Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités

 

      Voilà une figure inoubliable de Montmartre ...

Un homme qui a marqué la Butte de sa gouaille et de sa fantaisie. Un épouvantail, un ivrogne, un dépravé, un magouilleur...

Clochard sublime, roi de la bohême, mythomane kleptomane, affabulateur narquois... Que n'a-t-on dit de lui ! 

    De son vrai nom, André Joseph Salis de Saglia, Bibi La Purée était un trouble personnage, fascinant et repoussant à la fois...

Il était mendiant, pique-assiettes, cireur de chaussures, entremetteur et selon certaines langues vipérines (ou non), indic !

 

    Ce qui est certain c'est qu'il errait dans Montmartre, entre deux vins ou deux absinthes, vêtu de hardes malodorantes. Il assurait aux passants qu'il était en mesure de leur fournir tout ce dont ils avaient besoin. Ainsi était-il souvent chargé d'objets hétéroclites, selon les demandes qu'il avait reçues.

Il s'était spécialisé dans les vols de parapluie et le cirage des pompes.

                                          Bibi cireur de chaussures (Jacques Villon)

    Ce Bibi (1847- 1903) fut aussi compagnon de Verlaine qu'il rejoignait au Quartier latin. Il prétendait être son secrétaire et avoir été son amant. On ne prête qu'aux riches !

                    Verlaine, Bibi et Mallarmé au Procope. (1890, Serafino Macchiati)

    C'est en partie grâce à cette relation avec le poète que l'on parle encore de lui aujourd'hui.

C'est aussi parce qu'il a attiré l'attention de peintres et de poètes qui fréquentaient la Butte et le choisirent pour modèle...

                                                           Bibi la Purée. Picasso.

 

                                                    Bibi la Purée assis. Picasso.

                                                           Bibi (Jacques Villon)

                                                         Bibi la purée (Bottini)

 

                                           Bibi à la pittoresque allure a été peint par Picasso, jacques Villon, Bottini et croqué par Steinlen qui avait l'habitude des matous efflanqués...

Il aurait pu l'être par Renoir dont il fréquentait la cuisine, rue Girardon, où Adèle le laissait vider un bocal de cornichons et un litre de rouge, en écoutant d'une oreille distraite les poèmes qu'il débitait pour payer son écot !

                     Il a même été immortalisé dans le bronze par Bailleul!

...Et il apparaît ici ou là dans des poèmes ou des romans.

Jehan Rictus lui consacre une complainte :

                                             Bibi-Rictus-Steinlen.jpg

                                   Dessin de Steinlen pour "Les Soliloques du Pauvre" de Rictus.

 

Complainte pour complaire à Bibi-La-Purée

 

"Stupeur du badaud, gaîté du trottin,

Le masque à Sardou, la gueule à Voltaire,

La tignasse en pleurs sur maigres vertèbres

Et la requinquette au revers fleuri

D'horribles bouquets pris à la poubelle,

 

Ainsi se balade à travers Paris,

Du brillant Montmartre au Quartier latin

Bibi-La-Purée, le pouilleux célèbre,

Prince des crasseux et des Purotins.

 

(...) Va comédien, noble compagnon,

Cabot de misère, ami de Verlaine,

Errant de Paris, spectre d'un autre âge

Que ne renieraient Gringoire ou Villon."

                                                         Dessin de Sophie Pimberton

    Paul Fort le cite dans son poème "L'Enterrement de Verlaine", comme compagnon fidèle et garde du corps du poète !

Poème que Brassens enregistrera un demi siècle plus tard ! 

 

                                                       L'enterrement de Verlaine.

(...) N'importe ! Je suivrai toujours, l'âme enivrée

Ah ! Folle d'une espérance désespérée

Montesquiou-Fezensac et Bibi-la-Purée

Vos deux gardes du corps - entre tous moi dernier."

                                                      Bibi par Géo Dupuis

 

                               Raoul Ponchon lui consacre un poème sans concession :

 

(...) "Qui étais-tu? D'où venais-tu?

Espèce de Bibi têtu,

Entre le vice et la vertu.

 

Paresseux jusqu'au délire

Et maigre au point qu'on pouvait lire

Toutes les cordes de ta lyre !

 

Que le Seigneur et Notre-Dame

Prennent pitié de ta pauvre âme

Ta pauvre loque et chiffe d'âme !"

 

Voilà qui n'est pas très flatteur, mais que savait Ponchon de l'âme de Bibi?

 Ce Bibi qui lui-même se prétendait poète. Ce qui à en juger par ses vers n'est pas évident... 

                                                                 Portrait d'homme (Bibi la purée) Picasso.

 

La Lettre à deux sous

 

"Depuis Monsieur Grévy, l'on corne à nos oreilles

Des journaux, chaque matin

Qu'on nous mijote un beau destin

Tout de velours, d'or, de satin :

Des impôts pour la frime et des lois sans pareilles,

Du pain garni de beurre, au-dessus, en-dessous,

Rien que des folles nuits, après des jours bien calmes,

Des rubans et des croix, des poireaux et des palmes

Et surtout la lettre à deux sous !!!"     (...) 

                                             Portrait de Bibi (Sophie Pimberton)

       Après la mort de Verlaine, en 1896, Bibi se transforme en revendeur officiel d'objets, de lettres, ayant appartenu au poète. Il en fait un commerce lucratif, comme le fut le celui des reliques de la vraie croix au Moyen-Âge!

Ainsi, parvint-il à fourguer plusieurs dizaines de cannes ayant appartenu à Verlaine

                                  

                                            bibi_la_puree-Biscot.jpg

         Bibi meurt quelques années plus tard à l'hôpital de la Pitié. Pendant quelques années son souvenir reste vivace à Montmartre et au Quartier latin. Un char à son effigie est promené par les étudiants lors d'un carnaval et plus tard, en 1934, le film de Léo Joannon portera son nom!

     Personnage étrange qui semble faire un pied de nez à la mort avec son sourire matois et sa dégaine de j'menfoutiste, il n'a pas disparu de la Butte...

Vous le rencontrerez peut-être, rue Lepic ou rue Norvins, et comme il pleut souvent sur la Butte, vous aurez l'occasion de lui acheter un parapluie!

.............................................................................................................

                                                           bibi la purée (Pablo Tillac)

 

 

.
Liens : 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
.............................................................................................................

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article
M
J ai fait connaissance avec Bibi la Puree au musée de Paul Ghetty à Los Angeles et jhe n'ai pu m'empêcher d'évoquer Dédé la Saumure triste connaissance de DSK....nous en avons bien ri
Répondre
G

Un sacré personnage. Je trouve que l'hommage de Paul Fort est fade par rapport à Verlaine qui méritait un éloge plus violent et moins conventionneL
Répondre
A

c'est tout un folklore d'une époque un peu folle. Pourtant on en voit des Bibi la Purée dans les rues de Paris. Je suis sûr qu'ils sont increvables.
Répondre
R

C'est toujours avec grand plaisir que je vous lis....Merci pour toutes ces tranches de vie.......
Répondre
P

Connaissez-vous Mouna. C'était un type de ce genre dans les années 60 au quartier latin. Une figure bien française et forte en geule!
Répondre

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog