Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.

     S'il existe un  homme qui  aimait les gosses de Montmartre et connaissait leur misère, leurs peines, leur orgueil, leur impertinence et leur force de vie,  c'est bien lui, Francisque Poulbot!

 

Poulbot. Noël à Montmartre.

    "Il avait sans cesse la main à la poche. Aux petits il donnait pour s'acheter des billes, des sucres d'orge, des roudoudous, parfois des chaussures (...)"            

(Dorgelès)

 

     Noël était un moment où la pauvreté se faisait plus cruelle, où l'enfant voyait à travers les brumes les scintillements des beaux quartiers ... 

     Poulbot alors se démenait pour organiser avec la République de Montmartre une grande fête pour que les gosses aient leur part de lumières. En 1922, les enfants du XVIIIème, furent invités à une grande fête qui allait se transformer en tradition...

    Ils furent plus de deux mille à envahir le Moulin Rouge, à y découvrir l'immense arbre de Noël et ses milliers de cadeaux!

 

Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.

   Faut-il rappeler que Poulbot, enfant de Saint-Denis, était venu à 24 ans vivre sur cette Butte qu'il aimait et qui en 1900, était une zone de misère, en partie recouverte par le Maquis, un bidonville de bric et de broc...

 

Poulbot. Noël à Montmartre.

     C'est dans ce maquis qu'il habita en 1901, dans une maison de planches que les voisins appelaient "la maison à l'ail" à cause des odeurs de graillon qui en émanaient.

     Plus tard il aura d'autres adresses à Montmartre et, le succès aidant, il passera les vingt dernières années de sa vie, avenue Junot, dans une belle maison construite sur le maquis détruit...

 

Poulbot. Noël à Montmartre.

     Mais jamais il n'a cessé de se démener pour les petits Montmartrois. Il les a aimés au point de leur consacrer l'essentiel de son œuvre.

     Il serait consterné de voir ce que ses "poulbots" sont devenus aujourd'hui, torchés par des barbouilleurs, achetés par des touristes naïfs.

 

    Des enfants mutants à grosse tête, aux yeux démesurés, aux lèvres botoxées, représentés en train de pisser.... ou décorant le manège consternant de la place des Abbesses qui inflige à tous sa laideur depuis des années!

 

Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.

      Poulbot, lui, les représentait avec tendresse mais sans complaisance, gouailleurs, râleurs, miséreux, lucides, ironiques, insolents... pleins d'une vitalité qui les aidait à ne pas se complaire dans leur malheur.

 

Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.

 Il fut avec la Commune libre de Montmartre un des instigateurs du dispensaire de Montmartre pour soigner ces gosses, veiller à ce qu'ils se nourrissent. 

 

Noël au Moulin Rouge

Noël au Moulin Rouge

Noël au Moulin de la Galette

Noël au Moulin de la Galette

     Il se démena pour récolter des fonds et intéresser artistes et commerçants à leur sort. Il réalisa ce que fera Coluche plus tard avec ses restaurants du cœur. Certes il ne s'adressait qu'aux enfants du XVIIIème arrondissement mais il ne se limitait pas à l'aide alimentaire. 

 

     Les Noëls de la République de Montmartre étaient une grande fête. Elle avait lieu au Moulin Rouge, au Moulin de la Galette ou parfois au cirque Médrano (sauvagement détruit dans les années pompidoliennes) où les Fratellini, amis de Poulbot, étaient toujours volontaires!

 

     Voilà 71 ans que Poulbot est mort. Il a contribué, avec ses moyens, à redonner à Noël son sens véritable, celui de l'attention aux plus démunis...

     S'il revenait sur la Butte, il  découvrirait sur les trottoirs, des poulbots venus d'ailleurs et qui aimeraient sans doute que ce grand bonhomme les invite, ne serait-ce que le soir de Noël dans la chaleur écarlate du Moulin qui fait tourner ses ailes électriques dans le ciel glacé!

 

 

Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.
Poulbot. Noël à Montmartre.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #POEMES...Divers

 

 

 marianne-006.JPG

 

Marianne

 

 

 

Marianne

 

C'est la nuit la plus longue et la nuit la plus sombre

La nuit des sans-abri qui veillent dans nos ombres

Enfermés dans les rues qui n'ont pas de fenêtre

Guetteurs sans illusion du matin qui va naître

 

C'est la nuit de l'hiver la nuit de Bethléem

La nuit de l'homme nu perdu dans les couloirs

A qui nul ne murmure à l'oreille un je t'aime

Qui pourrait accrocher l'étoile à sa mémoire

 

C'est la nuit de décembre et la nuit de douleur

La nuit de l'asphyxie de ma petite soeur

Le combat inutile et la dernière peur

Les gants noirs de la mort sur le cou du nageur

 

C'est la nuit de Noël et la nuit de l'urgence

La nuit des mots à dire et la nuit de la chance

Si je fermais les yeux et si j'ouvrais mon coeur

Viendrais-tu respirer entre mes bras ma soeur

 

marianne-004.JPG

marianne-001.JPG

 

 

Liens. Poèmes à Marianne.

Poème: Petite soeur au cimetière.

Poème. Mort de ma petite soeur.

Marianne ou la vie

 

Liste et liens des poèmes. Divers.

 

..............................................................................................................;

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.
Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

.Le versant est de la Butte était composé en bonne partie de terrains vagues où poussaient les herbes folles et où aimaient jouer les gamins du maquis.

Bien avant le début des travaux titanesques du Sacré-Cœur qui allaient à jamais transformer la campagne en site touristique mondialement connu, un homme avisé, savoyard d'origine, comme la future cloche de la basilique, eut l'idée d'acheter pour quelques sous un terrain….

Rue Sainte-Marie. Aujourd'hui Paul Albert.

Rue Sainte-Marie. Aujourd'hui Paul Albert.

    Un espace idéalement situé entre trois rues : Lamarck, Sainte-Marie et des rosiers.

Rue Sainte Marie

Rue Sainte Marie

Aujourd'hui Paul Albert

Aujourd'hui Paul Albert

     Deux de ces rues ont changé de nom : la rue des rosiers est devenue, pied de nez à la France catholique, Chevalier de La Barre, et la rue Sainte-Marie est devenue rue Paul Albert. 

Le Rocher Suisse au début du XXème siècle

Le Rocher Suisse au début du XXème siècle

     C'est aujourd'hui, malgré les destructions, un coin de Montmartre qui a gardé son charme et si l'on est indulgent, son aspect villageois!

 

     Notre savoyard, monsieur Daudens, aimait la Suisse où il avait passé quelques années et apprécié la cuisine dont il avait appris les recettes roboratives et les secrets.

Rue Feutrier

Rue Feutrier

     C'est à un gros propriétaire qu'il acheta son terrain. Ce propriétaire qui possédait une partie du flanc est de la Butte a laissé son nom dans le quartier où une rue porte son nom : Feutrier.

Le Rocher Suisse

Le Rocher Suisse

     On dit et répète sur les sites consacrés à Montmartre que Daudens paya son terrain 7 francs le m2. Ce qui ne nous dira rien à moins de convertir cette monnaie en euros. 7 francs en 1857 sont l'équivalent de 21 euros en 2018. Il y a eu, comme on le voit une petite évolution depuis le 2nd Empire puisque le moindre mètre carré d'un appartement dans le quartier vaut au bas mot 12 000 euros et non 21!

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

    Mr Daudens fit construire un bâtiment rustique auquel il s'acharna à donner des allures alpestres avec cloches de vaches et mangeoire. La plus belle réalisation était le jardin dans lequel furent aménagées des grottes, construites par les rocailleurs dont l'art était alors à la mode et qui plus tard oeuvreraient dans le square Saint-Pierre où il subsiste aujourd'hui la grotte des amoureux avec le couple sculpté par Emile Derré.

 

Le Rocher Suisse connut un succès qui ne se démentit pas après le rattachement de Montmartre à Paris (1860) et il attira les parisiens avides d'air pur et de bonne cuisine jusqu'en 1880.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     C'est alors que l'établissement fut repris par Mr Dorlancourt, gendre du premier propriétaire. Les cartes postales nous donnent une idée de l'aspect que prit alors la maison. Adieu chalet, adieu cloches de vaches, adieu mangeoire. On se mit à la mode montmartroise avec petit orchestre et bal en plein air. Mais il était difficile de lutter avec les cabarets du boulevard Rochechouart. Le bal ne fit pas recette et remisa ses flonflons. 

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Le restaurant se spécialisa dans les noces et banquets dans la grande salle où se retrouvèrent un jour de juin 1886 une petite bande d'amoureux de la Butte soucieux de la protéger et de lutter contre la spéculation outrancière et les saccages qui l'accompagnaient.

 

     Ils fondèrent la Société d'Histoire et d'Archéologie du Vieux Montmartre aujourd'hui connue sous le nom d'"Amis du Vieux Montmartre".

Qui étaient ces passionnés?

La mort d'Orphée (Emile Bin)

La mort d'Orphée (Emile Bin)

    Avant de les présenter individuellement, citons leurs noms :  (sans ignorer que tous les spécialistes de la spécialité ne sont pas d'accord et présentent des listes où deux ou trois noms diffèrent!)

Emile Bin, Wiggishoff, Léon Lamquet, Jean Noro, Charles Sellier, Jules Mauzin, Morel, Rab, Vautier.

Emile bin. Photo de Mulnier.

Emile bin. Photo de Mulnier.

     Emile Bin, nous le connaissons car il jouissait d'une célébrité certaine,  réalisait la décoration de nombreux hôtels particuliers et avait des commandes des églises parmi lesquelles Saint-Sulpice et Saint-Nicolas du Chardonnet. Il avait le cœur à gauche (plutôt centre) et bien que sympathisant de la Commune, il disparut opportunément pendant les jours sombres pour ne réapparaître que plusieurs mois plus tard.

Persée délivrant Andromaque (Emile Bin)

Persée délivrant Andromaque (Emile Bin)

    Nous pouvons le classer parmi les peintres académiques auxquels s'opposèrent les grands mouvements qui révolutionnaient et régénéraient la peinture.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Il fut maire du XVIIIème arrondissement, révoqué, dit-on (bien que ce soit contesté) pour avoir peint un portrait du général Boulanger. C'est son adjoint et ami Wiggishoff qui prit sa place.

Flacon "héliotrope blanc" de Wiggishoff.

Flacon "héliotrope blanc" de Wiggishoff.

Jacques Charles Wiggishoff (1842-1912) était industriel en parfumerie et grand collectionneur d'ex-libris!

On peut reconnaître sur cet ex-libris à son nom, la vieille église Saint-Pierre.

     Il fut maire du XVIIIème de 1889 à 1899. Ses seuls essais sont consacrés aux parfums et aux ex-libris! Il n'écrivit rien sur ce Montmartre qu'il aima pourtant, étant né au cœur du vieux village, rue Traînée (aujourd'hui rue Poulbot). 

La mairie du XVIIIème place des Abbesses. Elle sera détruite et remplacée par la mairie actuelle en 1905.

La mairie du XVIIIème place des Abbesses. Elle sera détruite et remplacée par la mairie actuelle en 1905.

     Léon Lamquet (1836-1886) fut aussi adjoint au maire du XVIIIème! A croire que toutes la bande avait la passion municipale! Mais ce qui caractérise cet homme-là et le rend éminemment sympathique c'est son engagement pour la défense des animaux. En cela il ressemble à Louise Michel, attentive aux souffrances infligées aux bêtes.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Il fit partie de la SPA dont il fut directeur et où il lutta notamment contre la vivisection. Son engagement pour les animaux ne l'empêchait pas de se dévouer aux causes humanitaires (que de gens encore aujourd'hui opposent ces deux engagements, comme si tous les êtres vivants n'étaient pas liés dans le même mystère de l'existence et de la souffrance).

La statue de Fourier par Derré, boulevard de Clichy, fondue par le régime de Vichy .

La statue de Fourier par Derré, boulevard de Clichy, fondue par le régime de Vichy .

     Il consacra une partie de sa vie à l'éducation populaire en faveur des adultes. Enfin il défendit Emile Derré dans son projet pour la statue de Fourier boulevard de Clichy. Il était en effet fouriériste convaincu.

Il y a toutes les raisons de ne pas oublier Léon Lamquet.

     Le 4ème homme fut Jean Noro, un authentique amoureux de Montmartre qui s'engagea pendant le Commune. Il fut commandant du 22ème bataillon des Gardes Nationaux et nous avons de lui un rapport d'un des nombreux massacres commis par les Versaillais.

Harem (Jean Noro)

Harem (Jean Noro)

     Il dut s'exiler après la Semaine Sanglante. Il revint après l'amnistie à Montmartre, rue Ravignan où son atelier de peintre devint le siège d'un petit club littéraire "La Butte" ouvert aux poètes et aux écrivains. Paul Alexis qui en faisait partie le décrit  dans une lettre à Zola : "Bon type et joliment sympathique. D'origine italienne, très brun, maigre comme Don Quichotte".

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

    Un autre signataire présent au Rocher Suisse lors de la création de la Société montmartroise est Charles Sellier, à ne pas confondre avec son homonyme, peintre nancéen.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Ce Charles Sellier (1897-1912) est un ingénieur des Ponts et Chaussées, intéressé par l'histoire et l'art puisqu'il sera adjoint au musée Carnavalet et inspecteur des fouilles de la ville de Paris. Il est un de ceux qui s'opposera bec et ongles à la destruction de la vieille église Saint-Pierre.

Maison de Rosimond (musée de Montmartre)

Maison de Rosimond (musée de Montmartre)

     Je n'ai rien trouvé sur Jules Mauzin sinon qu'il a écrit plusieurs articles dans le bulletin de la société du vieux Montmartre, notamment sur Rosimond, l'auteur et acteur de théâtre du XVIIème siècle qui avait acquis sur la Butte une grande maison entourée de vignes. Cette maison accueille aujourd'hui le musée de Montmartre.

Peut-être n'était-il comme les deux derniers, Morel et Rab qu'un "simple amoureux de Montmartre".

 

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Peu de temps après la création de la Société du Vieux Montmartre, un banquet réunit cinquante trois chansonniers et poètes qui immortalisèrent leur réunion en posant sur les marches de l'escalier de la Fontenelle (aujourd'hui rue du Chevalier de la Barre).

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Nous ignorons les raisons de ce banquet mais c'est un plaisir de reconnaître dans la bande : Aristide Bruant(un peu trouble) reconnaissable à son chapeau aux larges bords, Gaston Couté le poète anarchiste et écorché qui savait si bien parler la langue populaire, Marcel Legay, le fils de mineur, ami de Bruant, Eugénie Buffet, Alphonse Allais et qui écrivit la chanson qui fait pleurer tous les Artésiens (dont je suis!) "Ecoute ô mon cœur".

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     Je signale ici qu'André Roussard, spécialiste connu de Montmartre qu'il aimait et où il vivait, situe à tort dans son dictionnaire des lieux de Montmartre, la photo en 1912, alors que Couté qui y figure est mort en 1911 et que visiblement la rue des Rosiers n'est pas encore détruite et les travaux du Sacré-Coeur ne sont pas entamés.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

    Passées ses heures de gloire, le Rocher Suisse n'a plus grand chose à nous raconter. Il est acheté en 1892 par un hôtelier dévot qui aurait été choisi par les oblats du Sacré Cœur soucieux d'éloigner de leur périmètre sacré un établissement profane dont la porte était surmontée de trois grâces affriolantes et nues.

 

    Les grâces furent congédiées et le bal supprimé.

    Le Rocher vécut un ultime avatar en 1909 quand il passa entre les mains d'un dénommé Chipault.

Le Rocher Suisse. Société du Vieux Montmartre. Rue Lamarck et rue Paul Albert.

     En 1921, fin de l'histoire. Il sombra définitivement. Il fut vendu à la Société Asile de jour Israélite qui créa le Centre d'hébergement toujours en activité et la Crèche de la rue Lamarck. 

La plaque commémorative rappelle les 71 enfants juifs de la crèche assassinés à Auschwitz.

La plaque commémorative rappelle les 71 enfants juifs de la crèche assassinés à Auschwitz.

     Alors commença une autre histoire… qui s'écrirait pendant la guerre non plus dans les flonflons du bal ni les rires des banquets mais dans les rafles, les bombardements et la mort.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Yvette Guilbert à Montmartre

     Elle est une des grandes figures, une des "stars" de l'âge d'or montmartrois et c'est sans doute Toulouse Lautrec qui nous "parle" le mieux d'elle. Il n'a pas cherché à la flatter, il ne l'a pas auréolée de lumières, il l'a saisie sur scène, comme un photographe saisit en plein vol un oiseau.

Yvette Guilbert à Montmartre

     Ses ailes, ses grands bras gantés de noir, amplifiaient ses gestes et lorsqu'elle s'arrêtait de chanter pendaient le long de sa robe verte…. 

Yvette Guilbert à Montmartre

    Mais revenons en arrière, avant que Toulouse Lautrec n'immortalise ce drôle d'oiseau...

Yvette Guilbert à Montmartre

     Nous sommes le 20 janvier 1865 quand vient au monde Laure Esther Guilbert, dans le Marais, rue du Temple, dans un quartier alors populaire. Son père est comptable et sa mère chapelière.

Maison close (Toulouse Lautrec)

Maison close (Toulouse Lautrec)

     Son enfance dans un milieu modeste est marquée par la défection du père qui joue l'argent du ménage, aime fréquenter les maisons closes et finit par disparaître.

A 12 ans, elle quitte l'école et aide sa mère qui travaille à domicile et charge sa fille de livrer ses commandes.

Elle rencontrera plus tard alors qu'elle sera au sommet de sa gloire une ancienne cliente bourgeoise qui chargeait sa mère de découdre les étiquettes sur des robes bon marché et de recoudre des étiquettes de grand couturier. Cette dame aisée "oubliait" de payer ses couturières, ce qu'Yvette ne manquera pas de lui rappeler en public!

Les magasins du Printemps reconstruits après l'incendie.

Les magasins du Printemps reconstruits après l'incendie.

     A 16 ans, elle est pour quelques mois mannequin avant de devenir vendeuse au magasin du Printemps reconstruits après le grand incendie de 1881.

 

Charles Zidler. (créateur du Moulin Rouge)

Charles Zidler. (créateur du Moulin Rouge)

     C'est en 1885, alors qu'elle a 20 ans que sa vie prend un autre tour. Elle rencontre dans la rue Charles Zidler, directeur de l'Hippodrome (celui de l'Alma qui sera remplacé par celui de la rue Caulaincourt) et futur créateur du Moulin Rouge. Il est intéressé par cette longue fille et c'est lui qui la dirige vers le cours de théâtre et diction de l'acteur du Gymnase, Joseph Landrol.

                 Théâtre du Gymnase boulevard de Bonne Nouvelle

     Zidler, enfant du peuple qui a un souvenir douloureux de son enfance en bord de Bièvre, dans la puanteur des tanneries, dira plus tard à sa "p'tite Yvette" comme elle le raconte dans ses mémoires, "Ma vie en chansons" :

"Vois-tu, j'suis comme toi, fils de mes œuvres… Je m'suis fait tout seul!" 

Théâtre des Variétés, boulevard Montmartre.

Théâtre des Variétés, boulevard Montmartre.

    Il l'engage pour les tournées des Variétés comme comédienne. Car c'est pour le théâtre et la récitation de poèmes que la jeune femme se sent prédestinée!  Elle tient un petit rôle dans une pièce de Feydeau et d'autres rôles aussi secondaires, aussi peu valorisants, toujours aux Variétés.

 

 

    Le succès ne lui sourit pas, c'est à peine si quelques spectateurs l'applaudissent. Comme ils seront très tièdes à l'Eden, à l'Eldorado ou à l'Horloge où elle s'ose à la chanson et assure un lever de rideau.

L'Eldorado, aujourd'hui remplacé par le Comédia, boulevard de Strasbourg.

L'Eldorado, aujourd'hui remplacé par le Comédia, boulevard de Strasbourg.

     C'est à l'Eldorado, en 1889, que Freud de passage à Paris vient l'écouter. Il est séduit par son tempérament et son talent et il gardera toujours dans son bureau une de ses photos dédicacée. Il y aura entre eux une correspondance suivie et Yvette de passage à Vienne lui rendra à son tour visite. Cette relation nous éclaire sur la personnalité d'Yvette Guilbert, capable d'intéresser ou séduire de grands intellectuels.

Yvette Guilbert à Montmartre

    Découragée, elle quitte Paris. Elle passe une année en Belgique où elle rencontre pour la première fois un succès  d'estime avec une chanson dont elle a écrit les paroles et qui deviendra plus tard un classique de ses spectacles :  "La pocharde".

 

    Paris manque à cette vraie parisienne et elle ne tarde pas à revenir, aidée par Zidler qui a ouvert son Moulin Rouge. Elle fait alors la connaissance de Xanrof qui la conseille et l'exhorte à se créer un personnage vite identifiable en même temps qu'il lui confie quelques chansons comme le célèbre "Fiacre".

 

    

    Avant d'interpréter ses textes et ceux de Bruant, elle suit ses conseils et se crée autour de ses gants noirs une tenue qui deviendra légendaire, taille de guêpe, chevelure flamboyante, robe verte.

                                                Plâtre de Cappiello

 

       La grande Yvette Guilbert est née!

 

Bennewitz von Lofen

Bennewitz von Lofen

     Elle commence à plaire au Divan Japonais où des admirateurs l'attendent à la sortie. Mais c'est en 1891 avec Müsslek des Concerts Parisiens qu'elle rencontre le vrai succès...

 

Yvette Guilbert à Montmartre

     Elle se produit aux Ambassadeurs et à la Scala.

                                       Affiche de Steinlen.

     Proust lui consacre son premier article dans la revue "le Mensuel". Mais les proustiens se rappellent peut-être que dans "Sodome et Gomorrhe", le duc de Guermantes unit dans le même mépris les "chansonnettes de Mademoiselle Yvette Guilbert" et les "expériences de Charcot"!

Coïncidence étrange car si, comme nous l'avons vu, Freud est allé écouter Yvette Guilbert à l'Eldorado, ce fut sur les conseils de… la femme de Charcot!

Yvette Guilbert à Montmartre

     Malgré ce parrainage éminent, c'est en 1893 qu'Yvette Guilbert rencontre celui qui allait lui assurer l'immortalité : Toulouse Lautrec. Il dessine des croquis, des esquisses, il conçoit des affiches..

 

    Elle ne se trouve pas flattée et écrit sur ce dessin : "Petit monstre!! Mais vous avez fait une horreur!!

 

     Et c'est vrai qu'il n'essaie pas de l'embellir! Il est fasciné par son charisme. Il capte en elle la force, l'intelligence, l'humour. Son trait vif nous restitue sa présence, avec cet enracinement dans le sol, comme un arbre dont les ramures bougeraient sous le vent.

 

 

    En réalité Yvette Guilbert était moins ingrate que sur les dessins faits par le "petit monstre". Elle avait, comme les vedettes montmartroises, sa cohorte de soupirants et, ce qui fait d'elle une artiste moderne, elle gardait dans son spectacle une distance ironique. Elle savait que sa voix n'avait rien d'extraordinaire, alors elle interrompait ses chansons, commentait, se moquait puis repartait dans la musique...

 

    Les écrivains et les poètes l'apprécient. Zola lui dira "Quelle vérité dans vos accents, Mademoiselle, quelle actrice vous êtes!"

                                  Yvette Guilbert (Philippe Klein 1895)

     Montesquiou qui la rencontre un soir lui reproche de chanter Bruant qui selon lui auréole la vie de gens ordinaires des boulevards extérieurs alors que tant de vies sont magnifiques et méritent d'être chantées. Yvette lui tient tête : "Bruant ça ne s'explique pas, ça se chante, ça se parle, ça se pleure. La vie magnifique c'est l'âme de Bruant!"

                          

 

    Tout Yvette Guilbert est dans cette réponse. Son esprit critique, son humanité, son sens du dérisoire.

    On a du mal aujourd'hui à appréhender  son talent qui se déployait dans ses gestes, ses mimiques, sa distance. Elle n'hésitait pas à grimacer, à outrer ses expressions (ce que saisit Lautrec) et à impressionner par son masque blanc aux yeux soulignés de noir et aux lèvres trop rouges.

 

     Entre 1893 et 1900, elle connaît un succès qui dépasse Montmartre et la France. Les cachets qu'on lui propose sont dignes des plus grandes stars de l'époque et la conduisent en Angleterre, en Allemagne, aux Etats-Unis. Elle ne choisit pourtant pas la facilité et chante ou dit des textes de Gaston Couté, de Jean Lorrain comme de Xanrof ou Bruant. 

Elle maîtrise l'art de passer en douceur dans ce qu'elle appelle le "rythme fondu" du chant au texte parlé et vice-versa. Certains mélomanes affirment qu'elle ne fut pas sans inspirer Schönberg, Alban Berg puis Kurt Weill.

Yvette Guilbert "la diseuse nationale" Caricature de Léandre

Yvette Guilbert "la diseuse nationale" Caricature de Léandre

     Il suffit pour se convaincre de sa notoriété de découvrir les caricatures dont elle fait l'objet ainsi que le nombre étonnant d'imitateurs qu'elle inspire dans des spectacles travestis.

                                Numéro de travesti. Yvette Guilbert par Bertin

Cléo de Mérode, le roi Léopold II et Yvette Guilbert!

Cléo de Mérode, le roi Léopold II et Yvette Guilbert!

     Ce sont les grandes années d'Yvette Guilbert. Tout lui réussit dans la vie, comme sa rencontre à Vienne avec un jeune chimiste, Max Schiller qu'elle épouse en 1897 et qui sera l'homme de sa vie. Elle se réfugiera avec lui dans le sud pendant l'occupation pour le protéger des rafles anti sémites.

Réussite financière aussi qui lui permet de se faire construire un hôtel particulier boulevard Berthier et d'acheter une maison de campagne.

Bennevitz von lofen

Bennevitz von lofen

     Mais une maladie de reins dont elle commence à subir les atteintes en 1896, vient interrompre quatre ans plus tard cette trop belle réussite. Elle rembourse les cachets qu'elle a touchés pour ses tournées programmées. Ses admirateurs craignent de ne jamais la revoir.

Yvette Guilbert à Montmartre

     Elle réapparaît pourtant, quasiment guérie en 1906 pour un concert au Carnegie Hall de New York.

Elle ajoute à son répertoire des chansons plus littéraires et des poèmes médiévaux.

Yvette Guilbert à Montmartre

     De 1915 à 1922 elle est accompagnée dans ses récitals par la pianiste Irène Aïtoff. 

Elle tourne également dans quelques films (dont un chef d'œuvre de Murnau: "Faust") et elle écrit et met en scène une pièce : "Madame Chiffon"...

     Mais Lautrec est mort depuis longtemps, les lumières de Montmartre pâlissent, la guerre approche qui mettra un point final au rayonnement de la ville-lumière, capitale des arts et des plaisirs.

     Picasso pourtant aura le temps de la sublimer dans une œuvre où s'exprime leur double génie!

Le Vel d'Hiv en 1942

Le Vel d'Hiv en 1942

     Vient le temps où les "loups sont entrés dans Paris". Bien des music-halls ferment leurs portes, se compromettent ou cèdent la place à des salles obscures tandis que le Vel d'Hiv s'apprête à ouvrir les siennes.

Dans le midi où elle s'est réfugiée avec son mari, elle reçoit encore une lettre de Freud qui lui écrit de Londres. Il rend une dernière fois hommage à son talent et  s'adressant à Max Schiller il écrit : "Durant ces dernières années, j'ai été privé de n'avoir pu redevenir jeune, l'espace d'une heure, grâce au charme d'Yvette".

La tombe d'Yvette Guilbert, section 94 au Père Lachaise. Quasi abandonnée!

La tombe d'Yvette Guilbert, section 94 au Père Lachaise. Quasi abandonnée!

     Elle meurt à Aix en Provence le 3 février 1944.

                              La croix de bronze et ses lettes entrelacées.

    Elle a été dans une époque dominée par les hommes, une voix singulière, indépendante qui par les textes qu'elle choisissait et surtout sa manière de les interpréter, affirmait sinon la supériorité du moins l'égalité de la femme. Dans ses textes grivois ce sont les hommes qui étaient ballots, stupides, dominés par leur désir…

 

Sa postérité s'appelle Piaf, Barbara, Anne Sylvestre, Marie-Paule Belle…. jusqu'à Catherine Ringer.

Yvette Guilbert à Montmartre

     Elle a reçu à titre posthume le grand prix de l'Académie Charles Cros, mais en dernier hommage, c'est un texte du poète anglais Arthur Symons venu la voir aux Ambassadeurs en 1894 qui terminera le mieux l'hommage que nous rendons à cette artiste aux ailes noires :

Yvette Guilbert à Montmartre

(…) Car les fleurs se fanent devant elle; voyez la lumière

S'éteint sur cette pauvre joue, la laissant blanche;

Elle chante la vie, la gaieté et tout ce qui se meut

La fantaisie de l'homme dans le carnaval des amours;

Et un frisson me saisit pendant qu'elle chante

La pitié des choses humaines dont nul ne prend pitié."

Yvette Guilbert à Montmartre

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #album
Rue Saint-Rustique.

Rue Saint-Rustique.

      Novembre à Montmartre, contraste des jours de pluie et de soleil mais toujours ce passage, ce brassage, ces rencontres…. 

Selfie de cheveux d'or

Selfie de cheveux d'or

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

     Et ce monument écrasant et controversé, le Sacré-Coeur!

Oui il est assis sur les rêves de la Commune mais par contagion peut-être, il s'est mis lui aussi à rêver… ville orientale, minaret et dôme, reflet du soleil ou des étoiles, il est un décor de cinéma, un mirage dans le ciel...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

La statue vivante se prépare à l'envol...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Cheval d'aujourd'hui et cheval d'hier, la même noblesse...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Les rois-mages sont en avance...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Ce platane est plus ancien que la basilique. Il a été planté en 1840! Montmartre était encore un village...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Le passe-muraille et son double...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Paris-tendresse. La ville à nos pieds comme une houle.

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Passage des ombres rue du Chevalier de la Barre.

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Lumière du soir sur le fronton des Galeries Dufayel sculpté par Dalou.

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Rue Saint-Rustique, une des plus vieilles rues de Montmartre...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

La statue a retrouvé son socle...

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Un tremplin pour voyager au-dessus de la ville...

Le rouge et le bleu. Un film de Godard?

Le rouge et le bleu. Un film de Godard?

Le cheval du manège s'échappe

Le cheval du manège s'échappe

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos
Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

C'est la rue Paul Albert qui essaie de s'envoler!

Place du Tertre

Place du Tertre

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Le ciel en croix… 

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Baiser du Sacré-Coeur, moins mythique que celui de l'Hôtel de Ville mais plus authentique!

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Le petit chaperon rouge devant la Bonne Franquette rue des saules...

Poète devant la fontaine des Tritons

Poète devant la fontaine des Tritons

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Attente rue Foyatier

Album de novembre 2018 à Montmartre. Photos

Les amants se cachent à l'envers! Rue d'Orsel.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     La rue de Douai court entre la rue Jean-Baptiste Pigalle et le boulevard de Clichy. Elle s'est formée en plusieurs fois, reliant entre eux trois tronçons distincts.

Rue de Douai (à droite rue Fontaine)

Rue de Douai (à droite rue Fontaine)

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

    En janvier 1841 elle est ouverte sur 124 mètres entre les rues Fontaine et Blanche et s'appelle rue de l'Aqueduc (allusion aux canalisations qui couraient sous le sol et acheminaient les eaux venues du canal de l'Ourcq vers l'est et le centre de Paris).

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     La 2ème partie est ouverte en juin 1841 entre la rue Blanche et le boulevard de Clichy sur une partie des jardins du Nouveau Tivoli, détruits sans état d'âme au profit des spéculateurs. Rappelons que ce nouveau Tivoli s'étendait sur les terrains d'une folie du XVIIIème siècle qui s'était spécialisée dans un sport (!) venu d'Angleterre, le tir aux pigeons vivants. cette activité ravissait le bourgeois qui après avoir tué quelques volatiles, se sentait d'autant plus viril pour se livrer au libertinage dans le parc où les jolies dames attendaient leur pigeon à plumer.

 

En 1846 les deux tronçons sont baptisés d'un nom commun : rue de Douai.

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....
Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     Mais là ne s'arrête pas l'histoire de cette rue qui ne choisit pas la facilité! En effet, dix ans plus tard, elle est prolongée entre la rue Pigalle et la rue de la Fontaine St-Georges (ancien nom de la rue Fontaine). Mais elle s'appelle alors dans cette partie rue Pierre Lebrun.

                                          Eglise et léproserie St Lazare

     Les travaux de creusement tombent sur un os. En effet ils mettent au jour des centaines de squelettes, ceux du cimetière d'une ancienne léproserie établie en ces lieux. Les ossements sont emportés, comme ceux de nombreux cimetières parisiens dans les catacombes où ils sont artistiquement disposés pour le plus grand bonheur à venir des touristes et des amateurs de têtes de mort.

 

     La rue Pierre Lebrun nettoyée de ses osseux habitants, étant dans le prolongement de la rue de Douai, prit le même nom et donna à cette artère les 605 mètres qu'elle a toujours aujourd'hui.

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     Nous remontons donc la rue en commençant par cette ancienne rue Pierre Lebrun où se trouvent les premiers numéros de la rue de Douai. Inutile de rappeler que le nom lui vient de la ville du Nord de la France célèbre, entre autres, pour ses géants : Gayant, Marie Cagenon et leurs enfants Jacquot, Fillon et Binbin.

                                         Gayant et sa femme.

   

     Côté pair la brasserie "Le sans Souci" fait l'angle avec la rue Jean-Baptiste Pigalle. C'est là que Kessel situe l'action de son roman "La passante du sans Souci". On ne sait pourquoi le réalisateur Jacques Rouffio lui préféra pour cadre de son film, une brasserie du XVème arrondissement!

 

Le 3

Le 3

     Si le 3 est aujourd'hui à l'enseigne de Vénus, il n'en fut pas toujours ainsi. Pendant la Commune, les Versaillais afin de tenter de corrompre les révolutionnaire avaient confié à un triste personnage le soin d'organiser tout un réseau. L'homme s'appelait Georges Vaysset et il s'acquitta de son délicat boulot en louant 7 appartements dans le quartier (rue Frochot, rue Pigalle…) pour y loger ses barbouzes.

                                    Le Général Dombrowski

    Il échoua dans sa noble tache car le Général Dombrowski qu'il devait corrompre, resta fidèle à ses idéaux et finit par mourir sur la barricade de la rue Myrrha.

Dans les derniers jours de la Commune, Vaysset fut arrêté et fusillé sur le Pont Neuf. Son cadavre fut jeté à la Seine.

Le 6

Le 6

   Sur la façade du 6, une plaque rappelle le nom de deux gloires françaises. L'écrivain Edmond About (1828-1885) tout d'abord :

Grand voyageur, il se nourrit de son amour de la Grèce pour écrire "Le Roi de la Montagne", un de ses grands succès.

                   Illustration pour "L'homme à l'oreille cassée".

"L'homme à l'oreille cassée" en fut un autre, porté au cinéma.

Edmond About fut encore journaliste, critique d'art (assez peu clairvoyant pour dénigrer Courbet) et finit académicien, ou presque, puisqu'il mourut à 56 ans quelques jours avant de prononcer son discours devant la docte assemblée!

                  Marthe Gautier (à son côté le professeur Debré)

     L'autre habitant célèbre fut une habitante : Marthe Gautier, principale découvreuse du chromosome de la trisomie 21. Comme souvent, c'est un homme qui faisait partie de l'équipe, Jérôme Lejeune, qui prétendit en être l'inventeur! Mais justice est aujourd'hui rendue à la scientifique….

Le 9

Le 9

   Le 9 garde peut-être le souvenir du peintre le plus emblématique de Montmartre : Toulouse Lautrec. Il est alors, à 33 ans, usé par ses abus d'absinthe mélangée au cognac, cocktail mortifère. Il l'est aussi par la syphilis. Sa mère accourt à Paris où elle loue un appartement dans cet immeuble afin de s'occuper de lui en 1898-1899. Nous sommes alors à deux ans de sa mort. 

Le 15

Le 15

     Le 15 est un immeuble classé. Il a en effet été construit par Violet le Duc en personne!

Le grand architecte, restaurateur un peu vigoureux de Notre-Dame de Paris (entre autres) donne ici un aperçu de son art à la fois simple et soucieux de rendre hommage au passé par des détails ornementaux. 

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     Le 16 est un petit hôtel harmonieux. qui a séduit Julien Duvivier puisqu'il y fait habiter la vedette féminine de son film de mâles : "La Belle Equipe" avec Jean Gabin et Charles Vanel. Un film très Front Populaire malgré sa fin remaniée pour éviter trop de pessimisme dans une époque où on ne voulait pas voir monter l'orage.

Jeannot et Gina (Jean Gabin et Viviane Romance) La Belle Equipe de Julien Duvivier.

Le 19 en 1905
Le 19 en 1905

Le 19 en 1905

     La grande teinturerie du 19 a cédé la place aux guitares (la rue de Douai est connue de tous les amateurs de cet instrument).

Le 22

Le 22

     22 v'là le 22! Le plus bel hôtel de la rue, riche de souvenirs et de fantômes vivants.

     Nous l'avons présenté en arpentant la rue Fontaine et donné l'essentiel de son histoire. Rappelons que c'est dans cet hôtel Halévy que Bizet vint, à trente ans, vivre avec son épouse Geneviève Halévy. C'est là, au 2ème étage qu'il composa l'essentiel de Carmen. Il y vécut six ans avant de mourir épuisé et déprimé par l'échec de son œuvre. qui est aujourd'hui l'opéra le plus joué au monde.

 

40 bis

40 bis

42-44

42-44

     Au 40 bis (aujourd'hui 42) ouvrit en 1896 un cabaret qu'apprécièrent Jehan Rictuss, Emile Goudeau et Marcel Legay. Il s'agit de La Roulotte.

 

     Il tiendra la route, bien que, si l'on en croit le carton d'invitation dessiné par Willette, il eût été traîné par un cheval éthique, jusqu'en 1900. Il s'appellera alors Cabaret de la Trique!

                 Carton d'invitation dessiné par Willette. (1896)

     Si le nom de ce cabaret est resté célèbre, ce n'est pas à la rue de Douai mais à la rue Jean-Baptiste Pigalle qu'il le doit, car c'est là au 62 qu'il déménagea pour devenir un bar à prostituées où se produisit un illustre guitariste entre les deux guerres et qui le racheta à Lulu de Montmartre. Il s'agit de Django Reinhardt!

 

Le 45
Le 45

Le 45

     Au 45, le tapissier a disparu au profit d'un commerce mystérieux puisque son rideau baissé m'a empêché de le qualifier! Mais vérification faite, il a plié bagages et c'est dommage car il s'agissait d'un institut de beauté!

50 (bis)

50 (bis)

     Au 50 bis vécut pendant douze ans un des plus grands écrivains russes, Ivan Tourgueniev.

 

 

     Il y était hébergé par ses amis, Louis Viardot et sa femme Pauline.

La passion qu'il eut pour la mezzo soprano Pauline Viardot, sœur de la Malibran, est une des plus grandes passions qui se puisse imaginer. Maupassant n'hésite pas à écrire que ce fut "la plus belle histoire d'amour du XIXème siècle".

 

     Peut-on imaginer qu'il la suivit pendant quarante ans?

     Après le coup de foudre de sa découverte en 1843 à Saint Petersbourg, il n'eut de cesse de vivre aussi près que possible d'elle. A Paris, à Baden Baden où elle vécut en exil après le coup d'état, et enfin rue de Douai dans l'hôtel particulier des Viardot.

 

     Il occupait le 2ème étage et avait fait aménager un passage qui le conduisait au salon de musique de Pauline.

Il s'y rendait et ne se lassait pas de l'entendre répéter.

Cette femme remarquable avait de multiples dons et composait elle-même. Si elle n'avait pas la beauté de sa sœur aînée, la Malibran, morte en 1836, elle ne manquait pas de charme et Saint-Saëns prétend qu'elle était "une irrésistible laide".

Croquis de Georges Sand

Croquis de Georges Sand

Elle plut à Musset et Georges Sand qui fit d'elle un croquis sut mettre fin à cette attirance. 

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     Tourgueniev se fit construire également une "datcha" sur le terrain de Bougival où ses amis possédaient une résidence. C'est dans cette datcha qu'il passa les derniers mois de sa vie, avec pour confidente Pauline à qui il dicta sa dernière œuvre prophétique "Un incendie sur la mer".

                                            Pauline Viardot

     On s'étonne presque de ne pas voir le nom d'Ivan Tourgueniev sur le menhir de la tombe de Pauline Viardot au cimetière de Montmartre

 

Le 57

Le 57

     Au 57, dans un hôtel remplacé aujourd'hui par un petit immeuble ingrat, a vécu une partie de sa vie, le peintre Hippolyte Bellangé (1800-1866).

 

     Il fut formé à bonne école, celle de Gros, et il fut fervent admirateur de Géricault, peintre majeur dont il aurait dû s'inspirer! Il se spécialisa dans les scènes militaires et illustra de nombreuses batailles du 2nd Empire avant de se consacrer dans les dernières années à l'épopée napoléonienne.

 

Sa dernière œuvre "La garde meurt" (1866) connut un grand succès. Elle fut prémonitoire car il l'acheva quelques jours avant de mourir.

Fin de la rue vers le boulevard de Clichy.

Fin de la rue vers le boulevard de Clichy.

Le 65

Le 65

     Le 65 a été l'adresse de Pierre Bonnard en 1899. Il avait alors son atelier aux Batignolles.

 

67-69

67-69

     A cette adresse se trouvait le studio Wacker qui fut pendant des années, si l'on en croit Dirk Sanders "la Mecque des danseurs".

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     C'est après la révolution russe de 1917 que de nombreux danseurs russes en exil éprouvent le besoin d'avoir un lieu à eux pour se former. L'école ouvre en 1923 au-dessus du magasin de vente de Pianos de Mr Wacker. Elle ne fermera qu'en 1974.

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

     Dans les premières années c'est une des plus célèbres danseuses russes qui y enseigne. Il s'agit d'Olga Preobrajenska, prima ballerina au théâtre Marinsky en 1900.

Elle marque par sa science et sa pédagogie de nombreux élèves comme Margot Fonteyn ou Nina Vyroubova qui sera danseuse étoile à l'opéra de Paris.

 

                                                 Nina Vyroubova

     Une autre grande danseuse y enseignera, Nora Kiss. Beaucoup ne l'ont jamais oubliée comme Roland Petit, Jean Babilée, Maurice Béjart, Ludmila Tchérina!

                       Nora Kiss et Béjart au studio Wacker

     Après la fermeture de l'école, le conservatoire du 9ème arrondissement occupe les locaux avant d'être délogé par une école de commerce-gestion et une supérette où ce sont les prix qui valsent...

Lycée Jules Ferry

Lycée Jules Ferry

     Bien qu'il ait son adresse principale sur le boulevard, il faut dire quelques mots du lycée Jules Ferry construit en 1914 avec des préoccupations hygiénistes qui privilégiaient les larges baies vitrées, les terrasses et les cours.

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

    Il fut élevé sur un terrain vague où subsistaient quelques vestiges d'un vieux couvent. En 1934 les derniers murs et salles qui subsistaient furent rasés.

                                                   Paul Birault

C'est ainsi que disparut le local, rue de Douai, qui servait d'imprimerie à un éditeur avant-gardiste passionné de poésie et de peinture: Paul Birault, connu également pour un célèbre canular très montmartrois qui trompa bon nombre de membres de l'Assemblée. (Nous lui consacrerons un article)

Apollinaire (Metzinger)

Apollinaire (Metzinger)

     Apollinaire qui était son ami lui confia l'impression de sa première œuvre "l'Enchanteur pourrissant" et plus tard ses Calligrammes.

 

Paul Birault mourut pendant la guerre en 1918, quelques mois avant le poète, rescapé mais victime de la grippe espagnole.

 

La rue de Douai s'arrête là et se jette dans le boulevard de Clichy comme rivière dans un fleuve. Apollinaire aura le dernier mot, lui qui aima cette ville plus que tout autre.

Lui qui, dans son plus beau poème écrivit :

"Juin ton soleil ardente lyre

Brûle mes doigts endoloris

Triste et mélodieux délire

J'erre à travers mon beau Paris

Sans avoir le cœur d'y mourir"

Rue de Douai. Artistes et personnages. Tourgueniev, About, Apollinaire, Duvivier, Django Reinhardt.....

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog