Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 11:19
Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

La Mascarade Nuptiale de José Conrado Roza (1788) est la toile la plus surprenante et la plus étrange du Musée du Nouveau Monde. Elle est aussi la plus révélatrice d'une société aux moeurs arrogantes et racistes.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Du peintre on ne sait pas grand chose, sinon qu'il était fils de peintre et recevait des commandes des souverains portugais et plus particulièrement de Marie 1ère qui fut reine de 1877 à 1816.

Marie 1ère du Portugal. (att. à Giuseppe Troni)

Marie 1ère du Portugal. (att. à Giuseppe Troni)

La reine était connue pour sa grande piété (ce qui nous interpelle sur ses petits arrangements avec la doctrine chrétienne!) à tel point qu'elle fut surnommée "la pieuse".

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.
Tombeau de Marie 1ère.
Tombeau de Marie 1ère.

Elle eut le cerveau quelque peu détraqué à l'approche de la soixantaine. Elle fut paraît-il très choquée par les événements de France, cette Révolution qui coupait les têtes royales et abolissait l'esclavage.

Au Brésil, possession portugaise où elle se réfugia après l'annexion de son pays en 1807 par le libérateur de l'humanité Napoléon Bonaparte, elle fut surnommée "la Folle". C'est dire qu'à sa manière, elle perdit elle aussi la tête!

Elle mourut en 1816 et son corps fut rapatrié à Lisbonne dans un imposant tombeau érigé dans la basilique d'Estrela qu'elle avait fait construire.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

En 1788, elle passa commande à son peintre favori s'une toile mettant en scène ses esclaves préférés, des nains chargés de la divertir. Elle ne faisait que suivre la mode initiée notamment par la cour espagnole et Philippe IV. Velasquez a représenté quelques uns des nains de cette cour.

Le titre de la toile fait penser à une parodie de mariage, une mise en scène ridiculisant les petits personnages sommés de poser avec sérieux.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Mais ce titre "Mascarade nuptiale" lui a été attribué bien des années après son exécution. La thèse qui prévaut aujourd'hui sans convaincre, plaide pour la représentation d'un vrai mariage.

Quoi qu'il en soit l'oeuvre revêt une poésie étrange et douce, faite de mystère et de silence. On pense à l'atmosphère qui plus tard habitera certaines oeuvres du Douanier Rousseau avec ses personnages qui flottent dans l'air.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.
Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

La petite mariée est Dona Roza, la naine favorite de la reine qui la couvre de cadeaux et ne se déplace qu'avec elle.

Les détails sur l'âge et l'origine des nains sont écrits sur leurs vêtements.

Dona Roza est âgée de 18 ans, originaire d'Angola. Son esprit enjoué, sa bonne humeur et sa spontanéité plaisent à la reine qui l'habille de vêtements somptueux comme elle le ferait de sa poupée préférée.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

L'heureux marié est Don Pedro, originaire du Luanda. Son âge est incertain, entre 30 et 40 ans...

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Au-dessus des deux mariés qui sont debout sur une calèche, au sommet de la composition pyramidale de la toile, se tient Martino de Mello e Castro venu de Bahia. Il est âgé de 14 ans.

Il est coiffé d'une mitre d'évêque. Les défenseurs de la thèse du vrai mariage auront du mal à expliquer cet accoutrement. Si vrai mariage il y avait eu, un vrai responsable religieux aurait officié.

Ce déguisement est forcément dérisoire. La scène ressemble plus à un carnaval qu'à une cérémonie religieuse à laquelle la reine et la cour auraient assisté!

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Devant les mariés, on voit à droite, prêt à jouer de la flûte pour accompagner la noce, Sebastiao, originaire du Mozambique, âgé de 31 ans.

A sa droite un garçon de 12 ans, le seul à n'être pas nain. Il est là comme "curiosité" susceptible de surprendre la cour et ajouter au prestige de la collection royale.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.
Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Il s'appelle Sicario et il est originaire de Cotingiba au nord-est du Brésil. Sa dépigmentation partielle est un albinisme incomplet qui lui confère sa valeur de pièce rare. Imaginons l'existence de cet enfant, exhibé comme un phénomène de foire par la très pieuse reine du Portugal.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.
Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

A la droite de Sicario on trouve encore Dom José âgé de 30 ans, originaire du Brésil et Dona Anna, âgée de 17 ans, originaires du Mozambique.

Le dernier nain représenté est Marcelino, 26 ans, de Mariua en Amazonie. Il est habillé pour satisfaire la curiosité des courtisans de sa tenue d'Indien. Il brandit un arc bandé dont la flèche est dirigée vers une colombe perchée sur une branche.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Là encore les tenants de la thèse du mariage sérieux auront du mal à justifier cette pesante allégorie. La blanche colombe symbolise la virginité de la jeune Noire Dona Roza, la flèche le membre viril de son nouvel époux!

Au-dessus la toile peinte pour Marie 1ère. Au-dessous la toile peinte par sa soeur cadette Bénedicte.
Au-dessus la toile peinte pour Marie 1ère. Au-dessous la toile peinte par sa soeur cadette Bénedicte.

Au-dessus la toile peinte pour Marie 1ère. Au-dessous la toile peinte par sa soeur cadette Bénedicte.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Il existe une première version de cette œuvre, répertoriée sous le nom de "Les nains de la reine Marie de Portugal"

On peut remarquer quelques légère différences comme le phylactère que tient la colombe dans le bec et qui porte le nom de la commanditaire : Bénédicte, sœur de la reine. Il y est précisé que ce tableau contient "les vrais portraits des personnes pour lesquelles toutes les mesures furent exactement prises."

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Que le tableau porte un titre ou un autre ne change rien à notre appréhension de l'œuvre qui attire et repousse...

Elle attire parce qu'elle est belle et poétique, à la fois naïve et maitrisée...

Elle repousse parce qu'elle fait de nous, malgré nous, des voyeurs, curieux des particularités d'êtres humains qui furent traités comme des objets au même titre que les animaux exotiques qui composaient la collection de la reine.

Les nains esclaves de Marie 1ère du Portugal. La mascarade nuptiale. Musée du Nouveau Monde. La Rochelle.

Il existe étude passionnante et complète de cette oeuvre sans laquelle je n'aurais pas pu écrire cet article et dont l'érudition est remarquable (même si je ne partage pas du tout l'interprétation du mariage authentique).

La brochure "Mascarade Nuptiale" est en vente au Musée du Nouveau Monde. Elle a été rédigée par Violetta Giraldos et Evelyne Fazilleau.

Le Musée du Nouveau Monde, rue Fleuriau.

Le Musée du Nouveau Monde, rue Fleuriau.

Repost 0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 13:20
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

Au musée du Nouveau Monde, une exposition d'Antoine Tzapoff nous propose une galerie de portraits d'hommes et de femmes, de résistants, indiens pour la plupart, victimes d'un génocide qui permit au Canada et aux Etats Unis de s'édifier.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

Ce qui frappe dès la première approche de ces toiles assez classiques dans leur facture c'est la dignité des visages en même temps que leur profonde tristesse, la conscience d'une tragédie inéluctable.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Cavalier des plaines"

Un guerrier Lakota se prépare au combat comme on le voit à son habillement : la chemise de guerre aux bandes perlées.

En 2007, des survivants de ce peuple sioux ont proclamé l'indépendance de leur territoire (essentiellement le Dakota) et rompu les traités que les blancs n'avaient jamais respectés.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Ioway avec parure"

​"L'avant-veille des Illusions perdues"

Malgré son regard décidé, sa coiffure Roach et son collier de griffes d'ours, cet indien qui a donné son nom à la rivière et à l'état de l'Iowa, ne pourra empêcher la disparition de son peuple dont ne subsiste aujourd'hui qu'un millier d'individus.

Le Roach est composé d'une frange extérieure en longs poils de porc épic et en poils plus courts de daim. Elle est maintenue à l'arrière par une tresse de cheveux qu'on appelle "la mèche de scalp" car c'est elle qui est coupée par l'ennemi en cas de victoire.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Kwoxot"

Visage moins tragique pour cet indien Yuma (Colorado) qui est un homme de dialogue et de paix, un Kwoxot, diplomate chargé des relations avec les envahisseurs. S'il est homme de parole, il n'en est pas de même des Européens qui n'ont qu'une idée en tête : s'emparer des terres indiennes et signer des traités bidons!

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"La lune du trépas"

Un chef Tlingit (sud-est de l'Alaska et Colombie Britannique) porte le cimier qui représente la lune entourée de fanons de baleine. Son peuple croit en la réincarnation et au retour des parents décédés. Cette croyance qui lui évite la peur de la mort n'a pas suffi à le réincarner en nombre puisqu'il n'y a plus aujourd'hui que quelques centaines de ses hommes dont la culture et la langue sont près de mourir tout à fait.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Armoiries de la baleine tueuse"

C'est encore un Tlingit qui est paré de symboles totémiques. La "baleine tueuse" est l'autre nom donné à l'orque.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Pharaon"

Tel est le nom donné à une des tribus des Apaches Mescaleros (Nouveau Mexique). On peut comprendre à la noblesse de ces hommes ce nom qui pourtant fut choisi par moquerie. Ils vivent de nos jours dans une réserve où ils sont mitraillés par les touristes, comme des animaux dans un zoo.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Camp d'automne"

C'est une des premières toiles d'antoine Tzapoff qui replace l'indien Cree dans son environnement sévère dont il semble faire partie. Les Crees forment aujourd'hui le plus grand groupe des premiers peuples d'Amérique. Ils sont plus de 200 000. Ils étaient ouverts aux échanges et aux unions intertribales. Ils ont formé un peuple métissé, notamment avec les Français du Canada.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Agnier"

C'est le nom donné par les colons français dès le XVIIIème siècle aux Indiens Iroquois Mohawk (Mohawk signifie "mangeurs d'hommes")

Leur langue a quasiment disparu. Une petite communauté de plus de 1000 indiens la parle encore dans le village de Kahnawake près de Montréal.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"La vallée des mélèzes"

Un guerrier Fox en alerte s'apprête à entrer dans la vallée dangereuse. Le peuple Fox a rencontré les Français au cours de guerres qui furent dévastatrices et à la suite desquelles ne survécurent que 500 des leurs.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Le cauchemar de Cumberland"

Les colons craignaient particulièrement les Shawnees, guerriers farouches dont le nom français était "chaouanons" ou "chavanons".

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"La Feuillée à l'aube dorée"

La feuillée est la toilette matinale des femmes. L'une d'elle, Chippewa est de face, l'autre Winnebago de dos. Les broches d'argent dont elles se parent sont l'œuvre des orfèvres de Montréal qui les fabriquaient pour les échanges commerciaux entre colons et autochtones.

Une fois encore, malgré la douceur du matin, le visage féminin est grave.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Chef Joseph (Nes percé)
Chef Joseph (Nes percé)

"Nez percé" ou 1877.

Les Nez Percés qui sont spoliés de 90% de leur réserve attribuée par décret se défendent en 1877 contre les soldats américains menés par le général Olivier O. Howard. A leur tête se trouve Chef Joseph qui après plusieurs succès est vaincu. La plupart des Nez Percés sont massacrés et une poignée d'entre eux parvient à se réfugier au Canada.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Les Ages de la guerre ou la stratégie et le combat"

Le jeune Indien se détourne de son aîné qui a choisi la diplomatie et les tractations avec l'armée américaine. Il est décidé à se jeter sans attendre dans la bataille même s'il est conscient de la disproportion des forces en présence. L'aîné tente de sauver un peu de sa terre et de sa culture. Il sous évalue l'hypocrisie de ses adversaires.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Le charme de guerre"

Le monde magique des Indiens comportait de nombreuses superstitions. Ainsi pensaient-ils être protégés par une simple bandelette qu'ils portaient en bandoulière.

Une cordelette pour lutter contre l'avidité des envahisseurs!

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Tatouages Osages"

Un dignitaire porte les marques des gardiens des "ballots sacrés" (où étaient conservés les objets rituels). Le fer de sa lance comme les bracelets qu'il porte prouvent qu'il entretenait des rapports amicaux en Louisiane et en Nouvelle France avec les Français qui les fabriquaient.

Le nom des Osages reste lié à un arbre, "l'oranger des Osages" dont ils se servaient pour leurs peintures et leurs arcs. Voilà qui me ramène à Montmartre, au square Louise Michel près duquel je vis et où s'élèvent plusieurs de ces arbres!

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Symboles sacrés"

Cette Osage est une officiante de rites religieux comme l'indiquent les symboles peints sur les rochers : cercle solaire et araignée.

Le cercle est symbole même de la vie. Moitié soleil et moitié lune il unit le jour et la nuit. Il a la forme de la vie, des nids, des tentes, du vent qui tourbillonne...

L'araignée a huit pattes comme les huit points cardinaux indiens. Elle appartient à la nuit mais a un rôle positif dans la mythologie indienne puisque c'est elle qui donne le feu aux hommes. Dans les attrape-rêves, c'est elle encore qui permet au jour et à la lumière de renaître après la nuit.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Chamane Caribou"

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Chamane Toungouse"

Le chamane qui est en relation avec les esprits de l'univers portent les objets rituels dans les "ballots sacrés".

Il est ici revêtu de symboles de la création, les oiseaux de fer et les visages.

(Les Toungouses sont un peuple de Sibérie.)

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"Chasseur ou le concept de la transformation"

Cet Inuk porte un masque de carcajou (glouton) dont il acquiert ainsi les qualités supposées : la ruse, l'agressivité...

Musée Fleuriau. La chambre à coucher de Mme Fleuriau. La toile de Tzapoff acquise par le Musée.

Musée Fleuriau. La chambre à coucher de Mme Fleuriau. La toile de Tzapoff acquise par le Musée.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"La chute de l'Amérique française"

La statue jetée à terre symbolise la défaite française et la fin de la Nouvelle France.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

Un indien Ottawa (Outaouais pour les Français) reste debout, prêt à combattre encore. Sa tribu a choisi de lutter aux côtés des Français et elle leur reste fidèle. Nous sommes en 1760, date de la chute de la dernière place forte française : Montréal.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

Le guerrier regarde au loin, espérant le retour des Français. Il a mal choisi. Entre les deux rapaces anglais et français, il valait mieux choisir le plus cynique et le plus rusé, celui dont l'Empire était si étendu que jamais le soleil ne s'y couchait!

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

"La Nouvelle France"

Le Canada français tel qu'il est idéalisé par le peintre!

L'indienne au visage grave se drape dans un tissu bleu. Elle porte entre les seins un poignard.

Une remarque s'impose au cours de cette exposition sur la façon qu'a le peintre de représenter les femmes. S'il leur donne comme aux hommes ce visage tendu et inquiet, il refuse de le marquer de rides. Ce respect qu'il a de la femme forcément jeune et belle confère à ses tableaux féminins quelque chose de plus stéréotypé.

Il y a dans les codes utilisés par l'artiste quelque chose qui me fait penser aux icônes : le sens du sacré, la dignité des visages, l'espoir d'un renouveau malgré l'apparente victoire de la violence et de la mort...

Ngati Maru. Maori de Nouvelle Zélande armé de son casse-tête.

Ngati Maru. Maori de Nouvelle Zélande armé de son casse-tête.

Maria Felix. Mécène d'Antoine Tzapoff.

Maria Felix. Mécène d'Antoine Tzapoff.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.

Quelques mots sur Antoine Tzapoff, l'auteur de ces portraits à la fois réalistes et spirituels.

Il est né en 1945 à Paris. Sa mère est française et son père russe (est-ce de ce dernier que lui vient cette proximité avec l'art sacré des icônes?)

Il a longtemps collaboré avec Vasarely avant de trouver sa voie qui allait de pair avec sa fascination pour les peuples premiers. En 1981 il rencontre Maria Felix, la sublime star mexicaine qui, séduite par son œuvre aidera à sa promotion dans tout le Mexique.

Tzapoff poursuit son euvre et cette exposition de La Rochelle rend justice à son grand talent et à sa sensibilité douloureuse et respectueuse pour ces peuples spoliés de leur terre et dont la culture et la spiritualités sont aujourd'hui menacées de complète disparition, ce qui parachèverait le génocide dont ils furent victimes.

Portraits indiens. Antoine Tzapoff. La Rochelle. Musée du Nouveau Monde.
Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 12:07
Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.
Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Une surprise nous attend à La Rochelle en entrant dans la cour de l'Hôtel Fleuriau qui abrite le Musée du Nouveau Monde.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Une haute statue, puissante et méditative, se dresse au milieu de la cour, géant trop grand pour les portes et les fenêtres de l'élégant édifice.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Il s'agit de Toussaint Louverture, figure héroïque de la lutte des Noirs pour l'abolition de l'esclavage et pour l'indépendance.

Port de La Rochelle en 1762. (D'après J. Vernet. Musée du Nouveau Monde).

Port de La Rochelle en 1762. (D'après J. Vernet. Musée du Nouveau Monde).

En installant cette statue, la ville fait face à son passé, aux heures sombres de son histoire, quand de nombreux armateurs rochelais s'enrichissaient avec la traite négrière.

Rébellion d'un esclave sur un navire négrier. (Edouard Antoine Renard 1839. Musée du Nouveau Monde)

Rébellion d'un esclave sur un navire négrier. (Edouard Antoine Renard 1839. Musée du Nouveau Monde)

La Rochelle est après Nantes (et à égalité avec Bordeaux) le 2ème port de France pour le commerce triangulaire et l'on estime à 150 000 le nombre d'hommes et de femmes déportés aux Antilles sur les navires de la ville, dans les conditions abominables que l'on sait.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

La beauté de la ville visitée par des touristes du monde entier est due en partie à la richesse générée par cette activité criminelle.

Mise en place de la statue. Photo Sud-Ouest.

Mise en place de la statue. Photo Sud-Ouest.

Ousmane Sow. Inauguration de la statue, 20 mai 2015. Photo FR3 Poitou charentes.

Ousmane Sow. Inauguration de la statue, 20 mai 2015. Photo FR3 Poitou charentes.

Chapeau donc à la ville qui a voulu rendre hommage aux victimes en commandant au sculpteur sénégalais Ousmane Sow une statue de celui qui lutta contre les esclavagistes dans l'île de St Domingue.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

On connaît l'histoire de ce combattant hors pair, affranchi en 1776, chef de la rébellion en 1791, admirateur de la Révolution Française, à laquelle il se rallie quand il apprend qu'elle a aboli l'esclavage.

Décret de l'abolition de l'esclavage. 16 pluviôse an II (4 février 1794)

Décret de l'abolition de l'esclavage. 16 pluviôse an II (4 février 1794)

Comme beaucoup il a cru qu'elle ouvrait une ère nouvelle de fraternité, de liberté et d'égalité. C'était sans compter sans Napoléon Bonaparte, devenu Consul à vie, qui envoie en 1802 un corps expéditionnaire pour arrêter le combattant qui a eu l'audace de proclamer l'autonomie dans le cadre d'une République Française qu'il croyait protectrice.

Cachot de Toussaint Louverture au fort de Joux (Photo blog d'Alain Jacquot-Boileau)

Cachot de Toussaint Louverture au fort de Joux (Photo blog d'Alain Jacquot-Boileau)

Toussaint Louverture est donc arrêté, emmené en France, au Fort de Joux dans le Jura où il meurt quelques mois après son incarcération.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

La statue d'Ousmane Sow le représente au moment où il lit la Constitution qu'il vient de rédiger.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Nulle joie sur son visage sérieux et grave. Il sait qu'il a en face de lui les puissants, ceux dont la fortune est sacrée et se moquent des conditions dans lesquelles elle a été édifiée.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Comme un soldat de la République il croit encore à cette France qui renverse le vieux monde. C'est ce moment que nous voyons. L'homme est droit et puissant, il est à la fois immobile et en marche.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Il est beau et digne dans ce décor harmonieux construit sur le malheur des hommes.

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.
Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.

Quand la statue fut inaugurée (20 mai 2015) il y eut une polémique. Une association dédiée à la mémoire de la traite et de l'esclavage estima que l'endroit où elle était placée n'était pas assez visible.

Elle désirait qu'elle prît place près du port d'où partirent les navires négriers, sur la promenade fréquentée par la foule des visiteurs.

On peut comprendre cette demande mais je trouve pour ma part que le géant qui rend petite la riche demeure d'anciens négriers, exprime où il se tient toute la force à la fois déterminée et tragique d'un homme libre devant les tyrannies.

Toussaint Louverture et la vieille esclave noire. Ousmane Sow. Museum of African Art, Washington.

Toussaint Louverture et la vieille esclave noire. Ousmane Sow. Museum of African Art, Washington.

Alors qu'il avait foi dans la Révolution Française, il commença une lettre à Napoléon par ces mots : "Du premier des Noirs au premier des Blancs".

S'il était bien alors le premier des Noirs, il n'est pas sûr que Napoléon eût été le premier des blancs!

Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.
Toussaint Louverture par Ousmane Sow. La Rochelle. Hôtel Fleuriau.
Repost 0
Published by chriswac - dans CHARENTE MARITIME
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 13:29
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Un jour de printemps, sous un ciel d'orage, la plage de Seminyak est désertée. Les surfeurs ont remisé leur planche, les amateurs de bronzette sont restés dans leur hôtel. La plage nous appartient!

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

... Pas tout à fait...au loin, un attroupement nous intrigue...

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Nous approchons et peu à peu la musique fortement rythmée du Gamelan vient frapper nos oreilles. Une foule d'hommes et de femmes habillés de blanc entourent des géants immobiles sous les parasols.

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Nous sommes soudain immergés dans la vie balinaise, loin des hôtels internationaux, des boutiques à la mode...

Loin et pourtant acceptés, invités à la cérémonie...

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

On nous souhaite la bienvenue au "Melasti", la cérémonie de la la purification.

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Les fidèles d'un temple ou d'un village, le plus souvent avant le nouvel an balinais, se réunissent, habillés de blanc et de jaune, couleurs sacrées. Le blanc est la couleur de Shiva (l'assemblée sur la plage de Seminyak vient d'un temple shivaïte de Denpasar), il symbolise la paix et la pureté. Le jaune est la couleur de Vishnou, symbole de la connaissance.

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Les femmes portent des offrandes. Les plus belles offrandes sont réservées aux dieux. Elles sont portée sur des plateaux tenus sur la tête...

Les plus modestes, posées à terre sont pour les démons...

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Les effigies des dieux du village, les "pratima" sont promenées avant d'être portées vers la mer.

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Une femme entre soudain en transe. Elle est maintenue par les prêtres tandis que le rythme de la musique de plus en plus saccadé l'accompagne..

Des fidèles déposent leurs offrandes...

Et peu à peu la foule s'achemine vers la mer...

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Une fois la cérémonie terminée, les fidèle quittent la plage pour reprendre leur vie rythmée par les bénédictions et les offrandes déposées au pied des autels et devant les maisons.

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.

Le gamelan s'est tu et seules les vagues rythment le silence!

Heureuse religion de fêtes et de sourires, accueillante à tous, respectueuse de chacun, îlot de paix dans une Indonésie menacée par le radicalisme...

Seminyak. Melasti sur la plage. Ceremonie.
Repost 0
Published by chriswac - dans VOYAGES...
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 16:17
Villa de Guelma. (Impasse).

C'est une courte voie qui ne paie pas de mine, au cœur du Pigalle nocturne et frelaté.

Et pourtant, elle a vu passer quelques uns des grands peintres du XXème siècle.... Valadon, Utrillo, Dufy, Braque, Severini...

Villa de Guelma. (Impasse).

Alors qu'elle n'était composée que de petits immeubles "montmartrois", elle s'appelait impasse de Constantine, du nom d'une ville d'Algérie devenue française en 1830.

Villa de Guelma. (Impasse).
Villa de Guelma. (Impasse).

Les petits immeubles crayeux subsistent dans les premiers numéros.

Villa de Guelma. (Impasse).

En 1877, l'impasse changea de nom et troqua Constantine pour Guelma. Allez savoir pourquoi! Une ville d'Algérie pour une autre ! Peut-être en hommage au maréchal Clauzel (une rue porte son nom un peu plus bas) qui y établit son camp et fut à l'origine de son développement?

Vers le boulevard de Clichy.

Vers le boulevard de Clichy.

En 1986, l'impasse devient Villa! Les habitants du lieu trouvèrent plus chic d'avoir pour adresse Villa de Guelma!

Peu de gens apprécient d'habiter dans une impasse. Et pourtant notre beau pays en compte un nombre respectable!

Quelques exemples cueillis dans mon île atlantique: Impasse du soleil couchant (brrr!) Impasse de l'avenir (brrr! brrr! ) Impasse du cimetière (brrr! brrr! brrr!)

Villa de Guelma. (Impasse).

La "villa" telle qu'elle se présente aujourd'hui n'a rien de glamour à son début !

Avec son "Kebab" et son petit hôtel pigallien, avec ses vieux immeubles populaires, elle garde l'aspect modeste des vieilles artères de Montmartre.

Villa de Guelma. (Impasse).

Il faut parcourir une quarantaine de mètres (la voie en compte 86) pour découvrir de jolies maisons.

Villa de Guelma. (Impasse).
Villa de Guelma. (Impasse).

Le 5 mérite toute notre attention.

Villa de Guelma. (Impasse).

Le jour d'été où je photographiais l'endroit, j'ai rencontré par chance des habitants de ce havre de calme au cœur du quartier brûlant. J'ai pu entrer dans la cour et découvrir sur la gauche, l'aile où vécurent quelques grands peintres....

Villa de Guelma. (Impasse).
Utter, Valadon, utrillo, Madeleine. (Suzanne Valadon)

Utter, Valadon, utrillo, Madeleine. (Suzanne Valadon)

Au rez-de-chaussée, vécut et travailla Madeleine Valadon, mère de Suzanne et grand-mère d'Utrillo, qui avait fui la province limougeote où elle était regardée de travers par les braves gens, ( elle était mariée à un faussaire, condamné au bagne et mort pendant sa peine).

Utrillo, sa grand mère Madeleine et son chien ... (Suzanne Valadon 1910)

Utrillo, sa grand mère Madeleine et son chien ... (Suzanne Valadon 1910)

Elle était lingère et établit son commerce impasse de Guelma, ce qui fut déterminant pour l'avenir de sa fille dans un quartier peuplé de peintres soucieux de trouver des modèles inspirants!

Villa de Guelma. (Impasse).

Suzanne Valadon après son divorce avec son premier mari revint vivre presque une année dans l'impasse. Nous sommes en 1910, elle a alors 45 ans et son fils Maurice en a 26. Elle est amoureuse de Paul Utter, le meilleur ami de son fils. Le trio ne restera que quelques mois dans l'appartement exigu avant de monter au sommet de la Butte et d'habiter rue Cortot.​

De cette année datent quelques belles toiles de Valadon représentant sa mère et son fils...

Villa de Guelma. (Impasse).
Dufy. Autoportrait.

Dufy. Autoportrait.

Au premier étage, un autre peintre eut son atelier. Il s'agit de Raoul Dufy. Il le conserva jusqu'à sa mort en 1953 et y revint entre deux voyages ou deux séjours dans le midi.

Nu debout dans l'atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy 1930)

Nu debout dans l'atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy 1930)

Atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy)

Atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy)

Il y peignit de nombreuses toiles. On reconnaît sur quelques unes les fenêtres de l'atelier et l'autre côté de l'impasse...

Deux modèles impasse de Guelma. (Dufy 1930)

Deux modèles impasse de Guelma. (Dufy 1930)

Atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy 1935)

Atelier de l'impasse de Guelma. (Dufy 1935)

Modèle indien impasse de Guelma. (Dufy 1928)

Modèle indien impasse de Guelma. (Dufy 1928)

1er étage, atelier éphémère de Braque.

1er étage, atelier éphémère de Braque.

Braque dans son atelier;
Braque dans son atelier;

Dufy eut pour ami Georges Braque avec qui il séjourna dans le midi en 1908. Ils étaient tous deux admirateurs de Cézanne et peignirent, l'un à côté de l'autre les mêmes paysages. Pas étonnant donc que Dufy eût indiqué à son ami l'atelier qui était libre au-dessus du sien. Braque qui avait eu un atelier non loin de là, 48 rue d'Orsel, y demeura quelques mois. Mais ce n'est pas une rue de Montmartre qui porte son nom aujourd'hui! C'est une rue du XIVème, ancienne rue du Douanier, où il eut sa maison et son atelier.

Le R. de Ch. du 5

Le R. de Ch. du 5

Gino Severini. Autoportrait. 1909.
Gino Severini. Autoportrait. 1909.

Au rez de chaussée du bâtiment central, un autre peintre a vécu entre 1909 et 1911. Il s'agit de Gino Severini, débarqué à Paris en 1906.

Avec Marinetti il publia le manifeste de la peinture futuriste.

Ballerine en bleu. (Gino Severini 1912)

Ballerine en bleu. (Gino Severini 1912)

Il a connu, alors qu'il vivait impasse de Guelma une de ses périodes les plus créatrices. Marinetti le rencontra à Paris où il loua une chambre dans un hôtel à proximité. C'est là que se tinrent des réunions mémorables avec Apollinaire, Picasso et Severini...

Mariage de Severini et la fille de Paul fort. Août 1913

Mariage de Severini et la fille de Paul fort. Août 1913

Après avoir rencontré Jeanne, la fille de Paul Fort qu'il épousa en août 1913, Severini quitta Montmartre pour Montparnasse, quartier général du poète...

Severini. Printemps à Montmartre. On reconnaît la rue Foyatier...

Severini. Printemps à Montmartre. On reconnaît la rue Foyatier...

Passé le 5, la Villa n'offre plus beaucoup d'intérêt au visiteur curieux d'histoire et d'art....

Il y a bien, au 12 une école qui œuvre à l'éclosion de futurs artistes...

L'ATLA au 12

L'ATLA au 12

Elèves de l'ATLA

Elèves de l'ATLA

Il s'agit de l'ATLA qui forme les jeunes aux métiers des musiques actuelles et du spectacle vivant.

J'ai pu voir un spectacle inventif et dynamique donné par ses élèves, "De Pigalle à Gainsbourg" au Divan du Monde, rue des Martyrs.

Villa de Guelma. (Impasse).

Bon! L' espoir est permis de revenir un jour Villa de Guelma et d'évoquer comme nous l'avons fait pour le 5 , les artistes célèbres qui auront fréquenté le 12!

Villa de Guelma. (Impasse).

Avant de prendre le métro, je suis repassé devant le 5 et j'ai vu, se faufilant à travers les barreaux de la porte, un chat, peut-être un descendant de Raminou, le chat de Suzanne Valadon...

Villa de Guelma. (Impasse).
Repost 0
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 08:40
Le coin de la rue Labat ! Boulevard Barbès.

Le coin de la rue Labat ! Boulevard Barbès.

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

"La fille de joie est belle

Au coin d'la rue Labat

Elle a un' clientèle

Qui lui remplit son bas" 

 

Voilà une ancienne rue du vieux village dont le nom est un peu connu grâce à la chanson de Piaf "l'accordéoniste"! (paroles de Michel Emer).

Croisement rues Labat et Poissonniers

Croisement rues Labat et Poissonniers

Elle portait ce nom sur sa section entre la rue des Poissonniers et la rue Custine à l'époque où Montmartre était indépendant de la Capitale. La section plus courte entre les rues Custine et Bachelet s'appelait alors rue Biron.

Les deux sections réunies après le rattachement de Montmartre à Paris prirent sur toute la longueur le nom de Labat (Achille), propriétaire des terrains et maire du XVIIIème arrondissement en 1869-1870, qui acquit une relative popularité en faisant paver à ses frais la voie boueuse. Ce qui lui permit d'attirer les promoteurs et de vendre à meilleur prix les parcelles à lotir!

Le 78

Le 78

Commençons la visite par l'ancienne rue Biron, partie la plus montmartroise de la rue Labat qui s'ouvre avec un restaurant sympa, l'Assiette, au 78...

Fenêtre du 78. Joyeux bric à brac!

Fenêtre du 78. Joyeux bric à brac!

Le 77

Le 77

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

... Et côté impair avec un bel immeuble orné de céramiques Art Nouveau qui évoquent la vigne (celle de Montmartre est à cinq cents mètres de là).

Cette portion de rue a été décrite avec tendresse par un ancien poulbot qui l'habitait. Il s'agit de Robert Sabatier (Les Allumettes Suédoises) :

"Ce petit bout de la rue Labat, c'était le cinéma du pauvre, le paradis des mal logés, le lieu de la liberté, l'espace d'une aventure".

Le 75

Le 75

Le 75

Le 75

Le 75 où vécut l'écrivain est un petit immeuble typique de l'habitat modeste de Montmartre. C'est là qu'il connut des années heureuses jusqu'à la mort de sa mère foudroyée par une crise cardiaque à côté de lui (son père était mort 4 ans plus tôt) alors qu'il avait douze ans. Il dut alors quitter ce Montmartre qu'il n'oublia jamais.

Le 69

Le 69

Au 69 un salon de coiffure à la peinture blanche ignore peut-être qu'il a pris la place d'une blanchisserie!

Le 69 en 1909

Le 69 en 1909

Le 65 angle avec la rue Custine

Le 65 angle avec la rue Custine

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.
Le 65 en 1910

Le 65 en 1910

Il y avait au 65 un commerce du genre bazar pour la maison. On y trouvait des brosses, du linoléum, des couleurs et la célèbre pâte Stella pour les cuivres !

Comme presque toujours, en bonne place sur la photo des commerçants et des employés, sourit un petit bâtard court sur pattes, heureux de son existence de chien montmartrois!

Le 50

Le 50

Au 50 deux créatrices dont nous avons rencontré les anges bleus sur la façade du 29 rue Ramey ont ouvert leur atelier où sont exposées quelques unes de leurs œuvres.

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

Ange et Dam donnent libre cours à leur imagination fertile qui à partir de divers matériaux crée un monde de personnages, esprits malicieux et dansants....

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

Elles ont un pied à Montmartre et l'autre au Burkina Faso où elles sont à la fois profs et élèves des jeunes dont le monde intérieur ne demande qu'à s'exprimer...

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.
Expo dans l'église Saint-Bernard
Expo dans l'église Saint-Bernard

Elles ont participé récemment à une exposition dans l'église Saint-Bernard pour ouvrir les yeux et les cœurs sur les migrants.

Dans leur vitrine, un poèmes de Jean Debouverie les évoque...

Extrait du poème de Jean Debouverie

Extrait du poème de Jean Debouverie

Le 51

Le 51

Le 51 fut une institution privée, l'école de la Flesnelle.

Elle eut pour élève un des Montmartrois les plus célèbres, Maurice Utrillo!

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

On connaît l'histoire de cet "enfant de l'amour", fils d'une mère elle même "enfant de l'amour", devenue muse et créatrice....

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

Quand elle eut quelques rentrées d'argent grâce à ses séances de pose et aux dessins qu'elle commençait à vendre, elle n'hésita pas à payer une somme non négligeable pour inscrire son fils dans cette école privée.

Suzanne Valadon et Utrillo

Suzanne Valadon et Utrillo

L'enfant bien qu'il eût été heureux d'avoir retrouvé sa mère après les mois de séparation chez sa grand-mère, ne se pliera jamais à la vie scolaire! Il n'aimera pas cette école de petits privilégiés et il n'aimera pas plus le collège public de la rue Becquerel où il sera inscrit par la suite.

Valadon comme tous les artistes aime les chats

Valadon comme tous les artistes aime les chats

Maurice à 7 ans par sa mère Suzanne Valadon.

Maurice à 7 ans par sa mère Suzanne Valadon.

Quand il deviendra Utrillo, il ne retournera pas dans cette rue et se gardera bien de la peindre!

Le 44

Le 44

Au 44 s'élève un bel immeuble de pierres qui abrite la Maison de la mère et de l'enfant. Historiquement, elle est une création de la Société Philanthropique fondée à Paris en 1780 et dont le but était de venir en aide aux plus démunis.

Cette association est la plus ancienne société laïque de bienfaisance de France.

Le 44

Le 44

Sept humanistes en sont à l'origine, bien oubliés aujourd'hui. Parmi eux on trouve un poète, Blin de Sainmore dont je ne résiste pas au plaisir de citer deux vers aux accents raciniens du poème "Sapho à Phaon" :

"Oui, barbare, j'y vais m'assurer de tes feux,

Te voir, t'aimer, te plaire ou mourir à tes yeux!"

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

La maison accueille des femmes enceintes, souvent victimes de violences, qui y trouvent un refuge où elles sont suivies, aidées, conseillées...

On voit que Poulbot si soucieux du sort des enfants et des jeunes mères a eu des devanciers sur la Butte!

angle avec la rue de Clignancourt côté pair

angle avec la rue de Clignancourt côté pair

angle avec la rue de Clignancourt côté impair

angle avec la rue de Clignancourt côté impair

Rue Labat. Montmartre. (1) De la rue Bachelet à la rue de Clignancourt.

La première partie de notre balade s'achève ici, au croisement avec la rue de Clignancourt. Deux beaux immeubles datent de la première moitié du XIXème siècle. Celui qui donne rue de Clignancourt est remarquable avec sa marquise, ses dépendances. Il date de 1856 et il est caractéristique d'un habitat bourgeois péri urbain.

A suivre...

Repost 0
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 06:52
Rue Lamarck (escalier Utrillo)

Rue Lamarck (escalier Utrillo)

Les mariés de Chine et de certains pays d'Asie tiennent Paris pour la capitale romantique par excellence!

Espérons qu'ils ne sont pas trop déçus et qu'ils garderont de leur voyage un beau souvenir!

Escalier Utrillo

Escalier Utrillo

Ce couple élégant a choisi de venir en automne, loin des foules printanières...

Rue Cortot
Rue Cortot

Rue Cortot

Mais c'est surtout aux mois de mai et juin que les amoureux débarquent avec dans leurs bagages la robe de mariée.

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Rue du Chevalier de La BarreRue

Rue du Chevalier de La BarreRue

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Rue du Chevalier de La Barre

Rue du Chevalier de La Barre

Clichés pour clichés...

Mais j'avoue que je suis sensible à leur gentillesse, leur patience, leurs sourires. Ils ne se plaignent pas que les curieux volent leurs images, au contraire, ils les remercient.

Rue du Cardinal Guibert

Rue du Cardinal Guibert

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.

Alors... longue vie d'amour à ces Montmartrois d'un jour!

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Rue du Chevalier de La barre

Rue du Chevalier de La barre

Rue du Chevalier de La Barre

Rue du Chevalier de La Barre

Rue de la Bonne

Rue de la Bonne

Rue de la bonne

Rue de la bonne

Rue des Abbesses

Rue des Abbesses

Rue Germain Pilon

Rue Germain Pilon

Rue Lamarck

Rue Lamarck

Parvis du Sacré-Coeur

Parvis du Sacré-Coeur

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Parc de la Turelure

Parc de la Turelure

La Turelure

La Turelure

La Turelure

La Turelure

Rue du Chevalier de la Barre

Rue du Chevalier de la Barre

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Parvis du Sacré Coeur

Parvis du Sacré Coeur

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Rue du Cardinal Guibert

Rue du Cardinal Guibert

Mariés de Chine (et d'Asie) à Montmartre.
Repost 0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 13:51
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

C'est l'endroit du petit cimetière que je préfère, à l'angle des rues Saint-Vincent et des Saules.

Je ne manque jamais d'y aller, surtout les jours de soleil, pour m'asseoir près de la tombe la moins conventionnelle, la plus naturelle, la plus sauvage et la plus baroque, celle de Steinlen, le génial dessinateur de chats, l'anarchiste au grand cœur, le plus montmartrois des artistes (bien que né en Helvétie, au pays des banquiers).

tombe de Steinlen

tombe de Steinlen

Tombe d'Utrillo et derrière le mur la rue des Saules

Tombe d'Utrillo et derrière le mur la rue des Saules

On ne peut se tromper de chemin, il suffit de monter vers l'if qui pousse comme il veut, après la tombe d'Utrillo, avec le toit du Lapin Agile et le campanile du Sacré-Coeur en perspective...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Pas de marbre poli ni de plaque menteuse, pas de croix ni d'épitaphe....

Steinlen est comme les chats, il a choisi de se tenir à l'écart, en hauteur...

De son refuge, il a vue sur tout le cimetière et il aperçoit en contrebas la rue Caulaincourt où il a vécu...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Des pierres brutes sont assemblées de bric et de broc, assez larges pour que les chats s'y reposent, trop étroites pour qu'on y dépose des gerbes...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Le nom s'efface, les lettres qui furent rouges ont pali...

"Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire,

Le temps qui sur toute ombre en jette une plus noire..."

La butte, le maquis côté rue Caulaincourt.

La butte, le maquis côté rue Caulaincourt.

Emilie Steinlen.
Emilie Steinlen.

Quand Steinlen choisit de venir vivre sur la Butte, loin de ses montagnes, il est marié, il a 22 ans, il a abandonné ses études de théologie mais il en a retenu les leçons : la justice et l'amour marchent ensemble. S'il manque l'un des deux, on ne peut avancer...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Il emménage dans une baraque qui s'élève sur les limites du maquis où vivent les miséreux, les laissés pour compte, les artistes désargentés... et comme son cœur est ouvert aux délaissés, il appelle sa baraque "Cat's Cottage", afin de dire avec humour que le home sweet home est accueillant aux pauvres qu'ils soient frères humains ou frères félins!

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Pendant ces années créatrices, il peint, il dessine. Il montre le visage plus résigné que révolté des malheureux. Le malheur écrasant désarme parfois les hommes et les fait ressembler aux animaux rejetés qui vous regardent sans rien réclamer, trop échaudés pour attendre encore quelque bien de l'indifférence des nantis.

La misère sous la neige (Steinlen)

La misère sous la neige (Steinlen)

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Plusieurs articles sont consacrés dans ce blog à l'œuvre de Steinlen, comme affichiste, comme politique...

Il n'est pas assez reconnu de nos jours encore malgré la valeur de ses œuvres....

Ses dessins dénonçant la guerre de 14 et ses horreurs sont parmi les représentations les plus cruelles et compatissantes à la fois...

Steinlen

Steinlen

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Ses chats sont mieux connus parce qu'ils sont les plus vrais, les plus beaux des chats jamais représentés par un artiste.

Ils assurent aujourd'hui sa notoriété et rappellent pour clore le bec aux grincheux qui reprochent aux amis des bêtes de ne pas s'occuper de la misère humaine, que le plus souvent la sensibilité à la condition humaine marche avec la sensibilité à la condition animale.

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Lynchage. "Arguments frappants" des antisémites. Dessin de Steinlen dans "La Feuille"

Lynchage. "Arguments frappants" des antisémites. Dessin de Steinlen dans "La Feuille"

Inutile de dire que lors de l'Affaire Dreyfus, Steinlen est du bon côté et qu'il s'engage en dessinant dans "l'assiette au beurre"...

Destruction du maquis vers la rue Caulaincourt

Destruction du maquis vers la rue Caulaincourt

Cat's cottage

Cat's cottage

Après la mort de sa femme, Steinlen doit quitter le Cat's Cottage détruit avec les cabanes du Maquis.

Il s'installe de l'autre côté de la nouvelle artère, rue de Caulaincourt (au 73) dans un petit bâtiment rescapé de l'expo universelle de 1900 et qui devient le nouveau "Cat's Cottage.

Colette Steinlen bébé

Colette Steinlen bébé

Colette et le chat

Colette et le chat

Colette

Colette

Il y vit avec sa fille Colette qu'il a peinte et dessinée maintes fois et que l'on voit grandir de croquis en tableaux....

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Masséïda
Masséïda

Il a ouvert sa maison à une jeune danseuse africaine, Masséïda, qui elle aussi sera croquée et recroquée par le peintre!

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Difficile de dresser la liste de ses engagements toujours dictés par sa profonde humanité....

Il milite en 1907 pour que soit érigée sur la Butte une statue de celle qui en est la Vierge Rouge et qui comme lui luttait pour la justice sociale et pour le respect des bêtes (Louise Michel est une des premières à faire partie de la SPA).

Sa statue due à Emile Derré, sculpteur humaniste et pacifiste (évidemment) devrait se trouver dans le square qui porte aujourd'hui son nom mais des oppositions se manifestèrent et elle fut reléguée dans un jardin de Levallois.

Steinlen s'engage encore contre la condamnation à mort du cordonnier Jean-Jacques Liabeuf. Une histoire aujourd'hui oubliée qui provoqua en son temps des insurrections et fut surnommée par un journaliste "l'affaire Dreyfus des ouvriers"

Liabeuf condamné à tort pour proxénétisme se vengea en sortant de prison. Il tua ou blessa des policiers qui avaient participé à son arrestation (la comparaison avec l'affaire Dreyfus est contestable car Dreyfus n'a tué personne pour se venger de l'injustice qu'il avait subie).

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Steinlen sur un âne. Carte adressée à Masséïda.

Steinlen sur un âne. Carte adressée à Masséïda.

Dessin de Steinlen pour "Les Soliloques du Pauvre" de Jehan-Rictus.
Dessin de Steinlen pour "Les Soliloques du Pauvre" de Jehan-Rictus.

... Steinlen aurait continué à s'engager pour toutes les causes qui lui tenaient à cœur si la mort n'était venue le kidnapper en décembre 1923.

Contre cette ennemie là, ni les dessins, ni les caricatures n'ont beaucoup d'effet...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.
Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Et quand elle approche, la seule façon de la recevoir comme elle le mérite, c'est de l'ignorer, de se coucher en rond comme un chat en lui tournant le dos, à l'abri des regards....

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

... Steinlen continue de dormir dans son jardin du cimetière Saint-Vincent...

Ses admirateurs accrochent des fruits et des fleurs en plastique dans les branches de l'arbre...

Ils déposent où ils peuvent des babioles et des photos de chats... faisant ressembler ce coin de cimetière au bric à brac du vieux maquis...

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Il y a même une sorcière que la pluie délave...

et... parfois un chat qui vient se reposer sur la pierre chaude

Tombe de Steinlen. Cimetière Saint-Vincent. Montmartre.

Le sorcier c'est lui ! Le chat !

Il a des pouvoirs que nous ne connaissons pas....

Alors laissons-le communiquer avec Steinlen

et partons sur la pointe des pieds!

Repost 0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 07:38
Poème. Anniversaire. Ma mère a 95 ans!

Le 27 mai. 95 ans de ma mère.

 

 

 

                                     LE MIRACLE

 

                                              

 

Elle avance avec précaution comme un funambule sans son balancier

Le gouffre en-dessous d'elle ouvre ses mâchoires

 

Je sens ses ongles sur mon bras comme les griffes d'un chaton

Je sens peser sur moi son squelette cassé

 

Et j'avance avec elle sur le trottoir mouillé

Attentif au miracle qui fait marcher sur les eaux ceux qui s'aiment.

 

 

​.

Poème. Anniversaire. Ma mère a 95 ans!
Poème. Anniversaire. Ma mère a 95 ans!
Poème. Anniversaire. Ma mère a 95 ans!
Poème. Anniversaire. Ma mère a 95 ans!
Repost 0
Published by chriswac - dans POEMES...Divers
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 11:24
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Lieu magique, l'atelier-appartement de Valadon, bien que reconstitué, semble avoir traversé le temps et s'ouvrir tel qu'il était quand Suzanne, son fils et son mari y vivaient.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
valadon, Utter et Utrillo  autour du poêle...dans l'atelier

valadon, Utter et Utrillo autour du poêle...dans l'atelier

Le poêle fidèle au poste...

Le poêle fidèle au poste...

C'est que les humains laissent des traces de leur passage. Leur parfum, leurs rêves, leurs gestes, leurs angoisses ou leurs joies ont la vie dure et continuent d'imprégner l'atmosphère...

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Chacun de nous a fait cette expérience d'être saisi d'émotion devant un paysage ou un lieu sans comprendre pourquoi.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Combien d'années Suzanne Valadon a t-elle vécu ici?

En cet endroit de Montmartre qu'elle aimait et qu'elle peignit maintes fois dans la clarté du printemps...

Erik Satie (Suzanne Valadon)

Erik Satie (Suzanne Valadon)

Satie

Satie

Sa liaison de trois mois avec Erik Satie, fou amoureux d'elle lui permit de rencontrer un ami du compositeur, Paul Moussis, un agent de change qu'elle épousa en 1896...

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Le couple choisit de vivre rue Cortot sans s'encombrer du garçon que Suzanne avait mis au monde en 1883 (elle avait 18 ans).

Ce fils (Maurice Utrillo) fera quelques séjours chez sa mère mais sera élevé par sa grand-mère Madeleine.

Auto portrait allégorie du siècle (Emile Bernard)

Auto portrait allégorie du siècle (Emile Bernard)

En 1905, Suzanne et son mari changent d'adresse. Quelques années plus tard, ils divorcent (1911) et après quelques mois passés impasse de Guelma (aujourd'hui villa de Guelma) Suzanne revient vivre rue Cortot où l'atelier et le petit appartement sont libres, Emile Bernard qui les occupait, ayant déménagé.

André Utter, Suzanne Valadon (détail) (Suzanne Valadon)

André Utter, Suzanne Valadon (détail) (Suzanne Valadon)

Elle n'est pas seule. Elle est tombée amoureuse d'André Utter, plus jeune qu'elle d'une vingtaine d'années et qui est l'ami de son fils.

Utrillo, Valadon le chat Raminou et André Utter dans l'atelier

Utrillo, Valadon le chat Raminou et André Utter dans l'atelier

Valadon, utrillo, Utter....

Valadon, utrillo, Utter....

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

De 1912 à 1926, elle vit ses années heureuses et tourmentées à la fois avec celui qu'elle épouse en 1914 et son fils qui habite avec eux rue Cortot.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

L'appartement et l'atelier que nous voyons aujourd'hui sont tels que nous les montrent les photos prises quand "le trio diabolique" y vivait.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Les pièces d'habitation étroites et assombries par un papier peint à fleurs contrastent avec la luminosité de l'atelier. Une petite chambre a été reconstituée sur la rue. c'est celle qu'occupait Utrillo.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

La fenêtre a gardé les barreaux qui empêchaient le peintre de jeter dans la rue de trop gros objets et lui évitait la tentation, lors de ses crises, de se jeter lui-même!

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Sur le lit un nounours rappelle l'enfance difficile d'Utrillo qui avait souffert de l'absence d'une mère qu'il vénérait.

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Une toile sur le mur date de sa "période blanche" la plus créatrice et sans doute la plus belle...​

En 1926 Suzanne Valadon se sépare d'Utter et quitte la rue Cortot pour habiter avenue Junot dans la maison achetée par son fils.

Elle a encore douze années à vivre pendant lesquelles elle passera souvent devant son ancien atelier et pensera avec nostalgie aux années passées...

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Quelques cadres avec des photos sur les murs ou la cheminée de l'appartement donnent l'illusion qu'il est toujours habité.

Ce sont des photos de Suzanne dans sa jeunesse, de la mère et de son fils...

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.

Photos du passé, images qui ne veulent pas mourir...

Les souvenirs sont les battements de cœur du présent...

Et Dieu sait qu'il bat fort le cœur de Montmartre!

Suzanne Valadon et Maurice Utrillo

Suzanne Valadon et Maurice Utrillo

Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Suzanne Valadon. Musée de Montmartre rue Cortot. Atelier et appartement.
Repost 0

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche