Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 07:00


                                       Missou dan un jardin de l'Ardèche.

     Je n'ai d'elle que quelques mauvaises photos. Elle est venue dans ma vie comme un ange. Elle m'a redonné le goût d'exister et je l'aimerai jusqu'au Paradis.

      Un jour de printemps, un jour gris sur paris, je me sentais si las, survivant d'un amour catastrophe qui me laissait sur le trottoir, comme un mendiant sans espérance... j'avais été spolié, humilié, rejeté et mon vieux chat, mon compagnon, en était mort après quelques jours de terribles souffrances.

    Je ne sais ce qui, ce jour-là m'a guidé vers le refuge de Gennevilliers.


                      Missou à Montmartre. On voit déjà son ventre déformé par le cancer.

    Je l'ai vue, à l'écart, dans la grande pièce où sont réunis les chats en attente d'adoption. Elle était allongée sur une bûche et faisait semblant de ne rien voir. Un bout de langue rose sortait de sa bouche. C'est ce bout de langue qui m'a attiré. C'était drôle et touchant. Abandonné et pas sérieux.
   J'ai caressé la tête bigarrée. Aussitôt, un ronronnement incroyable s'est mis en route. Un de ces ronronnements à vous taper dans les oreilles comme des milliers de cigales.

   Tout geste de tendresse, tout regard bienveillant, je m'en rendrais compte un peu plus tard, déclencherait chez cette chatte ce ronronnement extravagant. Cet hymne au bonheur.


                    Missou comme chez elle dans les rues de Montguers dans la Drôme.

   Je lai adoptée. elle avait une fiche d'abandon. elle s'appelait alors Pirouette. Je l'ai baptisée Missou.Je l'ai ramenée dans mon petit deux pièces sous les toits. Elle en a pris possession sans hésiter. Elle en a fait sa demeure. Elle y a mis sa joie de vivre et son indolence.


                        Spectatrice de tous les repas. Ici en Bretagne.

      Mais elle était de santé précaire. Je m'en rendrais vite compte. Sa mauvaise haleine m'a fait comprendre pourquoi elle laissait dépasser sa langue. Ses dents étaient pourries. Le vétérinaire consulté m'a conseillé de la piquer. Il m'a dit qu'elle était en si mauvais état que je risquais de me ruiner pour rien. Je ne l'ai pas écouté. Elle a vécu huit ans.
    Elle a été débarrassée de ses vieilles dents. Elle n'en a pas gardé une seule!  Mais ça ne l'a jamais empêché de dévorer. Elle avait un appétit étonnant. Evidemment, je m'arrangeais pour lui préparer des mets onctueux qui ne nécessitaient aucun masticage... Elle adorait les asperges.  Les olives dénoyautées la rendaient folle.


                              Sur sa chaise préférée dans la cuisine, près du frigo.



    Je n'ai cessé de la soigner. Après les dents, un coryza et des problèmes respiratoires. Il fallait tenir sa cage d'osier au-dessus d'une eau bouillante où mijotaient des herbes... Jamais elle ne s'est plainte. Elle acceptait tout. Les pilules, les suppositoires, les traitements. 

   Quelle leçon! Moi qui avais un tel dégoût de vivre, moi qui ressassais sans cesse mes malheurs, je la voyais, amoureuse de la vie  malgré souffrances et abandons.

    Elle aimait tout le monde. Elle aimait tous les animaux. Quand elle a vu la chienne de ma mère, une rescapée des horreurs libanaises, elle l'a léchée. elle s'est pelotonnée contre elle. La chienne qui poursuivait tous les chats est devenue son amie. Elle chassait tout intrus qui la menaçait.


                                    Photo-montage devant un mur peint à Oléron.

Quelques anecdotes.

   Mon père n'aime pas les chats. Un jour dans sa maison d'Oléron, il pleurait, assis dans le canapé. Je suis resté immobile en surprenant Missou qui sautait sur ses genoux, se dressait sur ses pattes et lui léchait les yeux. Il s'est laissé faire. il a cessé de pleurer, il a refermé les bras sur elle. Elle a blotti sa petite tête sur son cou, en la remuant doucement. j'entendais de loin le fameux ronronnement. Je suis parti sur la pointe des pieds quand j'ai vu sourire mon père.

    Un été, nous avions loué une maison au nord d'Oléron. Missou qui ne craignait personne sortait à l'aventure. Le voisin, vers la fin des vacances, m'a dit que tous les jours, elle entrait dans sa villa, montait les escaliers, entrait dans la salle de bains qu'il laissait ouverte et le regardait prendre sa douche. Elle a bon goût car le voisin en question était très beau garçon!


                                     Photo-montage dans la Baie d'Along.

  Quand je l'emmenais en voiture, elle se couchait sur ma jambe gauche et n'en bougeait plus de tout le voyage. Elle pouvait ronronner pendant des heures. Quand nous arrivions, elle se dressait sur ses pattes pour me mordiller l'oreille, comme pour me féliciter de ma bonne conduite.


                               Je l'ai peinte sur les genoux de Nicole....

   Quand, quelques années plus tard, j'ai ramené à la maison Titiche, la petite chatte des terrains vagues qui s'était attachée à moi au point de s'installer dans la cour de mon collège de Saint-Denis et de m'attendre devant la vitre de la salle des profs, Missou lui a fait fête.
    Elle l'a accueillie beaucoup mieux qu'elle n'a accueilli ma femme. Le jour de mon mariage, elle a commencé à pisser sur le lit, là où l'intruse venait dormir. Il m'a fallu beaucoup de patience et de pédagogie pour l'en guérir.


                                           Toujours avec Nicole, sur la plage...

    Et puis Missou a eu un cancer de la chaîne mammaire. Elle a été opérée. Elle n'a cessé d'être douceur et joie malgré ses bandages et l'entrave qu'ils représentaient.

    Elle était apparemment guérie quand le cancer est revenu, plus vorace et foudroyant. Il a fallu l'euthanasier.


      Le jour de sa mort, je l'ai peinte au-dessus d'une poutre, accueillie par les anges-chats...

   Je pense à elle très souvent. Quand je me décourage ou que l'envie de me plaindre me reprend. Je pense à son simple courage de vivre, à son bonheur de rencontrer d'autres animaux, à l'accueil qu'elle faisait à chacun...

   Elle dort dans un beau jardin et je suis sûr qu'elle ronronne quand s'approchent d'elles les chats recueillis par mon frère Bruno.



              Elle est ici sur son fauteuil et dans le ciel, ronronnent Tio Tio et Cali qui l'ont précédée... 


...................................................................................................................................................................


Lien : Le Chapus. Chats. Rencontres...  

Liens: Chats. Poèmes, Art, photos....




... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou 07/12/2009 09:13


J'ai lu votre poème sur Missou. J'ai l'impression de la connaître grâce à votre article. Je pense qu'elle a aussi eu de la chance de vous rencontrer!


chriswac 13/12/2009 10:01


Merci.
J'ai eu de la chance aussi. Comme ont de la chance les humains qui partagent leur vie avec des animaux. 


kim 21/11/2009 09:57


J'ai une chatte tricolore qui lui ressemble et qui elle aussi est d'une douceur incroyable. J'ai l'impression que je ne pourrais plus être heureux sans elle. Très bel hommage à ce petit ange!


Galac' 15/11/2009 19:54


Quel bel hommage !
Tous les amoureux des chats ont dans leur coeur un poilu qui a partagé notre vie, nous apportant de grands moments de joies et de sérénité, puis qui s'en est allé au Paradis des Chats.
J'ai eu la chance d'avoir Catpats qui, comme toi, m'a réconcilé avec beaucoup de choses. Après 16 ans de partage elle s'est endormie.

Merci pour cet article magnifique.


chriswac 16/11/2009 09:42


Merci pour ton passage et le souvenir de Catpats (j'adore ce nom... Il me rappelle ce que j'écrivais pour mon premier chat, jamais oublié :"Pas à patte nous tissons notre vie").
Je t'envoie quelques pensées félines...


Flo 15/11/2009 15:10


Très belle histoire que celle de Missou. J'ai eu une chatte qui lui ressemblait. Elle était très douce et très affectueuse. Elle est "partie" il y a longtemps, mais je sais qu'elle est là tout près
de moi.Quant à Missou, il rest tous ces tableaux où elle apparait. Flo


chriswac 16/11/2009 09:48


Les tricolores sont les plus formidables des chattes. Et puis, c'est vrai, comme tous les chats, elles ne nous quittent jamais. Merci pour ta visite. A moi d'aller chez toi!
Amitiés.


Gotrekounette 15/11/2009 12:57


Ca magnifique hommage m'a fait couler des larmes, c'était très beau. Peut-être que Missou acceptera d'accueillir mon petit Wiki récemment décédé lui aussi.
La perte d'un ami fidèle est très douloureuse, courage, la petite Missou a eu beaucoup de chance de te connaitre.


chriswac 16/11/2009 09:54


J'ai vu ton petit wiki sur ton blog. Je suis sûr que Missou l'accueille.... Je l'ai même trouvée, un matin, endormie avec un petit mulot contre son ventre!
Tu sais que tous les êtres que nous rencontrons et aimons, restent liés à nous jusqu'à la fin et au-delà.



nolwenn 15/11/2009 07:26


Souvent les animaux nous apprennent à vivre. Cette petit-là a partagé un beau chemin avec vous...


Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche