Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 17:19
Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

     Il n'est jamais trop tard pour découvrir un grand artiste oublié! Voilà un homme exceptionnel, un artiste profond et original dont j'ignorais l'existence, je l'avoue.

 

Déjà, quelques mois après sa mort on pouvait lire : "Dorignac est mort. N'organisera-t-on pas une rétrospective? Ce serait une révélation pour beaucoup de gens qui n'ont pas su voir les œuvres de ce bel artiste." (Le Rapin, Comoedia, 1926)

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

Une révélation? Ce le fut pour moi et pour les trop rares visiteurs de l'exposition "Corps & âmes".

     Il faut dire que l'affiche est ratée. Une figure noire tronquée sur fond rouge… qui ne respecte pas le fond blanc original et la force de l'œuvre.

 

Le choc pour moi a été la rencontre avec les œuvres noires. Leur modernité m'a sauté au visage. Il y a dans leur ombre qui apparaît d'abord massive, une richesse de détails qui se révèle  peu à peu et laisse filtrer une lumière intérieure, comme à travers des feuillages nocturnes.

 

     Georges Dorignac (1879-1925) a vécu quelques années à Montmartre, au 22 rue du Chevalier de La Barre.

Le 22 aujourd'hui. (reconstruit après les bombardements de la 2ème guerre.)

Ses premières toiles sont encore marquées par l'impressionnisme. Il peint Céline sa compagne et leurs filles. On pense à Renoir mais déjà on sent dans ces visages une gravité presque sacrée. Le portrait de Georgette, une de ses filles a quelque chose d'une princesse de Vélasquez. 

                                Portrait de Georgette (1916)

    On ressent dans ses portraits une attention exigeante à ses modèles, une volonté de rendre leur beauté, non pas seulement celle du corps mais encore celle, secrète et discrète de l'âme.

La famille (1906)

La famille (1906)

Il aime peindre sa compagne Céline qui a déjà une fille de 5 ans, Suzanne, lorsqu'il la rencontre, avec qui il aura trois filles. Ils formeront tous les 6 une famille aimante, unie dans l'adversité, une petite constellation de tendresse et de confiance.

 

Georges Dorignac, Céline et les 4 filles.

Georges Dorignac, Céline et les 4 filles.

     Après la période colorée, vient la période du noir qui correspond à l'installation du peintre à la Ruche, à Montparnasse, où il est accueilli après la rude épreuve qu'a été le vol de toutes ses œuvres. Il est ruiné mais poursuit son travail, soutenu par ses proches. Le voleur est un escroc qui s'empare des toiles et des dessins pour les signer d'un peintre coté et les vendre au meilleur prix. Par malheur il n'a pas été trouvé trace de ces œuvres disparues.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

Les portraits noirs sont ce qu'il y a sans doute de plus original et de plus novateur dans l'œuvre de Dorignac.

Certains parleront d'influence de la statuaire egyptienne ou khmère. Peut-être, mais ce qui frappe, c'est cette "matière" qui semble dense, taillée dans le granit, et qui cependant porte vers la lumière, montée des profondeurs, une humanité vulnérable.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

L'influence de Rodin est manifeste dans certains "masques" qui évoquent par exemple le visage d'un bourgeois de Calais, Pierre de Wissant...

Rodin. Pierre de Wissant.

Rodin. Pierre de Wissant.

    Dorignac parvient à donner sur une surface plane cette épaisseur charnelle des sculptures.

 

"Dans ses dessins, Dorignac creuse dans la profondeur des corps comme le sculpteur dans la masse des pierres." Gaston Meunier du Houssoy.

                            Rodin

                          Dorignac

 

                               "Dorignac sculpte ses dessins." Rodin.

Les hâleuses

Les hâleuses

     A la même époque, Dorignac qui a beaucoup admiré Millet et sa manière respectueuse et quasi religieuse de représenter les paysans, les dessine avec un trait fort et précis, tout entiers requis par leur tâche. Bien qu'il y ait chez lui une grande précision anatomique, on pense aux figures cernées de plomb des vitraux.

.

.

 

Il y aurait beaucoup à dire encore sur les œuvres nombreuses de l'exposition.

Comme par exemple la représentation inattendue des danseuses, non comme des créatures de légèreté et d'envol mais des  athlètes, des forces concentrées prêtes à se libérer.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

     Quand la guerre éclate, Dorignac est mobilisé mais (comme Poulbot) il est réformé, à cause d'une maladie osseuse. Il est de santé fragile et opéré d'un ulcère à l'estomac, c'est des suites d'une opération abdominale qu'il mourra en 1925.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.
Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

     Mais il ne cesse de peindre, comme s'il était conscient de l'urgence. La dernière partie de l'exposition montre l'évolution de Dorignac vers un art sacré. Il commence à avoir du succès, la vie matérielle est alors plus facile et il reçoit des commandes.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

    La Vierge à l'enfant, projet pour une mosaïque, n'est pas sans rappeler l'art roman ou l'art byzantin. Le hiératisme des personnages n'est pas austère, il est transformé par le rayonnement des auréoles qui semble vibrer pour atteindre le spectateur.

Détail du carton "La Vierge et l'enfant".

Détail du carton "La Vierge et l'enfant".

Jeanne d'Arc écoutant les voix

Jeanne d'Arc écoutant les voix

     En 1918, en pleine guerre, il crée pour une tapisserie cette Jeanne d'Arc dont l'auréole est illustrée par ses exploits guerriers qui mettent l'ennemi en fuite.

Son style a changé, il se réfère à la tradition, aux tapisseries du Moyen-Âge. Dans un jardin clos ou paissent les agneaux, les fleurs symboliques s'épanouissent : le lys, pureté de la sainte, l'œillet, l'amour divin.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

     Jeanne est assise entre l'arbre de la vie et celui de la connaissance du bien et du mal. Elle écoute les voix qui lui ordonnent de combattre l'ennemi. Notons que Dorignac, sensible dès le début à la dimension sacrée de l'art était agnostique. 

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

Ses créations plus amples sont destinées à l'art décoratif, mosaïques tapisseries, vitraux. Comme ces "Biches", projet fait sans doute pour un mur ou un plafond.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

 

Sur un fond de fleurs et d'oiseaux, tapis de Perse, enluminure, les cervidés sont accompagnés dans leur mouvement de tendresse par les branches qui font une arcade protectrice au-dessus d'eux.

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

Parmi ses dernières œuvres, montrant sa curiosité pour les spiritualités orientales, il peint un mandala où  se retrouvent au centre les 4 continents et autour, les symboles des principales religions : croix, étoile de David, bouddha, croissant, vache sacrée... 

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

… et il n'oublie pas d'y insérer des dessins de femmes qu'il a réalisés une dizaine d'années plus tôt, comme si c'était lui-même avec son œuvre qui prenait place dans l'univers qui continue de tourner et d'entraîner avec lui l'humanité.

 

     Dorignac meurt en 1925. Il a 46 ans. On aimerait que cette exposition réalise la prophétie écrite en 1928 :

"L'œuvre qu'avait réalisée Georges Dorignac demeure, et de jour en jour elle se classe, conquérant la place définitive qui lui est assignée dans l'histoire de l'Art Contemporain." (le Carnet d'un curieux. Galerie Marcel Bernheim)

Georges Dorignac. Musée de Montmartre. Exposition. Mars-septembre 2019.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Modigliani 27/05/2019 23:04

Bonsoir Chris je voudrais ajouter que Georgette , la fille de georges Dorignac, a epousè le frère de jeanne Hebuterne il vero amore di Modigliani.
Merci grazie mille Christian!baci

chriswac 28/05/2019 09:19

C'est exact. Ces artistes d'exception se connaissaient et se reconnaissaient. Bises.

Malouine2 30/03/2019 17:24

Oui c'est une découverte vous avez raison et je m'étonne moi aussi de n'avoir jamais entendu parler de ce peintre. J'espère avoir l'occasion d'aller à Paris. Peut-être est-ce la grande différence entre les premiers tableaux, les noirs, les sujets décoratifs qui explique cet oubli, comme si on avait du mal à concevoir de telles évolutions.

chriswac 01/04/2019 12:52

Oui je crois que vous avez raison mais on n'a pas la même attitude devant Picasso par exemple alors qu'il y a peu de similitude entre la période bleue par exemple et la période cubiste!

Joel 29/03/2019 23:47

Votre commentaire me donne envie d'aller voir l'expo. En plus le musée de Montmartre est un bel endroit. Un peintre dont j'ignorais l'existence même. Moi qui aime la peinture, ça me donne envie. Merci de nous faire découvrir des artistes dont on ne parle plus beaucoup. Et surtout continuez.

chriswac 01/04/2019 12:54

Vous ne serez pas déçu. De plus l'expo est très bien faite, bien documentée, claire et espacée (ce qui est rarement le cas des expos dans ce musée sous-dimensionné).

Nell 29/03/2019 15:55

Je suis enthousiasmée par ce peintre, que je ne connaissais pas du tout. Sa dernière toile résume à elle seule, toute la beauté de son âme (c'est mon avis) Un grand merci de nous avoir fait connaître ce talentueux créateur. Excellent week-end pour toi

chriswac 01/04/2019 12:55

L'intérêt de nos blogs c'est que nous avons l'occasion d'échanger nos découvertes et nos admirations. Biz.

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche