Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 07:00

 

 Berck bateaux

 

Ma ville opale

 

Ma ville aimée ma ville opale

Si tu savais combien j'ai mal

D'avoir perdu le goût du sel

Le goût de la mer et du ciel

  

Tu étais la seule aventure

La voile blanche des matures

Les îles nues parmi les dunes

Le cri du guetteur dans la hune

 

Ma ville aimée ma ville opale

J'étais marin j'étais indien

je nageais avec les étoiles

je dormais en rond comme un chien

 

Une femme au parfum étrange

Me parlait quelques fois des anges

Et lorsque j'étais orphelin

Posait sa joue contre ma main

 

Je n'étais pas encore un homme

Dans la chambre de "Moï Dom"

Et si le noir me faisait peur

Le phare y jetait ses couleurs

 

Ma ville aimée ma ville opale

Un jour de janvier un jour pâle

Je reviendrai sans un bagage

Et je marcherai sur la plage

 

Une femme au parfum étrange

Me tendra un quartier d'orange

Et me suivra de ses yeux verts

Lorsque j'embrasserai la mer 

 

Bercl lune


Liens : Poème. Berck sous la dune.

Poème Alzheimer. Avant la mort.

Poème. Mère amère.

Poème: Alzheimer. Les mots.

Poème: Tes morts

Poème. Maison de mon père.

Poème d'amour. La nuit à côté de toi.

 

...

Partager cet article

Repost 0
Published by chriswac - dans POEMES...Divers
commenter cet article

commentaires

Patrick Rosa 23/02/2015 12:52

Bonjour.
Très belles lignes sur la plage et bord de mer si Romantique de Berck Plage.
P. Rosa

christian 23/02/2015 16:58

Merci pour votre message! On ne guérit pas de son enfance, surtout quand elle a eu pour paradis perdu les dunes sauvages et l'immensité des plages. J'ai découvert avec plaisir votre blog, vos photos et vos poèmes où agit le charme de cette région.
Cordialement

Jacqueline Hirschi 18/10/2010 23:42



Bonsoir, découvrez    mots-posters.over-blog.com  et   palau.over-blog.com


 


ou   www.myswitzerland.com/français


 


Je trouve votre blog insolite et intéressant - félicitation!



Quentin 14/10/2010 09:27



c'est vrai que cette ville que je connais bien invite au souvenir et à la rêverie. Les dunes malheureusement souffrent beaucoup pendant l'été.



Haddon 12/10/2010 11:59



Les photos ne sont pas de moi. Je les ai trouvé sur le net.


Amitiés.



Haddon 12/10/2010 10:50



Merci pour votre accord ! Beaucoup me disent que ce blog est un copier-coller des oeuvres des autres, ajoutant au passage que je ferais mieux de publier mes écrits... Pour l'heure, je les garde
pour moi.


Pour répondre à votre question, je n'ai encore jamais écrit sur Berck mais j'y ai arpenté sa plage tellement de fois allant jusqu'à Merlimont et m'imprégniant des couleurs, des odeurs, des gens.


Bien à vous. Amitiés.


 



chriswac 12/10/2010 11:09



Je ne comprends pas la critique qu'on vous adresse. Si vous offrez une rose rouge à un passant, va t-il vous reprocher de ne pas en être le créateur! il y a au contraire beaucoup de générosité à
partager et à prendre le temps de le faire. Les photos sont-elle de vous? Je trouve remarquable le mouvement des cabines et des nuages sur la première.


La balade dont vous parlez je l'ai faite moi aussi, de l'hôpital Maritime jusqu'au Touquet, en filant en char à voile devant Merlimont et Stella! 


Amitié.


Merci pour ce poème que vous avez accueilli.


 



Haddon 11/10/2010 12:26



Un poème superbe sur une ville que je connais bien. Bravo !


Je souhaiterais avec votre accord publier ce poème sur mon modeste blog.


Je me suis déjà permis un lien vers votre blog que je trouve remarquable.


A vous lire.


Haddon, amoureux des mots.



chriswac 11/10/2010 17:40



Vous connaissez Berck! Avez-vous écrit sur la ville ou sur le sable? j'ai visité votre blog qu'on ne peut certes pas qualifier de modeste quand on y rencontre Artaud, Cros et Cie! Mes mots jetés
parmi les leurs seront comme des moineaux sous un ciel de goélands! 


Prenez les textes qui vous plaisent. Ils seront avec vous en de bons yeux. Je me permettrai aussi, sauf interdiction formelle, de mettre votre blog en lien...


 



titouan 11/10/2010 10:28



Ces paysages du nord sont vraiment des contrées de l'âme. Ils sont ce qu'il y a de plus vivant et de plus proche de l'éternité.



Sébastien Broucke 10/10/2010 16:19



J'aime à lire le poète, reconnaître sa patte, goûter ses mots, sa voix, son tempo, sa musique...


Savoir qu'il ne ment pas, parce qu'il ne le peut pas, me plaît.


A bientôt.


SB


Question : Deux vers n'auraient-ils pas été inversés au 3° quatrain ?...



Chti 10/10/2010 09:52



Une belle déclaration à notre Berck. Les années qui passent, de l'enfance à la vieillesse ressemblent aux marées sans limites de cette côte. Elles rythment les années mais sont toujours
semblables. L'enfant que vous y étiez retrouvera l'enfant que vous êtes devenu.



Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche