Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 07:15


      Dans l'église N.D. de l'Assomption au Château, une grande toile se détériore saison après saison. Une large déchirure comme une plaie se soulève près de la partie inférieure du cadre.
Son auteur est inconnu et c'est peut-être la raison de cette déréliction.

 

     Et pourtant, l'oeuvre a plus de force que les figures convenues d'Omer Charlet, dans la même église.
Elle frappe dès l'abord par son intensité.
le rouge de la tunique étonne dans cette composition grise. Il est la seule couleur franche avec le jaune de l'auréole. Il est couleur de vie et de mort. Rouge du sang qui court dans les veines, rouge du sang qui se fige.

La croix est le sommet d'une composition pyramidale, dont le centre serait l'homme aux mains liées.



  La main du Christ effleure sa tête comme une caresse.
Le Christ est debout.
Il se penche légèrement vers l'homme dont le regard exprime l'angoisse et les lèvres fermées  la peur d'affronter la souffrance.
Le religieux qui lui parle à l'oreille et enserre son torse, tient contre sa peau nue une croix noire. Il paraît un peu inquiétant dans sa bure sombre, avec ce visage qui s'approche comme pour un baiser. Qui est-il? Peut-être Saint léonard de Noblat? ( Saint, honoré dans le limousin et patron des prisonniers).
L'architecture sombre que l'on devine en arrière-plan suggère bien un cachot sinistre.



        La toile est inquiétante : le sourire carnivore du saint dont les dents sont découvertes, le regard fermé du condamné  qui s'appuie sur les genoux pour se rejeter en arrière, le rouge de la tunique...
       On ressent un  peu d'effroi devant ce religieux qui fait penser aux inquisiteurs. On se dit que l'amour de Dieu pourrait se manifester en dénouant les liens, en ouvrant les cachots. Je sais, on me répondra qu'il en est ainsi, que cette libération est intérieure et que Jésus a repris les paroles d'Isaïe à son compte : "L'esprit du Seigneur est sur moi, il m' a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres, aux captifs la délivrance." Et c'est cet esprit qu'il fait descendre, de sa main étendue, sur le malheureux.

      Oui... mais... cette toile qui s'efface et perd ses couleurs comme les ailes d'un papillon, inquiète et interroge celui qui la contemple et qui n'a pas forcément la foi. Cette inquiétude et cette interrogation sont le signe manifeste d'une oeuvre forte.

    

...


Lien Eglise Notre-Dame Le Château d'Oléron. Le retable.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frederique 20/09/2009 14:43

Oui: le moine, protecteur ou bourreau? Là est la question! si le tableau n'était pas dans une église catholique on pourrait imaginer qu'il illustre les persécutions religieuses...Ce tableau est très mystérieux,  as-tu appris depuis qui en était l'auteur? La composition et les couleurs en tout cas ne témoignent pas d'un novice en la matière mais d'un peintre possédant bien son art.

aline 02/09/2009 17:37

Un tableau très intéressant.

catherine 02/09/2009 08:17

J'avais remarqué ce tableau. Vous avez raison il est assez inquiétant. Je ne comprends pas pourquoi il est abandonné à sa dégradation. Peut-être faut-il contacter la mairie? 

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche