Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

peintres

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres

 

 

willette.jpg

Quand on s'appelle Adolphe, il vaut mieux ne pas faire de politique. C'est un prénom dangereux.

Willette (1857-1926) n'a pas écouté ce conseil et sa candidature aux élections législatives de 1889  comme unique candidat sur la liste antisémite a jeté une ombre sur toute son oeuvre et a conduit le Conseil de Paris à débaptiser en 2004 le square du Sacré Coeur qui portait son nom pour le remplacer par celui de la Vierge Rouge, l'héroïne montmartroise de la Commune : Louise Michel.

willette-antisemite.jpg

Ce seul tract explique pourquoi Willette mérite le désamour que Montmartre lui porte. Montmartre c'est la liberté, la générosité, les bras ouverts. Tant d'artistes ici sont venus chercher la tolérance et l'inspiration, tant d'artistes venus de divers horizons que le racisme y semble plus qu'ailleurs insupportable....

willette3.jpg

Et poutant Sans oublier ce triste aspect du personnage, aspect si répandu dans notre beau pays dans les années qui précèdent l'Affaire Dreyfus, il est normal de s'intéresser un peu à ce personnage qui laissa son empreinte dans notre quartier et décora quelques uns des cabarets les plus prestigieux.

2011_0226Gill-Willette0013.JPG

                         Le petit immeuble du 20 rue Véron, à côté de l'hôtel de Clermont. 

C'est en 1882 qu'il s'installe à Montmartre, au 20 rue Véron. Au temps de l'impressionnisme, il ne montre aucun goût pour ce courant qu'il juge vulgaire et il peint de façon très classique avec une palette sans éclats.

willette-marcellin-desboutin.jpg

                                  Willette vu par marcellin Desboutin (avec allusion au Chat Noir).

Il obtient cependant un franc succès avec son Pierrot et sa Colombine, au point qu'on le représentera lui-même dans ce costume et qu'il écrira ses mémoires sous le titre de Feu Pierrot.

willette suicide de Pierot

        Willette . Parce Domine (1884). Peint pour le Chat Noir et aujourd'hui au Musée de Montmartre.

Il participe avec Salis et Goudeau à la création du Chat Noir, boulevard de Rochechouart. C'est pour ce cabaret qu'il peint son oeuvre la plus célèbre : Parce Domine.

L'immense toile qu'on peut admirer dans la première salle du Musée du Vieux montmartre, rue Cortot, reprend les premiers mots d'un cantique qui énumère les péchés humains et la luxure avant d'implorer le pardon divin. Et c'est cette toile qui orna le Cabaret où le tout Paris venait boire et s'amuser!

Alors que le moulin tourne avec ses ailes transformées en portées musicales, la  foule frénétique des vices accompagne Pierrot vers la mort...

Bloy écrit à propos de cette oeuvre :

"Une nuit claire et neigeuse. Un moulin aux ailes immenses, le moulin solitaire et mélancolique de l'espérance des poètes, qui tourne toujours à vide et qui n'a jamais le plus petit grain de bonheur à moudre pour les affamés..."

Willette décore de nombreux cabarets de la Butte comme La Cigale, le hall du Bal Tabarin et Le Moulin Rouge dont il dessine le célèbre moulin.

willette-vitrail.jpg

Il dessine également des vitraux...

willette-Pierrot.jpg

Il crée une revue : Le Pierrot (1888-1891)

La page de couverture ci-dessus illustre une chanson de Béranger, misogyne et assez lourde :

          Gai! gai! De profundis.                                                                                                           Ma femme a rendu l'âme!                                                                                                   Faut-il la pleurer?                                                                                                                 Non, non, j'aime mieux la suivre                                                                     Pour la voir enterrer!

 

willette-la-vache-enragee2-copie-1.jpg

Il crée également La Vache Enragée (1896-1897) et il participe à l'organisation du 1er défilé carnavalesque de Montmartre en 1896 : La promenade de la Vache Enragée dont il sera l'organisateur l'année suivante et qui deviendra la Vachalcade...
willette-temps-des-cerises.jpg

Quand en 1891, Jean-Baptiste Clément, l'auteur du Temps des Cerises, délégué du parti ouvrier socialiste révolutionnaire, est condamné à deux ans de prison et cinq ans d'interdiction de séjour, Willette prend parti pour son ami et publie un dessin où l'on voit la Liberté sous les traits d'une jeune fille, encadrée par des gendarmes qui ont confisqué son panier de cerises.

Willette ajoute un couplet à la chanson :

Quand il reviendra le temps des cerises                                                               Pandores idiots, magistrats moqueurs                                                                 Seront tous en fête                                                                                                            Les bourgeois auront la folie en tête                                                                                  A l'ombre seront poètes chanteurs                                                                           Mais quand reviendra le temps des cerises                                                         Siffleront plus haut chassepots vengeurs

 

willete poulbot

                          Affiche pour l'arbre de Noël au dispensaire des Petits Poulbots.

En 1920, avec Forain et Poulbot, Willette fait partie des fondateurs de la République de Montmartre dont il sera le premier président.

Il participe activement avec son ami Poulbot à la création du dispensaire des Petits Poulbots dont il pose la première pierre en 1923, rue Lepic, à l'emplacement d'un ancien poulailler...

 

willette-pierrot-chatouille-a-mort-colombine.jpg

Evidemment on peut penser à Louis Ferdinand Céline, écrivain génial et antisémite déchaîné dont on cite le dévouement auprès des malades sans argent...

Willette, le génie en moins, a lui aussi donné de son temps et de son argent à l'assistance des malheureux... mais cette "charité" ne saurait absoudre ni l'écrivain ni le dessinateur.

willette-guillotine.jpg

Willette a été fêté et reconnu. La République qu'il avait si souvent caricaturée lui a accordé la légion d'honneur...

Mais aujourd'hui pèse sur cet homme qui se revendiquait chrétien la tache ineffaçable du racisme, cette tache qui allait recouvrir la France de lèpre, quelques années plus tard. 

Willette-guerre.jpg

                               Couverture de Willette pour le Rire Rouge (nom que prend l'hebdomadaire humoristique le Rire  pendant la guerre, pour montrer la determination des combattants prêts à verser leur sang ou à faire couler celui des ennemis!)

      Son oeuvre, si l'on excepte ses affiches, est plus noire que rouge. Pierrot y est souvent associé à la mort; le pouvoir y est dénoncé pour ses exactions et ses injustices... Elle est sous son apparente légèreté, annonciatrices de temps tragiques. 

2010 1003jardinsaintpierre0013

                               Square Louise Michel. Ancien Square Willette.

 Willette meurt en 1926. Le jardin du Sacré Coeur lui rend hommage en portant son nom... jusqu'en 2004 où le nom s'efface...

21-mars-003.jpg

                                                     Square Louise Michel...

Et pourtant Willette a participé à la légende de la Butte en dessinant au clair de lune des personnages simples et poétiques, des pierrots sans le sou, des midinettes...  

Son engagement politique criminel fait oublier ses qualités et j'espère que mon poète préféré, mon grand homme, Guillaume Apollinaire, ignorait cet aspect de Willette lorsqu'il écrivait à son sujet :

"L'on devrait donner le prix Nobel de la paix à cet artiste qui a fait presque autant de dessins contre la guerre que contre l'hypocrisie de ceux qui détestent la beauté."

willette-baionnette.jpg

       Couverture de La Baïonnette (hebdomadaire satirique qui paraît pendant la guerre), illustrée par Willette.

 

Liens

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

Montmartre. Eugénie Buffet.

Montmartre. Le Bal Tabarin.

Montmartre. Marcel Legay. Ecoute ô mon coeur

Montmartre. Cabaret. L'Enfer.

Montmartre. Cabaret Le Ciel.

Montmartre. Le cabaret du Néant.

Montmartre. Rue du Mont Cenis. Maison de Berlioz.

Le cirque Médrano. Boulevard de Rochechouart.

Montmartre. Musée de l'Erotisme. Jean-Marc Laroche.

Poulbot. Panneaux de Faïence. Rue Damrémont. Montmartre.

Montmartre. Moulin de la Galette. Histoire. peintres.

Montmartre. La Goulue et Toulouse Lautrec.

Montmartre: Jane Avril, Toulouse Lautrec.

...





 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres

 2011_0226Gill-Willette0032.JPG

                        Enseigne : le Lapin à Gill au cabaret du Lapin Agile, rue des Saules.

2011_0226Gill-Willette0030.JPG

                         Le Lapin Agile. A gauche, le mur du cimetière Saint-Vincent.

André Gill pouvait-il imaginer en peignant la fameuse toile du Lapin, qu'elle serait reproduite sur un panneau de bois par Osterling pour le cabaret de la rue des Saules et que cette oeuvre serait photographiée par des millions de touristes?

lapin-agile.jpg

Lorsque l'enseigne fut installée sur la façade de la petite maison en 1881,  André Gill sortait de Charenton où il avait été interné. Il connaissait alors une courte rémission avant d'être interné de nouveau pour ne plus sortir et mourir en 1885.

Andre-Gill.jpg

                                                              André Gill.

Il fut cependant bien plus que l'auteur de ce lapin qui sort de sa casserole en brandissant une bonne bouteille!

Il fut le caricaturiste dont les lecteurs guettaient les dessins, à l'affût de l'hebdomadaire La Lune qui était à la fois le Charlie Hebdo et Le Canard Enchaîné de l'époque.

andre-gill-theresa3.jpg

                                               La Lune. Caricature de Thérésa.

André Gill est le fils d'un aristocrate peu recommandable, le Comte de Guines qui ne reconnaît pas ce garçon né le 17 octobre 1840 d'une aventure avec une femme du peuple, une couturière qui en meurt de chagrin. De son vrai nom André Gosset, il choisira de signer ses dessins sous le nom de Gill.

Il se montre très précoce dans l'art du portrait et après les Beaux-Arts, il est remarqué par Nadar qui détecte en lui un caricaturiste de génie.

André Gill publie ses premiers dessins alors qu'il a à peine 19 ans, dans Le Journal Amusant.

Il mène alors la vie de Bohême dont parle Murger (dont il illustrera La Vie de Bohême) et ne parvient à survivre qu'en jouant les croque-morts, c'est à dire en "croquant" les morts dont les familles veulent garder un souvenir vivant!

Grâce à l'épidémie de choléra de 1865, il peut mettre un peu de beurre dans ses épinards!

Andre-Gill-victor-noir.jpg

                                   André Gill. Victor Noir sur son lit de mort.

Sa caricature de Thérésa (Emma Valadon de son vrai nom) spécialiste des refrains drôlatiques et des effets de voix tyroliennistes, connaît un franc succès.

Andre-Gill-theresa.jpg

andre-gill-theresa2.jpg

                                        André Gill. Caricatures de Thérésa.

andre-gill--la-lune-lesseps.jpg

                                         André Gill. Ferdinand de Lesseps

Ses "grosses têtes" assurent le succès de l'hebdomadaire dont les accros guettent chaque parution! Jusqu'au jour où la censure que Gill dessine sous les traits de Madame Anasthasie, s'intéresse à lui...

andre-gill-madame-anastasie.jpg

                                          André Gill: Madame Anasthasie. La censure.

D'autant plus qu'il s'attaque à Napoléon III que chacun reconnaît dans Le portrait authentique de Rocambole...

andre-gill-rocambole.jpg

                                  André Gill. Portrait authentique de Rocambole.

La Lune est interdite le 17 janvier 1866 mais renaît le 26 janvier, après une courte interruption, sous le nom provocateur de L'Eclipse

andre-gill-l-eclipse.jpg

                                              André Gill. L'Eclipse. Courbet.

Quand éclatent les évènements de la Commune qui ont tant marqué Montmartre, André Gill, bien qu'ami des Communards et proche de Vallès et de Rochefort, se tient courageusement à l'écart! Il ne s'expose pas, ne participe à rien... ce que lui reprocheront ses amis après le désastre...

Après la Commune, l'Eclipse qui s'était éclipsée, paraît de nouveau malgré de nombreux numéros censurés.

En 1876, Gill crée La Lune Rousse.

andre-gill-lune-rousse-clemenceau.jpg

                           André Gill. La Lune Rousse. Clémenceau.

La Lune Rousse est à son tour la cible des censeurs et en 1879, andré Gill la laisse disparaître non sans avoir auparavant créé La Petite Lune!

andre-gill-la-petite-lune-VH.JPG

                                                 La Petite Lune. Victor Hugo au Sénat.

Il représente ici Victor Hugo qui malgré son âge, lutte sans faiblir pour la justice et la liberté et réclame au Sénat l'amnistie pour les Communards     exilés.

andre-gill-zola.jpg

                          André Gill. Emile Zola (qui salue Balzac et est salué par lui!)

De censure en censure, André Gill voit ses maigres revenus devenir étiques et il se transforme pour survivre en illustrateur des romans de certains de ses amis comme Zola ou Murger.

andre-gille-emile-cohl.jpg

             Emile Cohl. Elève et ami de Gill. Il est considéré comme le créateur du dessin animé français.

Il se lie alors avec Emile Cohl, jeune artiste qui lui voue une grande admiration et restera jusqu'aux derniers jours un ami fidèle et attentif.

andre-gill-tableau.JPG

                                      André Gill. La Naissance. Petit Palais.

Le 21 mai 1880, il devient père d'un petit garçon qui ne survivra que quelques mois. Est-ce à la suite de ce traumatisme qu'il perd peu à peu la raison? Ou est-ce d'avoir été trop exposé aux rayons maléfiques de la lune?

Il est interné à Charenton où il meurt en 1885.

Une décision de justice ordonne la vente de tous ses biens pour payer les frais d'internement. Son atelier est vendu aux enchères, ses oeuvres sont dispersées. Emile Cohl organise une exposition à la Galerie Vivienne pour récolter quelques fonds, sans grand succès.

andre-gill-cimetiere.JPG

                                         Tombe d'André Gill au Père Lachaise.

André Gill est enterré loin de Montmartre, au Père Lachaise.

2011_0226Gill-Willette0004.JPG

                                  Rue André Gill (entre le 76 et 78 de la rue des Martyrs)

2011_0226Gill-Willette0005.JPG

                                           Buste de Gill (par M. Rouillière) 

Une rue de Montmartre, à deux pas de Chez Michou, porte son nom. Une rue aux immeubles bourgeois qui se termine en cul de sac avec quatre arbres et le buste peu inspiré de l'artiste bohême...

2011_0226Gill-Willette0025.JPG

Mais c'est son lapin qui lui confère sa part d'éternité montmartroise!

 C'est lui qui vous invite à boire un petit coup et à vous intéresser peut-être aux caricatures brillantes et drôles de son créateur!

N'hésitez pas! Ne sommes-nous pas entrés avec les Chinois dans l'année du lapin?

Et n'oubliez pas d'aller rendre visite au musée de Montmartre où vous rencontrerez le lapin à Gill en chair et en os....enfin, je veux dire le lapin original et non la copie installée sur le cabaret de la rue des Saules!

 

Liens

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

Montmartre. Eugénie Buffet.

Montmartre. Le Bal Tabarin.

Montmartre. Marcel Legay. Ecoute ô mon coeur.

Montmartre. Cabaret. L'Enfer.

Montmartre. Rue du Mont Cenis. Maison de Mimi Pinson.

Montmartre. Cabaret Le Ciel.

Montmartre. Le cabaret du Néant.

Montmartre. Rue du Mont Cenis. Maison de Berlioz.

Le cirque Médrano. Boulevard de Rochechouart.

Cimetière Montmartre. Henry Murger.

Montmartre. Musée de l'Erotisme. Jean-Marc Laroche.

etc..

 

 

Voici un texte fort qui concerne Gill et que m'envoie un ami lecteur. Il complétera et approfondira l'article sur cet artiste. Il donnera une vision terrible de la folie qui enferma vivant cet homme charmant.

...........................................................................................................................................................

 

CHOSES VUES

     André Gill. Une petite rue de Montmartre garde son nom. J'y suis passé hier, par hasard. Un rayon de soleil frappait la plaque bleue où ce nom brillant, resté jeune, semblait sourire. Plus haut, sur le clair du ciel, se profilait le moulin de la Galette où nous déjeunâmes, cinq, six, voilà tantôt quinze ans — je me rappelle — et d'où nous partîmes tout d'une traite pour Sceaux, conduits par un cocher romantique. C'était le printemps. Dans la voiture chargée à couler et si joyeuse : André Gill, Daubray, Gil-Naza, Sapeck... Tous disparus ! Gill sombra le premier. Quelques mois après cette promenade, j'allais le voir à l'hospice de Charenton où la folie venait de le murer. Oh ! cette visite ! 

C'était par une après-midi brumeuse et froide de novembre. J'étais venu à pied, à travers le bois de Vincennes. Après que j'eus gravi de nombreux escaliers, traversé d'interminables et sombres corridors, le gardien me dit, à l'entrée d'une petite cour : 

  • Restez-là ; je vais vous l'amener. 

Je m'effaçai derrière un pilier et j'attendis. 

Le gardien ignorait mon nom. Gill n'était pas prévenu. C'était « quelqu'un » qui venait le voir. 

Au bout d'un instant, je le vis apparaître au fond de la cour, précédé du gardien, se dirigeant de mon côte. Il .marchait la tête baissée, les deux mains dans les poches de son pantalon, la chemise ouverte, sans gilet et la cravate dénouée, vêtu d'un simple veston.

Il était nu-tète et, malgré sa mise défaite, abandonnée, il ne me parut pas trop changé, si ce n'est que son visage était plus pale et que ses cheveux, toujours abondants, avaient sensiblement grisonné.

Je le regardais venir, très ému . 

  • Tiens ! c'est vous, me dit-il, souriant et me tendant la main.

Je lui pris le bras, et, comme il bruinait légèrement, je l’entraînai dans le corridor. 

  • C'est une plaisanterie, me dit-il : vous voyez bien que je ne suis pas fou. 

Et de fait, pendant près d'une demi-heure, il me parla fort tranquillement et fort raisonnablement, me racontant son équipée en Belgique, « une toquade », s'informant de ses amis, de ce qu'ils disaient, de ce que disaient les journaux.

Tout à coup, il se redressa, puis me lâchant le bras :

  • Ah ! ça, me dit-il, comment êtes-vous venu ici ?

  • Mais à pied, à travers le bois. 

  • Ah ! oui, vous allez à pied, vous; mais moi, j'ai un coupé, je vais vous reconduire. Vous avez vu, mon coupé ? Il est en bas, un coupé « jaune comme un citron » et un cheval « noir comme l'Érèbe !

Il me regardait, la prunelle agrandie, le cou gonflé, la moustache retroussée. Puis, s'exaltant et haussant la voix :

  • Et mon château ! mon château de Saint-Germain ! Vous y êtes allé, je pense ? Hein ? Est-ce assez Louis XIII ? Soixante- quinze mille livres de rentes et des filles « fraîches comme de l'herbe » ! Venez, je vais vous faire atteler !

Et comme nous étions arrivés, tout en marchant, au fond du corridor, il détacha un violent coup de pied dans la porte. 

  • Mais je suis enfermé ! S'écria-t-il ; oh ! ils m'ont enfermé !

À ce moment, des fous hurlèrent à l'étage au-dessus de nous .

  • Attendez, vous, là-haut, que je sois rentré dans ma cellule, nous allons bien voir celui qui criera le plus fort !

Et il cria !

Cette crise l'avait abattu. Le gardien, qui ne nous perdait pas de vue, me fit signe qu'il était temps de me retirer.

J'embrassai Gill : «  Allons ! adieu ! » 

Il suivit le gardien, sans rien dire, déjà soumis. 

D'autres fous allaient et venaient dans la cour. 

Gill resta au milieu d'eux. 

Je demeurai quelque temps à le regarder par la baie d'une fenêtre grillée.

Il avait l'allure de ses malheureux compagnons, marchant droit devant lui, et vite, la tête baissée, les deux mains dans les poches de son pantalon. La nuit tombait. Gill marchait toujours. Sa silhouette puissante se dessinait plus haute, en passant dans le jour des arcades ouvertes sur la vallée de la Marne. 
CHARLES FRÉMINE. 

Gill par Nadar.

Gill par Nadar.

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres

Moreau-096.JPG

      Le Prométhée foudroyé de Gustave Moreau (1869) a été peint un an après le Prométhée exposé au salon de 1868.

Combien pourtant il est différent...

Moreau-018.JPG

Le Prométhée de 1868, bien qu'enchaîné, est assis comme un roi au sommet du monde. Il est indifférent à la torture et ignore le vautour qui s'est approché par derrière pour arracher des lambeaux de foie. Notons que l'aigle du supplice a été remplacé par un charognard qui ne s'attaque habituellement qu'aux cadavres.

Moreau-019.JPG

Prométhée, le visage tourné vers l'horizon, ignore le dépeceur qui finira par mourir avant d'être remplacé par un autre charognard, comme le rappelle le cadavre, au pied du Titan condamné, lui, à ne pas mourir.

Moreau-020.JPG

Moreau-018-copie-1.JPG

Prométhée ne regrette pas son vol. Le feu qu'il a voulu donner aux hommes, brille au-dessus de sa tête, comme la flamme de Pentecôte au-dessus des disciples, la flamme de l'Esprit et de la Vie plus forte que la mort.

Gautier a su voir dans ce tableau sa dimension christique : "Mr Gustave Moreau n'a pas donné à son Prométhée les proportions colossales du Prométhée d'Eschyle. Ce n'est pas un Titan. C'est un homme auquel il nous semble que l'artiste ait voulu donner quelque ressemblance avec le Christ dont, selon quelques Pères de l'Eglise, il est la figure et la prédiction païennes. Car lui aussi il voulut racheter les hommes et souffrit pour eux."

Moreau-097.JPG

Gautier, en vrai poète, savait "voir". Que n'aurait-il écrit devant le Prométhée foudroyé? 

L'oeuvre, d'une touche moins léchée, moins académique, l'aurait sans doute inspiré. Prométhée n'est plus impassible, regard tourné vers l'avenir et la chute des dieux de l'Olympe. Son corps de souffrance est attaché au sommet d'un piton rocheux, comme exposé sur une croix.

Pas de clarté, pas de couleurs... des gris, des ocres, des blancs... le rouge presque brun du sang coagulé...

Moreau-105.JPG

Les jambes sont repliées comme celles du crucifié. La tête penchée sur le côté semble souffler son dernier souffle tandis que les yeux se révulsent.

Le corps n'est plus le corps athlétique du premier Prométhée, il est le corps torturé, le ventre creusé, les côtes saillantes... La dernière force du supplicié se concentre dans sa main repliée sur le flambeau dont la flamme continue de s'élever contre le ciel.

Près de lui, l'aigle-vautour, Jupiter, ressemble à un oiseau mort, un squelette d'oiseau.

Moreau 106

      ...Tandis que la foudre vient achever le condamné.

Moreau invente donc cette mise à mort, comme si le supplice excédait les dieux et qu'il fallait y mettre un terme.

Evidemment, l'aspect christique reconnu par Gautier dans le premier tableau, est ici plus manifeste encore. C'est après le chemin de croix et la montée au calvaire, après le fouet, les épines et les clous, le dernier coup de lance..

Moreau entoure le visage du Christ de l'auréole des icônes.

Moreau-095.JPG

Une humanité distincte et indistincte se mêle et s'emmêle sous ce Prométhée. Une humanité en devenir, une humanité en voie de recréation. Certains corps sont à peine esquissés, les bras imprécis, les visages sans yeux.

Moreau-099.JPG

      Les Océanides selon le mythe... Une pyramide de femmes, certaines indifférentes, d'autres concernées...

Moreau-003.JPG

Une humanité blafarde qui participe au mystère et peut recevoir la lumière du flambeau que Prométhée n'a pas lâché et que la foudre n'a pas éteint.

Oeuvre étonnante, oeuvre forte qui touchera le croyant comme l'incroyant, plus que le Prométhée impassible.

"Christ païen" est -il écrit dans les notes de visite du musée! 

Bizarre, bizarre... Le chrétien Gustave Moreau n'a pas représenté un Christ païen, n'en déplaise aux rédacteurs de catalogues, mais un Prométhée chrétien... 

Un Prométhée-Moreau qui au-delà de la mort tend vers nous le flambeau...

 

Musée Gustave Moreau.

14 rue de La Rochefoucauld. 75009.

(tel : 01 48 74 38 50.   fax : 01 48074018 71)

Métro: Trinité. Saint-Georges.  Bus : 67-68-74-32-43-49

Ouvert tous les jours sauf mardi et 1er janvier, 1er mai et 25 décembre:

De 10h à 12h45 et de 14h à 17h15.

 

Liens :

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

  Gustave Moreau. Le christ et les deux larrons.

Gustave Moreau. Les rois mages.

musée de la vie romantique, rue Chaptal (1)

musée de la vie romantique (2) Ary Scheffer.

Camille Bombois peintre à Montmartre

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres



     Montmartre réserve bien des surprises au piéton amoureux de Paris. Ainsi, suffit-il de passer la porte du 43 bis rue Damrémont pour découvrir une merveille : un ensemble intact de panneaux de faïence de Poulbot !

    L'ensemble fut commandé en 1910 par le propriétaire des bains-douches qui étaient alors installés dans l'immeuble.

     Les douze panneaux représentent les quatre saisons sur la Butte.

     Ils ont pour héros les gosses du maquis montmartrois que l'artiste n'a cessé de peindre avec son talent et surtout son coeur.

     Car Poulbot n'avait de cesse de leur venir en aide.

     S'il l'avait pu, il aurait accueilli toute la misère de son quartier et peut être du monde!

------------------------------------------------------------------------


                                                           Le printemps.


     Montmartre frémit avec la nature...

     Les enfants ont envie de danser, de sauter à la corde, de faire voler les cerfs volants dans le ciel clair...











      Il y a toujours dans les dessins de Poulbot des éléments très précis, des rues, des maisons que les montmartrois peuvent reconnaître, comme sur ce dernier panneau la maison de Rosimond, devenue depuis sur l'impulsion de Malraux (né à une centaine de mètres de cet immeuble, au 53 rue Damrémont) le musée du vieux Montmartre.

      Le peintre nous rappelle que ses oeuvres ne sont pas de pures inventions.

      Les enfants qu'il représente sont de chair et d'os.

      Nous les trouvons mignons car ils le sont, comme les touristes au Laos ou en Birmanie trouvent les gamins des villages très photogéniques...

      Mais attention, il y a souvent chez Poulbot, dans un coin du tableau, un enfant qui pleure ou qui s'enferme dans sa tristesse.





-------------------------------------------------------------------------


                                                             L'été.

    C'est la saison des vacances pour les enfants. Ils resteront sur leur Butte. Les congé payés n'ont pas encore été inventés...

    Le bon élève a fait un accroc à sa culotte. Il est mécontent d'avoir gâché son jour de gloire. Petite déchirure et grand drame !


 
   Quelques-uns défilent, drapeau en tête, pour le 14 Juillet. Ils sont les révoltés de demain, ceux qui peut-être prendront d'autres bastilles...



   On reconnaît à l'arrière plan, le"castel d'un philosophe", bricolé par un habitant du maquis, impasse Girardon.


   




    Une petite fille esseulée serre sa poupée et fait de gros yeux à qui oserait la menacer...




--------------------------------------------------------------------------




                                                         L'automne.


    C'est la saison rousse. Les vendanges de Montmartre n'ont pas encore été inventées pour venir en aide aux gamins du quartier. 

    Les fontaines permettent tous les jeux. 



   Trois enfants se promènent bras dessus, bras dessous en chantant...
   Ce trio de gosses solidaires, foulant les pavés, se retrouve fréquemment dans les dessins de Poulbot.
   Dans leur misère, les petits vivent, loin des adultes, comme une troupe de moineaux insouciants.



    Un loupiot de corvée de seau hygiénique, a saisi le balai-chiottes pour en faire un goupillon...



     Tandis qu'un peu plus loin, les mères font la queue pour acheter du pain au moulin de la Galette...





    ...et qu'un apprenti Ben-Hur dans son char, s'élance au pas nonchalant de son cheval-avant et de son cheval-arrière vers un ennemi qui ne semble pas vraiment menaçant.  






   Parmi les jeux les plus appréciés, la fameuse partie de billes... Attention à la pichenette qui se prépare!

 
-----------------------------------------------------------------------------

                                                     L'hiver.

   L'hiver offre d'inépuisables terrains de jeux et de glissades... Malgré les joues rosies et les mains nues...



    Un petit bonhomme transi prépare très sérieusement une bonne boule de neige...



 ...alors que d'autres en ont déjà fait provision!



   Bonnets et pèlerines protègent comme ils peuvent les poulbots.



    Toute la tendresse du monde dans le geste de cette grande soeur penchée sur son oisillon de frérot qu'elle couve avec un châle taillé dans un vieux rideau.



  C'est avec ces deux-là que nous quittons l'entrée de l'immeuble aux merveilles

  Je vous rappelle l'adresse : 43bis rue Damrémont. Vous pourrez y pénétrer les jours ouvrables car, par chance, un laboratoire d'analyses médicales est installé au rez-de-chaussée et la porte reste ouverte.

Profitez-en et bonne visite!


Liens Poulbot :

Photos récentes des céramiques : 

Poulbot. Jeunesse. Débuts.

Poulbot. Maturité. Succès. Les Gosses. (2)

Poulbot. Engagement social. Petits Poulbots. (3)

Poulbot. Dessins. La Maternelle de Léon Frapié. (1)

Poulbot. Poil de carotte. Illustrations. (1)

 Nouvel An. Poulbot. Hiver. voeux.

Montmartre. Impasse Traînée. Rue Poulbot.

 P
oulbot les loupiots de Bruant

 

Tous les articles classés : Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.




....................................................................................................;
                                               
                                         

 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres

2009 1205Moreau0068

      Dans la maison de Gustave Moreau, il vous faudra des heures et des heures pour découvrir les milliers de dessins, esquisses et tableaux du peintre et voyager de l'orient fabuleux surchargé de bijoux et d'effluves, au dépouillement quasi abstrait de certaines de ses oeuvres.
   Voyager aussi de la sensualité à l'inquiétude et au questionnement.


    Le Christ entre les deux larrons fait partie de cette interrogation et de cette recherche.
 
    La grande toile nous donne à voir  les trois suppliciés sur un fond de ciel menaçant.
    Les ténèbres vont bientôt recouvrir la terre. Les nuées s'accumulent déjà, à droite, du côté du "mauvais larron".

2009 1205Moreau0069

    Ce qui frappe tout d'abord, c'est la composition qui décentre le Christ pour le rapprocher du "bon larron" sur la gauche du tableau, et qui isole l'autre supplicié dont le visage se détourne.
   Le Christ, aérien, ne montre aucun signe de souffrance, malgré la plaie ouverte sur son flanc.
   Ses bras étendus comme des ailes, le portent comme s'ils n'étaient pas cloués sur le bois qui s'efface.
Il penche la tête et regarde celui qui lui parle et se tend vers lui...



christ et larrons

    Un dessin préparatoire montre à quel point le peintre voulait projeter en avant l'homme, qui au dernier moment de sa vie, au plus douloureux, se détachait de lui-même pour avoir compassion devant l'innocent :
"Pour nous c'est justice, mais lui n'a rien fait d'injuste.
Jésus, souviens-toi de moi lorsque tu seras dans ton règne".

2009 1205Moreau0074

     L'homme semble en mouvement, comme décollé du bois du supplice. Tout son visage est tendu, le regard intense, la bouche ouverte pour la dernière supplique avant de mourir.

     Il va recevoir en réponse, les paroles de la vie :

"Crois-moi, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis."


2009 1205Moreau0070


    L'autre supplicié consacre ses dernières forces à se détourner, le corps noueux et douloureux.
   Ce n'est pas son refus de croire en la divinité du Christ qui l'isole mais son manque de compassion pour l'innocent, son manque de "fraternité" dans l'épreuve partagée.
   Il n'est préoccupé que de lui même et s'il s'adresse au Christ c'est pour le provoquer et l'insulter :
"C'est toi le messie!
Viens à ta rescousse et à la nôtre!"

   C'est sur cet homme que les couleurs sont les plus vives. C'est lui dont le corps est le plus sensuel, bassin en avant, sexe à peine caché par un linge qui glisse...
Il ne croit pas à un après. Il se réfugie dans la chaleur vivante de ses bras, comme s'il cherchait une caresse humaine.

Le linge vole autour de lui comme des flammes blanches.
Son visage semble recevoir les derniers feux d'un astre qui disparaît. 

2009 1205Moreau0071

    Au pied des arbres du supplice dont le tronc est parcouru de filets sanglants, se presse une foule indistincte et confuse. N'en émergent que les têtes des chevaux blancs.

   Les condamnés sont élevés très au-dessus... Ils sont déjà dans le ciel ou contre le ciel, pour celui qui refuse un au-delà mais qui, par l'expérience terrible qu'il est en train de vivre, s'est dégagé du magma humain. 


2009 1205Moreau0045

    Cette élévation est encore plus manifeste dans un autre tableau qui projette les croix dans le ciel comme des fusées. Dali s'en souviendra peut-être quand il représentera le Christ penché, depuis sa croix sur la planète entière...


2009 1205Moreau0076


Lien : Gustave Moreau. Les rois mages.

 

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

Musée Gustave Moreau
14 rue de La Rochefoucauld
75009 Paris
Tel : 01 48 74 38 50
Lundi et mercredi de 11 h à 17 h 15
Autres jours de 10 h à 12 h 45 et de 14 h à 17 h 15


...



Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres






     Pour quelques jours à Paris, j'ai voulu revoir certaines toiles du musée d'art naïf de Montmartre dans la Halle Saint-Pierre. Les toiles étaient parties en vacances sans doute! Le musée tout entier offrait son espace à deux peintres : Macréau et Boix-Vives. Je me suis laissé aspirer par l'univers de ce dernier.



     J'ignorais tout de lui, je dois l'avouer, alors que les amateurs d'art brut le connaissent depuis longtemps. J'ai  appris qu'un jeune berger catalan avait quitté, à 17 ans, son pays pour chercher en France du travail. Après des années difficiles, il avait ouvert un commerce en Haute-Savoie, à Moutiers. Il fit prospérer son affaire et n'aurait sans doute attiré l'attention de personne, si en 1962, la mort de sa femme, ne l'avait soudain foudroyé. Il se retira des affaires et commença à peindre... Il peignit pendant 7 ans jusqu'à son rendez-vous, dans un hôpital de Grenoble avec la mort toujours exacte.
     7 ans et plus de 2000 oeuvres!



                                               Pêcheurs dans un lac de montagne

     Le feuillet qu'on vous donne à l'entrée de l'expo n'y va pas de main morte! On vous parle de Fra Angelico, de Van Gogh... On évoque l'art roman catalan et le baroque savoyard!
Serions-nous passés à côté du plus grand peintre de tous les temps?



                                                             Religieuse lunaire

     Sans doute le jeune berger catalan a-t-il été frappé par la simplicité et la force des fresques romanes. Sans doute a-t-il été sensible, plus tard, à l'exubérance des chapelles savoyardes...
     Mais ce qui est frappant dans ses toiles et ses cartons peints dans l'hiver de sa vie, alors que sa respiration était entravée par un asthme chronique, c'est le remplissage de l'espace.   Un remplissage étonnant que nous avons déjà rencontré chez Séraphine de Senlis.

 
                                                               Fleurs et arbres

    Lui qui vit sous le ciel de Savoie, ne montre jamais l'horizon. Ses toiles ne sont pas des fenêtres, mais des peintures sur des murs, sur des falaises. Ses personnages sont des animaux déguisés, des singes jouant la comédie humaine.

 
                                                     Princesse africaine

 
                                                                  Dame noble

 
                                                    Famille respectable


                                                     Fumeur d'Albertville

     Curieusement,  le cousinage auquel on pourrait penser, n'est pas mentionné. Il serait du côté de l'Afrique peut-être ou des aborigènes. Une manière directe et magique de projeter les formes et les couleurs comme un geste vital, la libération nécessaire d'un trop plein de vie, trop plein d'angoisses, trop plein de peurs.

 
                                                          Esprits inconnus

 
                                                         Projet tapisserie

      Cette présence grouillante de la nature, des hommes, des animaux et des esprits est parfois si oppressante que le peintre les écarte pour aller vers l'abstraction.


                                                            Drapeaux


                                                           Drapeau au chien

 
                                                          Grand animal noir

    Dans les grottes, dans la nuit, à la lueur des torches, les hommes des cavernes jetaient des animaux sur les parois. Des animaux qui s'éveillaient la nuit quand la terre dormait.

     les oiseaux de Boix-Vives chantent sur ses toiles alors que leur créateur dort depuis 40 ans sous la terre.
Ils attendent, immobiles, que se couche le soleil.
Ils attendent, immobiles, que ce monde finisse.

 


Lien : Camille Bombois peintre à Montmartre

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

 





... 

Voir les commentaires

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #Peintres



     Par un jour très gris, nous sommes allés, Nicole et moi, au musée Maillol voir l'exposition consacrée à Séraphine de Senlis mise à la mode par Yolande moreau dans le beau film consacré à cette artiste au coeur simple et à l'esprit visité par les anges et les démons. (voir : Séraphine de Senlis )
Nous sommes restés longtemps devant le grouillement inquiétant des fleurs carnivores et des feuilles griffues, le regard emprisonné dans la toile sans horizon, sans sortie sinon vers le haut et le ciel..  
   Notre surprise fut grande, en quittant les salles de l'exposition de découvrir un artiste naïf, plein de vie et d'optimisme qui nous a aussitôt ensoleillés.


 
    Camille Bombois dont le nom même fleure la nature et la vie simple est un solide bourguignon qui après avoir été valet de ferme, lutteur de cirque, marin, ouvrier de tunnel dans le métro parisien et travailleur de nuit dans une imprimerie, parvint enfin à vivre de sa passion, la peinture vers 1940. Après la première guerre et son retour du front il fut étonné de voir que sa femme, Eugénie Christophe qu'il avait épousée à la mairie du XVIIIème et qu'il aima au point de ne pouvoir peindre qu'elle, avait réussi à vendre plusieurs de ses toiles. Ce qui l'encouragea à exposer dans les rue de Montmartre comme le faisaient alors de nombreux peintres de talent (ce qui a hélas a bien changé!) Plus tard il sera remarqué par Mathot, un marchand de la rue des Martyrs qui vendra avec succès de nombreuses toiles. Ainsi, Camille put-il installer son atelier rue Caulaincourt où il eut tout le loisir de peindre encore et toujours son grand amour.



 
   Il aimait ses formes généreuses et la douceur de son visage. Il  regardait Emilie accomplir les gestes du quotidien avec infiniment de reconnaissance et de désir.
  Son regard écarte les cuisses, fait remonter la robe, caresse la chaleur et le mystère de la femme.



 
   Pour lui, le sexe est bien l'origine du monde comme le nomme Courbet, mais c'est aussi sa vérité, sa permanence, le lieu où l'homme devient homme. Il s'y réfugie sans cesse, lui le bourguignon massif et nul doute qu'il se laisse féconder, qu'il laisse son esprit accueillir les délicatesses et les teintes qui sont femmes.





  De nombreuses toiles montrent des femmes qui soulèvent leur tablier ou leur robe, très simplement, pour recueillir des cerises par exemple, ou des fleurs.


 
   Sur celle-ci, nous voyons à droite une de ces femmes jambes entrouvertes. Au centre, sur le pavé une autre se penche vers un minuscule chaton noir devant un petit garçon. On peut rêver longtemps devant cette peinture. La rue comme un chemin entre deux rangées de maisons qui sont comme des jambes, avec en ligne de fuite ce trou d'ombre qui attire et ce chat au beau milieu qui quête les caresses. tout cela sous le regard d'un petit mâle impressionné
 



 Un jeune mâle qui guettera plus tard entre les joncs ces baigneuses allongées dans la douceur de l'eau, les jeunes seins durcis, les jambes qui s'écartent
...






   Nous rentrons à Montmartre avec le sentiment d'avoir rendu visite à deux artistes étonnants et étrangement opposés : Séraphine qui ne peut retenir l'éclatement des cellules, des cancers, des obsessions dévoreuses de lumière et Camille qui ramasse le monde et ses questions à l'intérieur des forme les plus douces et les plus voluptueuses.

...

Liens : Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog