Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue Fromentin. Montmartre.

     C'est une courte rue étroite (100 mètres de long et 12 de large qui va de la rue Duperré au boulevard de Clichy.

Elle ne paie pas de mine et pourtant comme tant de rues parisiennes, elle nous réserve bien des surprises.

Rue Fromentin. Montmartre.

     Elle a été ouverte en 1850 et portait à son baptême le nom de rue Neuve Fontaine Saint Georges. Un nom un peu longuet qui se simplifia en Neuve Fontaine.

Eugène Fromentin. Autoportrait.

Eugène Fromentin. Autoportrait.

    En 1870, elle cessa d'être Neuve-Fontaine pour rendre hommage au peintre-écrivain Eugène Fromentin.

Rue Fromentin. Montmartre.

    Je connais cet artiste pour avoir vu le monument à sa gloire érigé au centre de la Rochelle (sa ville natale) et  le musée qui présente une trentaine de toiles peintes en Algérie, pays qu'il aima et dont il admira les fiers cavaliers.

                                                        Le Simoun (Fromentin)

     La rue commence au 1 avec une façade du somptueux Hôtel Halévy dont l'entrée se situe rue de Douai.

     L'immeuble a été construit sous le 2nd Empire pour la famille Halévy.

Rue Fromentin. Montmartre.
Rue Fromentin. Montmartre.Rue Fromentin. Montmartre.Rue Fromentin. Montmartre.

     Parmi ses plus célèbres occupants figure Georges Bizet qui s'y installa après son mariage avec Geneviève Halévy en 1869.

Il y travaille à la composition de Carmen. Il y accueille aussi la naissance de son fils, Jacques qui sera le grand ami de Proust

                                              Jacques Bizet par Elie Delaunay 1878

      Il meurt d'un infarctus en 1875, après les représentations catastrophiques de son œuvre, atteint par l'échec de cet opéra qui est aujourd'hui le plus représenté dans le monde!

Rue Fromentin. Montmartre.

     Le 5 est aujourd'hui l'atelier d'arts plastiques Rrose Sélavy.  Pas étonnant qu'il s'appelle ainsi puisque c'est là que le créateur de ce personnage, Marcel Duchamp eut son atelier.

                                      Marcel Duchamp en Rrose Sélavy par Man Ray

     Ce nom avec lequel il signa certaines de ses œuvres, notamment des "ready-made" a pour homophone, sa signification réelle : "Eros c'est la vie".

   On sait l'importance que le nom de Rrose Sélavy  eut chez les surréalistes et les dadaïstes, Desnos le reprenant à son compte.

                                                    Desnos par Man Ray

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Au 7, vécut pendant deux années, de 1899 à 1900, Maurice Ravel adolescent. Il connaissait déjà le 9ème arrondissement puisque sa famille avait habité six ans rue Victor Massé, l'ancienne rue du Chat Noir.

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Le 8 vit pendant quelques années s'ouvrir les portes d'un cabaret, le Monte Cristo qui abrita les rendez-vous clandestins des membres du groupe de résistants l'OCM (Organisation Civile et Militaire) dirigée par Jacques Arthuys et dont Vicky (la princesse russe Véra Obolensky) fut une des figures les plus héroïques. La plupart des membres de ce groupe furent arrêtés et exécutés. Vicky fut guillotinée en 1943 dans les prisons nazies.

                                                       Véra Obolensky (Vicky)    

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Au 10, il y eut le laboratoire pharmaceutique "Scientia" dirigé par un certain Perraudin, pharmacien de 1ère classe!

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Le 11 fut fréquenté par de joyeux noctambules au temps où il était cabaret et s'appelait "le Don Juan"! Nous sommes à deux pas de la place Blanche où l'on ne compte plus le nombre de cabarets qui apparurent, disparurent, ressuscitèrent, moururent à nouveau… comme autant de phénix!

 

     Le Don Juan naquit en 1891 et devint très vite un des hauts lieux où l'on vénérait la Fée Verte, quitte à lui offrir en sacrifice son foie, son cerveau et sa raison! L'absinthe y était dégustée selon le rituel immuable avec cuillère-passoire et sucre.

                                                         L'absinthe (Degas)

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Le cabaret garda la même adresse après la destruction du premier immeuble et l'érection (terme adapté au Don Juan!) du nouvel immeuble des années 30.

Rue Fromentin. Montmartre.

     Aujourd'hui l'hôtel Royal Fromentin garde mémoire du cabaret dont il a conservé le grand salon avec ses poutres et sa cheminée.

 

Rue Fromentin. Montmartre.

     Le 12 malgré son apparence bourgeoise a abrité dans ses murs un auteur prolifique de pièces sanglantes et terrifiantes : André de Lorde.

 

Rue Fromentin. Montmartre.

    Ce bibliothécaire débonnaire se transformait quand il rentrait chez lui en écrivain à l'esprit torturé. Il a écrit 150 pièces pour le Grand Guignol, théâtre voisin, rue Chaptal.

 

Rue Fromentin. Montmartre.

    Le 14 est le dernier immeuble qui ait quelque chose à nous raconter. C'est là que le peintre Giuseppe Palizzi (1812-1888) eut son premier atelier parisien.

Forêt de Fontainebleau (Palizzi)

Forêt de Fontainebleau (Palizzi)

     Ce romantique qui aimait les paysages napolitains, vint à Paris où il fréquenta Corot et Courbet. Il avait besoin de grand air et de nature et il fut un des premiers à apprécier la forêt de Fontainebleau et à s'y rendre avec Millet.

Retour de noce. (Palizzi)

Retour de noce. (Palizzi)

     Il s'installa à Grez sur loing et se fit construire une maison, "la villa Palizzi".  Il ne fréquenta donc la rue Fromentin que quelques années, à l'époque où elle s'appelait Neuve-Fontaine.

     C'est avec lui que l'on surnomma parfois le "peintre des ânes et des chèvres" tant il aimait les représenter, que nous quittons la rue Fromentin, peintre des chevaux arabes….

Rue Fromentin. Montmartre.

     Mais avant d'atteindre le boulevard de Clichy, nous passons entre les deux derniers immeubles : un Sex Shop et Jésus Maria!

 

Rue Fromentin. Montmartre.Rue Fromentin. Montmartre.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Monuments. Cabarets. Lieux
La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

 

   Cette croix de pierre, plantée sur le parvis de l'église Saint-Pierre, près de la grille du cimetière du Calvaire, ne manque pas d'intriguer.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

    Elle semble ne pas être à sa place, à l'écart, comme penaude d'être là et n'assumant pas sa haute taille !

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

    Peut-être n'ignore t-elle pas qu'elle n'a rien à faire en ce lieu où elle a été transportée par les amis de la Société du vieux Montmartre à la fin du XIXème siècle.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

   Si l'on est curieux et que l'on s'approche, on peut lire, gravée dans la pierre, cette inscription :

"Cette croix a esté faite et plantée par Philippe Cottin ancien marguillier de sa paroisse La Chapelle S.Denis le 25 may 1763.... Est décédé le 29 may 1764 M.O. Un De profundis."

La Chapelle. Eglise Saint-Denis.

La Chapelle. Eglise Saint-Denis.

     Eh oui! Elle n'est pas montmartroise notre croix mais elle vient de la commune qui était voisine : La Chapelle… 

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

   Le sieur Philippe Cottin était marguillier, ce qui sous l'ancien régime désignait les membres d'un conseil paroissial chargés d'en gérer les affaires. 

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     Le marguillier prévoyant l'heure inéluctable de son décès, fait édifier dans le cimetière paroissial, le 25 mai 1763, cette croix qui un an après son installation l'accueillera et fera de l'ombre sur sa tombe. Il meurt en effet le 29 mai 1764!

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     La croix s'apprête à voyager car le cimetière paroissial trop petit est désaffecté en 1804 tandis qu'un autre, plus grand, s'ouvre sur des terres agricoles. C'est le cimetière Marcadet (qui occupe à peu près l'emplacement de la rue Pierre Budin actuelle).

 

     Nous retrouvons notre croix dans le nouveau cimetière où elle coule des jours paisibles jusqu'en 1849, année où le nouveau cimetière, à son tour jugé insuffisant, est fermé. Tant pis pour la croix qui ne reçoit plus de visites jusqu'en 1871 et les massacres de la Commune.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     En effet, le cimetière ouvre de nouveau ses portes et ses fosses aux centaines de cadavres, hommes, femmes, adolescents dont on ne sait que faire. Ils auront le droit de reposer en paix (!) jusqu'en 1887 où nul ne voit l'intérêt de continuer à entretenir ce lieu de mémoire et où l'on ferme définitivement le cimetière Marcadet.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     La croix est menacée de destruction quand les promoteurs s'abattent sur les terrains libérés comme des corbeaux sur un champ de maïs.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     Mais les amoureux de Montmartre, membres de la Société du vieux Montmartre, veillent au grain et font transporter la croix menacée au sommet de la Butte, sur le parvis de Saint-Pierre, église qui elle aussi avait été menacée de destruction.

 

… Et notre croix est toujours là, modeste malgré sa haute taille. Les touristes ne la remarquent pas mais les pigeons parfois s'attardent sur sa branche.

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

     Elle a peut-être la nostalgie de son village d'origine. C'est ce que pensent les habitants de La Chapelle qui ont pétitionné en 2002 pour qu'elle redescende et retrouve son lieu de naissance, près de l'église St Denis.

 

     Apparemment ils n'ont pas été entendus.

     La croix s'est donc habituée à sa condition d'exilée.

 

    Philippe Cottin ne doit pas être mécontent!

    Son nom est pour l'éternité (relative) gravé au cœur de Montmartre. Ce qui ajoute à sa notoriété, plus peut-être que le petit passage qui porte le nom de sa famille, un peu plus bas et qu'Utrillo a peint deux ou trois fois.

 

La croix Cottin. Parvis de l'église Saint-Pierre de Montmartre. Philippe Cottin.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE. Rues et places., #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
Rue Clauzel (1902) début à partir de la rue des Martyrs.

Rue Clauzel (1902) début à partir de la rue des Martyrs.

Rue Clauzel (juin 2018)

Rue Clauzel (juin 2018)

...La rue Clauzel, comme les rues de Navarin et Henry Monnier voisines, a été tracée en 1830 sur les terrains qui appartenaient au "sieur Bréda".

   Elle s'appelait à l'origine rue Neuve Bréda.

Rue Clauzel. Fin. Rue Henry Monnier et place Toudouze (à gauche)

Rue Clauzel. Fin. Rue Henry Monnier et place Toudouze (à gauche)

     Longue de 184 mètre et large de 9,75, elle change de nom en 1864 pour rendre hommage à un chef de guerre, le maréchal de France Bertrand Clauzel.

Bertrand (de) Clauzel.

Bertrand (de) Clauzel.

     Ce guerrier qui vécut de 1772 à 1842 a eu une carrière qui l'a mené de la Révolution à l'Empire en passant par Napoléon et Louis Philippe! De campagne d'Italie, en expédition de Saint-Domingue et en conquête de l'Algérie, il est de toutes les guerres coloniales. Il s'illustre au point d'être anobli par Napoléon et d'être nommé Maréchal de France par Louis-Philippe.

 

3 rue Clauzel.

3 rue Clauzel.

4 rue Clauzel. Un arbre! un arbre!

4 rue Clauzel. Un arbre! un arbre!

     Dans la Nouvelle Athènes, on aimerait que les rues évoquent plutôt les peintres, les poètes, les philosophes qui ne manquaient pas dans ce quartier.

Le 6

Le 6

    Le 6 a été l'adresse de Léon Roger-Milès (1859-1928) professeur au collège Rollin (aujourd'hui Jacques Decour) et homme aux multiples talents : journaliste, poète, critique d'art, écrivain….

           Salon de vente de Madeleine Chéruit, place Vendôme (Léon Roger-Milès)

      Il s'est intéressé à Rosa Bonheur à qui il a consacré une étude, à Millet et à l'histoire de l'art.

Rue Clauzel. Paris 9ème.

     C'est à la même adresse que vécurent, à partir de 1972, Jean Toussaint Desanti (1914-2002) et Dominique Desanti (1914-2011).

Rue Clauzel. Paris 9ème.

       Ces deux figures marquantes de la résistance et de la vie intellectuelle ont comme Sartre et Beauvoir vécu leur vie commune dans le respect de la liberté de l'autre. Leur livre le plus émouvant et le plus éclairant est sans doute "la liberté nous aime encore" dialogues (à trois!) avec Michel Droit.

   

Le 7

Le 7

     Le magasins du 7, les P'tits Bo' Bo, est bien adapté à ce quartier aimé des jeunes cadres dynamiques et néanmoins cultivés ! La rue des Martyrs et la rue des Abbesses répondent à leurs goûts: commerces de bouche luxueux, salons de coiffure branchés, magasins bio, boutiques pour les enfants et restaurants exotiques.

    L'architecte post haussmannien J. Biehler en est l'auteur comme de plusieurs autres immeubles un peu plus haut, rue Ordener ou rue des Cloys. 

Le 7 bis

Le 7 bis

Le 7 bis

Le 7 bis

    Le 7 bis est un bel immeuble aux proportions harmonieuses. Il a été transformé en résidence-autonomie, EHPAD sans le "D" de dépendance!

7ter rue Clauzel

7ter rue Clauzel

     Le 7ter, classé au plan de protection patrimoniale est un hôtel particulier construit en 1897 dans un style néo Renaissance. Il a été l'adresse pendant les quatorze dernières années de sa vie de  François Châtelet (1925-1985) plus historien de la philosophie que philosophe lui-même. Il est connu aussi par sa femme, Noëlle, sœur de Lionel Jospin.

 

7ter rue Clauzel

7ter rue Clauzel

  On sait qu'il a été l'initiateur avec Deleuze et Foucault (qui fut élève de Desanti)  du département de philo de l'Université de Vincennes.

Le 9

Le 9

    Au 9 a vécu un acteur à la filmographie impressionnante et à l'activité théâtrale foisonnante, parfaitement oublié aujourd'hui : Jules Mondos.

 

 

     

     Voici la une de Comoedia du 24 septembre 1832 qui relate les circonstances de la découverte de son cadavre.

Documents transmis par M.B. alors que je ne trouvais rien sur cet acteur. Merci à lui !

Documents transmis par M.B. alors que je ne trouvais rien sur cet acteur. Merci à lui !

         L'acteur  (1867-1932) qu'un critique vipérin surnomma "l'homme à la tête en caoutchouc" connut des difficultés après la première guerre pour trouver des engagements.

     Ses dernières années furent difficiles et il ne survécut pauvrement que grâce à ses économies. Quand, n'ayant plus de nouvelles de lui depuis cinq mois, des parents (pas si proches j'imagine) prévinrent la police, la porte de son appartement 9 rue Clauzel fut forcée. On découvrit son corps en décomposition dans son lit où sans doute il avait été victime d'une crise cardiaque.

    Parmi ses films, deux sont de Maurice Tourneur : Monsieur Lecoq et Maison de danse avec Charles Vanel et Gaby Morlay.

     On rencontre, toujours à cette adresse un personnage qui a son importance dans l'aventure artistique du XIXème siècle, le Père Tanguy. Nous le retrouverons un peu plus loin dans la rue, au 14 mais, commençons par la fin, c'est en 1891 que sa boutique est transférée pour les trois dernières année de sa vie, au 9.

                                                 Père Tanguy (Emile Bernard. 1887)

     Extrait du Mercure de France : "La maison Tanguy dépositaire des tableaux des principaux impressionnistes est transférée 9 rue Clauzel. Elle possède en ce moment une merveilleuse collection de toiles de Vincent Van Gogh (…"

Le 11

Le 11

     Le petit immeuble du 11 a été celui d'Alphonse Boudard (1925-2000), ancien résistant tombé dans la délinquance et qui grâce à la prison découvrit dans la bibliothèque de Fresnes, le goût de la littérature.

 

     Il écrit dans un langage naturel, direct, sans fioritures, brut et souvent argotique. Son premier succès est "La métamorphose des cloportes" adapté au cinéma par Granier-Deferre.

 

     Pour le plaisir quelques citations de Boudard qui ne sont pas exactement proustiennes mais sentent le vécu :

"Je pense qu'il faut se conduire en homme du monde avec les putes et en julot avec les bourgeoises"

"Un psychanalyste est un hommes qui va au Crazy Horse Saloon et qui regarde les spectateurs." 

Rue Clauzel. Paris 9ème.

     Au 14 nous retrouvons le Père Tanguy qui y eut sa boutique avant de déménager au 9. C'est un endroit historique dont l'importance n'est pas assez soulignée (sauf par le site de Bernard Vassor "Autour du Père Tanguy"). 

 

Rue Clauzel. Paris 9ème.
Rue Clauzel. Paris 9ème.

     Tanguy, communard, anarchiste, ami des peintres recevait là quelques uns des plus importants créateurs de son époque. La liste est impressionnante : Van Gogh, Monet, Pissarro, Renoir!

Le père Tanguy par Van Gogh.

Le père Tanguy par Van Gogh.

     Il avait été broyeur de couleurs avant de s'installer à son compte pour les vendre et exposer dans son arrière boutique les toiles des peintres qu'il aimait et qui lui confiaient des toiles en espérant qu'elles trouverait acquéreurs.

   Il avait, avant bien d'autres, aimé les peintres japonais dont il possédait des estampes  qu'il présentait rue Clauzel...

Le 15

Le 15

Le 16

Le 16

     Qui connaît aujourd'hui Arsène de Cey (1803-1887) romancier, auteur de vaudevilles qui vécut au 16. Parmi ses romans qui dépeignent les mœurs de son temps, on retiendra "La fille du curé" ou "La jolie fille de Paris".

 

Le 19

Le 19

     Il y eut longtemps une plaque commémorative sur l'immeuble du 19 qui prétendait que Maupassant y avait vécu pendant 5 ans.

   Grâce à la perspicacité de Bernard Vassor (site Autour de Tanguy) on sait qu'il s'agissait d'une erreur.

Le 17

Le 17

     C'est au 17 que Maupassant vécut, au 2ème étage et demi côté rue Clauzel et, à cause de la déclivité, au 4ème sur la rue Laferrière, à l'arrière de l'immeuble.

Bernard Vassor a consulté les Archives et a eu confirmation de ce qu'il pressentait. Une lettre de Maupassant à un ami lui avait mis "la puce à l'oreille".

Maupassant

Maupassant

       L'auteur de Bel Ami écrivait en effet qu'il était souvent importuné par des coups de sonnette intempestifs et insistants de gens qui croyant aller au Lupanar, se trompaient d'étage ! Or le lupanar avait pour adresse ce fameux 17!

   Un seul regret: la plaque enlevée du 19 n'a pas migré sur le 17!

   Amis de Maupassant, mobilisez-vous!

Rue Clauzel. Paris 9ème.

     Si nous revenons au 19, nous trouvons un autre artiste que nulle plaque ne commémore. Il s'agit d'Achille Mélandri (1845-1905), lié à l'histoire montmartroise puisqu'il fit partie des hydropathes d'Emile Goudeau et publia plusieurs poèmes dans leur journal.

Photo de Melandri

Photo de Melandri

     Il avait son appartement et son atelier photographique au 19. C'était un lieu de rencontres et de joyeuses soirées avec, entre autres, André Gill et Jules Jouy.

Des gloires de l'époque venaient se faire tirer le portrait, parmi lesquelles Sarah Bernhardt ou Victor Hugo.

                                            Sarah Bernhardt par Melandri

    Nous pourrions quitter la rue sur ce beau cliché de la star posant pour l'éternité s'il n'y avait encore une curiosité à mentionner, dix numéros plus loin, au 29.

                                                                        Le 29

 

     Un peintre allemand bien oublié y habitait : A. F. Korner (1815-1859).

Son titre de gloire est d'avoir proposé à Engels lors de son séjour à Paris en 1846, alors qu'il était étroitement surveillé, de lui servir de boîte aux lettres. C'est donc au 29 qu'Engels recevait le courrier de Karl Marx!

Rue Clauzel. Paris 9ème.

     Engels bien que pris en filature fréquentait les bals parisiens dont il garda un bon souvenir puisqu'il écrivit à Marx :

"Si les Françaises n'existaient pas, la vie ne vaudrait même pas la peine d'être vécue."

La lutte des classes oui, la lutte des genres non!

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog