Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 06:44

          Rappelez-vous Nosferatu de Murnau et le fameux passage de la réalité au fantastique : Passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre...

          En ce juillet ensoleillé pas question d'errer sur les landes brumeuses;  je vous propose de franchir un autre viaduc qui vous mènera sur une île où les fleurs essayent de rivaliser avec la surpopulation estivale.

                      Passé le pont, les roses trémières viendront à votre rencontre
....


                                                                                                                                




       Dès l'arrivée, avant même d'atteindre la première ville, le Château d'Oléron, vous les verrez sur le bord des routes, devant les cabanes ostréicoles, sur les talus....Roses, mauves, violettes, blanches, jaunes ou presque noires, elles sont chez elles de juin à septembre et semblent ignorer quelque temps encore le piétinement des promoteurs, le martèlement des touristes, le vrombissement des 4x4....




 Les spécialistes vous citeront le véritable nom de cette étrange fleur; ils vous diront qu'on la nomme Alcea Rosa ou Althaea Rosea. Les amoureux des mots vous affirmeront que son véritable nom, altéré au fil des ans n'est autre que Rose d'Outremer. La fleur serait venue dans les cales des croisés avec bien d'autres plantes et bien d'autres trésors.




 Elle a reçu d'autres noms comme passerose, primerose ou bâton de Jacob et parfois les enfants l'appellent rose crémière. Elle fut un certain temps utilisée par les teinturiers qui en tiraient une teinte violine un peu triste mais aujourd'hui elle n'est d'aucune utilité marchande; elle monte vers le ciel pour l'amour du geste et l'éclosion de ses corolles.






 Les poètes aiment cette fleur sauvage dont les racines s'accrochent aux cailloux et dont les pétales se déploient sur le ciel. Gérard de Nerval lui ouvre un de ses poèmes les plus mystérieux des Chimères, poème d'amour et de mort : Artemis :

               Celle que j'aimais seul m'aime encor tendrement (...)

                   La rose qu'elle tient c'est la rose trémière.




 C'est elle encore qui entraîne la métamorphose de la femme étrange d'Aurélia :


                        La dame que je suivais développant sa taille élancée dans un mouvement qui faisait miroiter les plis de sa robe de taffetas changeant, entoura gracieusement de son bras une longue tige de rose trémière puis elle se mit à grandir sous un clair rayon de lumiére...


  
    En ce Juillet un peu frisquet, elles sont plus belles que jamais. Il faut se hâter de les saluer au passage car très vite elles se dessécheront, leurs feuilles appréciées des bestioles de toutes sortes se transformeront en dentelles, leurs fleurs tomberont, leur hampe jaunira et fléchira.... Elles auraient pu inspirer Ronsard qui leur préféra la rose classique pour nous inviter à jouir du moment présent!






  Mais qu'il est beau ce moment fugitif où nous sommes vivants dans le soleil, avec les chats, les oiseaux et les roses trémières....







 

 

 

lien :
Le Grand Village Plage Oléron début mai.

Oléron. Roses trémières. Saint-Trojan. (2)

Oléron. Roses trémières. (1).

Poème : Rose trémière. Oléron.

 

..................................................................................................................................


















  




















mm

Partager cet article

Repost 0
Published by chriswac - dans OLERON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche