Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 15:18
La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     On entend rarement la voix grave et profonde s'échapper du campanile pour faire voler au-dessus des toits un essaim de bronze. 

 

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     C'est que la Savoyarde, de son vrai nom Françoise Marguerite, n'a pas le sens de la mesure. Trop grande, trop lourde… elle n'a pas trouvé de tour assez puissante pour la recevoir. On lui a donné pour refuge un campanile élégant, trop délicat pour résister sans fissure à un balancement trop fréquent de la dame qui elle même, nostalgique d'Annecy, a laissé une petite fêlure serpenter sur sa peau de métal.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     Pensez! 26 tonnes ça n'est pas rien! Le double d'Emmanuel, le bourdon de Notre-Dame!

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

La Savoyarde! 

    Son histoire commence, comme il se doit, en Savoie quand l'archevêque de Chambéry lance une souscription, en 1889, pour offrir au Sacré-Coeur en construction une voix d'exception, une voix unique, capable de se faire entendre à des kilomètres.

Fonderie Paccard. Lieu de naissance de la Savoyarde.

Fonderie Paccard. Lieu de naissance de la Savoyarde.

     Les donateurs ne manquent pas dans cette Savoie généreuse et bientôt le bourdon peut être coulé. C'est en 1891, bien que la date inscrite sur le bronze soit 1890. Pour faire une date ronde peut-être. ou plus simplement parce qu'il s'agit de la date de clôture des souscriptions.

Fonderie Paccard

Fonderie Paccard

     Il faut attendre octobre 1895 pour prendre le chemin de Paris, quitter l'air pur et vivifiant d'Annecy. Quel voyage! Quelle aventure!

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

   Tout commence par le pas balancé des bœufs qui suivent trois chevaux attelés de front. 12 paires de bœufs comme les 12 tribus d'Israël, comme les 12 cantons savoyards.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     Arrivée à la gare d'Annecy, la cloche est déposée sur un wagon plat à charpente consolidée. Le train peut rouler à basse vitesse jusqu'à sa destination, la gare de la Chapelle dans le nord de Paris.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     C'est le 15 octobre 1895 qu'elle y arrive, en pleine nuit. Un pont roulant à vapeur la soulève et la dépose sur le fardier géant de l'entreprise Magnin. 28 chevaux vont assurer la dernière partie du voyage, dans une ambiance onirique. Il fait nuit noire, les hommes portent des torches, les curieux s'assemblent et murmurent...

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     Le trajet semble interminable tant on craint l'accident sur les pavés trempés de pluie. On atteint la rue Lamarck, la plus pentue, celle où l'on frôle la catastrophe mais où les chevaux s'arrachent de toutes leurs forces et sauvent la situation.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.
La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

     Le Sacré-Coeur est en chantier. Le campanile est loin d'être achevé. Un échafaudage de bois a été dressé pour recevoir la cloche qui va devenir montmartroise.

 

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

       Elle est baptisée le 21 novembre 1895 par Monseigneur Richard.

      Elle reçoit la visite des pélerins, des curieux, des promeneurs du dimanche. Elle est une attraction pour les parisiens qui ont oublié (en 25 ans tout s'oublie!) qu'elle est posée, bien malgré elle, là où eurent lieu quelques uns des plus sanglants événements de la Commune.

    Peut-être est-ce à cause de cela qu'elle fut agressée et sabotée en 1905, sans grand dégât.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

    Il faut attendre 1907 pour qu'elle soit enfin hissée dans son campanile, bien qu'inachevé.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

    Il faut huit hommes pour appuyer sur les pédales et pour se pendre aux cordages afin de la mettre en mouvement.

Elle devient la plus grosse cloche non statique au monde avec ses 26 tonnes...

Sous les jupes de la Savoyarde.

Sous les jupes de la Savoyarde.

    Dans son poids il faut compter le marteau qui a lui seul pèse 850 kgs!

En 1908 sera ajouté un marteau de tintement pour faciliter l'utilisation quotidienne de la cloche (aujourd'hui c'est un marteau électrique qui fait le boulot à chaque élévation. Un sacré boulot étant donnée la fréquence des offices!)

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

    Notre savoyarde n'est pas restée seule dans son campanile blanc. De petites compagnes lui ont été données, droit venues de l'église Saint-Roch où elles n'avaient plus le droit de s'exprimer. Les quatre exilées ont pour nom : Félicité, Louise, Nicole et Elisabeth. Bien que petites elles sont beaucoup plus vieilles que leur imposante voisine. Elles ont l'âge de la Restauration.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

… Et voilà! Notre Savoyarde ne bougera plus de Montmartre où elle attend sans hâte la fin du monde! 

Elle a un petit pincement au cœur en pensant à Annecy. C'est ce qui a dû provoquer cette minuscule fissure qui lui interdit de trop se balancer.

Elle chante de son contre-ut inimitable aux grandes fêtes. Une exception a été faite en 2010 quand elle célébra les 150 ans du rattachement de la Savoie à la France.

La Savoyarde. Le bourdon de Montmartre. Les cloches.

    Si vous voulez l'entendre, ne manquez pas de venir à Montmartre, à Pâques par exemple (mais en 2021, espérons-le)). Toute la Butte, peu assurée sur ses carrières de plâtre, tremble et vibre et chante avec elle pour saluer les cloches venues de Rome qui ne font que passer!

Restaurant La Savoyarde aujourd'hui disparu. (angle Lamarck Utrillo, jadis Muller)

Restaurant La Savoyarde aujourd'hui disparu. (angle Lamarck Utrillo, jadis Muller)

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 17:12
Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Faut-il parler de clocher ou de campanile pour cette "tour" qui faillit ne pas jaillir dans le ciel de Montmartre?

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Les deux mots sont parfois confondus mais la tradition veut qu'on appelle campanile une tour séparée de l'église (comme à Pise) et clocher celle qui fait partie architecturalement de l'édifice.

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Au Sacré-Coeur, cette tour n'est pas séparée de la chapelle de la Vierge à laquelle elle s'adosse et pourtant elle paraît prendre ses distances, faire bande à part, opposer sa raideur phallique aux rondeurs sensuelles des coupoles blanches.

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Appelons-la clocher-campanile! Bien que le mot campanile, plus léger, plus élégant lui convienne mieux!

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

   Le clocher-campanile du Sacré-Coeur faillit ne jamais sortir de terre!

Après la mort de l'architecte de la basilique, Paul Abadie, il fut question de renoncer pour des raisons financières à élever cette tour qui aujourd'hui est une des belles réussites du monument.

 

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Après des années de tergiversations, Lucien Magne qui est nommé après Rauline architecte en chef de la basilique, propose un nouveau projet, plus ambitieux que celui qui avait été prévu quand la coupole devait être moins élevée (Abadie 1874).

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Le clocher-campanile doit tenir compte de cette surélévation et donc monter plus haut que la grande coupole de 83 mètres. Il atteindra donc, croix faitière comprise, 91 mètres.

La première pierre est posée en 1905. 

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    A chaque angle de la loggia veille un ange aux ailes déployées (de 5 mètres de haut) porteur d'un livre de l'Evangile. 

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.
Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Angle Sud-Ouest, l'Evangile de St-Marc avec un lion à visage humain.

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Angle Sud-Est l'Evangile de St-Luc avec le taureau

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Angle nord-ouest l'Evangile de Matthieu avec un homme.

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     Angle nord-est l'Evangile de Jean avec l'aigle.

Jean est protégé des pluies qui nettoient la pierre De Souppes et lui permettent de rester blanche sans ravalement. En contrepartie, comme le chevet de l'église, il noircit avec la pollution. Côté sud la façade immaculée, côté nord la basilique encrassée!

     Les quatre anges ont été sculptés par Jean Dampt (1854-1945) considéré comme un des représentants talentueux de l'Art Nouveau.

                                                    Le chat (Dampt)

     Son "Chevalier Raymond et la fée Mélusine" serait selon Verhaeren une oeuvre qui marque une date.

                                      Le chevalier Raymond et la fée Mélusine

     Il a bénéficié du mécénat de la comtesse Martine de  Béhague qu'il représente dans sa sculpture "la Réflexion".

     Il a par ailleurs créé des meubles et des bijoux qu'on peut voir aujourd'hui au musée d'Orsay.

 

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Au-dessus des anges, quatre figures ailées reprenant le symbole des évangélistes ont été sculptées, faisant la transition entre la partie  carrée du campanile et la tour ronde qui le coiffe.

    

     Le lion pour Saint-Marc...

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

     L'aigle pour Saint-Jean...

L'oiseau à tête d'homme

L'oiseau à tête d'homme

     L'homme pour Saint-Matthieu...

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.

    Le taureau pour Saint-Luc...

    Ces quatre animaux fantastiques aux ailes d'aigle sont dus à Henri Bouchard (1875-1960).

Un sculpteur qu'on a un peu "oublié" après la guerre à cause de son appartenance au groupe Collaboration (Othon Friesz, Paul Belmondo...) et à son voyage avec d'autres artistes à Berlin sur invitation allemande.

 

          Il fut plus perméable que le marbre qu'il sculptait à la propagande nazie et revint enthousiaste en France avec la nostalgie de "la vie presque féérique que le gouvernement du IIIème Reich sait faire à ses artistes qui semblent être là les enfants chéris de la nation."

     Malgré cet aspect peu sympathique du personnage, essayons d'être objectif et rendons justice à  son grand talent, notamment dans ses sculptures très représentatives de l'Art Déco.

 

    A Paris on peut voir, entre autres, son Apollon Musagète du Palais de Chaillot...

   

 La façade de Saint-Pierre de Chaillot et son monument "aux héros inconnus du Panthéon.

 

      Et maintenant il serait temps de parler de celle pour qui le clocher-campanile a été élevé, la Savoyarde!

Mais elle viendra sonner à vos oreilles dans le prochain article!

 

Le clocher campanile du Sacré-Coeur. Le campanile. Les anges de Jean Dampt et les animaux de Henri Bouchard.
Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 16:36
14 rue Nicolet

14 rue Nicolet

Immeuble angle rues Nicolet et Lambert

Immeuble angle rues Nicolet et Lambert

     Nous n'étions pas revenus depuis 4 ans rue Nicolet pourtant si proche. Ce fut donc une belle surprise de découvrir qu'elle avait été décorée de portraits peints par RueMeurt d'Art (Jean-Marc Paumier) sur les murs en hommage aux célèbres habitants ou passagers de la rue.

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

    Au 14, ce qui n'était qu'un petit hôtel à la campagne fut acheté en 1860 par un ancien notaire féru d'art et d'antiquités, Mr Mauté de Fleurville, ami du dernier maire de Montmartre et premier maire du XVIIIème qui partageait sa passion, Jean-Baptiste Tretaigne.

                               Jean-Baptiste Baron Tretaigne (Sébastien Rouillard)

     Monsieur Mauté de Fleurville avait pour épouse une jolie femme, artiste jusqu'aux bout des doigts puisqu'elle aurait eu pour professeur de piano Chopin en personne!

Elle est  veuve du marquis de Sivry à qui elle a donné un fils, Charles, artiste comme sa mère mais qui n'a pas eu l'honneur d'être peint sur les murs.

Charles de Sivry

Charles de Sivry

    C'est Charles de Sivry qui présentera sa demi-sœur Mathilde Mauté à Verlaine.

Charles est un personnage haut en couleur dont il importe de dire quelques mots tant il est lié à Montmartre.  Il s'était un temps passionné pour le violoncelle avant d'en trouver l'étude trop contraignante.

Nina de Callias (Manet)

Nina de Callias (Manet)

     Il prend la direction du Bal Robert, boulevard de Rochechouart, succédant à Olivier Métra. Il fréquente le salon de Nina de Callias, rue Chaptal, où il rencontre Verlaine dont il devient ami, participant avec lui, chaque mois au dîner des Vilains Bonshommes où se rencontrent les Parnassiens.

Plus tard, en 1875, c'est à lui que Verlaine confie le manuscrit des Illuminations afin qu'il le mette en musique (projet jamais réalisé).

      Partisan de la Commune, il est interné par les Versaillais au camp de Satory. Un garde national, le sachant musicien lui demande conseil pour son fils qui aurait besoin d'un professeur de piano.

                                                        Claude Debussy

Charles lui propose alors de rencontrer sa mère Antoinette Mauté. Le garçon fera donc son apprentissage  pianistique 14 rue Nicolet.

      Il s'appelle Claude Debussy.  

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

  Ce qui explique pourquoi RueMeurt D'Art a affiché son portrait au début de la rue, non pas enfant, mais bourgeois 1900... 

 

Debussy au 3 rue Nicolet

Debussy au 3 rue Nicolet

    Revenons aux Mauté dont la fille aînée Mathilde prend des cours de peinture et de littérature.

Elle a lu des poèmes de Verlaine et ne peut cacher son émotion quand son frère le lui présente.

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.
Mathilde Mauté. RueMeurt d'Art.

Mathilde Mauté. RueMeurt d'Art.

     Elle a 17 ans, lui en a 26. Elle est déjà séduite par le poète dont elle a lu des vers et lui n'est pas insensible à cette jeune fille souriante : "Cheveux châtains sur une tête mignonne en tout point. Des yeux gris, la prunelle sans ruse."

 

     Verlaine n'a connu jusque là que des femmes faciles et la seule qu'il a vraiment aimée, sa cousine Elisa, s'est mariée. Il est impressionné d'avoir été remarqué par une jeune fille de famille, lui qui se juge si laid, incapable de plaire. 

" Il paraissait à la fois ému et heureux. Il cessa d'être laid, et je pensais au conte de "La belle et la bête" où l'amour transforme la bête en prince charmant" (Mathilde Mauté).

    Il rédige une demande en mariage qu'il remet à Charles et il attend, venant chaque jour à Montmartre une réponse positive. Elle viendra après bien des hésitations et des méfiances des Mauté qui jugent le prétendant peu glorieux et peu fortuné. A force d'insistance Mathilde obtient enfin l'accord familial, ne sachant à quelles déconvenues "l'ex Madame Verlaine" comme elle signera ses mémoires, s'exposait.

Rue Nicolet vers rue Ramey.  A droite au premier plan le 14.

Rue Nicolet vers rue Ramey. A droite au premier plan le 14.

Eglise Notre-Dame de Clignancourt.

Eglise Notre-Dame de Clignancourt.

     Après quelques contretemps, le mariage est célébré le 11 août 1870 dans l'église N.D. de Clignancourt. Verlaine qui rêve pour conjurer ses démons d'une vie bourgeoise se montre enthousiaste pendant la première nuit, tant attendue, rue Nicolet...

"Elle fut, cette nuit, sans pair dans ma vie, et j'en réponds, dans la sienne, dans toute la sienne." (Un peu prétentieux le délicat poète!)

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.
14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

     Le couple reste une semaine rue Nicolet avant de déménager dans leur nouvel appartement rue du Cardinal Lemoine.

Les événements historiques se succèdent, chute de l'Empire, invasion prussienne, Commune. Verlaine en est partisan et s'engage dans la Garde Nationale sédentaire.

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

    Mais il doit s'enfuir avec Mathilde quand les Versaillais entrent à Paris. Il part pour son refuge du Pas de Calais et ne rentrera qu'une fois la paix revenue dans la capitale. Les Mauté offrent alors au couple de revenir vivre rue Nicolet où ils lui aménagent un appartement au deuxième étage.

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

    Ce que vivent ensemble Mathilde et Verlaine n'est certes pas une lune de miel! Verlaine parle d'un "enfer intermittent" tandis que Mathilde découvre la complexité et l'égocentrisme de son mari. Parfois Verlaine qui a retrouvé le chemin des bistros se montre violent.

"Paul m'avait renversé, et, à genoux sur ma poitrine, me serrait le cou de toutes ses forces. Je ne pouvais plus respirer."

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

Malgré cette vie heurtée, la naissance d'un garçon le 30 octobre 1871 est accueillie comme une promesse de vie nouvelle.

C'est le "poète aux semelles de vent", Rimbaud qui va mettre fin à cet espoir chimérique. Il arrive rue Nicolet, ayant manqué Verlaine parti l'attendre à la gare du Nord.

 

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

C'est Mathilde qui l'accueille, "un grand et solide garçon à la figure rougeaude, un paysan."

Elle ne l'aime pas et voit de la ruse dans son regard. Elle n'accepte de l'héberger que quelques jours.

 

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

La suite fait partie de l'histoire, grande et petite, de la littérature. Verlaine tombe sous le charme du jeune poète qui dynamite la poésie parnassienne. Un matin de juillet 1872, Mathilde étant souffrante, il sort, non pas pour acheter des cigarettes, mais pour trouver un médecin. C'est Rimbaud qu'il rencontre et c'est avec lui qu'il part, laissant un mot à Mathilde: "Ma pauvre Mathilde, n'aie pas de chagrin, ne pleure pas, je fais un mauvais rêve, je reviendrai un jour".

1873

1873

     Mathilde fait une tentative pour sauver son amour. Elle va trouver Verlaine à Bruxelles. Il tombe dans ses bras, décide de rentrer. Dans le train qui le ramène à Paris, il se ravise et écrit à Mathilde une lettre cruelle : "Misérable fée Carotte, princesse Souris, punaise...Vous m'avez fait tout, vous avez peut-têre tué le cœur de mon ami! Je rejoins Rimbaud, s'il veut encore de moi après cette trahison que vous m'avez fait faire."

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.
14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

     Verlaine ne reviendra plus rue Nicolet. Mathilde va divorcer. Son fils Georges lui donne la force de réagir et de croire jusqu'à l'âge où elle rédige "Les Mémoires de ma vie", que sans Rimbaud, Madame ex-Verlaine serait restée Madame Verlaine et aurait été aimée par son poète.

Il est permis d'en douter mais au fond, quand on s'attarde rue Nicolet, la personne la plus humble et la plus émouvante, victime du génie de Rimbaud et de Verlaine, c'est elle, et on a envie de croire en son rêve.

 

14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.
14 rue Nicolet. Verlaine, Rimbaud, Debussy. RueMeurt d'Art.

     Les collages de l'artiste de rue Jean-Marc Paumier (RueMeurt D'Art) donne au passant l'occasion de penser à ces destins qui se heurtèrent là, autour de ce 14 rue Nicolet. Le bleu choisi pour ces portraits ne peut faire oublier les nuages noirs traversés d'éclairs qui les accompagnèrent .... 

 

Liens

Rues de Montmartre

Lieux endroits remarquables de Montmartre

Personnages célèbres de Montmartre

                                                Rue Nicolet vers rue Bachelet

Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 12:34
Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     C'est pendant sa détention au fort de Ham que Louis Napoléon Bonaparte rédige son étude "De l'extinction du paupérisme" dans laquelle il développe une analyse et des idées proches de celles des saint-simoniens.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

    Lorsqu'il est élu en 1848 c'est en partie grâce à ces idées d'émancipation de "la classe ouvrière" (il emploie ces mots). Pas étonnant donc que parmi ses premières décisions, il y eût la création de cités ouvrières.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

  Aux 58-60 rue Marguerite de Rochechouart (merci à Mme Hidalgo de faire figurer  les prénoms féminins dans les noms des rues de la capitale!), subsiste la toute première de ces cités, classée depuis 2003 monument historique.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

    A la demande du Prince-Président, le programme est lancé dès son accession au pouvoir. C'est l'architecte Marie-Gabriel Veugny qui est chargé de la conception de cette cité ouvrière qui devait servir de modèles aux autres prévues dans tous les arrondissements parisiens.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.
Inauguration de la Cité. 1851.

Inauguration de la Cité. 1851.

     Louis Napoléon fait un don de 500 000 francs pour lancer la construction (à peu près 1million 700 000 euros actuels).  Le bâtiment le plus original est celui qui est élevé le long de la rue de Rochechouart.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     Il est composé de deux corps de logis parallèles reliés par des terrasses et des passerelles et éclairés par une immense verrière.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

    A l'extrémité des couloirs étaient aménagées des toilettes et un système d'évacuation des eaux usées. Le souci d'hygiène était manifeste dans un Paris populaire exposé à toutes épidémies. 

Un médecin passait gratuitement rendre visite aux familles.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.
Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

      Les autres immeubles de la cité donnent sur un jardin arboré et sur une fontaine de bronze.

 

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     Un lavoir et un séchoir étaient installés dans des pavillons de bois construits dans la cour. 

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     Une garderie était prévue pour les enfants dont les parents qui le plus souvent travaillaient, homme et femme, ne pouvaient s'occuper. 

Couloir de la Cité Radieuse à Marseille

Couloir de la Cité Radieuse à Marseille

     On peut faire un bond dans le temps et penser à Le Corbusier avec son immeuble marseillais, présomptueusement appelé "Cité radieuse" qui proposait tout ce dont les familles pouvait avoir besoin.

Ce qui est une conception communautaire et fermée de la société dont on a pu constater les ravages….

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

    Ouverte en 1851, la cité ne rencontra pas le succès escompté malgré la proximité immédiate d'une importante usine à gaz ainsi que des ateliers "Godillot".

    En effet, il y avait dans ce concept quelque chose de militaire. Les locataires étaient, par la disposition même des appartements "surveillés" par leurs voisins et un gardien était posté près de la grande grille, seul accès à la cité.

Le règlement était strict, le couvre-feu et la fermeture des grilles étaient, printemps comme hiver fixés à 22heures. 

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

      Les partis politiques se montrèrent méfiants. Les Conservateurs estimaient qu'il y avait là tous les ingrédients pour favoriser l'action des révolutionnaires dans leur repaire. Les Socialistes pensaient que ces cités favorisaient au contraire la surveillance policière, les travailleurs étant concentrés dans un ghetto ouvrier sous contrôle.

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     Bref, la première cité ouvrière de la capitale fut la dernière du programme napoléonien.

Elle reste un témoignage de la politique sociale du milieu du XIXème siècle inspirée par l'effervescence intellectuelle de philosophes engagés et en même temps par la méfiance que suscitait le peuple des villes, prompt à la révolte. 

Cité Napoléon. Bâtiment sur la rue Pétrelle.

Cité Napoléon. Bâtiment sur la rue Pétrelle.

     Louis Napoléon consacrait une partie de son "extinction du paupérisme" à prévoir et organiser pour les pauvres qui tentaient de survivre dans les villes, une répartition de terres agricoles qui leur seraient confiées. Ainsi, en envoyant les misérables à la campagne, leur aurait-on donné les moyens de travailler et se nourrir et par la même occasion aurait-on vidé les faubourgs d'une partie de sa population susceptible de se révolter. 

Cité  Napoléon, cité ouvrière 58-60 rue Marguerite de Rochechouart. Napoléon III.

     Aujourd'hui la Cité Napoléon est recherchée malgré la petite superficie des appartements d'une ou deux pièces protégés par la loi sur les Monuments Historiques.

   Elle a été rénovée et suscite la convoitise d'une population jeune, branchée et de préférence sans enfants!

    Allo Paris bobo comme pourrait chanter Souchon.

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 12:06
Rue de la Bonne

Rue de la Bonne

    Après la fontaine Saint-Denis et la fontaine du But, voici les deux dernières "sources" qui jaillissaient sur la Butte : La fontaine de la Bonne Eau et celle de la Fontenelle.

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

     La fontaine de la Bonne Eau existait depuis l'antiquité. A l'époque gallo-romaine, elle était vénérée et dotée de pouvoirs magiques comme la plupart des sources. Notre fontaine n'était pas très éloignée du temple de Mars qui était bâti approximativement à l'emplacement du square Nadar. 

Square Bleustein-Blanchet (Turlure) emplacement du temple de Mars.

Square Bleustein-Blanchet (Turlure) emplacement du temple de Mars.

     Elle a eu plusieurs noms : Fontaine de la Belle Etoile, de la Bonne Fée, de la Bonne Fontaine, de la Bonne Eau, de la Bonne…

On aurait aimé qu'elle gardât un de ses premiers noms plus poétiques mais c'est son dernier nom qui s'imposa avec la rue qui en garde mémoire.

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

     Les eaux qui jaillissaient au flanc de la Butte étaient en partie canalisées par les seigneurs de Clignancourt pour alimenter leur ferme et ses terrains là où aujourd'hui s'élève la mairie du XVIIIème arrondissement.

 

     Les riches seigneurs avaient bon goût puisque ses eaux avaient la réputation d'être les meilleures et les plus saines de Montmartre. Les villageois ne s'y trompaient pas qui y puisaient abondamment.

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

     Elles alimentaient également l'abbaye voisine. Nous avons trace d'une requête présentée en 1612 par les religieuses de Montmartre, demandant à l'évêque de Paris la permission de teindre en noir leurs robes blanches afin d'éviter de trop souvent les laver, les eaux de la fontaine se faisant de moins en moins abondantes. Ces Dames étaient écologistes avant l'heure!

Grotte des religieuses, un emplacement possible de la source.

Grotte des religieuses, un emplacement possible de la source.

     Son emplacement précis est discuté mais il est permis de penser qu'il était dans l'actuel square Bleustein-Blanchet, dit de la Turlure, dans la partie la plus basse, dans le coude entre la rue de la Bonne et la rue St-Vincent.

 

  La source était, comme on l'a vu, voisine du temple de Mars. Mais si l'on a sauvé quelques chapiteaux du temple, on n'a retrouvé aucune trace de la source. On sait par quelques documents qu'elle s'est tarie au milieu du XIXème siècle. 

Escalier de la rue de la Bonne.

Escalier de la rue de la Bonne.

     La bonne étoile ne brillait plus au-dessus de Montmartre, les fées ne survivaient pas à la domination d'un nouveau Dieu, la bonne eau n'abreuvait plus les villageois… 

Ne reste de nos jours que cette rue  dont le nom la rappelle à notre souvenir.

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

…. et cette borne où les enfants du square viennent se laver les mains après leurs jeux!

Jardin Bleustein-Blanchet (Turlure)

Jardin Bleustein-Blanchet (Turlure)

    De la Fontenelle nous n'avons également aucune trace.  Plus modeste, elle faisait entendre sa petite musique cristalline à moins de 100 mètres de la Bonne Eau. 

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

    Elle apparaissait entre les herbes sauvages des terrains où s'éleva plus tard le moulin de la Turlure.

Le Château Rouge (1847)

Le Château Rouge (1847)

    Elle n'était qu'un filet d'eau qui dévalait la pente vers l'est et vers les jardins du Château Rouge (où la légende situe les amours de Gabrielle et du Vert-Galant) dont elle emplissait besogneusement les deux bassins.

Escalier de la Fontenelle (aujourd'hui Chevalier de La Barre).

Escalier de la Fontenelle (aujourd'hui Chevalier de La Barre).

     Elle fut tarie dès la première moitié du XIXème siècle et ne subsista un temps que grâce à la sente qui garda son nom, rue de la Fontenelle, jusqu'au jour où ce nom même disparut au profit du Chevalier de la Barre. 

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

     Impossible de ne pas penser à elle en gravissant l'escalier qui a remplacé la vieille sente par où elle descendait, aussi humble fût-elle, vers le village de Clignancourt.

Les quatre fontaines de Montmartre. III  La fontaine de la bonne eau. IV Fontaine de la Fontenelle.

     Ce chemin est aujourd'hui, la nuit tombée, un reflet du ciel nocturne du 1er janvier et du 1er juillet grâce à Alekan (chef opérateur d'Ophüls, Cocteau, Carné…) qui y a semé les étoiles.

    On peut entendre ces sources d'antan quand la nuit magique de Montmartre permet aux vieilles légendes de murmurer leurs chansons.

Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 12:46
Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

   Elle faisait entendre son gazouillis en bas d'une sente raide qui avait pour nom mérité "chemin des fontaines". Ce chemin conduisait à deux sources, celle de Saint-Denis et celle que nous évoquons aujourd'hui.

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

    Le "chemin des fontaines" changea plusieurs fois de nom : "Chemin de la Croix du Buc" puis "Chemin des brouillards".

     C'est maintenant la rue Girardon, en partie défigurée par de gros immeubles cossus où vécurent entre autres Bébert le chat avec son "humain" pas toujours humain, Céline.

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.
Document exceptionnel (merci Pierre!) en premier plan les bornes de la fontaine et en face la rue Girardon actuelle et la ruelle Saint-Vincent à droite.

Document exceptionnel (merci Pierre!) en premier plan les bornes de la fontaine et en face la rue Girardon actuelle et la ruelle Saint-Vincent à droite.

     La source retenue par un petit bassin fut promue en fontaine où les villageois venaient puiser de l'eau. Il y a discussion passionnée sur l'origine de son nom!

Certains évoquent l'époque gallo-romaine pour voir dans "bucca" le nom originel. La source formant au flanc d'une paroi de terre une ouverture en forme de bouche. D'autres qui connaissent les plus vieilles cartes de Montmartre où le nom "buc" apparaît, affirment que ce "buc" vient de "bouc".

Colonne du temple de Mercure dans l'église Saint-Pierre.

Colonne du temple de Mercure dans l'église Saint-Pierre.

    N'oublions pas que le premier nom fut "fontaine de Mercure" et qu'il y avait un temple non loin de là (à l'emplacement approximatif du moulin de la Galette) dédié à ce dieu. Il est plausible d'ailleurs que le nom même de Montmartre le rappelle : Montmercure, Montmercre, Montmarcre, Montmartre… Certains préfèrent attribuer à Mars qui avait également son temple non loin de là, ou encore aux martyrs Denis et ses compagnons décapités plus bas, le  nom de Montmartre. C'est cette dernière hypothèse, la moins probable que serinent les guides… 

     Le "buc" est d'autant plus vraisemblable que l'animal est souvent chez les gallo-romains associé à Mercure. 

Rue de l'abreuvoir

Rue de l'abreuvoir

    Dès la fin du XVIIIème siècle, un abreuvoir fut construit pour recevoir l'eau de la fontaine. La rue de l'abreuvoir en garde mémoire.

 

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

    Il était situé en bas du chemin des fontaines (rue Girardon) sous le coude de l'actuelle place Dalida.

 

     Comme sa voisine la fontaine saint-Denis, notre fontaine fut célèbre au Moyen-Âge et on lui prêta à elle aussi des pouvoirs de guérison. C'est ce que rappelle le poète Georges Nicolas qui écrit en 1849 "la Fontaine du Bû".

                   La fontaine et à l'arrière-plan le moulin du Radet en 1834

Un malade atteint du choléra aurait été guéri  après y avoir bu, et d'autres guérisons furent plus ou moins attestées. 

Georges Nicolas ouvre et conclut son poème par les mêmes vers :

"Ceux-là me croiront sans peine,

Brun ou blond, rousse ou châtaine,

Qui dans leur bel âge ont bu

De l'eau de la Fontaine

Du Bû."

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.
Cimetière du Calvaire.

Cimetière du Calvaire.

     Après la révolution et le saccage de l'abbaye, une pierre tumulaire fut utilisée dans la maçonnerie d'une citerne qui recueillait l'eau de la fontaine. Elle gardait, gravé, le profil d'une abbesse. La pierre après être descendue jusque là a été remontée sur son ancien site et pieusement disposée entre les tombes du cimetière du Calvaire, contre l'église Saint-Pierre.

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

 L'abreuvoir a trouvé avec Gérard de Nerval un poète qui a succombé à son charme et a su en parler...

     "Ce qui me séduisait (...) c'était le voisinage de l'abreuvoir, qui, le soir s'anime du spectacle de chevaux et de chiens que l'on y baigne, et d'une fontaine construite dans un goût antique où les laveuses causent et chantent comme dans un des premiers chapitres de Werther. Avec un bas relief consacré à Diane et peut-être deux figures de naïades sculptées en demi-bosse, on obtiendrait, à l'ombre des tilleuls qui se penchent sur le monument, un admirable lieu de retraite, silencieux à ses heures, et qui rappelle certains points de la campagne romaine…" 

(Nerval, La Bohême Galante).

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

   A la fin du XIXème siècle, l'eau s'est tarie.

   Il ne restait de l'abreuvoir qu'un bassin dégradé où stagnait l'eau de pluie. L'abreuvoir fut détruit. Il n'en reste rien aujourd'hui.

Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.
Les fontaines de Montmartre. II La fontaine du But.

     Dalida, la poitrine avantageuse veille sur le lieu.

Parfois la placette s'habille de brume et semble émerger d'un rêve. Les frontières temporelles disparaissent, les moulins fantomatiques font tourner au ralenti leurs ailes, les sources murmurent… tout redevient brouillard...

Repost0
26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 09:14
Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.
Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     N'en déplaise aux écoeurés du Sacré-Cœur, de vrais artistes ont participé à l'œuvre collective, parmi lesquels de nombreux sculpteurs...

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

   Aujourd'hui je vous propose de contourner la basilique, d'emprunter la rue du Chevalier de La Barre et de lever la tête vers le dôme.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.
Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

    Vous verrez une statue que l'oxydation habille de vert : Saint-Michel terrassant le dragon.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     Il est dû à François Sicard (1862-1934) à qui elle fut commandée en 1908. François Sicard est connu pour avoir été LE sculpteur de Clémenceau, son ami dont il exécuta le buste et dont il fit le masque funéraire.

 

     Les Parisiens peuvent rencontrer Sicard dans les jardins des Tuileries où est installé son groupe du Bon Samaritain...

     Dans les jardins du Luxembourg où songe sous les frondaisons George Sand...

     Ou encore au Panthéon où se déploie son monument à la Convention Nationale….

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     Son Saint Michel, comme les deux statues équestres d'Hipolyte Lefebvre de la façade n'ont pas la même inspiration que la majorité des autres sculptures de la basilique qui hésitent entre références gothiques ou romanes. Il est de la même famille que les sculptures de Frémiet :

                                                    Jeanne d'Arc (Frémiet)

    On pourrait parler de réalisme et de souci de précision historique. Frémiet est d'ailleurs l'auteur d'un Saint-Michel achevant un minuscule dragon, posé au sommet de l'abbaye du célèbre Mont homonyme. 

Saint-Michel au sommet de l'abbaye. (Frémiet)

Saint-Michel au sommet de l'abbaye. (Frémiet)

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.
Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     Il paraît que dans cette représentation de l'archange massacrant un crocodile qui se convulse de douleur, se révèlerait le caractère belliqueux et revanchard de Républicains rêvant de terrasser l'ennemi teuton.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

    Certains inconditionnels de la Commune (dont je suis pourtant) y voient l'allégorie de l'écrasement de la révolte populaire par les Versaillais. Cette hypothèse me semble aussi hasardeuse que la première me paraît plausible à la veille d'une guerre-boucherie.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     Comme toujours quand on parle du Sacré-Coeur, deux clans s'opposent. Celui des adversaires résolus de cette église expiatoire et celui des amoureux d'un Montmartre dominé par une ville byzantine sortie d'un conte oriental.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     Il faut enlever ses lunettes idéologiques et regarder naïvement le sacré Sacré-Coeur! Ainsi pourra t-on admirer cette statue de Sicard, ce Saint-Michel viril et précieux à la fois, mâle et féminin...

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

     On acceptera que le pauvre crocodile dont on fait aujourd'hui des sacs à main ne soit là que pour symboliser le démon qui comme on ne l'ignore pas peut prendre toutes les apparences.

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.

… Et passée l'admiration esthétique, première et essentielle, chacun pourra faire de ce groupe, selon son humeur,  l'allégorie de ce qui lui plaira!

L'intelligence terrassant la Bêtise

la Culture terrassant l'Ignorance

la Générosité terrassant l'Egoïsme

la Beauté terrassant la Vulgarité

Greta Thunberg terrassant les climato-sceptiques…… etc... etc... etc...

Montmartre. Sacré-Coeur. Saint-Michel terrassant le dragon. Sicart.
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 12:05
Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Elle fut pendant des siècles la plus célèbre des fontaines de Montmartre.

Il n'en reste rien aujourd'hui malgré la  statue de Saint Denis qui semble attendre patiemment, la tête entre les mains, qu'elle jaillisse à nouveau...

Choeur de l'église St-Pierre, ancienne église St-Denis de l'abbatiale.

Choeur de l'église St-Pierre, ancienne église St-Denis de l'abbatiale.

Le martyre de Saint-Denis. Pierre sculptée de 1253 provenant de l'Abbaye de Montmartre.

Le martyre de Saint-Denis. Pierre sculptée de 1253 provenant de l'Abbaye de Montmartre.

   Denis fut un des saints les plus vénérés au Moyen-Âge et l'église de l'abbaye de Montmartre porta son nom dans sa partie réservée aux religieuses (la partie réservée aux villageois, séparée par une grille, étant dédiée à Saint-Pierre.)

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

    Premier évêque de Paris, Denis, après avoir eu la tête tranchée vers 250 sur ordre du gouverneur romain, se serait, selon la légende, relevé après sa décapitation et aurait marché vers le nord jusqu'à l'endroit où il se serait arrêté pour être inhumé. Plus tard s'élevera à cet endroit la basilique qui porte son nom.

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Après avoir escaladé, la tête entre les mains, le flanc sud de la Butte, il aurait fait halte auprès de la source claire qui jaillissait à l'abri des arbres, afin de laver son chef ensanglanté.

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Les Montmartrois gardèrent mémoire de cette source sacrée (qui l'était déjà au temps du paganisme). C'est autour d'elle que trois des moulins de la Butte firent tourner leurs ailes et c'est là que des anges continuèrent de murmurer et de chanter après le passage du saint.

Les riverains la nommèrent alors source des bourdonnements. 

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Quand vous aviez des maux de tête, il suffisait de puiser de l'eau à cette fontaine et de vous en asperger le crâne et le visage pour que vos céphalées soient emportées, comme détachées de vous et diluées dans les bourdonnements angéliques.  La croyance populaire lui attribua d'autres vertus : la jeune fille qui s'y rendait dès potron-minet et y faisait une toilette de chat était assurée de trouver dans l'année un beau matou. Non pour la bagatelle toujours facile à l'ombre des moulins mais pour le mariage… On prétend aussi que sanctifiée par l'eau bénie, elle ne tromperait jamais son homme! 

"Fille qui a bu l'eau de Saint-Denis,

Toujours sera fidèle à son mari."

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Mais l'esprit et le goût de vivre montmartrois  étant ce qu'ils sont, les abords de la fontaine fournissant herbe tendre et bosquets en abondance, c'est là que de jeunes amoureux d'un soir venaient abriter leurs ébats!

    Dans la journée, le lieu retrouvait sa sage apparence et les pèlerins qui se dirigeaient vers le martyrium, en bas de la Butte, là où Denis, Eleuthère et Rustique avaient été suppliciés, s'y arrêtaient pour prier. On dit qu'Ignace de Loyola et ses compagnons s'y rendirent le 15 août 1534 après avoir prononcé leurs vœux de pauvreté et chasteté.

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

    Il y avait une pierre sculptée à proximité de la fontaine. Elle a disparu et a été remplacée par la statue qui veille de nos jours sur les boulistes du square Suzanne Buisson.

 

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

Elle est due au sculpteur Fernand Guignier (1902-1972) qui fut élève d'un artiste qui nous est cher sur la Butte, Emile Derré.

 

On doit à ce dernier, grand humaniste et pacifiste la Fontaine des Innocents ou du Gai savoir dans le square Louise Michel et la grotte des Amoureux.

 

     Fernand Guignier aimait Montmartre dont il fit de nombreux pastels...

 

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

     Sa statue de Saint Denis prend place en 1941 à l'emplacement présumé de l'antique source.

 

    Qu'est-elle devenue cette source sacrée?

Elle a connu un sort comparable à certains moulins et maisons de la Butte. Un creusement de carrière fut autorisé aux alentours.

Bientôt le sol s'affaissa puis un trou de plusieurs coudées avala (en 1810) source et ruisseau qui continuèrent leur petit chemin bourdonnant dans les entrailles de Montmartre avant de se diluer peu à peu dans les profondeurs et disparaître à jamais.

Impasse Girardon

Impasse Girardon

     Revient-elle parfois en automne quand les brouillards montent de l'ancien abreuvoir et quand les derniers feuillages bruissent comme une résurgence discrète et cristalline? L'eau retrouve-t-elle la sente qu'elle suivait alors et qui est devenue  l'impasse Girardon?

    Nerval qui était poète l'a entendue... pourquoi pas vous?

Les 4 fontaines de Montmartre : 1. La fontaine Saint-Denis.

    En annexe, un panneau de bois  sculpté du XVIème siècle jadis exposé au musée de Montmartre et aujourd'hui récupéré par le musée Carnavalet. On y voit le martyre de Denis et ses compagnons sur une butte difficile à reconnaître….

 

 

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 13:25
Rue de Clichy vers la place homonyme et le monument de la Défense.

Rue de Clichy vers la place homonyme et le monument de la Défense.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Cette rue qui va de la place d'Estienne d'Orves à la place de Clichy est une artère vivante et la plupart du temps encombrée de véhicules de tout genre. 

Rue de Clichy dernière partie, arrivée sur la place.

Rue de Clichy dernière partie, arrivée sur la place.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Elle doit son nom qui lui est donné en 1843, à la ville de Clichy vers laquelle elle mène. Mais son tracé date de bien avant. Dès l'époque gallo-romaine, une voie nommée "voie de la mer" allait de Paris jusqu'à Harfleur. Au 17ème, on la reconnait sur d'anciens plans. Elle est alors "le chemin de Clichy". Mais là ne s'arrêtent pas ses avatars! Au 18ème, elle devient "rue du Coq". Elle passait en effet devant l'hôtel du Coq (une "avenue du Coq" existe toujours, en réalité large impasse qui donne sur la rue St-Lazare).

La 1ère rue à gauche est la rue de Clichy. On voit le square devant l'église. Il a détruit une partie de la rue.

La 1ère rue à gauche est la rue de Clichy. On voit le square devant l'église. Il a détruit une partie de la rue.

     La rue de Clichy est longue de 700 mètres, sa première partie ayant été amputée lors de l'extension du square D'Estienne d'Orves devant la Trinité.

                                                 A droite le square d'Estienne d'Orves, à gauche ancienne partie de la rue de Clichy, aujourd'hui place d'Estienne d'Orvbes)

Le 10.

Le 10.

    Au 10 s'élève l'hôtel de Wendel, riche demeure que la fortune des Maîtres de Forges leur permit de s'offrir.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...
Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

    C'est Charles Wendel qui le fait édifier de 1862 à 1867 en faisant appel à l'architecte Sidoine Maurice Storez qui dans cette période ostentatoire conçoit un bâtiment simple et épuré dans le style Louis XVI.

 

     La façade dépouillée cache en réalité un somptueux logis de 36 pièces! Par chance certaines ont conservé leur décor, ce qui est plutôt rare quand les immeubles sont rachetés par la Ville (ce qui est le cas) pour être transformés en écoles.

                                 Le "W" des Wendel sur la façade

Le 12

Le 12

     Au 12 actuel (primitivement 26) s'élevait la première église de la Trinité ouverte en 1852. Elle remplaçait la 1ère église de la rue de Calais et elle ne fut détruite qu'après la consécration de la troisième église édifiée sur la place  en 1867.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     C'était une construction de bois, longue d'une quarantaine de mètres et qui malgré son existence éphémère était ornée de vitraux. Une cloche appelait les fidèles mais elle dut se taire après quelques mois car les voisins se plaignaient d'être réveillés par les Laudes! Les ronchons qui se plaignent aujourd'hui des cloches et des coqs font donc partie d'une longue tradition!

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Il ne reste rien de cette Trinité passagère sinon une peinture sur lave de Devers, inspirée d'Ary Scheffer qui ornait le tympan et qui est aujourd'hui conservée dans la sacristie  de l'église actuelle.

Le 16 Casino de Paris en 1904

Le 16 Casino de Paris en 1904

Le 16 aujourd'hui

Le 16 aujourd'hui

Le 16 années 50

Le 16 années 50

     Le 16 est l'adresse la plus célèbre de la rue! Celle du Casino de Paris! Il y aurait un roman à écrire sur ce lieu mythique. Pâtinoire puis théâtre à la fin du XIXème siècle, c'est avec Léon Volterra en 1914 que la salle révolutionne l'art du spectacle avec la création des revues qui allaient connaître un succès inépuisable.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     C'est Volterra qui invite Mistinguett après la guerre, avec son "protégé" Maurice Chevalier. Jusqu''en 1925, elle restera la reine du Casino de Paris. Il faudra attendre le nouveau directeur Henri Varna pour assister à un triomphe comparable avec Joséphine Baker et ses 2 amours.

 

     Citons encore Tino Rossi qui fait se pâmer son public en le caressant de sa voix de zéphyr et plus tard Line Renaud qui ménera plusieurs revues. La dernière grande meneuse sera Zizi Jeanmaire en 1970 avant que la salle n'accueille des artistes comme Gainsbourg, Souchon, Dutronc, Higelin.... etc...

                              

     Réjouissons nous que malgré les inévitables mutilations pour se mettre à la mode architecturale des années sans fantaisie, la salle ait gardé une partie de son décor 1925.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...
Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

On ne peut pas en dire autant des 20 et 22!

Le 20...

Le 20...

     Le 20 consternant de banalité morose était l'adresse d'un music-hall ouvert au début du XXème siècle à la grande époque des paillettes et des divertissements : l'Apollo.

 

     Son titre de gloire est d'avoir créé l'opérette de Franz Lehar "La veuve joyeuse" avec un succès qui ne se démentit pas avec les années.

 

      Ce fut aussi dans cette salle que Carlos Gardel fit ses débuts parisiens. Les amoureux du tango se recueillent en passant devant le fantôme de l'Apollo.

                                                       Affiche de Paul Colin

Le 21...

Le 21...

    Le 21 a abrité notre Victor Hugo national, si proche encore, si audacieux toujours… de 1874 à 1878. C'est dans cet immeuble, au 4ème étage qu'il écrivit son roman "Quatrevingt-treize" (c'est ainsi que l'auteur a voulu qu'on écrivît son titre).

 

Le 28

Le 28

     Sur la façade du 28, bel immeuble début du XXème siècle, une plaque rappelle que Georges Enesco, "illustre musicien roumain y vécut de 1908 jusqu'à sa mort en 1955."

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Musicien considérable qui fut élève de Massenet et Fauré, il fut lié aux principaux compositeurs et interprètes de son temps, de Ravel à Dukas… Il écrivit une de ses oeuvres les plus célèbres, son opéra "Œdipe" dans cette maison.

Belle porte cochère aux 34-36

Belle porte cochère aux 34-36

Le 37.

Le 37.

     Au 37 a vécu pendant 30 ans le peintre Maurice Eliot qui fut le grand ami de Charles Léandre avec qui il loua un atelier à deux pas de Pigalle, 3 rue Houdon.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Il excella dans l'art du pastel et connut quelque succès avant la catastrophique année 1937 où il perdit sa mère, son ami Léandre et où sa sœur atteinte de maladie mentale fut internée. Il dut alors quitter, la rue de Clichy et le quartier qu'il aimait

39

39

     C'est au 2ème étage du 39 que Ravachol déposa une bombe le 27 mars 1892 destinée à tuer le substitut Bulot. Il y eut quelques blessés et l'immeuble fut dévasté. 

Ravachol (un petit air de Brad Pitt)

Ravachol (un petit air de Brad Pitt)

    Trois mois et demi plus tard l'anarchiste qui avait à son "actif" quelques crimes crapuleux et quelques autres plus "politiques" sera guillotiné.

Le 40

Le 40

     Un coup d'œil au 40 où s'ouvrent les portes de la Grande Comédie, théâtre créé en 2005 et qui accueille des humoristes ou des comédies boulevardières. Omar et Fred, Max Boublil s'y sont produits. Qu'on aime ou pas, il faut se réjouir chaque fois qu'un nouveau théâtre naît dans ce quartier où bon  nombre de salles de spectacle ont disparu.

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     La maison du protestantisme a ses vitrines au 47, avec sa librairie spécialisée "Jean Calvin".

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Les immeubles du 54 au 68 ont été construits à l'emplacement de la prison de Clichy dont Balzac fut à plusierurs reprises menacé. En effet elle incarcérait les "dettiers" ceux qui étaient incapables de payer leurs dettes!

La prison en 1859

La prison en 1859

     Si Balzac réussit à l'éviter en se cachant, il n'en fut pas de même pour Nadar qui y passa un mois en 1850 ou pour Poulet-Malassis l'éditeur et l'ami de Baudelaire ( qui aimait l'appeler  "Coco Mal-Perché").

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

   Elle fut fermée en 1867 et elle ne subsiste aujourd'hui que dans les romans du XIXème siècle, comme dans "la Cousine Bette" de Balzac...

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...
Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

   Au 55, un passage très parisien conduit au théâtre de l'Œuvre créé en 1893 par Lugné-Poe qui le dirigea pendant 37 ans

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Il s'installa dans une salle de concert à l'italienne, la salle Berlioz.

 

    De grands artistes y furent engagés comme Isadora Duncan, Pierre Fresnay, Pierre Dux ou Maria Casarès...

... Les auteurs scandinaves Strindberg et Ibsen y furent révélés au public parisien.

D'autres créations marquèrent l'histoire théâtrale : "Ubu roi" de Jarry qui provoqua un scandale mémorable (1896) ou dans un autre style, "L'Annonce faite à Marie" de Claudel (1912).

LE 62

LE 62

     Au 62  le jeune Félix Tournachon (Nadar) fut pensionnaire chez Mr Augeron. C'est là qu'il rencontra celui qui allait être l'ami de toute une vie, Charles Asselineau, futur écrivain et admirateur comme lui de Baudelaire.

                                             Asselineau par Nadar

 

Nadar ne pouvait pas imaginer qu'une vingtaine d'années plus tard il reviendrait rue de Clichy, non plus à la pension Augeron mais à la prison !

81

81

     Là où s'élève l'indigent immeuble du 81, il y avait un café où se réunissaient les poètes symbolistes autour de Mallarmé pour théoriser leur opposition aux Parnassiens.

Cependant ce sont surtout les peintres divisionnistes, "les pointillistes" comme Seurat ou Signac qui en firent leur lieu privilégié de rencontre.

Le 84

Le 84

Rue de Clichy. Trinité. Casino de Paris.  Nadar. Ravachol. Enesco...

     Il y avait au 84 un "bouillon"Duval, restaurant populaire et bon marché comme il s'en ouvrait de nombreux à Paris. Il a été remplacé par une académie de billard tout en gardant son cadre art nouveau. 

 

     Il a servi de décor à la fin du film "Le Marginal" avec Belmondo.

     Christophe Honoré y a tourné une scène avec Ludivine Sagnier dans "Les bien aimées" pendant laquelle l'actrice chante avec Rasha Bukvic "les chiens ne font pas des chats".

Depuis l'été 2019 il est devenu le Club Montmartre bien connu des fous de poker.

    

       Ne nous attardons pas, de peur de sortir essoré de ce lieu dangereux et cap sur l'avenue de Clichy qui prolonge notre rue de l'autre côté de la place où nous attend un des meilleurs cinémas de Paris, le cinéma des cinéastes... Un bon film, rien de mieux après avoir arpenté Paris!

La fresque-hommage au cinéma dans l'escalier du cinéma.

La fresque-hommage au cinéma dans l'escalier du cinéma.

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 13:17
Le 14 rue de l'abreuvoir. Maison Georges.

Le 14 rue de l'abreuvoir. Maison Georges.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     La rue de l'abreuvoir, une des plus pittoresques de Montmartre, n'a pas échappé aux destructions du XXème siècle et aux transformations du vieux village en quartier résidentiel et touristique.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Une adresse a résisté un peu plus longtemps que les autres (si l'on excepte la Maison Rose, sauvée par les peintres qui l'ont souvent représentée), c'est le 14, la Maison Georges.

 

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Ce fut jusqu'au début du XXème siècle, une épicerie de village, spécialisée comme de nombreuses épiceries d'alors dans la vente de vin. L'enseigne et le panneau peint sur le mur pignon ont subsisté après la vente de son commerce par monsieur Georges.

 

Vente qui eut lieu en 1924 lorsque les époux Baillot s'en firent acquéreurs. Henri Baillot, ancien combattant de la première guerre, le transforma en bar-restaurant : "l'Abreuvoir".

Un nom bien choisi! L'abreuvoir qui a donné son nom à la rue était utilisé par les paysans pour y faire boire leurs bêtes, le bar dut étancher d'autres soifs!

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Pendant l'occupation, les Baillot qui ont vu les bars du bas-Montmartre spoliés de leur comptoir de zinc par l'occupant nazi, s'empressent de dissimuler le leur en le murant derrière une paroi de plâtre.

Le comptoir échappe à la fonte et réapparaît à la Libération, nimbé de son aura de résistant.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     C'est lui que nous voyons aujourd'hui au musée de Montmartre!

 

    Le couple Baillot accueillait dans son restaurant le 2ème mardi de chaque mois le dîner du Dernier Carré de Montmartre, des amoureux de la Butte qui essayaient de lutter contre le vandalisme architectural des années d'après-guerre. 

La belle cabaretière (Marcel-François Leprin. 1924)

La belle cabaretière (Marcel-François Leprin. 1924)

     En 1957 le restaurant ferma ses portes et fut transformé en maison d'habitation. Louis Baillot, le fils des restaurateurs qui y avait vu le jour en 1924 y habita et c'est lui qui offrit le fameux comptoir au musée de Montmartre.

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.

     Louis Baillot faisait partie de la Société du Vieux Montmartre et se sentait Montmartrois d'âme et de cœur. 

L'essentiel de son engagement, résistance, lutte contre la politique coloniale, députation… l'inscrit dans la tradition humaniste et généreuse de la Butte.

 

   Le 14 rue de l'Abreuvoir est bien différent aujourd'hui mais son vieux comptoir de zinc, nostalgique, nous parle encore, à deux cents mètres de là,  d'un temps "que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaître!"

 

Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.
Rue de l'Abreuvoir. 14. Maison Georges. Baillot. Le comptoir de zinc.
Repost0

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche