrêtons-nous un instant à son ombre tutélaire avant de continuer la balade...

A suivre...

Voir les commentaires

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par Christian Wacrenier

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places.

La rue Joseph de Maistre commence rue Lepic et file vers l'ouest sur presque un kilomètre.

Nous n'arpenterons aujourd'hui que la première partie, la plus montmartroise, qui va de la rue des Abbesses (croisement Lepic) jusqu'à la rue Caulaincourt.

Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.
Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.
Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.

Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.

L'artère joue les originales car on n'y trouve à son début que des numéros impairs (du 1 au 9), la partie droite appartenant à la rue Lepic.

L'espace entre les deux rives porte pompeusement le nom de place Anne-Marie Carrière, chansonnière, comédienne abonnée aux navets de l'émission "Au théâtre ce soir". Femme fort sympathique mais on se demande ce qui est passé par la tête de nos élus pour lui donner une telle "place"!

Sur le plan de 1730 on peut voir à son emplacement un chemin de terre qui portait le nom de Chemin des Dames.La rue ne fut ouverte qu'en 1889 et s'appela rue de Maistre avant d'y adjoindre quelques années plus tard le prénom Joseph !</strong>

                                               Le 3 et le 5
                                               Le 3 et le 5

Le 3 et le 5

La rue doit son nom à un personnage qui détonne dans ce quartier qui abrita tant d'anarchistes et fut le théâtre héroïque et sanglant de la Commune. Savoyard opposé aux idées de 1789, Joseph de Maistre résista à l'invasion de la Savoie par les révolutionnaires et se réfugia à Turin. Ses idée conservatrices opposent le sens commun, la tradition et la foi au rationnalisme des Lumières. C'est pendant la Restauration qu'il trouve en France un accueil favorable, ses théories correspondant alors à celles de la monarchie revenue.

On peut se demander pourquoi une des plus longues rues du XVIIIème arrondissement continue de lui rendre hommage!

Le 15  Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)

Le 15 Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)

Le 15 aujourd'hui Vingt heures vin

Le 15 aujourd'hui Vingt heures vin

Le 15 est connu pour avoir été pendant des années le Gavroche, un bar qui appartenait à un voyou célèbre : Joe Attia!

La carrière de Joe Attia est faite d'ombres et de quelques lumières. Il est connu pour avoir été l'ami de Pierrot le Fou et avoir avec lui fait partie du Gang des Tractions avant. g>

Pendant la guerre il a eu un parcours étonnant puisque après avoir travaillé pour les nazis rue Lauriston, il s'est rapproché de la Résistance et a été envoyé à Mathausen où par son courage et sa volonté il a réussi à sauver plusieurs déportés.

Après ses incursions dans le grand banditisme, il a été employé comme barbouze par de Gaulle! On dit qu'il aurait participé à l'enlèvement de Ben Barka! Bref un drôle d'oiseau. Le petit café de Montmartre, mignon et impersonnel, semble avoir oublié qu'il appartint à un tel personnage!

                                            Le 9 (architecte Henri Cambon)
                                            Le 9 (architecte Henri Cambon)

Le 9 (architecte Henri Cambon)

Le 9 est un bel immeuble (1894) dû à l'architecte Henri Cambon. Les Montmartrois attentifs retrouveront son clone dans plusieurs rue de la Butte (entre autres rue Burq et rue André Del Sarte).

Henri Cambon s'est illustré avec un monument aujourd'hui disparu, l'Hippodrome de Montmartre remplacé d'abord par le Gaumont Palace d'architecture art-déco puis par le hideux ensemble Mercure-Ibis-Castorama-Flunch!

Par chance la Cité des arts Hégésippe Moreau dont il est l'auteur a survécu. C'était au XIXème siècle le plus important ensemble d'ateliers d'artistes de Paris.

Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.
Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.
Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.

Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.

Côté pair quelques petits immeubles typiques ont été épargnés par le lotissement à outrance.

Le premier, le 2, abrite un restaurant pittoresque qui soigne son image villageoise un peu usurpée puisqu'il a été construit après le rattachement de Montmartre à Paris, au début du XXème siècle.

De l'autre coté, rue Lepic, Vincent Van Gogh a vécu chez son frère Théo.

                       le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.                       le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.

le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.

                                  Le Relais Gascon et la rue Constance.

Le Relais Gascon et la rue Constance.

                                                          le 13

le 13

                                                     le 17

le 17

A l'emplacement du 17 on pouvait voir en retrait l'Hôtel Lescalopier dans ses jardins. L'hôtel existe toujours mais c'est par la rue Constance et l'impasse Marie-Blanche que l'on peut l'apercevoir.

Edifié en 1835 en pleine époque romantique par le Comte de Lescalopier, la maison est décorée dans un style gothique flamboyant dont on peut voir aujourd'hui de beaux restes. Il y avait là des serres tropicales, un musée médiéval, une bibliothèque immense. Par chance l'hôtel maintes fois menacé a survécu!

Voir le détail de cette étrange demeure :Maison Lescalopier:

                                                  cimetière Montmartre
                                                  cimetière Montmartre
                                                  cimetière Montmartre

cimetière Montmartre

La rue longe ensuite le cimetière Montmartre (ce qu'elle continuera de faire sur plusieurs centaines de mètres après la rue Caulaincourt). C'est derrière ce mur que Dalida a élu domicile. Sa statue grandeur nature en pharaonne de music-hall, couronnée de soleil, ne cesse d'attirer ses admirateurs. L'un d'eux, le visage bleu (comme Pierrot le Fou) et douloureux a laissé son empreinte sur le mur!

Le Terrass HôtelLe Terrass Hôtel
Le Terrass HôtelLe Terrass Hôtel

Le Terrass Hôtel

On trouve ensuite le plus étoilé des hôtels de Montmartre, le Terrass Hôtel où Max Ernst et Hans Arp venaient fêter en voisins de la rue Tourlaque la vente d'une toile ou d'une sculpture.

On voit sur la carte postale le premier immeuble qui abrita l'hôtel avant d'être complété par un bâtiment qui fait l'angle entre les rues Joseph de Maistre et Caulaincourt.

Son restaurant fut appécié par de nombreux artistes et écrivains comme Colette, Michel simon ou Pierre Brasseur.

Présentation quelque peu "trafiquée" du Terrass Hôtel! La Tour *eiffel et le Sacré Coeur ont changé de place et l'étroite rue Joseph de Maistre a pris l'allure d'une grande avenue!

Présentation quelque peu "trafiquée" du Terrass Hôtel! La Tour *eiffel et le Sacré Coeur ont changé de place et l'étroite rue Joseph de Maistre a pris l'allure d'une grande avenue!

La rue vers les Abbesses

La rue vers les Abbesses

L'ancien Chemin des Dames s'arrête là.

Pas de meilleur endroit que la terrasse du Terrass Hôtel pour faire une pause et s'offrir une petite coupe avec des bulles, Paris nonchalamment couché à nos pieds!

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog