Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

   Il est avec le chenal d'Arceau, le plus beau des chenaux ostréicoles de l'île d'Oléron (donc de France!)

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

Il est le plus long de l'île avec ses 1500 mètres depuis le pertuis de Maumusson.

 

      Il fait partie de l'histoire de l'ostréiculture.

 Il se développe dès le début du XIXème siècle en même temps que l'engouement pour les mollusques bivalves qui gagne la société des gourmets. 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

     A Paris s'ouvrent des restaurants spécialisés fréquentés par les bourgeois triomphants comme par les gens de lettres. Parmi les grands hommes qui ont contribué à cette mode, citons Balzac qui après avoir écrit un roman se précipitait au restaurant et réclamait "un cent d'huîtres" et quatre bouteilles de vin blanc avant de poursuivre son repas!

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

Mais la plus grande extension date de 1865 avec l'établissement fondé sur le chenal par un certain Roussel.

 C'est son successeur, Emile Tricard  qui en assure le plus grand succès avant d'en confier la conduite à son neveu, Fernand Baudrier.

 

 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

         Le chenal est alors le plus important de toute la France.

 

     Voilà pourquoi, pour que ne s'efface pas la mémoire de ces deux entrepreneurs, des panneaux ont été installés, depuis le pont d'Ors jusqu'au pertuis pour que le visiteur se cultive avant de passer à table.

 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

     Le chemin Tricard et Baudrier rappelle la glorieuse histoire de l'ostréiculture locale. Plus de cent personnes travaillaient sur le chenal à l'année, plus de cinq cents saisonniers pour le ramassage des huîtres et leur détroquage.

 

     Le pont n'existait pas et ce sont des bateaux (2 à vapeur et 3 à voiles) qui se chargeaient de la livraison.

 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

   Parmi les innovations apportées à ce commerce par Tricard et Baudrier, figure la fiche de salubrité collée sur les bourriches. Elle donnait des indications de date et d'origine.

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

L'établssement avait compris l'importance de la publicité et menait des campagnes avec affichage (on parlait alors de "réclame") à Paris où vivaient la majorité des amateurs.

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

     Par ailleurs, sur le plan social, elle avait une politique, généreuse pour l'époque, puisqu'elle assurait le transport de ses employés qui vivaient parfois à des kilomètres du chenal. N'oublions pas qu'Oléron est la plus grande île de France méridionale, après la Corse!

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

    Bien avant son temps, elle voulut intéresser ses employés aux bénéfices réalisés. Bonne initiative quand on songe à la modestie des "salaires".

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

Aujourd'hui le chenal reste très actif et il offre au touriste l'occasion de rencontrer les authentiques indigènes de l'île, loin des plages réservées aux baignassoutes comme on les nomme perfidement ici. 

 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

     J'ai pris ces quelques photos en septembre 20018... qu'elles vous invitent à la balade le long du chemin Tricard et Baudrier et vous donnent envie d'ouvrir sans vous estropier quelques huîtres aux couleurs d'océan et d'opale. (envolée lyrique écrite par quelqu'un qui n'a jamais pu avaler une seule huître à la seule idée qu'elle était vivante!)

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

Quand le chemin de fer fut construit sur l'île, la petite gare d'Ors eut son utilité….

 

 

     La gare voisine de la Chevalerie, à quelques mètres du chenal  a été restaurée et, portes ouvertes, elle informe sur le chemin de fer oléronais, le touriste ou le cycliste qui peut la traverser sans quitter la piste!

 

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

       Une dernière curiosité du chenal d'Ors…. 

 

Un endroit d'art brut, de créativité foutraque, de poésie sans rime ni raison, c'est le repaire du "Marginal" où rien ne se jette, rien ne rouille inutilement, où tout participe à l'élaboration d'un univers à la facteur Cheval, façon marais et ostréiculture!

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.
Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

     Il n'est pas étonnant que ce chenal mouvant aux rives incertaines, avec ses mouvements de marée qui en font une lagune où glissent les bateaux ou qui le transforment en paysage désolé envahi par la vase suscite de telles divagations…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir

Le chenal d'Ors. Site ostréicole. Oléron.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #OLERON, #album
Oléron. Photos de l'été 2018.

Plage de grand-village. Le début du monde.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Hissez les optimistes! Saint Trojan!

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Chiens heureux alors que tant d'autres sont abandonnés pendant les vacances….

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Vitrail. Les Allassins.

Oléron. Photos de l'été 2018.

L'orage est dans l'air. Grand Village.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Décoller avec le cerf-volant.

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Méduse à la renverse. Vertbois.

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Au secours! L'ostréiculteur se noie! Les Allards.

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Footing à huit pattes. Vertbois.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Petit prince sur sa planète

Oléron. Photos de l'été 2018.

Remake des Oiseaux d'Hitchcock!

Oléron. Photos de l'été 2018.

La mouette

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Les goélands

Oléron. Photos de l'été 2018.

Dévoré par l'écume...

Oléron. Photos de l'été 2018.

Dialogue amoureux 

Oléron. Photos de l'été 2018.

A l'assaut de Fort Boyard. Le Château.

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Beau comme l'antique.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Refuge contre la canicule.

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Elle est retrouvée.

Quoi?

L'Eternité! C'est la mer mêlée au soleil.     (Rimbaud)

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Jeux avec les vagues. Le rodéo atlantique!

Oléron. Photos de l'été 2018.

Deux vieux amis. Saint-Pierre.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Comment attraper un voilier avec un filet à papillons.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Ma photo préférée : Nini dans la vague qui forme un coeur d'écume.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Rouge dans l'écume

Oléron. Photos de l'été 2018.

Découverte de l'océan depuis la dune

Oléron. Photos de l'été 2018.

Les hirondelles privées de fils électriques se réfugient sur les corniches

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Les cabanes en couleurs. Jacques Demy s'en est-il inspiré pour repeindre les façades de Rochefort pour ses demoiselles?

Oléron. Photos de l'été 2018.

Balcon sur la mer où s'élevait le château d'Aliénor.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Coucher de soleil sur les marais

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Aigrettes, hérons, bernaches… les oiseaux libres malgré les coups de feu des chasseurs

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

Couleurs du port des salines

Oléron. Photos de l'été 2018.

La dame à la licorne

Oléron. Photos de l'été 2018.

Danseuses antiques!

Oléron. Photos de l'été 2018.

Le futur en marche….

Oléron. Photos de l'été 2018.

"Je surveille ma maîtresse"

Oléron. Photos de l'été 2018.

L'envol du surfer

Oléron. Photos de l'été 2018.

L'exode?

Oléron. Photos de l'été 2018.

Arrière des cabanes sur le port de Saint-Trojan

Oléron. Photos de l'été 2018.

C'est mieux que la télé non?

Oléron. Photos de l'été 2018.

Ce que raconte l'écume...

Oléron. Photos de l'été 2018.

Le saut du chien

Oléron. Photos de l'été 2018.

Elégante attente

Oléron. Photos de l'été 2018.

Kite surf

Oléron. Photos de l'été 2018.

Voile ou monstrueux poisson?

Oléron. Photos de l'été 2018.

Paysage à marée basse

Oléron. Photos de l'été 2018.

Le lévrier mène sa troupe!

Oléron. Photos de l'été 2018.

Mon amie le mouette rieuse

Oléron. Photos de l'été 2018.

Sur deux pattes comme ma maîtresse!

Oléron. Photos de l'été 2018.

L'enfant-loup!

Oléron. Photos de l'été 2018.

Comme des frises pour un décor.

Oléron. Photos de l'été 2018.

Le ciel et son reflet

Oléron. Photos de l'été 2018.
Oléron. Photos de l'été 2018.

La voile noire. 

Oléron. Photos de l'été 2018.

Dernière image au moment de quitter l'île. Une flaque de soleil sur le pertuis.

"Un été se nos vies s'achève

Dis-moi pourquoi la vie est brève"

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #OLERON
Le Château.

Le Château.

     Ah les cabanes d'Oléron!

Elles sont emblématiques de l'île, au point de décorer les ronds-points, d'abriter des commerces divers et variés, de servir de repaires à des artisans de tout poil!

                                               Rond-point de la Chevalerie. Décor! 

Le Château

Le Château

     A l'origine, elles étaient modestes, constructions de planches au toit de tuiles plates… elles servaient de remise aux ostréiculteurs et aux pêcheurs.

Saint-Trojan

Saint-Trojan

Saint-Trojan

Saint-Trojan

     On y entreposait du matériel, on y triait les huîtres...

Le Château Fort pâté

Le Château Fort pâté

Fort pâté

Fort pâté

     Certaines sont toujours utilisées à cette fin.

Elles sont moins pimpantes que celles qui sont devenues des lieux d'exposition ou de commerce.

Petit Village. Port des Salines.

Petit Village. Port des Salines.

     Mais toutes, rénovées ou de guingois, décolorées ou rutilantes, font partie du paysage oléronais, entre ciel et marais….

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Chenal d'Ors

Chenal d'Ors

    Comme dans un tableau de peintre naïf, elles osent les couleurs….

Je n'ai trouvé d'équivalent à cette poésie et à cette audace sans calcul que les saris multicolores des femmes du Rajasthan...

Et dans le patchwork des maisons de Burano près de Venise...

Chenal d'Ors

Chenal d'Ors

     Elles sont posées au bord des chenaux, comme les maisons-jouets de nos trains d'enfance le long des rails….

Le Château

Le Château

Si vous voulez les rencontrer, je vous conseille cinq des plus beaux sites…

1 - Tout d'abord le Château, ville où il n'y a plus de château depuis les guerres de religion et la destruction de celui d'Aliénor d'Aquitaine...

Le Château

Le Château

  Vous verrez autour du fort Pâté d'authentiques cabanes d'ostréiculteurs… et sur le port ostréicole au pied de la citadelle, des cabanes vernissées aux couleurs vives qui abritent des restaurants et des ateliers-magasins d'artistes.

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

Le Château

2 - Le Chenal d'Ors, tout de suite après le viaduc c'est peut-être le plus authentique des sites. Il est un lieu d'intense activité et peu de cabanes sont décorées pour les touristes.

Chenal d'Ors

Chenal d'Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Ors

Les cabanes en couleurs. Oléron. Chenal d'Ors, Le Château, La Baudissière, St Trojan.

  3-   Moins authentique est le Port des Salines qui a été entièrement fabriqué à des fins pédagogiques et touristiques et qui a eu le bon goût d'installer musée, boutiques et restaurant dans un décor de cabanes.

Petit Village. Port des Salines.

Petit Village. Port des Salines.

Salines

Salines

Salines

Salines

Salines

Salines

4-     La Baudissière est un bel exemple de site à la fois conservé et reconstitué! Les cabanes sur la route touristique sont occupées par des créateurs, notamment un étonnant inventeur de lampes animales, tandis que l'autre côté sur les marais est resté occupé par les pêcheurs...

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

Baudissière

5-     Nous terminerons avec le port de Saint-Trojan dont le quai sud est enlaidi par de vilains restaurants et heureusement prolongé sur le chemin de promenade par des cabanes d'artistes, et le quai nord partagé entre cabanes d'ostréiculteurs et cabanes-atelier d'exposition….

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

Port de St Trojan

Port de St Trojan

Port de St Trojan

Port de St Trojan

Port de St Trojan

Port de St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

St Trojan

Toutes ces maisonnettes fragiles sur notre île d'Oléron qui cède, année après année du terrain à l'océan, nous rappelle l'éphémère de notre éternité… mais elles le font en couleurs!

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.
Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

     C'est un des endroits de Paris qui a retrouvé son charme depuis que la place a été agrandie avec la disparition d'une voie le long des immeubles qui ne laissait aux piétons qu'un terre-plein triangulaire, une île entre les voitures!

    Partout où l'on rend la ville aux piétons, la vie revient avec l'envie de flâner ….

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

     Comme la rue de Navarin, la rue Henry Monnier et la rue Clauzel qui l'encadrent, la place date de l'époque romantique, 1830, quand le "Sieur Bréda" obtint la permission de lotir les terrains qu'il possédait. La place s'appela alors Place Bréda.

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

    En 1905, elle "disparut" pour faire partie de la rue Henry Monnier. Ce n'est qu'en 1954 qu'elle redevint "place" et qu'elle prit le nom de Gustave Toudouze.

Gustave Toudouze

Gustave Toudouze

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

     Le prénom "Gustave" a été précisé afin d'éviter la confusion avec un autre Toudouze, Georges, fils du premier, écrivain lui aussi qui a mis de la Bretagne dans de nombreux romans et qui était atteint de bretonite aigue, au point de militer dans le "Framm Ketiek Breizh" mouvement indépendantiste soutenu pendant la guerre par les nazis.

Maison des Goncourt à Auteuil.

Maison des Goncourt à Auteuil.

      Gustave, lui, était très parisien; il avait pour amis Zola et Alexandre Dumas fils et il était assidu aux "dimanches" de Flaubert comme il aimait participer au "grenier" des frères Goncourt après qu'ils eurent quitté la rue Saint-Georges voisine pour s'installer à Auteuil. On sait que dans ce "grenier" aménagé pour recevoir les amis écrivains, est née la future Académie qui porte leur nom.

      

Camaret. Quai Gustave Toudouze.

Camaret. Quai Gustave Toudouze.

… Gustave quittait parfois Paris pour passer des vacances à Camaret, charmant port de pêche dont le curé est resté fort célèbre .

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

     La numérotation de la place comptait 4 numéros, du 2 au 8. On constate qu'elle s'est inversée, le 8 faisant aujourd'hui partie du 2 comme on peut le voir sur cette photo de bougnat. Le commerce faisait transition sur un pan coupé, entre la rue Clauzel et la place.

 

     Aujourd'hui, le no stress l'a remplacé et a effacé le petit Africain de ses panneaux qui n'est pas sans rappeler le "Y'a bon Banania" de la publicité de l'époque.

 

Le 2.

Le 2.

     Le 4, seul immeuble classé, représentatif de la belle architecture de la première moitié du XIXème siècle (1839) est aussi le seul à nous raconter une histoire.

 

     Celle  des 400 coups, le film de Truffaut où le jeune Antoine vit chez sa mère et son beau père dans cet immeuble.

 

     Les liens de Truffaut avec le quartier sont étroits. Il passa une partie de sa jeunesse, à 50 mètres de la place, 33 rue de Navarin.

                                                      33 rue de Navarin  

         Ses grands- parents Jean et Geneviève de Montferrand habitaient rue Henry Monnier… au 21

                                                 21 rue Henry Monnier

Le jeune Antoine (Léaud) et sa mère (Claire Maurier). Les 400 coups.

Le jeune Antoine (Léaud) et sa mère (Claire Maurier). Les 400 coups.

     Le dernier immeuble qui a pour adresse la place Toudouze est le 6.

 

     Il n'y a, du 2 au 6 que des restaurants adaptés à ce quartier recherché pour son image culturelle et branchée…

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

      Il convient de mentionner la fontaine Wallace et son filet d'eau fraîche qui coule entre les cariatides de bronze. On sait que ces fontaines sont un don de Richard Wallace, Anglais amoureux de Paris, horrifié par la condition des habitants de Montmartre privés d'eau pendant le siège de Paris et la Commune.

                                       Richard Wallace en fontaine. Caricature de Lafosse.

Place Gustave Toudouze. Ancienne place Bréda. Montmartre.

     D'autres enfants jouent sur la place comme le fit sans doute le jeune François Truffaut. Souhaitons qu'il y ait parmi eux un futur cinéaste de son acabit!

Liens

La rue Henry Monnier

La rue de Navarin

La rue Clauzel

Liste des rues de Montmartre

                                                       

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Premier portrait de Victorine Meurent par Manet (1862). Museum of fine arts, Boston.

Premier portrait de Victorine Meurent par Manet (1862). Museum of fine arts, Boston.

     Elle a vécu dans le quartier de la Nouvelle Athènes, rue Bréda (aujourd'hui Henry Monnier) où elle inspira quelques grands peintres avant de réaliser son rêve d'adolescente : devenir peintre elle-même dans un monde qui laissait peu de place aux femmes.

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

     Victorine Louise Meurent (1844-1927) est connue dans le monde entier grâce à deux chefs d'œuvre qui ont marqué l'histoire de l'art : "Le Déjeuner sur l'Herbe" et "Olympia" de Manet. Deux tableaux où elle posa nue et qui eurent un retentissant succès de scandale!

 

     Les réactions outrées devant le "Déjeuner sur 'herbe" amusent aujourd'hui et prouvent que Manet avait vu juste en reprenant un thème classique et le modernisant. Il était sûr alors de choquer le bourgeois qui se repaissait de nus mythologiques grâce à  l'alibi culturel!

 

     Victorine Meurent est assise, nue, et regarde avec aplomb le spectateur tandis qu'à l'arrière-plan, un autre modèle, Alexandrine-Gabrielle Meley, représente une femme qui s'apprête à se soulager. Cette Alexandrine deviendra Madame Zola, épouse fidèle et tolérante de son écrivain de mari.

Olympia (Manet)

Olympia (Manet)

      Avec Olympia, tableau peint la même année mais exposé en 1865, le scandale fut plus grand encore. Les critiques ne reconnurent pas, comme pour le Déjeuner l'œuvre dont Manet s'était inspiré. Ils ne virent qu'une prostituée prête à recevoir l'homme qui lui envoie des fleurs. "Elle n'est pas jolie" dirent-ils! "C'est une cocotte dans toute sa vulgarité." Eh oui! pas d'alibi mythologique ou historique mais une femme de chair et d'os, une femme réelle qui a un nom réel : Victorine Meurent!

 

     Bien que la vie du célèbre modèle ait été romancée par des écrivains, américains pour la plupart, on ne connaît pas grand chose de sa jeunesse, sinon qu'elle est née à Paris dans une famille modeste, son père étant brunisseur de bronze et sa mère modéliste. 

Etude de Victorine Meurent (Stevens)

Etude de Victorine Meurent (Stevens)

    A 16 ans, elle travaille comme modèle dans l'atelier de Thomas Couture puis dans celui d'Alfred Stevens qui aurait été son amant. Le peintre belge la représente à plusieurs reprises.

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

                                  Le sphinx parisien (Stevens) 1867

     Deux de ses tableaux sont connus sous le même nom de "sphinx parisien". Le premier est peint en 1867 et le second en 1870 pendant la Commune de Paris. 

                                             Le sphinx parisien (Stevens 1870)

 

     Peu importe qu'elle ait été ou non la maîtresse de Stevens, comme on prétend qu'elle le fut de Manet, il y eut en réalité entre elle et lui une forte relation qui resta amicale et attentive bien après que Victorine eut cessé de poser.

                                                                Alfred Stevens

 

     Le peintre habitait un petit hôtel particulier rue Victor Massé, immeuble qui allait devenir célèbre en abritant le 2ème Chat Noir.

                                                 12 rue Victor Massé  

     Victorine vivait à deux cents mètres de là, 25 rue Bréda dans un petit immeuble qui a été détruit pour être remplacé par un opulent immeuble de style 1900 bourgeois, orné d'amours joueurs.

 25 rue Henry Monnier (emplacement du 25 rue Bréda où vécut Victorine Meurent)

 

    On admet en général que c'est dans l'atelier de Stevens qu'elle rencontra Manet et que le peintre belge proposa à son ami de la choisir pour modèle. Ce qui convenait à Manet à la recherche de figures féminines naturelles et non stéréotypées. Il ne fut pas arrêté par sa petite taille et son manque de rondeurs qui lui valurent d'être surnommée 'la crevette".

                                           Edouard Manet

Edouard Manet

    Manet l'apprécia et la représenta sur plusieurs toiles (outre le Déjeuner et Olympia). La première toile où elle apparaît, elle pose pour lui dans l'atelier de Stevens costumée avec des déguisements entreposés là par une troupe de théâtre madrilène de passage à Paris. Il s'agit de "Mlle V. en costume d'Espada" (1862).

Etrange tableau où la femme est tournée vers le spectateur, son épée pointée vers le vide, alors que le combat se déroule à l'arrière-plan. Elle attend le moment où le picador aura fait son sale boulot et affaibli la bête que le torero n'aura plus qu'à exciter une dernière fois avec sa muleta et à achever avec son épée.

Vous voulez du sang, vous allez en avoir! C'est ce que semble dire la femme en noir, comme pour inviter le spectateur à prendre la place du taureau!

 

La chanteuse de rue. (Musée des Beaux Arts de Boston)

La chanteuse de rue. (Musée des Beaux Arts de Boston)

     La même année 1862, toujours chez Stevens, Manet peint "La chanteuse de rue". Il aurait eu l'intention de faire poser une artiste de cabaret qu'il avait croisée quittant la nuit l'établissement où elle travaillait. Elle aurait refusé sa proposition et il se serait écrié, cachant sa déconvenue :  "Peu importe, j'ai Victorine!"

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

     C'est une œuvre forte, un moment de vie, un mouvement saisi et arrêté… La femme sort du cabaret, la guitare sous le bras, des cerises tenues dans l'angle du coude. Son visage est blanc, inexpressif. Il fait penser à un visage de madone qui tiendrait non pas un enfant mais une guitare et des cerises. La figure est à la fois hiératique et instable, la robe soulevée laissant apparaître le jupon. 

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

     En 1866, Manet peint "la Femme au perroquet", une de ses plus belles œuvres. Victorine Meurent dans un déshabillé rose se tient debout, hiératique et triste à côté d'un perroquet gris sur un perchoir.

Une fois encore la référence à la Vierge est présente. On songe à la Vierge de Van Eyck qui tient, comme le modèle de Manet un bouquet de violettes à côté d'un perroquet.

                                                    Détail de Van Eyck.

La lecture. Manet (1865). Suzanne Manet (Leenhof).

La lecture. Manet (1865). Suzanne Manet (Leenhof).

  Dans les mêmes années, Manet travaille avec d'autres modèles, et l'un d'eux, Suzanne Leenhof devient sa concubine puis son épouse (1863). Comme celle qu' a choisie Zola, elle a toutes les qualités: égalité d'humeur, tolérance, acceptation des infidélités de son mari!

Cependant c'est bien Victorine qui est la principale inspiratrice du peintre dans ces années déterminantes.

                                       Le Chemin de fer (1870)

Le Chemin de fer (1870)

     En 1870, Manet peint pour la dernière fois celle qui a participé à plusieurs de ses chefs d'œuvre. Il s'agit  du "Chemin de fer". C'est un adieu à la femme qui l'a inspiré et qu'il a sans doute aimée. Elle est habillée en bourgeoise et tient sur les genoux un petit chien endormi, bien différent du chat étonné et sensuel d'Olympia. La grille barre le tableau. L'avenir est de l'autre côté, dans la direction des fumées du train que regarde l'enfant. Cet autre côté où va s'éloigner Victorine qui quitte Paris pour vivre quelques années aux Etats-Unis. Son regard une fois encore est tourné vers le spectateur qui est aussi le peintre. Comme sur un quai, on regarde aussi longtemps que possible celui que l'on quitte.

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

    Victorine Meurent passe plusieurs années loin de la France. Il y a peu de traces de son séjour aux Etats Unis et de ce qu'elle y fit. Le mystère qui entoure cet épisode de sa vie a inspiré des écrivains américains qui ont tenté d'imaginer sa biographie. Parmi ces derniers, on peut citer Eurice Lipton, "Alias Olympia" (1992), Debra finerman, "Mademoiselle Victorine" (2007), V.R. Main "A woman with no clothes on" (2008)…. sans oublier l'écrivain irlandais George Moore qui fait d'elle un des personnages de son roman "Memoirs of my dead life" (1906) où elle vit une passion lesbienne avec un courtisane célèbre.

Dans l'atelier du peintre (Etienne Leroy)

Dans l'atelier du peintre (Etienne Leroy)

     De retour à Paris, Victorine qui avait observé pendant des années les peintres qui se servaient d'elles, se lance à son tour dans la peinture. Elle prend des cours à l'Académie Julian, dans l'atelier d'Etienne Leroy et commence à réaliser plusieurs œuvres.

Dans la Serre. (Manet) 1879

Dans la Serre. (Manet) 1879

     Le plus étonnant, elle voit un de ses autoportraits accepté au Salon de 1876 alors que Manet y est refusé!

Elle participera ainsi à quatre salons : en 1879 avec "Une bourgeoise de Nuremberg au XVIème siècle", en même temps que Manet qui est cette fois accepté avec "Dans la serre". Les deux toiles sont dans la même salle, celle des "M".

     Artiste appréciée par la critique, elle prend sa place dans la vie artistique et elle fait partie en 1903 de la "Société des Artistes Français"

Victorine Meurent. Modèle et peintre. Femme libre et artiste. Manet, Stevens...

     Malheureusement il est difficile aujourd'hui d'avoir une idée juste de son talent car la quasi totalité de ses œuvres ont disparu. On sait seulement qu'elle était classique, plus proche d'Ingres que de Manet. La seule toile qui subsiste, "Le jour des Rameaux", est aujourd'hui au musée de Colombes.  

    Si elle cesse de poser pour Manet qui s'est éloignée d'elle, elle le fait pour  Norbert Goeneutte dont l'atelier est situé dans l'immeuble où elle habite, 21 rue Bréda.

                                       Boulevard de Clichy (Norbert Goeneutte)

Victorine Meurent (Norbert Goeneutte) 1884.

Victorine Meurent (Norbert Goeneutte) 1884.

    Elle vit désormais librement ses amours féminines. Sa grande amie au début du XXème siècle est Marie Dufour, professeur de piano. Elles quittent Paris pour habiter dans un pavillon à Colombes. Victorine pour mieux gagner sa vie se spécialise dans la peinture d'animaux de compagnie qui était alors fort prisée de la bourgeoisie. Elle donne également des cours de guitare, instrument qu'elle n'a jamais quitté et dont elle jouait pour ses amis.

     A la mort de Manet, elle écrivit à sa femme afin de réclamer un don que le peintre lui aurait promis. En effet, comme il ne payait pas cher ses séances de pose, il lui aurait dit à plusieurs reprises que si un jour les toiles où elle était présente avaient du succès et se vendaient bien, elle recevrait une juste rétribution en signe de reconnaissance. Elle ne reçut aucune réponse de la veuve...

 

Sans doute voulait-elle en recevant ce cadeau avoir l'impression d'être associée au-delà de la mort, à celui dont le génie avait utilisé son corps, son visage, son regard qui pour toujours nous interpelle.

Liens:

Montmartre: artistes, peintres, célébrités.

Montmartre, les rues.

Hommage moderne à Victorine et Manet, ce portrait de Macnaughton

Sur le conseil d'un lecteur pertinent, je reproduis la signature de Victorine… Qui sait? Un chineur découvrira t-il enfin une de ses toiles?

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog