Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Montmartre secret

Montmartre secret

Pour les Amoureux de Montmartre sans oublier les voyages lointains, l'île d'Oléron, les chats de tous les jours. Pour les amis inconnus et les poètes.

Publié le par chriswac
Publié dans : #MONTMARTRE Peintres.Artistes.Clébrités, #MONTMARTRE. Rues et places.
La belle façade du 29

La belle façade du 29

Le 32

Le 32

     Nous reprenons notre visite de la rue Catherine de la Rochefoucauld avec le 32 où mourut en 1889, dans l'apparttement de sa soeur, Olivier Metra. Il fut l'un des compositeurs les plus populaires de son temps et ses valses étaient jouées dans tous les bals à la mode, notamment la célèbre valse des Roses, évoquée par Proust dans "Du côté de chez Swann".

 

    Olivier Métra dirigea de nombreux bals : le bal Mabille, celui de l'Opéra Comique, des Folies Bergères et enfin de l'Opéra de Paris. 

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

 Le 33 est une des nombreuses adresses où Renoir a eu son atelier. L'immeuble fait l'angle avec la rue La Bruyère et c'est au 26 de cette dernière que la plaque commémorative a été apposée

 

Jean Renoir lisant

Jean Renoir lisant

     Nombreuses sont les toiles peintes pendant cette période de presque 5 ans. Parmi elles plusieurs représentent son fils Jean.... 

                                                                Le Pierrot blanc 

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

    Le 37 est d'une laideur affligeante. Il s'est élevé à l'emplacement d'un vieil immeuble envoyé ad patres par les promoteurs et qui avait abrité dans un hangar sur cour le dernier cabaret créé par Maxime Lisbonne : le Casino des Contributions directes!

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     Le "colonel" Maxime Lisbonne (1839-1905) est un des personnages flamboyants de la Commune. Blessé sur la barricade de la rue Amelot pendant la Semaine Sanglante, il est amputé d'une jambe. Ce qui n'empêche pas les Versaillais de le torturer et de le condamner à Mort. La peine sera commuée en déportation et c'est à son retour en 1880 que Lisbonne se lance dans une vie active et engagée, dans le théâtre, le journalisme et la création de plusieurs cabarets, parmi lesquels "la Taverne du Bagne", "le Casino des concierges" ou "les Frites Révolutionnaires". 

Le Casino des Contributions directes sera son dernier cabaret et il ne lui apportera pas la fortune! Ruiné, Maxime Lisbonne se retirera à la Ferté Allais où il tiendra un débit de tabac.

"Le citoyen Maxime Lisbonne, directeur du Casino des concierges, se rend dare-dare à l'Elysée pour se faire conférer par le Président, le Grand-Cordon-S'il-Vous-Plaît." (Caricature de Léandre)

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.
Le 47

Le 47

Le 49

Le 49

     Le 49, le café Matisse, bien tristounet en cette période de confinement, fut le café Laroche, abréviation de La Rochefoucauld, fréquenté par de nombreux peintres académiques prompts à dénigrer les nouvelles écoles. Henner ou Cormon en faisaient partie, comme d'autres de l'école de Barbizon (Harpignies).

 Parfois quelques écrivains comme les Goncourt ou Maupassant s'y trouvaient à d'autres tables.

C'est encore en cet endroit que les peintres rencontraient leurs modèles parmi lesquels Ellen André tant appréciée de Manet ou Renoir.

Les Goncourt bien qu'ils n'aient pas dédaigné y passer quelques moments en observateurs, se moquèrent de ce "petit mauvais lieu fort bête fréquenté par des gens qui sont aux Lettres ce que sont les courtiers d'un journal au journal." Parmi ces courtiers  il n'y avait pas moins que Baudelaire, Henri Murger ou Aurélien Scholl! 

Le 58

Le 58

   Au 58, le photographe Robert Jefferson Bingham (1824-1870) ouvrit son studio à son arrivée à Paris. Il fit de nombreuses photos des expositions universelles de 1851 et 1855 ainsi que des artistes de son temps. 

                                                                    Gérôme 

                           

                                                                     Cabanel

Le 62

Le 62

    Au 62 nous rencontrons un homme dont le nom, oralement peut prêter à confusion :  Louis L'épine. Il ne s'agit pas du fameux préfet de police qui créa la Brigade Criminelle et le fameux concours Lépine....

 

 Non, notre homme est Louis L'Epine (n'en déplaise à certains sites comme Paris Révolutionnaire), sculpteur de son état. Il est mentionné pour avoir produit des portraits en médaillon mais il n'a pas laissé d'oeuvres qui seraient suceptibles de lui assurer une miette d'éternité artistique. Même ces fameux médaillons sont quasi impossibles à dénicher. Pourtant celui qu'il fit d'Alfred Meyer, vétéran de la 1ère guerre et futur dignitaire du Parti Nazi devrait bien subsister quelque part entre Mein Kampf et les films de Lenny Riefenstahl! Je n'ai trouvé qu'une statuette de Joseph Osbach qui fut son maître... 

Le 64. Premier immeuble à droite.

Le 64. Premier immeuble à droite.

     Je mentionne le 64 parce qu'il est cité parfois (Paris révolutionnaire) pour avoir abrité, comme son collègue du 33, un des nombreux ateliers d'Auguste Renoir sans doute avant 1875. Il y serait resté peu de temps, si peu qu'aucune plaque commémorative ne viendra signaler son passage à cette adresse.

Dernière partie de la rue et rencontre avec la rue Pigalle. A droite le dernier immeuble le 66.

Dernière partie de la rue et rencontre avec la rue Pigalle. A droite le dernier immeuble le 66.

     Pas de doute en revanche pour le 66, dernier immeuble de la rue La Rochefoucauld.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     Un géant y a vécu à son retour d'exil : Victor Hugo. Nous sommes en 1871. Le poète va être frappé d'une terrible épreuve. Alors qu'il attend son fils Charles dans un café de Bordeaux, il voit arriver le fiacre et, à l'intérieur son fils mort. Charles avait été frappé d'apoplexie foudroyante.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     C'est peu après cet événement terrible que Victor Hugo vient habiter rue La Rochefoucauld. Il loue le premier étage de l'hôtel Rousseau, idéalement situé dans ce quartier où il connaît de nombreux peintres et écrivains.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     L'hôtel a été édifié par l'architecte Pierre Rousseau (1751-1829) pour lui-même. Habitant Paris, il désirait pouvoir se réfugier à la campagne, sur les pentes verdoyantes de Montmartre qui ne sera annexé à Paris que bien des années après sa mort.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

   L'architecte est connu pour quelques réalisations remarquables dont la moindre n'est certes pas l'hôtel de Salm, Palais de la légion d'honneur, chef d'oeuvre d'architecture de la fin du XVIIIème.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

    Plusieurs peintres auront leur atelier dans l'hôtel Rousseau. François Edouard Picot (1786-1868), peintre néo classique y vécut et y travailla. Il décora de fresques quelques églises et palais (Saint-Vincent de Paul, Saint Denys du Saint Sacrement, Versailles, le Louvre, le Luxembourg).

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     Après 1830, c'est Isabey qui occupa les lieux. Eugène Isabey (1803-1886) est le fils du célèbre miniaturiste Jean-Baptiste Isabey très apprécié sous l'Empire. On peut le classer parmi les romantiques tant il est attiré par les scènes de tempêtes, de ciels tourmentés, de naufrages dans une touche influencée par Delacroix.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

     Ce n'est pas un hasard s'il a pour élèves Boudin ou Jongkind et si dans ses dernières années, ayant abandonné l'huile pour l'aquarelle, il est avant-coureur de l'impressionnisme. On considère qu'il "découvrit" le site d'Etretat qui allait devenir un lieu chéri de l'Impressionnisme.

 

    Revenons à Victor Hugo qui habita de 1871 à 1874 dans cet hôtel et qui s'y attela à l'écriture de deux de ses romans les plus impressionnants : "l'Année terrible" et "Quatrevingt-treize".  

55 rue Pigalle. Juliette Drouet.

55 rue Pigalle. Juliette Drouet.

Evidemment la fidèle Juliette Drouet l'avait suivi toujours amoureuse et toujours aimée contre vents et marées...

                                Elle habitait presque en face, 55 rue Pigalle.

Rue Catherine de La Rochefoucauld (2ème partie). Olivier Métra. Renoir. Maxime Lisbonne. Victor Hugo.

    La rue La Rochefoucauld s'arrête là, non loin de la place Pigalle qui connut les barricades de la Commune, à proximité de la Butte où Louise Michel enseigna. Victor Hugo admirait cette Louise Michel qu'il appelait "ma chère fille"  et avec laquelle il entreprit une correspondance suivie. 

 

                   J'aime que ces deux-là soient liés à notre quartier.

Commenter cet article

Pierre 27/05/2021 10:52

Paul Renoir (fils de Claude Renoir, dit "Coco", médecin réputé ,nous parle de la polyarthrite sévère dont souffrait son grand-père, et qui, malgré les souffrances, continuait inlassablement de peindre. Un document exclusif que je t'envoie par mail...

Articles récents

Hébergé par Overblog