Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 20:38

 

      Il y avait dans l'atelier de François Gabriel, un tableau étonnant de Marcel Matho, l'artiste qui conçut l'affiche que le photographe utilisait comme enseigne, au 36 rue Muller, aujourd'hui 2 rue Utrillo.

 

         Panneau de Matho qui servait d'enseigne à François Gabriel

   Le tableau représente quatre des gloires de la vie artistique de la fin du XIXème siècle. Elles y sont croquées d'un trait vif et élégant. 

Ces caricatures méritent d'être connues. Elles viennent s'ajouter à des milliers d'autres, mais, étant inédites, elles apportent un regard nouveau sur ces artistes... 

 

      Tout d'abord, Edouard de Max, bien oublié aujourd'hui mais qui fut considéré comme le plus grand acteur lyrique de son temps. Il est né en 1869 en Roumanie et il fit sa carrière à Paris où il connut vite la célébrité. Il a joué aux côtés de Marguerite Moréno, Sarah Bernhardt et Antonin Artaud.

Edouard-de-max-photo.jpg

      Il ne craignait pas de faire scandale en affichant ouvertement son homosexualité et en jouant nu dans le Prométhée de Jean Lorrain dont il fut l'amant.

de Max prométhée 

 Un dessin plus tardif de Cocteau le montre, cou relâché, cheveux teints... mais toujours l'air très satisfait de lui-même! 

 

de Max

Nous découvrons ensuite, dans sa maturité rayonnante, la grande, l'unique, l'irremplaçable Sarah Bernhardt.

      On a du mal à imaginer la passion qu'elle suscitait et les foules qu'elle déplaçait en Europe comme en Amérique...

sarah-bernhardt.jpg

Cette femme exceptionnelle possédait un charisme qui subjuguait les spectateurs. Victor Hugo la surnomma "la voix d'or" et Jean Cocteau inventa pour elle l'expression aujourd'hui galvaudée de "monstre sacré".

 

      sarah-photo.jpg

 

 Elle inspira bien des créateurs de l'Art Nouveau dont Mucha qui devint son affichiste officiel lorsqu'elle reprit le théâtre des Nations qu'elle rebaptisa modestement théâtre Sarah Bernhardt.

 Edmond Rostand  écrivit pour elle "l'Aiglon" et Oscar Wilde répondit à la commande qu'elle lui fit d'une nouvelle "Salomé".

 

Medee_1898.JPG

                                                   Affiche de Mucha pour Médée.

 

Elle s'engagea politiquement avec courage en soutenant Emile Zola lors de l'affaire Dreyfus et en prenant fait et cause pour Louise Michel. Enfin, elle milita sans relâche, bien avant Badinter, contre la peine de mort.

 

 

 Edmond Rostand l'appréciait beaucoup et lui dut en grande partie le formidable succès de l'Aiglon. (Quelle Sarah Bernhardt du XXIème siècle serait capable de redonner vie à cette pièce injouable?)

      edmond_rostand-photo.jpg

 Il pose ici en académicien, moustache conquérante et oeil vif! 

      La dernière caricature est celle de Polaire, de son vrai nom Emilie Marie Bouchaud, née à Alger, bien loin de la banquise!

Elle plut beaucoup à Willy et Colette qui lui confièrent le rôle de Claudine au théâtre. Les trois firent la paire, si l'on peut dire, puisqu'ils vécurent un certain temps une relation qui défraya la chronique.

 

polaire photo

polaire-photo.jpg

Polaire avait une voix qui plaisait et qui lui permit de créer des "tubes" comme "tha ma ra boum  di hé" ou "tchique tchique". Elle obtint également un grand succès en interprétant "la prière de la Charlotte" de Rictus que Monique Morelli, une autre chanteuse montmartroise, reprendra plus tard... 

Polaire-photo-2.jpg

      Sa taille de guêpe et sa sensualité sont restées légendaires...

 

Alors quel plaisir de retrouver nos quatre artistes sur ce tableau…

     Remarquons que Marcel Matho n'a pas gâté les hommes mais a traité les femmes avec beaucoup plus de sympathie... Les hommes font la gueule et les femmes sourient, mais tous sont tournés vers le public et attendent les applaudissements…

 Dessin de Matho pour le dernier "Chat Noir" 68 boulevard de Clichy.

 

     Matho est un véritable Montmartrois, bien, que né à Lille (1881), il a vécu l'essentiel de sa vie sur la Butte et il y a été amoureux au point de se marier quatre fois! 

                               Dessin de Matho (Chat Noir, bd de Clichy)

                                              6 rue Paul Albert (adresse de Marcel Matho)

               2 rue Utrillo (atelier et logement de François Gabriel)

En 1914, il habite 6 rue Paul Albert à proximité du studio et de l'appartement de François Gabriel, le photographe qui est aujourd'hui une partie de la mémoire populaire de la Butte.

Photo de François Gabriel dans l'escalier de la rue Muller (aujourd'hui rue Utrillo)

 

     Il est témoin au mariage de celui qui est devenu un ami et il lui offre cette toile de 2 mètres de longueur avec les quatre têtes complices qui semblent tournées vers leur public.

    

                                   Rêverie d'artiste. 1906.

     Il tient une boutique d'antiquaire 91 rue des Martyrs (preuve s'il en était besoin que l'art ne nourrit pas son homme)  lorsqu'il meurt en 1950. Il est grand temps de le redécouvrir et je serais preneur de tout document, de toute reproduction qui le concernerait.  

Lien :  Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nell 24/11/2018 11:59

Tes articles sont toujours très intéressant, Christian, car ils nous racontent toute une histoire. Polaire était aussi une très belle femme. Reçois toute mon amitié.

Alodébaran 23/11/2018 16:38

Vraiment fortes ces caricatures. C'est intéressant de savoir que ce photographe qui tentait de rendre une réalité avec ses photos avait chez lui cette caricature qui n'essaie pas d'être réelle mais d'atteindre par la déformation qqchose de profond dans la personne représentée. La photo dans l'escalier est très belle.

manou 23/11/2018 11:23

Je ne connaissais pas ce tableau donc ces caricatures et si c'est bien vrai que celles des femmes sont plus indulgentes, j'aime beaucoup celle d'Edmond Rostand ! Merci pour ce reportage très intéressant

Nicaragua 17/04/2010 14:14



Très intéressantes caricatures. Celle de de Max notamment car il n'y en a pas des masses. Pour Sarah Bernhardt, vous avez raison de parler dans une réponse du côté antisémite du nez... c'était
très répandu à l'époque... malheureusement.



Ombellule 12/04/2010 14:17



Bonjour


Très sympathique et vraiment bien documenté votre article.


J'avais connaissance de ce tableau et j'avais imaginé qu'il s'agissait plutôt de Jane Avril, une des danseuses du Moulin Rouge, plutôt que Sarah Bernhardt, mais bien sûr rien n'étaye cette idée
si ce n'est la chevelure blonde et le col montant !! notamment sur la gravure de Stern ou encore sur des affiches de Toulouse Lautrec ou son visage dans l'affiche "Sescau photographe"
...


Amicalement, une amie du 18ème aussi !



chriswac 12/04/2010 18:16



Bonjour


Ravi de vous retrouver! Je crois que vous avez des trésors sur Montmartre... Pour Sarah Bernhardt, je vais ajouter une autre caricature, assez proche de celle de Matho. Beaucoup de caricaturistes
insistaient alors, dans les années de maturité de l'actrice sur son nez "juif". Un antisémitisme culturel était alors de mise, hélas...


Cordialement 



Hélène 12/04/2010 09:38



Petite fille de François Gabriel ce tableau que j'ai toujours connu d'abord dans l'atelier de mon grand-père puis dans le bureau de mon père était pour moi une énigme quant au nom des artistes
lorsqu'il m'est revenu. Je tiens à remercier Rodolphe Trouilleux auteur de "Paris secret et insolite" qui   m'a donné la réponse et Christian Wacrenier qui l'a si bien
mis en valeur sur "Montmartre. secret".



Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche