Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 06:45












    Les touristes égarés de ce côté de la Butte, ne manquent pas d'être étonnés par ce grand immeuble et son fronton sculpté.
   Ils ne peuvent imaginer l'importance et le luxe de ce qui fut le plus grand des grands magasins de Paris : les Galeries Dufayel, Palais de la Nouveauté.

   Dufayel, simple commis à l'esprit entreprenant, reprit le magasin de son patron (créé en 1856) et grâce à ses initiatives audacieuses, en fit le temple de la consommation populaire.
   Heureux temps où l'on pensait le progrès capable de réaliser tous les rêves et où l'on prenait notre planète pour une bonne mère inépuisable dont on pouvait goûlument téter les mamelles pour les siècles des siècles!



    ...Le voilà le Progrès souriant, entraînant au grand galop de son char d'opérette le commerce et l'industrie.
        Il est l'oeuvre de Dalou,  sculpteur utopiste qui a donné à la Place de la Nation la belle allégorie qu'on y peut toujours voir : la Patrie, fière et sûre d'elle, les pieds posés sur le globe terrestre, lui même emporté sur un char tiré par des lions, s'élance, immobile, vers l'avenir radieux...






    Le commerce est symbolisé sur les façades : la tête au casque ailé de Mercure, rue Christiani,  le caducée, les cornes d'abondance et le même casque, rue de Sofia (anciennement rue de la Nation)...



    Du côté de la rue Christiani, s'élève le "petit dôme" et l'immeuble où vécut et mourut le chansonnier de la Butte, Aristide Bruant. Lui qui regrettait les constructions bourgeoises qui supplantaient les simples maisons populaires, lui, l'ami des pauvres et des prostituées, choisit de vivre comme un bon bourgeois dans "une maison d'six étages, ascenseur et chauffage...qui détruit les anciens maquis". Ironie du sort, il pouvait voir de ses fenêtres la grosse tête sculptée de Mercure, dieu du commerce (et des voleurs).




Le petit Dôme à l'angle des rues de Clignancourt et Christiani.



     L'apogée des Galeries coïncide avec les années 19OO. Dufayel joue alors les mécènes. Il fait donner des concerts dans le théâtre dont nous pouvons regretter la disparition ainsi que celle du palmarium à l'ambiance tropicale, du grand salon de lecture, des galeries d'exposition...


Escalier à double volée du théâtre... Une prouesse architecturale de l'Art Nouveau... réduite à l'état de souvenir imprimé sur une carte postale.


La scène du théâtre...



    Le palmarium où les visiteurs pouvaient se reposer dans la douce chaleur, bercés par le chant des oiseaux, plus agréable sans doute que les annonces publicitaires sur fond de mélodies doucereuses qui nous poursuivent dans les allées de nos super marchés.

     Petit détail charmant : la maison Dufayel offrait à chacune de ses visiteuses, au moment où elle quittait le magasin, un bouquet de fleurs de saison!



    Les rayons les mieux garnis étaient ceux de l'ameublement, comme cette galerie des lits. La mode était alors aux lourds meubles marquetés...      


La galerie des sièges.



   Il y avait aussi une piste cycable qui permettait aux amateurs d'essayer leur monture avant de se décider.
   Il y aura un peu plus tard un cinématographe...
   Bref, les clients étaient alors gâtés, même si le sieur Dufayel ne perdait pas de vue qu'ils étaient avant tout des acheteurs.
    
"Moi messieurs, je ne travaille qu'avec les pauvres. Vous ne pouvez pas imaginer ce qu'il y a d'argent chez ces bougres-là".






  Pour mieux aspirer cet argent populaire, Dufayel inaugura les paiements par mensualités. Ses encaisseurs étaient chargés de se rendre chez les clients pour récupérer dans leur profonde sacoche, le précieux argent...


    Notons que parmi les employés aux écritures figura un certain Max Jacob!
    Le poète qui vivait à Montmartre devait se sentir bien "albatros" sur le plancher de ce navire de commerce!




L'entrée rue de Sofia, hier et aujourd'hui, de Dufayel à la BNP.




Angle Barbès-Christiani, aujourd'hui et hier. Que sont devenus ces dômes à l'allure orientale?


Angle Barbès-Sofia. On devine au loin le Sacré Coeur dont la construction a commencé bien après celle des Magasins Dufayel.

   Mais Dufayel s'est laissé griser par son succès. Il a ouvert plus de 400 succursales et après avoir été ruiné par des placements aventureux, a fini par se suicider dans son hôtel particulier des Champs-Elysées.

   Par chance la BNP a sauvé les bâtiments (ce n'est sans doute pas pour des raisons artistiques) et on peut aujourd'hui essayer d'imaginer tout ce petit monde parisien venu à pied ou à cheval, passer la journée dans ce Palais de la Nouveauté, entre palmiers et musique, entre salle de lecture et galeries marchandes...
   Un temps bien révolu...
   Si Dufayel avait été banquier et avait vécu de nos jours, il aurait été renfloué par l'argent public et n'aurait pas fait faillite!

    Autres temps, autres moeurs!


Le dôme principal (rue de Clignancourt,face à la rue André Del Sarte) qui portait un phare électrique dont les rayons balayaient le ciel nocturne.


Détail de la décoration intérieure du grand dôme.


Une des écuries....


Les Galeries Dufayel avaient acquis, au début du vingtième siècle, une telle célébrité que lorsque des "provinciaux" visitaient la capitale, elles faisaient partie du circuit des monuments et curiosités!
Ainsi, le 25 septembre 1904, 1200 Calaisiens, invités par les poissonniers des Halles, vinrent-ils s'y promener. Les femmes avaient mis leur fameux soleil, coiffe traditionnelle du Calaisis, et les hommes en vareuses, arboraient sur leur poitrine leurs médailles de sauveteurs...




(Merci à Ombellule pour les documents qu'elle m'a fait parvenir et qui m'ont permis de compléter cet article. Je vous conseille son blog si vous aimez Montmartre et le 18ème arrondissement : http://ombellule.blogspot.com/)






Lien : rue André Del Sarte Montmartre.


...





Partager cet article

Repost 0

commentaires

MAREUIL Monique 19/01/2017 14:56

Pouvez vous me faire connaître les possibilités de publier dans un ouvrage le dessin des 4 employés de M Dufayel? Je participe à un livre sur la ville de Deuil en 1914;Des habitants de Deuil travaillaient chez M Dufayel en 1911; Merci pour votre réponse. M Mareuil

DUFOUR 24/12/2010 16:27



Bien reçu votre réponse. Je reconnais que ma réponse était légèrement "abrupte". Mais ce ton n'était qu'une réaction à des propos déformés. Ce Monsieur Dufayel n'a pas eu de descendants, a sans
doute été un "patron" dur avec son personnel, etc... Mais en lisant son testament, on s'aperçoit qu'il a légué une partie importante de ses biens à ses employés !!!


Communiquez-moi votre adresse de messagerie, et je vous enverrai les pages les plus importantes du document précité. La fortune de ce génie des affaires - je n'apporte aucun jugemùent personnel
sur la personne, il avait probablement un caractère assez tranché - na rien à envier à certaines fortunes actuelles, et qui font la une des journaux télévisés depuis plusieurs mois !!!


Et cet homme se targuait d'acheter ses biens TOUJOURS AU COMPTANT !!


Les biens immobiliers qu'il avait à Sainte-Adresse, sur 15 hectares de terrains - 4 gigantesques immeubles nommés Palais des Régates, Palais du Commerce, Hôstellerie et Immeuble Dufayel, et une
quinzaine de "villas" possédant en moyenne une douzaine de grandes pièces - il avait fait construite une gigantesque digue en béton le long du littoral pour protéger le rivage des attaques de la
mer, et cette digue existe encore -, représente un faible pourcentage de sa fortune !!!!


Et je vous le confirme ! C'est une bronchite qui a évolué en pneumonie aigue qui l'a emporté en trois jours. En 1916, il n'y avait pas d'antibiotique.



chriswac 26/12/2010 18:18



Merci beaucoup pour toutes les précisions que vous me donnez. Je corrigerai mes erreurs et avec tout ce que vous m'apportez, je pourrai peut-être écrire un article plus complet et plus juste sur
cet homme. Mais vous savez qu'à Montmartre les légendes ont la vie dure et que bien des plaques apposées sur des immeubles ou des places sont de pures inventions! vous pouvez me contacter :
chris.wac@orange.fr


cordialement


 



DUFOUR 24/12/2010 13:44



Commentaire sur la partie du texte informant du suicide de Georges Dufayel...


Il a été écrit beaucoup de niaiseries sur le personnage, qui a toujours été la cible de nombreux détracteurs. C'est la première fois que je lis qu'il se serait suicidé...


Et la raison du suicide invoquée : la fallite.


J'accepte volontiers de toucher le fruit de sa faillite !!!!!


Il suffit de lire, lorsque l'on veut bien s'informer, les 67 pages de la déclaration de mutation par décès de Georges Dufayel, présenté par Auguste Rives, architecte et légataire
universel. Le chiffre global donné à la page 27 donne le vertige. Ce chiffre fait suite à une énumération impressionnante de biens immobiliers. Quand aux valeurs par actions, il suffit de lire
les pages suivantes. C'est ahurissant !!


Quand à son décès je n'avais jamais lu qu'une grave bronchite pulmonaire s'apparentait à un suicide. Ou alors, tous nos vieux ne sont que des suicidaires en puissance !!!!!


 


Pour le reste, votre article est intéressant. Mais faut-il croire le reste de vos écrits ?!!?!!



chriswac 24/12/2010 14:48



Je vous remercie pour les informations que vous me communiquez. je regrette de vous avoir donné l'impression de détenir la vérité sur cet homme qui a marqué le quartier. Mes informations sont
puisées dans des livres sérieux qui peuvent néanmoins se tromper et répercuter des erreurs...(parler de suicide n'est pas vraiment de l'ordre de la niaiserie, tout au plus de l'ignorance).
Dufayel n'est pas un tel génie pour que les polémiques à son sujet puissent avoir une raison d'être. Je me permettrai avec votre accord de modifier mon article et de donner les précisions que
vous me fournissez et pour lesquelles je tiens à vous remercier de nouveau.


Cordialement.



Frederique 14/10/2009 11:39


Obligée? Douce obligation! Bon séjour à Oléron alors , vous ne manquerez pas j'en suis sûre de passer voir Aline alors dites-lui que je suis heureuse que sa solitude soit adoucie par la visite de
son amie et que je regrette que les dates se soient ainsi télescopées concernant nos projets de voyage. Bisous.


Frederique 11/10/2009 20:31


Très intéressants nouveaux documents!
 Non, à la Toussaint je serai tout d'abord à Paris puis reviendrai à Orthez où nous aurons la visite de Cécile.
 Nous avions envisagé d'aller  à Oléron après Paris mais Maman reçoit une amie à cette date. Ne me dis pas qu'on va encore se croiser et ne pas se voir! :-((
 Paris prévu du 22 au 29 oct. Bisous ainsi qu'à Nicole! On s'écrit, au moins?!


chriswac 13/10/2009 08:02


Si! On se croise... Nous allons à Oléron du 23 oct au 5 oct.  Mais après, c'est Paris pour plusieurs mois. Alors tu seras obligée de venir chez nous!!!!! 
Bizzzzzzz 


Frederique 08/10/2009 18:02


Merci! Très intéressant! J'étais passée là et j'avais photographié ces façades et ces sculptures sans vraiment savoir de quoi il s'agissait.


chriswac 11/10/2009 16:10


Bonjour Fred. Une "lectrice" m'a envoyé des documents très intéressants que j'ai rajoutés à l'article. 
Seras-tu à Oléron pour la Toussaint? 
Bizzzz 


norby 08/10/2009 09:11


un reportage très complet avec documents. Le plus intéressant que j'ai vu.. Merci


Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche