Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 12:45
Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

C'est en Bourgogne que mon roman montmartrois a été primé! En ce terroir de bon vin et de bonne chère, les Chats de Louise Michel ont été adoptés! Pas étonnant puisque nous sommes au pays de Colette la grande amoureuse des chats et l'auteur du plus beau roman qui leur ait été consacré.

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

Le soleil a été de la fête pendant les trois jours du festival. Le château du Clos de Vougeot surgissait dans les vignes comme une île sur la mer!

Ma caricature par Patrick Grillot
Ma caricature par Patrick Grillot

Il fallut monter sur l'estrade devant un pressoir médiéval impressionnant. Le presssoir pour le vin, la presse à imprimer pour les livres se trouvaient ainsi liés comme pour une même ivresse!

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.
Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

Les parrains du prix sont des Vignerons dont les vins n'ont besoin d'aucun Goncourt!

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

Après la cérémonie d'ouverture, petite séance de photo dans les vignes...

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.
Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

Quelques signatures dans la cour du château...

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.
Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

Repas dans les caves médiévales de Bichot... Une occasion d'entendre les vignerons parler de leur vigne... en poètes. La précision, la sensualité, l'enthousiasme...

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

... Les jours suivants, signature dans les salles Renaissance du Château...

On aperçoit Dominique Bona (Académie Française) Présidente de cette édition du festival.

On aperçoit Dominique Bona (Académie Française) Présidente de cette édition du festival.

Montmartre en Bourgogne. Les Chats de Louise Michel, prix Méo Camuzet aux Livres en Vignes.

.... Et voilà! Une belle escapade! L'occasion de connaître quelques écrivains (j'avais une forte concurrence, placé que j'étais entre Grimbert et Tillinac!)

..Promis, le narrateur de mon prochain roman ne boira plus de whisky mais du bon vin de Bourgogne!

A côté de Tillinac

A côté de Tillinac

Caricature de Nini par Patrick Grillot

Caricature de Nini par Patrick Grillot

Repost 0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 14:31

Voili voilà! le 13 mai les chats de Louise Michel vont miauler en librairie! 

Eux ils devraient vous plaire.

Ils sont chats. Ils ne trichent pas. Ils sont dans la vie tout simplement.

Pour les humains de l'histoire, c'est une autre paire de manches!

Ils sont humains, c'est à dire menteurs, jaloux, méchants, gentils parfois mais tous entraînés dans une sombre histoire de morts suspectes et de folie...

 

Mon dernier roman : Les Chats de Louise Michel. Editions Joëlle Losfeld. Gallimard.
Mon dernier roman : Les Chats de Louise Michel. Editions Joëlle Losfeld. Gallimard.
Mon dernier roman : Les Chats de Louise Michel. Editions Joëlle Losfeld. Gallimard.
Mon dernier roman : Les Chats de Louise Michel. Editions Joëlle Losfeld. Gallimard.
Mon dernier roman : Les Chats de Louise Michel. Editions Joëlle Losfeld. Gallimard.
Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 08:31

link 

 

Un titre de saison ... "Une Saison de Neige" mon dernier roman est mis en ligne  aux Editions Publibook. Il est disponible sur Amazon, Myboox etc...

neige.jpg

 

Les lieux du roman:

Montmartre.

Le narrateur habite Montmartre, un quartier qu'il aime parce qu'il est en dehors de Paris comme une ville fortifiée, un refuge dont il faudrait passer les portes... 

Le Marais.

Le collège Victor Hugo où le narrateur est professeur et où il s'oppose à une directrice tyrannique Madame Bormiche

L'île d'Oléron.

Le temps d'un été, d'une parenthèse lumineuse, seul à seule avec l'amour pour unique préoccupation

 


 

L'action:

Dans le métro, le narrateur, Loup, rencontre une mendiante et son chat blanc. Tout serait simple si Neige (c'est ainsi qu'il la nomme, incapable de prononcer correctement son nom bulgare) n'était accompagnée d'un grand Black, Marley. La vie à trois ne peut durer longtemps, la jalousie s'en mêlant. 

Loup et Neige se retrouvent enfin seuls et vivent un été de soleil et de vagues. Loup oublie un instant tous les mensonges de Neige qui ne cesse de s'inventer un passé. 

Que Neige dise ou non la vérité devient secondaire devant la maladie qui, elle ne ment pas. Il faut alors vivre aussi légers que possible, il faut s'aimer sans penser au lendemain ...

 

..............................................................................................................

 

 

Commande sur publibook (téléchargement possible).

lien publibook "Une Saison de Neige".


Commande sur Amazon en téléchargement et papier.

lien Amazon

 

Commande version papier sur myboox

lien my boox Une Saison de Neige

 

Commande version papier sur l'Armitière

lien Armitiere

 

 



Ou formulaire de contact sur cette page. Je vous enverrai le livre dès que je l'aurai en stock. 

............................................................................................................

 

Liens : mes romans et recueils :

"Ils ont oublié le plafond" poèmes pour enfants ...

"Passage du Sable"recueil de poèmes.

"D'un Père à l'Autre". Alzheimer. Roman      

"Chat Gris Encre Noire". Premier roman.

Lucie et Nino. Roman. Deux amoureux à Montmartre.

............................................................................................................


 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 14:45

242215_LCL_C14_1--1-.jpg

 

Et voilà...

Encore un livre qui se jette à l'eau et rejoint l'océan où voyagent des milliers et des milliers d'autres livres...

Celui-là est pour les enfants. Il tombera peut-être entre leurs mains et il saura peut-être trouver une petite place dans leur coeur

Il parle des animaux menacés et fragiles

Il parle du bonheur simple d'aimer

Il parle d'un enfant qui s'ennuyait à mourir dans la classe où il était enfermé, jusqu'au jour où en levant les yeux, il remarqua que les adultes, en construisant l'école, avaient oublié le plafond...


..............................................................................................................

Lien Edilivre:

 poèmes pour les enfants : "Ils ont oublié le plafond"

..............................................................................................................

 

(en vente sur Amazon, Alapage, Rue Du Commerce, Chapitre;com etc... et directement chez Edilivre...)

..............................................................................................................

..............................................................................................................

Autres recueils et romans :

 Passage du Sable (poèmes).

D'un père à l'autre (roman).

Chat gris encre noire.(roman).

Lucie et Nino. Roman. Deux amoureux à Montmartre.

.............................................................................................................

perrine Chartrain 043

..............................................................................................................

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 08:05

 

 

livres-bilou-018.JPG

livres-bilou-021.JPG

I Chat gris Encre noire

Liens:  Chat gris encre noire. Premier roman.

 

livres-bilou-012.JPG

livres-bilou-013.JPG

livres bilou 016

 

II Lucie et Nino

Liens : Lucie et Nino. Roman. Deux amoureux à Montmartre.

 

livres-bilou-001.JPG

livres-bilou-006.JPG

 

III D'un Père à l'Autre

Liens :  Mon troisième roman. D'un père à l'autre.

 La mort du père. 3ème roman. (Ière partie)

 La mort du père. 3ème roman (2ème partie)

 La mort du père. 3ème roman (3ème partie)

 

livres-bilou-007.JPG

livres-bilou-010.JPG

IV Passage du Sable

Liens :  Mon nouveau recueil : Passage du Sable.

 

 

Ces livres sont disponibles sur Amazon, Fnac etc...

Mais vous pouvez me les commander directement (frais de port offerts) en vous adressant à moi au choix :

- Par le formulaire de contact (cliquer en bas de page sur "contact")

- Par le commentaire

- Par mail : tiolou@orange.fr

 

...........................................................................................


 

 

 


 


Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 13:00

2011_0609passage0003.JPG

Je reçois aujourd'hui les premiers exemplaires de mon recueil : "Passage du Sable".

Il est disponible chez Persée et en vente chez Amazon, Fnac etc... avant d'être distribué en librairie.

2011 0609passage0002

La plupart des poèmes sont récents:

L'amour et la mort y combattent, désireux d'attirer à eux le plus grand nombre de mots. C'est parfois l'amour, c'est parfois la mort qui remporte la partie et le poème.

oiseaux 12 sept 010

En tenant ce livre dans mes mains, je pense à toi mon père, toi qui as écrit bien avant moi des poèmes.

Toi dont le dernier recueil publié parle aussi de passage...

"Le Passeur de Nuages"...

Je pense à toi ma mère qui ne me lira pas

Je pense à toi ma femme entre les jambes de qui je suis venu au monde...

Je pense à vous mes frères et soeurs, mes compagnons douloureux de l'enfance...

Avec vous tous je voudrais partager ces textes et garder comme une devise le titre du dernier poème qui ne parle pas que de la corrida : "Vivre"    


Encore et encore et encore                                                                                                     Cette porte qui bat                                                                                                                 Et ce fauve aux senteurs d'herbes sèches                                                                     Qui entre en dansant                                                                                                              Fou de curiosité                                                                                                                    Et d'espérance...

 

oiseaux 029

Liens : mes romans :

Mon troisième roman. D'un père à l'autre.

Chat gris encre noire. Premier roman.

Lucie et Nino. Roman. Deux amoureux à Montmartre.



Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 08:40

Couverture--1-.jpg
                                               

Voilà, il est là ce troisième bouquin.
Il paraît dans le mois qui a vu s'ouvrir le caveau où l'on a descendu le cercueil de mon père.
Mon vrai père.
Celui que j'ai parfois détesté enfant et adolescent et que j'ai retrouvé, adulte.
Celui dont je me suis senti si proche que parfois j'en ai été bouleversé.
J'ai reconnu mes défauts dans ses défauts, et quelques fois mes qualités dans les siennes.
Je l'ai aimé de plus en plus profondément avec le temps.
Il me manque 

Le vrai roman de mon père, je l'écrirai.
Un roman d'ombres et de lumières.
Un roman d'amour.

Ce livre est disponible pour l'instant chez Edilivres mais il se trouvera dans quelques jours à la Fnac, Amazon.... et chez les libraires sur demande.

Il ne m'appartient plus. 

Couverture-copie-1
                                           Première maquette de couverture



Lien D'un père l'autre. La mort du père. 3ème roman (3ème partie)


...


... 
Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:00


La dernière partie du roman fait écho à la première mais le chemin s'inverse. Alors que l'enfant s'éloignait de son père, l'adulte va se rapprocher de lui. Lou, la soeur de Léo retrouve la trace de son frère grâce à la maison d'édition qui publie ses livres. elle lui apprend que leur père est atteint par la maladie d'Alzheimer et que la progression du mal est telle que s'il veut le revoir, il doit venir au plus vite. Léo qui n'a pas abandonné son désir de vengeance, tient à revoir son père pour s'expliquer avec lui avant qu'il ne perde tout souvenir. Il retrouve un homme affaibli et perdu. Il tente de lui parler. Il découvre des aspects inconnus de cet homme. Il reçoit des révélations sur sa propre enfance. Peu à peu, sans lui pardonner vraiment, il se rapproche de lui jusqu'au jour où il se rend compte que malgré lui, il l'appelle "papa", mot qu'il n'avait jamais pu prononcer. Quand le mal est trop insupportable, quand tout espoir est perdu, Léo vient la nuit embrasser son père qui attend son fils. Il le serre contre lui et l'étouffe. 


3ème partie

L'autre

extrait : le rendez-vous

"(...)   Comme il a froid pense Léo. Pourquoi l'a-t-on laissé avec ce seul drap sur le corps? pourquoi les couvertures inaccessibles, sont-elles pliées sur une chaise près de la fenêtre? Il se penche, prend son père dans les bras, le soulève et tente de l'asseoir. Il provoque un court gémissement suivi d'un râle. Il lit la souffrance sur son visage émacié. Il n'insiste pas, le laisse repartir en arrière en soutenant son dos et sa tête. Il écarte l'oreiller afin qu'il puisse reposer, bien à plat, comme il en a l'habitude. Il passe la main sur son visage, suit du doigt les cernes mauves, s'attarde sous le menton, comme il l'a vu faire avec son chat. Il caresse la pomme d'Adam, le cou si fragile. Il descend vers la poitrine aux côtes saillantes, pose la main sur le coeur qui bat sourdement. Son père essaye de lever les bras, d'attirer à lui son fils. Léo pose la tête sur sa poitrine, contre son coeur. Il ferme les yeux. Il est bien. Il sent dans ses cheveux une main légère, sur sa tempe, sur sa joue. elle reste là, sur sa joue. Léo garde les yeux bien clos. Il est à l'abri entre le coeur et la main de son père. Il ne bouge pas. Il ne veut pas bouger. Pour la première fois, si proche, pour la première fois contre la poitrine nue de son père. Contre le coeur de son père.
Des mots à peine audibles. Non, il ne rêve pas. Il entend des mots qui se précisent. Une fois, deux fois, trois fois...Aide-moi. Oui, son père prononce ces mots, en appuyant la main sur le visage de son fils : Aide-moi...
Léo se redresse. Il le regarde. Quelques centimètres les séparent : "Papa, je veux t'aider. Je suis venu t'aider.
- Aime-moi..."
Léo sursaute. il n'est pas sûr d'avoir compris. Il passe la main derrière la tête de son père et la soulève à peine : Papa... Oui... Je t'aime.
Il reçoit en réponse une légère pression sur le bras. Il serre contre lui le visage de son père. C'est contre son coeur qu'il tient maintenant son père. Il reste ainsi, les yeux fermés avec son père qui a fermé les siens.
La suite, Léo la vit comme dans un rêve. Des nuages assombrissent le ciel. La lumière du jour faiblit. La chambre s'obscurcit. Ses gestes se font lents, comme s'il évoluait dans les profondeurs. Il prend l'oreiller et le glisse entre sa poitrine et le visage de son père. Il passe les deux mains derrière son crâne et il serre. Les yeux, le nez, la bouche contre le duvet, son père esquisse un timide mouvement de recul. Puis il s'abandonne. Il se laisse faire. Il laisse s'enfoncer sa tête dans l'épaisseur de l'oreiller. Il entend battre son sang. Ou peut-être est-ce celui de son fils dont il est si proche maintenant? Léo continue de serrer. Il serre de plus en plus fort. Il n'arrête pas quand il sent les mains de son père s'agripper à ses bras. Il n'arrête pas quand il sent tressaillir les jambes de son père sous le drap. Il pose les lèvres sur les cheveux de son père. Il attend que tout se calme. Il attend longtemps après le dernier sursaut. Il tient son père contre lui, fermement, comme un noyé qu'il ramènerait au rivage. Il tire l'oreiller chiffonné qui tombe à côté du lit. Il regarde son père. Ses yeux sont ouverts. Sa bouche est ouverte. Il l'étend. Il ramène ses bras le long de son corps. Il remonte le drap. il se relève.
Il voit, debout contre le mur, sous la croix noire, Suzie qui n'a pas bougé : Laissez-moi seule avec lui. Je vais m'asseoir près de lui. C'est mon tour maintenant. Dépêchez-vous de rentrer avant l'orage."







Lien : Alzheimer. Un poème. (2)

 
Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 08:06




D'un père l'autre    (2ème partie)

Entre deux

La deuxième partie du roman couvre presque trente ans. Elle est courte et ne comprend que trois chapitres.
Le bac en poche, Léo est parti de chez lui. Il est allé aussi loin qu'il a pu pour oublier son enfance. Mais sa haine reste bien ancrée en lui malgré sa vie voyageuse et l'amour qu'il trouvera enfin. Il se mariera avec Faranak, une belle Iranienne avec laquelle il partagera une vie insouciante d'étudiant prolongé...
 Avant de la rencontrer, il est guidé guidé vers sa vie d'homme par Chloé, étudiante comme lui à la fac d'Aix.


Extrait :

Chloé

"...Ce que vécut Léo, ses amours, ses réussites, ses échecs, ses lâchetés, il les consigna dans son journal. Il raconta comment il trichait avec les sentiments. Comment persistait en lui ce besoin d'être aimé et cette incapacité d'aimer. Il exposa sans complaisance ses ambigüités et ses fuites. Il eut avec quelques hommes des amours qui durèrent une saison et puis un jour, il fut choisi par une jeune fille un peu folle qui l'aima dès le premier regard, le dragua, le coucha dans son lit et le fit entrer dans l'amour des femmes. Elle avait jeté son dévolu sur l'étudiant mélancolique qui suivait les mêmes cours de littérature comparée. elle s'était assise à côté de lui, ava
it étalé sur la table en empiétant sur son espace, un gros classeur à spirale, une trousse de cuir rouge, une petite bouteille d'eau minérale, un paquet de chewing-gum, un miroir de poche, la reproduction d'un tableau de Klee, un couteau corse à cran d'arrêt... Elle avait attendu sa réaction. Il avait souri et lui avait demandé si elle avait l'intention d'utiliser son arme. A la fin du cours, elle lui avait proposé d'aller boire un café. D'accord pour gazouiller, avait-il répondu. Il avait reconnu le tableau de Klee, la machine à gazouiller et n'avait pu s'empêcher d'étaler sa science. Qu'importe, Chloé dont il avait lu le nom gravé sur le manche de corne, n'avait qu'une envie : coucher le garçon ténébreux dans son lit. Après le café, elle l'avait invité à monter chez elle. Léo aurait parlé pendant des heures si Chloé qui avait bien compris qu'il fuyait dans le labyrinthe des mots, ne s'était approchée de lui et n'avait posé les lèvres sur sa bouche. Chloé était une grande amoureuse des hommes. Elle sut entraîner celui-là, si peu expérimenté et si peu audacieux, dans les caresses les plus sensuelles et dans la découverte du corps de l'autre. Léo, guidé par elle, connut enfin ce qu'était l'amour partagé, le plaisir donné et reçu dans la même étreinte. Il découvrit la jouissance de la femme. Il comprit qu'il pouvait en être l'artisan. Il en fut si bouleversé qu'il voulut plusieurs fois faire l'amour. Chloé, amusée et ravie avait fini par le calmer en posant les lèvres sur son sexe, comme elle les avait posées sur sa bouche bavarde pour la faire taire. (...)



Lien : D'un père l'autre. La mort du père. 3ème roman (3ème partie)


...
 
Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 08:15








Roman : D'un père l'autre.




Avant qu'il ne paraisse en février 2010, je vous présente mon troisième roman. Il se compose de trois parties. La première est celle de l'enfance. Un garçon tue son père. enfin, il rêve de le tuer tant sa haine est forte. Il n' a pas reçu d'amour. Il n'a reçu que du mépris et de la violence. Il raconte son enfance et la mort de sa mère dont il rend son père responsable.

Le roman s'ouvre sur un parricide. Le père est étranglé dans son lit par son fils. Le roman se ferme sur un parricide. Le père, malade et condamné, se laisse étrangler par son fils, dans un acte d'amour partagé. C'est donc l'histoire d'un parcours qui va de la haine à l'amour. Du crime de haine au crime d'amour.

Ière partie : D'un père.

Extrait : les poupées.

" C'est bien souvent que Léo se sent rejeté par ses frères. Il n'en souffre pas vraiment. Il n'aime pas leurs jeux. Les pistolets, les sabres, les ballons de foot le laissent indifférent. Il ne sort jamais de leur boîte à chaussures les petits soldats que son père lui a offerts. Il préfère les poupons de celluloïd qu'il habille et déshabille sans se lasser. il a pour eux une garde-robe complète qu'il a rangée dans un grand tiroir de la commode de bois sombre. les petits pulls de laine tricotée, les pantalons de coton, les bonnets de couleurs vives sont soigneusement pliés par tailles. Sur la droite, les vêtements minuscules destinés aux baigneurs roses, sur la gauche, les plus grandes tailles, celles qui conviennent à Boubou, le géant de la bande, un enfant noir de quarante centimètres. C'est le préféré de Léo qui s'est mis en tête d'organiser un orphelinat dont sa soeur, Lou, est l'infirmière et lui le médecin. Pas question de jouer au papa et à la maman. Léo ne supporte pas l'idée de ressembler à son père, à n'importe quel père. Il recueille les malheureux, les abandonnés, les enfants victimes de parents tortionnaires. David se moque de lui quand il le surprend, dans la chambre de Lou, occupé à parler à des poupées. Son père s'en irrite et accuse sa femme de mal élever ce garçon qui ressemble à une fille. Un jour, alors qu'il cherche Léo pour l'emmener avec ses deux frères à un match de foot de l'équipe locale, il le trouve, assis sur le lit de sa soeur, avec sur les genoux, le poupon noir auquel il fredonne une berceuse. Il se précipite sur lui, arrache le négrillon qu'il saisit par un bras et balance par la fenêtre avec une telle force que le membre détaché lui reste dans la main. Léo bondit à la fenêtre. Il voit, à côté de la bordure de grès du trottoir, Boubou, sur le dos, le bras levé comme pour un appel. Il ferme les yeux quand passe une camionnette. Quand il les rouvre, la petite main est toujours tendue vers le ciel, le corps est aplati et au-dessus de l'écharpe de laine rouge, la tête a explosé, projetant de tous côtés des écailles noires. Léo se précipite sur son père. Il s'acharne contre lui, à coups de pied, à coups de poing. Il ne peut s'arrêter. Il ne le veut pas. Il veut faire reculer cet homme sans coeur. Il veut frapper et frapper encore. Une gifle magistrale, un aller-retour violent l'arrête net, l'envoie en arrière. Il gardera jusqu'au lendemain la trace rouge de la main de son père sur le visage. Mais il n'a pas eu mal. Il n'a rien senti."

...

Lien : D'un père l'autre. La mort du père. 3ème roman (2ème partie)

 
Repost 0

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche