Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 07:13
Le vieil homme et sa chatte. Poème pour Pedro.

 

Le vieil homme et sa chatte

 

 

 

Il la tient contre lui  La serre sur sa poitrine

Elle est chaude et calme et abandonnée

Elle dort enfin  Elle dort  C’est ça  Elle dort

Elle ne se réveillera pas la nuit avec une plainte qui fait trembler le rayon de la lune

Entre les rideaux rouges

Elle dort contre lui  Il ferme les yeux  Il sourit

 

Il craignait ce moment  Il l’attendait depuis le jour où il était tombé sur le carrelage

Il était resté là conscient et immobile avec contre son visage la petite tête inquiète

Le museau contre sa joue  Le ronron dans les oreilles

Elle ronronnait  Elle était là  Elle ronronnait

Elle disait  Réveille-toi  Je suis là  Je suis près de toi  Ne pars pas

 

Il était parti mais pas pour de bon  Parti pour l’hôpital

Trois semaines à l’hôpital  Quand il était revenu elle était derrière la porte

Une voisine l’avait nourrie

Une voisine gentille qui n’aimait pas les chats et ne savait pas qu’ils ont besoin de paroles

Dans n’importe quelle langue mais des paroles des vraies qui disent les choses simples

Ne t’inquiète pas  Il va revenir  Il pense à toi  Tu es belle

 

Il avait changé  Il marchait avec une canne  Il dormait souvent

Il n’utilisait plus qu’une main  C’était la main des caresses

Les sons qui sortaient de sa bouche étaient différents

Elle les comprenait  Elle n'en perdait pas une miette

Tous les deux s’aimaient à vivre  Ils regardaient la même télé  Lui dans le fauteuil

Elle sur ses genoux  Elle ronronnait comme un ventilateur

Ils mangeaient à la même heure

Lui sur sa chaise Elle sur la table

 

Quel âge avait-elle  Quinze ans peut-être

Dans les refuges on connaît mal le passé des chats qu'on ramasse

A moitié morts sur le trottoir

Son âge à lui il le savait  Depuis ses soixante ans il feignait de l’ignorer

85 ans c’est un âge considérable pour un jeune homme qui avait essayé

Comme un poète romantique de se tuer à 24 ans

 

Maintenant il désirait vivre 

Aller quelques centimètre Quelques secondes plus loin qu’elle

Pour être là le jour venu

Pas question de mourir avant elle

Pas question de laisser des hommes avec des gants de cuir la saisir

Elle  la précieuse au poil soyeux aux narines roses

Aux yeux dorés bordés de mascara

 

Il la caressait avec une délicatesse de brume

A peine il effleurait la boule sur son cou

La boule qui grossissait

Une mandarine  C’était une mandarine

Impossible d’opérer a dit le véto  Il n’y a rien à faire

Il regardait grossir la boule  Serpenter les fines craquelures sur la peau

Il était terrifié  Il était rassuré

Il vivrait plus longtemps qu’elle  Il serait là le jour venu

 

La nuit il se levait quand sa plainte faisait trembler le rayon de la lune

Entre les rideaux rouges 

Il la prenait contre lui  Il chantait

C’est comme ça qu’elle est partie Poliment

Elle est partie avant lui  Avec délicatesse

 

Il sourit en se couchant sur le carrelage

Il est heureux  Il a chaud 

Il la serre fort contre lui

Personne ne pourra l'arracher

Il ferme les yeux Il dit merci à la vie

C’est comme ça

Et c’est bien

 

Le vieil homme et sa chatte. Poème pour Pedro.
 



THE OLD MAN AND HIS CAT

 


A poem for Pedro

(Translation by R.G. Brito-Santalo of Le vieil homme et sa chatte, written by Christian Wacrenier.

He holds her close
Sweetly over his breast
She is warm and calm with abandon
She sleeps finally
She sleeps
That’s all
She sleeps
She will never wake up
Night was rising with a moan that made the rays of the moon tremble
Amongst the red curtains
She sleeps close to his heart
He closes his eyes
And smiles

He feared that moment
He expected it since the day he fell on the tiled floor
He lay there
Conscious but paralyzed
The small worried head against his face
Her muzzle against his cheek
Purring against his ears
Purring
She was there
She purred
Saying
Wake up!
I am here
I am next to you
Do not leave

He was gone but not for long
Taken to the hospital
A three week stay
Upon his return she waited behind the door
A good neighbor who did not love cats and who didn’t know they need words
In any language but words that mean simple things
Don’t worry
He’ll be back
He’s thinking of you
You are pretty

He had changed
Walked with a cane
He slept often now
Used only one hand
His caressing hand
The sounds from his mouth were different
But she knew what he meant
She did not miss a beat
Both loved life
Both watched TV together
He in his favorite chair
She on his lap
Her purring sounded like a fan
Both ate together
He in his chair
She on the table

How old she was no one knew
Perhaps fifteen
At the animal shelter no one knew the history of the rescued cats
Half dead on the sidewalk
He knew his own age
Although after his sixtieth birthday he tried to ignore it
85 a ripe old age for a man who at 24 tried to kill himself
Imitating some Romantic poet

He desired to live now
Go at least an inch more
Several seconds longer than she
To be there when the fateful day arrives
Perish the thought of dying before her
Perish the thought of letting men with leather gloves lift her up
The beautiful one with silky fur and pink nose
The one with golden eyes lined with mascara
He caressed her delicately with the softness of mist
Tenderly touching the ball on her neck
An ever-growing ball
A mandarin
It was a mandarin
The vet declared it could not be operated
Couldn’t be done
He gazed at the growing ball
A crawling serpent on her skin
He was terrified
He was reassured
He would live longer than her
He would be there on that fateful day

Night was rising as her moaning made the rays of the moon tremble
Amongst the red curtains
He held her sweetly against his breast
He sang
Just like that she was gone
Quietly
She was gone in front of him
Delicately

He smiled as he lay down on the tile floor
He is content
He is warm
He holds her tightly against his breast
No one will snatch her
He closes his eyes
He thanks life
Just like that
It is good





TRADUCTION de R.G.  Brito-Santalo

 
 
  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Robert Brito-Santalo 28/06/2017 23:18

Chris, Merci!
robert

Nell 25/06/2017 13:58

Tu as réussi à m'arracher des larmes, Christian. Je ne peux continuer...Merci.

chriswac 27/06/2017 14:20

Nell au cœur tendre... au cœur de poète tout simplement... et de poète voyageur...

Luďka 25/06/2017 09:58

merci...

Palombe33 25/06/2017 08:53

Simple, beau, triste, serein, déchirant, rassurant, un texte à ne plus finir de résonner en moi. Un mal qui fait du bien au fond. Merci poète.

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche