20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 09:09

 

montmartre neige 019

 

Quelques mots pour vous présenter mon blog et vous y accueillir...

Il vous propose huit destinations.

La première vous permettra d'atterrir sur la Butte Montmartre, quartier que j'aime et où j'habite. Les articles sont classés afin de permettre une recherche plus facile:

 

                                  I Montmartre

2013 0218tardieu-jardin0002

 

 

1 Les rues et les places      

Classement et liens : Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

cimetiere montmartre 086-copie-2

 

2 Les Cimetières Montmartre, Saint-Vincent et du Calvaire

Classement :  Cimetière Montmartre. Classement alphabétique. Calvaire et Saint-Vincent.

Clichy boulevard 071

 

3 Les monuments, les cabarets, les lieux remarquables

Classement : Listes des liens des monuments et lieux typiques de Montmartre historique et moderne.

dali-053.jpg

 

 

4 Les peintres et les artistes

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabétique.

2010 1003jardinsaintpierre0013

 place des abbesses 021

5 Aspects divers

ex : Montmartre sous la neige. cartes postales anciennes.

 

............................................................................................................

 

 

                              II Mes Poèmes.

 

Je les ai classés également:

nini 054

2011 0228deuxnous0020

1 Amour :

Liens : poèmes d'amour de Christian Wacrenier.

ex : Amour Eternité.

dad 003

 

2 Alzheimer (mon père)

ex :  Mon père, mon disparu.

goélands 13 sept 023

 

3 Poèmes divers

ex Poème. La peur. Le miroir.

Lepic-guix 001

 

4 Poèmes pour les enfants

ex : le rhinocéros.

 

............................................................................................................

 

 

           III Les chats. Poèmes, photos, histoires...

chats-steinlen 018

 

 

 

Liens: Chats. Poèmes, Art, photos....

 

ex : Chats et grands peintres. Susan Herbert. (1)

 

............................................................................................................

 

 

                     IV Asie... Voyages... Art

Karnataka 195

 

laos-et-tha--167.jpg

Reportages dans certains des plus fascinants pays de la planète... études artistiques, notamment des musées Guimet et Cernuschi... et aussi l'inépuisable beauté de la France...

 

Liste des liens. Voyages.

 

 

 

..........................................................................................................

 

 

                             V L'île d'Oléron

 

Des visites de cette île qui malgré le tourisme garde une secrète beauté...

chassiron-035.jpg

 

1 Oléron (villages, monuments, sites)

ex : Piste cyclable entre Saint-Georges et Chassiron.

piste cyclable dolus vitraux 039

 

 

2 Oléron. Eglises. Cimetières.

ex : Oléron. Clocher église Saint-Pierre.

plage grand village 8 sptembre 142

 

3 Oléron, les plages.

Oléron. Les Plages. Classement alphabétique.

ex La Rémigeasse. Plage et village.

 

...........................................................................................................

 

                        VI  La Charente Maritime

Trezay Montierneuf 095

 

 

Il suffit de passer le pont vers le continent pour découvrir un pays d'abbayes romanes, d'églises mystérieuses, de villes  et de villages façonnés l'art, l'histoire et la douceur du ciel.

 

Lien :  Charente Maritime. Classement alphabétique.

 

.............................................................................................................

 

 

                                 VII Famille Wacrenier

 

Des joies et des blessures comme dans toutes les familles... Quelques moments arrachés au temps.

marianne 004

 

ex : Anniversaire de ma mère 90 ans.

 

............................................................................................................

 

 

                        VIII Mes romans et recueils

neige

Une mendiante et son chat rencontrés dans le métro. Un amour impossible et fulgurant avec une menteuse. Une saison de plaisir et de souffrance dont l'éblouissement ne peut s'oublier...

 

2011 0609passage0003

Deux ans de poésie. L'amour et la mort y combattent sans trêve. 

livres bilou 001

Une histoire de fils et de père où Alzheimer vient battre les cartes.  Du parricide de haine au parricide d'amour. 

livres bilou 012

Deux amants sur la Butte Montmartre. L'amour physique est la seule arme de Nino contre l'angoisse et la menace qui s'agrippent à Lucie... 

livres bilou 018

Une autre histoire d'amour dont un chat est témoin. Ce n'est pas l'homosexualité qui provoque des catastrophes et la mort du chat. C'est la cupidité et le mensonge...

242215 LCL C14 1 (1)

Des poèmes pour les enfants et ceux qui savent encore qu'animaux et humains sont unis dans le même mystère, le même bonheur de vivre et la même angoisse de souffrir et mourir.

 

 

Mon dernier roman Les Chats de Louise Michel a été édité par les Editions Joëlle Losfeld (Gallimard) :

 Lien : Les Chats de Louise Michel

 

Lien : Romans et recueils. Christian Wacrenier.

 

 

............................................................................................................

 

 

IX Voyages en France et hors d'Asie. Coups de coeur...

2013 0414montpellier0258

 

 

ex : Brantôme. Abbaye. Le massacre des innocents. Saint Sicaire.

 

 

Bienvenue sur le blog de Christian Wacrenier

x

PEINTRES ET TOILES

Etude subjective de toiles que j'aime rencontrées au hasard des balades. Gustave Moreau et chagall y sont en bonne place

Les tableaux étudiés classés par ordre alphabétique

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 08:55
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème

Chaque mois de juillet dans l'île d'Oléron les roses trémières s'élancent vers le soleil.

Il y en a plus que d'Oléronais!

Elles sont plus accueillantes que les Charentais qui voient débarquer les vacanciers comme des envahisseurs qu'ils traitent de "baignassoutes"

En voici quelques unes rencontrées

- sur le port de Saint-Trojan où elles égaient de leurs couleurs toujours renouvelées les cabanes ostréicoles qui s'écaillent (ce qui est naturel pour des cabanes ostréicoles!)

-d'autres dans les ruelles et les remparts du Château d'Oléron, la capitale méridionale de l'île

-d'autres enfin au Grand Village où elles sont mes voisines avec les bignones et les albizias...

J'ai écrit pour elles un poème que je leur dédie après ces photos prises en juillet 2014.

I SUR LE PORT DE SAINT-TROJAN

I SUR LE PORT DE SAINT-TROJAN

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
II AU CHÂTEAU D'OLERON (le bastion, la porte du refuge des Pachats)

II AU CHÂTEAU D'OLERON (le bastion, la porte du refuge des Pachats)

Les remparts

Les remparts

Les remparts.

Les remparts.

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Le Château. les cabanes d'artisans

Le Château. les cabanes d'artisans

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
III LE GRAND VILLAGE. Passage des ïles

III LE GRAND VILLAGE. Passage des ïles

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Le Grand Village. Rue des Saulniers

Le Grand Village. Rue des Saulniers

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème

La rose trémière

 

La rose dans mon île est rose du vertige

Sur sa dernière fleur il pousse une autre fleur

Qui se hausse du col au sommet de sa tige

Et par-dessus le mur jette un oeil en couleur

 

La rose dans mon île est la rose trémière

Elle est née au printemps sur le chemin de pierres

Dans la ruelle étroite au pied des maisons blanches

Ou sur le port autour des cabanes de planches

 

La rose dans mon île est une passagère

Devant les volets bleus devant les volets verts

Elle hésite un instant et part vers la lumière

Plus haut que la façade où s'agrippe le lierre

 

La rose dans mon île accepte de mourir

Après avoir fleuri à côté du soleil

 

Comme elle après l'amour je voudrais m'endormir

À côté de ton corps dans le même sommeil

 

(Christian W.)

IV Le Château d'Oléron. Rue Clémenceau.

IV Le Château d'Oléron. Rue Clémenceau.

Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème
Roses trémières. Oléron. juillet 2014. Photos. Poème

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 19:54

C'est un musée à part, à quelques centaines de mètres du port des Minimes, un musée magique, hors du temps, où de petits personnages costumés s'animent à votre passage, avec des mouvements lents et saccadés comme si la vie leur revenait par pulsions.

Place Utrillo et boulevard de Rochechouart

Place Utrillo et boulevard de Rochechouart

Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver soudain, passées les premières salles, dans un Montmartre naïf de dessin animé ou de fête foraine!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

...dans un décor hésitant entre kitsch et théâtre, peuplé d'automates exposés dans les vitrines ou installés sur les trottoirs, comme ce peintre, figure emblématique d'un Montmartre de chromo.

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Une plaque au-dessus de sa tête indique le nom de la rue : 18ème arrdt, rue Philippe Rabanit.

Voilà une rue qui a échappé à ma sagacité de Montmartrois ! Porte t-elle le nom d'un artiste inconnu de moi ?

Il s'agit en réalité du maquettiste qui a conçu le décor et qui est présenté comme "le plus parisien des Rochelais"!

Encore un qui loin de sa butte en a gardé la nostalgie malgré les charmes de la cité charentaise!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Les autres plaques portent des noms réellement montmartrois : Lepic, Poulbot, Rochechouart, Utrillo.... sans aucun souci d'un réalisme qui n'a rien à faire dans cet univers de cartoon !

Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!
Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!

Un poulbot-gavroche acrobate et un poulbot-gavroche cycliste devant les Trois Baudets!

Un métro aérien tel qu'il n'existe pas à Pigalle (puisqu'il rentre sous terre à Barbès) passe devant le Moulin Rouge et les cabarets qui firent la renommée sulfureuse de l'endroit : L'Enfer,le Paradis, l'Abbaye de Thélème...aujourd'hui disparus.

Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.
Le métro aérien (!) et les cabarets.

Le métro aérien (!) et les cabarets.

Dans la rue Lepic on trouve comme il se doit des commerces et surtout une épicerie qui expose dans ses vitrines des automates. L'un d'eux genre Banania est caractéristique du début du XXème siècle et l'autre, un groom, est tout aussi représentatif d'une belle époque qui ne l'était pas pour tous et véhiculait bien des clichés ...

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

En revanche,sur la façade, les inscriptions publicitaires sont bien dans le goût potache des chansonniers!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Autre singularité, d'un côté nous sommes rue Lepic et de l'autre boulevard Rochechouart!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Sur la place Utrillo une colonne Morris fait la publicité pour les Grands Magasins Dufayel de la rue de Clignancourt...

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

On ne peut manquer de tomber sur un bougnat qui s'appelle Lenoir tandis que la laverie est tenue par Madame Leblanc!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

....Enfin les bistros sont bien là, puisque paraît-il le mot est né à Montmartre pendant l'occupation russe de Paris et la hâte des Cosaques qui réclamaient à boire avec cette injonction "bistro" qui signifie "vite" en russe. Etymologie discutée puisque le mot serait une abréviation du provençal "bistroquet".

Peu importe nous restons dans la légende et la fantaisie!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Des automates grandeur nature sont à l'intérieur. Un Normand amateur de calva et un garçon, noir et rieur.

Ce boulevard de Clichy devrait s'appeler boulevard des clichés!

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

La balade s'achève avec les Caves de Montmartre, histoire de rappelr la tradition pinardière de la Butte et les défilés folkloriques qui chaque année parcourent les rues avec leurs confréries de buveurs au nez rouge.

Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.
Montmartre à La Rochelle. Musée des Automates.

Avant de quitter le musée nous rendons visite au Pierrot qui lui aussi est un personnage montmartrois qui donna son nom à un journal et à un personnage célèbre créés par Willette (artiste de talent mais antisémite notoire) : le Pierrot de Montmartre.

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 18:42
Jardin de Boboli (2) Florence.

Nous poursuivons notre balade dans le jardin de Boboli, loin des hordes touristiques et des groupes scolaires qui aux beaux jours envahissent Florence!

Parmi les curiosités les plus étonnantes figure la grotte de Buontalenti (ou Grotta Grande).

A la fin du XVIème siècle, un vivier qui se trouvait à cet emplacement fut transformé en grotte, suivant les plans de celui dont elle a pris le nom, Bernardo Buontalenti.

La façade de la grotte ornée de figures allégoriques de la Paix et de la Justice (del Tadda. 1587)

La façade de la grotte ornée de figures allégoriques de la Paix et de la Justice (del Tadda. 1587)

Les murs de la première pièce sont dégoulinants de stalactites qui mangent les personnages en voie de pétrification!

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Sur les côtés de la grotte étaient placés les célèbres esclaves de Michel Ange qui sont aujourd'hui avec David, les vedettes du musée de l'Academia.

Des reproductions les ont remplacés.

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

La voûte est ornée de fresques de Poccetti représentant des animaux passant entre les ruines dans une nature exubérante qui reprend ses droits...

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Il faut faire un effort d'imagination pour se représenter la grotte telle qu'elle était à l'origine avec au centre de la voûte un bassin de cristal où tournaient des poissons multicolores et sur les murs le ruissellement incessant de l'eau qui arrivait par des conduits invisibles et passait sur les stalactites et les coquillages!

Jardin de Boboli (2) Florence.

Dans la seconde pièce un groupe de marbre représente Thésée et Hélène. Il a été sculpté par Vincenzo dei Rossi. On devine à l'arrière plan, dans la partie la plus secrète la Vénus de Jean Bologne...

.

C'est un lieu magique, hors du temps, protégé par des grilles de l'incursion des touristes.

Jardin de Boboli (2) Florence.

L'impressionnante allée des cyprès est ornée de statues de marbre de la fin du XVIème ou du début du siècle suivant..

Hygie. (1608. Caccini)

Hygie. (1608. Caccini)

Esculape et Hyppolite. 1608. Caccini.

Esculape et Hyppolite. 1608. Caccini.

L'automne. Fin XVIème. Francavilla.

L'automne. Fin XVIème. Francavilla.

L'été. Fin XVIème siècle. Francavilla.

L'été. Fin XVIème siècle. Francavilla.

Avant d'arriver au Bassin de l'Île, deux groupes sculptés, négligeant l'antiquité et les allégories, représentent des scènes populaires.

.

Il s'agit de garçons occupés à jouer au "Saccomazone" et à la "Pentolaccia".

Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.
Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.

Le "Saccomazone". Mochi et Tadda. Pierre grise de Florence. 1618. la "Pentolaccia". Giovani Battista. 1780. Marbre blanc.

Le Saccomazzone consiste à se donner des coups sans se voir car les lutteurs ont les yeux bandés.

.

La pentolaccia est un récipient, marmite ou pot de terre qu'il faut renverser , les yeux toujours bandés pour y trouver des friandises ou de menues pièces de monnaie.

.

.

On arrive enfin au Bassin de l'Île (Vasca dell'Isola). Les portails qui permettent d'accéder à la fontaine centrale interdisent le passage. Ils sont surmontés de caprins très appréciés des pigeons!

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

Au centre du bassin, se dresse fièrement le groupe sculpté de l'Océan, oeuvre de Jean Bologne (1576).

Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.
Jardin de Boboli (2) Florence.

L'oéan est une copie de la statue de Romanelli exposée au musée du Bargello. sur le piédestal trois fleuves sont représentés : le Nil, le Gange et l'Euphrate...

De quoi nous inviter au voyage!

Nous errons quelques moments encore dans le jardin sans avoir la prétention de tout voir. Un vrai jardin est celui qui garde assez de mystère pour que les ombres qui le peuplent ne soient pas dérangées...

Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.Jardin de Boboli (2) Florence.

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 09:06
Jardins de Boboli (1) Florence.

Après avoir fait la queue pour entrer aux Offices, après avoir piétiné devant les chefs d'oeuvre innombrables et attendu patiemment que s'éloignent les groupes compacts venus des 4 coins du monde qui est pourtant rond, rien de plus reposant et revigorant que de passer le Ponte Vecchio et de flâner dans le jardin de Boboli, loin des foules et sous l'ombrage des cyprès!

voici quelques aspects de ces jardins alors que le printemps commençait à chanter...

Le bassin de Neptune.

Au centre se dresse le dieu, le trident à la main sur un rocher où se dissimulent quelques divinités marines en partie estropiées...

L'ensemble a été sculpté en 1571. La statue est l'oeuvre de Stoldo Lorenzi.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Après le bassin apparaît en haut des escaliers une gigantesque statue de marbre qui devait à l'origine être installée sur la place San Marco. Elle a été commencée par Jean de Bologne et terminée par Pietro Tacca et sebastiano Salvini. Il s'agit d'une allégorie de la prospérité avec ses épis dorés brandis dans le ciel et la corne d' abondance tenue sous le bras...

Elle a les traits de Jeanne d'Autriche, femme de François Ier.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Le jardin du chevalier

C'est l'endroit le plus magique des jardins. Sa terrasse donne sur les collines toscanes, les paysages les plus harmonieux dont on puisse rêver.

Le pavillon construit au début du XVIIème siècle abrite le musée des porcelaines (ennuyeux). Le cardinal Léopold de Médicis aimait y rencontrer hommes de lettres et savants.

Au centre du jardin se dresse la fontaine des singes. Ce sont eux qui ont donné son nom à la fontaine et non l'amour de marbre blanc qui y est perché et qui serait l'oeuvre de Pierino de Vinci.

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

Les jardins restent un musée vivant de la sculpture. Ainsi peut-on y découvrir une tête géante due à Igor Mitoraj (né en 1944) sculpteur franco polonais. Elle évoque la statuaire colossale antique et semble être sortie de la mer...

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

La fontaine des Mostaccini.

Il y avait près de la charmille un dispositif destiné à attraper les oiseaux dans des filets. Triste pratique qui ne faisait pas le détail. On peut voir aujourd'hui cette fontaine qui descendait par palier de bouche monstrueuse en bouche monstrueuse, emplissant les petits bassins où les oiseaux venaient s'abreuver pour leur malheur...

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

A proximité de la fontaine, veille un Jupiter sévère qui semble s'ennuyer dans son marbre blanc sculpté par Jean Bologne....

Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.
Jardins de Boboli (1) Florence.

....Arrêtons-nous un instant à son ombre tutélaire avant de continuer la balade...

A suivre...

Partager cet article

Published by chriswac - dans VOYAGES...
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:19

La rue Joseph de Maistre commence rue Lepic et file vers l'ouest sur presque un kilomètre.

Nous n'arpenterons aujourd'hui que la première partie, la plus montmartroise, qui va de la rue des Abbesses (croisement Lepic) jusqu'à la rue Caulaincourt.

Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.
Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.
Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.

Début de la rue . On voit la placette avec sur la droite la rue Lepic qui continue son ascension et sur la gauche la rue Joseph de Maistre.

L'artère joue les originales car on n'y trouve à son début que des numéros impairs (du 1 au 9), la partie droite appartenant à la rue Lepic.

L'espace entre les deux rives porte pompeusement le nom de place Anne-Marie Carrière, chansonnière, comédienne abonnée aux navets de l'émission "Au théâtre ce soir". Femme fort sympathique mais on se demande ce qui est passé par la tête de nos élus pour lui donner une telle "place"!

Sur le plan de 1730 on peut voir à son emplacement un chemin de terre qui portait le nom de Chemin des Dames.La rue ne fut ouverte qu'en 1889 et s'appela rue de Maistre avant d'y adjoindre quelques années plus tard le prénom Joseph !

                                               Le 3 et le 5
                                               Le 3 et le 5

Le 3 et le 5

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

La rue doit son nom à un personnage qui détonne dans ce quartier qui abrita tant d'anarchistes et fut le théâtre héroïque et sanglant de la Commune. Savoyard opposé aux idées de 1789, Joseph de Maistre résista à l'invasion de la Savoie par les révolutionnaires et se réfugia à Turin. Ses idée conservatrices opposent le sens commun, la tradition et la foi au rationnalisme des Lumières. C'est pendant la Restauration qu'il trouve en France un accueil favorable, ses théories correspondant alors à celles de la monarchie revenue.

On peut se demander pourquoi une des plus longues rues du XVIIIème arrondissement continue de lui rendre hommage!

Le 7. Le Petit Café de Montmartre. Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)Le 7. Le Petit Café de Montmartre. Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)
Le 7. Le Petit Café de Montmartre. Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)

Le 7. Le Petit Café de Montmartre. Auparavant le Gavroche, bar appartenant à Joe Attia. (photo Roger-Viollet, Parisienne de photographie)

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

Le 7 est connu pour avoir été pendant des années le Gavroche, un bar qui appartenait à un voyou célèbre : Joe Attia!

La carrière de Joe Attia est faite d'ombres et de quelques lumières. Il est connu pour avoir été l'ami de Pierrot le Fou et avoir avec lui fait partie du Gang des Tractions avant.

Pendant la guerre il a eu un parcours étonnant puisque après avoir travaillé pour les nazis rue Lauriston, il s'est rapproché de la Résistance et a été envoyé à Mathausen où par son courage et sa volonté il a réussi à sauver plusieurs déportés.

Après ses incursions dans le grand banditisme, il a été employé comme barbouze par de Gaulle! On dit qu'il aurait participé à l'enlèvement de Ben Barka! Bref un drôle d'oiseau. Le petit café de Montmartre, mignon et impersonnel, semble avoir oublié qu'il appartint à un tel personnage!

                                            Le 9 (architecte Henri Cambon)
                                            Le 9 (architecte Henri Cambon)

Le 9 (architecte Henri Cambon)

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

Le 9 est un bel immeuble (1894) dû à l'architecte Henri Cambon. Les Montmartrois attentifs retrouveront son clone dans plusieurs rue de la Butte (entre autres rue Burq et rue André Del Sarte).

Henri Cambon s'est illustré avec un monument aujourd'hui disparu, l'Hippodrome de Montmartre remplacé d'abord par le Gaumont Palace d'architecture art-déco puis par le hideux ensemble Mercure-Ibis-Castorama-Flunch!

Par chance la Cité des arts Hégésippe Moreau dont il est l'auteur a survécu. C'était au XIXème siècle le plus important ensemble d'ateliers d'artistes de Paris.

Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.
Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.
Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau  (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.

Photo 1 :-Le hall de la Cité des Arts Hégésippe Moreau (Cambon). Photos 2 et 3 : premiers immeubles côté pair.

Côté pair quelques petits immeubles typiques ont été épargnés par le lotissement à outrance.

Le premier, le 2, abrite un restaurant pittoresque qui soigne son image villageoise un peu usurpée puisqu'il a été construit après le rattachement de Montmartre à Paris, au début du XXème siècle.

De l'autre coté, rue Lepic, Vincent Van Gogh a vécu chez son frère Théo.

                       le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.                       le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.

le 10, architecte Henry Fossemale 1913 et le 11.

                                  Le Relais Gascon et la rue Constance.

Le Relais Gascon et la rue Constance.

                                                          le 13

le 13

                                                     les 15 et 17
                                                     les 15 et 17

les 15 et 17

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

A l'emplacement des 15 et 17 on pouvait voir en retrait l'Hôtel Lescalopier dans ses jardins. L'hôtel existe toujours mais c'est par la rue Constance et l'impasse Marie-Blanche que l'on peut l'apercevoir.

Edifié en 1835 en pleine époque romantique par le Comte de Lescalopier, la maison est décorée dans un style gothique flamboyant dont on peut voir aujourd'hui de beaux restes. Il y avait là des serres tropicales, un musée médiéval, une bibliothèque immense. Par chance l'hôtel maintes fois menacé a survécu!

Voir le détail de cette étrange demeure :Maison Lescalopier:

                                                  cimetière Montmartre
                                                  cimetière Montmartre
                                                  cimetière Montmartre

cimetière Montmartre

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

La rue longe ensuite le cimetière Montmartre (ce qu'elle continuera de faire sur plusieurs centaines de mètres après la rue Caulaincourt). C'est derrière ce mur que Dalida a élu domicile. Sa statue grandeur nature en pharaonne de music-hall, couronnée de soleil, ne cesse d'attirer ses admirateurs. L'un d'eux, le visage bleu (comme Pierrot le Fou) et douloureux a laissé son empreinte sur le mur!

Le Terrass HôtelLe Terrass Hôtel
Le Terrass HôtelLe Terrass Hôtel

Le Terrass Hôtel

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

On trouve ensuite le plus étoilé des hôtels de Montmartre, le Terrass Hôtel où Max Ernst et Hans Arp venaient fêter en voisins de la rue Tourlaque la vente d'une toile ou d'une sculpture.

On voit sur la carte postale le premier immeuble qui abrita l'hôtel avant d'être complété par un bâtiment qui fait l'angle entre les rues Joseph de Maistre et Caulaincourt.

Son restaurant fut appécié par de nombreux artistes et écrivains comme Colette, Michel simon ou Pierre Brasseur.

Présentation quelque peu "trafiquée" du Terrass Hôtel! La Tour *eiffel et le Sacré Coeur ont changé de place et l'étroite rue Joseph de Maistre a pris l'allure d'une grande avenue!

Présentation quelque peu "trafiquée" du Terrass Hôtel! La Tour *eiffel et le Sacré Coeur ont changé de place et l'étroite rue Joseph de Maistre a pris l'allure d'une grande avenue!

La rue vers les Abbesses

La rue vers les Abbesses

Rue Joseph de Maistre. Montmartre

L'ancien Chemin des Dames s'arrête là.

Pas de meilleur endroit que la terrasse du Terrass Hôtel pour faire une pause et s'offrir une petite coupe avec des bulles, Paris nonchalamment couché à nos pieds!

Partager cet article

19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 18:15

Il y a des paysages sages

avec des limites bien dessinées

avec des couleurs franches

des paysages sans problèmes qui font les cartes postales idéales

Il y a des paysages qui ne sont pas sages

qui bougent et s'effacent

qui reviennent et disparaissent

qui jouent avec la lumière et l'horizon

qui troublent nos certitudes et nous déstabilisent

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Les paysages de la Côte d'Opale sont de ceux-là

Peu de peintres sont capables de fixer sur une toile ce qui en eux est mouvant et indécis, ce qui se métamorphose et se trouble

Jacques Dourlent est de ceux-là

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Il habite ce pays de dunes et d'eau, de sable et de vent

Côte d'Opale la bien nommée

J'ai retrouvé dans ses toiles ce que je ressentais enfant quand je marchais sur ces plages

J'ai senti de nouveau le vent sur ma peau et les aiguilles du sable sur mes jambes

J'ai regardé ce début du monde où chacun est appelé à nommer les éléments pour leur assigner une place éphémère

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

On entend souffler le vent

On respire l'odeur séminale de la mer

On voit les baches disparaître

Pas un homme

Pas une femme dans le paysage

On est seul

Seul à regarder

Seul à passer

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Parfois la nuit vient se mêler au jeu des éléments

Elle ajoute à la confusion

Elle se mêle aux nuages et assombrit le rivage

On reste là, on regarde, on attend

Nos pensées volent dans l'air comme les goélands qu'on entend sans les voir

On entre dans le paysage

On devient paysage

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

C'est le mystère de cette oeuvre

Elle vous invite à vous y perdre un instant

A trouver un repère, une eau plus claire, un sable plus dur

A délaisser tout ce qui vous encombre

A être démuni et fragile

A vous taire

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce qui ressemble le plus au sentiment que j'éprouve devant ces toiles de jacques Dourlent c'est celui qui m'habite quand j'entre dans une cathédrale

Ce monde sans frontières, sans murs, sans toit, sans limite est proche pour moi du silence des cathédrales, des tombées de lumière qui à travers les vitraux font vibrer les grains de poussière

Devant l'immensité de la mer et du ciel on sent la même présence sacrée le même infini qui nous aspire

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.
Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Toutes les photos des oeuvres du peintre sont empruntées au livre "Lumière Native" (Les Ecrits du Nord.Editions Henry)

Des poèmes de jean Le Boël les accompagnent

Parfois la mer se retire

et nous emporte

ou nous laisse

échouages vagues

coeurs vides

à l'attendre.

Jean Le Boël a su mieux que moi trouver les mots eux-mêmes mêlés de silence et d'étonnements. Je lui laisse le dernier "mot" et la dernière interrogation adressée au peintre :

et pourtant ce ne sont que des traces

huiles grasses et pigments

étalés sur une toile

qui es-tu toi

qui fais de nous

des voyants?

Jacques Dourlent. Paysages. Côte d'Opale.

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:59

C'est une des toiles les plus foisonnantes et les plus étranges de Gustave Moreau.

Le peintre y a travaillé de 1860 à sa mort, l'abandonnant puis la reprenant, année après année. Plutôt que d'unité de l'oeuvre on pourrait parler d'une série de plans sur tel ou tel personnage, comme autant de zooms sur des corps dénudés.

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Moreau interprète un épisode de l'Odyssée, le chant XXII.

Ulysse de retour à Ithaque découvre la salle du palais où sont réunis les prétendants prêts à se mesurer pour être l'élu, celui qui remplacera l'époux disparu auprès de la reine.

Pénélope, celle que tous ces hommes désirent est absente. Aucune femme n'est représentée dans la scène, sinon la déesse Minerve, la vierge qui flotte dans un halo de lumière au-dessus des massacres.

Les femmes sont dans leurs appartements. On apprendra à la fin du chant que toutes celles qui ont été infidèles et ont eu pour amants les princes prétendants seront pendues aux solives dans la salle du massacre.

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Au premier plan les cadavres de jeunes hommes occupent l'espace. Malgré la mort qui vient de les frapper, ils restent beaux et sensuels.

Alors que Moreau représente dans ses toiles la femme quasi androgyne, froide et maléfique, les hommes sont ici, bien que morts, plus "vivants" et moins "symboliques" que ses figures féminines!

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Ces corps juvéniles frappés dans leur force et leur éclat sont comme autant de victimes de leur désir pour la femme. Ils sont frères des guerriers massacrés à Troie à cause d'Hélène indifférente aux malheurs qu'elle provoque.

On lit dans cette immense composition les fantasmes du peintres et l'attirance qu'il a tenté de dissimuler toute sa vie pour les jeunes hommes. Bien que le milieu artistique de la fin du XIXème eût été fortement marqué par l'homosexualité (Proust, Montesquiou, wilde) il n'était pas facile alors de faire son "coming out"! Pour Moreau dominé par une mère adorée et tyrannique, c'était plus difficile encore!

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Parmi les groupes mis en valeur dans cette scène, on voit au centre un prétendant à genoux qui vient d'être traversé par une flèche. Peut-être s'agit-il d'Eurymaque : "Il tire son glaive d'airain à deux tranchants. Ulysse lui décoche une flèche rapide qui s'enfonce au milieu de la poitrine."

Au-dessus de lui, au centre de la composition, comme entraîné vers les hauteurs, un jeune homme à la beauté ambigüe chante sur la lyre. Il représente le poète, celui qui chante dans la tempête. On le trouve dans le chant XXII : "Phémius chantait devant les prétendants et il échappa à la triste destinée". En effet, il posera sa lyre et suppliera Ulysse de l'épargner.

Pour Moreau il est l'image de l'artiste qui chante malgré l'adversité et malgré la mort. Il est Orphée qui séduit les animaux sauvages...

Moreau écrit à son propos : "Au centre, le prince appuyé sur sa lyre, figure inquiète mais non détournée de son rêve poétique personnifie la jeune Grèce mère des Arts et de la pensée".

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Au premier plan, plus théâtral, un prince vêtu de bleu vient d'être frappé par une flèche décochée par Ulysse que l'on aperçoit derrière lui.

Moreau se serait inspiré pour sa composition qui est à elle seule un tableau d'un marbre antique (Atys) dont il a fait un dessin au Musée des Offices.

Le jeune homme que la mort vient de frapper se tient debout...

Son visage levé, lèvres entrouverts ets celui d'un amoureux...

Il évoque à la fois Orphée et Saint Sébastien deux thèmes chers au peintre.

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

A l'arrière-plan sur la droite apparaît le héros! On le voit à peine, debout sur le seuil bandant son arc. Il est surmonté de la chouette qui symbolise Minerve la déesse des combats. Ce n'est pas lui qui intéresse le peintre. Il n'est que l'instrument de la mort, allié à Minerve, la vierge combattante qui l'encourage et attise sa fureur.

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Minerve plane dans un halo de lumière, l'étoile rouge au-dessus de la tête.

Elle n'est pas la plus grande réussite du tableau. Elle n'a pas de réelle présence. Moreau qui aimait l'Inde ne s'est pas inspiré des déesses de la terreur. Il est vrai qu'il est difficile de représenter une déesse qui symbolise à la fois les combats, la paix, l'intelligence et la sagesse! De quoi en perdre son latin et son grec!

Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.
Gustave Moreau. Les Prétendants. Musée Moreau.

Sur la gauche du tableau, un jeune homme assis, le regard sévère semble ne pas être concerné par les massacres. Il tient une lance rouge et une coupe d'or dans laquelle est posée un lys. Etrange et fascinant spectateur presque nu.

Ce jeune homme attirant et farouche, à l'écart des massacres est comme l'aveu d'un secret que le peintre confie à qui saura le voir!

Partager cet article

Published by chriswac
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:16

Ce n'est pas une des rues emblématiques de la Butte!

C'est une artère plutôt banale qui va de la rue Véron à la rue des Abbesses.

La rue Audran de la rue Véron aux Abbesses (1) et des Abbesses à la rue Véron (2)
La rue Audran de la rue Véron aux Abbesses (1) et des Abbesses à la rue Véron (2)

La rue Audran de la rue Véron aux Abbesses (1) et des Abbesses à la rue Véron (2)

Elle n'est longue que de 57 mètres et large de 8 !

Elle a été ouverte dans la commune de Montmartre en 1839 et a porté successivement le nom de rue Neuve Véron puis Gérard Audran et enfin, après le rattachement à Paris, celui d'Audran sans son prénom! (1869)

Ce qui fait croire à certains qu'elle rappelle le souvenir de l'actrice de Chabrol Stéphane Audran!

Dessin d'Audran.

Dessin d'Audran.

En réalité, comme de nombreuses rues du quartier elle rend hommage à un artiste du XVIIème siècle connu pour ses gravures d'après Lebrun, Poussin ou Lesueur ainsi que par ses planches sur les Proportions du Corps Humain.

Début de la rue Le 1
Début de la rue Le 1
Début de la rue Le 1

Début de la rue Le 1

La rue commence avec un restaurant togolais très apprécié pour sa cuisine et pour sa convivialité dont l'adresse est rue Véron, c'est le Mono qui porte le nom d'un fleuve du pays.

L'immeuble à pan coupé est typique des immeubles de rapport construit au XIXème siècle dans un Montmartre en pleine mutation.

Immeuble rue Véron à l'angle avec la rue Audran côté pair.
Immeuble rue Véron à l'angle avec la rue Audran côté pair.
Immeuble rue Véron à l'angle avec la rue Audran côté pair.

Immeuble rue Véron à l'angle avec la rue Audran côté pair.

Côté pair, le bâtiment avec son jardinet, vestige du vieux village, bien que faisant partie de la rue Véron mord sur la rue Audran.

Le matin où je suis passé, une affiche était apposée sur son mur. Raymoundo un beau chat aveugle d'un oeil avait été perdu 7 mois plus tôt. Sa maîtresse espérait encore le retrouver.

L'autre félin qui habite l'endroit et qui le connaissait sans doute semble l'attendre lui aussi.

Le 2.

Le 2.

Le 3 et son restaurant créole

Le 3 et son restaurant créole

le 4
le 4

le 4

Le 4 est lui aussi un immeuble de rapport construit dans la première moitié du XIXème siècle. Je n'ai jamais compris pourquoi certains de ces immeubles étaient classés au PLU (Patrimoine Local d'urbanisme) alors que d'autres, de la même époque et d'une architecture proche ne l'étaient pas!

Ainsi dans la rue Audran, le 4 est-il le seul a profiter de cette distinction!

Au fond il la mérite car il abrite un commerce qui se fait de plus en plus rare, une librairie! Qui plus est sympathique et un peu foutraque ! Chacun pourra y faire son miel car elle s'appelle la Manne.

Le 5 et le "ristorante" Al Caratello connu pour ses pâtes exceptionnelles!

Le 5 et le "ristorante" Al Caratello connu pour ses pâtes exceptionnelles!

Le 6

Le 6

Le 7
Le 7
Le 7

Le 7

Le 7, dernier immeuble côté impair, abrite un hôtel qui se retrouve parfois dans des films tournés sur la Butte. Le dernier en date est le sinistre film de Roger Michell "Week-end à Paris". Il commence dans une de ses chambres que Lindsay Duncan trouve triste, moche et beige de surcroît!

Pas sûr que ce soit une bonne publicité!

L'immeuble abrite sur la rue des Abbesses un café branchouille comme tous ceux de cette rue boboïssime : Le Chinon.

Une photo du film "Week-end à Paris". Jim Broadbent et Lindsay Duncan rue du Chevalier de la Barre.

Une photo du film "Week-end à Paris". Jim Broadbent et Lindsay Duncan rue du Chevalier de la Barre.

Le 8
Le 8

Le 8

Le bel immeuble du 8 avec avant-corps abrite deux restaurants italiens. La Pizza Caratello et le Piccolo Caratello. La rue est caratellisée, c'est le moins qu'on puisse dire!

Puisque caratello signifie tonnelet, ne nous en plaignons pas dans un quartier proche des dernières vignes de Montmartre!

Le 10
Le 10
Le 10

Le 10

Deux numéro 10 pour cette rue minuscule! Un immeuble original, genre atelier d'artiste post art-déco et un petit immeuble qui fait l'angle avec les Abbesses et où l'on trouve une boutique de fringues.

La rue des Abbesses en abrite une bonne vingtaine! Les marques à la mode tiennent à y avoir pignon sur rue. Ainsi va Montmartre! Les artistes y ont laissé place aux marchands!

Mais les chats de Bruant et de Steinlen n'ont pas changé et c'est pourquoi nous les appelons à la rescousse pour retrouver Raymoundo, le gentil chat, aveugle d'un oeil qui a disparu un matin d'octobre.

Rue Audran. Montmartre.

Liens:

Classement alphabétique de tous les articles sur les rues de Montmartre :

Les rues de Montmartre

Partager cet article

2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 19:20

Le maître de Giotto était Cimabue dont nous avons vu le crucifix sauvé des inondations dans l'église Santa Croce de Florence.

Ce chef d'oeuvre ne pouvait qu'influencer l'élève qui tout en vénérant son inspirateur prend ici son indépendance pour devenir à son tour source d'inspiration.

Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.
Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.

Après 12 années de restauration c'est en 2001 que le crucifix a repris sa place originelle, celle qu'il occupait au XIIIème siècle au centre de la travée principale  de l'église.

Cette position entre le sol et les voûtes lui donne un aspect aérien et les bras en croix s'ouvrent comme pour un envol.

Le Christ est représenté fidèlement à la tradition de l'époque. Il est le Christ de souffrance dont l'agonie s'est achevée... 

 

Son corps s'est affaissé sur lui-même. Les côtes sont saillantes, les plaies ouvertes dont le sang ultime s'écoule. Le ventre est proéminent sur le périzonium.

Le périzonium c'est le "pagne de pureté" dont on vêt le Christ qu'on n'ose représenter nu comme l'étaient les suppliciés romains. La transparence du pagne peint par Giotto et l'inexistence de toute trace visible du sexe vont inspirer un temps les peintres jusqu'à ce qu'au XIVème siècle ne s'impose le vêtement de toile épaisse et décente!

 

Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.
Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.
Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.

La tête du Christ se penche sur son épaule. Les yeux clos n'interrogent pas le ciel, ils sont baissés vers la terre, vers les témoins du supplice, vers les croyants qui entrent dans l'église.

Les lèvres sèches qui ont crié leur soif sont maintenant figées.

La chevelure est comme teintée par la douleur. L'or de l'auréole semble éclairer son étrange rousseur.

 

Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.
Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.

A droite et à gauche, les "tabellone" représentent Marie et Jean.

Ils n'invitent pas du regard comme chez Cimabue les fidèles qui passent devant le crucifix. Ils ont les yeux tournés vers celui dont le martyre vient de s'achever.

Leur visage est le nôtre quand une douleur trop grande nous envahit et que l'on tente de retenir nos larmes, les muscles crispés jusqu'à la douleur.

Ils croisent les mains comme pour les tenir en place et les empêcher de se lever vers le cadavre pour le toucher encore, une dernière fois.

Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.
Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.

Le sang coule et se fige peu à peu sous les pieds du Christ. Il atteint les rochers du Golgotha où reposent le crâne et les os d'Adam le premier homme. Le nouvel Adam est venu s'offrir pour qu'à jamais la mort soit vaincue...

 

Le crucifié de Giotto est plus tragique que celui de Cimabue. Il marque une étape importante dans la représentation de l'Homme-Dieu.

A Byzance, les icônes le représentent comme Dieu avant tout, dans l'or et la splendeur du royaume. Avec Cimabue il est à la fois pleinement Homme et pleinement Dieu. C'est  l'image la plus belle et la plus proche de celle que nous avons des êtres que nous aimons.

Avec Giotto le Christ sur la croix est homme. Il n'est pas encore le Christ lépreux dans lequel se reconnaitront et se réconforteront les malades. Il n'est pas encore le Christ de Grünewald, miroir de toutes les dégradations de la chair. Il y a dans son corps sans vie une douceur et un silence qui impressionnent. Alors que l'on avait l'impression qu'il s'envolait vers les voûtes, on comprend que ses bras s'étendent au-dessus de ceux qui le regardent, que son visage se baisse vers eux.

Peint avec foi, il s'adresse à ceux qui ont la foi et croient que la mort se penchera sur eux avec le même visage grave et fraternel pour les emmener de l'autre côté... 

 

 

Giotto. Crucifix de Santa Maria Novella. Florence.

Partager cet article

Published by chriswac - dans VOYAGES... Peintres
commenter cet article

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les amoureux de Montmartre, des chats, de l'île d'Oléron. Pour les poètes et pour les voyageurs. Un blog éclectique pour les amoureux de la vie!
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog