Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 07:30

 

 Maison-et-plage-001.JPG

                                               Avenue d'Antioche au Château d'Oléron

 

Maison de mon père

 

Volets fermés volets ouverts

Le bleu a remplacé le vert

Ce n'est pas toi qui l'as choisi

Tu habitais près de Massy

 

Jardin secret jardin fleuri

La figue au figuier a mûri

Ce n'est pas toi qui l'as cueillie

Tu habitais près de Paris

 

Enfants rieurs joyeux enfants

Leurs prénoms sont si différents

Ce n'est pas toi qui es grand-père

Tu vivais seul rue Paul Couderc

 

Maison perdue maison d'Antioche

Qu'on la détruise à coups de pioches

Ce n'est pas toi qui souffriras

Tu vis où rien ne t'atteindra


Maison-et-plage-002.JPG

 

Liens : poèmes pour mon père.

 

Liste et liens des poèmes Alzheimer. Mon père.


Poème. Dernier repas. Mort.

Poème. Père. cimetière.

Poème. Mon père. Après la mort.

Poème : Mon père. Le silence.

Poème : Vendredi Saint. Mort de mon père.

Poème. Chanson de Sylvie.

Poème.Dernier Visage de mon père.

 

....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Wanda 20/11/2010 13:11



Tristesse poignante des choses qui continuent d'être quand ceux que nous aimons les ont quittées. Scandale de cette indifférence du monde.



Moderato 16/10/2010 19:11



La violence du temps qui passe. On croit que tout va rester à sa place, les gens qu'on aime comme les choses. Et puis un jour ils ne sont plus là, les choses ne sont plus là. On n'a pas vu le
temps labourer le présent. Labourer? Y aura-t-il une moisson?



Libourne 09/09/2010 09:19



Une chanson du temps qui passe doucement et cruellement.



Reinette 07/09/2010 10:56



je suis sûre que les coups de pioches l'atteindront en plein coeur.


ça fait toujours mal quand on détruit une maison car avec elle s'en vont les souvenirs.


bonne journée



John 07/09/2010 09:19



C'est très émouvant parce qu'il n'y a pas de baratin, pas d'esbrouffe. Les vraies douleurs sont muettes ou pudiques. Le temps qui laboure nos vies est un bourreau indiférent.



Alain 07/09/2010 09:16


Un poème simple comme une chanson et qui reste dans votre coeur avec qqchose de doux et de nostalgique


Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche