Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 14:46

saint-jean-004-copie-1.jpg

 


saint-jean-015.jpg

 

 Cette belle journée d'automne invite à la balade dans un Montmartre toujours surprenant. Je rends visite à une vieille dame du début du siècle dernier, une vieille dame que je n'avais jamais vraiment regardée, l'ayant vite jugée disgracieuse et de peu d'intérêt.  Il est temps pour moi de lui rendre justice et de la regarder vraiment. L'église Saint-Jean est aujourd'hui au coeur d'un quartie branché très différent de ce qu'il était quand fut décidée la construction de l'édifice. La seule église de Montmartre était alors Saint-Pierre, perchée au sommet de sa butte et dont l'état était si pitoyable qu'elle dut être fermée au culte sur ordre de la Préfecture. Aucune restauration n'était alors prévue et il fallut donc envisager la construction d'une nouvelle église, d'autant plus nécessaire que la population s'était accrue et était devenue l'une des plus denses de Paris depuis le décret d'annexion de Montmartre à la capitale par décret de Napoléon III en 1859.

saint-jean-033.jpg

 Etrange église en vérité dont l'architecte, disciple de Viollet le Duc, était en son temps révolutionnaire. Il prônait l'utilisation des matériaux modernes comme la fonte ou le ciment armé et n'appréciait en rien les tendances architecturales à la mode, marquées par les sièces précédents et soucieuses de respecter des règles classiques. Il admirait par contre un Baltard, génial architecte des Halles détruites sous le règne d'un certain Pompidou qui se piquait d'être un homme de goût et qui n'eut aucun scrupule, pour adapter Paris à la bagnole (comme il disait) de transformer les voix sur berges en autoroutes et le coeur palpitant de Baltard en forum mercantile et foutraque.  Anatole de Baudot donc, l'architecte de Saint-Jean, était un homme socialement engagé, libre penseur et rationnaliste qui tenait à promouvoir une architecture sociale liée aux progrès de son temps. Citons parmi ses réalisations le lycée Victor Hugo dans le Marais, le lycée Lakanal à Sceaux, le théâtre et le lycée de Tulle...
Il va donc utiliser le ciment armé et non le béton qui deviendra la règle par la suite. L'édifice apparaît grâce à cette technique comme un monolithe, un seul bloc où tout est solidaire, les murs ne supportant aucune charge mais étant un remplissage entre les piles.

 
saint-jean-007.jpg

Mais Baudot était aussi sensible à la mode orientaliste de son époque et les pastilles de grès coloré commandées à Bigot, fixées sur le ciment encore frais, évoquent toutes proportions gardées les céramiques bleues des mosquées persanes, un décor d'écailles et de miroirs... Des anges Art nouveau s'envolent immobiles dans leurs ailes de grès.

saint-jean-005.jpg

       C'est un fort contraste avec le ciment et les briques que cette mosaïque bleutée et vibrante qui évoque la danse de Salomé et le miroitements des étoffes orientales!  L'intérieur de l'église peut surprendre par l'aspect gris vert des murs. La lumière cependant s'invite par les immenses baies des vitraux. Le vitrail du choeur est assez fade mais tous les autres dus au maître-verrier Jac Galland d'après des dessins de Pascal Blanchard sont remarquables de précision et de couleurs. 48 vitraux curvilignes sont dédiés à Marie.


saint-jean-029.jpg

    Celui-ci nous montre la bête de l'apocalypse terrassée par la Vierge symbolisée par les lys. Parmi les autres vitraux, de part et d'autre du buffet d'orgue, nous découvrons les cavaliers de l'Apocalypse .


saint-jean-020.jpg

saint-jean-031.jpg

      Nous avons en haut le cheval du quatrième sceau : "C'était un cheval blême. Celui qui le montait, on le nomme "la mort". Pouvoir lui fut donné sur le quart de la terre pour tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre."

En-dessous, c'est le cheval rouge du deuxième sceau : " Alors surgit un cheval rouge feu. A celui qui le montait fut donné le pouvoir de ravir la paix de la terre pour qu'on s'entretue et il lui fut donné une grande épée."

Les vitraux de la nef représentent entre autres, la multiplication des pains et Jésus et la femme adultère.

saint-jean-025.jpg

 

saint-jean-026.jpg

                                                     La multiplication des pains.

saint-jean-028.jpg

                                                     Jésus et la femme adultère.


 La femme se croit condamnée et se cache le visage tandis que Jésus dessine sur le sol et qu'autour de lui la foule se prépare à jeter des pierres pour massacrer l'accusée. C'est un beau passage de l'Evangile où sont renvoyés ceux qui jugeaint et voulaient tuer sans état d'âme celle qui avait aimé.
De nombreuses peintures ornent les murs de l'église. Elles ne sont pas au mieux de leur forme. tout un esemble était prévu dont seule une petite partie fut réalisée. Elles se détachent à peine de l'ombre et semblent environnées de brumes.

saint-jean-022.jpg

 Saint Jean et son aigle me montrent la direction de la sortie. J'allume une petite flamme pour tous ceux que j'aime et je rentre à la maison par la place des Abbesses où m'accueille un sympathique soleil!
saint-jean-010.jpg

 

lien : Saint Jean de Montmartre. L'autel d'Anatole de Baudot.

 

...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche