Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 13:19
L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.
L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.

         Au n°1 de la place Pigalle, là où aujourd'hui un ennuyeux immeuble, flanqué en rez de chaussée d'un Monop', fait l'angle avec le boulevard de Clichy, fut inauguré en 1886 un des cabarets réputés de Pigalle : l'Abbaye de Thélème.

L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.

      Le bâtiment avait été avant sa transformation, un hôtel particulier qui d'après André Roussard fut construit pour le peintre Narcisse Diaz de la Pena, ami de Millet et faisant partie du groupe de l'Ecole de Barbizon. 

                                                   Mare après l'orage (Diaz de la Pena)  

     Ce qui est sûr, c'est qu'un autre peintre y vécut pendant une dizaine d'années. Il s'agit de Ferdinand Roybet qui connut le succès avec ses figures de soudards, de mousquetaires, de mendiants, de ripailles dans les auberges (il annonçait sans le savoir le futur cabaret!)

                              Page avec deux dogues (Ferdinand Roybet)

     Le nom choisi pour le nouvel établissement est celui que Rabelais donne dans son Gargantua à l'abbaye idéale qui prend le contrepied de celles de son temps. La devise gravée sur le portail est inspirée de Saint Augustin, "Fay ce que voudras". Magnifique devise, un tantinet optimiste, qui fait confiance en l'homme pour n'utiliser cette liberté que pour le bien... et qui se comprend mieux lorsque l'on donne sa version originale : Aime et fais ce que tu voudras.

                                              Illustration de Gustave Doré

    Le jour de l'inauguration une grande fête est donnée où sont conviés artistes et journalistes. L'invitation paraît dans le Courrier Français :

"Les Thélémites ont l'honneur de vous inviter à fêter François Rabelais en inaugurant son Abbaye de Thélème, 1 place Pigalle, sous la présidence de leur vénérable prieur Alexis Bouvier."

                                                        Alexis Bouvier (André Gill)

     L'Abbaye n'a rien d'austère et la décoration s'inspire de Pompéi et d'un Moyen-Âge fantasmé, flamboyant et annonciateur de la Renaissance. Pompéi pour l'érotisme, le gothique pour les ripailles et les scènes historiques.

...........................................................................................................................................................

    Il ne subsiste rien des panneaux peints qui couvraient les murs dont Henri Pille fut un des principaux artisans. 

 

     Il est alors à la mode et il est impossible de ne pas s'attarder un instant sur ce peintre montmartrois qui vécut de 1844 à 1897 et qui fut une figure de la vie nocturne de notre Butte.

 

     Il fut l'un des créateurs les plus doués du théâtre d'ombres du Chat Noir et il connut le succès avec ses scènes historiques ou de genre mâtinées d'humour.

...........................................................................................................................................................

     Il choisit des scènes rabelaisiennes  tirées des guerres pichrocholines pour couvrir les murs de l'Abbaye. Il est également l'auteur des trois vitraux (l'Amour, François 1er, le repas de Pantagruel) qui éclairaient la salle réservée aux expositions des peintres de Montmartre.

 

     Un autre peintre participe à la décoration. Il s'agit de Léon Tanzi (1846-1913) tombé dans l'oubli, qui fut un élève de Bouguereau et se spécialisa dans les scènes de genre et les paysages. Il fit le portrait d'Alexis Bouvier, exposé dans le premier vestibule et il créa des panneaux représentant Gargantua ripaillant ou à cheval sur les tours de Notre-Dame.

                                         Léon Tanzi. Portrait de Mlle Dubois.

    Au dernier étage les amateurs peuvent réserver un des cabinets particuliers qui leur assurent tranquillité et anonymat avec de belles dames qui ne sont pas d'antan.

     Le mobilier est d'inspiration gothique flamboyant. Les serveurs et les serveuses sont déguisés en moines et en moniales avec robes de bure et ceintures de cordelettes. Ils n'ont rien d'austère malgré leur tenue et ils nous font penser à ce que disait Rabelais des monastères à l'ombre desquels une femme ne pouvait passer sans tomber enceinte!

 

L'Abbaye est vite à la mode et elle est fréquentée notamment par les journalistes du Courrier Français. 

 

     Elle n'a pas auprès des peintres et des écrivains le même succès que la Nouvelle Athènes ou le Rat Mort mais on peut y voir, clients fidèles, Raoul Ponchon, Etienne Goudeau ou Emile Carjat.

Raoul Ponchon en bonne compagnie (Willette)

Raoul Ponchon en bonne compagnie (Willette)

     Raoul Ponchon (1848-1937) est chroniqueur au Courrier Français où il écrit en vers. Il est, comme il le dit lui-même, un simple rimailleur. Il a peu publié (seul recueil, "La Muse au Cabaret") et s'il est encore connu aujourd'hui, c'est pour son célèbre quatrain :

Quand mon verre est vide

Je le plains

Quand mon verre est plein

Je le vide

Emile Goudeau

Emile Goudeau

     Inutile de présenter Emile Goudeau dont la place du Bateau-Lavoir perpétue la mémoire. Buveur passionné, poète irrévérencieux, il est le fondateur du Cercle des Hydropathes et un des représentants les plus brillants de l'esprit railleur et mystificateur du Montmartre légendaire aujourd'hui disparu.

 

     Emile Goudeau aurait pu s'appeler Goudevin ou Goudabsinthe! Ce mal nommé s'amusa en dédiant aux hydropathes ("qui se guérissent en buvant de l'eau") son fameux Cercle, lui qui écrivit une ode au vin qui commence ainsi :

Ah si la Seine était de ce bon vin de Beaune

Et que mon ventre fût large de plusieurs aunes,

Je m'en irais dessous un pont

M'y coucherais tout de mon long

Et je ferais descendre

La Seine dans mon ventre...

(Ode au vin. Poèmes Parisiens)

Etienne Carjat par lui-même

Etienne Carjat par lui-même

   Le moins connu des habitués de l'Abbaye y venait en voisin. Il s'agit d'Etienne Carjat.

   Ce caricaturiste, fervent de la Commune, fut aussi photographe. Il faisait partie du Club des Vilains Bonshommes, artistes qui se réunissaient pour ripailler et rimailler. Verlaine en faisait partie et c'est là qu'il amena un jeune poète frais débarqué de province, Arthur Rimbaud qui fit sensation en lisant son Bateau Îvre.

"Ô que ma quille éclate! Ô que j'aille à la mer!"

L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.
L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.

     Nous avons vu que Rimbaud avait blessé Verlaine au Rat Mort. Il fit de même, à l'Abbaye de Thélème, avec Carjat qu'il blessa d'un coup de canne-épée après une discussion avinée et violente. Le résultat fut une grande perte pour nous car Etienne Carjat avait pris de nombreuses photos du jeune poète. En rentrant chez lui, il détruisit tous les négatifs. Ne subsistèrent que 8 épreuves aujourd'hui mondialement connues!

Jules Chéret pour le Courrier Français.

Jules Chéret pour le Courrier Français.

    Parmi les habitués, les journalistes et dessinateurs du Courrier Français avaient chaque vendredi, une salle qui leur était réservée. Rappelons que le journal s'était investi dans le lancement et le succès de l'Abbaye.

Jules Berry. Les Visiteurs du Soir.

Jules Berry. Les Visiteurs du Soir.

     L'Abbaye traverse les années, toujours appréciée des noceurs qui pouvaient trouver un restaurant ouvert toute la nuit. Dans les années 1930, elle reçoit fréquemment la visite de Jules Berry qui, après le théâtre et les salles de jeux où il flambait tous ses cachets, venait se restaurer.

L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.

     Avant de disparaître, elle se métamorphose à plusieurs reprises, en cabaret de chansonniers "Le coup de patte" sous la direction de Martini, "La Fête Foraine" avec Bordas, "Les Naturistes" avec O'Dett....

     Mais la grande histoire de Montmartre est terminée. Les cabarets ferment les uns après les autres et le bâtiment qui avait connu tant de nuits agitées, brillantes et bruyantes est détruit pour laisser place à l'indigent immeuble, triste et sans caractère.

 Les lettres rouges du Monop sont les seules couleurs sur la façade ingrate. Le Rat Mort est une banque, la Nouvelle Athènes un supermarché bio.... seule la fontaine de Davioud au centre de la place est restée là, témoin muet du passé....

L'Abbaye de Thélème. Place Pigalle.

Partager cet article

Repost0

commentaires

djoupette 21/07/2018 12:18

Quelle émotion de croiser la figure de Rimbaud !

chriswac 24/07/2018 08:24

Oui! Je ressens comme vous et je recherche tous les lieux où il est passé.

Nadezda 11/03/2018 11:51

Encore une belle visite. Un véritable plaisir de découvrir l'histoire de Montmartre et des artistes que je ne connaissais pas, ils mouraient jeunes à cette époque. Merci à vous :)

chriswac 11/03/2018 18:24

J'ai vu que vous aimiez les chants orthodoxes. C'est pour moi la plus belle liturgie... quand je vivais à Sofia j'allais chaque jours les écouter.

Pierre 07/03/2018 21:24

Formidablement documenté. Alors, après le Rat Mort et l'Abbaye de Thélème , sans doute le prochain article sera consacré à la Nouvelle Athènes ? On aura fait le tour de la Place Pigalle du côté Sud ! Amitié

annalisa 06/03/2018 09:38

Oui c'est vraiment intéressant de visiter ces cabarets de Pigalle, surtout connus par ceux qui les fréquentaient. C'est comme vous dites une perte terrible que toutes ces photos de Rimbaud. Mais celles qui subsistent sont si belles. Merci pour votre blog.

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche