Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:35

Musee-Maillol-049.JPG
Feuilles, fleurs, fruits, vers 1929 (huile sur toile).

     Sans avoir jamais appris la peinture ou le dessin, Séraphine Louis a peint des toiles qui nous font entrer dans un monde de lumière, de couleurs, de vie et d'exubérance.
     Un monde d'inquiétude aussi, avec dans son foisonnement, une angoisse diffuse.

Musee-Maillol-050.JPG
Feuilles.... (détail)

    Il est difficile d'imaginer femme plus modeste.
    Sa mère est fille de ferme et son père petit horloger.
    A 13 ans, elle est placée comme bonne à Paris.
    A 18 ans, elle est engagée comme femme à tout faire par les soeurs du couvent Saint-Joseph-de-Cluny à Senlis. Elle y reste 20 ans. Et Dieu sait(!) combien les religieuses alors étaient dures avec leur domesticité...
    Elle est ensuite bonne à Senlis.


Musee-Maillol-052.JPG
 Les marguerites. Huile.

       C'est là qu'elle est remarquée par un amateur éclairé, un allemand à la sensibilité et au goût rares qui est un des premiers à "voir" le jeune Picasso, le douanier Rousseau et cette étonnante Séraphine.
   Cet allemand, c'est Wilhelm Uhde qui prend Séraphine à son service, surtout pour lui permettre d'exercer sa passion de peindre.

Musee-Maillol-055.JPG
 Buisson de feuilles. 1925-1928. Huile.

   Anne-Marie Uhde (soeur de Wilhelm) écrit a propos de Séraphine Louis : " Elle s'adressait au ciel, aux nuages, aux arbres, aux fleurs des champs, à tous les êtres de la nature. Elle était directement en communication avec les puissances cosmiques."

Musee-Maillol-056.JPG
Buisson... (détail)

   Ce lien avec la nature la conduit à ne peindre que des feuilles, des fleurs, des plumes, des coquillages, qu'elle fait vivre sur d'étranges arbres ou des buissons touffus.
  Une de ses toiles représente l'arbre de vie, mais on peut penser aux arbres mystiques comme celui de Jessé qui relie ciel et terre et dont elle  voit une représentation chatoyante sur les vitraux de la cathédrale de Senlis où elle va souvent prier.

Musee-Maillol-058.JPG
 Bouquet de feuilles. Huile.

     Son ange gardien s'adresse à elle pour la pousser à peindre. Séraphine vit dans un univers aux frontières floues, entre réalité et surnaturel.
   Elle a souvent des visions, des apparitions.
   Il lui arrive, comme à Jeanne d'Arc, d'entendre des voix célestes lorsqu'elle regarde les vitraux.

  Nul doute que la profondeur lumineuse des verrières gothiques n'ait influencé son art.
 Le passage du soleil à travers les vitraux... l'aspect mouvant et vivant qu'il confère aux personnages et aux paysages de verre coloré...
  Comme si le soleil traversait la matière, en mélangeant les formes, en les faisant  mouvoir, en les projetant selon l'intensité, vers l'intérieur ou vers l'extérieur.

   Séraphine juxtapose et emmêle ses feuilles, ses fleurs, ses plumes, au point de leur donner un mouvement, un foisonnement de planètes. 


Musee-Maillol-059.JPG
Bouquet. Détail.

  Feuilles, fleurs, fruits... C'est la création qui tourne et monte vers son créateur.
  Il y a dans ses toiles la vitalité, la richesse, l'imagination médiévales.    Certaines ressemblent à des tapisseries.
 Elles en ont presque la texture, l'épaisseur des laines colorées.


Musee-Maillol-063.JPG

     La "matière" des oeuvres de Séraphine est unique. On la reconnait sans mal, comme on reconnait la "pâte" et la patte de Van Gogh.
    Nul ne pourra la reproduire.
    L'artiste était jalouse de ses préparations dont elle gardait le secret.    Elle pouvait utiliser de la peinture industrielle, comme du Ripolin, et des mélanges de couleurs et de laque.

   Ce tableau de feuilles part de la terre avec ce vase de roches en fusion, ce volcan qui projette les feuilles qui tournoient et relient dans leur mouvement le ciel et la terre.


Musee-Maillol-064.JPG


  Séraphine se recueillait longuement et priait avant de peindre. Cette concentration lui permettait ensuite de se libérer, de libérer ses forces, ses pulsions. 
  Elle en sortait, épuisée, comme après l'amour.



Musee-Maillol-066.JPG
Feuilles diaprées sur fond bleu. 1929. Huile.

Ces feuilles diaprées sont comme un broderie de soie et de perles sur du velours.



Musee-Maillol-073.JPG
Grappes de raisin. 1930.

       Les grappes de raisin sont portées par un tronc de palmier qui donne naissance à des feuilles et des fleurs. L'arbre est entouré de petites antennes végétales qui le font vibrer.
      Les grappes sont souvent représentées dans les églises.
      Elles donnent le vin qui est corps du Christ.
      Le vin, c'est la communion et l'ivresse.
      La toile se fait vibration et chair.
      Le fruit mystique est fruit érotique.

 



Musee-Maillol-074.JPG
Grappes de raisin; Détail.

     La peinture épuise Séraphine qui donne des signes de dérèglement psychique.
    Elle doit être internée en 1932.
    On diagnostique alors une psychose hallucinatoire.
    Elle a 68 ans.



Musee-Maillol-076.JPG
Fleurs et fruits. 1920.

"Idées délirantes systématisées de persécution, hallucinations psycho-sensorielles, troubles de la sensibilité profonde."
 L'ange gardien a les ailes coupées et les pieds enchaînés.
 Il ne peut plus aider Séraphine qui est internée dans l'asile de Clermont-de-l'Oise.

Musee-Maillol-077.JPG
Fleurs et fruits; Détail.

Séraphine ne peindra plus. 
Elle vivra encore dix ans entre les murs de l'asile.


Musee-Maillol-079.JPG
Bouquet de fleurs sur fond rouge. 1925-1930

Elle meurt à 78 ans et elle est jetée dans la fosse commune.





Musee-Maillol-081.JPG
Pommes aux feuilles.

Son corps se mêle à la terre. Il devient fleur, feuille, fruit...


Musee-Maillol-083.JPG

Il est là, modeste et puissant, charnel et rêveur...
Il est dans chacune de ses toiles
Et comme un ange, il nous entraîne vers les étoiles
Toile-étoile
Univers de vie intense, corps et âme.



seraphine-002.JPG


Toutes les toiles de cet article peuvent être vues au musée Maillol.

59-61 rue de Grenelle.
Paris 75007.
Tous les jours de 11 h à 18 h sauf mardi et jours fériés.




Lien :Camille Bombois peintre à Montmartre 




.... 




 

Partager cet article

Repost 0
Published by chriswac - dans Paris
commenter cet article

commentaires

Nicodème 15/01/2010 19:15


J'avoue ne pas beaucoup aimer cette artiste mais je reconnais que vous m'avez donné envie de mieux la regarder.


Frederique 09/01/2010 16:24


Cette exposition est donc toujours au musée Maillol? Tant mieux si elle a été prolongée, je pensais que c'était fini. Le beau film de Martin Provost avec Yolande Moreau et Ulrich Tukur restera
maintenant inséparable du nom de cette peintre atypique et inspirée.


chriswac 10/01/2010 08:42


Bonjour Frédérique.
Oui les oeuvres de Séraphine font partie de la collection du musée. Ce qui est étonnant, c'est qu'il y en a deux de plus que lors de l'exposition! J'ai aimé comme toi le beau film sur cette artiste
et c'est grâce à lui, je le reconnais que j'ai connu Séraphine Louis.
Par ailleurs, ce musée est très riche : collection Bombois, peintres russes, et bien sûr les statues de Maillol.
Comment vivre sans Paris?
Je t'embrasse.


Nirvana 08/01/2010 14:01


Une belle approche amoureuse et sensible de cette âme solide et aérienne à la fois.


tyranosaure 07/01/2010 10:24


Un bel hommage à cette artiste à la folle sensualité.


Nivôse 06/01/2010 09:30


Il y a de la folie et de la sainteté dans ces tableaux. Il y a de la transcendance et en même temps du malaise. C'est pourquoi il nous touchent autant. J'irai au musée Maillol. vous m'en donnez
l'envie. merci.


Christophe 06/01/2010 08:56


Une approche très personnelle et très sensible de cette extraordinaire femme.


Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche