Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 08:40
Rue Cauchois.  Montmartre.

C'est une jolie rue de Montmartre, calme et quasi provinciale à deux pas de la nerveuse rue Lepic et de la très branchée rue des Abbesses!

Rue Cauchois.  Montmartre.

Comme bon nombre de ses consoeurs montmartroises, elle doit son nom au propriétaire qui fit lotir ses terrains dans la deuxième moitié du XIXème siècle.

L'ancienne impasse Cauchois qui fait partie aujourd'hui de la rue.

L'ancienne impasse Cauchois qui fait partie aujourd'hui de la rue.

Il existait une impasse qui portait son nom et qui fut absorbée par la rue lorsqu'elle fut prolongée. Cette impasse n'a que des numéros impairs, elle est comme une excroissance de la rue qui après cette hernie, poursuit son chemin jusqu'à la rue Constance et l'Impasse Marie Blanche.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Courte rue mais grand passé.... Sur ses 133 mètres de nombreux personnages plus ou moins célèbres ont vécu...

Rue Cauchois.  Montmartre.
Rue Cauchois.  Montmartre.

Au commencement, rue Lepic, se trouve le Café des deux moulins que le film Amélie Poulain a fait connaître au-delà de nos frontières. Il n'est pas rare de voir des Japonais, souriants et émus, y faire de selfies...

Rue Cauchois.  Montmartre.

Au 4, jouxtant les 2 Moulins, il y eut au début du XXème siècle un bar-hôtel dont une photo garde le souvenir, avec le sourire des marchandes de fleurs faisant une pause avant d'escalader la Butte et de proposer aux passants leur bouquets.

Le 3

Le 3

Au 3, petit immeuble sans éclat, le peintre Amédée Buffet (1869-1934) eut son atelier.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Oublié aujourd'hui, il connut le succès et reçut des commandes nombreuses. Avec son frère Paul, il fut chargé de remplacer les toiles de Goya qui avaient été détruites dans la Chartreuse espagnole d'Aula Déi. Le fantôme du génial Espagnol ne le paralysa pas tout à fait!

Pour preuve de son renom, on le trouve dans la délégation envoyée officiellement pour représenter les artistes français à l'Exposition Universelle de 1905, aux côtés de Renoir, Sisley et Monet!

Le 7

Le 7

Le 7 se protège derrière de hauts murs qui abrite une villa du XIXème classée. C'est là que vécut pendant 35 ans, le commissaire Bourrel, le fin limier de l'émission télévisée "Les 5 dernières minutes".

"Sur le Banc". Souplex et Sourza.

"Sur le Banc". Souplex et Sourza.

Raymond Souplex (1901-1972) commença comme chansonnier et se produisit souvent au Théâtre des Deux Ânes sur le boulevard voisin.

Peu à peu s'effacera son souvenir tant il est vrai qu'il ne brilla jamais dans des chefs d'œuvre.

On le connaît encore un peu pour avoir été le clochard de "Sur le Banc" avec sa complice, Jane Sourza.

On oubliera peut-être aussi qu'il répondit à l'invitation du Reich et alla à Berlin en 1943, tous frais payés, représenter la chanson française. Ce qui lui valut un blâme à la Libération.

Il ne fut pas le seul dans le convoi dont Piaf et Viviane Romance faisaient partie...

Le 10.

Le 10.

Le 10 est un somptueux immeuble aux larges fenêtres et au décor 1900-bourgeois (par opposition au 1900-artiste de Guimard).

Rue Cauchois.  Montmartre.

Pendant quelques années de sa courte vie, un des écrivains de théâtre les plus audacieux et les plus torturés y vécut.

Il s'agit de Bernard-Marie Koltès (1948-1989) dont Patrice Chéreau mit en scène quelques pièces.

Joué dans le monde entier et toujours actuel, il  a été frappé en pleine créativité, emporté par le SIDA.

Parmi ses pièces les plus représentées, on compte "Combat de nègre et de chiens" ou "Dans la solitude des champs de coton".

La pierre blanche de la tombe de Koltès.

La pierre blanche de la tombe de Koltès.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Il est enterré à une centaine de mètres de la rue Cauchois, cimetière Montmartre...

A gauche, au fond de l'ancienne impasse, le 11...

A gauche, au fond de l'ancienne impasse, le 11...

Le 11 est aujourd'hui une maison au style architectural affirmé, manifeste du "rationalisme" des années vingt, à la fois fonctionnel et original. (seul bâtiment classé de la rue avec le 7)

Mais... ce n'est plus le nid d'amour, détruit, d'un couple hors normes, d'un homme et d'une femme exceptionnels qui s'aimèrent jusqu'à ce jour de 1922 où ils quittèrent ce monde, non pas sur la butte, mais à la montagne... à Chamonix.

Il s'agit de Marcel Sembat et Georgette Agutte.

Il serait prétentieux de vouloir retracer la vie et le destin de ces deux amoureux! Simplement rappeler que Marcel Sembat (1863-1922) que beaucoup ne connaissent que par la station de métro, ligne 9, la rue et le square du XVIIIème, fut un grand humaniste, un socialiste de conviction et de cœur, adepte de la transparence, hostile aux privilèges que s'octroient les puissants.

Il fut un des initiateurs de la Loi de séparation des églises et de l'Etat, que certains beaux esprits remettent en cause aujourd'hui!

Il fut ministre des Travaux Publics en 1914... Il adhéra à la Franc Maçonnerie et créa à Montmartre la Loge de la Raison.

Il fut également un passionné d'art et notamment de peinture, défenseur des Fauves, ami et admirateur de Matisse. Il écrivit sur ce peintre la première monographie connue.

Il meurt d'une hémorragie cérébrale en 1922 à Chamonix

 

Rue Cauchois.  Montmartre.
Rue Cauchois.  Montmartre.

Georgette Agutte est un peintre qui apprit  de Gustave Moreau la liberté et l'audace, se lança de toute sa conviction dans la combat du fauvisme.  Elle était collectionneuse et possédait une collection remarquable, de Matisse notamment.

Après un premier mariage, elle rencontre Marcel Sembat. Ils se ressemblent, partagent le même idéal de justice, de paix, le même goût pour l'art libre et audacieux... Les Cahiers noirs de Marcel Sembat nous livrent sans fard, la force sensuelle et spirituelle de leur union.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Tous deux habitent 11 rue Cauchois. Ils vont souvent à Bonnières sur Seine où Sembat possède une maison familiale et à Chamonix où ils ont acquis un chalet, le "Murger".

Le jour où Marcel sembat meurt brutalement, Georgette Agutte après l'avoir veillé, écrit à son neveu :

"Je ne peux pas vivre sans lui. Minuit. Douze heures déjà qu'il est mort. Je suis en retard".

Elle se tire une balle dans la tête.

Rue Cauchois.  Montmartre.
Le 15

Le 15

Au 15, dans l'ancienne impasse, un autre peintre eut son atelier : Charles Bombled (1862-1927).

Charles Bombled. Cheval à l'écurie.

Charles Bombled. Cheval à l'écurie.

Né à Chantilly, il aimait les chevaux. Sa gloire relative lui venait de ses représentations nombreuses de militaires, de scènes de combats napoléoniens....

Rue Cauchois.  Montmartre.

prise de ConstantineMais aussi de sa participation à des journaux comme la caricature ou le Chat Noir.

Enfin, il participa au théâtre d'ombres avec ses tableaux en silhouettes de la conquête de l'Algérie.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Un bel immeuble original avec bow-windows fait l'angle avec l'ancienne impasse tandis que se succèdent côté impair de petites maisons avec jardinet qui donnent à la rue son aspect paisible et quasi provincial.

Rue Cauchois.  Montmartre.

Avant de quitter la rue Cauchois et ses fantômes, revenons au 15 où un autre peintre que Bombled vécut et eut son atelier.

Il s'agit de Léon Huber (1858-1928).

Cet homme étonnant, bon vivant, humaniste, poète et soucieux de venir en aide aux pauvres gens de son quartier à qui il offrait chaque matin un repas, avait une passion : les chats!

Rue Cauchois.  Montmartre.

Grün, un de ses fidèles amis, l'a caricaturé, à moitié métamorphosé en chat, en train de peindre une toile à l'aide de sa queue-pinceau!

Rue Cauchois.  Montmartre.

Léon Huber mit en scène les petits animaux "domestiques" dans toutes les situations, les plus tendres ou les plus cocasses. Son style était classique, un tantinet mièvre. Mais il plut.

Aujourd'hui encore les chats de Léon Huber sont recherchés des collectionneurs et adorateurs des petits félins.

On ne peut quitter plus sympathiquement la rue Cauchois.... avec un grand miaou de reconnaissance à cet homme qui fut "artiste, violoniste, fumiste, jem'enfichiste"!

.... et à moitié chat!

 

Rue Cauchois.  Montmartre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

claire 23/02/2017 11:06

Encore une longue ballade dans cette rue qui elle, pourtant n'est très grande ;>) et dont presque tout est comment able - Que d'artistes ont logés là... Je retiens la triste fin des deux peintres Marcel Sembat et Georgette Agutte Une triste fin pour ces deux amants. Et bien entendu j'ai aperçut mon Thimy chez Léon Huber Un sacré vagabond mon chat LOL... J'ai raté l'épisode chocolat mais me suis vengée sur quelques tablettes Amitié. Claire

chriswac 24/02/2017 09:38

Sembat est plutôt un homme politique (loi de séparation) mais il est vrai qu'il aimait la peinture et surtout Matisse que tu as la chance de pouvoir admirer à Nice.
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CAUDRON 22/02/2017 18:16

Merci , votre réponse m'a permis de réécouter la belle chanson "l'affiche rouge" de Monique Morelli . Pour Mac Orlan, je vais demander une correction sur le site incriminé . Quant à votre prochain article sur la rue Constance , je voulais vous demander de faire un crochet dans l'impasse Marie-Blanche, or je me suis aperçu (sur le net et pas in situ !) que je suis en retard car vous avez déjà écrit un article sur l'ancien hôtel de l'Escalopier ! Bien cordialement

chriswac 24/02/2017 09:37

En réalité j'apprécie beaucoup vos remarques qui me permettent souvent ce corriger des erreurs. Morelli a enregistré des disques entiers avec des textes d'Aragon, Corbière, Villon, Ronsard, Couté, Rictus, Carco, Bruant, Mac Orlan.... Un régal! Pour l'erreur sur Mac Orlan, je crois qu'elle vient de l'emplacement du 14 rue Constance qui est la continuité apparente de la rue Cauchois. Ces deux rues ne filent pas droit mais font chacune un angle droit qui désoriente!
Amitié

CAUDRON 20/02/2017 16:03

Bonjour , vu la richesse de votre documentation sur cette petite rue , je n'ose pas penser que vous ayez oublié au 14 la demeure de l'écrivain Montmartrois Pierre Mac Orlan. Ou alors vous prévoyez déja une suite, tellement le sujet est vaste... Roland Dorgelès dans son livre "Bouquets de Bohème" lui consacre un chapitre entier ! Bien cordialement.

christian 20/02/2017 19:36

Bonjour!
Le 14 rue Cauchois est indiqué par certains site comme ayant été pendant 4 ans l'adresse de Mac Orlan. C'est une erreur. D'abord parce qu'il n'y a pas de 14 rue Cauchois (le dernier numéro est le 12) ensuite parce que c'est au 14 rue Constance (voisine) qu'il acheta un entresol qu'il n'apprécia pas beaucoup et qui fut son dernier domicile montmartrois avant sa retraite définitive à St Cyr sur Morin. Je mentionnerai ce passage de Mac Orlan rue Constance avec d'autant plus d'intérêt et de plaisir qu'il y reçut régulièrement mon ancienne voisine de la rue Paul Albert, ma grande admiration, Monique Morelli!
Je suis flatté d'être lu si attentivement et je vous retrouve avec plaisir chaque fois.
Cordialement (très)
Christian

Nell 19/02/2017 20:29

Une impasse qui donne l'envie de venir errer dans les ombres que l'on devine, Christian. Un bien bel endroit. Reçois mes amitiés. A bientôt.

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche