Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 09:45
Clignancourt-Custine... la traversée des élèves du collège

Clignancourt-Custine... la traversée des élèves du collège

Croisement avec la rue Custine vers Château Rouge

Croisement avec la rue Custine vers Château Rouge

Librairie Montezer
Librairie Montezer

La rue de Clignancourt dans sa dernière partie tourne le dos à la Butte et file plein nord vers la rue Championnet où elle achèvera sa carrière.

Elle traverse la rue Custine et passe devant l'ancienne librairie "Montezer" au 64. Notons que dans ce quartier populaire, on pouvait trouver ce genre de commerce devenu si rare aujourd'hui!

La rue de Clignancourt avant le carrefour Labat. A droite le librairie Montezer. Quelques passants et quelques chiens!

La rue de Clignancourt avant le carrefour Labat. A droite le librairie Montezer. Quelques passants et quelques chiens!

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Le 64 est un bel immeuble témoin de la volonté des promoteurs d'étendre le périmètre que Montmartre avait rendu attractif et à la mode. La première guerre est venue interrompre cette transformation.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Vient ensuite le croisement avec la rue Labat, celle où vécut Robert Sabatier (au 75) et qu'il évoqua dans ses deux romans consacrés à son enfance montmartroise : David et Olivier , Les Allumettes suédoises.

Celle où vécut également Sarah Kofman, philosophe amie de Deleuze. Elle fit le récit de cet épisode douloureux de sa vie dans son livre bouleversant : Rue Ordener Rue Labat (éditions Galilée). Après l'arrestation de son père déporté à Auschwitz, elle trouva refuge pendant les années d'occupation chez celle qu'elle appelle "la dame de la rue Labat".

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Une belle maison s'élève à l'angle des deux rues, aux 69 et 71. Elle détonne dans ce quartier car elle ne ressemble ni aux maisons villageoises du vieux village, ni aux immeubles construits à la fin du XIXème siècle.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Elle a été construite en 1856, avant le rattachement du village à Paris et elle est représentative de ces édifices entre ville et campagne que la bourgeoisie édifiait dans la périphérie de la capitale. En pierres de taille avec trois étages carrés sur rez de chaussée, avec ses lucarnes et ses corniches à modillons, elle ne manque ni d'élégance ni de charme.

La poste en 1902

La poste en 1902

Un peu plus bas, côté pair se trouvait l'ancien bureau de poste....

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
La poste après reconstruction et agrandissement 1930

La poste après reconstruction et agrandissement 1930

... et puis il y a cinq ans, la poste fut détruite pour être transférée sur le boulevard Barbès, métro Château Rouge.

A son emplacement furent édifiés des immeubles dont l'insignifiance architecturale surprend quand on connaît l'inventivité de certains concepteurs de logements sociaux actuels.

Emplacement de l'ancienne poste. Façades plates et tristes. Grand prix de l'insignifiance!

Emplacement de l'ancienne poste. Façades plates et tristes. Grand prix de l'insignifiance!

Ces immeubles n'ont aucune chance d'obtenir le prix qui récompensa un autre immeuble social aux 75-77 de la rue.

75-77 rue de Clignancourt

75-77 rue de Clignancourt

Cet immeuble fut en effet lauréat du premier concours d'habitations à bon marché de la Seine. Il fut édifié en 1897 sur les plans d'Ernest Duquesne pour la Société Philanthropique, association née en 1780, créatrice avec les soupes populaires des premiers restos du coeur...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Georges-Picot, historien alors renommé (prix de l'Académie) présidait l'association. Son nom est immortalisé sur cet immeuble, ancêtre des HLM.

Le banquier Michel Heine (cousin du poète H. Heine) finançait ces projets. Les banquiers d'aujourd'hui pourraient s'inspirer de lui!

Ils pourraient aussi protéger des artistes comme le fit Michel Heine avec Sarah Bernhardt qui en guise de reconnaissance l'appelait son cochon doré!

Avant de terminer sa course vers Championnet, la rue nous réserve quelques belles surprises.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
photo fruit du dragon
photo fruit du dragon

Un mobile s'envole dans le ciel... Une artiste a eu l'audace de lancer entre les immeubles ce cerf volant onirique...

J'ai trouvé dans le 18ème du Mois ces mots de leur créatrice, Charlotte Castanier :

« Cela a commencé par un pompon. Un pompon que j’ai fait pendre à l’aide d’une canne au-dessus du trottoir depuis mon balcon et que les passants essayaient d’arracher à la façon des enfants sur un manège… J’y glissais des petits mots... Les policiers sont venus me demander de remonter légèrement mon dispositif : les passants grimpant sur le toit des voitures de police pour gagner le trophée, cela faisait désordre… J’ai obtempéré, bluffée par la gentillesse de la force publique. "

De nombreux mobiles se sont succédé, offrant aux passants de nouvelles surprises. Ici l'esprit de Montmartre s'est réfugié, esprit de création et de partage!

Photo fruit du dragon

Photo fruit du dragon

Photo scoopnest

Photo scoopnest

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Une dernière surprise! Une vitrine étrange au 82 attire notre attention...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Des créatures lapinoïdes sont installées devant un rideau rouge. Elles sont chez elles dans ce refuge qui a pour nom "Le Terrier" et qui abrite bon nombre de leurs congénères.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

L'artiste qui leur a donné vie s'appelle Paul Toupet. Il est déjà connu pour son travail et a participé à diverses expositions.

Les figures qu'il crée en ce moment sont habillées de blanc, couleur de l'innocence. L'impression que donnent ses personnages à masque de lapin est mêlée. Enfance, jeu, banalité des occupations qui vont de soi, jouer à la poupée, sauter à la corde....

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Et en même temps inquiétude, doute, peur. On sent la matière, l'épaisseur, la rugosité dans les vêtements d'apparence légère, comme si dès l'enfance les jeux étaient faits. Le temps qui sclérose et file vers la mort est à l'œuvre.

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.
Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Nous sommes dans un conte de fée derrière des barbelés. Alice n'est pas in Wonderland mais dans une réalité où l'on se masque pour cacher une identité incertaine. Cependant, un masque de lapin avec de grandes oreilles ne change pas la nature de ceux qui le portent ni leur condition d'humains.

Je sais... c'est mon ressenti qui me renvoie sans doute à moi même... rien d'autre...

Mais je sais aussi que cet artiste donne naissance à un monde fascinant et inquiet, un monde où l'innocence est marquée par un vice originel, le sceau de la mort posé sur tout vivant.

A défaut d'une foi qui tente de donner un sens à cette absurdité, on peut préférer rester lapins, nounours, enfants toute sa vie...

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

C'est avec les lapins que nous quittons la rue de Clignancourt, dans cette périphérie de Montmartre où la présence d'artistes évoque, mieux que la place du Tertre, le temps où l'esprit créatif soufflait sur la Butte!

Rue de Clignancourt (3ème partie) de Custine à Marcadet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hélène 22/02/2016 10:08

Je crois qu'au 86 existe toujours le salon de coiffure du père de Joseph Joffo auteur d'"Un sac de billes".
On m'a raconté qu'à l'intérieur étaient affichées des photos de l'époque...
Merci d'avoir continué à descendre la rue de Clignancourt, je la quittais habituellement au carrefour avec la rue Custine pour me diriger vers Château-Rouge.

chriswac 28/02/2016 13:37

Hélène je crois que je fais erreur car je ne sais pas du tout quelle était la profession des parents de Sabatier qui a été orphelin très jeune. J'ai tendance à confondre avec Joffo qui lui aussi habitait le XVIIIème et dont le père était coiffeur. Ce sont des détails certes mais montmartrois!

chriswac 28/02/2016 12:28

Bonjour Hélène. Oui vous êtes une vraie montmartroise qui ne franchit qu'exceptionnellement les frontières (Clignancourt, Custine, Caulaincourt, bds de Clichy et Rochechouart)! Je suis comme vous et je ne me sens plus à Montmartgre, passée la ligne! pour le salon de coiffure je crois qu'il était au 75 où il rest des vestiges de la boutique transformée en logement. Il existe au 69 un autre salon mais le 86 n'existe pas je crois.
Amitiés de votre Montmartre!

claire 19/02/2016 10:21

Magnifique textes illustrant ce quartier, émouvantes les vitrines no racontant la vie des es "lapins" ? Plusieurs vitrines? Ou une vitrines avec un spectacle ?Concernant je reconnais les immeubles aux briquettes rouges comme aux Moulineaux les "HLM" se l'époque où mon grand père logea toute sa famille. En 1920 je crois. Je cite cet immeuble dans un texte: "Tu me manques"- Cette nuit j'ai vu un documentaire sur Belleville, Mouzaîa, Les Buttes Chaumont... snifff - Paris me manquera toujours. Merci Christian pour les jolies promenades que tu nous offre dans Montmartre.

chriswac 19/02/2016 19:17

Hello Claire! Tu es parisienne pour toujours! Et au fond toi aussi tu manques à Paris car tu as l'insolence, la curiosité et le sourire d'une vraie parigote!

Nell 17/02/2016 19:54

Encore une fois je me suis délectée de votre narration. Je vais prendre plus de renseignements de ces deux créateurs qui ont éveillés ma curiosité. Je vais, si j'obtiens quelques renseignements leur consacrés un billet. merci, Christian de nous offrir tout ce beau patrimoine si cher à votre cœur. passez une excellente soirée.

chriswac 19/02/2016 19:19

Bonsoir Nell
Je suis toujours touché par vos commentaires qui sont chaleureux et ouverts.
Belle soirée à vous!

Présentation

  • : Montmartre secret
  • Montmartre secret
  • : Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...
  • Contact

Recherche