Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Cimetière.
Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

    J'avoue mon inculture et l'ignorance où j'étais de l'importance de cette grande dame du XIXème siècle qui fut une infatigable combattante laïque et féministe (les deux étant indissociables).

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     Les balades dans ce grand jardin qu'est le cimetière de Montmartre me donnent l'occasion de faire de belles rencontres, comme celle de Maria Deraisme, dans la 31ème division...

 

    Née dans un milieu libre-penseur et artiste, elle nourrissait une passion pour Rosa Bonheur, peintre qui subissait les vieux préjugés qui voulaient que la peinture fût un art masculin et qui, contre vents et marées, sut s'imposer au point de voir sa renommée s'étendre dans toute l'Europe et aux Etats-Unis.

                                  Rosa Bonheur. La labour (1844)

     Maria s'initia donc à la peinture avant de prendre conscience que sa vocation était ailleurs, dans la défense d'une moitié de l'humanité qui subissait la vieille loi patriarcale.

Maria Deraisme (Gérôme. musée Carnavalet).

Maria Deraisme (Gérôme. musée Carnavalet).

     Nourrie de la philosophie des Lumières, elle estimait que même dans ce domaine, les philosophes avaient été timides. Elle ne comprenait pas pourquoi, depuis la Révolution qui aurait dû leur donner toute leur place, les femmes étaient  soumises à l'homme et n'avaient toujours pas le droit de vote!

"L'infériorité des femmes n'est pas un fait de la nature, c'est une invention humaine, une fiction sociale."

Louise Michel

Louise Michel

     Son combat sera incessant, tenace. Il la mobilisera jusqu'à sa mort. Quelques points essentiels sont à retenir. tout d'abord la création avec Louise Michel de la "Société pour la Revendication des droits civils des femmes" en 1869.

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

Plus tard, elle préside cette société devenue "Association pour le droit des femmes".

Mais ce qui la caractérise c'est son sens de l'argumentation. elle n'est pas dans l'invective ou dans la caricature, elle répond avec intelligence et précision à ses contradicteurs. Elle serait sans doute horrifiée par la violence et l'intolérance des groupes qui s'affrontent aujourd'hui sur les réseaux sociaux.

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

    C'est là le deuxième point important de sa personnalité qui la conduit à donner des conférences qui attirent nombre de progressistes, au premier rang desquels Victor Hugo.

Elle s'opposa à deux misogynes notoires, Dumas fils et Barbey d'Aurevilly et sut les déstabiliser par son sang froid et son argumentation.

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

    C'est pour répondre à un écrit misogyne de Barbey "Les bas-bleus" qu'elle donne une première conférence à la loge du Grand Orient de France où elle est invitée.

Barbey écrivait sans vergogne : "Les femmes qui écrivent ne sont plus des femmes. Ce sont des hommes -du moins en prétention- et manqués! Ce sont des Bas-bleus."

Quant à Dumas fils il fait pire encore : "L'esclavage de la femme c'est sa garantie, sa puissance, son génie. Femmes libres, femmes mortes!"

Elle écrit encore : "Tant que la femme n'a en partage que les humbles labeurs, quelques pénibles qu'ils soient, aucune voix ne s'élève et ne proteste. Quand il s'agit au contraire pour elle de travaux glorieux, les vieilles litanies commencent : mère et nourrice!"

   

 Il y avait fort à faire comme on le voit! Même si Maria Deraisme n'était pas la plus révolutionnaire des féministes de son temps. La conférence au Grand Orient lui donna l'occasion de dénoncer le machisme de la franc-maçonnerie qui n'admettait aucune femme en son sein!

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     C'est le troisième point à retenir. Comment Maria Deraisme lutta pour  l'acceptation des femmes en franc-maçonnerie. Bien qu'initiée, elle se heurtait à l'opposition farouche des "frères" qui ne voulaient pas de "sœur"!

Elle finit par réussir et devenir la première française franc-maçonne, créatrice de l'ordre mixte et international "Le Droit Humain". La vieille forteresse masculine était enfin tombée!

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     Le dernier point, non le moindre est son combat acharné pour la laïcité. Voilà qui aujourd'hui déplairait à certains qui réagissent avec des "mais" à la liberté de critiquer et de caricaturer les religions!

     Maria Deraisme est athée et se heurte maintes fois aux dogmes religieux, à l'obscurantisme de l'église:

"Qui nous a avilies, abaissées, si ce n'est la foi religieuse?"

"Nous répudions à la face de l'univers cette fable du péché originel".

     Quand Maria Deraisme qui a voulu rester libre en ne se mariant pas, meurt à son domicile de la rue Cardinet, après des épreuves physiques provoquées par un emphysème, elle suscite une grande émotion et c'est une foule de plus de 15 000 personnes qui suit son convoi jusqu'au cimetière de Montmartre.

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     Le Parisien lui consacre un article élogieux : "Elle n'a cessé de protester par la plume et par la parole contre les iniquités sociales. Elle n'a pas dédaigné de plaider la cause des animaux, la cruauté dont on use envers eux étant un grand indice de démoralisation".

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     Voilà un point qui la rapproche encore de Louise Michel. Les injustices subies par les humains et celles subies par les animaux relevant de la même atteinte à la morale.

     De nos jours elle est un peu oubliée. La raison principale est sans doute qu'elle n'a pas participé aux événements majeurs qu'ont été :

La Révolution de 1848 (elle est trop jeune alors),

 

 

la Commune où s'illustre Louise Michel. Bien que s'étant engagée dans la lutte contre les Prussiens en allant sur le front dans une ambulance payée par elle, la défaite la déprime tellement qu'elle quitte Paris et se réfugie en Bretagne pendant les semaines héroïques et sanglantes de la Commune.

 

Maria Deraisme. Féministe du XIXème siècle. Cimetière de Montmartre.

     Cependant, elle fut reconnue par ses contemporains. L'année même de sa mort, une rue du XVIIème arrondissement reçoit son nom. Une statue de Barrias y est érigée. Enlevée par Vichy, elle est refondue et réinstallée en 1983. Dans la même rue, un lycée professionnel fut baptisé de son nom.

   

Les féministes actuelles, souvent radicales la revendiquent peu comme une de leurs pionnières, sans doute parce qu'elle était mesurée, calme, bienveillante et soucieuse avant tout d'en appeler à la raison et non au repli identitaire pour faire bouger les choses...

Autres temps, autres mœurs!

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog