Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

charente maritime

Publié le par chriswac
Publié dans : #CHARENTE MARITIME

Saintes-069.JPG

Sur la rive gauche de la Charente, à quelques pas de l'Arc de Germanicus, tourne comme pour lui-même un vieux carrousel dû au Maître sculpteur angevin, Gustave Bayol (1859-1931) 

Comment résister au plaisir de revoir la bonne bouille de ses animaux, déjà rencontrés à La Rochelle et lors de l'exceptionnelle exposition dans l'abbaye de Fontevraud?

Saintes-056.JPG 

L'extérieur a été malheureusement "rénové" pour être au goût du jour. Les panneaux en marquèterie de miroirs ont fait place à des peintures-clichés des monuments et sites charentais.

Le plafond par contre a gardé ses volutes florales Art Nouveau.

Saintes-057.JPG

Les animaux ont été repeints de manière assez grossière. Il faut franchir l'obstacle de la lourde peinture pour retrouver la nervosité et le réalisme à la Rabier de leur créateur.

je n'ai pas photographié les chevaux outrageusement peinturlurés. La chèvre par contre mérite notre attention. Elle est bondissante et souriante, elle invite aux sauts de cabri. Elle est par ailleurs assez rare dans la production de Bayol.

Saintes-073.JPG

Elle ne manque pas de séduire les petits et les grands!

Un autre animal se rencontre peu souvent, c'est le lion débonnaire malgré le ripolin dont on l'a recouvert. Il évoque Clarence de Daktari ou le lion peureux du Magicien d'Oz.

Saintes-041.JPG

Notons encore la forte présence des chats. On en trouve habituellement un seul, or ils sont ici au nombre de trois:

Saintes-070.JPG

Le chat blanc...

Saintes-039.JPG

Le chat noir...

Saintes-037.JPG

Et le jaune, exceptionnel dans le catalogue de Bayol, non pas pour sa couleur mais pour la grosse fraise qu'il tient entre les dents et qui remplace le morceau de viande habituel.

Les cochons sont bien présents eux aussi, pour rappeler leur parenté avec notre espèce...

Saintes-029.JPG

Saintes-028.JPG

Les vaches caracolent et comme elles tournent en rond, elles n'arriveront jamais à l'abattoir..

Saintes-049.JPG

Saintes-051.JPG

Et n'oublions pas le coq, symbole gaulois présent sur tous ces carrousels créés dans les années d'avant première guerre!

Saintes-042.JPG

Qu'il tourne longtemps sur ce manège anachronique...

Qu'advienne le plus tard possible le jour où il ornera avec ses confrères les musées ou les salons des collectionneurs...

Salut petit carrousel de Saintes..

Sais-tu que, sans le savoir, tu as franchi en tournant une distance plus grande que celle qui va de la Terre à la Lune?


Saintes-068.JPG

Liens, articles sur l'art forain.

Art forain (IV). Le manège de Bayol. La Rochelle.

Art forain (I). Les chats.

Art forain (II).Les chevaux. Photos.

Art forain (III) Animaux divers. Photos.

 

Liens, articles sur Saintes

Musée archéologique.Saintes. Antiquités romaines....

Saintes. Arc de Germanicus.

Saintes. Eglise Saint-Eutrope. La crypte.

 

Liens tous les articles "Chjarente Maritrime"

Charente Maritime. Classement alphabétique. Liens.

.............................................................................................................

..

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #CHARENTE MARITIME

 

Saintes-014.JPG

Sur la rive gauche de la Charente, se dresse, vieux de 2000 ans (à huit ans près) l'Arc de Germanicus.

Saintes-157.JPG

Il nous rappelle, solide comme un roc, le passé romain de la ville de Saintes, Mediolanum Santonum.  Sous ses arches passait la Via Agrippa, venue de Lugdunum (Lyon).

arc germanicus gravure

Il était alors fièrement campé au milieu du pont, comme le montrent ces gravures.

arc germanicus

Mais en 1843, le pont jugé trop vétuste et trop étroit fut démoli. L'arc faillit disparaître et ne dut son sauvetage qu'à Prosper Mérimée. Il fut démonté, pierre à pierre et rebâti à l'endroit où vous pouvez l'admirer aujourd'hui.

Saintes-154.JPG

       Il a perdu son prestige de Porte Triomphale et de passage obligé sur le fleuve, mais il est bien là, sur ses pattes de pierres, témoin de la colonisation romaine de nos villes gauloises. 

Saintes-015.JPG

Grâce aux inscriptions plus ou moins lisibles, nous pouvons situer sa construction en l'an 18 de notre ère. La dédicace sur l'attique se laisse en partie déchiffrer. Elle nommait l'empereur Tibère, ses neveux et fils adoptifs Drusus et Germanicus.  Comme la partie sauvegardée concerne ce dernier, c'est lui qui a donné son nom à l'arc.

Texte de la dédicace :

"A Germanicus César, fils de Tibère Auguste, arrière petit-fils du divin Jules, flamine augustal, consul pour la deuxième fois, salué imperator pour la deuxième fois..."

Germanicus-Louvre.jpg

                                           Buste de Germanicus (Louvre)

Il est troublant de penser que ce Germanicus, très populaire à Rome, fut sans doute empoisonné sur ordre de Tibère dont le nom est voisin du sien sur la pierre et que sa mort eut lieu précisément en 19, quelques mois après l'érection de l'Arc.

Il ne mourut pas tout à fait puisqu'il laissait un fils, et quel fils! Un certain Caligula... qui lui même aurait un fils, et quel fils! Un certain Néron!

Saintes-017.JPG

Une autre inscription sur l'entablement nomme le donataire et toute sa généalogie. Il s'agit d'un notable gaulois qui a romanisé son nom et a fait allégeance aux nouveaux maîtres:

"Julius Rufus, fils de Caius julius Otuaneunus, petit fils de Caius Gedemo, arrière petit-fils de Epotsoviridius, prêtre de Rome et d'Auguste à l'autel qui se trouve au Confluent, préfet des ouvriers, a fait de cet arc...." (ouf!)

Saintes-018.JPG

On retrouve le nom de ce personnage modeste dans l'amphithéâtre antique de Lyon (Lugdunum, appelée "Confluent" dans la dédicace)

Saintes-016.JPG

Cet homme qui se croyait si important survit aujourd'hui grâce à ce monument qui porte le nom d'un autre. 

Saintes-012.JPG

A quelques pas de l'Arc est conservée une très belle statue retrouvée dans un monument voué au culte de la famille impériale.

Un témoignage avec l'Arc de Germanicus d'une époque où Saintes était romaine et opulente... et déjà lumineuse et belle!

 

Liens, villes de Charente maritime.

Musée archéologique.Saintes. Antiquités romaines....

Fontaine de Rochefort. Place Colbert.

Oléron. Marennes. L'église.

Oléron. Marennes. Le clocher.

La Perroche. Oléron. Le prieuré, chapelle et cloître.

La lanterne des morts. Saint Pierre, Oléron.

Art forain (IV). Le manège de Bayol. La Rochelle.

 

Liens : tous les articles "Charente Maritime"

Charente Maritime. Classement alphabétique. Liens.

...........................................................................................................

 

...


 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #CHARENTE MARITIME

Saintes-092.JPG

Saintes est une ville solaire avec ses pierres claires, sa rivière nonchalante, ses ruines antiques et sa lumière méridionale. Saintes est une ville où l'on aime flâner et découvrir au détour d'une rue, au hasard des façades, des surprises architecturales, des détails étonnants...

Saintes-093.JPG

 Aujourd'hui, je vous propose de plonger dans les profondeurs du temps.  Suivez-moi dans la crypte d'une des plus émouvantes églises romanes de notre pays : Saint-Eutrope.

L'église telle que vous la découvrez a été rebâtie à partir de 1081 à l'emplacement de l'édifice voulu au VIème siècle par Palladius (Saint Pallais) 9ème évêque de Saintes qui voulait rendre hommage à Saint Eutrope, un saint de légende, évangélisateur de la Saintonge qui aurait été fils de Xerxès et serait venu de Perse dans la barque de Marthe et Marie-Madeleine, échouée aux Saintes Maries de la Mer.

D'autres légendes entourent ce personnage qui fut lapidé sur ordre du gouverneur romain qui n'acceptait pas que sa fille Estelle se fût convertie au christianisme.

Saintes-089.JPG

Le tombeau redécouvert par Saint Pallais fut l'objet d'une grande vénération et la Basilique construite sur un des chemins de Compostelle devint très vite une halte appréciée des pèlerins.

Que ces rappels historiques et néanmoins poétiques n'entravent en rien votre découverte...

Descendez les quelques marches et plongez dans le Moyen-Âge avec cette sensation étrange d'entendre résonner les chants grégoriens et le piétinement des pèlerins tournant autour du tombeau... 

Saintes-095.JPG

Dès l'entrée, vous êtes saisi par l'atmosphère. Le silence s'impose de lui-même dans ce transept. Il y a dans la pénombre, dans l'harmonie protectrice des voûtes, une présence qui respire avec les pierres.

Sur la droite, un escalier menait à la nef de l'église haute. Nef détruite au début du XIXème siècle.

Saintes-101.JPG

Un large bandeau à motifs de fleurs est sans doute un réemploi de l'église mérovingienne du VIème siècle. Des soleils y fleurissent sur la pierre depuis plus de quinze siècles!

Saintes-098.JPG

Saintes-128.JPG

Et voilà la merveille! Le vaisseau principal avec ses quatre travées basses, ses courts piliers puissants qui supportent l'église haute, ses voûtes d'arête à peine visibles séparées par des doubleaux et d'épais boudins. La description architecturale est incapable de rendre le mystère et la profondeur de cet endroit. On y est à la fois sous la terre et dans le ciel. On y est dans le ventre maternel et sur une autre planète...

Saintes-107.JPG

Saint Eutrope y repose dans son monolithe protégé par les voûtes comme par la cage thoracique d'un dragon débonnaire.

Après un moment de recueillement devant la pierre vénérée pendant des siècles, il faut lever la tête vers les chapiteaux... entrelacs de vannerie, acanthes corinthiennes, motifs d'inspiration romaine ou mérovingienne... 

Saintes-113.JPG

Saintes-119.JPG

 

Saintes-nini-090.JPG

Une imagination panthéiste, un hymne artistique à la création que ne renieraient pas les sculpteurs de l'Art Nouveau. 

Les premiers piliers, entre le transept et le choeur sont habités par un petit monde de créatures étranges qui vous observent de haut! Ce sont de gentils monstres à grandes oreilles (méfiez-vous de ce que vous dites) et souples comme des singes.

Saintes-120.JPG

Saintes-123.JPG

 

Saintes-121.JPG

Le vieux puits où l'on puisait l'eau des ablutions et où l'on pouvait s'abreuver après la longue route, est toujours là.     

Saintes-124.JPG

      Parfois vous surprenez des envolées de lumière... Sans doute un passage furtif de l'Esprit Saint!

Saintes-116.JPG

Remontez à la surface, allez visiter l'église haute, lumineuse et élancée. Admirez ses chapiteaux historiés... Mais n'oubliez pas qu'elle est portée par cette crypte où l'éternité a fait halte!

Saintes-139.JPG

Saintes-147.JPG

.

Liens : Articles "Charente Maritime"

Charente Maritime. Classement alphabétique. Liens.

 

.............................................................................................................

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #CHARENTE MARITIME



    La Rochelle est paraît-il la troisième ville de France pour le nombre de visiteurs.
   Plus de trois millions l'an passé!
   La ville le mérite...
   Une ville claire, de ciel, de pierres et de mer.   
   Une ville ouverte sur le grand large.
   Une ville d'oiseaux marins, de voyageurs et de rêveurs.





    Mais savez-vous que non loin des fameuses tours, une petite merveille  est installée, pour la joie des enfants, petits ou grands : un authentique manège du XIXème siècle, oeuvre de Gustave Bayol, le célèbre artiste angevin, sculpteur d'animaux de bois.



   Le manège est un des rares rescapés en Europe de tous ceux qui égayèrent les places et les fêtes.
   Il est en France le plus ancien et la revue du Louvre le considère comme "un bijou rarissime".



     Quand je l'ai photographié, dimanche dernier, l'orgue de Gasparini (1870) était parti pour la restauration, mais les chevaux de Bayol caracolaient dans leur ronde immobile.
   J'ai retrouvé, intact, l'émerveillement que me donna l'exposition d'art forain de Fontevraud

(voir 
Art forain (II).Les chevaux. Photos. )  




   Je les ai retrouvés, ces chevaux optimistes... un peu moins impeccables que leurs frères de l'expo, un peu plus mal peinturlurés, un peu abimés, mais toujours piaffants! Il faut dire qu'ils tournent depuis un siècle et quelques lustres!



   J'ai retrouvé l'âne brun...



   L'âne gris... 



   Le petit zèbre...



    Le coq gaulois qui est paraît-il notre emblème parce qu'il continue de chanter fièrement quand il a les deux pattes sur le fumier...



    Le cygne et le chat...
    Le chat blanc longuement photographié à Fontevraud!
    Il était là! Avec son regard de côté, l'air de dire que seul un humain pouvait l'imaginer dans une telle posture mais qu'en réalité, il n'existait pas plus de chats de manège que de chats policiers!  

 (voir :
Art forain (I). Les chats. )



  Il y avait aussi un carrosse abracadabrantesque. Il était vide...




    La princesse l'avait quitté pour suivre son prince au canotier...


... 

Liens: Tous les articles sur La Rochelle et sur la "Charente Maritime"

Charente Maritime. Classement alphabétique. Liens.

 

.............................................................................................................

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog