Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 05:10

 

Rochechouart2-036.JPG

 

           Il faudrait une centaine d'articles pour parler du boulevard de Rochechouart !

Une partie de l'histoire tumultueuse de Montmartre a eu pour cadre ce boulevard qui malgré le vandalisme et l'inculture de nombreux élus parisiens, conserve ici et là, des traces de sa grandeur et de sa fantaisie passées.

Cette artère de 730 mètres de long et 42 mètres de large a été ouverte au début d'une année mémorable : 1789 !

Rochechouart1-025.JPG

rochechouart-barbes-metro.jpg

Elle était alors une voie modeste du village de Montmartre qui longeait les murs de l'octroi.

rochechouart-poissonniers.jpeg

Ce plan permet de voir la frontière qu'était le mur qui entourait Paris et qui une fois abattu permit la fusion du boulevard et du chemin de ronde. On voit aussi une partie des immeubles détruits pour ouvrir le boulevard Ornano (Barbès). La place Belhomme disparut alors ainsi que le café du Père Colombe.

C'est en 1864, après le rattachement de Montmartre à Paris et la destruction de la barrière des Fermiers Généraux que fusionnèrent le boulevard des Poissonniers (côté XVIIIème) et les chemins de ronde des Poissonnières (côté XIème) qui était à l'intérieur des murs. Le boulevard prit alors le nom de Rochechouart.                                                 

Ce nom de Rochechouart est celui d'une Abbesse (la 43ème) de l'Abbaye de Montmartre, Marguerite de Rochechouart de Montpipeau (1665-1727).

Rochechouart1-019.JPG

Au début du boulevard côté pair, un bel immeuble de pierres a été construit en 1890, à l'angle avec le boulevard Barbès.

Il est difficile d'imaginer ce qu'était le boulevard des Poissonniers avant les grandes transformations de la fin du XIXème siècle, après l'annexion de Montmartre.

rochechouart-assommoir-pere-colombe.jpg

...Difficile de trouver l'emplacement, au numéro 2, du café du Père Colombe, immortalisé par Zola dans l'Assommoir.

En effet, une partie de l'îlot où il se trouvait a été détruite lors de la création du boulevard Ornano (rebaptisé Barbès, dans cette section).

Rochechouart1-016.JPG

Zola le décrit comme un lieu de dévotion où les ouvriers viennent offrir leur paye. L'alambic comme une divinité, brille dans l'ombre et "distille une sueur d'alcool" capable d'inonder Paris.

Rochechouart1-018.JPG

                                      Le 2 aujourd'hui... Tati a remplacé le Père Colombe.

"On faisait la queue devant l'Assommoir du Père Colombe, allumé comme une cathédrale pour une grande messe, et, nom de dieu! on aurait dit une vraie cérémonie. On célébrait la Sainte Touche quoi; Une sainte bien aimable, qui doit tenir la caisse au paradis."

rochechouart-assommoir.jpg

Le décor peint pour la pièce tirée du roman de Zola, montre le café du père colombe à droite et au fond le pavillon d'octroi de la barrière des Poissonniers.

Rochechouart1-011.JPG

Tati a pris possession des immeubles du côté pair, un à un, les reliant en cassant les murs... 

Rochechouart1-013.JPG

Avec la passerelle au-dessus de la rue Belhomme qui ne cache que la toiture des magasins Dufayel, dont par chance les façades ont été épargnées. Le théâtre, les serres, les galeries, elles, ont été détruites...

rochechouart-1ere-partie-cote-pair.jpg

Parmi Les immeubles occupés par Tati, il y a le 16 où se tenaient les réunions du club de la Montagne, un de ces clubs créés après la révolution de 1848 et où l'on imaginait un monde plus juste. 

 

Rochechouart1-007.JPGLe

Le terre-plein central dans cette section du boulevard est occupé par le métro.

Rochechouart1-003.JPG

rochechouart-metro3.jpg

rochechouart-metro4.jpg

Rochechouart1-004.JPG

Des immeubles bourgeois ont remplacé souvent les maisons modestes de l'ancien village.

Rochechouart1-021.JPG

Côté impair un bel immeuble à pan coupé donne sur Le boulevard Magenta et le boulevard de Rochechouart

Rochechouart1-032.JPG

      Ile est suivi d'un ensemble homogène d'immeubles de pierres post-hausmanniens conçus par les architectes Cadot et Goblet.

Rochechouart1-039.JPG

Le 13 est plus original avec son décor de briques et de pierres et le buste de sa façade. Il est le siège de l'Union Nationale Lycéenne depuis sa création.

Rochechouart1-043.JPG

Le 15 est occupé par une enseigne connue. L'immeuble est exactement à l'emplacement de La Gaité Rochechouart, (un des nombreux music-halls du boulevard, aujourd'hui disparus...)

rochechouart-gaite-r.jpg

                                                             La Gaité Rochechouart en 1901

Le Café-concert a été ouvert en 1865 et il est vite devenu une des salles les plus fréquentées du boulevard. Fréhel et Mistinguett, entre autres, s'y produisirent...

rochechouart-gaite-toulouse-lautrec.jpg

                                                   A la Gaité Rochechouart. Toulouse Lautrec 1893

Rochechouart1-044.JPG

A l'emplacement du 17 commençait la barrière de Rochechouart qui formait une place autour du pavillon de l'octroi.

Rochechouart1-046.JPG

                                                                 Le 19

L'immeuble élégant suit la courbe de l'ancienne place de la Barrière.

rochechouart-germain-nouveau.jpg

En 1883 le poète Germain Nouveau vécut dans cet immeuble. Ce grand poète qui ne voulait pas qu'on publiât ses oeuvres participa à la vie montmartroise et fut un admirateur de Rimbaud avec qui il vécut à Londres plusieurs mois en 1874.

Après plusieurs crises mystiques il partit en mendiant sur les routes.

Il mérite d'être redécouvert aujourd'hui. 

Rochechouart1-048.JPG

Sur la façade, au-dessus d'un fripier, une plaque perd peu à peu ses couleurs. On peut y déchiffrer encore "Spécialité française"... 

C'est au 19 qu'était installé le magasin "Godillot" fournisseur de l'armée française. Alexis Godillot, maire de Saint-Ouen où il avait ses tanneries, innova dans l'art de la chaussure et de la sellerie. Il fit profiter les armées impériales de son talent et ses chaussures prirent rapidement son nom (honneur assez rare dont fut décoré avant lui le préfet Poubelle). 

Les ateliers Godillot étaient situés aux 52 et 54 rue de Rochechouart. Ils furent ravagés par un incendie mémorable qui faillit se propager à tout le quartier le 1er juillet 1895. 

Rochechouart1-047.JPG

Deux cafés s'ouvrent sur cet espace, de part et d'autre de la rue rochechouart...

Rochechouart1-049.JPG

Le Diplomate au 19...

Rochechouart1-051.JPG

Le Panorama au 20 rue Gérando.

Rochechouart1-052.JPG

A l'emplacement de la barrière de l'ancien octroi, le boulevard forme une place en demi-lune que les habitants du quartier nomment place du Delta mais dont les numéros restent ceux du boulevard.

rochechouart-clignancourt.jpg

Cette carte postale montre que le décor n'a pas beaucoup changé. La perspective sur la rue Clignancourt reste la même. Seules ont disparu les grandes publicité pour les Galeries Dufayel...

Rochechouart2 048

                                                               Les 38 et 40

A l'angle avec la rue de Clignancourt, les 38 et 40, classés, sont d'anciennes maisons de village avec leur toit de tuiles. Tati, encore lui, s'y est installé en détruisant dans les années 70 le très beau décor fin de siècle du vieux café "Les Deux Marronniers".

Rochechouart2-045.JPG

La rue Seveste monte du boulevard vers le square Louise Michel. au 56, un immeuble récent abrite un Darty où comme dans tous les Darty il faut beaucoup de patience pour attraper au vol un vendeur!

rochechouart cinema palais

L'immeuble remplace un cinéma de quartier, le Palais, un de ces grands cinémas au décor insolite des années 20 qui se dégrada lentement, devint un bazar, avant de laisser la place aux machines à laver et aux ordinateurs...... 

Rochechouart2 041

                                Rue Briquet. A l'angle le 66.

 Rochechouart2 043

A l'angle avec la rue Briquet, le 66 a abrité pendant 54 ans Gustave Charpentier.  Il y mourut en 1956 à 95 ans.

rochechouart-charpentier.jpg

Il était très attaché à la Commune, à Montmartre et à son esprit libre et révolutionnaire. Son oeuvre la plus célèbre, Louise met en scène des gens simples...

Rochechouart-Louise-Rochegrosse.jpg

Louise jeune couturière tombe amoureuse de Julien, un poète de la bohême. Pour vivre son amour, Louise fuit les préjugés de la famille...

rochechouart-louise.jpg

                                   Affiche du film d'Abel Gance auquel participa Charpentier.

L'oeuvre est un hymne à l'amour libre et libéré... Elle ne manqua pas de faire scandale en 1900... 

Rochechouart2 039

Au 68, un petit clin d'oeil à l'un des candidats à la présidentielle 2012.

Un candidat que n'auraient pas désavoué les Communards et que pour le moins ils auraient trouvé sympa !


 

...à suivre...  Boulevard de Rochechouart. Deuxième partie, numéros pairs.


 

.................................................................................................................................................................

Liens : rues de Montmartre :


Montmartre. Rue Yvonne Le Tac. (1) L'Abbaye d'en-bas.

Montmartre. Rue Gabrielle. (1) première partie (Foyatier Calvaire)

Rue Ravignan (1). Montmartre. Des Abbesses à la place Emile Goudeau.

Rue Ravignan (1). Montmartre. Des Abbesses à la place Emile Goudeau.

Rue Seveste Montmartre

Rue Lepic (1). Montmartre.

Montmartre. Rue du chevalier de la Barre. (I). De Ramey à Lamarck.

 

Toutes les rues : Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

............................................................................................................

 

..

Repost0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 17:20

chevalier-de-la-barre-18-057.JPG

C'est un petit immeuble de 1850 typique du Montmartre populaire du XIXème siècle. Son charme tient à sa situation de navire dont la proue se dirige vers le haut de la Butte et le Sacré Coeur...

chevalier-de-la-barre-18-056.JPG

Récemment ravalé et restauré, ses volets peints en bleu villageois, il a oublié les heures tragiques des bombardements d'avril 1940 qui ont fait exploser quelques immeubles voisins, parmi lesquels, juste en face, celui de l'UGIF (Union Générale des Israélites de France).

Les enfants qui y avaient été recueillis parce que leurs parents avaient été arrêtés ou avaient dû se cacher, furent transférés avenue Secrétan où la Gestapo vint les rafler trois mois plus tard pour leur offrir un voyage sans retour pour Auschwitz.

 

On imagine que les enfants ont joué dans ces rues en pente et ont couru devant le 18...

chevalier-de-la-Barre-18-lucien-Genin.jpg

On voit sur cette toile de Lucien Génin le 18 dont le rez de chaussée était occupé par un bougnat et à droite, l'immeuble de l'UGIF.

chevalier-de-la-barre-18-025.JPG

Longtemps après que le bougnat eut disparu, il y eut au même endroit un restaurant au nom parisien "Atmosphère". Le portrait d'Arletty ornait le pan coupé.

Si celle qui fut l'inoubliable Garance avait assisté à la rafle, peut-être aurait-elle laissé parler son coeur?

Elle qui déclara après la guerre, après avoir été arrêtée : "Si mon coeur est français, mon cul, lui, est international" peut-être aurait-elle sollicité ce cul, en l'occurence plus allemand qu'international, pour sauver les enfants. Il est permis de l'espérer. 


 

 

chevalier de la barre 044

                                                        Le 18 avant la restauration.....

chevalier de la barre 035

Le restaurant ''Atmosphère" disparu, le décor du pan coupé ne représente plus Arletty mais fait la publicité pour un restaurant situé un peu plus bas : "L'Eté en pente Douce" installé dans la vieille boulangerie du quartier. Décidément on reste dans le cinéma !

chevalier-de-la-barre-18-022.JPG

Un des charmes du petit immeuble tient à ses décors de récupération.

Des plaques de grès qui étaient auparavant barbouillées de peinture blanche leur donnant l'aspect de stucs, ont été décapées et restaurées.

chevalier de la barre 110

                                                              Plaque en 2010...

chevalier-de-la-barre-18-019.JPG

                                                              La même aujourd'hui...

chevalier-de-la-barre-18-017.JPG

Ces carreaux inégaux faisaient partie d'une frise à l'antique avec rinceaux et personnages buccoliques dansant parmi les plantes et les grappes de raisin.

chevalier-de-la-barre-18-018.JPG

      L'origine de ces carreaux m'est inconnue.

Peut-être proviennent-ils d'une guinguette disparue, de la Tour Solférino par exemple qui connaissait un grand succès et qui était située un peu plus haut, sur la rue Lamarck actuelle.

chevalier-de-la-barre-18-020.JPG

chevalier-de-la-barre-18-021.JPG

chevalier-de-la-barre-renoux2.jpg

Renoux qui a habité rue du Chevalier de la Barre a peint le tournant de la rue dans les années 1960.

Il est intéressant de voir que les volets étaient bleus... comme ils le sont redevenus...

chevalier-de-la-barre-18-032.JPG

Un côté de l'immeuble donne sur le passage Cottin...

utrillo cottin     

maintes fois peint par Utrillo .....

Renoux Montmartre 007

...par Renoux... et quelques autres. 

 

Nul doute, nous sommes bien à Montmartre !

 


.............................................................................................................

Liens : rue du Chevalier de la Barre:

Rue du chevalier de la Barre. (I). De Ramey à Lamarck.

Rue du Chevalier de la Barre. (2) De Lamarck à La Bonne.

Rue du Chevalier de la Barre.(3) La Bonne au Mont-Cenis.

 

Tous les articles sur les rues de Montmartre :

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

..............................................................................................................

 

..

 

Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 06:20

Orsel-087.JPG

                           La rue d'Orsel (2ème partie)

               De la rue de Steinkerque à la rue des Martyrs.

 

Orsel-033-copie-1.JPG

Au 35, là où un autre bazar attrate-touristes est installé, il y avait en 1876 un atelier qui eut droit à la première page du Journal Illustré quand le mécanicien M. Raynaud, dévissant maladroitement un obus prussien qui avait atterri quelques années plus tôt à Montmartre sans avoir le coeur d'exploser... provoqua la catastrophe...

orsel-obus.jpg

L'obus éclata et causa la mort de trois personnes dont le malheureux démineur...

Orsel-039.JPG

                                                         Le 39

Au 39, une résidence "Pierres et Vacances" dont l'entrée principale est sur la place Charles Dullin, a remplacé les petites maisons du village d'Orsel.

Orsel-nathalie-lemel.jpg

A cette adresse vécut quelques années, de retour de Nouvelle Calédonie, Nathalie Lemel, grande figure de la Commune.

Bretonne sans histoire, "montée" à Paris pour trouver du travail, elle s'est engagée très vite dans la lutte sociale et dans le combat féministe. Elle a créé l'Union des Femmes et milité pour la parité des salaires. Elle aurait encore de quoi faire aujourd'hui !

orsel-lemel-barricade-place-blanche.jpg

                              "La barricade de la Place Blanche défendue par les femmes"

Pendant la Semaine Sanglante, elle a soigné les blessés des barricades de la place Blanche et de Pigalle.

Elle a été déportée en Nouvelle Calédonie avec Louise Michel et Rochefort. De retour de déportation, elle a participé au journal de ce dernier, l'Intransigeant, à l'époque où il était encore un journal de gauche et non la feuille antisémite et anti dreyfusarde qu'il allait devenir...

orsel-nathalie-lemel2.jpg

Cette femme remarquable est morte en 1921, aveugle et misérable. Il y a quelques années, justice lui a été rendue à Paris où une place porte son nom, dans le 3ème arrondissement, non loin d'une rue où elle a vécu.

Orsel-040.JPG

                                                             Le 40

Le 40 est un immeuble cossu en pierres de taille. L'architecte a fait graver son nom sur la façade : Lemerle. 1906.

Un merle moins moqueur et moins prolétaire que celui de la chanson !

Orsel-047.JPG

Le 46 est un immeuble bourgeois construit en 1906. Il abrite une curieuse boutique : "Dam Boutons" dont la plupart des objets proposés sont créés avec des boutons. Adolescents acnéiques s'abstenir !

Orsel-102.JPG

Il y a profusion de bagues amusantes et originales. Chacune y trouvera bague à son doigt!

Orsel-049.JPG

Orsel-050.JPG

Au 48, une galerie d'art, jeune et originale, offre son espace à des artistes étonnants. Mine de rien, elle redonne un peu de vie créatrice et d'élan novateur au quartier.

 orsel-braque.jpg

C'est encore au 48 que Braque vint s'installer et occuper un atelier, en 1904. Il avait alors 22 ans...

Orsel-060.JPG

      Il n'avait eu que quelques mètres à franchir pour déménager de la rue des Trois Frères où il vivait depuis 1900.

Il ignorait alors qu'il serait bientôt l'initiateur du cubisme et qu'il rencontrerait un certain Picasso au Bateau-Lavoir. Il peignait encore à la manière impressionniste comme bien des jeunes peintres de son temps.

Orsel-046.JPG

côté impair la rue est occupée par la place Charles Dullin et le théâtre de l'Atelier.

Orsel-056.JPG

Le théâtre de l'Atelier mérite à lui seul plusieurs pages ! Chaque chose en son temps !

Il fut créé sous le nom de "Théâtre Montmartre" par Seveste, en 1822. seveste avait reçu de Louis XVII le privilège d'exploiter les théâtres de banlieue (dont Montmartre faisait partie), pour avoir indiqué l'emplacement où avaient été inhumés le roi et la reine décapités.

orsel-utrillo-atelier2.jpg

Le théâtre se transforma en cinématographe en 1913 avant de retrouver sa vocation lorsque Charles Dullin en prit la direction en 1922.

orsel-utrillo-1913.jpg

                                                   La rue d'Orsel (Utrillo)

Il a été peint par Utrillo qui n'avait qu'à poser son chevalet sur le trottoir d'en face, au 47  de la rue d'Orsel où il fréquentait le restaurant "Au vieux Montmartre".

Orsel-087-copie-1.JPG

Le tenancier, Charles Besson, acceptait d'être payé par les toiles du peintre. Il ne le regretta pas !

orsel-dancourt-copie-1.jpg

                               La rue Dancourt. On devine à droite le store du restaurant.

Le restaurant faisait l'angle avec la rue Dancourt. Utrillo y était aux premières loges !  

Le 47 actuel est aujourd'hui occupé par un indo-pakistanais où vous ne pourriez payer avec vos oeuvres si par aventure vous êtiez peintre.. (ne le regrettez-pas !)

Orsel-055.JPG

                      Carrefour avec la rue des Trois Frères (droite) et Dancourt (gauche)

orsel-trois-freres.jpg

                                                La rue des Trois Frères. Au 1er plan à gauche le bel immeuble d'angle avec la rue d'Orsel et l'ancienne boulangerie.

Orsel-063.JPG

Cet immeuble original a été construit en 1850 dans un style composite à la mode à l'époque romantique et qui juxtapose des éléments néogothiques et Renaissance.

Sur le tympan au-dessus du balconnet, un petit amour tient des guirlandes. Sur le balcon, des salamandres montent la garde...

 

Orsel-066.JPG

                     Panneau de Benoist et Fils : Les Lavandières.

De l'ancienne boulangerie subsistent, à l'intérieur de la boutique de fringues, un plafond de verre peint, et à l'extérieur des panneaux exécutés sous verre, en 1900 par Benoist et Fils.

Orsel-068.JPG

                                       Panneau peint : Les Moissonneurs.

Des décors réalisés par Benoist et Fils ont miraculeusement survécu aux rénovations-modernisations iconoclastes des années 60-70, sur deux autres façades du XVIIIème arrondissement : 128 rue Lamarck et 159 rue Ordener.

trois frères 008

                                                        Plafond de l'ancienne boulangerie.

Orsel-070.JPG

La rue poursuit son petit chemin vers les Abbesses. Les marchands de tissu du Marché Saint-Pierre ont cédé la place à de jolies boutiques colorées et branchouilles et à des galeries d'art...

Orsel-077.JPG

Des robes de mariée bien diffèrentes de celles qui mousselinent rue de Clignancourt ou à Barbès... 

Orsel-091.JPG

Une lingerie rougeoyante que les 7 nains rêvent d'offrir à leur princesse...

Orsel-083.JPG

Orsel arrive rue des Martyrs... après avoir longé le trottoir de l'école, et vient clore son périple avec une boulangerie et une pharmacie.

orsel-martyrs-001.JPG

On peut voir sur cette carte de 1901 que ces deux commerces existaient déjà en 1901  mais que l'un et l'autre ont perdu leur décor...

Orsel-084-copie-1.JPG

Hélas !

............................................................................................................

Lien :  Rue d'Orsel. Première partie. (1)

.............................................................................................................

Liens : rues du quartier :

Rue Yvonne Le Tac. (1) L'Abbaye d'en-bas.

 Rue des Abbesses (1)

 Rue Berthe.

Rue Gabrielle. (1) première partie (Foyatier Calvaire)

Rue de l'Armée d'Orient. Montmartre Rue Burq Montmartre.

Rue Ravignan (1). Montmartre. Des Abbesses à la place Emile Goudeau.

Rue Germain Pilon. Montmartre.

Rue Seveste Montmartre

Rue Lepic (1). Montmartre. Rue André Antoine. Montmartre.

 Rue des Trois Frères. (1)

Rue Tholozé.

Square Saint pierre. Square Louise Michel.

 

............................................................................................................

Lien : les rues de Montmartre 

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

.............................................................................................................

 

..


Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 07:05

 

Orsel-036.JPG

              Croisement avec la rue de Steinkerque. Le pauvre homme-sandwich est la risée des lycéens...

La rue d'Orsel est dans sa partie Est, une des rues principales du Marché Saint-Pierre.

Elle commence rue de Clignancourt et se termine rue des Martyrs. Elle naît dans un quartier populaire et à mi-chemin se métamorphose (à partir du théâtre de l'Atelier) en rue branchée et bobo, prolongement naturel de la rue des Abbesses...

Orsel-074.JPG

                                  Partie branchée de la rue. Au fond le théâtre de l'Atelier.

C'est sur des terrains qui appartenaient à l'Abbaye de Montmartre qu'elle fut tracée par un riche bourgeois, Orsel, qui avait flairé la bonne affaire en achetant à bas prix les lots vendus comme biens nationaux après le Révolution.

Il lotit le quartier à partir de 1802 et pour le distinguer du village de Montmartre, le baptisa "Village d'Orsel".

La rue actuelle s'est d'abord appelée rue des Acacias (à ne pas confondre avec celle qui existe toujours dans le XVIIème arrondissement). Elle apparaît sur le plan cadastral de la commune de Montmartre en 1825. Ce n'est qu'en 1873 qu'elle prend le nom d'Orsel...

orsel-1848.jpg

                                                         Barricade faubourg Montmartre (1848)

Elle est longue de 545 mètres et large de 10. Ses premiers numéros, les 1 et 2, étaient comme presque toute la rue composés de deux petits immeubles modestes.

Orsel-002.JPG

                                                        Début de la rue. Les 1 et 2.

C'est à cet endroit que fut érigée le 24 juin 1848 la barricade de la rue des Acacias. Rappelons que pendant ces journées terribles, le peuple de Paris fut durement réprimé par Cavaignac. Plus de 4000 insurgés furent tués et et 4000 autres déportés en Algérie...

Orsel-011.JPG

Au 9, une belle fonte avec des amours qui n'ont pu éviter à l'immeuble de bouger... Nous sommes au-dessus des carrières de Montmartre qu'il faut régulièrement consolider...

Orsel-012.JPG

Le 11 avec sa belle arcade et sa grille à la Fort Knox...

Orsel-006.JPG

      Les boutiques de cette partie de rue ne vendent que du tissu, du linge, des rideaux... Nous sommes au coeur du Marché Saint-Pierre.

Orsel 009 

La rue d'Orsel est espiègle. Apparemment, elle file vers la Halle Saint-Pierre et le square Louise Michel qu'on aperçoit, fermant la perspective...

Orsel-015.JPG

Mais il n'en est rien. C'est la courte rue Livingstone (70 mètres), ainsi nommée en 1877, qui prend le relais, tandis que la rue d'Orsel oblique sur la gauche....

Orsel-013.JPG

On voit ici se séparer les deux artères en un delta dont la pointe est formée par l'immeuble à pan coupé où "Le Bonheur des Dames" de Moline déploie ses étoffes chatoyantes...

Orsel-016.JPG

La rue est sur cette portion, formée de petits immeubles sans grande originalité.

orsel2-001.JPG

Le 12 a été le théâtre, le 6 mars 1847 d'un fait divers tragique. Il y avait à son emplacement une maison modeste louée par Augustine de Launey de Villemessant et sa fille Isoline. Après avoir écrit au maire de Montmartre, elles se donnèrent la mort en s'asphyxiant avec un poêle à charbon.

Ne pouvant payer leurs dettes, elles avaient décidé d'en finir :

"Je m'adresse à vous pour faire accomplir notre dernière volonté qui est d'être enterrées ensemble dans l'état où nous serons et sans rien y changer. On trouvera près de nous le linge nécessaire."

orsel-villemessant.jpg

                                                     Hippolyte de Villemessant

Les deux dames furent jetées dans la fosse commune du cimetière Saint-Vincent.

Si ce suicide a ému les Montmartrois, c'est que le fils et frère des deux suicidées n'était autre qu'Hippolyte de Villemessant, créateur de divers journaux et notamment du Figaro qu'il ressuscita. Le bruit courut qu'il aurait détourné les économies de sa mère et de sa soeur pour payer des dettes de jeux.

Ayant fait fortune, il n'eut pas l'idée de leur donner une sépulture correcte.

"Un personnage qui peu fier d'avoir laissé sa famille dans la misère n'a eu de cesse de s'inventer des alibis".

Orsel-021.JPG

      Le 15 est un petit immeuble branlant. En 1895, une cabane de planches dans sa cour servit de siège au journal "Le Libertaire" créé par Sébastien Faure et auquel collabora Louise Michel.

Orsel-022.JPG

Il y eut dans la rue un bal créé en 1858 par Gilles Robert. Il avait pour nom "Les Folies Robert", ce qui est moins poétique, avouons-le que les "Folies Bergère" !

Ce bal fut transféré au 54 boulevard de Rochechouart où en 1871 se réunit le comité Central de la Garde Nationale.    

Orsel-026.JPG

Orsel-027.JPG

Le croisement avec la rue Seveste est dominé par l'opulent immeuble en pierres de taille de la pharmacie (architecte P. Hubert).     

Orsel-029.JPG

Orsel-030.JPG

Au 31, un des rares immeubles classés au plan de la protection patrimoniale du 18ème arrondissement.

Il s'agit d'un pavillon d'angle (sur la rue Briquet), typique de ce qu'a été la rue à l'origine, quand elle faisait partie du village d'Orsel. C'est le seul survivant du lotissement du début du XIXème siècle.

orsel-31-bonnes-etoffes.jpg

                 Un grand magasin de tissus occupait le rez de chaussée de presque tout le pâté de maisons. Une des entrées se situait au 31, là où désormais vous trouverez un supermarché "hard-discount" comme on dit en bon français  !

orsel.jpg

Une carte-photo situe cette fruiterie au 28 rue d'Orsel (ici côté rue de Steinkerque). On voit la rue d'Orsel sur la droite.

Orsel-032.JPG

                                                                         Le 28

La fruiterie est aujourd'hui occupée par un bazar semblable aux autres bazars auxquels la rue de Steinkerque semble condamnée...

Orsel-034.JPG

 

Traversons donc la rue de Steinkerque, passons ce déballage de fringues et continuons notre balade dans la rue d'Orsel qui prend mètre après mètre du galon (ce qui est amusant quand on songe qu'elle quitte le Marché Saint-Pierre !)

      A suivre...


Rue d'Orsel. Montmartre. (2)


...................................................................................................................................................................

Liens : rues de Montmartre :

Rue Seveste

 Rue Yvonne Le Tac. (1) L'Abbaye d'en-bas.

 Rue des Abbesses (1)

Rue Ravignan (1). Montmartre. Des Abbesses à la place Emile Goudeau.

Rue d'Orchampt. Montmartre.

Rue Lepic (1). Montmartre.

Rue des Trois Frères. (1)

Rue du chevalier de la Barre. (I). De Ramey à Lamarck.

 

Tous les articles sur les rues de Montmartre :  Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

...................................................................................................................................................................

 

 

Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 07:00

Becquerel-017.JPG

Voilà une courte rue de Montmartre qui à première vue paraît bien anodine, enlaidie par les gros immeubles du début du siècle. Briques et pierres, 7 étages, falaises édifiées à l'emplacement des jardins et des maisonnettes de la Butte, ces immeubles auraient envahi tout l'espace si les amoureux de Montmartre n'avaient réagi... et permis la sauvegarde de trop rares témoins du village...

Becquerel.JPG

La rue a été baptisée en 1875 du nom d'Antoine Becquerel (1788-1878) physicien, 1er d'une dynastie de savants qui verra son apothéose avec l'attribution du prix Nobel en 1903 à Henry, petit-fils du susdit.

Becquerel-011.JPG

 La rue malgré ses 161 mètres à peine, nous réserve malgré tout quelques surprises.

A condition d'être sensible aux fantômes, on ne manquera pas d'en croiser quelques uns et non des moindres : Louise Michel, Nadja, Eluard, Gala, Dali....

Becquerel-018.JPG

Les escaliers commencent leur ascension rue Custine. Ils sont raides et le soleil les atteint rarement, enfoncés qu'ils sont entre les bâtisses qui les bordent.

J.F. Vilar dans son roman "Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués" les décrit sans concession:

"Derrière l'immonde Sacré-Coeur, une rue courte en abîme, avec des escaliers en chute libre qui dramatisent le moindre faux-pas..."

La description est assez juste malgré l'appréciation convenue et bien-pensante du Sacré-Coeur qui est une ville byzantine dans les nuages pour ceux qui le regardent sans préjugés.

Becquerel-013.JPG                                                                

Au 4 de la rue, un hôtel-résidence...

Dans la chambre 54, Nadja posa sa valise légère.

Elle y écrivit à Breton qui l'avait rencontrée un peu plus bas, près de l'église Notre-Dame de Lorette :

"Mon chéri, J'ai trouvé une chambre et serais heureuse d'avoir ta visite demain dimanche ou lundi. Préviens-moi. Je t'embrasse très fort comme tu sais. Ta Nadja. (le 08.01.1927)"

becquerel-nadja-leona-Delcourt.jpg

Nadja, l'inoubliable héroïne du roman le plus fulgurant du surréalisme a donc gravi ces marches...

De son vrai nom Léona Delcourt, elle a trouvé l'immortalité grâce à son amant et aux quelques jours que dura leur liaison.

Becquerel-007.JPG

                                               Rue Becquerel vers la rue Custine

Le 27 mars 1927, le patron de l'hôtel, impressionné par les cris et l'agitation de sa cliente, fit venir la police qui conduisit Nadja à l'infirmerie du dépôt puis à Sainte-Anne. Ce fut le début de la descente aux enfers... de l'hôpital Sainte Anne à celui du Perray-Vaucluse, de Perray-Vaucluse à l'asile d'aliénés du nord où elle resta jusqu'à sa mort 14 ans plus tard, à l'âge de 39 ans.

Mais grâce à Breton, la mort n'a pas réussi à clore "ses yeus de fougère".

Becquerel-024.JPG

Avant d'arriver rue Lamarck, on voit se dessiner la proue d'un fier immeuble, le 7 de la rue Becquerel....

Becquerel-021.JPG

                                                            Les 1, 3 et 5 rue Becquerel

Cet immeuble amiral ignore que de l'autre côté de la rue Lamarck, aux 3 et 5, il y eut une redoute construite par les marins et que, pendant le siège de Paris, les soldats du 88ème de ligne y stationnèrent. C'est à cet endroit également que furent réunis les soldats qui reçurent l'ordre de reprendre aux insurgés les canons de la Butte, avec les conséquences que l'on connaît...

Becquerel-001.JPG

Mais revenons au 7...

rue de la bonne4

                    Angle Becquerel-rue de la Bonne. L'ancien pavilon d'entrée du Panorama de la Bataille de Patay.

A son emplacement, il y eut jusqu'au début du XXème siècle un "Panorama" qui permettait aux visiteurs de visualiser la bataille de Patay. On voit sur cette carte l'entrée du Panorama qui a subsisté quelques années après la destruction de la plus grande partie du bâtiment qui abritait l'attraction.

 Becquerel-012.JPG

 

Dans l'immeuble opulent qui le remplaça, Eluard loua un appartement, au premier étage pour sa femme Gala. Dali après le coup de foudre qui frappa simultanément la femme et le peintre vint y habiter....

Certes Eluard connaissait bien Gala et formait avec elle un couple libre. Certes Il avait accepté qu'elle fût la maîtresse de Max Ernst et que ce dernier vînt vivre dans la demeure conjugale d'Eaubonne... malgré tout il tenta de la récupérer et mit longtemps à se défaire de cet amour et à sortir de "cette longue conduite de deuil" qui dura jusqu'à sa rencontre avec Nush.

becquerel-gala-eluard.jpg

                                                                      Eluard et Gala

Après le départ de Gala, Eluard garda quelques années le pied à terre de la rue Becquerel ou il habita de 1932 à 1934.

Il écrit en 1932 dans "La Vie Immédiate" :

"Au terme d'un long voyage, peut-être n'irai-je plus vers cette porte que nous connaissons tous deux si bien, je n'entrerai peut-être plus dans cette chambre où le désespoir et le désir d'en finir avec le désespoir m'ont tant de fois attiré..." 

Becquerel-026.JPG

                                        Le petit train au croisement Lamarck-Becquerel    

Becquerel-029.JPG

Au 7 bis s'ouvre un espace épargné par la spéculation immobilière du début du XXème sècle. Le boulodrome s'y est installé...

Becquerel-045.JPG

...et il ne manque qu'une petite odeur d'anis et une pointe d'accent ensoleillé pour se croire au bord de la Méditerranée !

Becquerel-032.JPG

Au 13, les Soeurs Auxiliaires du Coeur de Jésus.

Je pense à l'une d'elles qui va dans le quartier de la Goutte d'or pour enseigner le français aux immigrés. Elle ne doit pas ignorer que presque en face, une autre femme, Louise Michel, créa et dirigea une école consacrée aux enfants sans ressources.

Becquerel-041.JPG

                                                      Emplacement de l'école de Louise Michel

Elle y travaillait lorsque commença le siège de Paris suivi de la Commune....

becquerel-louise-michel.jpg

"Vers la fin de l'Empire, j'habitais avec ma mère une petite demeure gaie et proprette où j'avais installé mon école. Je ne tardais pas à avoir beaucoup d'élèves. J'aimais ces enfants de Montmartre, gentilles et franches, espiègles et bavardes comme de jeunes oiseaux..."

Enfants dont bien des parents moururent pendant la Commune....

 

Becquerel-037.JPG

La rue s'achève rue Saint-Vincent. On retrouve les immeubles épais et sans âme qui ont ravagé la Butte. Imaginez qu'à cet endroit, à gauche, s'élevait la maison de Berlioz au milieu des jardins !

C'est là qu'il composa Harold en Italie.... Peut-être aurait-il été moins inspiré si malgré l'anachronisme il avait habité cet immeuble triste !

Becquerel-049.JPG

.................................................................................................................................................................... 

Liens   Rues de Montmartre. Classement alphabétique (tous les articles classés).

Montmartre. Rue Yvonne Le Tac. (1) L'Abbaye d'en-bas.

Montmartre. La rue de La Vieuville. Emile Pouget.

Montmartre: rue des Abbesses (1)

.....................................................................................................................................................................

Les cartes de la rue Becquerel sont rares :

becquerel-saint-vincent.jpg

On peut voir ici la rue Becquerel à hauteur de la rue Saint Vincent, telle que l'a connue Louise Michel.....

...................................................................................................................................................................

 

 

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 06:45

 

yvonne-le-tac-047.JPG

La rue Yvonne le Tac ne porte ce nom que depuis 1968. Sont-ce les événements de mai qui ont poussé les élus du quartier à débaptiser la rue Antoinette au profit d'Yvonne?

A sa création la rue s'appelait Marie-Antoinette, ce qui ne manque pas de sel lorsque l'on se rappelle que c'est à cet endroit que selon la tradition Saint-Denis a été décapité! 

En tout cas Marie-Antoinette a été raccourcie en Antoinette pour qu'il n'y ait pas confusion entre la reine guillotinée et la fille d'un des propriétaires des terrains de l'Abbaye achetés à la Révolution. Car, une fois de plus c'est un propriétaire qui avait baptisé "sa" rue. Il faut croire qu'ils n'avaient que des filles les propriétaires montmartrois ! Berthe, Gabrielle, Antoinette....

yvonne-le-tac-photo.jpg

Yvonne le Tac fut la directrice jusqu'en 1939, de l'école de filles, aujourd'hui collège, au n°7 de la rue.

yvonne-le-tac-ecole-communale-de-filles-antoinette.jpg

                                         Une classe de l'école de filles rue Antoinette

 C'est en Bretagne qu'elle mena avec son mari et ses fils une action héroïque qui faillit lui coûter la vie puisqu'elle fut déportée à Mathausen puis à Ravensbruck et que par trois fois elle échappa à l'extermination.

yvonne-le-tac-rue-Antoinette.jpg

Yvonne-le-tac-rue-antoinette2.jpg

On voit sur ces cartes de 1901 le début de la rue Antoinette.

yvonne-le-tac-001.JPG

Abbesses-et-Passage-001.JPG

yvonne le tac 006

Il y avait à l'angle avec la rue des Trois Frères une pharmacie aujourd'hui remplacée par une boutique de bijoux et de fringues orientalo-branchouilles "Giok".

Côté impair, on reconnaît le collège qui était alors l'école de filles. 

yvonne-le-tac-antoinette2.jpg

Fin de la rue "Antoinette" en 1904, sur la Place des Abbesses. Le bureau de poste n°67  était déjà là!

yvonne-le-tac-039.JPG

      L'abbaye de Montmartre, dite "d'en-bas" par opposition à celle "d'en-haut" était bâtie sur la quasi totalité de la rue. Elle ne survécut pas à la Révolution et il n'en reste rien. On ne peut l'imaginer qu'à l'aide de gravures approximatives...

L'immeuble de la poste, au 23, s'élève sur une dépendance de l'abbaye qui servit de casernement aux conscrits de 1792.

Abbaye-Montmartre.-Louis-Gabriel-Moreau.-Destruction-jpg

                                      Destruction de l'Abbaye de Montmartre (Louis-Gabriel Moreau)

L'histoire de l'Abbaye est bien connue avec ses faits authentiques et ses légendes parmi lesquelles la plus tencace, répandue à la Révolution, fait de l'établissement un "réservoir de putains".

Le passage de Henri IV sur la Butte, sa liaison avec la jeune abbesse Claude de Beauvilliers et surtout avec sa cousine Gabrielle d'Estrées ont beaucoup contribué à la réputation du lieu! 

abbaye-XVeme.jpg

Mais ce qui nous intéresse ici est l'Abbaye d'en-bas où il n'y eut jusqu'au XVIIème siècle qu'une chapelle élevée à l'endroit supposé du martyr de Saint-Denis. On voit sur cette gravure l'Abbaye d'en-haut, et solitaire au bord d'un chemin qui correspond à peu près à la rue Yvonne Le Tac actuelle, la chapelle de Saint-Denis.                                       

abbesses-abbaye-021.JPG

                                               Découverte de la crypte en 1611

Tout va être bouleversé lorsqu'en 1611 des travaux entrepris dans la chapelle firent apparaître "miraculeusement" un ancien autel et une pierre sculptée qui furent aussitôt considérés comme les vestiges qui marquaient l'endroit précis où le saint et ses compagnons avaient été décapités.

abbesses-abbaye 022

La cour s'y rendit en grande pompe, Marie de Médicis en tête... La dévotion populaire s'en mêla et le lieu devint si fréquenté que la décision fut prise d'y élever de nouveaux bâtiments, une nouvelle chapelle, un cloître. Les revenus furent considérables et les abbesses vinrent vivre en bas avec les moniales, délaissant l'en-haut plus inconfortable.

On voit sur cette gravure les nouveaux bâtiments et la grande église qui fut édifiée au-dessus de la crypte. Il y eut entre les deux abbayes une allée couverte qui permettait aux religieuses d'aller sans se mouiller d'un site à l'autre...

ND-de-Clignancourt-075.jpg

                                                 Saint Ignace (église N.D. de clignancourt).

En 1634, Saint Ignace de Loyola et six de ses compagnons prononcent le 15 août, dans la crypte de la chapelle "le voeu de Montmartre" qui est à l'origine de la fondation des Jésuites.

abbaye-restes.jpg

                                 Les derniers vestiges de l'Abbaye avant le lotissement de la rue

L'abbaye était donc là, sur toute la rue Yvonne le Tac actuelle. A la Révolution, elle fut vendue par lots et achetée par des artisans qui la dépecèrent.

abbaye-ruines.jpg

Comme à Carthage où le sel fut passé sur les ruines, ici le sol fut défoncé pour aller à la recherche du gypse,  véritable "or blanc" de la Butte.

 

A suivre...   Rue Yvonne le Tac (2)

.............................................................................................................

La crypte du martyrium peut se visiter, chaque vendredi et les premiers samedi et dimanche du mois de 15h à 18h, 11 rue yuvonne le Tac.

Voir article sur la crypte :  Montmartre. Crypte du martyrium.

............................................................................................................

Liens pour les rues de Montmartre :

Rues de Montmartre. Classement alphabétique. Articles.

..............................................................................................................

.


 

 

 

 

 

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 06:50

 

La-Vieuville-debut-001.JPG

La rue de la Vieuville commence Place des Abbesses et s'achève rue des Trois Frères. C'est une petite rue (173 mètres) de Montmartre qui profite pleinement de la vogue du quartier.... 

La-Vieuville-debut-004.JPG

A l'origine, elle s'appelait rue de la Mairie et s'achevait devant la vieille mairie où Verlaine se maria, où Clémenceau siégea, nommé par Arago en 1870 et où Jean-Baptiste Clément fut nommé maire pendant la Commune, au beau temps des cerises... 

place abbesses mairie

La mairie construite en 1836 par l'architecte Lequeux s'avéra trop exiguë après le rattachement de Montmartre à un des arrondissements les plus étendus et les plus peuplés de Paris. Le préfet Poubelle fit acquérir des terrains devant l'église N. D. de Clignancourt pour y édifier la nouvelle mairie.

Le vieux bâtiment fut détruit. A son emplacement s'ouvre aujourdhui un jardin.

place des abbesses 005

                                                   1 rue de La Vieuville. Le square.

C'est le square Jehan Rictus, au 1 rue de la Vieuville.

place des abbesses 038

Peut-être en hommage aux jours de révolte et d'espoir de la Commune, un mur s'y élève, non pas un mur qui sépare mais un mur qui unit... Le mur des "je t'aime".

La phrase de la vie y est inscrite dans toutes les langues tandis que des éclats rouges, fragments de coeur, attendent d'être réunis pour ne faire qu'un seul coeur et pour que revienne le temps des cerises... 

La-Vieuville-debut-006.JPG

                                                                             Le 3

La-Vieuville-053.JPG

                                                                     et le 5

Une ancienne maison villageoise est la première de la rue côté impair (3 et 5).

La-Vieuville-047.JPG

                                    Début de la rue de La Vieuville, Place des Abbesses (côté pair)

Face à elle, côté pair s'élève un immeuble de rapport du XIXème dont le rez de chaussée abritait un atelier connu des peintres de la Butte.

La-Vieuville-051.JPG

C'était l'atelier d'Anzoni, un encadreur qui tint entre ses mains des toiles de Lautrec, Degas, Signac, Valadon, Utrillo... qui appréciaient de trouver chez lui un crédit bien utile...

La-Vieuville-056.JPG

C'est dans son atelier que la première toile du jeune Utrillo fut exposée...  Aujourd'hui vous n'aurez pas la chance d'en trouver ni de tomber sur un talent pictural en herbe...

Vous vous contenterez de souvenirs made in China !

 La-Vieuville-055.JPG

C'est en 1867 que la rue de la Mairie fut baptisée la Vieuville du nom de Mathurin Jules Anne Micault de la Vieuville (1755-1829) qui fonda à Montmartre, rue des Martyrs l'Asile de la Providence pour héberger des vieillards et des infirmes. L'asile ne pouvait accueillir qu'une soixantaine de résidents alors que la demande était considérable.

La-Vieuville-060.JPG

                                                       La rue vers la Place des Abbesses

Micault de la Vieuville créa alors la Société de la Providence pour venir en aide aux plus démunis.  Il devint par ailleurs sous-lieutenant des gardes du Corps du Comte d'Artois après le retour des Bourbons (1814). Mais c'est par son oeuvre caritative qu'il se fit connaître et apprécier des Montmartrois.

Berthe-et-Providence-003.JPG

La Maison de la Providence existe toujours, 77 rue des Martyrs, avec pour voisins Madame Arthur et Michou. C'est un bon voisinage puisque Michou est un des Montmartrois les plus généreux et qu'il invite régulièrement dans son établissement pour les fêter et les gâter des personnes âgées du quartier...

La-Vieuville-057.JPG

                                 La rue de la Vieuville vers la rue des Trois Frères

Quelques immeubles de la rue sont répertoriés dans le plan de protection patrimoniale du XVIIIème arrondissement ...

La-Vieuville-041.JPG

                              Le 8, petit immeuble de rapport ... selon la formule consacrée !

La-Vieuville-036.JPG

                                        Le 9, maison construite en 1886 par Léon Guélorget en 1886.

Guélorget est un architecte qui a beaucoup travaillé dans la Seine Saint-Denis et notamment à Pantin. Il est le premier architecte des Grands Moulins de Pantin.

La-Vieuville-030.JPG

La-Vieuville-032.JPG

                                           Le 11 est le plus bel immeuble de la rue, remarquable par l'originalité de ses frontons. Il date de 1840 et profite d'une belle situation plein sud face à la rue des Martyrs.

La-Vieuville-029.JPG

                                 Le 13, petit immeuble de rapport qui date de la création de la rue et qui ressemble à tant d'autres sur la Butte...

La-Vieuville-025.JPG

                            Le 14, plus bourgeois, construit en 1840, à l'angle avec la rue des Martyrs.

La-Vieuville-022.JPG

                                      Le 15 qui date de la même année, abrita le siège du journal anarchiste le père Peinard. 

la-vieuville-pere-peinard.jpg                                                                            

Le titre est ironique pour un hebdomadaire révolutionnaire créé en 1889 par Emile Pouget, partisan de l'action directe et de la grève générale.

La-Vieuville-016.JPG 

    Le 19, immeuble de rapport à pan coupé fait face à une impasse qui a gardé l'ancien nom de la rue...

La-Vieuville-008.JPG

C'est la Cité de la Mairie... qui n'est pas une cité mais un cul de sac de petits immeubles montmartrois (comme le prétendent les agences immobilières).

La-Vieuville-011.JPG

                                                                   Cité de la Mairie

La-Vieuville-009.JPG

                                                                        Grille du 22

La-Vieuville-006.JPG

Voilà une façade bien gaie et un titre bien prometteur pour un mini restaurant bio-végétarien sage et terne.

La-Vieuville-004.JPG

La rue s'achève ici, rue des Trois Frères, entre un immeuble à pan coupé et le restaurant La Grolle, savoyardo-touristique, pas vraiment plébiscité par les habitants du quartier.

La-Vieuville-001.JPG

                                                   Fin de la rue vers les Trois Frères

trois frères 048

la-vieuville-drevet.jpg

La-Vieuville-Drevet-2.jpg

la-vieuville-drevet-emile-laurent.jpg

                                     Rue drevet vue de la Vieuville. Emile Laurent (1928)

Dans le prolongement de la Vieuville la rue Drevet s'envole vers les hauteurs...

la vieuville emile pouget

                                                                Emile Pouget                                             

En relisant des articles du père Peinard, j'ai été frappé par le style percutant, direct et inventif d'Emile Pouget.

Un Céline avant la lettre.... Avec la même haine, la même démesure anticapitaliste mais pas la même folie antisémite!

S'il est vrai qu'au début de l'affaire Dreyfus, Pouget parle de "youtre alsacien", il évolue assez vite. Il écrit : "en se laissant embarquer dans l'antisémitisme, le populo serait la dupe des petits-bourgeois et des noblaillons". Il cesse de publier son Père Peinard pour participer au quotidien dreyfusard et anticapitaliste Le Journal du Peuple... 

   

Quelques citations de Pouget :

La Politique c'est tout l'opposé du Socialisme : c'est l'art d'embistouiller le populo, de lui faire avaler des couleuvres, de le mener par le bout du nez, de l'abrutir, de le mater s'il se rebiffe... Tout ça s'exprime d'un seul mot : gouverner !

..............................................................................................................

Voilà le sabotage chouettement défini : à mauvaise paye, mauvais travail.

..............................................................................................................

Ceux qui aiment la discussion se foutent de raisonner comme un pot de chambre sous le cul d'un malade.

.............................................................................................................

Les moeurs contre toute nature sont le produit inévitable de l'amoncellement des types d'un même sexe : dans les prisons, il se passe de sacrées malpropretés et c'est kif-kif aux biribis africains. La frocaille ne peut échapper à la fatalité! Bien au contraire, le voeu de chasteté que les ensoutanés prononcent les prédisposent à toutes les cochonneries : ce voeu les tourneboule, la luxure les brûle et ils se vautrent vite dans toutes le salauderies!

(...) Il n'y aurait qu'un moyen de foutre les enfroqués à l'abri du vice malpropre : ce serait de les chaponner! 

Puisque ces porcs jurent de rester chastes, il n'y a pas de mal à ce qu'on les fiche dans l'impossibilité de succomber à la tentation; une fois châtrés on pourrait les laisser courir en liberté, sans crainte qu'ils violent leur parole et les gosses.

..............................................................................................................

 

Lien :  Articles du blog sur les rues de Montmartre. classement alphabétique :   Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

.............................................................................................................

 

..

Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 07:25

 

abbesses-ensemble.jpg

                                                        Rue des Abbesses 

II    De la rue Germain Pilon à la rue Lepic.

 

Brissot-Abbesses-045.JPG

            La rue Germain Pilon où les travestis sont de plus en plus rares, descend vers Pigalle en passant entre le Théâtre de la Ville et le bistro branché "Le Vrai Paris" au 33.

abbesses-abbaye-006.JPG

Le bistro est installé au rez de chaussée d'un immeuble de la première moitié du XIXème siècle, un de ceux qui précèdèrent la vogue de Montmartre dans les milieux bourgeois et la construction d'opulents immeubles de pierres de taille à la fin du XIXème et au début du XXème. 

abbesses-le-vrai-paris.jpg

                                                          Le Vrai Paris années 50

Brissot-Abbesses-043.JPG

La rue des Abbesses avec ses immeubles des deux époques est un exemple caractéristiques de la transformation de la Butte.

Brissot-Abbesses-047.JPG

Le vrai Paris a pour voisin, au 35, le Sancerre dont la terrasse est très recherchée...

Brissot-Abbesses-048.JPG

Le 32 est un petit immeuble assez banal auquel la fonte de la porte dans le goût néo Renaissance confère un peu de charme...

Brissot-Abbesses-055.JPG

              Le Grenier à Pain au 38... On y fait la queue pour acheter son pain, comme à Moscou au temps du communisme!

abbesses-bodian.jpg

Djibril Bodian (Jeune Français d'origine sénégalaise)..."Un étranger qui vient manger le pain de Français"?

Il faut dire que le boulanger, Djibril Bodian a remporté le prix de la meilleure baguette de Paris en 2010. Un prix qui pendant une année engage le lauréat à répondre aux commandes de l'Elysée. 

L'année dernière c'est son collègue de la même rue, au "Levain d'Antan" qui l'a supplanté.

Ainsi depuis deux ans, ce sont des boulangers de la rue des Abbesses qui font marcher notre président à la baguette!

Brissot-Abbesses-052.JPG

Le 39 est un de ces immeubles du début du XXème siècle construits pour une population plus aisée qui chasse peu à peu les petites gens du quartier. Il est signé de Jean Galopin (1903) un nom impertinent pour une façade classique...

Ce J. Galopin se retrouve sur diverses façades parisiennes et sur le mur de villas de stations à la mode....

abbesses-galopin.jpg

                                      Villa "Les Genêts" au Touquet. Architecte : J. Galopin.       

Brissot-Abbesses-060.JPG

Le 40 a une certaine élégance avec ses larges baies plein Sud... Il est signé de Ch. Lefebvre (1907) dont on peut voir à Paris quelques réalisations, avenue Foch, rue Lafayette etc...

abbesses-50-charcuterie.jpg

                                              Le 43 (carte postale 1903

  Brissot-Abbesses-066.JPG

          La boucherie du 43 s'est transformée en cave à vins mais a gardé la marquise et le décor du XIXème siècle.

abbesses-45.jpg

                                                    Le 45 (carte postale 1902)

Brissot-Abbesses-068.JPG

                                                            Le 45 aujourd'hui

           Le modeste 45 peut s'enorgueillir d'avoir abrité en 1891 Jean-Baptiste Clément, maire de Montmartre pendant la Commune et auteur immortel du Temps des Cerises.

Brissot-Abbesses-072.JPG

             La rue Audran se faufile  entre une boutique de fringues et un bistro "Le Chinon".

Avez-vous remarqué le nombre de bistros et de restaurants sur les 418 mètres de la rue des Abbesses? 

"Le St-Jean, le Sancerre, le Chinon, la Mascotte, le Vrai Paris, le Village, le Templier, la villa des Abbesses, le Naoko, le Relais Gascon, la Pignatta, le Bruant, l'Aristide, la Cave des Abbesses, la Rughetta, la Friterie..." Ouf ! et je suis sûr que j'en oublie!

Brissot-Abbesses-083.JPG

Le 51 est un petit immeuble typique du Montmartre encore populaire. 

abbesses-abbaye-011.JPG

                                                                    La Mascotte (52)

Abbesses-et-Passage-007.JPG

Abbesses-et-Passage-008.JPG

La Mascotte est toujours là, au 52, mais l'immeuble construit au-dessus n'est plus l'établissement accueillant aux couples de passage qu'il fut pendant les années chaudes de Montmartre. Il s'appelait le "Pompéa", ce qui est tout un programme. Par souci de respectabilité, il changea son nom et devint l'Antinéa. La mystérieuse reine de l'Atlantide ne veilla pas longtemps sur lui puisqu'il finit par faire faillite. 

Brissot-Abbesses-094.JPG

Il a abrité au début des années 30 Edith Piaf venue de Belleville avec Louis Dupont, son premier grand amour.

abbesses-piaf-17-ans.jpg

La petite Marcelle, leur enfant, mourra à l'âge de deux ans. Piaf ne reviendra pas à Montmartre...

Brissot-Abbesses-085.JPG

      La rue Burq commence dans la rue des Abbesses. Elle est dominée par la maison d'une autre chanteuse populaire : Dalida.

abbesses-abbaye-015.JPG

Le "Bazar des Abbesses" au coin de la rue Burq, véritable caverne d'Ali Baba pour ménagères avisées a disparu. Aucun sésame ne le fera réapparaître.

Brissot-Abbesses-080.JPG

Le 54.. immeuble construit en 1882 par l'architecte C. Naudy que nous avons déjà rencontré dans la rue Berthe voisine...

Brissot-Abbesses-086.JPG

Le 55. L'architecte Alfred Besnard a su utiliser l'étroit espace pour concevoir en 1896 de lumineux ateliers d'artistes, presque entièrement vitrés. L'immeuble qui s'intègre parfaitement entre des constructions plus classiques n'a pas pris une ride!  Il semble contemporain alors qu'il a plus de 120 ans!

abbesses-pissaro.jpg

                           Atelier et jardin de Pissaro (rue Pissaro) à eragny sur Epte.

Le même architecte, décidément ami des peintres est l'auteur de la maison, plus classique, de Pissaro à Eragny sur Epte.  Sisley, Cézanne ou Renoir y vinrent rendre visite à leur ami...

Brissot-Abbesses-095.JPG

Au 59, le Café Bruant, à l'angle avec la rue... Bruant!
abbesses-van-dongen.jpg
                                 Le Chapeau Bleu (Kees Van Dongen)
Il était très apprécié de Van Dongen qui était un de ses fidèles habitués et y venait en voisin quand il habitait le Bateau-Lavoir.
abbesses-tholoze.jpg
.
abbesses-abbaye-005.JPG
.
Brissot-Abbesses-104.JPG
La rue Tholozé sert de frontière, côté pair, entre la rue des Abbesses et la rue lepic.

abbesses-lepic.jpg

                                  La rue Lepic (dans la continuation de la rue des Abbesses)

Brissot-Abbesses-108.JPG 

Le dernier numéro de la rue, le 65 fut le premier siège de la célèbre Commune Libre de Montmartre en 1921, dont comme chacun sait, Jules Dépaquit fut le premier maire.

La grande poissonnerie Peppone y fait flotter aujourd'hui une odeur de marée... 

Si Duconnaud, repris par Ferdinand Lop proposait de prolonger le boulevard Saint-Michel jusqu'à la mer, à Montmartre, c'est la mer qui vient jusqu'à nous !

Ce dont étaient persuadés les membres de l'Union Maritime de la Butte Montmartre dont faisaient partie Modigliani et Max Jacob!

 

..............................................................................................................

Liens :

1ère partie de la rue : Montmartre: rue des Abbesses (1)

 

Les autres rues faisant l'objet d'un article dans ce blog :

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

 

...................................................................................................................................................................

 

 

....    

Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 07:30

abbesses

                                        Carte postale de la rue des Abbesses (1902)

La rue des Abbesses est le centre vivant de Montmartre plus que l'avenue Junot large et froide ou la rue Caulaincourt opulente et bourgeoise.

Brissot-Abbesses-038.JPG

Elle va de la rue des Martyrs à la rue Lepic, au coeur de ce quartier qui est resté "artiste" à défaut d'être resté populaire.

place des abbesses utrillo2

                                                   Rue des Abbesses (utrillo)

L'étroit chemin médiéval s'élargit au XVIIème siècle pour devenir au XVIIIème rue de la Cure puis rue de l'Abbaye. Ce n'est qu'en 1867 que la rue reçoit le nom qui est toujours le sien, en souvenir des 43 abbesses qui dirigèrent l'Abbaye de Montmartre fondée en 1155 par Louis le Gros.

Abbesses-marie-louise-de-montmorency-laval.jpg

                              Gravure d'après un portrait de Marie-Louise de Montmorency-Laval

La dernière abbesse, Marie Louise de Montmorency Laval fut arrêtée pendant la Révolution, internée à Saint-lazare et guillotinée à la Barrière du Trône (Place de la Nation).

Elle avait alors 71 ans et était depuis quelques années sourde, aveugle et paralysée. Elle fut traînée devant le Tribunal Révolutionnaire où Fouquier- Tinville, jamais à court d'esprit, l'accusa d'avoir comploté "sourdement et aveuglément". Il s'en est peut-être souvenu lorsqu'il fut accusé à son tour et guillotiné un an plus tard.

 

1ère partie de la rue : des Martyrs à la rue Germain Pilon

abbesses-abbaye-014.JPG

                     La rue prise de la Place des Abbesses. Au fond, la rue des Martyrs.

abbesses-abbaye-012.JPG

La rue commence, côté pair, avec un bistro, "Le Carillon".

abbesses-abbaye-013.JPG

Il est resté fidèle au poste à travers les années...

martyrs 2 050

...Avant de devenir "Le Nouveau Carillon"...

Brissot-Abbesses-003.JPG

Brissot-Abbesses-002.JPG

                                                         Le 2

Côté pair un bel immeuble à pan coupé du XIXème siècle.

Brissot-Abbesses-005.JPG

      La plupart des immeubles dans cette partie de la rue datent du XIXème siècle. Ils sont moins exceptionnels que l'église Saint-Jean, étonnant édifice dû à anatole de Baudot qui utilise pour la première fois à grande échelle le ciment armé.

Brissot-Abbesses-022.JPG

Les Montmartrois eurent du mal à l'accepter et tentèrent d'obtenir sa démolition. Il y a encore des gens aujourd'hui qui font la grimace devant elle. Cette église à la fois austère et fantaisiste mérite qu'on s'y aventure, qu'on admires ses volumes, sa décoration orientaliste art nouveau, ses vitraux... (Eglise Saint-jean de Montmartre)

Brissot-Abbesses-007.JPG

Parmi les commerces de ce début de rue, je fais un choix très personnel en vous recommandant le Naoko et ses yakitori succulents servis avec le sourire de Qinfei... 

Brissot-Abbesses-012.JPG

La boulangerie du 6, Au levain d'Antan, vous permettra de croquer les mêmes baguettes que notre Président et ses invités à l'Elysée. 

En effet, Pascal Barillon a obtenu le prix de la meilleure baguette parisienne 2011, ce qui l'engage à fournir à l'Elysée son pain quotidien. Il a succédé à un autre boulanger, Djibril Bodian du Grenier à Pain, au 38 de la même rue.

abbesses-charles-d-avray.jpg

                                                            Charles d'Alvray

Un autre grenier était établi au 6, c'était le Grenier de Gringoire, cabaret animé par l'anarchiste Charles d'Alvray, soupçonné d'y avoir hébergé, en 1923, le jeune Philippe Daudet, fils de Léon, avant son suicide dans un taxi sur le boulevard Magenta. Une affaire qui défraya la chronique...

Brissot-Abbesses-017.JPG

Au 11, l'écrivain Roger Vaillant a vécu pendant la guerre alors qu'il était résistant. C'est là qu'il commença la rédaction de "Drôle de Jeu".

Abbesses-vaillant.jpg

                                                                    Roger Vaillant

Son autre adresse montmartroise était également au 11, mais rue Ravignan, à trois cents mètre de là...

Savait-il que vivait sur la Butte, en voisin, rue Girardon, Céline occupé à commettre ses pamphlets antisémites ?

abbesses-abbaye-019.JPG

Brissot-Abbesses-019.JPG

Les 15 et 17 sont de petits immeubles de la première moitié du XIXème siècle, typiques  de Montmartre. Ils donnent sur la Place des Abbesses.

Brissot-Abbesses-020.JPG

                               La station "Guimard" transplantée sur la Place en 1974

... et sur la station de métro la plus photographiée de Paris mais qui est une exilée de la place de l'Hôtel de Ville où elle a peut-être assisté au Baiser de Doisneau !

place abbesses mairie

Au 14 de la rue s'élevait la vieille mairie de Montmartre qui fut pendant la Commune un haut-lieu de résistance. Jean-Baptiste Clément y fut maire...

Il serait juste de planter aujourd'hui sur la place quelques cerisiers....

Brissot-Abbesses-023.JPG

Les 16 et 18 ...

Brissot-Abbesses-037.JPG

Le 20 où l'on trouvait jadis le restaurant de la Mère Bataille fréquenté par les peintres : Vincent Van Gogh qui habitait non loin de là, chez Théo, rue Lepic, Gauguin de passage à Montmartre. On y rencontrait également des poètes comme Coppée ou Catulle Mendès et des politiques comme Jaurès...

 

... et le Passage des Abbesses, anciennement Passage de l'Arcade...

Brissot-Abbesses-026.JPG

Le 21 est un petit Hôtel du début du XIXème siècle, aujourd'hui annexe de l'église. Il fut un temps la demeure de la Malibran dont la voix émut les poètes romantiques et dont la beauté suscita bien des passions...

abbesses-malibran.jpg

                                                                   La Malibran

L'hôtel servit également de résidence privée aux maires de Montmartre qui n'avaient que trente mètres à franchir pous se retrouver dans leur mairie...



Brissot-Abbesses-040.JPG

Au 31, Le théâtre des Abbesses, deuxième salle du Théâtre de la Ville...

abbesses-cochon-rose.jpg

                                       Commerces remplacés par le théâtre

abbesses-abbaye-018.JPG

                Les petits immeubles et le "Cochon rose" peints par Gilbert Fleury en 1956

La salle a été inaugurée en 1996 et dresse sa façade néo-classique due à l'architecte Charles Vandenhove à l'emplacement d'une boucherie et d'une charcuterie "le cochon Rose" ...

Brissot-Abbesses-041.JPG

Est-ce en souvenir de ce cochon que le théâtre s'est mis en rose?

Des artistes comme Olivier Debré (peintures des murs des galeries) et Daniel Buren (cour, foyer) ont participé à sa décoration.

2011 1231Pilon-Vitraux-St-Jea0001

La rue Germain Pilon descend vers Pigalle et longe le théâtre. C'est à cet endroit qu'eut lieu le 23 mai 1871 le massacre de plusieurs dizaines de Communards.

ravignan1

                                             28 rue des Abbesses. Le Café Fauvet.

De l'autre côté de la rue, il y avait au 28 un café très fréquenté par les artistes de la Butte : le Café Fauvet.

 Brissot-Abbesses-042.JPG

Il fut remplacé par un hôtel : le Bouquet de Montmartre, lui même supplanté par un commerce de cosmétigues...

abbesses-14-juillet.jpg

  ..................................................................................................................................................................

...à suivre : 2ème partie de la rue: De Germain Pilon à Lepic.

Montmartre. Rue des abbesses (2)

............................................................................................................

      Lien : Tous les articles sur les rues de Montmartre :

Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

 

 

..................................................................................................................................................................

 

 


 


Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:00

      Rue-Berthe-031.JPG

                                                    La rue Berthe vers l'est

Rue-Berthe-049.JPG

                                                     La rue Berthe (début, vers l'ouest)

La rue Berthe n'est pas  pas vraiment belle, pas vraiment pittoresque... mais elle témoigne authentiquement du Montmartre du XIXème siècle avec ses immeubles modestes que le soleil éclaire à peine, comme s'il passait par-dessus pour aller se prélasser sur les pierres blanches du Sacré-Coeur.

Rue Berthe 040

L'étroite rue (7,3 m) a été lotie en 1843 et s'appelait à l'origine rue du Poirier, du nom de l'arbre fabuleux qui s'élevait dans les jardins de la guinguette du "Poirier sans Pareil" rue Ravignan ( Rue Ravignan) 

C'est en 1873 qu'elle prit, comme Gabrielle, sa voisine parallèle et supérieure, le nom de la fille, pas forcément au grand pied, d'un propriétaire du terrain loti.

Sa partie orientale, entre les rues Drevet et Foyatier lui a été ravie, en 1978 pour devenir rue André Barsacq.   ( Rue Barsacq).

Mais sa numérotation n'a pas changé et c'est par les n° 18 et 29 qu'elle débute aujourd'hui !

Rue-Berthe-001.JPG

Berthe-boulange-leprin-001.JPG

                                                               Gilbert fleury (1956)

Berthe-et-Providence-005.JPG

Au 18, il y eut jusque dans les années 60 une boulangerie-pâtisserie...

 

Rue-Berthe-003.JPG

Le 29 est un petit immeuble construit en 1840, lors de l'ouverture de la rue Drevet. Il donne en partie sur les escaliers étroits...

Rue-Berthe-044.JPG

Le 20 est un pavillon édifié en 1882 par l'architecte Garreau pour servir d'atelier de peinture. C'est un lieu qu'on pourrait dire historique car c'est là qu'en 1922 s'ouvrit le premier cabaret de travestis de Montmartre : "La Petite Chaumière".

La boîte n'occupait que deux petites pièces du rez de Chaussée, ce qui facilitait les rapprochements.

 Elle était dirigée par Monsieur Tagada (un nom choisi par plus d'un travesti actuel) et animée par un zèbre au joli nom poétique : Zigouigoui.

berthe-charpini.jpg

                                     Le travesti Charpini en Manon (de Massenet)

C'est à la petite Chaumière que Gaston Baheux, surnommé bien avant Mitterrand, "Tonton", fit ses premières armes. C'est là qu'il connut Charpini le célèbre travesti qui le suivra plus tard au Liberty's, place Blanche, quand il en fera l'acquisition et y attirera le Tout Paris de Cocteau à Piaf en passant par Mistinguett et Carco...

Berthe-Baheux.jpg

                             Baheux (2ème plan, accroupi derrière l'homme auchapeau dans les mains) dans son cabaret en 1951 (il le fermera en 1956). On reconnaît Marcel Aymé à l'arrière-plan.

Le Liberty's ne fut jamais appelé ainsi par les habitués qui préféraient dire qu'ils allaient chez Tonton!

Rue-Berthe-042.JPG

Au 24 une galerie d'art '"Jeune création"... expose en ce moment (février 2012) des oeuvres d'Adamantios Kafetzis.

Rue-Berthe-006.JPG

Le 33 se fait remarquer... Il est le seul immeuble dont la façade soit de pierres de taille dans la rue où moellons et plâtre sont la règle... il est plus jeune que ses voisins et date de 1888. Son architecte est Grasset-Lagarde qui a gravé son nom sur quelques rares façades parisiennes (222 faubourg saint-Martin, 17 rue du Canal Saint-Martin). 

Rue-Berthe-007.JPG

La galerie spécialisée dans les arts de l'Himalaya y était bien à sa place près des sommets de la Butte ! Et pourtant, depuis plusieurs années, elle est redescendue dans la plaine, rue Visconti à St Germain des Près... 

Rue-Berthe-041.JPG

Les 35-37-39 se suivent et se ressemblent comme bien d'autres immeubles de la rue. Ils sont contemporains de l'ouverture de la rue entre 1840 et 1850.

Immeubles plâtreux qui étaient habités par de petites gens qui avaient du mal à payer leur loyer aux propriétaires des "immeubles de rapport"  construits comme leur nom l'indique, pour "rapporter" un maximum d'argent...

les locataires font partie de ce peuple de Montmartre que l'on retrouve dans les romans de Zola et qui se mobilise pendant la Commune.

Rue-Berthe-033.JPG

Mêmes immeubles aux 41-43-45-57 et 59...  Ils occupent presque tout le côté impair de la rue et lui confère cet aspect uniforme et triste.

La Butte, au milieu du XIXème siècle était une banlieue bon marché. Ce n'est qu'en 1860 qu'elle fut rattachée à Paris ! 

Berthe-isabeau.jpg

Si vous passez la porte du 51, il se peut que vous ayez la surprise de découvrir un jardin secret et une une maison de contes de fées. C'est là que vit Isabeau, chanteuse de Paname à la chevelure de feu et à la voix frémissante  et passionnée...

 

-Rue-Berthe-023.JPG

     Le 46, plein sud, profite de la percée de la rue Androuet ouverte en 1840 et qui s'appelait à l'origine rue de l'Arcade, comme le passage qui la prolonge et qui est aujourd'hui passage des Abbesses.

berthe-androuet.jpg

Jacques Androuet du Cerceau est un architecte du XVIème siècle qui malgré son air sévère a contribué à la réalisation de plusieurs châteaux de la Loire...                                                                                                                          

Rue-Berthe-034.JPG

                                                                   Rue Androuet

Rue-Berthe-024.JPG

                                                                           Le 48 rue Berthe                                                       

Rue-Berthe-030.JPG

                                          Le 50 (à gauche) typique de l'architecture faubourienne et le 59 (à droite) derniers immeubles avant la place.

berthe2.jpg

belvedere.jpg

Les cartes postales de la rue permettent de constater qu'elle a peu changé depuis la fin du XIXème. 

Exception faite de l'angle avec la rue Ravignan là où posaient de petits poulbots et où s'élève aujourd'hui à la place du pavillon et de ses jardins, un gros immeuble et une pharmacie...

Ravignan 035

Rue-Berthe-029.JPG

      Fin de la rue sur la Place Emile Goudeau et le Bateau-Lavoir. 

berthe-utrillo.jpg

                                                              Utrillo (rue Berthe)

Peu de peintres ont planté leur chevalet dans la rue Berthe. L'un deux pourtant, et non des moindres, y eut au 21 un minuscule pied à terre : Pissaro !

Mais le 21 ne fait plus partie aujourd'hui de la rue Berthe... Il est passé côté Barsacq...

berthe-pissaro-lapin-agile.jpg

                                                               Le Lapin Agile. Pissaro.

Avec ses immeubles dont la plupart datent de la première moitié du XIXème, la rue Berthe est sans doute une de celles qui donne le mieux à voir le Montmartre d'avant la légende, la banlieue où venaient vivre employés et artistes fauchés...  

Elle est aujourd'hui comme le chante Berthe Sylva, une rue "où l'on passe".... 

 

.............................................................................................................

 

Liens : les rues de Montmartre :  Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

.............................................................................................................

 

.............................................................................................................

 

 

 

...................................................................................................................................................................

Repost0

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche