Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 12:58
Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

    Il n'est pas né sur la Butte mais il y a vécu l'essentiel de sa vie (plus de 40 années!).

Il ne la quittera qu'après son attaque cérébrale de 1934. Il sera alors recueilli par une vieille dame qui l'héberge dans une chambre minuscule mise à sa disposition rue des Couronnes. C'est là qu'il rendit l'âme un soir de décembre 1938.

    C'est une partie de l'âme de Montmartre, libertaire, artiste, insolente, généreuse, qui s'envolait avec elle... (et qui n'est jamais revenue)

 

     C'est aussi un créateur qui sans le savoir fut un des annonciateurs de la Bande Dessinée et de la fameuse ligne claire qu'illustrera Hergé.

 

     Georges Delaw a vu le jour à Sedan en 1871, année de la fameuse bataille qui signa l'arrêt de mort du Second Empire. Son père Jean Hubert Deleau est tenancier d'un café, ayant épousé la fille du tenancier, grand-père maternel de Delaw qui possèdait en outre un moulin à Herbeumont en Belgique...

     Il y avait donc quelque chose de prédestiné dans cette familiarité avec un moulin et un bistro!

    Montmartre se dessinait à l'horizon!

 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

      De son enfance heureuse, il parlera en écrivant un long poème, pendant les derniers mois de sa vie : "Le Beau Voyage". Alité et souffrant, à demi paralysé, il utilisera la main gauche pour le rédiger. Il y évoquera ses Ardennes aimées et ses habitants.

 

 

Jules Depaquit. "maire et dictateur de la Commune Libre de Montmartre".

Jules Depaquit. "maire et dictateur de la Commune Libre de Montmartre".

    Pendant ses études sedanaises, il a pour camarade un certain Jules Depaquit, de deux ans son aîné, au collège Turenne. Il partage avec lui le goût du dessin et de la caricature et participe à un journal qui déjà s'appelle "Le blagueur"!

 

     C'est avec lui, futur maire de la commune libre de Montmartre qu'il vient à Paris et habite sur la place Ravignan (aujourd'hui Emile Goudeau), face au Bateau-Lavoir, à l'hôtel du Poirier.

 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Les chambres y sont bon marché et la Bohême apprécie cet endroit au cœur du Montmartre libre et artiste.

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Aussitôt il fréquente le Chat Noir de Bruant. Il y crée des pièces pour le théâtre d'ombres alors très apprécié et dont le musée de Montmartre conserve quelques silhouettes remarquables d'Henri rivière.

 

     Il participe à différents journaux humoristiques et il modifie son nom dont "leau" devient "law" ce qui lui donne un petit air british alors à la mode!

 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Après avoir séjourné deux années place Ravignan, il loue une maisonnette perchée en haut de la rue du Mont-Cenis, connue, à tort ou à raison, pour avoir été celle de Mimi Pinson.

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Il apprécie son côté villageois et lui donne un aspect ardennais avec des meubles de sa région et une décoration rustique.

Il aime aller, à moins de cent mètres de là, au restaurant Bouscarat, repaire de peintres et de poètes qu'il avait connu à son arrivée sur la Butte comme modeste épicerie de village.

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Il est aussi un des plus fidèles piliers du Lapin Agile et de ses soirées de chants et de poésie, cocktail d'anarchie et d'ironie. Il y vient avec sa pipe, fidèle compagne qui ne le quittera que lorsqu'il la cassera en 1938. Son chien Jap fait partie de la fête. Pendant des années, ils sont inséparables aussi bien au cabaret que dans les rues de la Butte. 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Delaw n'est pas fait pour l'humour mordant ou la violence. Il n'a pas d'ennemis et la bande du Lapin l'aime malgré ce qu'il y a de lisse et d'impénétrable en lui. C'est Carco qui en parle le mieux : "Les poèmes en prose de ce charmant artiste, ses dessins, ses propos, tout l'opposait à nous et il n'était pas jusqu'à son chien et ses souliers ferrés qui ne nous proposassent l'exemple d'une autre vie".

 

     Voilà! le mot est lâché! "Charmant"! Comme il détonne dans ce milieu de caricaturistes, de bouffeurs de bourgeois, de combattants de l'art! On le retrouve sous la plume de plusieurs témoins ou acteurs de cette époque. Le charmant Delaw! Solitaire, différent, sans passion féminine tapageuse! 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Est-ce parce qu'il a aimé écrire pour les enfants qu'on l'a édulcoré de cette façon? Son livre "Les premières années de collège d'Isidore Torticolle" ne mérite pas ce terme de charmant. Il dépeint sans complaisance le milieu quasi militaire de l'école du début du siècle. Isidore, son petit héros s'y débrouille comme il peut, avec son allure qui annonce le Petit Prince!

 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Quand éclate la guerre, il est à Verdun lors des premiers bombardements. Il revient à Paris où il est affecté. Le pacifiste est horrifié par tout ce qu'il apprend des atrocités et de la boucherie des tranchées. Il se protège par l'imagination et les dessins qu'il crayonne.

Dans les années 20, il va habiter 20 rue Durantin.  Il dessine alors pour les autres, pour les écrivains et poètes qu'il admire...

 

     Francis Jammes bien sûr, celui qui lui ressemble le plus, Anatole France, Jules Renard, sans oublier l'illustre ancêtre, Charles Perrault...

 

    C'est cependant son travail pour les journaux qui lui permet de gagner tant bien que mal sa vie. Il collabore toute sa vie à certains d'entre eux comme le Rire ou le Sourire.

 

Une caricature qui rejoint notre réalité! La Grande Bretagne et sa peur du tunnel! Le Brexit est annoncé!

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

- Cette soirée et véritablement étouffante!

- En effet! Le pianiste serait bien aimable de renouveler l'air!

     Son style est marqué par plusieurs influences revendiquées, parmi lesquelles le fauvisme, les nabis ( Il connaît Valloton qu'il fréquente au Chat Noir), le Japonisme... Sans doute aurait-il été un peintre de grand talent s'il avait eu assez confiance en lui et n'avait pas été impressionné par des artistes avec lesquels il ne se sentait pas capable de rivaliser....

                                                                Félix Valloton

     Il occupe un bel atelier sous verrière, 20 rue Durantin. C'est là qu'il fait le portrait de Francis Jammes et qu'il dessine les cartons qu'il utilisera pour décorer la maison d'Arsène Alexandre place Ravignan, celle d'Edmond Rostand (Arnaga) qui dira  que "sa grâce et sa fantaisie sont uniques"

 

     Il exécute également des décors pour le théâtre (pour Dullin notamment) et des tableaux pour les Folies Bergères...

     Par malheur la quasi totalité de ses toiles a disparu. Il y a bien eu, il y a quelques mois une vente aux enchères d'une œuvre peinte dans la petite maison du Mont-Cenis, mais qui fait penser à ses dessins pour illustrés...

 

     Peut-être est-ce l'apparente banalité de son existence, vouée à l'amitié comme à un caractère paisible et peu opportuniste qui expliquent l'effacement de cet artiste?

    Après une congestion cérébrale, il perd son autonomie et, sans fortune, doit faire appel à l'affection de la mère de sa filleule, Madame Millot pour trouver le refuge de la rue des Couronnes et une assistance fidèle. 

Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.
Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.Georges Delaw. Un authentique artiste de Montmartre.

     Ses amis sont présents et lui apportent une aide matérielle qui lui permet pendant ses derniers mois, de s'évader dans les souvenirs et évoquer sa chère région.

 

Il meurt le 8 décembre 1938. André Billy l'évoque dans le Figaro Littéraire :

"Le charmant Georges Delaw, après une carrière montmartroise laborieusement et gaiement remplie est mort après plusieurs années de souffrance..."

Le charmant!

Encore une fois!

Et quel compliment vipérin que cette carrière "laborieusement" remplie!

 

André Fage et Delaw (1906)

André Fage et Delaw (1906)

     Sans doute n'a t-il pas vu l'essentiel : le grand talent sans forfanterie d'un artiste qui aimait les gens et qui était bon.

   C'est Louis Nucéra qui lui rendra justice :

"Georges Delaw avait des anges dans le cœur".

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gercko 02/11/2019 15:02

Bonjour,

Merci à vous de mettre en lumière Georges Delaw au travers de votre remarquable et riche site montmartrois. 
Je me permets de modifier quelques petites informations, en reprenant l’ordre de votre récit.

Georges Delaw s’est éteint Rue des Couronnes (recueilli et assisté par Madame Millot dont vous parlez plus loin).

C’est son grand-père paternel qui possédait un moulin à Herbeumont.

C’est le grand-père maternel qui tenait le café « Les soquettes » à Sedan.
Venu de Belgique travaillé comme serveur dans le café, le futur père de Georges séduit la fille du tenancier et il reprend plus tard le café.
« Le beau voyage » est en fait un poème.
Georges Delaw quitte à son grand regret Montmartre pour la Rue des Couronnes après son attaque cérébrale en 1934 (plus de 40 ans quand même sur la butte…).

Georges Delaw ne participe pas vraiment à la bataille de Verdun. 
Il en subit les premiers bombardements sur la ville (2 à 3 jours), juste au moment il doit la quitter, ré-affecté qu’il est sur Paris.
Il s’installe au 20 Rue Durantin après la Guerre dans les années 20, hors les décorations pour Rostand ont été réalisées en 1906, dans l'atelier d'un marchand de couleurs qu’il louait sur la Butte.

Une page Facebook est dédiée à Georges Delaw. 
Un minuscule public la suit.
En additionnant les petites initiatives, l'Imagier de la Reine fait un peu reparler de lui.

Merci pour votre blog !

chriswac 08/11/2019 12:06

Je vous remercie vraiment pour votre commentaire. Je suis heureux que j'en reçois de ce genre. Ils me permettent de réparer des erreurs ou d'apporter des précisions car vous imaginez bien que malgré mes recherches je suis loin d'être une référence! Je vais grâce à vous améliorer mon article sur Delaw. Merci mille fois (et plus)!

Modigliani 14/01/2018 18:45

Montmartre a vécu une époque unique e irripetibile dans ces année...artistes, poetes.peintres,et sublime flaneur!,mais tous brillants d'une foi inébranlable de leur talent et de leurs idées
E poi c'era Modigliani!!!
Buona serata Chris e tanta gioia! Modì
Dimenticavo:grazie sempre di tutta la passione che dividi con tutti noi

Angeline 11/01/2018 21:11

j'aime me promener sur votre blog. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo) à bientôt

chriswac 13/01/2018 17:24

Oui je suis allé sur votre blog qui est un hommage vivant à une femme unique.

Caroline 11/01/2018 17:04

Quelle découverte que cet artiste et quel article précieux, très documenté et comme toujours très sensible !

Haransort 10/01/2018 20:17

Je découvre ce dessinateur dont je ne connaissais pas l'existence. Vous lui rendez hommage et le rendez proche et émouvant.

freland 09/01/2018 18:38

Vous devez passer des heures dans les bibliothèques pour trouver autant de renseignements si intéressants ! Bravo !
michèle

chriswac 10/01/2018 14:23

Non! Je préfère me balader sur les plages de votre île! Mais j'ai accumulé beaucoup de documents depuis que je vis sur la Butte et j'ai le goût d'aller à la rencontre de ceux qui y ont vécu et n'ont pas tous connu la gloire! Comme ce Delaw dont presque plus personne ne connaît le nom.
Cordialement

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche