Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #Peintres, #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités
La vachalcade de Montmartre (Pelez)

La vachalcade de Montmartre (Pelez)

   Fernand Pelez (1848-1913) est contemporain de Toulouse Lautrec et de Degas. Comme eux il s'est intéressé aux artistes mais plus qu'eux son regard a été marqué par la fraternité et la compassion. Pas étonnant qu'il ait eu peu de succès, ses toiles ne montrent pas les lumières des théâtres, ni les belles passantes des rues. Elles disent la misère et le rude labeur de survivre.

 

   Celui qui dans le Montmartre du XXème siècle lui ressemblera le plus, non par le style, non par la palette mais par la générosité du regard, c'est Poulbot, le peintre des gosses.

 

 

   Parce que les gosses, il les connait Fernand Pelez. Il voit sur le boulevard de Clichy où il a son atelier les mendiants qui espèrent attendrir les noctambules et les amateurs de jolies danseuses.

le martyr. Le marchand de violettes.

le martyr. Le marchand de violettes.

... Et quand il peint le petit vendeur de violettes, épuisé, affamé, presque mort, il appelle sa toile : le martyr. Quand il y a martyr, il y a bourreau. On ne peut s'empêcher de le rechercher ce bourreau, devant ces victimes dont la tristesse détruit la joie et la vitalité.

 

                                              Le petit marchand de citrons

   Certes Fernand Pelez a dû regarder Murillo et ses mendiants exposés au Louvre, mais le choix qu'il a fait après des études académiques avec pour maître un grand peintre, Cabanel, c'est un engagement, un renoncement au succès, à la fortune, alors que ses toiles avaient été remarquées et honorées au salon.

Adam et Eve. Première période de Fernand Pelez, encore académique.

Adam et Eve. Première période de Fernand Pelez, encore académique.

    Il y a au Petit Palais une toile exceptionnelle qu'il faut voir à tout prix pour mesurer le génie de Fernand Pelez "Grimaces et misère" de 1888.

Fernand Pelez. Un grand peintre de Montmartre à la Belle époque. Le peintre des pauvres.

     Et quelle toile!

 Sept mètres de largeur! (2 mètres 61 de hauteur). Présentée au salon de 1888, elle fit sensation. Elle resta dans l'atelier du peintre jusqu'à sa mort. Elle entra alors au musée où elle continue d'impressionner les visiteurs.

La toile dans l'atelier du peintre, 62 boulevard de Clichy.

La toile dans l'atelier du peintre, 62 boulevard de Clichy.

      Elle représente une troupe foraine telle qu'on en voyait sur les boulevards. Les dix forains sur une estrade font face aux spectateurs et sont censés leur donner envie d'entrer sous le petit chapiteau pour assister au spectacle. 

Fernand Pelez. Un grand peintre de Montmartre à la Belle époque. Le peintre des pauvres.

    À gauche, un garçon qui tient un tambour pleure tandis que des adolescentes en maillot, attendent le début du spectacle qui commencera comme l'indique le panneau tenu par la plus âgée, dans trente secondes.

 

    Les visages sont las, comme ailleurs. Ils ne regardent pas les curieux qui les fixent. Les animaux font partie du spectacle, perroquets et singes. Privés de liberté, enchaînés, ils connaissent le même sort que les enfants. 

Fernand Pelez. Un grand peintre de Montmartre à la Belle époque. Le peintre des pauvres.

      Au centre, un nain réduit à son rôle de "curiosité", de petit monstre amusant, a le visage fermé, seule façon de résister à l'humiliation.

Un clown blanc au costume coloré déclame sans baisser la tête vers les spectateurs. 

Un "bonimenteur" plus âgé prend un air exagérément réjoui.

Fernand Pelez. Un grand peintre de Montmartre à la Belle époque. Le peintre des pauvres.

     À droite sous la banderole "orchestre français" (sur laquelle un singe enchaîné, compagnon de misère, tourne le dos), trois vieillards amaigris sont assis. Ils sont accablés. Deux semblent dormir, le 3ème fixe le vide. leurs instruments sont la clarinette, le trombone et l'ophicléide (ancêtre du tuba).

Le petit berger endormi (Jules Bastien-Lepage)

Le petit berger endormi (Jules Bastien-Lepage)

    Dans cette attention aux humbles, à ceux que la société ne veut pas voir, le peintre a été proche d'un artiste qui l'influença et qui comme lui fréquenta l'atelier de Cabanel : Jules Bastien-Lepage.

                                             Jules Bastien-Lepage

    Mais si Jules Bastien-Lepage reste fidèle à ses origines paysannes et représente des campagnards dans leur rude condition, Fernand Pelez est citadin et c'est la misère des villes qu'il veut peindre.

Fernand Pelez. Un grand peintre de Montmartre à la Belle époque. Le peintre des pauvres.

    Comme dans cette toile : "sans asile - les expulsés". Une œuvre toujours actuelle qu'appréciera un autre montmartrois connu pour son amour des chats, Steinlen, qui fut aussi un homme engagé dans la défense des pauvres du maquis.

 

     Parmi les autres toiles de Pelez comment ne pas citer "la victime ou l'asphyxie" qui représente une femme que les émanations d'oxyde de carbone d'un mauvais poêle ont tuée.

Pelez ne pouvait savoir que quelques années après cette représentation, un écrivain qu'il admire, Zola, mourrait de la même manière. Il s'agirait alors d'un crime.

Un nid de misère. (Pelez)

Un nid de misère. (Pelez)

     Une exposition de 2009 au Petit Palais a remis dans la lumière ce grand peintre.

    Patrick Cauvin écrivait alors : "Montmartrois, foncez au petit Palais! Courez voir Pelez, ne serait-ce que pour le temps d'un regard, faire revivre, par un peintre oublié, le carnaval des traîne-savates".

 

Liste des liens:

Artistes, peintres célébrités de Montmartre

Etude de toiles de grands peintres

                                                    Les lingères. (Pelez 1880)

 

Commenter cet article
P
un réel plaisir que la découverte de ce peintre.Les tableaux me rappellent la fête foraine qui se tenait chaque année Boulevard de Clichy ....
Répondre
M
Je l'ai découvert en allant au Petit Palais où je ne vis jamais (quelle honte!) à l'occasion de l'exposition Othoniel. J'ai, été fasciné par ce peintre. D'ailleurs le Petit Palais restauré est une merveille et regorge de chefs d'oeuvre de Courbet, de Manet, de Cézanne....
Répondre
H
Comme je regrette d'avoir manqué l'exposition de 2009.
Merci pour cette publication qui m'a beaucoup touchée.
Répondre
L
Je découvre ce peintre si fort, si émouvant. Je vais courir comme conseillé au Petit Palais!
Répondre
A
Grand merci de nous faire mieux connaitre ce peintre doué peignant les miséreux de la Butte et sa proximité avec Steinlen. "Grimaces et misères" est effectivement une toile saisissante de l'envers de "la fête des fêtards"...
Répondre

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog