Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 10:10

 

martyrs navarin2

rue-des-martyrs-137.JPG

A l'angle avec la rue de Navarin, un bel immeuble construit en 1903 par les archiectes Emile Charlet et henri Michel donne une idée de la transformation du quartier au début du XXème siècle... 

rue des martyrs 049

Il offre un bel exemple de l'Art Nouveau "bourgeois" qui fait la synthèse entre une plus grande souplesse des façades et une tradition hausmannienne.

rue des martyrs 052

                                                                    détail du 39

rue-des-martyrs-140.JPG

                                                             ensemble du 41 au 47

L'ensemble des 41, 43, 45 et 47 est classé. Il est intéressant à plus d'un titre. Il faut l'imaginer débarrassé de la construction parasite sur la rue qui cache le jardin autour duquel il est construit.

martyrs_Balzac_05_SEPIA.jpg

En 1843 un dénommé Rognon, avocat et propriétaire des terrains entreprend la construction d'un premier immeuble de cinq étages carrés (le 41). L'architecte en est Jean Joseph Blot qui fait ici preuve d'originalité en concevant un plan différent de ceux qui étaient alors à la mode et qui organisaient les immeubles autour d'une voie privée (la Cité Bergère en est un exemple). C'est autour d'un jardin privatif et non d'une rue qu'il édifie ses immeubles, les deux ailes se terminant sur la rue par des pavillons carrés. 

rue-des-martyrs-047.JPG

                                                                                   Le 41

Blot (1813-1869) était un architecte voyer de la ville de Paris et il regrettait la trop grande densification de l'espace urbain. Avec cette réalisation rigoureuse et ouverte, il manifeste bien avant les écolos de tout poil son goût pour une ville qui respire.

martyrs-45-jardins.jpg 

                                                           Le jardin voulu par Blot

martyrs-45-jardin2.jpg

rue-des-martyrs-141.JPG

                                                                                Le 47

Au 47 ont vécu Laure de Surville, soeur de Balzac et son mari. Balzac toujours à la recherche d'un abri pour échapper à ses créanciers qui étaient à ses basques comme une meute de chiens de chasse, se réfugia plus d'une fois dans cette maison!

Le quartier est d'ailleurs marqué par sa présence. Au 23, comme nous l'avons vu, habitait son secrétaire et organisateur de soirées légères, Antoine Jan...

rue-des-martyrs-039.JPG

                                                                                    Le 49

Le 49 a été construit à l'emplacement de la maison de Géricault dont l'atelier était plus bas au 23. 

rue-des-martyrs-023.JPG

                                                                     Le 59

Au 59, à l'emplacement de la Cité Malesherbes, s'élevait l'hôtel du Président Lamoignon de Malesherbes (1721-1794). On connaît le rôle joué par cet éminent personnage qui tout en servant la monarchie partageait les idées et les aspirations des philosophes des Lumières. Bien que responsable de la censure royale, c'est lui qui prévint  secrètement Diderot quand le Parlement ordonna la saisie de tous ses manuscrits.

Diderot affolé ne sachant où les cacher, les confia à Malesherbes qui les conserva chez lui.

martyrs-malesherbes.jpg

Malesherbes eut le courage d'accepter de défendre Louis XVI lors de son procès. La Terreur ne l'oublia pas puisqu'il fut arrêté avec toute sa famille. Sa fille et son mari, sa petite fille et le sien, sa soeur aînée furent guillotinés avant lui.

Le jour de son exécution, alors qu'il trébuchait en sortant de son cachot, il soupira : "Voilà un mauvais présage! Un romain serait rentré!"

rue-des-martyrs-020.JPG

L'impasse édifiée sur les terrains de l'ancien hôtel porte son nom : Cité Malesherbes.

rue-des-martyrs-144.JPG

                                                                       avenue Trudaine

martyrs-trudaine.jpg

La large avenue Trudaine donne dans la rue des Martyrs....

 

rue-des-martyrs-009.JPG

Il nous reste à passer devant le lycée Edgar Quinet....

martyrs-quinet.jpg

Il était à sa création en 1892 une école de jeunes filles et ce n'est qu'en 1960 qu'il devint un lycée....

martyrs-quinet-2.jpg

Il fallut attendre encore14 ans pour qu'il s'ouvrît aux garçons !

martyrs-quinet3.jpg

Il a reçu son nom en 1893 en hommage à l'écrivain et homme politique qui s'était engagé pour l'éducation des filles et avait jeté les bases d'un enseignement national, obligatoire et laïque. Des idées plus actuelles que jamais !

rue-des-martyrs-016.JPG

rue-des-martyrs-011-copie-1.JPG

                                                            Le 65

Au 65, là où aujourd'hui il y a une boulangerie, s'ouvrait la boutique, plutôt la caverne d'Ali Baba du Père Soulié. Cet ancien saltimbanque, ivrogne 24 heures sur 24, y vendait de tout : couleurs, vieux meubles, brocante hétéroclite et foutraque.

martyrs-rousseau.JPG

Il achetait des toiles aux peintres de Montmartre afin de les aider. Ces toiles se retrouvaient sur le trottoir où il les proposait à d'autres peintres afin qu'ils les utilisent pour les recouvrir de leurs propres créations. Picasso fréquenta cette boutique et il découvrit dans l'amoncellement inextricable un tableau qu'il acheta sans hésiter et qu'il garda toute sa vie. C'était un portrait de femme du douanier Rousseau! 

rue-des-martyrs-007.JPG

                                                                          Angle du 65 et de la rue Stevens

Le Père Soulié qui se hasardait dans des paris plus ou moins truqués et qui avait des moeurs peu orthodoxes fut arrêté pour une affaire de pédophilie. Sorti de prison il ne survécut pas longtemps et il mourut à l'hôpital Lariboisière, en 1909.

 

rue-des-martyrs-003.JPG

                                                      La monstrueuse verrue, le Bouglione

Enfin la rue des Martyrs s'achève côté IXème par l'abomination des abominations, un consternant immeuble pesant et siniste, le Bouglione.

martyrs-lautrec-manege-1888.jpg

                              Manège. Lautrec (1888). Le cirque s'appelait alors Fernando.

Les spéculateurs ont détruit pour faire de l'argent, un des joyaux architecturaux du XIXème siècle, le cirque Médrano qui fut un des lieux les plus riches de la vie artistique montmartroise et où de nombreux peintres puisèrent leur inspiration.

martyrs-medrano.jpg

Les bâtiments eux aussi peuvent être des martyrs! 

martyrs-mdfrano-2.jpg

Vite, traversez le Rochechouart et retrouvez la rue des Martyrs côté XVIIIème où vous attend pour que vous vous y reposiez et repreniez des forces un Divan qui fut japonais et qui est aujourd'hui mondial!

martyrs-divan-du-mondedivan-du-monde-montmartre.JPG

......................................................................................................................................................................

Liens : rue des Martyrs :

Rue des Martyrs. Montmartre. (1) Côté XVIIIème arrondissement.

Rue des Martyrs. Montmartre (2). Côté XVIIIème.

Rue des Martyrs. Montmartre (3). Du 1 au 22.

Rue des Martyrs (4). Du 23 au 37.

..............................................................................................................

 

Montmartre:

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

Listes des liens des monuments et lieux typiques de Montmartre historique et moderne.

Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

Cimetière Montmartre. Classement alphabétique. Calvaire et Saint-Vincent.

......................................................................................................................................................................

 

..

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

B 21/07/2015 20:04

je vous invite à consulter ce site : https://bothorel.wordpress.com/
Cela concerne la rue de Navarin et la rue Victor Massé.

Cordialement.

PIERRE 15/01/2014 11:04


Bonjour,


oui j'ai plein de photos, notamment lorsqu'il était au beaux arts à Paris, en fait, il était un passionné de photographie, donc j'ai énormément de clichés de lui; je vais en sélectionner, il faut
que je fasse un tirage papier, mais je crois que mon père en a déjà numérisé quelques unes. Il était architecte à plein temps, sa passion pour l'astronomie l'a améné à se construire une coupole
astronomique sur sa maison de Montrouge, mais je crois que cette maison n'existe plus.


 


merci de votre réponse et à très bientôt


 


Pierre


0663475532

chriswac 16/01/2014 19:30



Merci beaucoup de toutes ces précisions dont je ferai mention si vous m'y autorisez en ajoutant la photo que vous aurez la gentillesse de m'envoyer. Vous dites qu'il était passionné de
photographie, a t-il photographié Paris? 


Cordialement


 



PIERRE 13/01/2014 23:19


L'immeuble de la rue des Martyrs (du 39 au 69), oui, en effet, construit par Emile Charlet, moin arrière grand père, né en 1872 pendant la commune de Paris; il était à la fois astronome,
architecte et violoniste.


Merci pour ce blog!


Pierre

chriswac 15/01/2014 10:54



Bonjour


Merci pour ces précisions qui donnent un peu plus de vie à la rue et à ses immeubles. Le métier à plein temps de votre arrière grand-père était-il architecte ou ne l'exerçait-il
qu'occasionnellement? Auriez-vous par chance une photo le représentant et que l'on pourrait publier si vous l'acceptiez dans l'article? Quoi qu'il en soit, je vous remercie pour votre passage sur
mon blog et votre aimable appréciation.



Barnabé 10/12/2013 19:26


Je suis assez vieux pour avoir assisté au dépeçage du Médrano. C'est une honte égale à celle de la destruction des Halles. Et nous avions un Président agrégé de lettres!

Solstice 10/12/2013 12:37


Dommage que les articles s'arrêtent là! j'y ai pris goût et j'aurais suivi cette rue avec vous pour guide jusqu'à la mer!

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche