Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 07:50

   

tableaux-St-Pierre--St-Jean-041.jpg


 Matin clair, matin de lumière sur la petite église de Sceaux. Nous sommes réunis, enfants et petits enfants autour du cercueil, comme autour d'une barque qui va s'éloigner du quai et partir en pleine mer, dans le scintillement du soleil.

Pour ceux qui ont connu mon père et qui l'ont aimé, voici les textes de cet au-revoir.
 
Accueil :

Vincent, mon petit frère lit les mots que papa a écrits, dix ans plus tôt, en prévision de ce jour.

   J'aurais aimé vous accueillir moi-même pour vous remercier d'être venus ici autour de mon épouse et de notre famille, mais pour des raisons que vous comprendrez, je suis sans micro, et contraint d'emprunter le système vocal de celui de mes fils qui sera volontaire!

  Je voudrais vous associer à ma joie d'être retourné dans la demeure éternelle de Dieu. Je voudrais vous demander de chasser la tristesse. Ne me cherchez pas parmi les morts mais dans vos souvenirs des moments partagés, dans la communion de la vie.

 J'ai retrouvé au moment où je vous parle, tous ceux qui sont partis avant moi. J'ai retrouvé mon fils Jean-Loup et ma fille Marianne avec lesquels je n'ai cessé de vivre.

  Vous qui êtes présents aujourd'hui, je continuerai de vous protéger plus intensément parce que la mort n'est qu'un passage et que mes prières pour vous seront désormais des intercessions directes.

  Avec ceux que j'ai rejoints, avec vous tous, réunis dans cette église, dans la sérénité, avec le sourire de l'Espérance, que la messe commence!

 Que mes petits enfants allument les cierges dont la flamme prise au Cierge pascal, symbolise la continuité de la Vie et la Résurrection du Christ qui préfigure la mienne et la vôtre. 


papa2-003.JPG

 Première lecture :  Première épître  de saint-Paul aux Corinthiens.

  Quand je parlerais la langue des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je ne suis qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit.
  Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter les montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.
  Quand je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert de rien.
  L'amour est indulgent; l'amour est serviable; il n'est pas envieux; il ne fanfaronne pas, ne se gonfle pas; il ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal; il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.
  L'amour ne passe jamais.
  Les prophéties? Elles disparaîtront; Les langues? Elles se tairont. La science? elle disparaîtra. Car partielle est notre science, partielle aussi notre prophétie. Mais quand viendra ce qui est parfait, ce qui est partiel disparaîtra.
  Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Une fois devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.
 Car nous voyons à présent à travers un miroir obscur, mais alors ce sera face à face.
 A présent, je connais d'une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.
 Maintenant donc trois choses demeurent : la foi, l'espérance et l'amour. Mais la plus grande des trois, c'est l'amour.

A propos de ce texte, une chose extraordinaire s'est produite... Mon père l'avait prévu, il y a dix ans. Or, c'est le texte que la liturgie avait choisi cette année 2010 pour la messe anticipée du samedi 30 janvier, le jour de sa mort. Il a donc été lu dans toutes les églises, deux heures après sa mort.


Dad-9-avril-001.jpg


Psaume 22

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre;
Il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
Car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis:
Tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie;
J'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.


dad-neige-297.jpg
Dessin offert par jean-Loup à son père. L'ange de la Résurrection vient ouvrir les tombeaux.


Evangile (Luc 24)

Le premier jour de la semaine, à la pointe de l'aurore, elles allèrent à la tombe, portant les aromates qu'elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée devant le tombeau, mais étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Et il advint, comme elles demeuraient perplexes, que deux hommes se tinrent devant elles, en habit éblouissant; Et tandis que, saisies d'effroi, elles tenaient leur visage incliné vers le sol, ils leur dirent : "Pourquoi cherchez-vous parmi les morts, Celui qui est vivant?"

C'est 
ce même évangile que mon père avait choisi après la mort de son fils aîné. C'est lui qui demanda qu'on arrêtât la lecture sur cette interrogation. La réponse vient après. "il est ressuscité". Mais papa ne voulait pas donner la réponse à la question, sachant que ses enfants et petits enfant n'étaient pas chrétiens pour la plupart. Il voulait que chacun réponde à la question avec son coeur.


dad-003.JPG

Prière universelle . Lue par ses deux filles, Rosine et Sylvie et par son plus jeune fils Vincent.

"Ne cherchez pas parmi les morts celui qui est vivant."

  Nous te bénissons Seigneur pour les parents que tu nous as donnés et qui se sont unis devant toi, un jour de février, dans la cathédrale d'Arras.
  Pour notre père qui nous réunit aujourd'hui aujourd'hui et qui reste vivant.
 Vivant dans ses enfants, ses petits enfants, ses arrière petits enfants Mila et Nino.
 Vivant dans les ombres et les lumières qui nous habitent. Les étés de l'île d'Oléron, les repas qu'il aimait servir, les poèmes dont il nous fit cadeau, l'humour qui animait son regard.
 Vivant dans les mots qu'il nous laisse et cette phrase, sans cesse répétée ces dernières années : "Mes enfants, vous êtes mon bonheur, vous êtes ce qu'il y a de plus beau dans ma vie."

"Maintenant, trois choses demeurent, la foi, l'espérance et l'amour. Mais la plus grande des trois, c'est l'amour."

 Nous te bénissons Seigneur
 Pour celui qui prend son père dans ses bras et le lave comme on lave un enfant.
 Pour celui qui choisit de devenir infirmier, de mettre sa jeunesse, sa force et son sourire au service des malades.
 Pour ceux qui s'engagent dans le service des autres, des malheureux, des isolés, des réfugiés, des personnes âgées.

"Là ou deux ou trois sont réunis pour prier, je suis au milieu d'eux."

 Nous te bénissons Seigneur
 Pour notre assemblée de ce jour, pour ceux qui sont venus te dire ce que peut-être ils n'ont jamais dit et que tu entends aujourd'hui.
 Pour toutes ces vies réunies autour de toi, avec leurs pensées, leurs rêves, leurs projets, leurs secrets, comme autant de flammes autour d'un départ.
 Permets que chacun de nous, alors que se taisent un instant les bruits du monde, entende résonner dans son coeur les mots que papa veut lui dire : "Je t'aime".

louis-wacrenier-002-copie-1.jpg

Témoignages :

Mon frère Bruno lit la dédicace que papa a écrite sur un livre qu'il lui a offert pour un Noël du passé. Ce livre, c'est l'Almanach du jardinier.

"Pour que tu plantes parmi tes graines, celles des fleurs qui disent :
 "Je t'aime"
 "J'espère"
 "Ne m'oublie pas..."

Ton vieux papa, en ce Noël 94.

Bruno ajoute ces mots :
 
 J'ai regardé ce qui était écrit dans cet almanach à la date du 30 janvier, jour de la mort de papa :

"Commandez maintenant les graines à semer au printemps."

dad-001.JPG



Ma soeur Sylvie lit la dédicace que papa a écrite sur un de ses recueils de poésie, " Sur fond de Gueule" avec l'acrostiche de son prénom :   

Sous l'ombrage de mes années
Y veille un hibou qui hulule...
Le temps où tu n'étais pas née
Voyait fleurir des campanules
Il en reste ces brins fanés
Et l'amour que l'on s'est donné.

A celle qui  est et restera la petite princesse blonde de son papa.

louis-wacrenier-001.jpg

Enfin, je lis un petit texte que j'ai écrit la veille.

  Il s'est dépouillé de tout ce qu'il avait.
  Il a tout donné.
  Et quand il n'avait plus rien, la maladie est venue se servir et se repaître de sa mémoire.
 Un matin, il s'est réveillé comme un enfant apeuré qui ne reconnaît rien autour de lui.
  Il y avait dans sa résidence de la Faïencerie, une amie, une artiste qui peignait chaque jour pour lui une aquarelle nouvelle.
  Il y avait un de ses fils qui en retenant ses larmes, prenait soin de lui avec des gestes de tendresse dont on imagine seules les mères capables.
  Il y avait une de ses filles qui s'étendait près de lui, lui prenait la main et lui parlait.
  Et puis il y eut ce soir de novembre.
  La disparition dans la nuit.
  Il y eut ce départ de Sceaux. 
  Il y eut cette chute et cette ultime opération.
  Trois mois terribles.
  Trois mois de nudité et d'exil.
  Trois mois pendant lesquels les seuls mots qui venaient à ses lèvres étaient des remerciements pour ceux qui le soignaient et des "je t'aime" pour ceux dont le nom émergeait de l'oubli.
 Il ne jouait plus de jeu.
 Il ne portait plus de masque.
 Il était loin de notre comédie et de nos mensonges.
 Il avait le visage de la pauvreté et de l'humilité.

Et c'est alors que sur lui se refléta un autre visage.
Un visage de pauvre.
Un visage d'humilié.
Le visage du Christ.
 
jean-loup-christ-002.jpg
                         Un des premiers tableaux de Jean-Loup Wacrenier, offert à son père. 

 

Pendant la communion, j'ai demandé au prêtre de passer le Laudate Dominum de Mozart que mon père aimait particulièrement. Nous n'avons eu droit qu'à une vague musique en sourdine... à peine audible. Voici donc ce que nous aurions dû entendre :






louis-wacrenier-002.jpg
Petite famille, mon père et les quatre premiers enfants. Jean-Loup, Christian, Bruno et Rosine.


dad-007.JPG
Grande famille: mon père, ma mère, ma grand-mère paternelle et les sept enfants. Sylvie derrière ma grand-mère, Marianne sur la chaise et Vincent au premier plan.


Lien : Poème. Mon père est mort.


...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chriswac - dans WACRENIER
commenter cet article

commentaires

Nirvana 09/02/2010 09:52


J'aimerais avoir une telle famille.


Frederique 08/02/2010 18:25


Un mot de la part de Maman (Aline). Elle vient de subir une intervention à la main, mais elle t'écrira prochainement.  Elle m'a téléphoné pour me dire qu'elle venait de lire ton texte sur
internet mais ne peut écrire de commentaire avec son handicap. Je cite ses paroles: "Ce texte est magnifique et m'a beaucoup aidée alors que j'étais encore effondrée de chagrin". Je confirme: ce
beau texte est porteur de Lumière et de paix.


Frederique 08/02/2010 17:31


Nous te disons notre soutien cher Christian. Que d'émotion à la lecture de ces pages, à tel point que je préfère t'écrire une lettre qu'un commentaire qui ne pourrait traduire ce que je ressens. En
particulier en voyant la dernière photo de ton article d'aujourd'hui, une photo douce et terrible à la fois. Merci pour ce récit poignant, pour les poèmes déchirants de vérité.
 Je vous embrasse très fort toi et Nicole, j'envoie une lettre demain.


chriswac 09/02/2010 08:27


Merci Frédérique. Quelle leçon que ce dépouillement et cette nudité! Lui qui voulait tant "convertir" sa famille, il l'a fait au moment où il était dépossédé de lui-même. Nicole et moi nous
t'embrassons. 


nivôse 07/02/2010 16:56


Une messe avec une grande unité dans les paroles et dans la confiance.


Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche